Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

Y comme Yekrik Yekrak

Christiane Chaulet Achour

Texte intégral

1Il y a différentes manières d’entrer dans l’univers du conte…

« Bonne, bonne fois… »
« Trois fois bel conte » écrit Lafcadio Hearn.
« Kri… Kra… » – « Cric… Crac… », transcrit Ina Césaire
« Tim, Tim
- Bois sec
- Et cric !
- Et crac ! », rapporte Maryse Condé.

2Dans d’autres cultures, on entre autrement dans la parole et l’écoute contiques.

Ma chahou thelam chahou
Que mon conte se déroule comme un fil.

3Et en clôture :

Mon conte a coulé comme l’oued
Je l’ai dit pour les fils de Djouad
Les chacals, que Dieu les maudisse
Et nous, qu’il nous bénisse.

4Une autre formule possible, en ouverture…

Il y avait ce qu’il y avait
Il y avait des basilics et des lys
Sur les genoux du Prophète
Sur lui prière et salut.

5Et en clôture :

Notre conte est dans la forêt
Que notre récolte
Soit belle cette année.

6Ou encore :

Un conte merveilleux, Dieu le rende plaisant
Qu’il le rende semblable à un galon de soie.

7Et en clôture :

Mon conte est terminé
Je l’ai conté à des seigneurs.

8Ces formules initiales et conclusives marquent bien le passage du réel aux registres narratifs divers des contes pour nous entraîner, à travers symboles et allégories, dans l’interrogation sur notre vie humaine.

9Ina Césaire présente ainsi le conte antillais :

Quant au rôle du conte antillais, il est, selon nous, celui de la représentation, sous une forme symbolique, de la réalité sociale. Il a utilisé le conte africain originel en l’adaptant à la société servile, puis coloniale. Il ne fait aucun doute que les esclaves transplantés aux Antilles aient utilisé ce mode d’expression, l’un des rares qui leur fût laissé, pour exprimer leurs sentiments, leur vie et leurs révoltes. C’est en cela que le conte antillais, au-delà de la parodie, constitue un véritable « révélateur ».
Parallèlement, apparaît ici et se manifeste son rôle de critique sociale. Mais il ne s’agit encore que d’une critique larvée, comme volontairement masquée, une critique issue d’une société colonisée.

Expression du milieu populaire non-urbanisé, le conte ne se dit qu’en créole […]. Face à une langue de prestige, écrite, codifiée, enseignée [il s’agit du français], et qui seule permet d’acquérir un statut social valorisé, le créole, réduit à l’état de langue vernaculaire a conservé une vocation essentiellement orale. Il maintient le contact du peuple avec son passé et constitue le véhicule culturel authentique et vivant des Antillais. On y retrouve, intimement mêlé aux nombreux emprunts résultant de plusieurs siècles de colonisation, tout ce qui subsiste de la lointaine origine africaine de cette population.
De même les contes, expression de son identité culturelle, reflètent aussi cette rencontre, comme en témoignant leurs thèmes et leurs symboles.

Introduction à Contes de mort et de vie aux Antilles,
Paris, Nubia, 1976

10Maryse Condé, écrivaine et critique guadeloupéenne, s’est également intéressée aux contes.

11Dans La Civilisation du Bossale, sous-titré, Réflexions sur la littérature orale de la Guadeloupe et de la Martinique, publié chez l’Harmattan en 1978, elle propose une réflexion intéressante sur « les fonctions » et « les images » véhiculées par les proverbes et les contes antillais. Dans la partie consacrée aux contes, elle interroge l’idée communément répandue selon laquelle « l’univers des contes est la restitution de la quotidienneté de la vie de l’esclave ». Dans cette perspective, elle analyse successivement les deux cycles principaux des contes de Guadeloupe et de Martinique : cycle à personnages animaux (Compé Lapin et Compé Zamba) et cycle à personnages humains (Ti Jean). Outre une entrée dans l’univers des contes par des résumés très synthétiques, Maryse Condé opère des recoupements qui mettent en évidence les réseaux significatifs et la portée de ces contes (La civilisation du Bossale, Paris, L’Harmattan, 1978, 70 p.).

12Une figure étonnante de l’Internationale littéraire est celle de Lafcadio Hearn. Une de ses biographes, Bernadette Lemoine, attribue son appétit pour les langues à son origine même :

N’était-il pas un curieux cocktail humain, un Celte grec de sang métissé, à qui l’on attribuait volontiers, du côté maternel, des origines maltaises, mauresques, phéniciennes, espagnoles, italiennes et normandes.

13Lafcadio Hearn a évoqué le souvenir de sa mère lui racontant des histoires en italien et grec. Lui-même, à Cincinnati entre 1871 et 1877, fréquenta les quartiers noirs et s’intéressa à la langue et à la culture orale créole américaine. Lorsqu’il arrive en Martinique (1887-1889), il est déjà familier du créole de La Nouvelle-Orléans. De langue anglaise, francophile et très sensible au créole, il n’a alors aucun frein vis-à-vis de cette langue et, bien au contraire, il s’attache à recueillir des contes à Saint-Pierre et dans ses environs. Six d’entre eux ont été édités dès 1932 au Mercure de France sous le titre Trois fois bel conte ; et d’autres, inédits, l’ont été en 2001 chez à Ibis Rouge Éditions grâce aux recherches de Louis Solo Martinel et à la conservation des documents de Hearn par ses descendants japonais. Avec son épouse et ses enfants japonais, Hearn avait d’ailleurs inventé une langue familiale, le « Hearn san no Kotoba », « the Hearnian dialect ». Son petit-fils Toki Koizumi rappelle des souvenirs de son propre père, fils aîné de Hearn, Kazuo Koizumi :

Lorsqu’il était de bonne humeur, il fredonnait souvent une chanson populaire du folklore martiniquais : Bom ! ti cannot ! alé châché… méné vini ! Bom ! ti cannot ! Chanson gaie qu’il a rapportée dans son roman martiniquais Youma. Mon père nous raconta également que d’autres chansons martiniquaises pleines de joies s’échappaient de son bureau et mettaient toute la famille de bonne humeur […]. Les deux fils de l’écrivain ont gardé un bon souvenir de cet air léger et rythmé de calypso et l’ont chanté et donc transmis à leurs familles.

14Deux écrivains les ont intégrés dans leurs propres créations. Aimé Césaire tout d’abord et Daniel Maximin à sa suite.

15Ainsi le conte du Colibri est intégralement cité dans la cinquième partie de L’Isolé Soleil (Le Seuil, 1981) avec le titre même de Hearn, Trois fois bel conte, et celui de Pelamanli, cité aussi mais transformé. La voix du conte chez le romancier guadeloupéen est tout à fait prégnante dans toute son écriture. Car les contes ne sont pas seulement cités mais ils sont essaimés pour accompagner tous les personnages porteurs d’avenir, d’espoir, d’invention et de création. L’originalité de son travail ne vient pas de la recherche d’un conte rare, bien au contraire : il est à la recherche de cette parole commune et veut disséminer le symbole dans de nombreux moments de ses romans-paroles ou de ces « épopées poétiques » pour faire de cette « critique masquée » dont parlait Ina Césaire, un instrument de révélation du réel et des luttes des Antillais. Si les colibris ouvrent le roman dans son envolée initiale (cf. « K… comme Karukéra »), ils le concluent aussi dans le dernier envoi, signé « Daniel » :

Le conte nous fait signe : le colibri trois fois bel cœur fait lever le soleil, parti cabri sans se coucher mouton. La queue coupée du crapaud-tambourineur, c’est bonne récolte, promesse d’avenir.

16En 1960 dans son recueil, Ferrements, (Éditions du Seuil, 1960, nouvelle édition sous le titre Ferrements et autres poèmes, 1980) Aimé Césaire introduit un poème intitulé :

« Statue de Lafcadio Hearn »
Sans doute est-il absurde de saluer cette poussée en plein océan
restée debout à la verticale parmi les griffures du vent
et dont le cœur à chaque battement déclenche
un délire vrai de lianes. Grande phrase de terre sensuelle
si bégayée aux mornes ! « Et qui, qui veut » entendais-je
hurler une voix sans dérision « en boire
de l’Âme d’Homme ? De l’Esprit
de Combat ? De l’Essence par quoi qui tombe tombe pour
se relever ? Du Meneur de Cœurs ? Du Briseur
de l’Enfer ? » Alors ma vue tarière força
et la vision pondit ses yeux sans rémission :

Yé grimpa au palmier
Nanie-Rosette mangeait sur un rocher
le diable volait autour
oint de graisse de serpent
d’huile des trépassés
un dieu dans la villa dansait à tête de bœuf
des rhums roux couraient de gosier en gosier
aux ajoupas l’anis se mêlait à l’orgeat
aux carrefours s’accroupissaient aux dés et sur les doigts

dépêchaient des rêves
des hommes couleurs tabac
dans les ombres aux poches de longs rasoirs dormaient

des rhumes roux couraient de gosier en gosier
mais aucun aucun qui formidable fît réponse
et sa muqueuse prêtât à la morsure des guêpes
O questionneur étrange
je te tends ma cruche comparse
le noir verbe mémorant
Moi moi moi
car de toi je connus que ta patience fut faite
de la cabine de commandement d’un corsaire démâté
par l’orage et léché d’orchidées

17Ce poème de Césaire, comme les romans de Maximin qui lui sont postérieurs, est difficilement lisible sans une connaissance préalable des contes antillais et de Lafcadio Hearn. Deux des héros sont ici nommés : Yé qui, pour nourrir sa famille, a tué l’oiseau-totem et celui-ci se venge en les plongeant tous dans une indigestion qui lui permet de retrouver l’air libre et d’exiger de récupérer jusqu’à la dernière de ses plumes ; Nanie-Rosette qui, pour déguster un mets succulent, est capable de passer une nuit entière sur un rocher malgré le diable. Le choix de Césaire souligne l’obsession de la faim qui donne du courage pour subvertir des codes mais qui empêche de faire autre chose, d’entendre des incitations à la révolte : « l’Âme d’homme, l’Esprit de combat, le Briseur de l’enfer ». La parole poétique se tient, vigilante pour réveiller les énergies. La vue « tarière » du poète perce l’écran de la naïveté du conte populaire et en livre la signification profonde : des petits, écrasés, qui osent braver leur condition. Car dans la ville, lieu par excellence de l’autre, le nègre s’adonne à tous les plaisirs en laissant dormir les « longs rasoirs ». Il ne répond pas à « la morsure des guêpes », l’appel de la révolte. Ainsi, se tournant vers le folkloriste étranger qui a recueilli l’esprit du folklore antillais, le poète accueille le don pour dépasser l’inertie, la paralysie et faire de la patience le ferment de la lutte contre l’asservissement.

18On voit bien ici comment le poète s’empare du trésor commun non pour le raconter – cela a été fait et est fait dans les veillées, dans le recueil de L. Hearn –, mais pour le faire signifier.

19Le poème qui suit immédiatement est dans la même tonalité :

Beau sang giclé tête trophée membres lacérés
dard assassin beau sang giclé
ramages perdus rivages ravis
enfances enfances conte trop remué
l’aube sur sa chaîne mord féroce à naître ô assassin attardé
l’oiseau aux plumes jadis plus belles que le passé
exige le compte de ses plumes dispersées

20Le poète ici joue sur deux contes, celui de l’oiseau-totem sacrifié par Yé et celui de Colibri. Ces deux « personnages » deviennent les symboles d’un peuple martyrisé, mutilé, privé de tout par la traite et l’esclavage. Mais en « exigeant », il récupère sa pleine humanité et menace le maître.

21Ce second poème, D. Maximin l’introduit exhaustivement dans son roman : il devient l’espace qu’a choisi Toussaint, au moment de la révolte du Carnaval en 1943 contre le représentant de Pétain dans les îles, pour donner son mot de passe (5e partie de L’Isolé Soleil, « L’air de la mère », « Pierrot-jumeaux ») En écho et prolongement de ces deux poèmes, on peut aussi lire dans Ferrements de Césaire : « Tombeau de Paul Éluard », « Mémorial de Louis Delgrès » ; et dans le recueil, Noria, « Cérémonie vaudou… pour Saint John Perse ». Puis revenir dans Ferrements à « Hors des jours étrangers » :

mon peuple
[…] quand
quand donc cesseras-tu d’être le jouet sombre
au carnaval des autres
ou dans les champs d’ autrui
l’épouvantail désuet
Yekrik… Yekrak…

Que tes yeux se souviennent de la parole : parce que nous sommes une petite île, ils nous considèrent comme des souris en cage affamées de libertés en miettes. Mais nous n’aurons d’oreille que pour les tambours des crapauds et notre regard sera à la hauteur du vol des colibris. (L’Isolé Soleil)

22Et dans une conférence, en 1998, Daniel Maximin insistait encore sur l’importance de l’imaginaire du conte dans l’écriture de l’Histoire de la Caraïbe :

Au moment où chaque spectateur va se perdre dans le mythe collectif ou dans un paradis intérieur, voilà que le conteur, vif comme Colibri réveillant Crapaud interpelle l’auditoire avec le fameux : « Cric, Crac » […]. Voilà que le conteur le ramène à l’ici et au maintenant, pour mieux lui rappeler que tout rêve doit se préoccuper de son réveil.

Yekrik… Yekrak…

Bibliographie

Bibliographie

Césaire Aimé, Ferrements et autres poèmes (avec une préface de Daniel Maximin), rééd. Le Seuil Points, 2008.

Césaire Ina et Laurent Joëlle, Contes de mort et de vie aux Antilles, Paris, Nubia, 1976.

Chaulet Achour Christiane, La trilogie caribéenne de Daniel Maximin, Paris, Karthala, 2000, (cf. en particulier le chapitre 4, « La voix du conte », p. 83 à 109 qui suit le travail du conte dans toute la trilogie).

Hearn Lafcadio, Trois fois Bel conte…, traduit par Serge Denis (avec le texte original en créole antillais), Préface de Ch. M. Garnier, Mercure de France, 1932.

——, Contes créoles (II) recueillis par Lafcadio Hearn (inédits), transcrits et traduits en français par Louis Solo Martinel, Ibis rouge Éditions, 2001.

Kesteloot Lilyan et Kotchy Barthélémy, Aimé Césaire – L’homme et l’œuvre, Présence Africaine, 1973.

Maximin Daniel, L’Isolé Soleil (1981), Soufrières (1987) et L’île et une nuit (1995), Seuil. Réédités tous les trois en Seuil Points.

Pour les informations biographiques : cf. la lettre K pour Daniel Maximin et la lettre U pour Aimé Césaire.

Auteur

Professeur de Littérature comparée et francophone et Directrice du Centre de Recherche Textes et Francophonies à l’Université de Cergy-Pontoise, depuis 1997. Elle a été auparavant universitaire à Alger de 1967 à 1994. Elle est spécialiste des littératures de langue française (Méditerranée et Caraïbe plus particulièrement) et auteur de nombreuses études sur ces domaines. Cf. son site : http://www.christianeachour.net

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540