Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

Contributrices, contributeurs

Texte intégral

1Sylviane Ahr est maître de conférences en Langue et Littérature françaises à l’Université de Cergy-Pontoise/IUFM de Versailles, chercheur au CRTF et chargée de missions pour les Relations Internationales de l’IUFM de Versailles, elle s’intéresse depuis de nombreuses années à la didactique du français et à la formation initiale et continue des professeurs de collège et de lycée. Ses domaines de recherche privilégiés concernent le renouvellement des corpus littéraires scolaires et les modalités de transmission de ces corpus, comme en témoignent les ouvrages et les articles qu’elle a publiés récemment : Former des lecteurs de littérature au collège (Bertrand-Lacoste, 2008), « Pour une généricité lectoriale dans le secondaire » (Diptyque n ° 10, 2007), « Genre romanesque et contrat de lecture » (Le Français Aujourd’hui n ° 159, 2007), L’Enseignement de la littérature au collège (L’Harmattan, 2006).

2Sophie Amrouche est professeur agrégée de Lettres Modernes en exercice dans le secondaire, et doctorante, sous la direction de Christiane Chaulet Achour, à l’Université de Cergy-Pontoise. Chercheur associé au CRTF, ses travaux portent sur le métissage culturel et la mémoire du passé colonial dans des textes contemporains d’auteurs franco-algériens. Elle a publié plusieurs textes littéraires dans la revue Algérie Littérature Action, et a collaboré à la NRP (Nouvelle Revue Pédagogique Nathan) pour la rubrique « Atelier d’écriture ».

3Anissa Belhadjin est maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise/IUFM de l’académie de Versailles. Ses recherches et ses articles portent sur le roman noir, la poétique de la littérature de genre, la didactique de la littérature de genre.

4Chantal Bertagna est professeur agrégée de Lettres Classiques, docteur ès Lettres en Études grecques. Formatrice en formation continue et initiale depuis une vingtaine d’années, exerce actuellement en temps partagé dans un collège de l’académie de Versailles et à l’IUFM de Versailles, en charge des PLC2 et des T1 de Lettres classiques et modernes. Spécialiste de la didactique des Lettres, des apports didactiques des nouvelles technologies, elle a publié de nombreux articles en ligne et dans des revues didactiques sur ces sujets. Co-auteur depuis 2005 de la collection de manuels scolaires Fleurs d’encre chez Hachette.

5Marie-France Bishop est actuellement maître de conférences en Littérature à l’Université de Cergy-Pontoise/IUFM de Versailles. Elle est membre du CRTF de l’université Cergy Pontoise. Ses recherches portent plus particulièrement sur l’histoire de l’enseignement du français au cours du XXe siècle, sur l’enseignement de la littérature de jeunesse et sur les écritures autobiographiques.

6Sylvie Brodziak est maîtresse de conférences en Littérature et Histoire des idées à l’Université de Cergy-Pontoise. Docteure en Histoire, elle s’intéresse plus particulièrement à l’histoire des femmes et à l’histoire sociale et politique du XIXe siècle. Docteure en Langue et Littérature Françaises, spécialiste de Clemenceau écrivain, ses recherches en littérature se penchent sur l’expression des groupes et individus dits minoritaires ou marginaux. Chercheure au CRTF, elle oriente une partie de sa réflexion sur l’écriture de l’histoire et des mémoires, sur les rapports sociaux dans les sociétés coloniales et sur la création après les grandes catastrophes : guerres, génocides. Son ouvrage récent : Correspondance de Georges Clemenceau, en collaboration avec Jean-Noël Jeanneney, Collection « Bouquins », R. Laffont, 2008.

7Christiane Chaulet Achour est professeur de Littérature comparée et francophone et Directrice du Centre de Recherche Textes et Francophonies à l’Université de Cergy-Pontoise, depuis 1997. Elle a été auparavant universitaire à Alger de 1967 à 1994. Elle est spécialiste des littératures de langue française (Méditerranée et Caraïbe plus particulièrement) et auteur de nombreuses études sur ces domaines. Cf. son site : http://www.christianeachour.net

8Marie-Françoise Chitour est maître de conférences en Littératures francophones et Didactique du FLE de l’Université d’Angers. Elle a auparavant enseigné dix ans au département de français de l’Université d’Alger. Elle a exercé de nombreuses fonctions à l’étranger – directrice d’un centre de langues en République de Macédoine, experte pour l’appui à l’enseignement supérieur en Gambie (Afrique de l’ouest) – et est actuellement conseillère pédagogique pour l’AUF au Cambodge. Enseignante-chercheuse au centre de recherches Textes et Francophonie de l’Université de Cergy-Pontoise, elle a publié de nombreux articles sur les littératures francophones et les écritures féminines et a participé à des ouvrages collectifs.

9Dominique Fattier est professeur de linguistique au Département de Lettres Modernes de l’Université Cergy-Pontoise depuis le 1er septembre 2002. Elle est membre du Laboratoire CNRS Lexiques Dictionnaires et informatique (LDI-METADIF, UCP). Elle est par ailleurs membre associé du CRTF. Ses recherches portent sur les thèmes suivants : l’évolution linguistique et la créolistique génétique (le développement des vernaculaires créoles), la lexicologie, la dialectologie (elle est l’auteur de l’Atlas linguistique d’Haïti), la description linguistique et la didactique des langues parentes (créoles-français).

10Emmanuel Fraisse est professeur de Littérature française à l’université de la Sorbonne nouvelle Paris-3, UFR « Didactique du français langue étrangère », il a développé ses travaux de recherche sur 3 axes principaux : Romantisme, XIXe siècle, littérature et culture d’enfance ; Pédagogie et sociologie de la lecture ; École, patrimoine littéraire, culture et transmission. Cette dernière dimension de recherche le conduit à travailler tout particulièrement sur les relations entre Littérature et mondialisation.

11Parmi les ouvrages qu’il a publiés : Les anthologies en France, Paris, PUF, 1998. Questions générales de littérature, (en collaboration avec Bernard Mouralis), Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 2001. Les enseignants et la littérature : la transmission en question, (en collaboration avec Violaine Houdart-Merot), Champigny/Marne, CRDP de l’académie de Créteil, 2004.

12Paul Fraisse est doctorant allocataire moniteur à l’université de Cergy-Pontoise et membre du CRTF. Sa thèse dirigée par Violaine Houdart-Mérot et codirigée par Lise Gauvin porte sur les résurgences de l’oralité dans la littérature québécoise contemporaine. Il s’intéresse tout particulièrement à la littérature québécoise, au théâtre et à la poésie ainsi qu’aux manifestations populaires de l’oralité contemporaine (slam, chanson, performance poétique).

13Il participe à la rédaction du Dictionnaire littéraire de Classiques francophones.

14Cyrille François est allocataire moniteur à l’Université de Cergy-Pontoise, il prépare une thèse sous la direction de Christiane Chaulet-Achour sur l’influence des Mille et une nuits dans la littérature du XXe siècle et a dirigé un collectif sous le titre : Le don de Shahrazad : la mémoire des Mille et une nuits dans la littérature contemporaine. Chercheur associé au Centre de Recherche Textes et Francophonies à l’UCP et membre de l’ACLF (Association des Chercheurs en Littérature Francophone), il a publié des articles sur Daniel Maximin et la littérature antillaise, les écritures de l’immigration, les réécritures des Mille et une nuits et plus généralement sur les littératures francophones. Il enseigne parallèlement les Littératures francophones et comparées dans la même université.

15Marie Fremin est chargée de cours et doctorante, sous la direction de Christiane Chaulet Achour, à l’Université de Cergy-Pontoise. Chercheur associé au CRTF, ses travaux portent sur l’écriture de la mémoire de l’esclavage (témoignages et fictions) du XVIIIe siècle à aujourd’hui dans les zones francophones et anglo-américaines. Elle a publié différents articles dans des ouvrages collectifs.

16Molly Grogan Lynch est critique de théâtre et professeur de Lettres, docteur en Littératures françaises et comparées de l’Université Paris IV. Elle est chercheur associée au Centre de Recherche Textes et Francophonies de l’Université de Cergy-Pontoise, où elle a co-organisé en 2006 le colloque international, « Latitude(s) : Imaginaires nomades et espaces transnationaux en Europe ».

17Violaine Houdart-Merot est professeur de Littérature française à l’université de Cergy-Pontoise et membre du Centre de Recherche Textes et francophonies dont elle dirige le pôle LTDI (littérature française, transmission littéraire et dialogues interculturels). Ses travaux portent d’une part sur les relations entre littérature et enseignement depuis la fin du XIXe siècle et d’autre part sur les notions d’intertextualité et d’interculturalité, à partir des « écritures babéliennes », jouant sur les frontières entre langues et cultures. Elle a notamment publié La notion de culture littéraire au lycée depuis 1880 (PUR, 1998), Réécriture et écriture d’invention (Hachette, 2004) et Écritures babéliennes (Peter Lang, 2006).

18Patrick Joole est maître de conférence à l’IUFM de Versailles/Université de Cergy-Pontoise, agrégé de Lettres Modernes et docteur ès lettres. Auteur d’articles et d’ouvrages concernant la littérature de la Renaissance, la didactique de la littérature et de la lecture. Il enseigne la littérature française et la littérature de jeunesse à l’université et intervient dans la préparation aux concours de l’enseignement (professeurs des écoles, CAPES et agrégation), la formation des enseignants et la formation des formateurs.

19Anne-Marie Lilti est docteur en Littérature française. Elle a consacré la majorité de ses travaux de recherche à la poésie française et francophone contemporaine. Ayant enseigné de nombreuses années dans le secondaire avant sa nomination comme maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise, elle s’est particulièrement intéressée à la découverte de la poésie contemporaine (française et francophone) dans l’enseignement. Elle est chercheur associé au CRTF.

20Muriel Moliné (CRTF-LaSCod) : C’est dans le sud-ouest de la France, entre Atlantique et Pyrénées, que s’est d’abord façonnée son identité francophone. À partir de 1994, la pratique des récits de vie devient son principal outil d’innovation et de recherche dans le champ de l’apprentissage des langues : langues d’émigration, de mobilité et d’insertion. Elle devient cet « amplificateur de parole » que Bertaux définit comme un lieu où la vie collective, dans la culture de l’Autre qui s’est faite parole individuelle, devient parole publique. Dans les récits de vie en langue étrangère qu’elle analyse, s’opère une mise en intrigue et en tension de thèmes tels que : identité héritée/espérée ; mobilité/sédentarité ; tradition/modernité, etc.

21Maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise, elle y dirige le Centre international de langue française (CILFAC) et la spécialité FLE/S de Licence. Elle enseigne notamment la didactique des langues et du plurilinguisme et l’anthropologie de la diversité culturelle au futurs enseignants de français langue étrangère ou seconde.

22Brigitte Riera enseigne la Littérature et s’implique dans la formation des enseignants depuis dix ans dans l’académie de Versailles et à l’université de Cergy-Pontoise. Ses champs d’étude sont : les littératures francophones (Maghreb) ; la féminité ; l’expression de soi. Ses auteurs : Samuel Beckett, Ananda Devi, Isabelle Eberhardt. Elle est chercheur associé au Centre de Recherches Textes et Francophonies. Elle a publié : Journaliers d’Isabelle Eberhardt, Paris, coll. « Classiques Francophones », L’Harmattan, 2008, 132 p. Elle a dirigé, Féminité et expression de soi – Artistes et écrivaines au XXe siècle, Paris, Le Manuscrit-Université.

23Élise Saincotille a obtenu un Master en Littérature francophone à l’Université de Cergy-Pontoise et suit la formation de professeur des écoles, d’où son intérêt pour la littérature de jeunesse. Son travail de recherche a principalement porté sur la littérature des peuples amérindiens francophones du Québec, et sa réflexion s’est construite autour de la notion de « territoire ».

24Anissa Talahite-Moodley a obtenu un doctorat à l’Université de Leeds en Grande-Bretagne sur les questions identitaires chez les romancières d’Afrique australe. Elle enseigne à temps partiel à l’Université de Toronto et continue ses recherches sur la littérature postcoloniale, la littérature féminine et la littérature dans le contexte migratoire. Ses travaux sont parus, entre autres, dans African Literature : An Anthology of Criticism and Theory (Blackwell, 2007), Nottingham French Studies, AUMLA, Mosaic, Women, Identities and Immigration in France (Berg, 2000), Cultures transnationales de France : Des « Beurs » aux… ? (L’Harmattan, 2001). Elle a aussi dirigé l’ouvrage collectif Problématiques identitaires et discours de l’exil dans les littératures francophones (Presse de l’Université d’Ottawa, 2007).

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540