Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

X Comme Xénophobe/Xénophobie

Christiane Chaulet Achour

Texte intégral

1Au jeu des définitions, le dictionnaire peut être très prolixe ou, au contraire d’une sobriété intéressante.

2Il en est ainsi pour les termes de « Xénophobie » et « Racisme » comme nous pouvons le voir dans Le Petit Larousse illustré, 2005, 100e édition :

3Xénophobie [gze-] n. f. Hostilité systématique à l’égard des étrangers, de ce qui vient de l’étranger.

4Xénophobe [gze-] adj. et n. Qui manifeste de l’hostilité envers les étrangers.

5Racisme n. m. 1. Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie. 2. Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Racisme envers les jeunes.

6Raciste adj. et n. Qui relève du racisme ; qui fait preuve de racisme. Peu d’exemples sauf « Racisme envers les jeunes ». Pas de lien d’un mot à l’autre comme s’ils étaient tout à fait différents : aucun synonyme, aucun renvoi.

7Le mot « Xénophobie » n’est pas recensé dans le Grand Dictionnaire Larousse du XIXe siècle. Par contre, il existe dans Le Grand Robert de 1964, à la p. 1061 du tome VI. On y donne l’antonyme : xénophile et un approchant : chauvinisme. Xénophobie est attesté au début du XXe siècle et l’exemple est pris à La Force de l’âge de Simone de Beauvoir :

Une vague de xénophobie souleva la France : il était inadmissible qu’on employât une main-d’œuvre italienne ou polonaise alors que les ouvriers de chez nous manquaient de travail.

8L’étymologie peut-elle nous faire avancer ?

9Xénophobie : du grec Xenos, étranger et phobos, peur, effroi.

10Racisme : de l’italien razza, sorte de famille, souche, venant du latin ratio, ordre, catégorie, espèce, partie.

11Dans le langage habituel, il semble que la xénophobie soit plus « neutre » que le racisme comme si son sens n’avait pas d’incidence directe dans les échanges entre individus et peuples. Le second mot a une orientation plus sensible : il est un mouvement voulu et ciblé et a des conséquences dans le comportement de celui qui est raciste.

12Avouerait-on plus aisément d’être « xénophobe » que d’être « raciste » ? Comme si ne pas aimer l’étranger n’entraînait pas des attitudes d’exclusion et de rejet ? Comme si la « xénophobie » était vierge de tout sentiment de hiérarchie alors que le « racisme » établissant une hiérarchie entre les races, déclarant que telle race est supérieure aux autres, entraînait, seul, un comportement condamnable ?

13Les textes littéraires et les textes littéraires francophones en particulier ont mis en scène de multiples façons ce rejet de l’étranger et les stratégies plus ou moins brutales d’exclusion qu’il entraîne. On sait que depuis très longtemps, xénophobie et racisme ont entraîné esclavages, colonialismes, génocides, apartheid et ségrégations, épurations ethniques.

14On connaît le sketch « Xénophobie » de Raymond Devos :

On en lit des choses sur les murs !
Récemment, j’ai lu sur un mur :
« Le Portugal aux Portugais !
Le Portugal aux Portugais ! »
C’est comme si l’on mettait :
« La Suisse aux Suisses ! »
Ou :
« La France aux Français ! »
Ce ne serait plus la France !
Le racisme, on vous fait une tête
Comme ça avec le racisme !
Écoutez…
J’ai un ami qui est xénophobe.
C’est-à-dire qu’il ne peut pas supporter
Les étrangers !
Il déteste les étrangers !
Il déteste à tel point les étrangers
que lorsqu’il va dans leur pays,
il ne peut pas se supporter !
Raymond Devos, Matière à rire, L’Intégrale,
© Olivier Orban, 1991, p. 300

15Tout cela a à voir, bien évidemment, avec la conception de l’identité qu’Amin Maalouf a si clairement et lumineusement exposé au début de son essai Les Identités meurtrières (Grasset, 1998) en prenant son cas personnel et la question récurrente qui lui était posée « « plutôt français » ou « plutôt libanais » :

Cette interrogation insistante m’a longtemps fait sourire. Aujourd’hui, je n’en souris plus. C’est qu’elle me semble révélatrice d’une vision des hommes fort répandue et, à mes yeux, dangereuse. Lorsqu’on me demande ce que je suis « au fin fond de moi-même », cela suppose qu’il y a, « au fin fond » de chacun, une seule appartenance qui compte, sa « vérité profonde » en quelque sorte, son « essence », déterminée une fois pour toutes à la naissance et qui ne changera plus ; comme si le reste, tout le reste – sa trajectoire d’homme libre, ses convictions acquises, ses préférences, sa sensibilité propre, ses affinités, sa vie, en somme –, ne comptait pour rien. Et lorsqu’on incite nos contemporains à « affirmer leur identité » comme on le fait si souvent aujourd’hui, ce qu’on leur dit par là c’est qu’ils doivent retrouver au fond d’eux-mêmes cette prétendue appartenance fondamentale, qui est souvent religieuse ou nationale ou raciale ou ethnique et la brandir fièrement à la face des autres.

Quiconque revendique une identité plus complexe se retrouve marginalisé.

[…]
Personnes « mises en demeure de choisir », « sommées », disais-je. Sommées par qui ? Pas seulement par les fanatiques et les xénophobes de tous bords, mais pas vous et moi, par chacun d’entre nous. À cause, justement, de ces habitudes de pensée et d’expression si ancrées en nous tous, à cause de cette conception étroite, exclusive, bigote, simpliste qui réduit l’identité entière à une seule appartenance, proclamée avec rage.
C’est ainsi que l’on « fabrique » des massacreurs, ai-je envie de crier ! Une affirmation un peu brusque, je l’admets, mais que je me propose d’expliciter dans les pages qui suivent.

16Plus de quarante ans auparavant, Frantz Fanon posait aussi cette question d’identité : comment se construire quand on se sait homme et qu’on est sans cesse renvoyé au fait que la couleur de sa peau soit « noire » ?Peau noire, masques blancs (Éditions du Seuil, 1952, coll. Points Essais, 1972.) analysait différentes attitudes de racisme et de repli sur soi de la part de la personne qui en est victime ou d’une violence de réponse. Des extraits de sa conclusion sont à lire pour réfléchir à ces questions toujours aussi prégnantes dans nos sociétés :

La découverte de l’existence d’une civilisation nègre au XVe siècle ne me décerne pas un brevet d’humanité. Qu’on le veuille ou non, le passé ne peut en aucune façon me guider dans l’ actualité.
[…]
Le Noir, même sincère, est esclave du passé. Cependant, je suis un homme, et en ce sens la guerre du Péloponnèse est aussi mienne que la découverte de la boussole. En face du Blanc, le Noir a un passé à valoriser, une revanche à prendre ; en face du Noir, le Blanc contemporain ressent la nécessité de rappeler la période anthropophagique.
[…]
Seront désaliénés Nègres et Blancs qui auront refusé de se laisser enfermer dans la Tour substantialisée du Passé.
[…]Je suis un homme, et c’est tout le passé du monde que j’ai à reprendre. Je ne suis pas seulement responsable de la révolte de Saint-Domingue.
Chaque fois qu’un homme a fait triompher la dignité de l’esprit, chaque fois qu’un homme a dit non à une tentative d’asservissement de son semblable, je me suis senti solidaire de son acte.
En aucune façon je ne dois tirer du passé des peuples de couleur ma vocation originelle.
En aucune façon je ne dois m’attacher à faire revivre une civilisation nègre injustement méconnue. Je ne me fais l’homme d’aucun passé. Je ne veux pas chanter le passé aux dépens de mon présent et de mon avenir.
Ce n’est pas parce que l’Indochinois a découvert une culture propre qu’il s’est révolté. C’est parce que « tout simplement » il lui devenait, à plus d’un titre, impossible de respirer.
[…]
Les Vietnamiens qui meurent devant le peloton d’exécution n’espèrent pas que leur sacrifice permettra la réapparition d’un passé. C’est au nom du présent et de l’avenir qu’ils acceptent de mourir.
[…]
Je n’ai pas le droit, moi homme de couleur, de rechercher en quoi ma race est supérieure ou inférieure à une autre race.
Je n’ai pas le droit, moi homme de couleur, de souhaiter la cristallisation chez le Blanc d’une culpabilité envers le passé de ma race.
Je n’ai pas le droit, moi homme de couleur, de me préoccuper des moyens qui me permettraient de piétiner la fierté de l’ancien maître.
Je n’ai ni le droit ni le devoir d’exiger réparation pour mes ancêtres domestiqués.
Il n’y a pas de mission nègre ; il n’y a pas de fardeau blanc.
[…]
Je dois me rappeler à tout instant que le véritable saut consiste à introduire l’invention dans l’ existence.
Dans le monde où je m’achemine, je me crée interminablement.
[…]
Le malheur de l’homme de couleur est d’avoir été esclavagisé.
Le malheur et l’inhumanité du Blanc sont d’avoir tué l’homme quelque part.
Sont, encore aujourd’hui, d’organiser rationnellement cette déshumani sation.
[…]
Le nègre n’est pas. Pas plus que le Blanc.
Tous deux ont à s’écarter des voies inhumaines qui furent celles de leurs ancêtres respectifs afin que naisse une authentique communication.

17Toutes ces exhortations d’intellectuels contre ce qu’il faut bien appeler racisme et xénophobie sont à lire conjointement avec d’autres textes qui réveillent des mémoires enfouies, enterrées, qui font connaître ce que l’Histoire a occulté et voulu effacer. Car on ne peut reconstruire une humanité que si tout est mis au jour. Les écrivains francophones ont été et sont nombreux à ce rendez-vous de la mémoire.

18Dans son roman de 2000, l’écrivain Anouar Benmalek écrit la fictionnalisation d’un génocide oublié. Sa dédicace est explicite :

À Truganini, morte le 8 mai 1876, dernière représentante des Aborigènes de Tasmanie, peuple effacé de la surface de la terre par un génocide parfait : sans mémoire pour les victimes, sans opprobre pour les assassins.

19Comme dernier survivant, il ne choisit par une vieille femme mais un enfant. L’enfant a été capturé et ses parents, dépecés, sont conservés dans le sel :

Plusieurs fois, Tridarir a tenté de se convaincre que tout ce qui lui arrivait n’était pas réel : l’empoisonnement, l’éventrement de son père et de sa mère, sa capture, sa présence dans cette pièce obscure où règne une odeur pestilentielle de viande avariée, celle de ses parents. Comment cela est-il possible ? Au début, il s’était persuadé qu’en suppliant ses ravisseurs toute une journée, toute une nuit, et puis les jours suivants, ils se résoudraient à l’extraire de ce monde impossible pour le remettre dans le « vrai » monde. Monde impossible… parce qu’impossible ! Car comment, autrement, pourraient reposer côte à côte, dans une grande caisse, les corps de sa mère et de son père bourrés de gros sel ? Tout autour, il y a plusieurs sacs de toile numérotés avec des inscriptions. C’est Lawson, qui n’entre jamais dans la grange sans sa pipe allumée – à cause de l’odeur – qui a ouvert le premier un des sacs devant l’enfant. Tridarir a saisi, au regard de l’homme, que celui-ci avait répandu le tas d’os devant le petit Aborigène uniquement pour le plaisir d’examiner sa réaction. Personne parmi les quatre déterreurs ne sait que Tridarir comprend l’anglais. Lawson a pourtant fixé l’enfant dans les yeux :
Ça, c’est un de tes semblables, un gaillard du fleuve de la Biche Grasse. Rassure-toi, il était bien mort quand on l’a déniché dans la jungle. Vous les cachez fichtrement bien, vos macchabées, mes sagouins !
Il caresse les os blanchis.
Le squelette est en bon état. Comme les autres, d’ailleurs, ceux du grand Fleuve, ceux du pays des Lacs… Ah, on a bien travaillé ! On en tirera un bon prix, mais, que le diable me grille si je me trompe, moins que pour la viande de ton vieux et de sa femelle et…
Guettant l’expression de l’Aborigène :
-… encore moins que pour toi, mon petit rat. Tu n’as pas de chance, tu es le joyau de notre collection : le dernier petit Négro vivant de Tasmanie. Il ne nous restait plus que quelques Abos tout décatis et toi, tu apparais, t’es là, frais comme un agneau ! Tu peux compter sur nous, on fera monter les enchères, crois-en la parole du vieux Lawson, le bâtard de sa mère chérie !
L’enfant a gardé les yeux baissés, serrant les dents pour qu’elles ne claquent pas. Lawson a ébouriffé les cheveux, s’extasiant sur leur densité. Tridarir a eu la certitude que Lawson – et les autres – aurait très mal supporté que leur prisonnier pût parler leur langue. Une bête – et à leurs yeux, il n’est guère plus qu’une bête ! – ne parle pas anglais ! Lawson a rassemblé les os, les a mis dans le sac en les faisant tinter avec désinvolture. Sifflotant un air guilleret, il a claqué la porte. L’enfant l’a entendu proposer à Flyn de jouer aux cartes.
Anouar Benmalek, L’Enfant du peuple ancien, © Département de la librairie Arthème Fayard,
2000.

20Le romancier choisit de mettre en scène comme dernier survivant un enfant plutôt que la vieille femme attestée par les archives. Et Kader et Lislei, les deux autres personnages du roman, deux déportés évadés de la Nouvelle Calédonie, trouvent sur le bateau de leur passage « un enfant enfermé dans une cage ». Malgré le danger que cela représente pour eux, ils s’évadent avec lui, le soustrayant à ces « collectionneurs ».

21Pour mieux dénoncer le racisme horrible du génocide et l’humanité du dernier survivant, c’est lui que la narration choisit comme complice du lecteur pour faire apparaître les civilisés comme de véritables sauvages. De plus, une longue analepse dote l’enfant de la complexité de tout personnage romanesque : un passé, une famille, un lieu de vie, des brimades et des joies, un projet. Il a vécu trois ans avec ses parents dans la jungle et, malgré les dangers, la vie qu’ils ont recréée, hors de la captivité, leur a fait oublier parfois qu’ils « étaient parmi les tout derniers représentants des premiers habitants de la Tasmanie ». Après sa capture, c’est toujours sa vision des choses qui est transmise au lecteur : la réduction aux signes essentiels qu’il observe accuse encore la bestialité des chasseurs. Mais, en même temps, le romancier ne fait pas de Kader et Lislei, des anges. Ils doivent subir toute une évolution pour accepter la différence de Tridarir qui les fuit plus d’une fois. Tridarir demeure pour eux une énigme dont ils ne comprennent pas nécessairement les réactions parce qu’ils ne partagent pas les mêmes références ; seule leur humanité commune les sauve de l’innommable. A. Benmalek invente une famille métisse qui ne tente pas de syncrétisme mais qui, par amour et humanité, exerce sa tolérance.

22Raymond Devos, très célèbre humoriste de langue française, est né le 9 novembre 1922 à Mouscron en Belgique. Il est mort le 15 juin 2006 à Saint-Rémy-les-Chevreuse en France, pays dont il avait la nationalité. Il a passé son enfance à la frontière entre la France et la Belgique, à 5 km de son lieu de naissance. Il doit quitter l’école à 13 ans à cause de problèmes financiers que connaît son père. Il parfait, par lui-même sa culture et sa maîtrise de la langue française. Il rêve d’être artiste mais avant de le devenir, il exerce différents métiers. Au moment de la guerre, il est requis par le STO (Service de travail obligatoire).

Lorsque j’ai été déporté du travail en Allemagne, je côtoyais quotidiennement des hommes de nationalités différentes. Avec des rudiments de langue allemande, on tentait de se faire comprendre. Mais il y avait aussi les gestes, une attitude, un regard qui ajoutaient aux efforts relationnels.

23Il enrichit ainsi son bagage d’une nouvelle expérience, celle de mime, qu’il va parfaire à l’école d’Etienne Decroux où il rencontre Marcel Marceau. Il commence à jouer au théâtre après la guerre. Au hasard d’une tournée théâtrale des villes casinos, il découvre l’absurde et le comique de situation. Interrogeant un maître d’hôtel, « Je voudrais voir la mer », il se voit répondre « Vous n’y pensez pas, elle est démontée ». « Quand la remontera-t-on ? » insiste-t-il. « C’est une question de temps »… Il va jouer dans les plus grandes salles. Beaucoup le considèrent comme un génie des mots. Ses références littéraires sont Gaston Bachelard et Marcel Aymé. Ses inspirateurs et modèles sont Tristan Bernard, Alphonse Allais, Alfred Jarry, Boris Vian avec lequel Devos a travaillé, Raymond Queneau. Sans oublier Charlie Chaplin, Jacques Tati, Pierre Etaix et les grands clowns comme les légendaires Footot et Chocolat, Grock, les Fratellini ou Pipo.

24Son nom en néerlandais signifie « le renard ». Mais pourtant, pas de doute : son père, né à Tourcoing en 1887, son grand-père, né à Bousbecque en 1841, sa mère, Bretonne de Vitré, sont Français. À sa naissance à Mouscron, en Belgique, à deux pas de la frontière avec la France, son père le déclara à la maison communale de cette ville, où ses parents avaient alors une propriété, le château de Tourelles. Mais il omit de l’inscrire également au consulat de France. Malgré des papiers d’identité en bonne et due forme, sa situation de fond ne fut jamais régularisée. En 2002, interrogeant à ce sujet le service chargé des Français nés à l’étranger, à Nantes, il se vit répondre : « Il n’y a pas de M. Devos sur nos tablettes… ». Raymond Devos traduira cette ambiguïté avec humour :

Je suis né avec un pied en Belgique et un pied en France, c’est pour cela que je marche les pieds écartés.
(Informations sélectionnées sur la page Wikipédia
de R. Devos)

25Pour Frantz Fanon voir la lettre L.

26Amin Maalouf, né à Beyrouth (Liban) le 25 février 1949, vit à Paris depuis 1976. Après des études d’économie et de sociologie, il entre dans le journalisme. Grand reporter pendant douze ans, il a effectué des missions dans plus de soixante pays. Ancien directeur de l’hebdomadaire An-Nahar International, ancien rédacteur en chef de Jeune Afrique, il consacre aujourd’hui l’essentiel de son temps à l’écriture de ses livres.

27Cf. sur le site personnel de l’écrivain : Amin Maalouf – Autobiographie à deux voix, Entretien avec Egi Volterrani, son traducteur italien – extraits : (en italique, l’interviewer)

Souvent les écrivains exilés parlent de blessure…
Ce n’est pas sans raison. C’est cela qui détermine le passage à l’écriture. L’encre, comme le sang, s’échappe forcément d’une blessure. Généralement, d’une blessure d’identité – ce sentiment douloureux de n’être pas à sa place dans le milieu où l’on a vu le jour ; ni d’ailleurs dans aucun autre milieu.
[…]
La blessure intime peut avoir, selon les personnes, des origines très diverses, liées à la peau, à la nationalité, à la religion, à la condition sociale, aux rapports familiaux, à la sexualité, etc. Pour moi, elle est d’abord liée à ce sentiment, acquis depuis l’enfance, d’être irrémédiablement minoritaire, irrémédiablement étranger, où que je sois. D’où cette rage à vouloir que le monde entier ne soit fait que d’étrangers et de minoritaires.
Cet article, écrit à l’âge de six ans, l’était donc en arabe…
Oui, il aurait été impensable pour moi à l’époque de l’écrire dans une autre langue. Mes premières lectures étaient également en arabe. Ivanhoé, le Prisonnier de Zenda, les romans de Dickens, de Mark Twain, les Voyages de Gulliver, le Jules César de Shakespeare, j’ai d’abord découvert tout cela en traduction arabe… Et bien plus tard, quand j’ai effectivement commencé à travailler comme journaliste, à vingt-deux ans, c’était également en arabe, alors qu’il y avait au Liban plusieurs journaux de langue française…
Cela dit, je dois faire une rectification, ou du moins apporter une précision : si je ne parlais presque jamais le français, et si mon travail de journaliste s’effectuait en arabe, le français occupait cependant dans ma vie une place. Je dirai presque qu’il était là, tapi, comme en embuscade.
[…]
Sans vouloir mettre ma vie en équation, il me semble qu’il a fallu, pour me pousser vers l’écriture, une conjonction de facteurs : d’abord, la blessure originelle, à savoir le statut de minoritaire, qui m’a marginalisé par rapport à ma société natale, et m’a préparé à choisir, au moment crucial, l’exil volontaire plutôt que l’engagement dans les conflits internes ; ensuite la guerre, la guerre à ma porte, qui m’a sommé de partir vers d’autres horizons ; et, tout au long, une sorte de déterminisme familial qui me donnait à croire que j’étais prédestiné à un métier d’écriture, et à rien d’autre.

Et Amin Maalouf, que cherche-t-il dans l’Histoire ?
Mon intention avouée est de bâtir des passerelles entre les deux rives de la Méditerranée, mais je m’interdis de falsifier l’Histoire, et je ne nourris aucune illusion sur le passé. Les Croisades n’avaient pas pour but les échanges culturels, et les adeptes des trois religions se maudissaient les uns les autres dans leurs prières, hier comme aujourd’hui. Cependant, il y a toujours eu des hommes et des femmes pour se lier d’amitié, ou pour s’aimer, en dépit des barrières, et pour rêver ensemble d’un avenir différent ; oui, il y a, jusque dans les fonds marins, des courants d’eau douce, et ce sont ces courants improbables que je cherche. Dans un monde inquiétant, je cherche des raisons d’espérer encore… Tout en sachant pertinemment bien que si je cherchais plutôt des raisons de désespérer, j’en trouverais facilement…

28Les Croisades vues par les Arabes (1981-1983, Éditions Lattès) est son premier essai. Commence ensuite la série de romans historiques avec Léon l’Africain en 1986 qui connaît un très grand succès. Suivent Samarcande (1988), Les Jardins de Lumière (1991), Le Premier Siècle après Béatrice (1992). En 1993, Le Rocher de Tanios obtient le prix Goncourt. Il écrit ensuite Les échelles du Levant (1996) et Le Périple de Baldassare (2000). En 1998, il publie son second essai, Les Identités meurtrières (prix européen de l’essai à Genève), suivi d’Origines (Prix Méditerranée 2004) et enfin, en 2009, Le Dérèglement du monde.

29(Informations sur le site personnel de l’écrivain)

30Anouar Benmalek, né en 1965, au Maroc, d’un père algérien et d’une mère marocaine dont la mère, elle-même, était suisse, a fait des études de mathématiques en Algérie et en Union soviétique et est Docteur en probabilités et statistiques. Professeur à l’Université des Sciences et techniques d’Alger, il a été maître de conférences à Rennes et à Paris.

31En Algérie, il a été aussi journaliste à l’hebdomadaire national, Algérie Actualité, et en 1988, il a été secrétaire général du Comité algérien contre la Torture. Depuis 1994, en France, Anouar Benmalek participe à de nombreux ouvrages collectifs (par exemple, Écrivains du monde arabe – Ma langue est mon territoire, Eden, Saint-Denis, 2001 ou Des nouvelles d’Algérie-1974-2004, Éditions Métailié, 2005) et publie nouvelles et poèmes dans des revues en France et en Algérie.

32En 1998, sélectionné pour le Femina et le Médicis, Les Amants désunis a eu le Prix Rachid Mimouni en 1999. En 2000, L’Enfant du peuple ancien, sélectionné pour de nombreuses récompenses, a été primé quatre fois en 2001 : Prix des auditeurs de la RTBF (Belge), Prix RFO, Prix Beur FM-Méditerranée, Prix Millepages.

33Ses premières œuvres ont été publiées avant son départ d’Algérie mais la dynamique de la création a pris sa pleine ampleur après son départ du pays. En 2000, avec L’Enfant du peuple ancien, il quitte l’Algérie comme espace romanesque pour l’Australie des XIXe et XXe siècles. En 2002, L’Amour loup et, en 2003, Ce jour viendra. C’est en 2006, qu’Anouar Benmalek fait paraître son œuvre, à ce jour, la plus magistrale, ô Maria, qui fait revivre la période d’expulsion des Morisques – musulmans convertis à la religion chrétienne après la Reconquête des Rois très chrétiens d’Espagne et la chute de Grenade – entre 1604 et 1614. Il y a chez ce romancier un souffle et une imagination nourrie de documentation tout à fait remarquable dans la littérature algérienne.

Auteur

Professeur de Littérature comparée et francophone et Directrice du Centre de Recherche Textes et Francophonies à l’Université de Cergy-Pontoise, depuis 1997. Elle a été auparavant universitaire à Alger de 1967 à 1994. Elle est spécialiste des littératures de langue française (Méditerranée et Caraïbe plus particulièrement) et auteur de nombreuses études sur ces domaines. Cf. son site : http://www.christianeachour.net

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540