Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

I comme Imagination

Sophie Amrouche

Texte intégral

1Farid Boudjellal, depuis qu’il a commencé avec Les Soirées d’Abdullah à la fin des années 1970, sa carrière de dessinateur et scénariste de Bandes dessinées, se consacre à représenter, à travers ses histoires où alternent comique, cruauté et tendresse, la communauté maghrébine en France. Ce faisant, il questionne la société française sur son histoire, sa vision de « l’autre » (l’immigré), sa capacité ou ses difficultés à intégrer ces immigrés de la 1re et de la 2e génération, familièrement désignée par le syntagme « les Beurs » qui s’applique aux personnes nées en France et dont les parents sont d’origine maghrébine.

2Étudier l’ensemble de son œuvre au fil des albums et des années, permet de retracer un panorama de l’évolution des relations franco-beures entre les années 1970-1980 et aujourd’hui, vu par le regard original d’un artiste toujours critique et distancié, qui s’interroge constamment, avec un humour souvent corrosif, sur ce qu’il choisit de montrer et de raconter, et ne laisse aucun détail au hasard. Il y met le temps nécessaire, privilégiant la qualité à la quantité : « Je ne suis pourtant pas très prolifique car je travaille très lentement. L’écriture et le découpage me demandent beaucoup de temps alors que je considère le dessin comme une récréation » déclare-t-il dans des propos recueillis par G. Ratier le 9 mars 2005.

3C’est un voyage aussi passionnant que divertissant et instructif qu’il propose au lecteur qui s’interroge sur des questions qui occupent le débat social en France depuis plusieurs décennies : « Qu’est-ce que « l’intégration » ? » ; « Quelles difficultés rencontrent les immigrés maghrébins pour s’intégrer dans la société française ? » ; « Quelles difficultés spécifiques peuvent apparaître au sein d’un couple « mixte » ? » « Comment un enfant vit-il la double appartenance culturelle ? » « Qu’est-ce que le racisme ? Où se cache-t-il parfois sournoisement derrière les sous-entendus, les silences ? »

4Cette traversée visuelle et narrative faite sur un mode ludique en dit parfois plus et mieux que beaucoup de longs discours théoriques auxquels, de toute façon, peu ont accès, d’autant que l’histoire coloniale est peu abordée dans l’institution scolaire (où elle est rapidement survolée en classe de 3e et en Terminale). Elle permet surtout aux jeunes de la 3e génération issue de l’immigration d’avoir accès, par ce biais, à l’histoire de leurs parents et de leurs grands-parents, puisqu’on trouve ces albums dans la plupart des bibliothèques publiques et qu’ils sont beaucoup lus et empruntés. Elle donne à tous les lecteurs, grâce à la famille Slimani : « À travers la saga de cette famille, j’ai voulu montrer un aspect positif du phénomène de l’immigration. Les Slimani sont comme les autres familles, ni plus, ni moins » précise-t-il dans l’entretien cité précédemment, l’occasion de partager l’intimité d’une famille « beure » haute en couleurs, chaleureuse et amicale, qu’on prend plaisir à retrouver, et à laquelle on s’attache et par là même, l’opportunité de découvrir un islam ouvert et tolérant, où se côtoient naturellement les autres religions en particulier dans l’album Mémé d’Arménie (2002) construit autour de la figure émouvante de Marie Caramanian, la grand-mère chrétienne de Mahmoud.

5F. Boudjellal effectue un véritable travail sur la mémoire collective puisqu’il s’inspire de ses souvenirs, mais aussi d’archives, d’affiches, de faits réels, et rend compte des débats de son époque, auxquels il participe d’ailleurs activement avec son crayon et sa plume, par le biais d’affiches encourageant les Beurs à voter, ou en publiant, par exemple, des pages de BD mettant en scène les Slimani dans le quotidien Libération (3-4 décembre 1983) durant la première marche des Beurs pour l’égalité en décembre 1983. Ainsi rejoint-il, à sa manière, le travail de l’historien. Mais pour le lecteur, il va plus loin, dans la mesure où, grâce à l’émotion qu’il fait naître par le rire ou la sympathie, il valorise la création de liens entre les êtres (entre copains, entre voisins, entre parents…). Les moments d’émotion les plus intenses, sont presque toujours des moments de communion affective entre les personnages. Cela peut être des moments de consolation : ainsi dans Mémé d’Arménie, pour ne prendre que cet album, Abdel Slimani, en deuil de son père et éploré, est réconforté par les larmes de son épouse ; Mahmoud qui perd son copain Rémy est consolé par sa Mémé. Mais aussi de retrouvailles : le Dr Ranoukian peut enfin évoquer le drame du génocide arménien, ici avec Marie Caramanian, qui a l’âge qu’aurait atteint sa mère… ; ou encore de compassion : Abdel, le Dr Ranoukian et Armand vivent un deuil comparable et se retrouvent au café.

6Travail sur l’histoire de l’immigration donc, et sur le tissage du lien social, et c’est à ce double titre que la présentation de l’auteur et de sa bibliographie figure sur le site de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

7On peut ainsi distinguer plusieurs étapes dans cette œuvre qui retrace l’histoire de cette immigration :

8- L’exploitation de l’immigré de la 1re génération, Abdulah, isolé, analphabète et proie facile d’un racisme brutal.

9F. Boudjellal a eu conscience de la portée symbolique de son personnage : « le personnage d’Abdulah [qui] a été très important dans ma carrière. Il a été une sorte de reconnaissance de l’émigration dans la BD. À l’époque, dans les BD, l’émigré maghrébin ne disait pas un mot et Abdulah est peut-être le premier héros de BD émigré à raconter son vécu, ce qu’il se prenait sur la gueule. Je me souviens que je jouais beaucoup sur les péjoratifs : bicot, bougnoul, raton, crouille, melon… Il y en avait tellement que je finissais par croire qu’on ne nous aimait pas (rires) ». Ce seront les albums : Les Soirées d’Abdulah (1980), L’Oud (1983), Le Gourbi (1985). À l’époque, précise l’introduction de l’album Les Slimani, Petit Polio présente sa famille (2003), « l’immigration est encore un sujet tabou, comme la guerre d’Algérie. Personne ne parle encore des Beurs » lit-on dans « La saga des Slimani » de M. Lagardette (p. 5). Il faudra attendre la première marche des Beurs en 1983, pour que l’immigration maghrébine accède à une visibilité médiatique.

10- La difficile intégration des enfants de ces immigrés constitue le sujet de l’album Les Beurs (1985), qui paraît un an après la création de SOS racisme par Harlem Désir ; ceux-ci revendiquent leur place dans la société française. F. Boudjellal en est le scénariste (L. Mechkour l’a illustré) et le présente ainsi :

L’album Les Beurs que j’ai publié avec Larbi Mechkour, c’est un album tout public ; c’était un mélange des Mille et une nuits et de culture de banlieue. C’est un témoignage de ces années-là, des années 1980. J’ai collaboré à de nombreuses affiches, par exemple pour Convergence 84, des articles… On avait besoin de témoigner de notre existence ; on se posait beaucoup la question du retour ; on vivait dans ce mythe de revenir sur la terre de nos origines. À l’époque, j’ai pensé sérieusement à m’installer en Algérie. Nous avons hérité de la nostalgie de nos parents. Et puis, il y avait la politique du million… Les immigrés n’étaient plus indispensables à la société française ; alors, pour moi, il fallait affirmer notre présence ou partir. (Entretien avec N. Yahi, 2005)

11Farid Boudjellal poursuit seul cette réflexion sur l’intégration à travers « La saga des Slimani » (famille nombreuse, soudée et chaleureuse malgré les difficultés matérielles) dont Mahmoud, l’enfant handicapé, sera le héros de la trilogie « Petit Polio », qui retrace l’enfance toulonnaise du protagoniste. Plusieurs albums sont ainsi consacrés à la saga des Slimani et à Mahmoud : Gags à l’harissa en 1989, Jambon-Beur en 1995, Petit Polio (trois volumes) de 1998 à 2002.

12- Nouvelle étape dans la marche vers l’intégration : on épouse l’ennemi d’hier. Jambon-Beur (1985) rend compte de l’évolution de la société française des années 1980, dans laquelle l’amour finit par avoir raison de la méfiance et du racisme (dans une certaine mesure !) comme en témoigne la croissance des mariages mixtes (franco-beurs), constatée sur le site de La Cité nationale de l’histoire de l’immigration :

Les couples mixtes vont en s’accroissant et montrent la diversité des métissages et des dialogues interculturels et interreligieux dans la société française contemporaine. La France figure d’ailleurs comme l’un des premiers pays en Europe pour le nombre de mariages mixtes et les Algériens sont les premiers étrangers à le pratiquer.

13L’album rend compte aussi des frictions qui en découlent entre les beaux-parents (la guerre d’Algérie n’est pas loin, le racisme non plus) depuis que Mahmoud a épousé une Française (Patricia Bardo, dont le père, jeune appelé, est mort en Algérie en 1961).

14- L’évocation de la 3e génération de l’immigration est abordée dans le même album par le biais du dédoublement de personnalité et des interrogations de Charlotte-Badia, fille de Mahmoud et Patricia, perturbée par sa double identité culturelle, vécue de façon conflictuelle du fait de la brouille des Slimani et de la mère de Patricia dès sa naissance.

15- L’accession d’une élite beure à la richesse et à la reconnaissance sociale. C’est la naissance de la « beurgeoisie », du terme qui désigne ce phénomène des années 1990 avec Le Beurgeois (1997), néologisme heureux forgé par l’auteur.

16Le succès des albums de Farid Boudjellal, et en particulier de la série Petit Polio s’explique, non seulement, à l’évidence, par un scénario très construit, mais aussi par le soin que l’auteur porte à camper, en quelques traits et anecdotes qui en disent long, des personnages dotés d’une complexité et d’une profondeur rares dans l’univers de la BD.

17Le Beurgeois occupe donc une place à part dans la production de Farid Boudjellal. Il y excelle dans la caricature et le cynisme au détriment de la tendresse et de la poésie si présentes dans ses autres albums. En revanche, son analyse du racisme ordinaire et l’invention de remèdes certes expéditifs et amoraux, mais tout à fait efficaces pour le contrer, ont des vertus cathartiques et roboratives en quelque sorte, qui justifient le projet de son auteur qui s’en explique à E. Fumet :

E. F. : L’album Le Beurgeois est différent : vous y dénoncez le fanatisme et l’intolérance avec dérision, mais sans la tendresse des autres albums. Vous vous faites l’avocat du diable. Pourquoi ?

F. B. : Je l’ai fait au moment de l’affaire des « sans-papiers », où on parlait d’intégration. Je me suis dit : « D’accord, essayons de créer un modèle d’intégration ». Et on ne peut rien reprocher à Mouloud Benbelek, personne ne peut l’attaquer : l’argent l’a intégré à 100 % ! Beaucoup de gens me disent : « Si ça n’était pas signé Farid Boudjellal, ça pourrait être fait par un facho… » Il y a une espèce d’angélisme de certains mouvements anti-racistes : on voudrait que l’Arabe soit sympa, et si c’est un connard, attention… Un journaliste m’a demandé s’il fallait lire Le Beurgeois au troisième degré. Je lui ai répondu : « Non, vous avez bien lu ce que vous avez lu. » Vous voyez, ce peut être très ambigu…

18Petit, teigneux, susceptible, vindicatif et sans pitié Benbelek, le héros du Beurgeois, est une figure caricaturale du self-made-man ultra-libéral pour qui la seule valeur est l’argent qui permet de tout acheter. Valeur o 1 et arme absolue, grâce à l’argent, il est reconnu, admiré, craint, haï, bref il existe pleinement comme citoyen à part (du lion) entière. Benbelek est ultra-antipathique, c’est un luxe qu’il peut s’offrir, il « nique » tout le monde, c’est sa devise et chaque séquence illustre une nouvelle facette de sa spécialité : il hurle sur ses employés, en vient facilement aux mains, la colère et l’invective sont chez lui une seconde nature. Au fil de l’album, il envoie donc au tapis : un imprimeur méprisant (et FN), un flic raciste, un maire peu perspicace, un créancier toulonnais FN, malhonnête et vantard, un artiste snob et dédaigneux, son neveu récalcitrant, Mehdi et enfin, une assemblée d’aristocrates réactionnaires. Bref, Benbelek mène une carrière de battant tous azimuts, un cursus honorum exemplaire, qui le conduit du ruisseau au château comme le résument ces deux répliques :

- Dis-moi Mouloud comment peut-on devenir aussi riche que toi quand on vient du ruisseau ? lui demande son « ami » de Porcy au début de l’album. (p. 9)

- Tel est le triste sort des aristocrates : chassés jadis par le bourgeois… Nous le sommes aujourd’hui par le beurgeois ! conclut l’ex-propriétaire expulsé par Benbelek en page finale. (p. 44)

19Le héros excelle dans les rapports de force où il adore humilier et broyer (au sens propre souvent) ses adversaires. Semble-t-il manifester un semblant de solidarité ? C’est uniquement pour en tirer profit et son machiavélisme ne connaît pas de limites. Ainsi le rachat d’un immeuble insalubre sauve-t-il des familles de l’expulsion, mais c’est pour continuer à exploiter leur misère médiatiquement par la création in situ d’un fort lucratif Musée de la pauvreté, car Benbelek l’a compris : dans notre société, on peut faire commerce de tout, même de la misère, il suffit de la rendre spectaculaire, « Ne touchez à rien ! Plus il [l’immeuble] sera délabré, mieux ce sera. » (p. 37) Le cynisme de Benbelek peut faire frémir, pourtant le personnage suit une logique implacable et ne fait que refléter le cynisme de la société à laquelle il s’est parfaitement adapté, comme le constate l’imprimeur raciste : « Celui-là on peut dire qu’il est bien intégré. » (p. 8)

20Avec Le Beurgeois, F. Boudjellal mène un travail de réflexion polémique sur ce poison social que constitue le racisme, dont on peut dégager trois axes :

Le droit d’être un salaud

21Un Arabe est comme tout le monde, donc ce peut-être un personnage odieux, un salaud pour tout dire. Cette évidence rejoint celle énoncée dans Zadig par Voltaire (fervent partisan, on le sait, de l’abolition de l’esclavage) qui rappelle, par la voix de son héros éponyme à ses contemporains qu’un Blanc peut aussi être esclave, puisque c’est l’humaine condition que de pouvoir tomber sous le joug de ses semblables :

Il faut bien que les marchands arabes aient des esclaves ; et pourquoi ne le serais-je pas comme un autre, puisque je suis homme comme un autre ? (Zadig, chapitre 10)

22Donc tout Arabe qu’il est, Benbelek n’en est pas moins homme…

Traquer le préjugé raciste partout où il se cache

23Lutter efficacement contre le racisme suppose de ne laisser passer aucune de ses manifestations et de se donner les moyens d’être toujours en position de force. Mieux vaut faire envie (voire faire peur) que pitié ! Tous les moyens sont bons pour Benbelek pour ne jamais occuper la position de victime. « Cessez de croire aux contes de fée et remplissez plutôt vos comptes en banque », résume le message du financier aux dents longues : « Tu dois avoir un porte-bonheur, un grigri, un talisman ! » lui suggère Porcy. « Mon numéro de compte en banque » est sa réponse. (p. 9)

24Cet album donne au lecteur l’occasion de passer en revue tous les poncifs qui courent depuis la fin du XIXe siècle sur l’immigré maghrébin, cet oriental forcément étrange.

25Certains de ces poncifs peuvent paraître anodins :

26« Le Maghrébin, « l’Arabe », est susceptible » par exemple, peut être pris comme un énoncé naturel presque, tant ce cliché est éculé. Le problème est que cette attitude, qui consiste à plaquer un trait de caractère sur une identité ethnique (on identifie là un défaut de « race ») est proprement du racisme. Outre qu’elle révèle une forme de bêtise caractérisée (seuls les Maghrébins le sont ?), elle implique aussi une méconnaissance de l’histoire et de la psychologie. Il suffit de lire un ouvrage sur l’histoire coloniale (Histoire de l’Algérie coloniale 1830-1954, de Benjamin Stora, par exemple), ou de regarder le film de Rachid Boucharef, Indigènes (2006), ou le documentaire plus ancien de Yamina Benguigui, Mémoires d’immigrés (1998) ou enfin d’imaginer la situation d’un individu systématiquement confronté au racisme (voir Le Plafond de verre en 2005 de la même cinéaste), on peut comprendre, que plus qu’un prétendu défaut de race, il s’agit là d’une réaction humaine et universelle face à l’injustice. Devant une attitude d’ambivalence caractérisée qui oscille entre la séduction (quand il faut trouver des ouvriers ou des soldats) et le rejet (quand on n’a plus besoin d’eux).

27C’est ce qu’analyse avec finesse le Père Christian Delorme, prêtre engagé, qui participa activement à l’organisation de la marche des Beurs en 1983, dans des propos recueillis en 2001 qui rappelaient la nature post-coloniale des relations de la France avec ses immigrés :

La société française ne voit pas qu’elle reste marquée par ses complexes coloniaux. Elle a bonne conscience et ne se vit pas comme ségrégationniste. Les Français ont vécu leur rejet de l’Algérie comme une injustice et non comme un juste retour de l’histoire. Ils ont perçu la présence des immigrés presque comme un acte de charité, oubliant qu’ils en avaient besoin. Ils raisonnent de même avec les jeunes issus de l’immigration, comme si nous étions bons de les avoir acceptés, comme si ces jeunes devaient nous en être reconnaissants et que nous pouvions en permanence exiger qu’ils produisent leur passeport pour l’intégration. Ainsi, les familles maghrébines ont toujours vécu dans un statut d’infériorité : elles sont passées du statut colonial d’indigènes à celui d’immigrés. Les pères n’avaient des droits qu’en tant que travailleurs ; leurs enfants ont hérité de ce sentiment d’infériorité. Leur vraie chance d’intégration passait par le travail, or ils ont été les premiers à faire les frais de vingt ans de destructuration du marché de l’emploi. Si bien qu’ils ont développé une culture autonome et se sentent membres d’une autre nation, celle des cités.

28Cette mémoire du traumatisme historique que constitue la colonisation jointe à la persistance de préjugés racistes et surtout à une condition sociale souvent moins favorisée que d’autres groupes de population sont à la source de conflits identitaires et d’attitudes de rejet de l’institution scolaire qui engendrent trop souvent l’échec d’une partie des jeunes « beurs », qui en sortent sans qualification.

29Cette même attitude ambiguë de la France vis-à-vis de ses immigrés ex-coloniaux est également soulignée par Bernard Mouralis, dans un article intitulé « L’occultation de la mémoire franco-africaine dans la France d’aujourd’hui ». Il y rappelle des vérités du passé colonial qui sont trop souvent oubliées, et constituent une sorte de refoulé de la mémoire nationale, mal à l’aise avec la contradiction que représente, pour la patrie des droits de l’homme, le système colonial caractérisé par « des pratiques tout à fait comparables à celles des régimes totalitaires les plus répressifs » : le colonisé ne peut pas être « hier, comme aujourd’hui, réduit au statut d’étranger ». La relation de familiarité forcée établie entre la France et ses colonisés (entre autres par le biais de la scolarisation) doit être prise en considération, de même que le rôle joué par les Africains dans la Libération de la métropole et dans les deux guerres mondiales. Il faut également prendre en considération les contradictions politiques de la France qui accorde des droits puis en restreint l’extension, qui admet l’émancipation des colonisés puis se rétracte. Cette pratique duplice qui met en contradiction les promesses et les actes ne peut permettre un dialogue constructif. Ainsi, par exemple, les accords fixés par la Constitution française de 1946 au sujet de l’Union française, « La France forme avec les peuples d’outre-mer une union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs » qui stipulent que « Tous les nationaux français et les ressortissants de l’Union française ont la qualité de citoyens de l’Union française… » (Article 80) sont en fait restreints dans leur application concrète, par exemple, en limitant l’exercice du suffrage universel et en écartant des urnes des électeurs potentiels (prétextant leur éducation insuffisante). B. Mouralis rappelle ainsi les accrocs qui émaillent le « contrat de mariage » entre la France et ses territoires d’outre-mer entre 1946 et les indépendances, et qui montrent que la puissance coloniale, parvient difficilement à voir « l’autre » comme un égal.

S’imposer comme un égal

30Être traité comme un égal, c’est la revendication de Benbelek et pour cela il faut en découdre avec les clichés qui courent sur « l’Arabe ». Passons donc en revues ces poncifs irritants qu’il s’agit de démolir :

31« L’Arabe » a forcément un nom compliqué avec des lettres peu courantes comme le h qui stigmatise sa prononciation étrangère, « un nom à coucher dehors » comme on dit… C’est cette expression qui engendre les rebondissements de la séquence 2 « L’un le H il aime, l’autre, le H il nique ». La négligence de l’imprimeur pour l’orthographe correcte du patronyme de l’Arabe, cache son racisme profond, puisqu’il finit par l’accuser d’avoir un nom à coucher dehors, et prétend avoir une légitimité supérieure à la sienne d’habiter la France : « Nous sommes une maison ancienne Monsieur ! À l’époque de notre création les Benbelek avec ou sans H n’étaient pas encore ici ! ». À quoi, son interlocuteur rétorque : « Mon père lui, il y était pour libérer la France pendant que vous imprimiez du gothique !… » L’immigration, la colonisation, la collaboration : en deux vignettes les sujets sensibles de l’histoire de France jaillissent sur la page… Plus loin (p. 24), ce sera la pauvreté et les sans-abri, quand Massicot, l’imprimeur raciste, licencié par Benbelek qui a racheté son entreprise, se retrouve SDF, car beaucoup de gens ont un nom à coucher dehors aujourd’hui…

32« L’Arabe » a facilement recours à la magie « Tu dois avoir un porte-bonheur, un grigri, un talisman ! » lui demande de Porcy (p. 9) ; il ne peut pas posséder légalement une voiture de luxe (elle est forcément volée) (p. 10-12) ; il a peu de chances de nourrir des ambitions politiques (p. 13-16) ; il est forcément un défenseur de la cause anti-raciste « Comment ? ! Vous ne défendez pas la cause ? ! » (p. 17) ; il n’a aucun goût esthétique (p. 25-28) ; il est prêt à tout pour défendre l’honneur familial (ici entachée par son neveu Mehdi) ; il ne peut prétendre à s’intégrer dans les cercles aristocratiques (p. 40-44). Enfin, « L’Arabe » est forcément du côté des faibles, il est toujours « niqué », c’est ce que croit, à tort, Armand Somachini, qui rêve d’être « l’homme qui a réussi à entuber Benbelek » (p. 21).

33Benbelek s’attache à démonter un à un tous ces clichés (sauf un, puisqu’il a à cœur de remettre Mehdi sur le droit chemin), « niquant » tout le monde sans vergogne, prenant souvent son adversaire au mot, « au pied de la lettre », il joue avec le sens propre et le sens figuré, comme quelqu’un qui maîtrise parfaitement la langue et s’en sert comme d’une arme, « Benbelek, oui ! Je ne parle pas Français ? ! » (p. 6), ce qui crée des effets comiques particulièrement efficaces. C’est Massicot qui a un nom à coucher dehors finalement, au sens propre cette fois, Benbelek lui a rendu au centuple la monnaie de sa pièce. De même, face à l’artiste qui lui reproche d’être un goujat « tabagiste » sans égard pour ses toiles, Benbelek trouve une parade parfaitement sadique et sournoise : il achète toutes les toiles pour les transformer en tapis, mécène et assassin à la fois, il se réjouit doublement : « ses toiles donnent de superbes paillassons… on se les arrache ! » Sa vengeance est parfaite, implacable : « On ne respecte pas une peinture sur laquelle on s’essuie les pieds ! » (p. 28), elle est rentable de surcroît…

34Il pousse le cynisme jusqu’au bout de façon terriblement pédagogique lorsque Benbelek répond à de Porcy qui demande pourquoi Massicot (l’imprimeur FN) s’est retrouvé à la rue : « Il s’est vanté devant moi de voter pour l’extrême droite… » et « Il n’a pas su m’expliquer ce qui justifiait son choix… ». De Porcy rétorque « ils sont hélas nombreux à voter ainsi sans savoir pourquoi ! ». « Sans doute… Mais lui maintenant saura pourquoi ! », conclut Mouloud Benbelek, en toute logique cynique (p. 24).

35« L’Arabe est prêt à tout pour défendre l’honneur familial », est donc le seul cliché qui n’est pas mis à mal. La sollicitude de Benbelek pour son neveu peut trouver plusieurs explications : défendre sa réputation, l’honneur de son nom, exercer son autorité familiale, se faire respecter d’un parent plus jeune, expérimenter ses talents (fort médiocres) d’éducateur, profiter de ses relations, faire chanter le juge… Cet épisode hilarant donne surtout l’occasion de renvoyer dos à dos deux délinquants sociaux : le grand niais mal élevé des cités qui accumule les gaffes et vit au jour le jour et son oncle nabot, requin surdoué de la haute finance, victime lui-même de « jeunes de banlieue » qui ont dégradé sa Ferrari. Ce tandem dépareillé et comique nage dans un univers lui-même passablement corrompu et dans lequel chacun magouille allègrement : le juge n’a pas la conscience tranquille, la bavure de l’ex-futur commissaire aurait pu finir par un passage à tabac raciste, il se terminera par un limogeage de complaisance (Mouloud connaît bien le ministre de la justice), le maire tente de séduire son électorat par l’inauguration d’un complexe sportif financé par Benbelek juste avant les élections municipales (auxquelles Benbelek compte se présenter contre le maire actuel).

36Ce couple antithétique formé par l’oncle et le neveu souligne que tout est plus complexe qu’il n’y paraît au sein de la communauté maghrébine, comme partout ailleurs en fait, alors que le réflexe raciste consiste à asséner des généralisations hâtives et imposer des amalgames dangereux : « ils (les Noirs, les Arabes, etc.) sont tous les mêmes ». Benbelek, lui, n’apprécie pas les jeunes de banlieue qui dégradent son bien (sa Ferrari), même si son passé n’est pas sans tache, il a d’ailleurs du mal à comprendre leur langage, « une nuit quoi ? » demande Mouloud, « Une cigarette, quoi ! » traduit son neveu (p. 30) ; il n’apprécie pas non plus la conduite de son neveu récidiviste. Dans ces deux épisodes, son réflexe, sortir son revolver ou cogner, rappelle l’attitude violente du « céfran » d’extrême droite des Beurs. On peut être Beur et facho ? Et pourquoi pas ?

37On peut ainsi lire Le Beurgeois comme un memento des préjugés racistes à l’usage de tous, car on tombe si facilement dans l’ornière des idées toutes faites. L’album nourrit une forme de résistance morale à ce fléau social, donc… car le racisme est dangereux, il tue parfois, trop souvent, il blesse toujours. Fodé Sylla évoque ce racisme « plus diffus, plus sournois, fait de vexations et d’humiliations quotidiennes […] dans l’accès au logement, aux loisirs, ou à l’embauche » (« Black, Blanc, Beur » extrait de Mon Album de l’immigration en France). Le racisme alimente la haine, nourrit la révolte et les extrémismes, il ronge les individus, fragilise les familles et mine les bases de la démocratie.

38Abolir le paternalisme humiliant

39Exit donc pour Benbelek le misérabilisme ambigu qui, sous couvert de solidarité et de droits de l’homme, rejoint un paternalisme un peu douteux, et cherche à susciter la pitié. Ainsi, les affiches de l’infatigable et sympathique Fodé Sub (alliance du jeu de mots « Faut des sub (ventions) » et d’un clin d’œil amical à Fodé Sylla, président de SOS racisme international) en faveur des sans papiers, font-elles sourire le lecteur par leur naïveté mièvre, de même que le slogan utilisé : « Des papiers Madame la France ! »

40« Nous sommes impliqués dans le combat en faveur des sans papiers… Que pensez-vous de notre affiche ? », lui demande Fodé Sub tout sourire. « Misérabiliste ! », répond Benbelek (p. 35) pour qui tout problème est soluble s’il est finançable (et rentable) : comment arrêter un charter rempli de sans papiers expulsés ? « J’achèterais le charter ! » répond Benbelek (p. 35).

41Devant les affiches de Fodé Sub, l’irritation de Benbelek est dictée par ses convictions capitalistes et individualistes (seul l’intérêt guide les individus). Mais elle est doublement justifiée si on y réfléchit, puisque la démarche du philanthrope est promise à l’échec (les affiches sont risibles) et que la pensée qui la sous-tend est caduque : demander la reconnaissance d’une valeur, d’une dignité de droit pour un groupe par la « victimisation » de ce groupe est contradictoire, la pitié touche de près un certain mépris.

42Benbelek relève une contradiction du même ordre dans la politique des banlieues menée par la gauche, en direction des jeunes des cités. Ainsi, lorsque Benbelek prend en main Mehdi, son neveu délinquant avec une poigne d’airain (et sans aucun dosage, puisque toute incartade reçoit la même gifle cinglante), une passante lui conseille d’employer la manière douce :

- Vous devriez utiliser une autre méthode ! s’exclame la passante

- Laquelle ? interroge Benbelek.

- L’amour, monsieur !

- Les socialistes ont essayé, ça n’a pas marché !

43Au lecteur d’en tirer les conclusions. Ce n’est pas d’un discours démagogique qu’ont besoin les jeunes des cités, mais de mesures concrètes pour être acteurs de leur vie : l’enfer social est pavé de bonnes intentions politiques, pourrait-on dire.

44La méthode Benbelek, aussi contestable qu’elle puisse paraître, a néanmoins un effet positif : chaque séquence nous montre un visage du racisme ordinaire et de son venin délétère et nous en guérit du même coup par la cocasserie des trouvailles, l’audace du cynisme, par la punition encaissée par le raciste FN. Le rire qui naît de ces variations qui s’inspirent du motif inusable de l’arroseur arrosé nous purge de la haine que ressent et fait naître le raciste. Benbelek, faux Robin des Bois beur et cruel, ou encore Super Beur ? Peut-être. Le personnage rappelle de façon lointaine mais moins incertaine qu’il n’y paraît, le super-héros des Beurs, Captain Samir, coiffé de son castor, comme les héros de Blek et de Kiwi (BD cultes des années 1960), qui s’inspire de Captain Swing, le Zorro moderne des cités, monté sur sa blanche moto, vengeur des pauvres petits beurs sans le sou et menacés par la mitraille d’un « céfran » FN et psychopathe.

45Pour conclure, cette BD 100 % beure et nourrie d’influences variées, contribue à l’expression d’une génération soucieuse de prendre sa place dans la société française, de participer au débat démocratique et à la construction d’une France plus égalitaire. La société française du XXIe siècle est multi-ethnique et a parcouru un long chemin depuis les années 1980 comme en témoigne la création d’un musée de l’histoire de l’immigration en France, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, donnant, c’est un symbole fort, droit de cité aux immigrés dans l’histoire de France, dans le lieu même qui fut jadis la vitrine de la colonisation. En effet, le Palais de la Porte Dorée fut construit pour l’Exposition Coloniale de 1931, qui visait à montrer les bienfaits de la colonisation et à promouvoir l’empire colonial français, et dont la vocation actuelle est de :

Rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles les éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXe siècle et de contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française et de faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration en France.

46Pourtant du chemin reste encore à faire. Car, ainsi que le rappelle B. Mouralis :

On ne peut éternellement, en dissimulant la réalité sous des sophismes ou des arguties juridiques, penser que le fascisme n’existe que chez les autres. Il constitue une menace toujours présente et susceptible hier comme aujourd’hui, de conduire à la destruction de la République.

Il importe de connaître le mécanisme qui conduit une démocratie à renier les idéaux qu’elle proclame…

47On peut voir dans cette volonté de « toilettage » de l’histoire coloniale un symptôme inquiétant de notre société, qui préfère enfouir ce qui dérange, alors que seul un travail d’analyse de fond est capable d’assainir le débat sur ce sujet et donc sur le présent qui en découle. Le travail des historiens est ici capital, reposant sur des faits et des données chiffrées qui parlent d’eux-mêmes et que cite Gérard Vindt, dans le dossier qu’il publie dans le o 238 de juillet-août 2005 d’Alternatives Économiques.

48La liberté de penser et d’agir se construit par l’analyse exacte des données d’une situation : l’héritage post-colonial demande à être mieux connu de la majorité des citoyens, afin d’éclairer les débats sur les questions politiques actuelles autour de l’immigration et de rappeler, avec B. Mouralis « qu’il existe, en raison d’une histoire très particulière, une composante africaine dans le tissu national français » et « la part qui revient à l’Afrique et à ses peuples dans l’élaboration » du « destin historique » de la France.

Bibliographie

Bibliographie

Entretiens cités avec F. Boudjellal

Propos recueillis par Emmanuelle Fumet pour Citrouille o 25, en 2000.

Interview de l’auteur réalisée par G. Ratier le 9/3/2005 sur le site : www.bdselection.com Entretien réalisé par Naïma Yahi, revue Confluences méditerranée, o 53, printemps 2005.

Autres références

Planche de la famille Slimani, Libération, Samedi 3 et dimanche 4 décembre 1983. Reproduite p. 8 de Les Slimani en 2003.

Convergence 84, est le nom de la seconde Marche des Beurs dont le principe était de converger en mobylette vers Paris avec un réseau de villes étapes pour revendiquer l’égalité des droits et le droit à la différence pour les populations immigrées.

Delorme Christian, Propos recueillis par Philippe Bernard et Xavier Ternisien, Le Monde, 4 décembre 2001 : « Il faut reconnaître la sur-délinquance des jeunes issus de l’immigration ».

Mouralis Bernard, « L’occultation de la mémoire franco-africaine dans la France d’aujourd’hui » Mémoire, Mémoires, CRTH, UCP (Université de Cergy-Pontoise), 1999, p. 151-174. Son livre République et colonies, entre mémoire et histoire. Paris, Présence africaine, (« Situations et perspectives »), 1999, 249 p. pose le constat de l’occultation dans la mémoire collective nationale de l’histoire des relations entre la France et l’Afrique.

Sylla Fodé, Mon Album de l’immigration en France, Tartamudo éditions, 2001.

Bio-bibliographie de Farid Boudjellal

Né le 12 mars 1953 à Toulon (enfance, sur fond de guerre d’Algérie). Il contracte la polio à 8 ans et s’inspire des souvenirs de son enfance toulonnaise, dans sa bande dessinée Petit Polio (1998-2002) (Prix œcuménique du festival d’Angoulême). Ses origines familiales métissées l’initient très tôt à la cohabitation des cultures et des religions :

Mon père, lui, est né en Turquie, de père algérien et de mère arménienne ; j’ai mieux connu ma grand-mère arménienne qui vivait avec nous à Toulon que ma famille algérienne que je voyais épisodiquement. Ma grand-mère était chrétienne. J’ai donc vécu comme cela, entre l’islam et le catholicisme.

Farid Boudjellal a conscience de porter une responsabilité :

Je suis dans une logique de présence, d’expression, et je crois que toute notre génération d’artistes d’origine algérienne s’est positionnée de la sorte, tel Mehdi Charef, Azouz Begag… Je pense qu’on ne peut pas bien comprendre le problème de l’immigration en France, le problème d’une jeunesse, si on n’a pas conscience que c’est une génération qui se sent salie.

Pour plus d’informations, cf. son site :

http://minouche.ifrance.com/minouche/farid/farid.htm

- 1978 : Première parution dans la revue Circus.

- 1980 : Parution dans la revue Charlie Mensuel.

- 1983 : Premier album, L’Oud, aux éditions Futuropolis.

- 1985 : Second album de la trilogie de L’Oud, Le Gourbi, aux éditions Futuropolis.

Nominé au festival d’Angoulême de la même année.

- 1986 : Les soirées d’Abdulah, coll. « X » chez Futuropolis.

- 1988 : Troisième et dernier album de la trilogie de L’Oud, Ramadan, chez Futuropolis.

Prix « Résistance » au festival d’Angoulême, « Grelot d’or » de la découverte au festival de Sierre.

- 1989 : Gags à l’harissa, coll. « Humour » aux Humanoïdes Associés.

Prix du meilleur album de l’année au festival de Creil.

- 1990 : Trois tomes de la série Juif-Arabe, aux éditions Soleil, Juif-Arabe, Intégristes, Conférence internationale.

« Betty Boop » du meilleur album de l’année au festival d’Hyères.

« Crayon d’Or » au festival de Brignais.

- 1992 : Dernier tome de la série Juif-Arabe, Français.

- 1993 : Djinn, aux éditions Label d’or.

- 1995 : Jambon-Beur, aux éditions Soleil.

« Betty Boop » du meilleur album au festival d’Hyères.

- 1996 : Hip-hop, édité par Châteauvallon et Z’éditions.

- 1997 : Le Beurgeois, aux éditions Soleil.

- 1998 : Petit Polio, aux éditions Soleil.

Prix « Œcuménique de la BD » au festival d’Angoulême.

- 1999 : Petit Polio, t. 2, aux éditions Soleil.

- 2000 : Je suis en prison (Réalisé avec le ministère de la Justice) à l’attention de tous les détenus.

- 2001 : Mon album de l’immigration en France (les illustrations), aux éditions Tartamundo.

- 2002 : Petit Polio, t. 3, Mémé d’Arménie, aux éditions Soleil.

- 2003 : Petit Polio présente les Slimani.

- 2004 : Hadj Moussa t. 1, Le fils du fossoyeur (Dessins de Leïla Leïz), Éditions Soleil.

- 2007 : Hadj Moussa t. 2, La Rupture (Dessins de Leïla Leïz), Éditions Soleil.

- 2007 : Les Années ventoline, Futuropolis.

Auteur

Professeur agrégée de Lettres Modernes en exercice dans le secondaire, et doctorante, sous la direction de Christiane Chaulet Achour, à l’Université de Cergy-Pontoise. Chercheur associé au CRTF, ses travaux portent sur le métissage culturel et la mémoire du passé colonial dans des textes contemporains d’auteurs franco-algériens. Elle a publié plusieurs textes littéraires dans la revue Algérie Littérature Action, et a collaboré à la NRP (Nouvelle Revue Pédagogique Nathan) pour la rubrique « Atelier d’écriture ».

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540