Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

W comme Wallonie

Chantal Bertagna

Texte intégral

Verhaeren, poète expressionniste de la belgitude

1Il peut sembler paradoxal de présenter sous le titre de « Wallonie » un poète né en terre flamande. Mais à y regarder de plus près, Verhaeren est au cœur de cette dualité linguistique aujourd’hui si problématique : ce Flamand, qui a chanté son plat pays battu par les vents, ouvert sur la mer, s’est exprimé en français, seule langue littéraire possible à l’époque en Belgique. Il ne saurait être question ici de trancher le débat linguistique qui ébranle depuis plus d’un siècle la Belgique, débat que la critique littéraire belge elle-même ne tranche pas : « dès cette période « héroïque », la question de la nature belge, flamande, wallonne ou strictement française de notre activité littéraire constitue la bouteille à l’encre des uns et des autres mais n’aboutit à rien de très décisif », déclare Marc Quaghebeur, dans Balises pour l’histoire des lettres belges (p. 54).

2D’un point de vue français, à l’heure où la Belgique est tiraillée, écartelée, par ses querelles linguistiques jusqu’à en risquer l’explosion, Émile Verhaeren apparaît comme le chantre de la belgitude, celui qui a chanté les espoirs et les inquiétudes de la jeune Belgique, florissante, en pleine expansion industrielle et économique. Il fit partie des écrivains de la revue La jeune Belgique dont le mot d’ordre était « Soyons nous », mot d’ordre qui ne signifiait pas tant une revendication nationale voire nationaliste qu’une revendication de liberté pour l’artiste qui devait se dégager de tout dogme et trouver sa voie.

3C’est en cela, qu’au-delà de la Belgique, cette œuvre, à cheval sur les XIXe et XXe siècles, qui évoque un monde en plein bouleversement, peut trouver des échos chez le lecteur moderne, lequel, à l’orée d’un autre siècle, assiste, à la fois effrayé et fasciné, à d’autres mutations, et cherche des repères.

Chanter la Belgique de son temps

4Il n’est que de s’arrêter aux titres des recueils les plus célèbres, ceux qui ont marqué leur temps, Les Campagnes hallucinées, Les Villages illusoires, Les Villes tentaculaires, pour comprendre quelle est la mutation dont Verhaeren s’est fait le chantre : la disparition des campagnes, de leurs paysages, de leur mode de vie, de leurs valeurs et l’avènement des villes, symbole d’un monde nouveau, plein d’énergie, d’espoir et de mirages aussi. La poésie de Verhaeren est empreinte d’humanisme : l’homme est au cœur de ces paysages qui se modèlent différemment, dont il est certes l’artisan mais dont il subit aussi les changements.

Évocation d’un monde en train de disparaître

5Le poème « La Plaine » est caractéristique de cette évocation d’un monde rural en train de disparaître, dont abonde l’œuvre de Verhaeren, évocation empreinte d’une grande pitié, jamais larmoyante, parfois un peu nostalgique (« l’ancien labeur pacifique ») et toujours en fusion avec les « gens qui peinent », ont toujours peiné, et bientôt, ne seront plus.

Sous des hangars tonnants et lourds,
Les nuits, les jours,
Sans air ni sans sommeil,
Des gens peinent loin du soleil :
Morceaux de vie en l’énorme engrenage,
Morceaux de chair fixée, ingénieusement,
Pièce par pièce, étage par étage,
De l’un à l’autre bout du vaste tournoiement.
Leurs yeux sont devenus les yeux de la machine ;
Leur corps entier : front, col, torse, épaules, échine,
Se plie aux jeux réglés du fer et de l’acier ;
Leurs mains et leurs dix doigts courent sur des claviers
Où cent fuseaux de fil tournent et se dévident ;
Et mains promptes et doigts rapides
S’usent si fort,
Dans leur effort
Sur la matière carnassière,
Qu’ils y laissent, à tout moment,
Des empreintes de rage et des gouttes de sang.
Dites ! l’ancien labeur pacifique, dans l’Août
Des seigles mûrs et des avoines rousses,
Avec les bras au clair, le front debout,
Quand l’or des blés ondule et se retrousse
Vers l’horizon torride où le silence bout.
Dites ! le repos tiède et les midis élus,
Tressant de l’ombre pour les siestes,
Sous les branches, dont les vents prestes
Rythment, avec lenteur, les grands gestes feuillus.
Dites, la plaine entière ainsi qu’un jardin gras,
Toute folle d’oiseaux éparpillés dans la lumière
revoir ici la disposition de ce poème : à resserrer pour que ce soit dans le même encadré. Merci !
Qui la chantent, avec leurs voix plénières,
Si près du ciel qu’on ne les entend pas.
Mais aujourd’hui, la plaine ? – elle est finie ;
La plaine est morne et ne se défend plus :
Le flux des ruines et leur reflux
L’ont submergée, avec monotonie.
On ne rencontre, au loin, qu’enclos rapiécés
Et chemins noirs de houille et de scories
Et squelettes de métairies
Et trains coupant soudain les villages en deux.
Les Madones ont tu leurs voix d’oracle
Au coin du bois, parmi les arbres ;
Et les vieux saints et leurs socles de marbre
Ont chu dans les fontaines à miracles.
Et tout est là, comme des cercueils vides,
– Seuils et murs lézardés et toitures fendues
– Et tout se plaint ainsi que les âmes perdues
Qui sanglotent le soir dans la bruyère humide.
Hélas ! la plaine, hélas ! elle est finie !
Et ses clochers sont morts et ses moulins perclus.
La plaine, hélas ! elle a toussé son agonie
Dans les derniers hoquets d’un angélus.
Les Villes tentaculaires

Portraits des humbles

6L’humanisme de Verhaeren se manifeste par une galerie de portraits d’humbles métiers. Dans Les Villages illusoires, il s’attache à saisir le détail des gestes au travail, de l’effort dans de multiples métiers appartenant à cet univers rural en train de disparaître :

Le passeur d’eau, les mains aux rames,
À contre-flot, depuis longtemps,
Luttait un roseau entre les dents
« Le passeur d’eau » Seules, en des barques, quelques lumières
Illuminent et grandissent les dos
Obstinément courbés, sur l’eau,
Des vieux pêcheurs de la rivière
« Les pêcheurs » Le jour dardait sa clarté fausse
Sur la bêche du fossoyeur […]
La bêche, à chacune des pelletées,
Telle un miroir se déplaçait,
Luisait, mordait et s’ enfonçait,
Sous les terres violentées.
« Le meunier »

Le menuisier construit ses appareils
– Tas d’algèbres en des ténèbres –
Avec des mains prestes et nettes
Et des regards, sous des lunettes,
Aigus et droits, sur son travail
Tout en détail.
« Le menuisier »

7On sent dans ce recueil le respect de cet humble labeur qui transcende les individus ; ceux-ci se fondent de façon fusionnelle avec le milieu qui est le leur. La peinture de leurs gestes cesse alors d’être réaliste, elle devient symboliste, comme c’est le cas pour les cordiers :

Dans son village, au pied des digues,
Qui l’entourent de leurs fatigues
De lignes et de courbes vers la mer,
Le blanc cordier visionnaire
À reculons, sur le chemin,
Combine, avec prudence, entre ses mains,
Le jeu tournant de fils lointains
Venant vers lui de l’ infini
« Les cordiers »

Peinture lyrique, exaltée, de l’essor de la ville pleine de vie

8L’hymne à la ville est si présent chez Verhaeren que nombre de ses poèmes figurent dans les anthologies sur ce thème. Exaltation lyrique d’un monde gorgé de vie et d’énergie qui n’est pas sans faire penser à certaines pages zoliennes du Ventre de Paris ou de La Bête humaine et qui annonce aussi l’Apollinaire de « Zone ». Une ville, jamais nommée (sauf, parfois, Londres), toujours présentée comme la quintessence de la Ville moderne, pleine de bruits, de couleurs, de mouvements. Hymne à la modernité, d’une période où l’on s’émerveillait devant la Fée électricité. Mais chez Verhaeren, l’optimisme, bien que très présent, se teinte toujours de nuances ; le cri d’espoir qui monte aux cieux se fait sanglot :

Le rêve ancien est mort et le nouveau se forge.
Il est fumant dans la pensée et la sueur
Des bras fiers de travail, des fronts fiers de lueurs,
Et la ville l’entend monter du fond des gorges
De ceux qui le portent en eux
Et le veulent crier et sangloter aux cieux.
« L’âme de la ville », Les Villes tentaculaires

9Même ton ambivalent dans le poème « Les Villes » (Les Flambeaux noirs), celui d’une fascination devant la beauté rude de l’activité industrielle qui caractérise les villes de cette époque, devant une beauté farouche et âpre.

« Les villes »
Odeurs de suif, crasses de peaux, marcs de bitumes !
Telle qu’un lourd souvenir lourd de rêves, debout
Dans la fumée énorme et jaune, dans les brumes,
Grande de soir ! la ville inextricable bout
Et roule, ainsi que des reptiles noirs, ses rues
Noires, autour des ponts, des docks et des hangars,
où des feux de pétrole et des torches bourrues,
comme des gestes fous et des masques hagards
– Batailles d’ombre et d’or – s’empoignent en ténèbres
Un colossal bruit d’eau roule, les nuits, les jours,
Roule les lents retours et les départs funèbres
De la mer vers la mer et des voiles toujours
Vers les voiles, tandis que d’immenses usines
Indomptables, avec marteaux cassant du fer,
Avec cycles d’acier virant leurs gélasines,
Tordent au bord des quais – tels des membres de chair
Écartelés sur des crochets et sur des roues –
Au loin, de longs tunnels fumeux, au loin, des boues,
Et des gueules d’égout engloutissant la nuit ;
Et stride un tout à coup de cri, stride et s’éraille :
Et trains, voici les trains qui vont plaquant les ponts,
Les trains qui vont battant le rail et la ferraille,
Qui vont et vont, mangés par les sous-sols profonds
Et revomis, là-bas, vers les gares lointaines,
Les trains, là-bas, les trains tumultueux – partis

Une foi nouvelle

10Après une grave crise mystique, Verhaeren retrouve la sérénité. Proche du Parti ouvrier belge, il croit en une ère nouvelle, il a foi dans des formes naissantes de l’activité humaine et industrieuse, et cette foi supplante l’ancienne foi religieuse, comme en témoignent ces vers, extraits de « Vers le futur » dans Les Villes tentaculaires :

Et c’est vous, vous les villes,
debout
de loin en loin, là-bas, de l’un à l’autre bout
des plaines et des domaines
qui concentrez en vous assez d’ humanité,
assez de force rouge et de neuve clarté,
pour enflammer de fièvre et de rage fécondes
les cervelles patientes ou violentes
de ceux
qui découvrent la règle et résument en eux,
le monde.
L’esprit des campagnes était l’esprit de Dieu ;
il eut la peur de la recherche et des révoltes,
il chut ; et le voici qui meurt, sous les essieux
et sous les chars en feu des nouvelles récoltes.
La ruine s’installe et souffle aux quatre coins
d’où s’acharnent les vents, sur la plaine finie,
tandis que la cité lui soutire de loin
ce qui lui reste encor d’ardeur dans l’agonie.

Une géographie personnelle

11Les poèmes de Verhaeren traduisent ses attaches géographiques et sentimentales à la terre de Flandre, gorgée d’eau. Ils sont irrigués par le pays flamand, avec son fleuve, ses digues, ses canaux, ses eaux noires et croupies aussi. L’hymne adressé à l’Escaut dans le recueil Toute la Flandre est révélateur du rôle du paysage sur le poète dont il a forgé l’âme.

[…] Tu es doux ou rugueux, paisible ou arrogant,
Escaut des Nords – vagues pâles et verts rivages –
Route du vent et du soleil, cirque sauvage
Où se cabre l’étalon noir des ouragans,
Où l’hiver blanc s’accoude à des glaçons torpides,
Où l’été luit dans l’or des facettes rapides
Que remuaient les bras nerveux de tes courants.
T’ai-je adoré durant ma prime enfance !
Surtout alors qu’on me faisait défense
De manier
Voile ou rames de marinier,
Et de rôder parmi tes barques mal gardées.
Les plus belles idées
Qui réchauffent mon front,
Tu me les as données :
Ce qu’est l’espace immense et l’horizon profond,
Ce qu’est le temps et ses heures bien mesurées,
Au va-et-vient de tes marées,
Je l’ai appris par ta grandeur.
Mes yeux ont pu cueillir les fleurs trémières,
Des plus rouges lumières,
Dans les plaines de ta splendeur.
Tes brouillards roux et farouches furent les tentes
Où s’abrita la douleur haletante
Dont j’ai longtemps, pour ma gloire, souffert ;
Tes flots ont ameuté, de leurs rythmes, mes vers ;
Tu m’as pétri le corps, tu m’as exalté l’âme ;
Tes tempêtes, tes vents, tes courants forts, tes flammes,
Ont traversé comme un crible, ma chair ;
Tu m’as trempé, tel un acier qu’on forge,
Mon être est tien, et quand ma voix
Te nomme, un brusque et violent émoi
M’angoisse et me serre la gorge.
Escaut,
Sauvage et bel Escaut,
Tout l’ incendie
De ma jeunesse endurante et brandie,
Tu l’as épanoui :
Aussi,
Le jour que m’abattra le sort,
C’est dans ton sol, c’est sur tes bords,
Qu’on cachera mon corps,
Pour te sentir, même à travers la mort, encor !

12L’eau, sous toutes ses formes, est aussi présente dans les poèmes de Verhaeren que dans le paysage de Flandre. L’eau dans les terres, mais aussi la mer et les ports, qui appellent à l’infini :

Établir là une halte dans sa vie, seul, en face de cette vie d’univers déversée dans un port ; s’y épanouir en songes noués aux mâts qui partent, tressés en cordes autour d’un arrivage de transatlantique, échevelés au vent de mer et parfumées d’huiles rares, de liqueurs d’or et de vins de nacres et d’opales fondues. Recueillir au fond des yeux l’émiettement des tons bleus, roses et verts, en senteurs havane et musquées, des Indes et des Afriques conquises ; prendre en ses doigts refermés l’âme de l’infini qui passe, tout imprégnée d’étendue, en forêts, en fleuves, en montagnes et en savanes, se susciter monde en travail, usines qui suent, mines qu’on fouille, régions qu’on engrange, déserts qu’on traverse, océans qu’on dompte, et réunir en son rêve les époques et les continents, les dates et les âges, les éléments et les forces, toute la terre, toute la mer, telles qu’elles furent et telles qu’elles sont, et se tuer à se les imaginer plus tragiques encore que leur passé.
Oh ! toi, cette vie d’au bord d’un quai, toute la semaine ! Avec le fleuve devant et les carillons, comme des chiquenaudes musicales dans l’air ! Cette vie, toute la semaine, puis régulièrement la paix du dimanche sur tout cela, choyante. (« Les Nords », Poèmes en prose)

13Omniprésents aussi, le vent et la pluie qui battent les campagnes, noircissent le ciel et courbent les corps.

Sur la bruyère longue infiniment,
Voici le vent cornant Novembre,
Sur la bruyère, infiniment,
Voici le vent
Qui se déchire et se démembre,
En souffles lourds, battant les bourgs,
Voici le vent,
Le vent sauvage de Novembre
« Le vent », Les Villages illusoires

Une langue revigorée

14Langue française de Wallonie, de Flandre, de Belgique ou simplement de Verhaeren ? Selon Émile Verhaeren lui-même : « Pour exprimer l’âge moderne, la si compliquée âme moderne, il faut une langue rythmée, autrement libre et subtile, autrement pliable » écrit-il dans Impressions (tome II). Ce qui caractérise assurément la langue de Verhaeren, c’est sa vigueur : vigueur des rythmes, des sons, des images, des mots et de la phrase.

15On est frappé par l’ampleur du rythme qui se traduit par l’amplification de la phrase, par exemple pour peindre la fièvre boursière :

On croit y voir une âpre fièvre
Voler de front en front, de lèvre en lèvre,
Et s’ameuter et éclater
Et crépiter sur les paliers
Et les marches des escaliers.
Une fureur réenflammée
Au mirage du moindre espoir
Monte soudain de l’entonnoir
De bruit et de fumée,
Où l’on se bat, à coups de vols, en bas.
Langues sèches, regards aigus, gestes inverses,
Et cervelles, qu’en tourbillons les millions traversent,
Échangent là leur peur et leur terreur.
« La Bourse », Les Villes tentaculaires

16Souvent, la phrase se module comme une litanie où échos sonores, effets de rythme, cadence des mots créent une rude harmonie imitative avec le paysage :

Longue comme des fils sans fin, la longue pluie
Interminablement, à travers le jour gris,
Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris,
Infiniment, la pluie,
La longue pluie,
La pluie.
Elle s’effile ainsi, depuis hier soir,
Des haillons mous qui pendent,
Au ciel maussade et noir.
Elle s’étire, patiente et lente,
Sur les chemins, depuis hier soir,
Sur les chemins et les venelles,
Continuelle.
Au long des lieues,
Qui vont des champs vers les banlieues,
Par les routes interminablement courbées,
Passent, peinant, suant, fumant,
En un profil d’ enterrement,
Les attelages, bâches bombées ;
Dans les ornières régulières
Parallèles si longuement
Qu’elles semblent, la nuit, se joindre au firmament,
L’eau dégoutte, pendant des heures ;
Et les arbres pleurent et les demeures,
Mouillés qu’ils sont de longue pluie,
Tenacement, indéfinie.
« La Pluie », Les Villages illusoires

17Selon le poète :

Le rythme est le mouvement même de la pensée. La poétique nouvelle supprime les formes fixes, confère à l’idée-image le droit de se créer sa forme en se développant, comme le fleuve crée son lit.

18Le poète crée ainsi un vers libre (que la critique française fustigea en son temps) ; la nouveauté de la construction syntaxique rend le rythme premier et âpre.

19Âpreté encore plus audible dans le claquement des sonorités d’un poème :

« Départ »
La mer choque ses blocs de flots, contre les rocs
Et les granits du quai, la mer démente,
Tonnante et gémissante, en la tourmente
De ses houles montantes.
Les baraques et les hangars comme arrachés,
Et les grands ponts, noués de fer mais cravachés
De vent ; les ponts, les baraques, les gares
Et les feux étagés des fanaux et des phares
Oscillent aux cyclones
Avec leurs toits, leurs tours et leurs colonnes.
Et ses hauts mâts craquants et ses voiles claquantes,
Mon navire d’à travers tout casse ses ancres ;
Et, cap sur le zénith,
Bondit, vers la tempête,
Bête d’éclair, parmi la mer.
Les Flambeaux noirs

20Sons heurtés, langue désarticulée, la rudesse du vers fait surgir la violence du paysage cher à Verhaeren.

21À la violence auditive s’ajoute la violence visuelle. Les descriptions de Verhaeren dans leur flamboiement rouge et or qui tranche sur un fond d’un noir profond, parfois morbide, ne sont pas sans évoquer la peinture expressionniste, belge comme celle d’Ensor ou allemande comme celle de Kirchner. Même aplats de couleurs violentes, heurtées, qui surprennent le regard et fascinent par leur caractère brut.

C’est un bazar, au bout des faubourgs rouges :
Étalages toujours montants, toujours accrus,
Tumulte et cris jetés, gestes vifs et bourrus
Et lettres d’or, qui soudain bougent,
En torsades, sur la façade.
C’est un bazar, avec des murs géants
Et des balcons et des sous-sols béants
Et des tympans montés sur des corniches
Et des drapeaux et des affiches
Où deux clowns noirs plument un ange.
« Le Bazar », Les villes tentaculaires.

22Mais ce qui caractérise la langue de Verhaeren, c’est sa manière bien particulière de renouveler le lexique et la syntaxe, ce qui lui a valu, dans la critique française de son temps l’admiration des uns et le mépris des autres :

Plein d’admiration pour ces singuliers assemblages d’adverbes et de substantifs, M. Gauchez voudrait nous faire croire que « Verhaeren a introduit, infusé dans le verbe français les harmonies germaniques, les onomatopées, les résonances insoupçonnées, les ressources de force et de vibrance, etc. » Ah non ! ces germanismes sont et demeureront inassimilables à la langue française : ce n’est là que du flamand traduit en français.

23Écrit Jean de Gourmont en mars 1914.

24Parmi les particularités du lexique de Verhaeren, on peut relever :

25- les néologismes : des adjectifs (convulsionnaire, myriadaire), des participes présents (choyante), des participes passés (réenflammé, désorbité), des substantifs (gélasine, tictaquement), des adverbes (indiscontinûment) ;

26- des mots rares comme le verbe strider ;

27- les créations de mots par associations : des prépositions comme le célèbre « par à travers », des noms composés (chante-pleure).

28- Sur le plan de la syntaxe, on relève nombre de phrases nominales, un emploi inhabituel et fréquent des adverbes en – ment :

La neige tombe, indiscontinûment,
Comme une lente et longue et pauvre laine,
Parmi la morne et longue et pauvre plaine,
Froide d’amour, chaude de haine.
La neige tombe, infiniment,
Comme un moment –
Monotone – dans un moment ;
La neige choit, la neige tombe,
Monotone, sur les maisons
Et les granges et leurs cloisons ;
La neige tombe et tombe
Myriadaire, au cimetière, au creux des tombes.
Le tablier des mauvaises saisons,
Violemment, là-haut, est dénoué ;
Le tablier des maux est secoué
À coups de vent, sur les hameaux des horizons.
« La Neige », Les Villages illusoires

29Ou encore :

Mais les bières – avec des pleurs et des prières –
Immensément, suivent les bières
Faisant halte, près des calvaires.
« Le fossoyeur », Les Villages illusoires

30Parmi les caractéristiques de la phrase verhaerienne, on trouve encore l’antéposition, en particulier celle de l’adjectif épithète : « les blafardes ruelles » ; « leurs fixes essences », « les lents retours ».

31Pour conclure, voici les premières strophes du poème « Les usines » qui offrent un condensé de cette belgitude verhaerienne dessinée ici à grands traits.

« Les usines »
Se regardant avec les yeux cassés de leurs fenêtres
Et se mirant dans l’eau de poix et de salpêtre
D’un canal droit, marquant sa barre à l’ infini,
Face à face, le long des quais d’ombre et de nuit,
Par à travers les faubourgs lourds
Et la misère en pleurs de ces faubourgs,
Ronflent terriblement usines et fabriques.

Rectangles de granit et monuments de briques,
Et longs murs noirs durant des lieues,
Immensément, par les banlieues ;
Et sur les toits, dans le brouillard, aiguillonnées
De fers et de paratonnerres,
Les cheminées.

Se regardant de leurs yeux noirs et symétriques,
Par la banlieue, à l’ infini,
Ronflent le jour, la nuit,
Les usines et les fabriques.
Oh les quartiers rouillés de pluie et leurs grand’rues !
Et les femmes et leurs guenilles apparues
Et les squares, où s’ouvre, en des caries
De plâtras blanc et de scories,
Une flore pâle et pourrie.

Aux carrefours, porte ouverte, les bars :
Étains, cuivres, miroirs hagards,
Dressoirs d’ébène et flacons fols
D’où luit l’ alcool
Et sa lueur vers les trottoirs.
Et des pintes qui tout à coup rayonnent,
Sur le comptoir, en pyramides de couronnes ;
Et des gens soûls, debout,
Dont les larges langues lapent, sans phrases,
Les ales d’or et le whisky, couleur topaze.

Par à travers les faubourgs lourds
Et la misère en pleurs de ces faubourgs,
Et les troubles et mornes voisinages,
Et les haines s’entrecroisant de gens à gens
Et de ménages à ménages,
Et le vol même entre indigents,
Grondent, au fond des cours, toujours,
Les haletants battements sourds
Des usines et des fabriques symétriques.

Ici, sous de grands toits où scintille le verre,
La vapeur se condense en force prisonnière
Des mâchoires d’acier mordent et fument ;
De grands marteaux monumentaux
Broient des blocs d’or sur des enclumes, Et, dans un coin, s’illuminent les fontes
En brasiers tors et effrénés qu’on dompte.
Là-bas, les doigts méticuleux des métiers prestes,
À bruits menus, à petits gestes,
Tissent des draps, avec des fils qui vibrent
Légers et fins comme des fibres.
Des bandes de cuir transversales
Courent de l’un à l’autre bout des salles
Et les volants, larges et violents
Tournent, pareils aux ailes dans le vent
Des moulins fous, sous les rafales.
Un jour de cour avare et ras
Frôle, par à travers les carreaux gras
Et humides d’un soupirail,
Chaque travail.
Automatiques et minutieux,
Des ouvriers silencieux
Règlent le mouvement
D’universel tictaquement
Qui fermente de fièvre et de folie
Et déchiquette, avec ses dents d’ entêtement,
La parole humaine abolie.
Les Villes tentaculaires

32Faut-il vraiment voir en Verhaeren un écrivain « coruscant », c’est-à-dire dont l’éclat est lumineux, vif mais passager, ou plutôt un démiurge qui, sous la vigueur roborative de sa plume, a fait naître un monde fascinant et inquiétant, un nouveau monde qui nous interroge encore sur le monde qui est le nôtre, par-delà les frontières qu’elles soient géographiques ou linguistiques ?

Bibliographie

Bibliographie

Boegiers Patrick, La Belgique, le roman d’un pays, Gallimard, 2005.

Delserme Paul, « Le style coruscant, mouture belge de l’écriture artiste des Goncourt », www.bon-a-tirer.com, Revue littéraire en ligne, no11, 15 novembre, 2001.

Gourmont Jean de, Émile Verhaeren, « Les Marges », no147, mars 1914.

Quaghebeur Marc, Balises pour l’histoire des lettres belges, Éditions Labor, 1998.

Verhaeren Émile, Les Villages illusoires, Éditions Labor, 1992, (préface de Werner Lambersy et Lecture de Christian Berg).

——, Les villes tentaculaires, Livre de poche, 1995.

——, Impressions, t. II, Mercure de France, 1927.

Auteur

Professeur agrégée de Lettres Classiques, docteur ès Lettres en Études grecques. Formatrice en formation continue et initiale depuis une vingtaine d’années, exerce actuellement en temps partagé dans un collège de l’académie de Versailles et à l’IUFM de Versailles, en charge des PLC2 et des T1 de Lettres classiques et modernes. Spécialiste de la didactique des Lettres, des apports didactiques des nouvelles technologies, elle a publié de nombreux articles en ligne et dans des revues didactiques sur ces sujets. Co-auteur depuis 2005 de la collection de manuels scolaires Fleurs d’encre chez Hachette.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540