Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

O comme Odyssée

Chantal Bertagna

Texte intégral

Odyssées – L’exil ou la permanence du mythe d’Ulysse

1Ce qui fait la force de l’Odyssée et explique les multiples lectures et interprétations auxquelles cette œuvre a donné lieu, c’est sa dimension mythique, c’est le fait qu’elle mette l’accent sur « l’humaine condition », ainsi que le souligne Jacqueline de Romilly.

2Comme il serait vain de chercher à embrasser toutes les lectures de l’Odyssée, nous envisagerons ici le mythe de l’exil odysséen comme tentation de l’oubli, voire de l’anéantissement, et nous mettrons en perspective des récits contemporains, français et francophones, d’« odyssées » qui, explicitement ou implicitement, évoquent cette dimension du mythe d’Ulysse. Nous proposons en effet de mettre en écho des textes du XXe et du XXIe siècles avec des extraits de l’Odyssée afin de repérer et de comprendre des motifs littéraires et culturels qui se répondent à travers les siècles et d’enrichir ainsi l’interprétation des textes qu’ils soient contemporains ou classiques. Il nous faut auparavant présenter quelques axes de réflexion qui sous-tendent la démarche.

Mythe, littérature et enseignement

3Il convient de préciser le sens de mythe, compris ici comme « un ensemble narratif consacré par la tradition, et ayant, au moins, à l’origine, manifesté l’irruption de sacré ou du surnaturel dans le monde » (cf. Brunel, Pichois et Rousseau), donc dans une perspective littéraire. Il s’agit d’examiner des avatars modernes du mythe d’Ulysse, selon la démarche de Claude Lévi-Strauss pour qui un mythe est constitué de l’ensemble de ses variantes. Il nous semble en effet éclairant de lire ces textes modernes à la lumière du texte homérique. On conduit ainsi les lecteurs à découvrir le devenir littéraire de l’exil odysséen et à l’envisager comme un ensemble de réécritures de thèmes et de motifs qui le composent.

4La fonction universelle du mythe a la force de s’adresser à tous, sans exclusive. C’est pourquoi il nous paraît intéressant de porter notre attention sur le mythe de l’exil, thème si sensible à notre époque. Nous partageons en effet le point de vue de Marie-José Fourtanier dans Les mythes dans l’enseignement du français pour qui « si l’on réfléchit à l’identité culturelle, à la socialisation et à l’intégration des élèves, notamment des élèves en difficulté, on peut utiliser les dimensions éducatives offertes par la notion de mythe à travers un certain nombre de mythes antiques et modernes ». Selon elle, les récits mythiques par les valeurs qu’ils drainent apparaissent en effet comme facteurs d’intégration à une identité culturelle par l’appropriation de références communes et nécessaires, révélateurs de l’appartenance à une communauté, médiateurs d’échanges interculturels par la prise de conscience de l’universel sous le particulier et porteurs d’éléments constitutifs et structurants de l’individu. Elle ajoute :

Des enseignants ou des psychothérapeutes ont souvent utilisé les mythes afin de permettre à des élèves en difficulté d’affronter des conflits intérieurs mais aussi d’accepter les règles et les lois de la vie sociale… […] d’affronter l’effrayante figure de l’Autre et l’étrangeté de l’Ailleurs.

Le mythe d’Ulysse : exil et oubli

5La puissance du mythe odysséen, c’est la dimension humaine du héros, cet homme « aux mille ruses » (polutropos, polumètis). Ulysse est l’incarnation de sentiments humains qui nous touchent tous par-delà les siècles : les souffrances dues à l’errance, à l’acharnement du sort, aux épreuves, à la solitude, à la nostalgie, la tentation d’explorer l’inconnu jusque dans ses limites extrêmes, celles de la mort, la nécessité de se dépouiller de son identité pour assurer sa survie, l’espoir de bonheur, lié à l’amour familial, à la certitude d’être attendu, au retour effectif. Ulysse représente l’homme qui, confronté aux épreuves, les surmonte.

6Ce récit initiatique peut s’interpréter de multiples façons. Voici, brièvement évoquées, quelques pistes.

7Selon la tradition classique et populaire, Ulysse est celui qui éprouve la nostalgie : la douleur, algos, que provoque l’impossibilité du retour, nostos. Mais, finalement, le choix du retour lui est laissé par Calypso, et Ulysse choisit de rester un mortel et de rentrer chez lui :

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

8Pour Jean-Pierre Makouta-Mboukou ce qui fait de l’Odyssée un mythe, c’est que le sort d’Ulysse est rendu tragique par la persécution des forces divines. Mais les maux qui frappent les hommes viennent aussi de leur propre sottise, de leur propre folie, de leur désobéissance et Ulysse n’échappe pas à cette règle. Le rôle de premier plan joué par les femmes contribue aussi à la dimension mythique du récit. Enfin, J. -P. Makouta-Mboukou souligne l’importance d’un retour effectif qui permet à Ulysse de retrouver son identité après avoir dû la dissimuler à de multiples reprises.

9Dans un essai récent, Luc Ferry (2008) voit, lui, le voyage initiatique d’Ulysse comme l’expression d’une aspiration à la « vie bonne » c’est-à-dire en harmonie avec la cosmogonie. Ulysse est celui qui sait affronter la mort ou son équivalent pour les Grecs, la perte d’identité, sans pour autant rechercher l’immortalité puisqu’être homme, c’est être homme parmi les siens. Car Ulysse est celui qui est curieux d’autrui ; c’est cela aussi la leçon de son périple.

10Mary Aguer-Sanchiz (2008) quant à elle, s’intéresse aux « voyages initiatiques » d’Ulysse : après avoir transgressé les interdits chez Eole, puis au pays des vaches du Soleil, il est projeté « aux confins du royaume des morts » ; plus qu’à une géographie de l’espace, déjà largement étudiée par les commentateurs, l’auteur s’intéresse à l’espace-temps, par lequel Ulysse échappe aussi au monde des vivants.

11Ces interprétations au-delà de leur diversité, se rejoignent sur le thème de l’oubli, de la perte de soi. C’est cet axe que nous retiendrons car la place faite à la tentation de l’oubli liée à la peur de l’anéantissement qu’éprouve l’exilé nous semble un motif récurrent dans les réécritures directes ou indirectes de l’Odyssée. Rappelons que le texte homérique relate un périple qui fait passer Ulysse du monde des mortels à celui du surnaturel, après le passage par le pays des Lotophages, mangeurs de la fleur d’oubli. Dès lors, la tentation et la peur de l’oubli (de la terre natale, du statut de mortel, de l’identité) vont marquer les étapes du voyage d’Ulysse dans le monde surnaturel. C’est ce qu’explique Jean-Pierre Vernant (1999 : 119) :

Au cours du long périple qui va suivre (l’épisode des Lotophages), à chaque moment, l’oubli, l’effacement du souvenir de la patrie et du désir d’y faire retour, c’est cela qui, à l’arrière-plan de toutes les aventures d’Ulysse et de ses compagnons, représente toujours le danger et le mal. Être dans le monde humain, c’est être vivant à la lumière du soleil, voir les autres et être vu par eux, vivre en réciprocité, se souvenir de soi et des autres. Là, au contraire, ils entrent dans un monde où les puissances nocturnes, les enfants de la Nuit, comme les appelle Hésiode, vont étendre peu à peu leur ombre sinistre sur l’équipage d’Ulysse et sur Ulysse lui-même. Un nuage d’obscurité demeure toujours suspendu au-dessus des navigateurs, qui menace de les perdre s’ils se laissent aller à l’oubli du retour.

12Ces épreuves et ces renoncements successifs expliquent sans doute qu’Ulysse soit devenu l’incarnation de l’exilé, comme en témoigne la chanson populaire de Ridan (L’Ange de mon démon, 2007) ; ce chanteur français d’origine algérienne a repris le sonnet de du Bellay qu’il poursuit en ces termes, en associant au mot « sirène », le son d’une sirène de police :

J’ai traversé les mers à la force de mes bras,
Seul contre les dieux,
Perdu dans les marées ;
Retranché dans une cale
Et mes vieux tympans percés
Pour ne plus jamais entendre
Les sirènes et leur voix.

Nos vies sont une guerre
Où il ne tient qu’à nous
De se soucier de nos sorts,
De trouver le bon choix,
De nous méfier de nos pas
Et de toute cette eau qui dort
Qui pollue nos chemins soi-disant pavés d’or !

13Or le thème de l’exil tient une place non négligeable dans la littérature francophone pour des raisons qu’on pourrait, nous semble-t-il, lister rapidement ainsi : la multiplication des situations d’exil depuis le siècle dernier (politique, économique), la mauvaise conscience et la compassion de l’occident face à ces drames des hommes et des peuples déplacés ainsi que l’accession de certains de ces exilés au statut d’écrivains.

14L’étude que nous proposons nous semble apte à permettre de dépasser une représentation de l’exil, à la fois banalisé et dramatisé par les médias qui le traitent comme fait divers, en montrant comment des textes contemporains sur l’exil s’inscrivent dans une dimension mythique. En effet, la présence de ce thème en littérature et la façon dont les écrivains s’en emparent lui confèrent cette dimension par les effets troublants d’échos avec le récit homérique. Héritage ou coïncidence ? C’est un point à examiner. En tout cas, la parenté des textes mérite d’être interrogée pour comprendre l’actualité.

Une démarche comparative

15Lors de la recherche des textes, il nous a paru que, pour peindre la détresse de situations humaines actuelles, les écrivains puisaient dans un fonds de motifs présents dans l’Odyssée¸ comme si ces références permettaient de mieux dire la souffrance ou comme si celle-ci revêtait des formes finalement intemporelles. Notre démarche comparative s’appuiera donc en partie sur une étude des thèmes et des motifs liés à l’exil ; pour reprendre les termes de Georges Poulet (1971), « la critique thématique peut encore nous révéler ce qui se transmet d’une pensée à d’autres, ce qui se découvre en diverses pensées comme étant leur principe ou leur fond. ». Elle s’inscrit dans une tradition comparative dont on trouvera la trace dans la bibliographie ci-dessous.

16Une telle démarche permet de se constituer ce que Pierre Bayard (2007) nomme « la bibliothèque intime » et « la bibliothèque collective ». Repérer la récurrence de motifs, se dégager de l’anecdotique pour accéder à l’épopée humaine de ces récits, rendre les lecteurs sensibles à l’écriture actuelle des thèmes liés à l’exil, partir de notre sensibilité d’aujourd’hui pour se créer une culture par des lectures inscrites en diachronie.

Textes et commentaires

17Par souci d’ouverture, nous avons choisi des textes appartenant à diverses sphères de la francophonie (écrivains antillais, grec, marocain), à des genres littéraires différents (autobiographie, poésie, roman), parfois écrits par des auteurs qui ont connu l’exil (V. Alexakis, T. Ben Jelloun, A. Césaire) ou le voyage et l’ailleurs (L. Gaudé, J-M. G. Le Clézio, E. E. Schmitt). Ce sont essentiellement des textes d’un accès aisé, des textes évoquant des situations d’exil ou d’émigration diverses, afin de montrer l’universalité du mythe. Pour certains textes, l’intertextualité avec l’Odyssée est patente ; pour d’autres, qui rejoignent le récit d’Ulysse par le biais de l’expérience humaine, il s’agit sans doute plus de parallèles à établir que d’échos strictement littéraires. Pour des raisons de droits, la traduction retenue pour les extraits d’Homère est celle de Leconte de Lisle, disponible sur internet, [http://www.mediterranees.net/​mythes/​ulysse/​odyssee/​index.html], mais on ne saurait trop inviter à consulter la traduction en vers de Philippe Jaccottet (La Découverte poche, 2004), plus difficile mais si belle.

18Chaque groupement de textes est fédéré autour d’un épisode homérique et suivi de pistes de commentaires.

Les Lotophages ou la tentation de l’oubli

Textes

Le dixième jour, nous abordâmes la terre des Lotophages qui se nourrissent d’une fleur. Là, étant montés sur le rivage, et ayant puisé de l’eau, mes compagnons prirent leur repas auprès des nefs rapides. Et, alors, je choisis deux de mes compagnons, et le troisième fut un héraut, et je les envoyai afin d’apprendre quels étaient les hommes qui vivaient sur cette terre. Et ceux-là, étant partis, rencontrèrent les Lotophages, et les Lotophages ne leur firent aucun mal, mais ils leur offrirent le lotos à manger. Et dès qu’ils eurent mangé le doux lotos, ils ne songèrent plus ni à leur message, ni au retour ; mais, pleins d’oubli, ils voulaient rester avec les Lotophages et manger du lotos. Et, les reconduisant aux nefs, malgré leurs larmes, je les attachai sous les bancs des nefs creuses ; et j’ordonnai à mes chers compagnons de se hâter de monter dans nos nefs rapides, de peur qu’en mangeant le lotos, ils oubliassent le retour.

Homère, Odyssée, chant IX, vers 82-97

Dans Les raisins de la galère, la narratrice, une jeune Beurette qui cherche à s’intégrer, confie :

L’oubli est notre prière. L’oubli de cette part maudite commencée avant même que nous ne soyons venus au monde [...]. Qui se souviendra de nous si nous n’avons pas su garder le goût de nos origines, un petit bout de mémoire, un lambeau d’étoffe sacrée où sécher nos larmes, un bout de ciel où épingler notre petite étoile au-dessus du lopin de terre où ils iront dormir de leur dernier sommeil ?

Tahar Ben Jelloun, Les raisins de la galère, p. 119-123,
© Librairie Arthème Fayard, 1996.

V. Alexakis, écrivain d’origine grecque venu en France faire ses études de journalisme, s’y est installé avant de se partager entre Paris et la Grèce. Il écrit dans les deux langues. Dans ce récit autobiographique en hommage à sa mère, il s’adresse à elle en ces termes :

Tu voulais absolument me faire un cadeau. Je t’ai demandé le Grand Robert que j’avais découvert dans la bibliothèque du collège des jésuites. J’avais besoin d’un bon dictionnaire français. J’avais peut-être besoin aussi de ta bénédiction pour réussir mon périple à travers une autre langue. Chaque fois que j’ouvrais le dictionnaire je songeais à toi. Paradoxalement, les mots français me remettaient en mémoire ton visage. Je craignais que la fréquentation continue de ces mots ne finisse par me faire ressembler à ce Grec de Lille qui avait oublié en partie sa langue maternelle.

Vassilis Alexakis, Je t’oublierai tous les jours, p. 85,
© Folio, Gallimard, 2005

Je m’étais trouvé à travers le français et en même temps je m’étais un peu perdu. Je me reconnaissais dans mes personnages, pourtant aucun d’eux n’était un immigré […]. Le français m’avait fait oublier une partie de moi-même. Je ne racontais en français que des histoires fondées sur le présent, ou imaginaires… J’avais trente-cinq ans à l’époque. J’avais pratiqué le français pendant dix ans. J’eus besoin de me souvenir, de revenir au cœur de moi-même, de me raconter une histoire grecque.

Vassilis Alexakis, Paris-Athènes, p. 190, © Éditions du Seuil, 1989

Commentaire

191. Certes, Ulysse résiste à la tentation de l’oubli et il contraint même ses compagnons à rejoindre le navire. Mais il est à noter que les Lotophages, contrairement aux autres créatures croisées par le héros, ne sont pas présentés comme des êtres méchants et malfaisants.

202. Tahar Ben Jelloun pose le problème central du thème qui nous occupe, celui du tiraillement entre la tentation et le refus de l’oubli : oublier ce qui a poussé à quitter la terre natale, mais ne pas se dissoudre dans cet oubli.

213. Vassilis Alexakis, souligne une autre forme que prend cette tentation de l’oubli : celle de la perte de la langue maternelle. Il est intéressant de voir que l’auteur parle de « périple » (d’odyssée) à travers la langue française et, surtout, qu’il évoque ici des liens complexes entre l’oubli et la mémoire, la langue d’emprunt et la figure maternelle. Comme l’héroïne de Tahar ben Jelloun, il est tiraillé, même s’il reçoit la langue de l’exil comme un « cadeau ». Ce rapport ambigu à la langue, il l’évoquait déjà dans Paris-Athènes.

Le Cyclope : « Mon nom est Personne » ou la perte d’identité

Textes

Je parlai ainsi, et il prit et but plein de joie ; puis, ayant bu le doux breuvage, il m’en demanda de nouveau :

– Donne-m’en encore, cher, et dis-moi promptement ton nom, afin que je te fasse un présent hospitalier dont tu te réjouisses. La terre féconde rapporte aussi aux Kyklopes un vin généreux, et les pluies de Zeus font croître nos vignes ; mais celui-ci est fait de nektar et d’ambroisie.

Il parla ainsi, et de nouveau je lui donnai ce vin ardent. Et je lui en offris trois fois, et trois fois il le but dans sa démence. Mais dès que le vin eut troublé son esprit, alors je lui parlai ainsi en paroles flatteuses :

– Kyklôps, tu me demandes mon nom illustre. Je te le dirai, et tu me feras le présent hospitalier que tu m’as promis. Mon nom est Personne. Mon père et ma mère et tous mes compagnons me nomment Personne.

Je parlai ainsi, et, dans son âme farouche, il me répondit :

– Je mangerai Personne après tous ses compagnons, tous les autres avant lui. Ceci sera le présent hospitalier que je te ferai […]. Et il arracha de son œil l’épieu souillé de beaucoup de sang, et, plein de douleur, il le rejeta. Alors, à haute voix, il appela les Kyklopes qui habitaient autour de lui les cavernes des promontoires battus des vents. Et, entendant sa voix, ils accoururent de tous côtés, et, debout autour de l’antre, ils lui demandaient pourquoi il se plaignait :

– Pourquoi, Polyphèmos, pousses-tu de telles clameurs dans la nuit divine et nous réveilles-tu ? Souffres-tu ? Quelque mortel a-t-il enlevé tes brebis ? Quelqu’un veut-il te tuer par force ou par ruse ?

Et le robuste Polyphèmos leur répondit du fond de son antre : – Ô amis, qui me tue par ruse et non par force ? Personne.

Et ils lui répondirent en paroles ailées :

– Certes, nul ne peut te faire violence, puisque tu es seul. On ne peut échapper aux maux qu’envoie le grand Zeus. Supplie ton père, le roi Poseidaôn.

Ils parlèrent ainsi et s’en allèrent. Et mon cher cœur rit, parce que mon nom les avait trompés, ainsi que ma ruse irréprochable.

Odyssée, Chant IX, vers 352-410

Le narrateur d’Ulysse from Bagdad, un jeune Irakien qui a fui son pays, a jeté ses papiers à la mer pour que les garde-côtes ignorent de quel pays il est issu et ne puissent pas le bannir. Il se retrouve dans un camp de rétention maltais où il est interrogé par un employé, dont il découvrira ensuite qu’il est borgne et auprès de qui il se fera passer ensuite pour « Personne ».

Une masse de chair m’attendait au fond de la pièce obscure.

À travers les quelques fils de lumière que laissaient passer les volets baissés, mon interlocuteur ressemblait davantage à un immense crapaud qu’à un homme. Tapi dans l’ombre humide, ramassé sur lui-même, il s’arrondissait en un bloc compact, prêt à bondir, appuyant son inquiétant quintal sur un minuscule tabouret qui gémissait […]. Il me laissa, moi, sa proie, approcher […]. Il s’adressa à moi en anglais puisque c’était la langue que j’avais demandé à parler.

– Qui êtes-vous ?

– Je…

– Votre nom ?

–…

– Celui de votre père ?

–…

– Vous comprenez ce que je dis ? Comprenez-vous l’anglais ?

– Oui.

– Alors, répondez à mes questions. Déclinez votre identité.

– Je ne sais pas.

– D’où venez-vous ? Quel pays ? Quelle ville ?

– Je ne me souviens plus… Sur le bateau, lorsque nous avons failli chavirer… quand le capitaine est tombé à l’eau… là… pour moi, le choc… j’ai perdu la mémoire.

Éric-Emmanuel Schmitt,
Ulysse from Badgad, p. 185-6, 2008
Avec l’aimable autorisation des Éditions Albin Michel

Commentaires

221. Ulysse dissimule son nom par ruse, pour échapper au Cyclope : en grec, le même mot « mètis » signifie « ruse » et « personne ». Nier son identité est le prix de la survie. Ulysse dissimule son identité pour pouvoir rentrer : l’anéantissement du moi est donc provisoire. À son retour à Ithaque, c’est par une suite d’épreuves de re-connaissances qu’il pourra reprendre peu à peu sa place parmi les siens : on ne se fait pas impunément appeler « Personne ».

232. Saad Saad lui aussi ruse, et sa dissimulation lui est salutaire. Éric-Emmanuel Schmitt pousse loin le pastiche dans cet épisode, se complaisant à décrire la monstruosité du géant borgne, jouant avec le nom « Personne ». Plus qu’Ulysse, Saad Saad prend des risques en jetant ses papiers à la mer : il sait son geste irréversible et s’il l’accomplit sans hésiter, il n’en va pas de même pour son ami Boub. On peut voir dans ce pastiche un simple clin d’œil, une coquetterie littéraire. On peut aussi l’interpréter comme une volonté de dépasser la relation réaliste d’un simple fait divers pour donner à cet épisode une dimension symbolique. Le jeune homme qui vivait un peu à la remorque des autres prend son destin en mains dès lors qu’il décide de jeter ses papiers à la mer : « L’idée jaillit dans mon esprit en même temps que la décision ». Le sans-papiers qui s’est dépouillé de son nom, qui s’amuse à se nommer « Personne », l’emporte désormais sur ceux qui s’opposent à sa quête, grâce à sa détermination et à son intelligence – comme Ulysse. Renoncer à son identité l’amène à regarder délibérément devant soi, à se donner les moyens de progresser coûte que coûte vers la terre promise qu’il s’est fixée, à ne plus être encombré de son passé, à devenir un homme neuf et fort.

Le chant des Sirènes ou le piège de l’oubli

Textes

Circé met Ulysse en garde contre les Sirènes, en ces termes :

Tu rencontreras d’abord les Seirènes qui charment tous les hommes qui les approchent ; mais il est perdu celui qui, par imprudence, écoute leur chant, et jamais sa femme et ses enfants ne le reverront dans sa demeure, et ne se réjouiront. Les Seirènes le charment par leur chant harmonieux, assises dans une prairie, autour d’un grand amas d’ossements d’hommes et de peaux en putréfaction […].

Et nous approchâmes à la portée de la voix, et la nef rapide, étant proche, fut promptement aperçue par les Seirènes, et elles chantèrent leur chant harmonieux :

– Viens, ô illustre Odysseus, grande gloire des Akhaiens. Arrête ta nef, afin d’écouter notre voix. Aucun homme n’a dépassé notre île sur sa nef noire sans écouter notre douce voix ; puis, il s’éloigne, plein de joie, et sachant de nombreuses choses. Nous savons, en effet, tout ce que les Akhaiens et les Troiens ont subi devant la grande Troiè par la volonté des Dieux, et nous savons aussi tout ce qui arrive sur la terre nourricière.

Elles chantaient ainsi, faisant résonner leur belle voix, et mon cœur voulait les entendre ; et, en remuant les sourcils, je fis signe à mes compagnons de me détacher ; mais ils agitaient plus ardemment les avirons ; et, aussitôt, Périmèdès et Eurylokhos, se levant, me chargèrent de plus de liens.

Odyssée, chant XII, vers 39-46 ; 181-191

Dans Cahier d’un retour au pays natal, Césaire évoque une scène qui s’est déroulée dans un tramway (parisien).

C’était un nègre grand comme un pongo qui essayait de se faire tout petit sur un banc du tramway […].

C’était un nègre dégingandé sans rythme, ni mesure.

Un nègre dont les yeux roulaient une lassitude sanguinolente.

Un nègre sans pudeur et ses orteils ricanaient de façon assez puante au fond de la tanière entrebâillée de ses souliers […].

Et l’ensemble faisait parfaitement un nègre hideux, un nègre grognon, un nègre mélancolique un nègre affalé, ses mains réunies en prière sur un bâton noueux. Un nègre enseveli dans une vieille veste élimée. Un nègre comique et laid et des femmes derrière moi ricanaient en le regardant.

Il était COMIQUE ET LAID.

COMIQUE ET LAID pour sûr.

J’arborai un grand sourire complice…

Ma lâcheté retrouvée !

Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, p. 40-41, © Présence africaine, 1983

La police a arrêté Azel, Marocain clandestin en Espagne, en possession de haschisch. Il lui faut trouver un moyen de s’en sortir : il propose de livrer des terroristes islamistes.

C’est ainsi qu’Azel devint indicateur pour la police espagnole. Il sauva sa peau mais vendit son âme. Peut-être pour une bonne cause. En vérité, il n’avait que faire d’être sur le bon chemin ou non. Son désespoir l’avait aguerri. Le lendemain, il se sentit assez mal. Il avait des fourmillements dans tout le corps. Des insectes minuscules parcouraient ses membres et il était incapable de réagir, il ne souffrait pas mais voyait son pied droit se détacher, emporté par une forte colonne de fourmis noires, puis son autre pied arraché après des mantes religieuses. Il aurait voulu qu’elles emportent tout et lui rendent à sa place un autre corps.

Un peu plus loin, le personnage pensant à La Métamorphose de Kafka se dit :

– Je vais me transformer, devenir quelqu’un d’autre, après tout ce sera peut-être une bonne chose, je passe d’un personnage à un autre, j’y ajoute un peu de trahison, un peu de délation, même si c’est pour la bonne cause, quelle cause au fait ?

Tahar Ben Jelloun, Partir, p. 237, © NRF, Gallimard, 2006

Commentaires

241. Dans l’Odyssée, Ulysse est soumis au charme de diverses créatures surnaturelles, Circé, Calypso et les Sirènes. Celles-ci cherchent à séduire par leur voix ; plus d’un commentateur a souligné leur lien avec Orphée, et, partant, avec le monde de l’au-delà auquel Ulysse, comme Orphée et contrairement à la loi humaine, peut accéder. Il s’agit ici bien plus que d’une simple tentative de séduction féminine ; c’est un appel à renoncer à sa nature de mortel, à ses origines humaines que ces créatures lui adressent. L’épisode des Sirènes exprime toute l’ambiguïté de cette tentation, chargée de danger et de plaisir à la fois. Ulysse, en se faisant attacher, pourra échapper au premier, mais sans renoncer au second. Les Sirènes incarnent la tentation mensongère puisqu’elles promettent la connaissance et prétendent que le marin qui les écoute « s’éloigne, plein de joie ». Or, par la mise en garde de Circé, Ulysse et le lecteur savent qu’il n’en est rien.

252. Le narrateur de Cahier d’un retour au pays natal se laisse tenter par un maléfique chant des sirènes qui lui conseille de nier son identité, de se fondre dans la foule, de se désolidariser des siens. Seul moment discordant d’un long chant d’espoir et de révolte, ce passage témoigne de la tentation sournoise et lâche de renier son identité.

263. Même tentation pour Azel : vendre son âme, sauver sa peau, franchir la frontière invisible entre deux mondes, se laisser tenter par le mensonge. Autant d’éléments qui sont en germe dans l’épisode homérique. Mais c’est la perte de soi définitive, la mort qui attendent celui qui se laisse ainsi tenter à oublier d’où il vient, à trahir les siens. À noter aussi le caractère animal que revêt symboliquement la tentation dans ce texte comme dans celui d’Homère : femmes-oi
seaux, fourmis, mantes religieuses.

Le naufrage ou l’oubli définitif

Textes

Ulysse dans la tempête

Ayant ainsi parlé, Poséidon amassa les nuées et souleva la mer. Et il saisit de ses mains son trident et il déchaîna la tempête de tous les vents. Et il enveloppa de nuages la terre et la mer, et la nuit se rua de l’Ouranos. Et l’Euros et le Notos soufflèrent, et le violent Zéphyros et l’impétueux Boréas, soulevant de grandes lames. Et les genoux d’Odysseus et son cher cœur furent brisés, et il dit avec tristesse dans son esprit magnanime : « Ah ! malheureux que je suis ! Que va-t-il m’arriver ? Je le crains, la Déesse ne m’a point trompé quand elle m’a dit que je subirais des maux nombreux sur la mer, avant de parvenir à la terre de la patrie. Certes, voici que ses paroles s’accomplissent. De quelles nuées Zeus couronne le large Ouranos ! La mer est soulevée, les tempêtes de tous les vents sont déchaînées, et voici ma ruine suprême. [...] Maintenant ma destinée est de subir une mort obscure ! » Il parla ainsi, et une grande lame, se ruant sur lui, effrayante, renversa le radeau. Et Odysseus en fut enlevé, et le gouvernail fut arraché de ses mains ; et la tempête horrible des vents confondus brisa le mât par le milieu ; et l’antenne et la voile furent emportées à la mer ; et Odysseus resta longtemps sous l’eau, ne pouvant émerger de suite, à cause de l’impétuosité de la mer. Et il reparut enfin, et les vêtements que la divine Kalypsô lui avait donnés étaient alourdis, et il vomit l’eau salée, et l’écume ruisselait de sa tête. Mais, bien qu’affligé, il n’oublia point le radeau, et, nageant avec vigueur à travers les flots, il le ressaisit, et, se sauvant de la mort, il s’assit. Et les grandes lames impétueuses emportaient le radeau çà et là. De même que l’automnal Boréas chasse par les plaines les feuilles desséchées, de même les vents chassaient çà et là le radeau sur la mer.

Odyssée, chant V, vers 291-332

Charybde et Scylla

Et nous traversions ce détroit en gémissant. D’un côté était Skyllè ; et, de l’autre, la divine Kharybdis engloutissait l’horrible eau salée de la mer ; et, quand elle la revomissait, celle-ci bouillonnait comme dans un bassin sur un grand feu, et elle la lançait en l’air, et l’eau pleuvait sur les deux écueils. Et, quand elle engloutissait de nouveau l’eau salée de la mer, elle semblait bouleversée jusqu’au fond, et elle rugissait affreusement autour de la Roche ; et le sable bleu du fond apparaissait, et la pâle terreur saisit mes compagnons. Et nous regardions Kharybdis, car c’était d’elle que nous attendions notre perte ; mais, pendant ce temps, Skyllè enleva de la nef creuse six de mes plus braves compagnons. Et, comme je regardais sur la nef, je vis leurs pieds et leurs mains qui passaient dans l’air ; et ils m’appelaient dans leur désespoir.

De même qu’un pêcheur, du haut d’un rocher, avec une longue baguette, envoie dans la mer, aux petits poissons, un appât enfermé dans la corne d’un boeuf sauvage, et jette chaque poisson qu’il a pris, palpitant, sur le rocher ; de même Skyllè emportait mes compagnons palpitants et les dévorait sur le seuil, tandis qu’ils poussaient des cris et qu’ils tendaient vers moi leurs mains. Et c’était la chose la plus lamentable de toutes celles que j’aie vues dans mes courses sur la mer.

Odyssée, chant XII, vers 234-259z

Tout au long du périple qui le mène jusqu’en Grande-Bretagne, Saad Saad, le jeune Irakien clandestin du roman d’E. E. Schmitt (p. 121, p. 171-180, 201-205) est confronté aux tempêtes. La première fois, il surmonte le mal de mer grâce à l’opium que ses compagnons lui font prendre :

Je m’effondrai au sol, hoquetai, dégorgeai de la bile. Mes membres ne me répondirent plus. J’étais figé. Le plomb de la paralysie avait coulé en moi. […] Nous avions renié l’horrible océan pour flotter sur les cieux. Notre nacelle ne tanguait plus. […] Peu après, la lune se pencha vers moi, m’adressa un sourire tendre, ses yeux me rappelant ceux de ma mère et sa bouche celle de Leila. Je crois que la lune tenta même de m’embrasser lorsqu’un coup de vent, repoussant notre équipage, l’en empêcha. De la suite, je ne souviens pas…

Plus tard, au large de la Sicile, avec son ami Boub :

Soudain, un craquement insupportable de violence. Une masse nous avait heurtés. Aussitôt je fus précipité à l’extrémité du pont ; derrière moi, la mer ouvrit des trappes dans le bateau ; sous moi, le plancher se déroba.

En arrivant dans l’eau, je la trouvai aussi froide et dure qu’une roche. Projeté à ma suite, Boub, hurlant, tremblant, la voix étranglée, suraiguë, se retint à mon cou.

Je commençai à nager.

Je progressai lentement, difficilement. Boub s’alourdissait à chaque instant.

Je continuai jusqu’au moment où les bras de Boub se dénouèrent de mes épaules. Inquiet, je me retournai alors, à temps pour le voir s’éloigner en roulant de grands yeux épouvantés, trop tard pour le saisir.

Ensuite, les souvenirs me manquent…

Éric-Emmanuel Schmitt, Ulysse from Badgad, p. 123-124 ; 204-205, 2008.
Avec l’aimable autorisation des Éditions Albin Michel

Le commandant Salvatore Piracci, chargé de traquer les navires chargés de clandestins qui tentent d’aborder en Italie, est à la recherche d’embarcations à la dérive.

Pour un instant encore, il était en train de sauver des vies. De soustraire des êtres à l’engloutissement ; pour un instant encore, il n’y avait que cela. Dès qu’ils auraient tous pris pied à bord, il allait devoir redevenir le commandant italien d’un navire d’interception. Il aurait voulu que cet instant s’étire éternellement, que ce soit cela son métier : une quête dans la nuit à la recherche d’embarcations perdues. Un combat entre lui et la mer. Reprendre des hommes à la mort. […]

La mer se creusa à nouveau, mais cette fois avec fureur. Les mouvements de l’eau semblaient traduire de l’irritation. Les vagues venaient de plusieurs côtés à la fois, obéissant à deux maitres différents qui se faisaient à la guerre, le vent, et les courants. La pluie grêlait la surface des eaux de mille petites verrues. Le commandant entreprit de baliser la zone mais, très vite, il s’avéra qu’on ne voyait rien dehors. Cela ne servait à rien de tendre l’oreille ou d’essayer de percer la nuit à l’œil nu. La mer avait décidé de redevenir opaque et brusque. […]

Seul Salvatore Piracci resta sur le pont, bien accroché à la rambarde, le visage fouetté par le vent et les trombes d’eau qui giclaient de tous côtés. Il fixait intensément l’obscurité alentour, persuadé qu’une lumière viendrait trouer l’obscurité, qu’un chant, à nouveau, allait retentir. il voulait les trouver. Chercher toute la nuit s’il le fallait, mais les trouver. […]

Salvatore Piracci pensa aux hommes qui étaient sur ces trois barques manquantes. Au désespoir des derniers instants, lorsque l’embarcation chavire et qu’il n’y a personne pour voir la vie se débattre une derrnère fois. Il pensa aux corps plongés dans l’eau, gesticulant un temps jusqu’à être gagnés par le froid et s’abandonner à l’immensité. Il les voyait disparaître de la surface puis continuer à flotter dans les courants sous-marins, comme de grands oiseaux, bras écartés et bouche ouverte, loin du tumulte de la surface. Combien d’hommes étaient en train de mourir ainsi cette nuit, sans cri, sans témoin, avec leur seule peur pour escorte ? Il contemplait la mer tout autour de lui et il aurait aimé hurler. De toute sa force. Hurler pour que les mourants l’entendent au loin. Simplement cela. Qu’ils sachent que des hommes étaient là qui ne les trouveraient jamais ou qui arriveraient trop tard mais qui étaient partis à leur recherche. Qu’ils sachent qu’ils n’avaient pas été oubliés. Alors il demanda à Matteo de faire retentir ma sirène en continu. Pour que les flots soient remplis de ce bruit.

Laurent Gaudé, Eldorado,
p. 77, 83-84, © Actes Sud, 2006

À la fin de la seconde Guerre, Esther, la narratrice juive d’Étoile errante, est embarquée sur un bateau de clandestins. Direction : Israël.

Dans la lueur de la tempête, je vois la mer qui court vers le navire, explose en trombes d’écume. Le vent est devenu un monstre invisible, il cogne contre les voiles, les secoue. Le vent tourbillonne, il m’étouffe, fait pleure mes yeux. J’essaie de résister, pour voir la mer, si belle, terrifiante. […]

La nuit, la tempête recommence. Les vagues doivent passer par-dessus la pointe rocheuse qui abrite Port-Man. Elles frappent le navire, le font basculer et gémir. et tout le monde se réveille. Nous nous tenons aux membrures pour ne pas être jetés contre la coque. Les paquets, les valises, d’autres objets invisibles glissent et cognent les parois du navire. On n’entend pas une voix, un bruit humain que le pont, et bientôt la rumeur se répand : nous avons été abandonnés par l’équipage, nous sommes seuls à bord du navire. Avant que la peur ne s’installe, les hommes ont allumé une lampe-tempête. Tout le monde est autour de la lampe, les hommes d’un côté, les femmes et les enfants de l’autre.

Un homme commence une prière en yiddish, langue que la narratrice ne connaît pas.

« Qu’est-ce qu’il dit ? Je demande cela à maman, à voix basse. Les hommes et les femmes se balancent lentement, accompagnent le mouvement du navire dans la tempête, et maman se balance elle aussi, en regardant la flamme de la lampe posée sur le plancher. « Ecoute, c’est notre langue maintenant. » Elle dit cela, et je regarde son visage. Les mots du rabbin sont forts, ils écartent la peur de la mort ».

Jean-Marie Gustave Le Clézio, Étoile errante, p. 171-2, © Folio Gallimard, 1992

Commentaire

271. La mer, omniprésente dans l’Odyssée, constitue une menace permanente, particulièrement sensible dans l’épisode de la tempête sur le radeau ou celui de Charybde et Scylla. Qualifiée d’« infertile », elle représente à elle seule tous les obstacles qui se dressent sur le chemin du retour. Le malheureux naufragé, voué à une « mort obscure », oublié des hommes et privé de sépulture, errera pour l’éternité sans pouvoir trouver le repos éternel.

282. Dans les textes contemporains, ce thème est repris mais modifié : la mer et ses dangers font obstacle désormais au chemin de l’aller, celui vers la terre promise de l’exil. Certes, les auteurs contemporains s’inspirent de faits réels, les naufrages au large des côtes espagnoles ou italiennes de ces embarcations chargées de clandestins. L’odyssée est devenue un voyage sans retour possible ou souhaité. Mais la peur de l’oubli par engloutissement demeure.

29Ainsi dans Ulysse from Badgad d’Eric-Emmanuel Schmitt, le narrateur essuie plusieurs tempêtes, fait naufrage, et ayant échappé de peu à la mort, est recueilli par des Circé et des Calypso modernes. À la fin du roman, il déclare : « une nouvelle fois une plaine liquide s’interposait entre mon but et moi ». Les tempêtes qu’il affronte symbolisent ce risque de perte de la vie, cet oubli définitif que les candidats à l’exil sont prêts à affronter.

30On trouve le même motif dans le roman de Laurent Gaudé, Eldorado : la mer à laquelle les passeurs abandonnent les émigrés devient lieu d’« engloutissement » et l’acharnement du commandant pour que les naufragés « sachent qu’ils n’ont pas été oubliés » rattache clairement ce texte à notre thème. Dans ce passage figurent plusieurs allusions, voilées et détournées, à l’Odyssée : la personnification de la tempête, la comparaison des cadavres avec de grand oiseaux, les voix humaines auxquelles le naufragé cherche, en vain, à se raccrocher avant d’être happé par les flots, la sirène du bateau de sauvetage, devenue ici chant de vie et d’espoir.

31Le texte de Le Clézio témoigne aussi d’une part de cette attractionrépulsion pour la mer déchaînée « si belle, terrifiante », d’autre part de l’angoisse des passagers d’être happés par ce monstre. C’est par la prière, dans une langue nouvelle pour la plupart des émigrants, que ceux-ci trouvent la force de surmonter leur angoisse de l’anéantissement ; la tempête les fait accéder à un rite de passage qui leur permet d’espérer en la terre promise.

Ulysse chez Calypso ou le refus de l’oubli

Textes

La vénérable Nymphe, après avoir reçu les ordres de Zeus, alla vers le magnanime Odysseus. Et elle le trouva assis sur le rivage, et jamais ses yeux ne tarissaient de larmes, et sa douce vie se consumait à gémir dans le désir du retour, car la Nymphe n’était point aimée de lui. Certes, pendant la nuit, il dormait contre sa volonté dans la grotte creuse, sans désir, auprès de celle qui le désirait ; mais, le jour, assis sur les rochers et sur les rivages, il déchirait son cœur par les larmes, les gémissements et les douleurs, et il regardait la mer indomptée en versant des larmes.

Et l’illustre Déesse, s’approchant, lui dit :

- Malheureux, ne te lamente pas plus longtemps ici, et ne consume point ta vie, car je vais te renvoyer promptement. Va ! fais un large radeau avec de grands arbres tranchés par l’airain, et pose par-dessus un banc très élevé, afin qu’il te porte sur la mer sombre. [...] Si tu savais dans ton esprit combien de maux il est dans ta destinée de subir avant d’arriver à la terre de la patrie, certes, tu resterais ici avec moi, dans cette demeure, et tu serais immortel, bien que tu désires revoir ta femme que tu regrettes tous les jours. Et certes, je me glorifie de ne lui être inférieure ni par la beauté, ni par l’esprit, car les mortelles ne peuvent lutter de beauté avec les immortelles.

Et le subtil Odysseus, lui répondant, parla ainsi :

- Vénérable Déesse, ne t’irrite point pour cela contre moi. Je sais en effet que la sage Pènélopéia t’est bien inférieure en beauté et majesté. Elle est mortelle, et tu ne connaîtras point la vieillesse ; et, cependant, je veux et je désire tous les jours revoir le moment du retour et regagner ma demeure. Si quelque Dieu m’accable encore de maux sur la sombre mer, je les subirai avec un cœur patient. J’ai déjà beaucoup souffert sur les flots et dans la guerre ; que de nouvelles misères m’arrivent, s’il le faut.

Odyssée, chant V

Miloz a franchi clandestinement les Alpes grâce à un passeur qui les a conduits, lui et ses compagnons d’infortune, dans une carrière où ils travaillent et survivent.

Couché sur le sac de couchage encrassé, la tête appuyée contre la paroi de la roulotte, Miloz écoutait la musique grésillante en pensant à Léna, à la montagne, au village, à ses parents et à ses amis. Mais c’était si loin à présent que c’était devenu une sorte de rêve, irréel et vague, où les êtres et les choses pouvaient se modifier à chaque instant. Seuls les yeux de Léna brillaient d’un éclat fixe, sombres, profonds. Ils le regardaient de l’autre côté de l’espace, l’appelant. Miloz pensait au jour où il pourrait enfin partir, il pensait au long voyage de retour, à l’argent qu’il apporterait pour le mariage. Mais la fatigue l’écrasait avant la fin du rêve, et il s ‘ endormait avant même d’avoir entendu la chanson nasillarde du poste de radio.[…]

Mais, un soir, couché sur le sac de couchage dans l’obscurité lourde de la roulotte, écoutant au-dehors le bruit du vent sur la pierre, le bruit de la chaîne du chien-loup courant le long de la clôture de barbelés, écoutant au-dedans le bruit régulier des respirations d’hommes endormis, et le crépitement léger d’une cigarette qui s’embrasait par moments dans l’obscurité, à l’autre bout de la roulotte, il comprend : il a peur de mourir là, maintenant, demain, un jour, sans être revenu jusqu’à Léna, sans l’avoir revue. L’angoisse de la mort est si grande alors qu’il ne peut plus la contenir. […] C’est cette nuit-là que Miloz a décidé de s’enfuir.

Jean-Marie Gustave Le Clézio, « Le passeur », La ronde et autre faits divers, p. 214-216
© Folio Gallimard, 1982

À la fin du roman Ulysse from Bagdag, le héros, Saad Saad déclare au fantôme de son père qui lui sert de Mentor :

« Tu raisonnes à l’ancienne, Papa. Tu raisonnes à la Homère. Il y a trois mille ans, un homme, Ulysse rêvait de revenir chez lui après une guerre qui l’en avait éloigné. Moi, j’ai rêvé de quitter mon pays dévasté par la guerre. Quoique j’aie voyagé et que j’aie rencontré des milliers d’obstacles pendant ce périple je suis devenu le contraire d’Ulysse. Il retournait, je vais. À moi, l’aller, à lui le retour. Il rejoignait un lieu qu’il aimait ; je m’écarte d’un chaos que j’abhorre. Il savait où était sa place, moi je la cherche. Tout était résolu, pour lui, par son origine, il n’avait qu’à régresser, puis mourir, heureux, légitime. Moi, je vais édifier ma maison hors de chez moi, à l’étranger, ailleurs. Son odyssée était un circuit nostalgique, la mienne un départ gonflé d’avenir. Lui avait un rendez-vous avec ce qu’il connaissait déjà. Moi j’ai rendez-vous avec ce que j’ignore. ».

Éric-Emmanuel Schmitt, Ulysse from Badgad, p. 304
© Albin Michel, 2008

Commentaire

321. Ulysse aspirant de toutes ses forces au retour, parce qu’il n’a oublié ni qu’il est un homme ni que Pénélope l’attend, telle est l’image traditionnellement véhiculée par le mythe. S’y ajoutent les dangers encourus : refuser d’oublier, c’est avoir le courage de les affronter.

332. Cette douleur de la nostalgie, liée entre autres au souvenir de la femme aimée, se retrouve intacte dans la nouvelle de Le Clézio. Douce-amère dans le premier paragraphe, elle devient source d’une angoisse irrépressible dans le second. Comme Ulysse, Miloz ne trouve de raison d’espérer que dans le lien avec la terre natale, le souvenir de ses origines. Même refus d’oublier ses racines : le retour fait partie du voyage, quel qu’en soit le prix à payer. Ne pas revenir est assimilé à la mort. Mais, à la différence d’Ulysse qui pourra rentrer chez lui grâce à la protection – partielle – des dieux, Miloz ne peut chercher le salut que dans la fuite et l’issue de son périple ne sera pas aussi heureuse que celle d’Ulysse.

34Pour Saad Saad – dont le nom est un jeu de mots entre « sad », « triste » en anglais et « saad », « espoir » en arabe – la démarche est radicalement différente. Pas de nostalgie, mais une volonté d’oublier la terre natale, terre de malheurs et de chaos. S’il affronte des épreuves, s’il renonce à ses origines, c’est pour se construire une nouvelle vie, sans regarder en arrière. Il espère que Leila, le pendant de Pénélope dans le roman, qu’il avait cru morte et qu’il retrouve fortuitement en chemin, pour la perdre à nouveau, viendra le rejoindre en Grande-Bretagne : ne pas tout oublier mais ne pas être prisonnier de son passé. Le titre du roman, Ulysse from Bagdad, livre la clé de cette odyssée : elle n’est pas un périple qui ramène le héros à son point de départ en un mouvement circulaire, mais un trajet à un seul sens qui éloigne du pays natal. Le personnage incarne un oubli volontaire et assumé afin d’être soi tout en étant un autre.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus

Alexakis Vassilis, Paris-Athènes, Seuil, 1989 - Je t’oublierai tous les jours, Folio, Gallimard, 2005 Ben Jelloun Tahar, Les raisins de la galère, Fayard, 1996 ; Partir, NRF, Gallimard, 2006.

Césaire Aimé, Cahier d’un retour au pays natal, Présence africaine, 1983.

Gaudé Laurent, Eldorado, Actes Sud, 2006.

Le Clézio Jean-Marie Gustave, « Le passeur », La ronde et autre faits divers, Folio Gallimard, 1982 ; Étoile errante, Folio Gallimard, 1992.

Odyssée, traduction de Leconte de Lisle :

http://www.mediterranees.net/mythes/ulysse/odyssee/index.html

Ridan L’Ange de mon démon, 2007, album, pseudonyme de Nadir Kouidri.

Schmitt Éric-Emmanuel, Ulysse from Bagdad, Albin Michel, nov. 2008.

Ouvrages critiques

Aguer-Sanchiz Mary, D’Homère à Kazantzaki, Pour une typologie de l’imaginaire odysséen, L’Harmattan, 2008.

Bayard Pierre, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus ?, Éditions de minuit, 2007.

Brunel Pierre, Pichois Claude, Rousseau André-Michel, Qu’est-ce que la littérature comparée ?, Armand Colin, 2006.

Chevrel Yves, La littérature comparée, PUF, 1989.

Ferry Luc, La sagesse des mythes, Plon, 2008.

Fourtanier Marie-José, Les mythes dans l’enseignement du français, Parcours didactiques, Bertrand-Lacoste, 1999.

Jaccottet Philippe, Homère, L’Odyssée, La Découverte Poche, 2004.

Makouta-Mboukou Jean-Pierre, Littératures de l’exil, Des textes sacrés aux œuvres, Étude comparative, Éditions l’Harmattan, 1993.

Poulet Georges, Trois essais de mythologie romantique, Joseph Corti, 1971.

Romilly Jacqueline de, Petites leçons de grec ancien, Stock, 2008.

Souiller Didier (sous la dir. de), Littérature comparée, PUF, 1997.

Stead Evanghelia, commente L’Odyssée d’Homère, Foliothèque Gallimard, 2007.

Vernant Jean-Pierre, L’univers, les dieux, les hommes Vernant raconte les mythes, Seuil, 1999.

Auteur

Professeur agrégée de Lettres Classiques, docteur ès Lettres en Études grecques. Formatrice en formation continue et initiale depuis une vingtaine d’années, exerce actuellement en temps partagé dans un collège de l’académie de Versailles et à l’IUFM de Versailles, en charge des PLC2 et des T1 de Lettres classiques et modernes. Spécialiste de la didactique des Lettres, des apports didactiques des nouvelles technologies, elle a publié de nombreux articles en ligne et dans des revues didactiques sur ces sujets. Co-auteur depuis 2005 de la collection de manuels scolaires Fleurs d’encre chez Hachette.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540