Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle en Europe

 | 
Andrée-Marie Harmat
, 
Yves Iehl
, 
Nathalie Vincent-Arnaud
, 
et al.

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La narration est peut-être avant toutes choses une affaire de mythes, s’il est vrai qu’à l’origine de la littérature « Nous tirons l’écriture de nos peuplements de dieux et de déesses »1. De fait, la narration est protéiforme, l’une des caractéristiques du mythe est la pluralité des versions d’une histoire à vocation hiérophantique, et nombreuses sont les langues qui permettent de narrer. Le mythe est depuis longtemps une porte ouverte sur un sens possible du monde : il continue à l’être, même si l’on peut penser qu’aujourd’hui on se détache des mythes pour trouver des explications plus rationnelles, et de facto (se) raconter des histoires demeure un besoin pour la pensée, comme les premiers découvreurs de la psychanalyse l’ont démontré amplement. Or, Europe est d’abord un nom écrit dans un mythe : celui de la « fille d’Agénor » des Métamorphoses d’Ovide, à qui Vénus dit « […] la moitié du monde te devra son nom »2. L’idée de la naissance de la littérature européenne à partir de que...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search