Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

Z comme Fawzia Zouari

Christiane Chaulet Achour

Texte intégral

1Fawzia Zouari est née au Kef en Tunisie. Docteur en Littérature française et comparée, elle vit à Paris depuis 1979. Journaliste à Jeune Afrique, elle est l’auteure de quatre romans : La Caravane des chimères (Olivier Orban, 1990, 346 p.), roman qui fait revivre Valentine de Saint-Point, la petite-nièce de Lamartine, Ce pays dont je meure (Ramsay, 1999, 189 p.), écrit à partir d’un fait divers, une jeune maghrébine de 26 ans qui meurt de faim à Paris, en novembre 1998, La Retournée (Ramsay, 2002) et La deuxième épouse (Ramsay, 2006 et poche).

2Elle a été attachée d’études à l’Institut du Monde Arabe à Paris. Elle a présidé le Cercle des intellectuels maghrébins à paris et le Comité des femmes créatrices arabes. Elle a publié un bulletin bibliographique sur la création féminine arabe (Califa). Elle a publié plusieurs essais dont Le voile islamique (Lausanne, Éditions Favre, 2002).

3Dans deux de ses romans, le second et le quatrième, elle entrelace fiction et fait divers, et centre son propos sur les voix et vies des femmes dans l’immigration.

4Les deux fois, le fait divers est clairement affiché. Le fait que l’écrivaine soit aussi journaliste à Jeune Afrique et que ses ouvrages se partagent entre fictions étroitement liées aux faits réels et essais sur des questions d’actualité est une première explication de cette mise en fiction de faits divers. En effet, elle procède dans deux romans récents à une amplification d’un fait divers.

5La confrontation des éléments bruts d’information et leur transformation narrative ont deux avantages : faire prendre conscience que l’acte littéraire ne se déploie pas sur rien, que l’imaginaire (communément confondu avec « invention ») a souvent et, dans ce cas particulier, a fortement des pilotis dans le réel ; apprendre sur le texte même, les lieux d’expansion et de transformation entre fait divers journalistique et fiction.

6Dans Ce pays dont je meurs, en 1999, Faouzia Zouari utilise un fait divers paru dans Le Monde en novembre 1998. Elle précise juste comme elle le fera pour La deuxième épouse en 2006 et dans les mêmes termes : « Cette histoire est inspirée librement d’un fait divers. Le nom des personnages et les circonstances du récit sont purement imaginaires ».

7En regard de cet avertissement laconique, voici l’article de Jérôme Fenoglio :

« La mort de Malika, vingt-six ans, victime de la faim et de l’isolement volontaire »
Une jeune femme âgée de vingt-six ans est morte de faim, jeudi 19 novembre, dans un appartement du 14e arrondissement de Paris. Sa sœur, âgée de trente-deux ans, en grave état de sous-nutrition, a dû être hospitalisée. L’énoncé abrupt de ces faits cache une réalité plus complexe. « Dans cette affaire très triste, constate un policier, il y a sans doute davantage d’autodestruction que de misère. » Une histoire d’enfermement dans la solitude et le chagrin, une mise à l’écart volontaire de la société que ni voisins ni services sociaux n’auront su interrompre.
Nadia, l’aînée, et Malika, la cadette, vivaient depuis des années au 2, rue du Général-Humbert, près de la porte de Vanves, dans l’une de ces cités HLM en briques rouges qui ceinturent Paris. Leur père était mort il y a une quinzaine d’années. Leur mère, qui, selon des voisins, subvenait péniblement à leurs besoins en faisant des ménages, était morte en juin. Les trois femmes semblaient fuir le contact. À la mort de leur mère, les deux sœurs se sont encore davantage retranchées dans le cinq-pièces, sur la porte duquel elles affichaient parfois « Ne pas déranger ». Faute de ressources – Nadia n’a occupé que quelque temps un emploi de secrétaire, Malika semble n’avoir effectué que de rares stages –, les impayés se sont accumulés, leur état de santé s’est dégradé. Le 7 septembre, les deux sœurs se résignent à rendre visite au service polyvalent d’aide sociale de l’arrondissement. Éprouvent-elles quelque honte ? Selon la Ville de Paris, elles refusent alors d’ouvrir un dossier de demande au RMI, comme le leur a proposé l’assistance sociale.

Elles déclineront l’offre à chacun des rendez-vous suivants – une dizaine au total.
Refus systématiques
Le 16 septembre, elles refusent des colis d’aide alimentaire, mais acceptent deux aides financières d’un total de 1 450 F. Par la suite, l’assistante sociale leur a ouvert des droits à la Sécurité sociale et à la carte Pré-santé. Elle a réglé leurs arriérés de loyer et d’électricité, les a aidées dans le dossier de succession de leur mère. Elle a tenté, mais en vain, de les convaincre de contacter un centre médico-psychologique.
Nadia et Malika se sont pourtant rendues une fois aux urgences de l’hôpital voisin, au début octobre. Mais elles ont refusé l’hospitalisation de la cadette, qui selon l’ancien médecin traitant de la famille, consulté par l’assistante sociale, présentait des antécédents d’anorexie. Au bas de la décharge exigée sur place, l’aînée a écrit : « J’ai été prévenue par le médecin que ma sœur court des risques pour sa vie si elle refuse d’être hospitalisée ». Malika a signé un document identique. Après une dernière visite au service d’aide sociale, qui leur avait obtenu une aide financière de 3000 F, l’assistante sociale ne les reverra plus. « Elle n’a rien à se reprocher, assurent les services municipaux. Elle a fait le maximum. Mais que faire pour des gens qui refusent presque tout, et que l’on ne peut forcer à rien ? »
Tout semble prévu dans le Paris d’aujourd’hui pour éviter aux plus démunis de mourir de faim. Mais rien n’a empêché Malika et Nadia de se laisser dépérir. Leur huis clos s’est achevé par dix jours de jeûne total, dont l’aînée n’a émergé que le 19 novembre en constatant la gravité de l’état de sa sœur. Elle a alors alerté une voisine qui, effrayée par sa maigreur, a prévenu immédiatement les secours. À leur arrivée, ceux-ci ont constaté le décès de Malika.
Dans l’appartement, les policiers ne retrouveront nulle trace de nourriture, hormis les boîtes du chat, seul a être correctement alimenté du foyer. Refusant encore toute hospitalisation, Nadia a dû être placée en garde à vue médicalisée à l’Hôtel-Dieu, après l’ouverture d’une procédure pour « non-assistance à personne en danger ». Comme si seule une contrainte extérieure pouvait lui éviter le dépérissement fatal que semble s’être imposée sa sœur.

8Le fait divers rapporté est bien la trame du roman. La romancière change les noms – ainsi Malika et Nadia deviennent Amira et Nacéra –, mais conserve les âges, l’adresse – même si pour dramatiser le cinq-pièces devient un trois-pièces –, la trame essentielle des faits : la mort du père, la mère obligée de faire des ménages, l’emploi de secrétaire de l’aînée et les quelques stages de la cadette. Elle conserve aussi l’isolement, la mise à l’écart du monde et l’intervention des secours extérieurs.

9Le récit n’est plus porté par une voix anonyme compatissante mais, cherchant à dédouaner les services sociaux « qui n’ont rien à se reprocher », F. Zouari le confie, de bout en bout à Nacéra (dont le nom signifie la victorieuse), observatrice lucide de sa famille, de sa sœur et d’elle-même, le personnage familial le plus neutre par rapport à cette vie en immigration : elle n’a jamais rejeté son appartenance algérienne comme sa sœur (son physique ne le lui permet pas), elle n’a pas vécu dans la nostalgie destructrice du village natal comme Djamila, la mère et elle a compris ce père, esquisse très intéressante de l’immigré-type, de son arrivée en pleine force à sa mort précoce en fauteuil roulant.

10Choisissant donc un point de vue interne mais plus neutre que celui de la sœur cadette, elle cherche à mettre son lecteur en état d’empathie sinon de sympathie. Comme le précise la quatrième de couverture :

Bouleversée par cette affaire, l’auteur a imaginé leur histoire. Leur mère jamais guérie de son exil, organise les retours au village natal, bras chargés de cadeaux qui la ruinent. Amira, la petite, née en France, blanche de peau, se fait appeler Marie, mais perd l’appétit, aux prises avec une maladie que, là-bas, on ne connaît pas, l’anorexie. Et puis l’accident du père…

11L’accumulation d’un certain nombre de clichés sur l’Algérie et sur la France n’enlève pas sa force à ce roman où l’écriture de la confidence murmurée par une aînée au bord de la mort ne parvenant pas à désobéir à la cadette pour la sauver d’elle-même retient le lecteur jusqu’au terme. La page 185 qui évoque l’incapacité « d’inventer un autre pays » que la France et l’Algérie est très percutante. Et pour sortir du simple énième récit sur l’immigration, F. Zouari, auteure d’un remarquable essai sur l’écriture au féminin dans le monde arabe, Pour en finir avec Shahrazade (Tunis, Cérès éditions, 1996), choisit le conte personnalisé : non la voix anonyme et désincarnée d’une Sultane qui parle des autres et jamais d’elle-même, mais une conteuse totalement impliquée dans le drame.

12Ainsi dès la troisième page du roman et malgré l’avertissement liminaire à propos du fait divers, nous entrons dans le conte :

Au lever du jour, pour tromper l’attente, je m’étais mise à te raconter notre vie. Péniblement au début. Puis les mots ont coulé de ma bouche, source inaltérable. Et, doucement, lentement, je t’ai parlé. Comme on fredonne une berceuse. Celle que ta mère n’a jamais chantée depuis le jour où elle a quitté son village.

[…]

Petite sœur, ai-je commencé, écoute. Écoute le bonheur qui s’en va. (p. 13)

13Comme dans Les Mille et une nuits, le couple sororal est mis en place. Les deux sœurs se retrouvent avec la différence d’âge qui pourrait être la leur dans Les Nuits : Nacéra, l’aînée, raconte à Amira, la petite, en train de mourir, comme Shahrazade raconte à Doniazad. Mais la jonction s’arrête là car la situation des Nuits est tout à fait perturbée. D’une part, nous sommes dans un milieu social exactement inverse de celui de Shahrazade/Doniazad et dans une actualisation temporelle puisque l’histoire se passe en 1998 ; d’autre part, la parole ici n’est pas une parole salvatrice pour échapper à la mort, elle est au contraire une parole qui l’accompagne, celle qui fait le bilan de la vie de la famille avant le grand départ. Le récit-conte commence ainsi :

Nous eûmes l’illusion d’être heureuses. Seule l’enfance tient loin l’idée du mal, conjure le sort dans l’innocence et veut faire croire que jamais, au grand jamais, le malheur ne frappera. (p. 13)

14Il fait ensuite, très légèrement un clin d’œil aux Nuits, non dans leur essence mais dans leur décor. Ainsi, la mère se lave soigneusement chaque fois qu’elle sort dans cette ville de Paris qui n’est pas la sienne et, ensuite, comme après le hammam, ses filles l’entourent :

Notre mère s’allongeait alors comme une princesse des Mille et Une Nuits. Nous lui séchions les cheveux, les parfumions d’huile d’olive aromatisée aux clous de girofle et ôtions avec une pince à épiler les poils blancs qui poussaient sur ses tempes. (p. 15)

15Mais à mesure que le récit-conte se déroule, que la parole de l’aînée ne peut conjurer la mort inexorable mais qu’elle sollicite néanmoins l’attention de la cadette, la colère et le mépris vis-à-vis de la sultane s’expriment avec force :

Te souviens-tu de ce jour où notre père est parti, Amira ? Écoute-moi, toi qui n’aimes pas te tourner vers le passé. Je te raconte ces choses non pas pour vivre encore, comme cette folle de Shéhérazade, mais pour tromper l’attente de la fin. La conteuse des Mille et Une Nuits avait des raisons de rester en vie. Nous, nous n’avons que des raisons de mourir. Crois-tu qu’elles songent à mourir là-bas, les jeunes femmes de chez nous ? Non je ne pense pas. Elles sont habitées d’une frénésie de vie que j’admire. Elles sont en lutte contre le temps, la misère, leurs coépouses. Elles ne pensent qu’à vivre, comme si elles venaient au monde chaque matin pour la première fois. (p. 101)

16L’histoire s’achève en boucle, après ses fastes mensongers et sa misère constante, renouant avec son début : « Il était une fois, dans le village d’Alouane… Nous eûmes l’illusion d’être heureuses. » (p. 184)

17Ce n’est pas un des moindres paradoxes de ces résurgences des Nuits que leur irruption dans l’univers de la marge et de la périphérie qu’est le milieu de l’immigration maghrébine en France. Pourtant, c’est bien là, dans le milieu de l’exclusion, que se réactualise la menace de mort à travers des voix de femmes qui jouent, à leur manière très particulière, la partition de Shahrazade. Nacéra, au seuil de la mort, a une vérité à délivrer que seule l’écriture peut formuler :

Mais toi et moi nous savons la vérité. Celle que les policiers chercheront en vain. Nous savons que de ce pays nous mourrons. De son indifférence, de sa cruauté, de l’impossibilité d’y pénétrer. De l’Algérie nous mourrons aussi. De son éloignement, de sa cruauté, comme de l’impossible espoir d’y retourner. De cette vie de nos parents édifiée sur une illusion, un mirage de bonheur qui s’appelle la France.

Petite sœur, c’est de cette France que tu meurs, comme ma mère est morte de son Algérie.

Moi, de l’impossibilité où je fus d’inventer un autre pays. (p. 185)

18Ces « Shahrazades » ont bien cherché par l’écriture et le récit à dire la part la plus intime d’elles-mêmes, longeant lorsque c’était nécessaire, l’univers masculin mais n’en faisant pas leur but, ne cherchant pas à guérir les hommes de leur violence ou à les consoler de leurs échecs car elles savent que tout se conjugue à la première personne du pluriel et que chacune/chacun doit donner la mesure de sa propre voix. Il n’y a pas de miracle de la voix féminine qui s’oublie dans le dévouement à l’autre mais l’affirmation d’une existence où la mort cerne l’être démuni qui se débat avec les mots pour exister et qui s’affirme par une écriture où subjectivité et collectivité se nourrissent pour permettre l’émergence d’une écriture originale.

19La Deuxième épouse reprend le même procédé avec une complexification du passage du document à la fiction. L’affaire sollicitée s’étalant sur plusieurs semaines, le récit ne s’appuie pas sur un article unique mais sur plusieurs. Réécrits, ces articles consultés ont leur place dans la fiction, totalement intégrés à l’espace de la narratrice.

20Le fait divers n’est pas immédiatement la matière de la fiction et il est introduit explicitement la première fois aux p. 66-67, au cours d’une conversation entre Farida, la romancière (ainsi dénommée dans le texte même du roman) et Soraya, son amie qui lui suggère d’en faire un roman : ce fait divers est la disparition d’un avocat algérien pour raisons politiques. C’est d’ailleurs elle, Soraya, qui est l’intermédiaire entre le fait divers et Farida avec, chaque fois, la même interpellation, « Tu connais la nouvelle ? » (p. 74). La suite du fait divers « s’étale sur une page du quotidien du soir » sous les yeux de la narratrice qui la lit, avec le lecteur (p. à 79). Plus d’arrière-fond politique mais une hallucinante affaire de polygamie, Farida-alias F. Zouari résume la chronique du « chroniqueur judiciaire qui signe SB ».

21Voilà les protagonistes du drame qui se mettent en place : l’avocat polygame disparu puis assassiné, Sadek Bennaceur, son épouse Rosa, magistrate, dans le coma après une tentative de suicide, l’autre épouse qui se fait connaître Halima, la mère silencieuse de Rosa et sa sœur. Quelque temps plus tard et quelques pages plus loin, n’arrivant pas à dormir, Farida allume la télé le soir et tombe sur la nouvelle d’un nouveau coup de théâtre dans l’affaire Bennaceur : une troisième femme potentielle s’est déclarée, Lila Salem :

Les enquêteurs sont désormais formels : la disparition et la mort de l’avocat algérien sont liées à sa vie privée, une vie pour le moins tumultueuse, puisqu’il se confirme que la victime entretenait trois foyers en secret. En somme, une histoire de polygamie. (p. 117)

22Et Farida de commenter :

Soraya avait raison. Ce n’est pas une affaire de terrorisme ni de mafia, c’est une histoire de femmes. Je me surprends à murmurer : « Merci, mon Dieu, de n’avoir pas mis sur mon chemin ce genre de bonhomme ! » (p. 117)

23L’imagination de l’écrivaine se met à fonctionner à un régime toujours plus accéléré car elle peut distribuer désormais les rôles et croquer en condensé des devenirs de femmes en immigration, issues de l’Algérie – on remarquera que F. Zouari se tient toujours à distance de personnages tunisiens, réels ou imaginés –, et de leurs destins tragiques car attachés au machisme. Il faut reconnaître que ce sont des thèmes très porteurs pour le grand public, thème qui conforte un stéréotype attaché à l’Arabe. Le jeu narratif est de détourner le stéréotype pour braquer la lumière sur les différentes femmes.

24Les amies de Farida, Rachel et Soraya, ne cessent de la harceler :

Elles veulent que j’exploite cette histoire comme si je devais mener à terme une grossesse conçue d’un ovule inconnu. Et elles exigent des comptes comme si nous avions ouvert une boutique commune. (p. 121)

25Ses amies lui fournissent le dossier complet de l’affaire et Farida met en scène fictive la réception de l’enveloppe, son hésitation et son incapacité puis son refus de lire (cf. p. 126 et sq.). Plus tard dans le récit, complètement mobilisée par cette histoire, elle perd contact avec sa propre réalité et semble le retrouver quand son mari, Michel, s’oppose, pour la première fois, au sujet de son roman : il trouve le thème trop éculé, elle ne pourra pas innover sur un tel canevas :

Elle sera mieux inspirée si elle aborde d’autres sujets. Une saga historique, un roman réaliste sur les couples mixtes, sur Paris ; tiens, pourquoi pas une histoire d’amour avec Paris ! Je n’ai jamais rien lu sur ce thème chez les romanciers maghrébins. Ils passent leur vie dans cette ville sans y jeter un regard, obsédés par leur exil et leurs origines. (p. 234-235)

26La dernière pièce du puzzle de l’affaire est donnée, en fin de récit : c’est la mère de Rosa qui a tué son gendre (p. 278-279).

27Le travail sur le fait divers est plus conséquent ici que dans le premier récit. Elle a bien introduit une narratrice qui personnalise l’affaire. Elle pousse plus loin cette expérience dans La Deuxième épouse en effectuant un véritable travail de re-composition par l’introduction de la romancière qui est aussi la narratrice, par celle de la voix de Rosa qui, de son coma écoute et encourage en quelque sorte la romancière qui vient lui parler en s’installant à son chevet, jour après jour jusqu’à la ramener à la vie, par le parallélisme de son histoire personnelle – effleurée plus d’une fois sans que Farida veuille ouvrir les yeux –, avec celle du fait divers et qui viendra conclure le roman en le laissant ouvert pour d’autres interrogations. Le message est clair : il n’y a pas que les « Arabes » qui trompent leurs femmes. Farida qui se croyait à l’abri en ayant épousé un Français, subit le même sort. Ce dernier miroir n’est pas inintéressant puisqu’il introduit la relativité mais il est traité parfois un peu schématiquement.

28Par contre, pour le passage du fait divers à la fiction, la mise en scène de la romancière dans ses rapports à elle-même, à Rosa, aux autres femmes, ses amies et son éditrice, permet de véritables pages d’essai qui contiennent une réflexion sur l’écriture : qu’est-ce qu’écrire à partir de faits du réel ?

29On se reportera, pour le constater au fragment intitulé, « Françoise », aux pages 121 à 125 où la romancière investit son éditrice de la responsabilité du traitement du roman qu’elle nous fait lire. Et, comme pour montrer ce qu’elle aurait voulu faire, elle insère, de manière très intéressante, ce qu’aurait été sa manière d’écrire sans cette injonction : « Racontez, et le reste sera donné au lecteur par surcroît ! » (p. 123)

30Le récit enchâssé est lu à Rosa, toujours dans le coma aux pages 241 à 248, 255 à 260, 263 à 268, 270 à 274 et 276-277. Cette histoire des quatre femmes réunies autour du cadavre de l’homme – les trois épouses et la mère de Rosa – dans un patio plutôt que dans un tribunal, « entre la France et l’Algérie », ne plaît pas à l’éditrice :

En attendant que la justice française interroge sa mère, après avoir interrogé ses deux co-épouses, j’ai voulu l’emmener (le « l » désigne Rosa) loin et l’installer dans un ancien harem. Par commodité de récit, par parti pris esthétique, mais aussi par fidélité à une histoire musulmane qui est un concentré de bruits étouffés, émis par des femmes, leurs plaintes, leurs disputes, leurs rires, leurs sanglots, leurs pleurs derrière les murs. Un long et intranquille roman d’alcôve.
Françoise a hoché la tête, peu convaincue. (p. 252)

31Ainsi, dans une même œuvre, F. Zouari offre à ses lecteurs un produit bien actuel du 2 en 1 : on a à la fois le roman tel qu’il peut plaire et le roman tel qu’elle aurait voulu qu’il soit écrit.

32Que peut-on conclure de cette négociation document/fiction ?

33Les fictions sont datées : 2002 et 2003, avec de multiples allusions à la préparation de la seconde guerre en Irak. La datation met le lecteur en éveil entre l’actualité et le présent de narration : il faut qu’il trace les parallèles mais il ne faut pas qu’il oublie le document.

34La vie des protagonistes est inventée dans les limites du « mentir-vrai » : Amira, Nacéra et Djamila pour le premier roman ; Rosa, Halima-Emma, Lila et la mère de Rosa d’une part et, d’autre part, Farida, la romancière et ses amies pour le second roman.

35La fiction tisse, pour donner vie au personnage, une antériorité, un présent, un avenir. Le style journalistique reste dominant, sans grande recherche du côté de la poéticité de la langue mais avec une exploration de la dimension philosophique et existentielle. L’introduction de personnages inventés par la fiction, diégétiques et non référentiels renforce l’invention fictionnelle.

36Un engagement de l’instance narratrice modulée différemment : délégation de la voix de la narration à Nacéra puis gravissant un échelon de plus dans l’engagement narratif, le second roman introduit une narratrice intradiégétique, partageant avec l’écrivaine de troublantes ressemblances et qui va être une sorte de miroir.

37On constate aussi, liée à l’instance de la narration, une motivation onomastique très forte pour les personnages imaginés ou re-nommés : Amira (« princesse » ; elle se fait appeler Marie, anagramme de Amira mais en même temps nom emblématique du désir de passage dans l’autre camp !), Nacéra (« la victorieuse ») et Djamila (« la belle ») dans le premier récit de F. Zouari ; et Rosa, Halima, Lila et surtout Farida – « l’unique » – et l’éditrice française qui se nomme Françoise…, pour le second récit. Mais aussi, pour les personnages secondaires : Noura, Fattoum, Rose, l’assistante sociale. Dans le second roman, les trois petites filles s’appellent Inès : une option vers l’universel ?

38L’attention au décor, à la société et à tout l’environnement qui n’existe pas aussi précisément dans le document sollicité ou déclencheur.

39L’invention d’une architecture et d’un déroulé narratif qui oblige le lecteur à poursuivre jusqu’au terme sa découverte avec le principe de l’alternance des voix et celui de la juxtaposition de textes en séquences courtes ou en fragments. Les romans finissent sur une suspension : que devient Nacéra, que devient Farida ? Cette manière de procéder est liée au refus de la clôture narrative avec une fin ouverte.

40La romancière tunisienne, vivant en France depuis de longues années, s’empare d’une actualité « bio-dégradable » pour la faire signifier autrement : le double récit de Fawzia Zouari dans son roman de 2006 montre qu’elle n’est pas toujours maîtresse de ce qu’elle entend offrir dans la communication littéraire. C’est particulièrement visible dans le fait qu’elle se situe, pour les deux récits, dans un univers féminin avec un point de vue spécifique : elle réfléchit à la difficulté à vivre et à exister des femmes, au couple, et surtout à la dépendance. Cet univers dominant induit un sous-thème éclairant des situations actuelles : la « malvie » des immigrés maghrébins (en fait essentiellement algériens dans les deux romans de F. Zouari) dans une chaîne ininterrompue d’exclusions et dressant des personnages-types : l’intégration basée sur le renoncement à soi-même avec Nacéra et Amira, la polygamie permettant de révéler trois profils d’Algériennes en France : la fille de harki, l’Algérienne mal dégrossie installée en France après son mariage et la petite beurette voleuse de « mâles ».

Auteur

Professeur de Littérature comparée et francophone et Directrice du Centre de Recherche Textes et Francophonies à l’Université de Cergy-Pontoise, depuis 1997. Elle a été auparavant universitaire à Alger de 1967 à 1994. Elle est spécialiste des littératures de langue française (Méditerranée et Caraïbe plus particulièrement) et auteur de nombreuses études sur ces domaines. Cf. son site : http://www.christianeachour.net

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540