Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle en Europe

 | 
Andrée-Marie Harmat
, 
Yves Iehl
, 
Nathalie Vincent-Arnaud
, 
et al.

Le recueil de nouvelles : typologies européennes

Jean Nimis, Andrée-Marie Harmat, Kinga Joucaviel et Yves Iehl

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le genre de la nouvelle est-il dans le recueil ?

A priori, une nouvelle est une forme de récit qui peut se suffire à elle-même, ainsi que l’ont remarqué la plupart des essais sur ce type de narration1. Comme l’évoquait Baudelaire dans les Notes nouvelles sur Edgar Poe2 :

[…] [l]’unité d’impression, la totalité d’effet est un avantage immense qui peut donner à ce genre de composition une supériorité tout à fait particulière. L’artiste, s’il est habile, n’accommodera pas ses pensées aux incidents, mais, ayant conçu délibérément, à loisir, un effet à produire, inventera les incidents, combinera les événements les plus propres à amener l’effet voulu.

Du fait même de cette « unité d’impression » et de cette « supériorité » de l’effet qui le rend très attractif, le « récit bref » a longtemps été diffusé par le biais des journaux et des revues, dès le xixe siècle. Les nouvellistes français publient leurs textes sous la forme de « feuilletons », deux des cas les plus célèbres étant Maupassant ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search