Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

S comme Slam

Paul Fraisse

Texte intégral

1Qui n’a pas encore entendu parler du slam ? Que ce soit dans les universités, les écoles, dans les bars, les cafés, les théâtres, les salles de concerts, le slam a envahi notre paysage culturel et semble avoir fait sa place en France. Il n’en reste pas moins qu’à ce jour le slam reste une pratique poétique peu étudiée et relativement méconnue tant du grand public que de la critique et du discours universitaire.

2Pour la plupart des gens, le slam est un genre de poésie qui s’apparente aux écritures urbaines, une sorte de rap déclamé. Il convient avant tout de préciser certains points afin de comprendre ce qu’est le slam, et ce qu’il peut représenter pour la scène culturelle et littéraire.

3Se voulant dépositaire d’une parole collective offerte à tous, le slam est profondément lié à un ensemble de formes qui visent à l’expression identitaire et minoritaire. Dans l’univers culturel et littéraire de la francophonie, le slam est l’expression à l’échelle mondiale des particularités locales de ces espaces singuliers. Il représente donc un enjeu majeur pour toutes les cultures émergentes, périphériques ou marginales délaissées par l’institution littéraire hexagonale.

Un sport de poésie

4Au-delà de son sens primitif de « claque », le terme slam (ou chelem) est issu du vocabulaire sportif et fait référence à l’exploit dans un tournoi (on retrouve ce terme dans plusieurs sports comme le base-ball, le basket, le rugby, le golf ou encore la formule 1). Dans toutes les disciplines, il est à mettre en rapport avec la notion de performance, de spectacle ou de prouesse sportive. Caractérisant l’action efficace, le slam se veut court et s’exprime sous la forme d’une claque impressionnante, sorte de morceau de bravoure ayant pour but de marquer le public.

5Le slam de poésie est donc un tournoi de performance poétique durant laquelle des poètes s’affrontent sous le regard du public et d’un jury composé de cinq personnes choisies au hasard dans le public.

6Il y a plusieurs types de soirées slam et celles-ci se déroulent différemment en fonction du contexte, de l’enjeu (s’il y a des qualifications pour un tournoi ou s’il s’agit d’une simple soirée libre ou d’une scène ouverte).

7On peut distinguer trois types de soirée slam :

8La scène ouverte, comme son nom l’indique, se présente sous la forme d’une tribune ouverte au public dans laquelle les poètes peuvent s’exprimer librement sans contrainte de temps ni d’accessoires. Les différents styles se mélangent et les performeurs peuvent avoir recours à des accompagnements musicaux.

9La soirée de slam hebdomadaire ou mensuelle en fonction du lieu et de l’affluence se présente comme une soirée officielle, à ceci près qu’il n’y a pas de qualifications. Les poètes passent chacun à leur tour dans un ordre déterminé au hasard et ont chacun trois minutes pour déclamer leur texte. Ceux qui ont obtenu le plus haut score passent le deuxième tour. Il peut arriver que ces soirées se déroulent en trois manches. Tous les poètes qui participent ont droit à un verre offert. Dans les soirées de slam, la seule contrainte est celle du temps (pas plus de trois minutes) et celle de l’accessoire : tout accessoire ou accompagnement musical est interdit.

10Enfin les soirées officielles de slam visent à qualifier des poètes et des équipes en vue de la participation à un tournoi (local, régional, national et international). Les règles ne changent pas lors des soirées de qualification.

11Il existe à ce jour de nombreux collectifs de slam et des organisations officielles qui mettent place des rencontres nationales et internationales. Ainsi l’IOPP (International Organisation Of Performing Poets) qui organise les Poetry Olympics (grandes rencontres internationales de slam).

12Parmi les grandes compétitions américaines, on compte également le Slam United et L’IWPS (Individual World Poetry Slam) qui se revendiquent ouvertement issues du mouvement tel qu’il fut initié par Marc Smith. En Europe, les trois événements les plus importants sont le HPS (Harlem Poetry Slam) en Hollande, le GIPS (German International Poetry Slam) en Allemagne, et le GSN (Grand Slam National) en France.

13En France, c’est la FFDSP (Fédération Française De Slam Poésie) qui a pour but d’organiser les événements et de faire la promotion de la discipline. Parmi les nombreux événements organisés en France, le plus célèbre reste sans aucun doute le Grand Slam National qui se déroule chaque année à la fin du mois de juin depuis 2004. Mais d’autres associations organisent également des rencontres nationales comme le SSW (Slam So What) à Vitry sur scène ou régionales comme le Grand Slam de Paname à Paris.

14Les poètes en compétition sont notés par le jury (les notes vont de 0 à 10 avec un chiffre après la virgule). Ils peuvent avoir des points de pénalité s’ils dépassent les trois minutes qui leur sont imparties ou s’ils choisissent de performer un texte qui n’est pas le fruit de leur propre création.

Des origines américaines

15Si le slam s’est bien développé en France et dans la plupart des espaces francophones, il est important de rappeler que c’est aux États-Unis que la pratique a vu le jour grâce à l’influence d’un jeune auteur alors peintre en bâtiment aujourd’hui célèbre et considéré comme le digne père du slam : Marc Smith. À la suite de plusieurs tentatives de création de soirées de performance, le slam tel qu’on le pratique aujourd’hui est né à Chicago en 1986 au Green Mill, bar populaire d’un quartier prolétaire de Chicago.

16Le slam est issu d’une histoire de la performance anglophone et se situe à la croisée de la tradition de la performance poétique et des pratiques orales des minorités culturelles. Bien que l’on puisse affirmer que le slam est une manière de remettre au goût du jour une certaine forme de tradition orale (griots, madjoubs, conteurs, troubadours, joutes orales) il emprunte beaucoup à des formes plus contemporaines de l’oralité (beat generation, dub jamaïcain, rap, punk, clash de rue, spoken word) ainsi qu’a ce que l’on peut qualifier d’oralité mécanique (quatrième catégorie de l’oralité selon Paul Zumthor. L’oralité mécanique concerne celle que l’on peut reproduire sur un support audio disque, cassette ou numérique).

17Aux États-Unis, où la tradition du spectacle vivant de poésie est plus affirmée, la performance poétique a su toucher un public plus vaste qu’en France. La poésie sonore des années 1950 n’a pas eu, de ce côté-ci de l’Atlantique, le succès qu’a pu avoir la beat generation. Les soirées de poésie performées sont monnaie courante aux États-Unis, ce qui est loin d’être le cas en France.

18Lorsque Marc Smith crée le slam, il cherche avant tout à se faire entendre, à trouver une tribune d’expression et à proposer un autre type de soirée de poésie qui ne soit pas aussi « ennuyeuse » que ce à quoi les poètes avaient habitué le public (Marc Smith dans le film reportage Slam, un sport de poésie.) L’arrivée de la pratique dans des pays de tradition littéraire différente (et notamment dans les pays francophones) révèle des rapports spécifiques à l’écriture et pose problème dans la mesure où chaque pays connaît une tradition poétique singulière. Ainsi, au Québec où la tradition de la performance poétique est assez comparable à celle que l’on observe aux États-Unis, on constate une certaine réticence de la communauté des poètes et des performeurs face à la montée du mouvement qui ne semble pas apporter beaucoup plus au paysage culturel, littéraire et performatif. Ceci explique en partie la naissance tardive du slam de langue française au Québec. À cela s’ajoute une certaine méfiance envers tout ce qui provient de la culture anglophone. C’est donc à partir de l’exemple français que des scènes de slam francophones vont commencer à se développer au Québec. Dans les autres espaces francophones également, c’est à partir de l’exemple français que la pratique va gagner petit à petit les consciences et conquérir la scène littéraire.

Les objectifs du slam

19Bien que le but premier de Marc Smith ait été de proposer une nouvelle forme de spectacle poétique, il ne cherchait pas comme on l’a affirmé par la suite, à réunir deux traditions distinctes de l’écriture poétique : d’un côté celle de l’institution, et de l’autre, celle de la rue. Néanmoins, c’est parce qu’il considère que la poésie s’est éloignée progressivement des préoccupations du « peuple » que Marc Smith a voulu créer ces soirées de poésie.

20Le premier point important concerne le choix des poètes. Le slam se veut une invitation à la participation. Les poètes sont issus du public et tout le monde a la possibilité de monter sur la scène. Le premier objectif du slam est d’encourager le public à monter sur scène et à performer. La fameuse formule « un poème dit, un verre offert » témoigne bien de cette ouverture et de cette sollicitation du public. Le jury, comme on l’a vu, est également issu du public. Choisi au hasard en début de soirée, son jugement peut être relativement objectif et intégrer des critères de valeurs des plus variés. Comme dans le monde judiciaire, le jury représente le public puisqu’il en est issu, et ce de manière aléatoire. Cette mise en valeur de la parole du public constitue toute l’originalité et la spécificité du slam.

21La conséquence de ce choix du jury permet de déplacer le jugement de et dans la poésie. Les poètes ne sont plus jugés par une institution littéraire (comme l’édition, la critique ou l’université) mais bien par le public rassemblé, le « peuple », par la cité au sens antique du terme.

22La scène ouverte, formule la plus libre de ces soirées de poésie témoigne de cette nécessité qu’a le public de participer et de s’écouter.

23Le slam a pour conséquence première de pousser le public à s’exprimer, à prendre part au spectacle de manière active (et non plus comme simple récepteur). Le spectateur devient acteur.

24C’est grâce à sa capacité d’encouragement à la création que le slam est exploité dans les milieux les plus divers, des écoles aux prisons, en passant par les maisons de quartiers. On peut imaginer que les entreprises proposeront un jour des ateliers de slam de la même manière que l’on y trouve des ateliers de théâtre, d’improvisation ou de musique.

25L’avantage majeur de la pratique du slam réside donc dans sa dimension participative.

26Le slam vise à faire se rencontrer des poètes d’horizons différents et de tous styles. Dans les pays francophones, il représente une nouvelle tribune qui permet aux poètes locaux de se faire entendre sur la scène internationale.

27Bien que le slam note et juge des performances individuelles et qu’il sélectionne des gagnants, le but de ces soirées de poésie n’est pas la réussite d’un seul. Le slam est la confrontation des voix d’une parole collective. Comme le rappelle Marc Smith : « Le slam n’existe pas pour glorifier la poésie, mais pour célébrer une communauté dont les poètes ne sont qu’une petite partie » (Marc Smith cité par Jean-Yves Reuzeau dans Slameur des villes, slameur des champs).

28Dans le cadre des francophonies, le slam permet de faire entendre des variétés de la langue française, propres à chaque espace, et de les confronter. La portée orale du poème partagé en soirée slam permet de faire entendre une voix singulière, celle d’un individu, celle d’une communauté. Le fonctionnement des soirées slam, à l’image de la compétition sportive, permet aux participants de revendiquer leur appartenance à un espace, leur origine ou leur nationalité et de représenter celle-ci de la même manière que le sportif représente son pays.

Théorisation et réception

29La grande question que pose l’arrivée du slam est celle de sa définition et de sa réception par le grand public.

30Si le slam est sur toutes les lèvres et dans toutes les villes, il n’en reste pas moins qu’une confusion pernicieuse subsiste autour de cette notion.

31Nous avons ainsi défini le slam comme un sport de poésie, une discipline et un type de soirée littéraire. Mais le slam est-il un genre de poésie ? À cette question il convient de répondre non.

32En effet, le slam ne définit en aucun cas une manière d’écrire. Bien que le slam représente une certaine forme de contre-culture et qu’il soit le médiat privilégié de certaines minorités, se présentant souvent sous la forme d’une écriture de la collectivité, rien dans le fonctionnement des soirées ne laisse entendre qu’il existe un genre “slam”.

33La question de la réception se pose dans la mesure où le slam permet de réunir des publics différents voire divergents. Si le monde de la poésie traditionnelle reste réfractaire à l’idée que le rap puisse avoir une certaine valeur littéraire, les membres des communautés minoritaires urbaines expriment une certaine réticence au terme même de « poésie ». Les soirées de poésie (peu nombreuses en France du fait de la tradition très écrite de la poésie et du prestige de son institution) rebutent souvent un public qui craint de s’ennuyer ou de ne pas se sentir concerné. D’un autre côté, il arrive que les programmateurs qualifient certains rappeurs de “slameurs” afin d’attirer un plus large public pouvant s’effrayer du terme de rap et de ses connotations. C’est ainsi que des rappeurs à l’écriture très travaillée ou qui offrent un style différent se trouvent qualifiés de « slameurs ». Dans la nébuleuse des écritures urbaines, dans la variété des styles et des formes, le slam n’est rien d’autre qu’une tribune, qu’un espace de création et d’expression.

34Dans les soirées slam, les participants sont appelés des « poètes » et leur production des « poèmes ». Ce sont des poètes souvent non reconnus par l’institution littéraire. Les règles des soirées slam sont les éléments qui pourraient affecter directement l’écriture et les choix esthétiques. Mais au-delà des rares contraintes imposées lors des rencontres, le poème d’une soirée slam n’est « slam » que le temps de la soirée. Sorti du contexte de la compétition, il redevient un poème, un texte de chanson, un conte, ou n’importe quel type de texte, littéraire ou non.

35Si Grand Corps Malade est appelé slameur c’est qu’il a accepté un prix aux victoires de la musique 2007 dans la catégorie « slam », créant ainsi la confusion qui perdure dans les médias et dans le milieu de la critique événementielle. Les anglophones ont un genre de poésie orale qu’ils appellent le spoken word. Cette pratique consiste à déclamer un texte sur de la musique mais selon un rythme plus libre que ce que l’on peut entendre dans la musique rap.

36Au regard de l’analyse générique, les albums de Grand corps malade doivent être définis comme du spoken word et non comme du slam. C’est ainsi que l’on peut dire que le rappeur Abd al Malik propose un rap assimilable à du spoken word. Si la critique définit ce jeune rappeur comme slameur, cela vient à la fois du style « déclamé » plus que rappé ou chanté et de ses influences littéraires nombreuses qui le rapprochent de la tradition de la poésie écrite voire de la philosophie (Césaire, Camus, Deleuze, Franzen, Todd, Dante sont autant d’auteurs cités par le rappeur dans ses textes). Surtout, l’appellation « slam » permet de réunir des artistes différents et de leur attirer un public plus large que celui des amateurs de rap musique ou de poésie traditionnelle.

37Le slam se présente comme la réconciliation possible entre plusieurs formes de production et de circulation poétiques. À la fois issu de la grande tradition de la poésie, de l’oralité américaine, de celle des minorités et des contre-cultures, le slam en passant par la tradition permet de brouiller les frontières entre ces diverses expressions de la poésie.

38Enfin, pour bien faire comprendre ce qu’est le slam et en quoi il ne peut définir un style d’écriture, nous rappelons cette superbe définition du slam selon Pilote le Hot : « Le slam est une manière d’écouter la poésie et non de la produire ».

39Le slam est donc une compétition de performance poétique et s’inscrit dans une histoire internationale. Bien qu’il soit issu de l’univers culturel américain, son aptitude à encourager toutes les formes de création poétique a su éveiller l’intérêt et la curiosité d’un public de toutes origines, de toutes nationalités au-delà de la différence des intérêts et de toute condition sociale.

40Il permet à certains artistes de se faire connaître ou de bénéficier d’une meilleure diffusion. Pont entre les cultures, les générations et les classes sociales, il constitue un espace d’étude intéressant à la fois parce qu’il est propre à chaque public et parce qu’il renvoie à des règles communes à tous qui révèlent les spécificités et les caractères des pays participants.

41Le slam se développe de plus en plus dans de nouveaux espaces francophones du nord et du sud et constitue une sorte de baromètre de la vitalité de la performance poétique de langue française.

42Permettant de faire entendre la voix singulière des différentes communautés de par le monde, le slam s’affirme comme un espace de création, de diffusion et d’expression ouvert à un très large avenir.

Bibliographie

Bibliographie

Collectif, Grand slam de poésie, Anthologie, vol. 1, Paris, Le temps des cerises, 2007, 239 p.

Collectif, Blah ! Multimédia multisupport : une anthologie du slam, Paris, éditions Florent Massot et Spoke, 2007, 275 p.

Collectif, 1re Coupe du monde de slam de poésie, 4e Grand slam National, Anthologie, Vol. 2, Paris, Le temps des cerises, 2008, 221 p.

Le Hot Pilote, Amours, poésies et pâtes fraiches, Paris, Slam éditions et Le Castor Astral, 1999, 79 p. + CD ROM.

Le Hot Pilote, Poésies nomades. Slameurs des villes, slameurs de champs, Paris : Slam éditions et Le Castor Astral, 2000, 105 p + CD ROM.

Le Hot Pilote, Culture rapide, Paris, Slam éditions et Le Castor astral, 2000, 78 p. + CD ROM.

Marceau André et Peyrouse Anne (sous la dir. de), Slam ma muse, Anthologie de la poésie slamée à Québec, Québec, Cornac, 2008, 153 p.

Martinez Stéphane, Anthologie du slam, Paris, Seghers, 2002, 117 p.

——, Slam entre les mots, Paris, La Table ronde, 2007, 197 p.

Filmographie

Delvin Paul, Slam nation, New York City, Slammin’entertainement, 1998, 91 minutes.

Kraisin Sylvain, Slam, un sport de poésie, Paris, Slam Productions, 2007, 70 minutes.

Levin Marc, Slam, États-Unis, Mars Films, 1998, 100 minutes.

Tessaud Pascal, Slam, ce qui nous brûle, Paris, Temps noir et la cinquième, 2007, 51 minutes.

Auteur

Doctorant allocataire moniteur à l’université de Cergy-Pontoise et membre du CRTF. Sa thèse dirigée par Violaine Houdart-Mérot et codirigée par Lise Gauvin porte sur les résurgences de l’oralité dans la littérature québécoise contemporaine. Il s’intéresse tout particulièrement à la littérature québécoise, au théâtre et à la poésie ainsi qu’aux manifestations populaires de l’oralité contemporaine (slam, chanson, performance poétique).
Il participe à la rédaction du Dictionnaire littéraire de Classiques francophones.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540