Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

U comme Uhuru

Marie Fremin

Texto completo

1L’entrée en scène de Caliban dans Une Tempête, d’après La Tempête de Shakespeare. Adaptation pour un théâtre nègre, Aimé Césaire (1969).

2En 1969, Aimé Césaire publie Une Tempête, pièce de théâtre dont le titre fait explicitement écho à La Tempête de William Shakespeare. Cette dimension intertextuelle est confirmée par la mention paratextuelle en ouverture – « d’après La Tempête de Shakespeare. Adaptation pour un théâtre nègre » : une réécriture affichée, revendiquée, une invitation à une lecture intertextuelle.

3La première apparition du personnage de Caliban, « esclave sauvage et difforme » de La Tempête, « esclave nègre » d’Une tempête, compte parmi les transformations opérées par Césaire et se révèle particulièrement significative du projet de l’écrivain martiniquais.

Deux écrivains, deux Histoires, deux regards

William Shakespeare (1564-1616)

4Né en 1564 à Stratford-sur-Avon en Angleterre dans une famille de classe moyenne, il étudie à la Grammar School de Stratford jusqu’en 1572, année de son mariage avec une femme plus âgée que lui. À partir de 1592, il vit à Londres où il obtient une reconnaissance en tant qu’acteur et dramaturge. Après plusieurs voyages en Italie, avoir disposé de sa propre troupe nommée « Hommes du Roi » par Jacques Ier et avoir connu le succès, il se retire à Stratford en 1610 où il meurt en 1616.

5La Tempête, vraisemblablement écrite en 1610 ou 1611, est communément présentée comme sa dernière pièce. Jouée pour la première fois à la Cour du Roi en 1611, elle est rejouée durant l’hiver 1612 à l’occasion de la célébration du mariage de la fille du Roi.

6Elle met en scène le naufrage du Roi de Naples et de sa Cour orchestré par Prospero, duc légitime de Milan dépossédé de son pouvoir par son frère. Un complot facilité par la soif de connaissance de Prospero qui privilégiait la culture livresque et la maîtrise de son art, la magie, à l’exercice du pouvoir. Sa fille et lui, abandonnés sur une embarcation de fortune, échouent sur une île déserte habitée par Ariel, un esprit de l’air et Caliban dont Prospero fait son esclave. Quelques années plus tard, la tempête permet à Prospero de se venger, d’obtenir la restitution de son duché. Il repart alors avec ses usurpateurs auxquels il a pardonné.

7Ce bref résumé fait apparaître les éléments contextuels qui ont pu influencer Shakespeare ou nourrir la pièce. D’abord, au centre de la pièce, les conflits de pouvoir et guerres qui agitaient l’Angleterre. Ensuite, l’Humanisme et son idéal de connaissances qui anime Prospero, et dont divers éléments émaillent le texte. La découverte du Nouveau Monde et de l’Autre, les voyages d’exploration et les aléas météorologiques à l’origine de naufrages animaient également les esprits de l’époque. Le début du XVIIe siècle correspond, par ailleurs, au début de l’expansion coloniale anglaise. En 1604, en effet, Jacques Ier autorise l’implantation outre-atlantique et crée la Virginia Company dont deux des membres importants étaient des amis de Shakespeare. Le dramaturge avait donc une connaissance directe de cette entreprise qu’il réinvestit dans la situation de Caliban comme élément contextuel secondaire.

Aimé Césaire (1913-2008)

8Né en 1913 à Basse-Pointe en Martinique, il y fait ses études avant de partir à Paris, en 1931, où il entre au Lycée Louis le Grand. Il y rencontre Léopold Sédar Senghor, un Sénégalais auprès duquel il découvre l’Afrique et trouve des réponses au malaise identitaire qu’il ressentait sans le cerner clairement. Par la suite, il intègre l’ENS. C’est également dans ces années qu’il côtoie les Noirs Américains qui se réunissaient à Paris après avoir fui la ségrégation. Des contacts qui nourrissent alors cette réflexion identitaire comme il l’explique dans cet extrait d’une interview accordée à Maryse Condé dans le magazine Lire en 2004 :

M. C. : l’Amérique, c’est quoi, pour vous ?
A. C : Je n’ai pas de réponse comment ne pas penser à l’Amérique ? C’est quand même un sacré monde, une force, une puissance, une expérience. Mais, je ne vous le cache pas, ce qui m’a toujours intéressé en Amérique – je ne sais pas si c’est dépassé – ce sont les nègres américains, le mouvement nègre. C’était pour moi essentiel. Toute notre génération a été profondément marquée par cette expérience. Quand j’étais étudiant en philosophie, c’était pour nous un autre chemin que celui que nous connaissions en France. L’Amérique, c’était le nègre moderne mais resté nègre. C’était Langston Hughes, Countee Cullen, la Black Renaissance. Cela me paraissait une grande expérience. Il y avait là un mouvement en profondeur.

9En 1934, il fonde avec Léopold Sédar Senghor et Léon-Gontran Damas (né à Cayenne en Guyane en 1912) une revue à vocation militante sur le plan culturel : L’Étudiant Noir. C’est dans ce mouvement que le trio créé le terme « négritude » dont la charge poétique et la force revendicatrice s’affirment dans Cahier d’un retour au pays natal publié par Aimé Césaire en 1934. Revendication identitaire et culturelle, invitation à une conscience et à une revalorisation collectives, à une reconnaissance contre le processus de négation colonial, la négritude se situe au centre de l’œuvre poétique et politique de Césaire qui réaffirmait dans un livre d’entretiens avec Françoise Vergès en 2004 : « Nègre je suis, nègre je resterai ». (Césaire Aimé, Nègre je suis, nègre je resterai. Entretiens avec Françoise Vergès, Postface de Françoise Vergès, Paris, Albin Michel, 2005, 148 p.)

10Outre sa production poétique et un texte, qui a profondément marqué la réflexion sur la situation coloniale, publié en 1950 sous le titre Discours sur le colonialisme, Césaire est l’auteur de pièces de théâtre, une production qui s’ouvre en 1946 avec une tragédie Et les chiens se taisaient et se clôt avec Une Tempête en 1969. Le cri du Rebelle, personnage principal de la première, – « Mon nom : offensé ; mon prénom : humilié ; mon état : révolté […] » – semble alors trouver un écho dans le cri d’entrée de Caliban, personnage d’Une Tempête (cité plus bas).

11Cette production théâtrale présente une constante : toutes les pièces comportent une dimension historique. La pièce, Et les chiens se taisaient, publiée en 1946 dans le recueil poétique Les Armes miraculeuses puis retravaillée dans une forme théâtralisée en 1956, évoque la période de l’esclavage : arrêté pour avoir tenté de tuer son maître, le Rebelle refuse tout compromis et préfère mourir que se repentir. En 1963 et 1965, Césaire traite de situations post-coloniales et interroge les lendemains d’indépendances : à Haïti, dans La Tragédie du Roi Christophe, au Congo, dans Une Saison au Congo. Les années 1960, en effet, ont été marquées par les indépendances africaines qui se sont accompagnées de nouvelles préoccupations politiques propres à ces circonstances. En 1969, avec Une Tempête, Césaire revient à la période esclavagiste et prolonge sa réflexion en interrogeant les modes de rupture, de sortie d’une situation coloniale ou de domination. Il trouve alors un écho historique avec les événements américains contemporains : le Black Protest Movement, la lutte contre la ségrégation et pour les Droits civiques. L’année précédant la publication de la pièce avait été marquée par l’assassinat de Martin Luther King, trois ans après celui de Malcom X. Des références à cette période d’ébullition, de montée de la révolte et de la répression jusqu’à l’obtention des Droits civiques émaillent alors la pièce, comme l’explique Césaire : « Mon texte et c’est normal est devenu gros de toutes les préoccupations que j’avais à ce moment là […] inévitablement les points de référence sont devenus américains ». Ainsi Caliban s’exprime-t-il en anglais – « Freedom now ! » – exige-t-il que Prospero l’appelle « X » ou encore évoque-t-il les « ghettos ».

« Uhuru ! », l’entrée en scène de Caliban revisitée : de l’« esclave sauvage et difforme » à « l’esclave nègre »

Acte I, scène 2 : Shakespeare William, La Tempête, traduction d’Yves Bonnefoy, Paris, Gallimard, coll. « Folio Théâtre », 1997, p. 131-137

- PROSPERO : Ohé, l’esclave ! Holà, Caliban ! Vas-tu parler, grosse motte de
terre ?

- CALIBAN, du dedans : J’ai rentré bien assez de bois.

[…]

- PROSPERO : Et toi, poison d’esclave, que le diable lui-même
A conçu dans ta malfaisante mère, sors de là !

- CALIBAN : Malfaisante d’abord soit la rosée Qui vous salisse tous les deux ; la rosée la pire […] Que le vent vous couvre de pustules par tout le corps !

- PROSPERO : Pour tes paroles Tu auras cette nuit des crampes, n’en doute pas […]

- CALIBAN : Je dois d’abord dîner. Cette île que tu m’as prise
Était à moi de par Sycorax, ma mère.
Et à mon arrivée, tu m’as flatté
Tu faisais cas de moi, tu me donnais
de l’eau avec des baies dedans, tu m’enseignais
[…]
Et moi, je t’aimais,
Je te montrais les ressources de l’île,
Les sources fraîches, les places d’eau salée,
Les terres grasses et les stériles. Ah, que maudit
Je sois, de l’avoir fait ! Que tous les charmes
De Sycorax, ses crapauds, ses cafards, ses chauves-souris,
Pleuvent sur vous comme la foudre ! Car me voici
À moi seul votre peuple, moi qui auparavant
Étais mon propre roi ; et de ce roc dur
Vous avez fait ma bauge, gardant pour vous
Tout le reste de l’île !

- PROSPERO : Aussi menteur que fait pour être esclave !
C’est le fouet qui t’émeut, non la bonté.
Tout fumier que tu sois, je t’avais traité
Avec humanité, d’abord. Je t’ai logé
Dans ma hutte. Mais vint le jour
Où tu voulus déshonorer ma fille.

- CALIBAN : Ah ça, oui ! Quel dommage
Que tu m’en aies empêché !

J’aurais peuplé cette île de Calibans.

[…]
Vous m’avez appris le langage ; et tout le profit
Que j’en ai eu, c’est de savoir maudire.

La peste rouge vous emporte pour m’avoir enseigné vos mots !

- PROSPERO : Décampe, semence de sorcière !

Va nous chercher du bois et assez vite
Pour être bientôt prêt pour une autre tâche…
Tu rechignes, démon ?

Que je te voie traîner ou de mauvais gré
Faire ce que j’ordonne, et je t’emplis
Des crampes des vieillards jusqu’au fond des os.

Tu hurleras de douleur, et les bêtes
Trembleront de t’entendre.

- CALIBAN : Non ! je t’en prie !

(à part) Je dois lui obéir. Son art est si puissant
Que du dieu de ma mère, Sétébos même,
Il ferait son vassal.

- PROSPERO : Cela suffit, esclave. Tu disparais !

Sort Caliban.

Acte I, scène 2 : Césaire Aimé, Une Tempête, Paris, Seuil, coll. « Points », 1997, p. 24-28

- PROSPERO : […]
Moi, je vais toucher deux mots au sieur Caliban. Celui-là, je l’ai à l’œil, il s’émancipe un peu trop.

Il appelle
… Caliban ! Caliban !

Il soupire
Caliban entre.

- CALIBAN : Uhuru !

- PROSPERO : Qu’est-ce que tu dis ?

- CALIBAN : Je dis Uhuru !

- PROSPERO : Encore une remontée de ton langage barbare. Je t’ai déjà dit que je n’aime pas ça. D’ailleurs, tu pourrais être poli. Un bonjour ne te tuerait pas !

- CALIBAN : Ah ! J’oubliais… Bonjour. Mais un bonjour autant que possible de guêpes, de crapauds, de pustules et de fiente. Puisse le jour d’aujourd’hui hâter de dix ans le jour où les oiseaux du ciel et les bêtes de la terre se rassasieront de ta charogne !

- PROSPERO : Toujours gracieux, je vois vilain singe ! Comment peut-on être aussi laid !

- CALIBAN : Tu me trouves laid, mais moi je ne te trouve pas beau du tout ! Avec ton nez crochu, tu ressembles à un vieux vautour !

- PROSPERO : Puisque tu manies si bien l’invective, tu pourrais au moins me bénir de t’avoir appris à parler. Un barbare ! Une bête brute que j’ai éduquée, formée, que j’ai tirée de l’animalité qui l’engangue encore de toute part !

- CALIBAN : D’abord ce n’est pas vrai. Tu ne m’as rien appris du tout. Sauf, bien sûr à baragouiner ton langage pour comprendre tes ordres : couper du bois, […] parce que tu es bien trop fainéant pour le faire. Quant à ta science, est-ce que tu me l’as jamais apprise, toi ? Tu t’en es bien gardé !

[…]

- PROSPERO : Sans moi, que serais-tu ?

- CALIBAN : Sans toi ? Mais tout simplement le roi ! Le roi de l’île ! Le roi de mon île, que je tiens de Sycorax, ma mère.

- PROSPERO : Il y a des généalogies dont il vaut mieux ne pas se vanter. Une goule ! Une sorcière dont, Dieu merci, la mort nous a délivrés !

- CALIBAN : Morte ou vivante, c’est ma mère et je ne la renierai pas.

[…]

- PROSPERO : En tout cas, si tu continues, ta sorcellerie ne te mettra pas à l’abri du châtiment.

- CALIBAN : C’est ça ! Au début, Monsieur me cajolait : Mon cher Caliban par ci, mon petit Caliban, par là ! Dame ! Qu’aurais-tu fait sans moi, dans cette contrée inconnue ? Ingrat ! Je t’ai appris les arbres, les fruits, les oiseaux, les saisons, et maintenant je t’en fous… Caliban, la brute, Caliban l’esclave ! Recette connue ! l’orange pressée, on en rejette l’écorce !

- PROSPERO : Oh !

- CALIBAN : Je mens, peut-être ? C’est pas vrai que tu m’as fichu à la porte de chez toi et que tu m’as logé dans une grotte infecte, le ghetto, quoi !

- PROSPERO : Le ghetto, c’est vite dit ! Elle serait moins « ghetto ! » si tu te donnais la peine de la tenir propre ! Et puis il y a une chose que tu as oublié de dire, c’est que c’est ta lubricité qui m’a obligé de t’éloigner. Dame ! Tu as essayé de violer ma fille !

- CALIBAN : Violer ! Violer ! Dis donc, vieux bouc, tu me prêtes des idées libidineuses. Sache-le : Je n’ai que faire de ta fille, ni de ta grotte, d’ailleurs. Au fond, si je rouspète, c’est pour le principe, car ça ne me plaisait pas du tout de vivre à côté de toi : tu pues des pieds !

- PROSPERO : Mais je ne t’ai pas appelé pour discuter ! Ouste ! Au travail !

[…]

- CALIBAN : Je commence à en avoir marre ! Du bois, il y en a un tas haut comme ça !

- PROSPERO : Caliban, j’en ai assez ! Attention ! Si tu rouspètes, la trique !

[…]

- CALIBAN : Bon, j’y vais… Mais pour la dernière fois. La dernière, tu entends ! Ah ! j’oubliais… j’ai quelque chose d’important à te dire.

- PROSPERO : D’important ? Alors, vite, accouche.

- CALIBAN : Eh bien voilà : j’ai décidé que je ne serai plus Caliban.

- PROSPERO : Qu’est-ce que c’est que cette foutaise ?

[…]

- CALIBAN : Eh bien, y a que Caliban n’est pas mon nom. C’est simple !

- PROSPERO : C’est le mien peut-être !

- CALIBAN : C’est le sobriquet dont ta haine m’a affublé et dont chaque rappel m’insulte.

- PROSPERO : Diable ! On devient susceptible ! Alors propose… Il faut bien que je t’appelle ! Ce sera comment ? Cannibale t’irait bien.

[…]

- CALIBAN : Appelle moi X. Ca vaudra mieux. Comme qui dirait l’homme sans nom. Plus exactement, l’homme dont on a volé le nom. Tu parles d’histoire. Eh bien ça, c’est de l’histoire, et fameuse ! Chaque fois que tu m’appelleras, ça me rappellera le fait fondamental, que tu m’as tout volé et jusqu’à mon identité ! Uhuru !

12L’extrait de la pièce shakespearienne ne doit pas prêter à confusion : malgré la teneur des propos de Caliban dans cette scène, Shakespeare ne lui accorde aucune portée critique contre la colonisation (perspective presque anachronique pour ce début du XVIIe siècle). Comme l’annoncent sa présentation, « esclave sauvage et difforme », et les différentes dénominations « Zindien », « monstre », « sauvage », Caliban incarne l’altérité. Il s’inscrit, en outre, dans le questionnement du rapport à l’Autre et de sa représentation dans la perspective particulière, liée à l’Humanisme, de l’Homme neuf du Nouveau Monde. Thème développé à travers le système des personnages. Ainsi de Miranda, fille de Prospero, par conséquent issue du Vieux Monde dont elle a reçu l’enseignement à travers son père mais appartenant au Nouveau Monde (figurée par l’île déserte) où elle a été élevée : elle est émerveillée à la vue des naufragés. La révolte de Caliban est également à lire comme une déclinaison des luttes de pouvoir entre usurpés et usurpateurs ; révolte qui échoue chez Shakespeare : son complot contre Prospero est découvert. Contrairement aux autres personnages, Prospero ne lui accorde ni pardon (usurpateurs) ni liberté (Ariel). Il quitte la scène après ce dernier échange (Acte V, scène 1) :

- PROSPERO : Oui, un qui est aussi difforme en ses façons d’être
Qu’il est en apparence. Chenapan,
Va dans ma hutte avec tes compagnons,
Et si tu veux que je te pardonne,
Arrange-toi pour la rendre impeccable.

- CALIBAN : Ah, c’est promis ! J’aurai plus de jugement désormais
Et ferai tout pour être en tes bonnes grâces.
Quel âne double et triple j’ai été
De prendre cet ivrogne pour un dieu
Et de vouer un culte à ce pauvre idiot !

13Par des procédés de réduction, extension et déplacement des scènes proposées par Shakespeare et un ajout (Acte II, scène 1 : discussion contradictoire sur les moyens d’obtenir la liberté et la reconnaissance de Prospero opposant Caliban et Ariel qui n’est d’ailleurs plus « esprit de l’air » mais « esclave, ethniquement un mulâtre »), Césaire opère un déplacement de l’intrigue : la vengeance de Prospero devient secondaire tandis que les rapports Caliban/Prospero deviennent centraux et sont clairement placés sous le signe des rapports coloniaux et de leurs enjeux. Césaire utilise alors les éléments établis par Shakespeare et les exploite dans cette perspective particulière.

14La réécriture de l’entrée sur scène de Caliban témoigne de la nouvelle portée du personnage.

15Césaire reprend l’opposition ou la résistance qui lui était déjà prêtée par Shakespeare : jurons, refus de couper davantage de bois mais la radicalise. D’abord, en modifiant la fin de la confrontation : Caliban ne se soumet plus par crainte des représailles mais « pour la dernière fois ». Par ailleurs, la confrontation ne s’achève plus sur la résignation de Caliban mais sur une revendication identitaire, dénonciation de la dépossession négatrice coloniale :

Appelle moi X. Ca vaudra mieux. Comme qui dirait l’homme sans nom. Plus exactement, l’homme dont on a volé le nom. Tu parles d’histoire. Eh bien ça, c’est de l’histoire, et fameuse ! Chaque fois que tu m’appelleras, ça me rappellera le fait fondamental, que tu m’as tout volé et jusqu’à mon identité ! Uhuru !

16Autre modification : redistribution de la parole (plus largement possédée par Caliban, plus incisive aussi), participant de cette même entreprise de réappropriation, contestation subversive qui accentue la portée du personnage.

17Autre transformation qu’il convient de noter : Césaire reprend l’accusation de viol et l’allusion négative à Sycorax, sorcière présentée comme la mère de Caliban mais en change l’orientation dans une même perspective : l’affirmation identitaire de Caliban.

18Sycorax devient le lieu du refus du colonisé de renier ses origines, revendication d’une généalogie et, par là d’une histoire, refus également d’adopter la représentation dévalorisante – « Il y a des généalogies dont il vaut mieux ne pas se vanter », suggérée par le maître.

19Le traitement de l’accusation de viol renforce cette dernière idée : « Violer ! Violer ! Dis donc, vieux bouc, tu me prêtes des idées libidineuses. Sachele : Je n’ai que faire de ta fille, ni de ta grotte, d’ailleurs », contre-pied de la réaction prêtée par Shakespeare au « sauvage », contre-pied également du stéréotype du Noir, rejet donc de la représentation construite par le maître.

20Revendication identitaire et rejet des représentations construites, fondement de la Négritude, sont ainsi attribués à Caliban dès son entrée en scène par un jeu subtil de transformations ou transvalorisations (pour reprendre la terminologie proposée par Gérard Genette dans Palimpseste). Portée confirmée par la dernière scène d’Une Tempête (© Éditions du Seuil, 1974, Points, 1997) : après l’échec de son complot, Caliban, contrairement à son double shakespearien, refuse de se repentir et explique :

Il faut que tu comprennes, Prospero :
Des années j’ai courbé la tête,
Des années j’ai accepté
Tout accepté :
Tes insultes, ton ingratitude
Pis encore, plus dégradante que tout le reste,
Ta condescendance.
Mais maintenant c’est fini
Fini tu entends !
Bien sûr, pour le moment tu es encore
Le plus fort.
Mais ta force je m’en moque,
Comme de tes chiens, d’ ailleurs,
De ta police, de tes inventions !
Et tu sais pourquoi je m’en moque ?
Tu veux le savoir ?
C’est parce que je sais que je t’aurai.
Empalé à toi-même !
Prospero, tu es un grand illusionniste :
Le mensonge, ça te connaît.
Et tu m’as tellement menti,
Menti sur le monde, menti sur moi-même,
Que tu as fini par m’ imposer
Une image de moi-même :
Un sous-développé, comme tu dis,
Un sous-capable,
Voilà comment tu m’as obligé à me voir,
Et cette image, je la hais ! Et elle est fausse !
Mais maintenant, je te connais, vieux cancer
Et je me connais aussi !

21Ainsi privé de son ascendance sur l’esclave, Césaire imagine alors que Prospero renonce à son départ de l’île, proposant, par là, une réévaluation de la relation dominant/dominé à travers cette remarque de Caliban :

Le vieux monde foire !
C’est pas vrai ? Tiens, regarde !
Toi-même, tu t’y emmerdes !
À propos, tu as une occasion d’en finir
Tu peux foutre le camp.
Tu peux rentrer en Europe.
Mais je t’en fous !
Je suis sûr que tu ne partiras pas !
Ça me fait rigoler ta « mission »
ta « vocation » !
Ta vocation est de t’emmerder
Et voilà pourquoi tu resteras,
Comme ces mecs qui ont fait les colonies
Et qui ne peuvent plus vivre ailleurs
Un vieil intoxiqué, voilà ce que tu es !

22La pièce s’achève sur la dégradation d’une situation a priori bloquée (entre conviction d’une « mission » de Prospero et refus de l’aliénation et de la soumission de Caliban) d’où retentit le cri de Caliban sur lequel se clôt la pièce :

« Liberté ohé, la liberté ! », « Uhuru ! »

23Le cri initial « Uhuru ! » qui ouvre et clôt la première apparition de Caliban semble alors cristalliser la portée du personnage.

24« Uhuru », en effet, signifie « liberté » en swahili (Louis Patrice, ABC… ESAIRE. Aimé Césaire de A à Z, Ibis Rouge, 2003, 188 p.)

25Première prise de parole : langage étranger à celui de Prospero. Elle introduit ainsi l’affirmation identitaire et culturelle, caractéristique du personnage de Caliban. Mais elle introduit également la question du regard et des représentations (stéréotypes) par la réaction de Prospero : « Encore une remontée de ton langage barbare. Je t’ai déjà dit que je n’aime pas ça ».

26« Uhuru » symbolise donc la portée revendicatrice et identitaire du personnage de Caliban, sa prise de parole et son entreprise de reappropriation de soi contre l’aliénation.

27Une perspective qu’il convient de mettre en relation avec la vocation que Césaire attribuait au théâtre : pour lui, il s’agissait que « les peuples noirs se voient eux-mêmes, agissant, faisant avancer l’Histoire » : au-delà de la prise de conscience identitaire, se penser comme sujet de l’histoire et pas seulement objet. « Uhuru » semble bien symboliser cette entrée dans l’histoire, cette prise en main du déroulement de l’histoire : cri revendicateur de Caliban qui va modifier l’histoire du Prospero Shakespearien en le conduisant à renoncer à son départ et en lui niant le pouvoir de conclure l’histoire par un pardon général qui aurait alors conforté sa position dominante.

Autor

Chargée de cours et doctorante, sous la direction de Christiane Chaulet Achour, à l’Université de Cergy-Pontoise. Chercheur associé au CRTF, ses travaux portent sur l’écriture de la mémoire de l’esclavage (témoignages et fictions) du XVIIIe siècle à aujourd’hui dans les zones francophones et anglo-américaines. Elle a publié différents articles dans des ouvrages collectifs.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540