Version classiqueVersion mobile

L’intertexte à l’œuvre dans les littératures francophones

 | 
Martine Mathieu-Job

Jean-Luc Raharimana et l’intertexte malgache

Martine Mathieu-Job

Texte intégral

1Tout écrivain doit se situer par rapport à une tradition soit pour l’assumer et y prendre rang soit pour la contester et fonder son originalité. L’écrivain malgache se confronte certainement plus qu’un autre à cette question. Mon propos est justement d’en cerner quelques manifestations chez le romancier et nouvelliste malgache contemporain Jean-Luc Raharimana.

  • 1 Ce sont non seulement les enterrements mais aussi les famadihana (ces « retournements » des morts) (...)
  • 2 Dans ces « discours » ou ces « joutes oratoires », c’est donc moins l’invention d’images neuves -le (...)

2Il faut préciser d’abord que le sens de la filiation, le respect des grands ancêtres, le poids de la hiérarchisation sociale pèsent particulièrement à Madagascar et conditionnent les attitudes, parmi lesquelles bien sûr les attitudes de locuteur. Dans la culture malgache traditionnelle en effet, la parole est d’abord celle de la communauté : elle est vouée à perpétuer une transmission de croyances et d’usages. Toute cérémonie religieuse naturellement (en particulier les rites funéraires1), mais aussi tout événement social de quelque importance (naissance, mariage, réception officielle, etc.) s’accompagnent, et se justifient même, d’un rituel discursif toujours maîtrisé, constitué de périphrases et d’images, de détours et ordonnancements oratoires réglés. De ce point de vue, on peut affirmer qu’il n’y a pas vraiment hiatus entre l’expression triviale et l’expression littéraire : la littérature orale, toujours chère aux Malgaches, lors même qu’elle suppose une créativité, exploite certains genres spécifiques tels que le kabary ou le hain teny qui reposent sur la mémorisation de tout un arsenal de « discours constitués » (au sens où l’entend en linguistique) : proverbes, adages, images consacrées…2

  • 3 Scène narrée dans une nouvelle intitulée « Anja » et figurant dans le recueil collectif Une enfance (...)

3Hors donc des occasions solennelles, la vie au quotidien requiert une prudence et un contrôle du verbe ; le mot n’est jamais innocent pour un Malgache, il a un pouvoir réel puisqu’il peut heurter des gens, et surtout indisposer les « esprits » qui rôdent dans l’environnement des vivants. Toutes sortes d’interdits, de tabous divers (traduction approximative de la notion de fady) sont donc appris de génération en génération et d’autant plus profondément intériorisés et liés à une angoisse qu’ils restent diffus. Dans un de ses rares textes clairement autobiographiques, J.-L. Raharimanana, sollicité pour confier ses souvenirs d’enfance les plus marquants, livre parmi d’autres une scène « d’initiation » à laquelle son frère aîné l’introduit3 :

« [...] fady de pointer le doigt sur ses tombeaux, fady de fouler le sol avec un pied de travers, mais surtout fady de prononcer le moindre mot qui pourrait fâcher ses esprits. Quel mot ? Nous l’ignorions… »

  • 4 Journée organisée par Jean-Christophe Delmeule à l’Université Charles de Gaulle - Lille 3 le 7 déce (...)

4 C’est aussi le moment de parler qui est soumis à une codification. Au sein d’une famille ou d’un groupe, la parole se distribue en fonction du rang et de l’âge de la personne, de la plus respectée et la plus âgée à la plus jeune. Déroger à cette règle procure une gêne, voire un sentiment de culpabilité, même en dehors du contexte social qui la motive. On peut, pour illustrer ce symptôme, recourir à une anecdote significative. Invité à prendre la parole dès l’ouverture d’une journée d’études consacrée aux littératures de Madagascar4, Jean-Luc Raharimanana a éprouvé le besoin (qui était à la fois une allégeance et une libération par rapport à la tradition et… une façon de tenir un kabary sans l’expliciter, puisque tout discours traditionnel commence par les excuses de l’orateur !) de dire son embarras à assumer cette position inaugurale alors qu’il était manifestement le plus jeune intervenant en se référant à la nécessité pour un Malgache de laisser d’abord parler les aînés.

  • 5 Michèle Rakotoson, par exemple, qui écrit en malgache et en français, déclare de pas pouvoir écrire (...)
  • 6 Dans un article rédigé pour la revue Traversière, Limoges, 1993.

5Ces liens symboliques noués avec l’île natale sont donc difficiles à rompre ou même à relâcher et la solution pour sortir de l’emprise peut passer par le recours à une autre langue que la langue maternelle. Le français en effet autorise une prise de distance, quasiment une remise en question de la Loi. Pour Jean-Luc Raharimanana, comme pour bien d’autres écrivains malgaches francophones5, c’est la langue du débordement, de la transgression, inéluctablement associée à la subversion des usages et de la morale acquis à travers la langue maternelle. Il argumente à ce propos de façon rationnelle, et l’on retrouve un rapport au français bien analysé par divers écrivains qui recourent à lui comme langue seconde, mais aussi de façon plus personnelle et originale mêlant humour, provocation, aveu intime6 :

« Je me souviens de mes premiers contacts – hors scolaires – avec la langue française. C’était dans la ville de ma mère : Diégo-Suarez, Antsiranana en malgache. Dans cette ville portuaire, il y avait un vieux colon qui n’a jamais su quitter Madagascar. Il vendait du betsabetsa, de l’alcool local. Et le soir, ivre mort, il s’asseyait à une table avec quelques sages malgaches : ils discutaient de la vie. Ils ne parlaient alors qu’en malgache. Puis soudain, un mot français fuse. Le vieux colon veut impressionner ses compagnons de bouteille. Les autres lui répondent dans la même langue. La conversation s’échauffe et on n’entend plus aucun mot malgache. La salle se vide peu à peu, l’on a peur : les ivrognes ont parlé ! En français s’il vous plaît ! Je me suis dit que la langue française est bien une langue terrible qui n’appartient qu’aux ivrognes.
Puis l’on sort dans la rue, l’on se dirige vers le port. Un bateau de guerre français est sur le quai. Des marins aux costumes altiers se baladent dans les rues et abordent les plus jolies filles. Quelques-unes font de grands sourires et laissent échapper de leurs lèvres un mot français suave : “Alors ?”. Cela signifie : “Tu viens beau gosse ?” J’en avais conclu que la langue française appartient aussi aux filles aux mœurs légères. »

6On retrouve cette association à l’infraction dans la violence du lyrisme métaphorique qu’il déploie dans le même article lorsqu’il en vient à décrire sa pratique d’écriture :

« Le français est une langue avec laquelle j’ose beaucoup, une langue que je massacre, que je hache et que je viole à toute salive. Que je crache et que je relape à fendre les lèvres et la langue. Et pour plus loin repousser les tabous, l’adapter et le rebâtir sur le rythme et la syntaxe malgaches, s’attaquer en biais à la “langue sacrée des ancêtres” à la “parole qui tue” ou qui “donne la vie”. Voir les boues et les putréfactions de mon pays me ferait plus mal encore si je les racontais en malgache. [...] »

  • 7 Ce recueil de nouvelles a été publié aux éditions du Serpent à Plumes à Paris en 1996 (rééd. 1999). (...)

7 À travers le français, c’est bien le malgache qui est mis dans un jeu de perspective, tout à la fois dans un souci de valorisation et de remise en cause ; et dans cette invention d’une langue d’écriture au croisement des influences, c’est aussi un rapport à l’île et à l’origine, qui est questionné. On le comprend déjà à cette déclaration préalable, c’est un rapport marqué du sceau de la douleur. Et cette tonalité se colore au plus sombre dans les textes de fiction, recueils de nouvelles et roman ; je me contenterai d’amorcer quelques éléments d’analyse sur le premier ouvrage publié de Jean-Luc Raharimana : Lucarne7.

8Tout ce qui, dans le discours traditionnel malgache – auquel a fait souvent écho la production littéraire de la période d’émergence des textes francophones –, était destiné à représenter un ancrage heureux dans l’île et des repères valorisants se trouve déstabilisé et se délite dans la représentation romanesque de Raharimanana. C’est cette piste révélatrice de l’intertextualité que je me propose de suivre à grands pas.

9Certains éléments naturels sont valorisés, pour ne pas dire sacralisés, dans les croyances malgaches traditionnelles.

10Moins que dans d’autres cultures, la terre, par exemple, parce qu’elle est aussi bien nourricière pour les vivants qu’ensevelisseuse pour les morts. De cette bivalence, Raharimanana n’exploite qu’un pôle, le funèbre, et souvent de façon paroxystique : rarement propice à l’épanouissement dans le recueil, la terre n’apparaît comme telle que lorsqu’elle accueille… un cadavre, précisément dans la nouvelle éponyme de l’ouvrage : « Reste près de ton bac à ordures, ô joli cadavre. T’es là. Au chaud. Dans la terre. » Déjà fort équivoque dans ce texte, elle n’est ailleurs présentée que dans des succédanés dégradés, mortifères : fosse commune creusée sous la contrainte de soldats qui exproprient et exterminent les paysans au profit d’un pouvoir despotique (« Enlever une pierre, un fœtus de la terre, une bile noire d’un ventre cloaque. [...] Ils ne veulent que la terre de tes ancêtres, ils ne veulent que cet endroit rocailleux où demeurent les boas », dans « Reptile », p. 75-77) ; boue informe et purifiante ; tas d’immondices ; sable stérile ; etc. : les exemples et variantes sont légion.

11Plus significatif, le traitement de l’eau, liée dans bien des légendes traditionnelles à la fécondité, à l’engendrement, à l’instar de celle qui concerne la Fille des eaux (dont le motif réapparaît de manière récurrente et de plus en plus développé dans les œuvres successives de l’écrivain) : elle surgit dans une ou deux nouvelles, en particulier dans « Nuit », dans une présentation qui colle un premier temps au registre tonal oraculaire et aux effets de sens originels (elle est peu ou prou celle qui a engendré les Malgaches et sa légende tient donc quasiment lieu de mythe d’origine) pour mieux s’en détourner en lui conférant un pouvoir de séduction et de captation… vers le néant, signifié alors dans le registre le plus cru (p. 90-92) :

« Les vents de la mer monteront dans le désert et affoleront dunes et rochers. Les vents du désert déferleront sur la mer en renversant les vagues, en creusant les écumes jusqu’à atteindre le cœur des océans. Alors elle apparaîtra. Nue. Superbe. Elle traversera la nuit pour venir là, à côté de moi [...].
Elle me tient par la main, Elle m’entraîne dans le désert. Sur le sable sont les traces de ses pas, sur le sable sont des traînées d’herbes, des traces de boue, de merde […]. »

12L’élément le plus noble pour les Malgaches, objet d’une sacralisation dans toute une tradition qu’ont souvent retravaillée les écrivains fondateurs de la littérature francophone malgache au premier rang desquels se distingue Jean-Joseph Rabearivelo (qui compense sa difficulté à vivre le réel dans un univers poétique volontiers éthéré et voué au culte de « l’azur »), c’est le ciel. Raharimanana subvertit les données en le liant non à l’élévation et à la pureté comme dans le discours traditionnel, mais au contraire à la déchéance, à la chute. Le paradoxe est d’autant plus saisissant que la déconstruction de cette donnée mythologique s’appuie sur des effets de calques d’expressions malgaches les plus usuelles et les moins sujettes à interrogation au départ. Reprenant la voix ouverte par le poète Rabearivelo à la génération antérieure, Raharimanana traduit littéralement des images figées dans la langue malgache et les catachrèses s’en trouvent soit réactivées soit dotées d’un sens étrange, pour ne pas dire étranger, du fait du passage dans un autre idiome, dans un autre environnement. Un exemple : le « soleil » se dit « masoandro » en malgache, ce qui signifie littéralement « œil du jour » ; il devient pour Raharimanana, dans une transposition large usant d’un tour restrictif qui contamine l’ensemble du texte, « le seul, l’unique œil du jour » (« l’Enfant riche », p. 18). Et que penser de cette libre traduction exhibée en tant que telle dans la nouvelle initiale « Par la nuit… », p. 10 : « quand ramper est dit fendre le ciel » ? Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle brouille singulièrement les pôles du haut et du bas et que ce trouble des repères spatiaux et des valeurs qui leur étaient attachées souligne le sentiment de régression et de déréliction.

13L’univers que décrit Raharimanana se dépeuple d’anges ou d’esprits protecteurs pour laisser l’homme en proie à ses seules angoisses. Des jeux de glissements sémantiques ont pour support des associations automatiques (prises à rebours quelquefois, comme par exemple pour ce qui est de la couleur bleue, traditionnellement liée à la noblesse, à l’élection), des homophonies suggestives (à l’instar de celles qui tournent autour de « l’ombre », entendue tantôt comme « esprit », tantôt comme antithèse de la lumière, tantôt encore comme ombres au tableau de la vie ou malédictions…) ; ainsi, dans la nouvelle « Lépreux », p. 49 :

« La lumière est bleue, d’un bleu électrique. La lumière – connaître devient toujours couleur – rêver, ne pas voir dans la crudité des choses. Le noir n’est pas dans l’arc-en-ciel. Il n’y en a que sur terre. Il n’y a pas d’ombres au ciel. Il n’y en a que sur terre. Les ombres… là où se cachent, se précipitent toute couleur, tout sentiment vivace, rebelle. Mais vouloir sa part d’ombres !… »

  • 8 Recueil paru initialement en 1935 à Tunis, et réédité depuis le regain d’intérêt plus que justifié (...)
  • 9 Dans leur cynisme absolu, les trois criminels réussissent même à faire lapider la pauvre victime qu (...)

14C’est aussi par un dispositif rhétorique de figures d’analogie que se discréditent ou se raillent les valeurs des croyances ancestrales. Ainsi en est-il du symbole du taureau. Animal lié au culte royal à l’origine, il est par son sacrifice destiné à glorifier la personne de qualité et joue un rôle de substitut. C’est l’animal totémique et vénérable par excellence. Sentant ces rituels anciens menacés sous la sape de la colonisation, un Rabearivelo en faisait un emblème à sauvegarder pour sauver un pan d’identité malgache dans nombre de ses poèmes (cf. Traduit de la nuit8 et l’un de ses vers liminaires : « La peau de la vache noire est tendue… »). Raharimanana retrouve cette inspiration animalière par exemple dans la comparaison de clausule d’une des histoires les plus sordides narrées dans le recueil, celle du viol et de l’humiliation sadique que des jeunes gens riches font subir à une fille simplement pour rompre leur désœuvrement9. Leurs forfaits accomplis, ils s’en repartent dans la plus parfaite indifférence (« La sorcière », p. 71) :

« L’argent nous coule de la poche. On en jetait par la fenêtre de la Range. L’asphalte filait dans le noir comme un fil que les pneus déroulaient à l’infini. On entrait dans la ville, klaxon gueulant comme un taureau. »

15Les anciennes valeurs viriles, l’ancienne puissance fondées sur la noblesse de sang et de comportement font désormais place au règne de l’argent omnipotent.

16Et dans cette représentation désenchantée, le bestiaire joue sa partition. Celui de Raharimanana privilégie volontiers le chien, très présent dans toutes les nouvelles, non en tant que compagnon de l’homme, mais comme son rival, souvent dominant et enviable. Entre maintes illustrations possibles, citons-en deux. La première, issue de « L’enfant riche », nouvelle au titre antiphrastique, narrant la misère absolue, p. 18, est suffisamment explicite pour se passer de commentaire ; tout au plus peut-on souligner l’exploit que constitue le contraste entre le ton primesautier et la gravité de la scène qui ne verse ainsi dans aucun lourd pathos :

« Sortir. Le cœur tressaute, le ventre se réchauffe sans raison apparente. Un petit chien court aussitôt aux talons de l’Enfant. L’animal a un de ces flairs. Pas étonnant qu’il soit aussi vigoureux ! Envie d’être chien ! »

17La seconde mérite qu’on s’y attarde davantage. Elle provient de la nouvelle intitulée « Chaland sur mer », p. 125-126. En cet endroit est relaté un combat entre Salam, le protagoniste de l’histoire et un chien qui l’a attaqué et semble l’emporter. Oscillant entre veine réaliste et veine fantastique, le récit suggère même l’idée d’une vampirisation de l’homme par l’animal, mais l’avantage revient en toute fin au premier :

« Et la langue du chien vient fendre les lèvres de Salam. La langue du chien vient suinter sa bave dans la salive de Salam. Salam hurle et ses cris sont vomissures que le chien relape. La langue du chien est longue vers la gorge de Salam et Salam bée sa bouche en abîme. Ô Mama-la-folle ! Mama-la-folle ! Ce fils déverse son âme en des gueules puantes et sans fond. Salam caresse le flan du chien qui se met à gémir, à baver encore plus. Et Salam hurle, se tend et déchiquette ses nerfs. Ses mâchoires se ferment sur la langue du chien et il mord, il mord jusqu’au sang. Un long hurlement, ô Mama-la-joie, un long filament de cri et de souffrance glisse du chaland et s’écoule vers la plus profonde des mers. »

18Plus qu’une lecture réaliste ou fantastique, c’est une lecture métaphorique qui se justifie ici, d’autant plus qu’elle reprend quelquefois littéralement dans ces images du narrateur de la nouvelle des expressions utilisées par le nouvelliste en son nom dans l’article de revue définissant sa quête d’écriture que nous citions au début de la communication ; c’est bien ici aussi un projet poétique qui se définit et qui impose à l’écrivain de prendre langue dans la souffrance, de donner langue à la souffrance qui vrille la société malgache contemporaine. Cela impose aussi à l’écrivain francophone malgache, comme nous l’avons lu et vu à l’œuvre, de combiner pour ce faire langue de la mère et langue de l’autre, donc écritures des deux traditions. La mer indienne qui cerne la Grande Île peut ainsi être vue à travers le prisme d’images dans la manière de Lautréamont ou de Baudelaire qui nourrissent et disent l’aspiration au néant :

« Salam ! Salam ! Cet esquif pour couler la mère vers les eaux éternelles ! Et la soustraire aux hommes et l’effacer des souvenirs. [...] Le chaland sur la mer pour vous perdre vers les gouffres amers. »

19Le caractère morbide de la représentation se construit et de ces jeux d’échos avec d’illustres écrivains français et d’effets de croisement avec des « classiques » malgaches. Comment en effet pour un lecteur de textes malgaches ne pas évoquer la voix sous-jacente d’un Rabemananjara dans la présentation initiale du personnage de Raharimanana ?

« Salam a un chaland sur mer, un boutre, esquif. [...] Salam a un chaland sur mer, un boutre, un esquif qu’il est allé conquérir en un rivage niais [...]. »

  • 10 Dame en six tableaux publié à Paris, aux éditions Présence africaine, en 1957.
  • 11 Lamba, Paris, Présence africaine, 1956, rééd. in Œuvres poétiques complètes, 1978.

20Mais alors que le poète engagé dans le mouvement de la négritude et honoré par Senghor usait de tours épiques pour glorifier l’arrivée sur l’île des premiers hommes à bord de leurs boutres primitifs (dans une pièce comme Les Boutriers de l’aurore10), alors qu’il chantait, dans un grand poème engagé11 l’élan fier et viril qui amenait les Malgaches en lutte pour l’indépendance à reproduire la geste ancestrale pour se réapproprier leur île et la féconder :

« Je te reconnaîtrais entre mille et millions au seul pli du lamba jaculatoire
sur le saillant de tes épaules,
la voile de mon boutre obsédé du retour au pays d’origine,
la retombée d’un bras
subite oasis d’ambre où rampe entre deux bonds le plus fauve de mes désirs. »

21Raharimana n’évoque que désir de fuite hors de cette île offerte à tous et sans cesse violentée, ne féminise l’île que pour l’anéantir symboliquement dans une pulsion de matricide, réponse désespérée à une trop grande humiliation :

« Salam écrase le sable dans la bouche de Mama-la-sienne. Écrase Salam ! Écrase ! Tu vas la tuer ! La langue de sa mère palpite en bête monstrueuse, la salive mousse effervescente sur les grains de sable. Laver la souillure, ô Salam, laver notre souillure [...]. »

22L’heure n’est vraiment plus pour Raharimanana aux rêves de refondation exaltante et l’intertexte de Rabamananjara ne dialogue qu’au titre du contretexte.

  • 12 Publié à Tananarive en 1934, réédité en 1960 à Tananarive avec préface de J. Rabemananjara ; réédit (...)

23Outre celle de Baudelaire, l’autre grande présence mélancolique qui hante l’imaginaire de Raharimanana est bien entendu celle de Rabearivelo, que tous les écrivains malgaches contemporains reconnaissent comme le fondateur de leur modernité littéraire. On a déjà eu à marquer les infléchissements que Raharimanana imprime aux motifs et aux thèmes de l’écrivain tutélaire. Les plus importants à observer sont ceux qui touchent au traitement de la lumière. L’univers poétique de Rabearivelo est marqué d’une inspiration nocturne qui se déploie selon bien des nuances, ne serait-ce que dans un recueil au titre-programme comme Traduit de la nuit, mais dans ce recueil même, et a fortiori d’un recueil à l’autre (par exemple dans Presque-Songes12) le temps nocturne alterne avec l’avènement du jour qui permet de se réinscrire dans le monde.

24Dans le recueil de Raharimana les plages lumineuses sont rares et sans cesse submergées par une envahissante nuit, ne donnant à voir de l’île qu’une face infernale, comme un envers du monde, un échec ou un retrait de la société qui laisse l’individu livré à la violence primitive pouvant se déchaîner sans frein ; par la nuit (c’est le titre de la nouvelle liminaire qui donne le ton), « nuit sournoise, quand il n’y a plus ni marchands ni étals sur la place putride, quand dehors le jappement des charognes se fera râle en nos cœurs ». Cruelle « lucarne » ouverte sur ce monde malgache qui laisse percevoir ces cris, ces plaintes : la prose poétique de Raharimanana, puisant là encore pour partie à la source traditionnelle, se fonde sur les recherches rythmiques (effet refrain ou litanie par exemple) qui se prêtent particulièrement à l’expression de cette souffrance contemporaine.

Notes

1 Ce sont non seulement les enterrements mais aussi les famadihana (ces « retournements » des morts) qui donnent lieu à des ritualisations de la parole « en ce jour de malheur… » à l’égard du défunt, de la famille, bien sûr, mais encore des esprits parmi lesquels les malveillants que l’on égare par exemple par des propos détournés, des moqueries à double sens, etc., avec les « alliés à plaisanterie »…

2 Dans ces « discours » ou ces « joutes oratoires », c’est donc moins l’invention d’images neuves -les expressions traditionnelles qu’on reproduit ou qu’on imite ont souvent une formulation énigmatique qui permet à leur sens de se déployer différemment en fonction de différents contextes d’emploi- que l’agencement stratégique, la nouvelle ingénieuse mise en regard qui sont appréciés. À propos de ces genres traditionnels auxquels les jeunes écrivains malgaches s’intéressent beaucoup (de l’aveu même de certains comme J.-L. Raharimanana), on peut se reporter à mon petit ouvrage d’introduction aux littératures de l’océan Indien, paru dans le tome III des Littératures francophones, Paris, Belin, « Belin Sup », 1998.

3 Scène narrée dans une nouvelle intitulée « Anja » et figurant dans le recueil collectif Une enfance outremer, dirigé par Leïla Sebbar et publié à Paris, au Seuil, « Points Virgule », 2001.

4 Journée organisée par Jean-Christophe Delmeule à l’Université Charles de Gaulle - Lille 3 le 7 décembre 2001. Les actes de cette journée sont en cours de publication.

5 Michèle Rakotoson, par exemple, qui écrit en malgache et en français, déclare de pas pouvoir écrire naturellement la même chose indifféremment dans l’une et l’autre langues. Elle a beaucoup plus d’audace, quant la manière et quant aux thèmes abordés, quand elle use du français cette « langue de voyou » (expression utilisée dans une conférence qu’elle a donnée dans une journée d’études franco-malgache tenue à l’Université de Bourgogne, à Dijon, le 4 novembre 1998).

6 Dans un article rédigé pour la revue Traversière, Limoges, 1993.

7 Ce recueil de nouvelles a été publié aux éditions du Serpent à Plumes à Paris en 1996 (rééd. 1999). Aux mêmes éditions, un second recueil de nouvelles, Rêves sous le linceul en 1998, et un roman, Nour, 1947, en 2001. Ses pièces de théâtre, dont certaines primées dans des concours, restent inédites en France.

8 Recueil paru initialement en 1935 à Tunis, et réédité depuis le regain d’intérêt plus que justifié que connaît l’œuvre de Jean-Joseph Rabearivelo en 1990 à Paris, La Différence, « Orphée ».

9 Dans leur cynisme absolu, les trois criminels réussissent même à faire lapider la pauvre victime qui cherchait à fuir par une foule à qui ils la désignent comme sorcière : aux glorieuses croyances anciennes ne subsistent plus que des croyances dégradées en peurs et superstitions populaires.

10 Dame en six tableaux publié à Paris, aux éditions Présence africaine, en 1957.

11 Lamba, Paris, Présence africaine, 1956, rééd. in Œuvres poétiques complètes, 1978.

12 Publié à Tananarive en 1934, réédité en 1960 à Tananarive avec préface de J. Rabemananjara ; réédité en France en 1990 dans un receuil intitulé Poèmes (qui regroupe aussi Traduit de la nuit et Chant pour Abéone) et préfacé par J.-L. Joubert, Paris, Hatier.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search