Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nouvelle en Europe

 | 
Andrée-Marie Harmat
, 
Yves Iehl
, 
Nathalie Vincent-Arnaud
, 
et al.

Les frontières de la nouvelle

Marianne Vidal, Kinga Joucaviel, Olga Cadars, Isabelle Touton, Andrée-Marie Harmat et Gabriella Macrì

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tentatives de définition d’un genre

Au moment de réunir autour de la nouvelle des représentants de diverses langues européennes, le premier mouvement de chacun a été de recourir aux volumes de sa bibliothèque et non de consulter un dictionnaire : le genre était bien présent dans toutes les littératures impliquées et il était glosable partout par une périphrase telle que narration fictionnelle brève. Mais une première constatation s’imposait : le français nouvelle – comme le polonais nowela1, le russe novella, l’allemand Novelle – reprend le terme employé en Italie dès le xiie siècle dans le Novellino, ou Libro di novelle e di bel parlar gientile, puis, à propos des récits du Décaméron, par Boccace lui-même. Ceci étant, l’anglais novel évolue et désigne très vite le roman, short story étant utilisé pour les formes brèves de narration. On constate une évolution semblable de l’espagnol novela : avec les Novelas ejemplares de Cervantès, si novela se réfère directement aux nouvelles itali...

Auteurs

Université de Thessalonique

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540