Version classiqueVersion mobile

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

G comme Gauvin

Paul Fraisse

Texte intégral

1Derrière ce nom à consonance gaélique et arthurienne se cachent deux personnalités de la littérature francophone : la québécoise Lise Gauvin et le réunionnais Axel Gauvin. Lise Gauvin est une théoricienne reconnue de la littérature québécoise et a beaucoup travaillé sur la question du rapport entre langue et littérature tout particulièrement dans les littératures francophones. Axel Gauvin est un romancier et milite en faveur de la défense du créole dans l’univers culturel et littéraire.

2Pourquoi avons-nous décidé de réunir à partir d’une simple homonymie ces deux auteurs pourtant si éloignés par le statut et la géographie ? Dans quelle mesure peut-on rapprocher deux entreprises apparemment distinctes ? Tout d’abord parce que certaines de leurs préoccupations semblent communes à ces deux auteurs. Ensuite parce que Lise Gauvin évoque l’œuvre de son homonyme réunionnais afin de déceler les traces de ce qu’elle a théorisé sous le nom de « surconscience linguistique ». La problématique de la langue et de la coexistence d’un autre niveau de langue (ou d’une langue spécifique, propre à l’espace francophone concerné) avec la langue dominante, le français, est ainsi posée par les deux auteurs. L’universitaire québécoise interroge le rapport entre l’usage standard et l’usage québécois du français dans les œuvres de son pays et le romancier réunionnais cherche à défendre le créole ainsi que la nécessité de considérer cette langue comme un instrument pour permettre l’alphabétisation de la population de la Réunion.

3Bien que Lise Gauvin ait publié quelques fictions, son œuvre est essentiellement celle d’une critique universitaire, d’une essayiste et d’une théoricienne. Ses ouvrages les plus importants portent sur la question de la langue dans les littératures francophones. Elle s’intéresse tout particulièrement à la spécificité québécoise de la langue française dans la littérature. Son ouvrage le plus récent La Fabrique de la langue de François Rabelais à Réjan Duchame reprend ces questions de politique linguistique dans un contexte plus large. On doit à Lise Gauvin un des concepts les plus opératoires en ce qui concerne la littérature francophone : la notion de « surconscience linguistique ». C’est selon elle, un état qui habite tout auteur francophone qui du fait de la situation de diglossie est « condamné à penser la langue ». Dans un autre essai, Langagement, l’écrivain et la langue au Québec, elle pose la question de cette problématique de la langue qui hante la littérature québécoise. Dans un autre ouvrage L’écrivain francophone à la croisée des langues, entretiens, elle livre les témoignages d’auteurs francophones du Maghreb, d’Afrique noire, d’Haïti, de Belgique et du Québec afin d’interroger leur rapport à la langue française et de comprendre les implications de la « surconscience linguistique » chez les auteurs francophones. Lise Gauvin a aussi participé à de très nombreux ouvrages collectifs et a publié avec Gaston Miron, une anthologie de la littérature québécoise Écrivains contemporains du Québec qui reste à ce jour une référence majeure.

4Axel Gauvin est avant tout un romancier. Bien que son œuvre comprenne des créations de formes diverses (théâtre, contes, poésie), c’est dans le roman que l’auteur a su imposer sa voix et son style sur la scène littéraire francophone. Une autre œuvre majeure que l’on se doit de relever est son manifeste Du créole opprimé au créole libéré, Défense de la langue réunionnaise paru en 1977. Dans cet ouvrage, l’auteur affirme la nécessité de recourir au créole afin de permettre l’alphabétisation du peuple réunionnais. Il montre également que le créole doit être considéré comme une langue à part entière et que l’imposition d’un usage normé du français à tous les niveaux de l’information, de la communication et de l’éducation, nuit au développement culturel de l’île et fait obstacle à l’alphabétisation du peuple réunionnais.

5La question de la langue créole évoquée dans le manifeste se retrouve dans son œuvre romanesque de différentes manières. Certains des romans d’Axel Gauvin ont été publiés parallèlement en français et en créole. La publication de son premier roman Quartier trois lettres illustre bien le bras de fer entre l’auteur et l’éditeur pour le choix d’une langue et la préoccupation linguistique qui l’habite. Écrit dans un français standard dans une première version, le roman sera traduit en créole puis retraduit en français à la demande de l’Harmattan. Insatisfait du résultat l’auteur retravaille cette version du texte en y ajoutant des éléments de créole. Cette quatrième version du texte sera refusée par l’éditeur et l’auteur devra à nouveau retraduire son texte dans un français standard, c’est de cette version du roman en français que nous disposons aujourd’hui. Cette lutte avec les langues et avec l’appareil éditorial révèle en grande partie la problématique linguistique des auteurs francophones. Un autre de ses romans sera publié dans une version créole, ainsi la version française du roman Faims d’enfance publié en 1987 sera traduite en créole et publiée à Saint-Denis en 1996 chez Grand Océan sous le titre de Bayalina. La situation de bilinguisme ou de diglossie relevée par Lise Gauvin dans les espaces francophones apparaît chez le romancier réunionnais avec une évidence frappante. La nécessité de publier dans les deux langues révèle cette problématique de la langue d’écriture omniprésente et essentielle chez les auteurs francophones.

6La nécessité de faire entendre la langue créole est révélée par l’écriture romanesque. En effet, chacun de ses romans en français, qu’ils soient publiés au Seuil ou à l’Harmattan, révèle la présence de la langue créole. L’auteur travaille la langue française pour suggérer un usage créole spécifique à la culture et à l’espace réunionnais. Sa volonté de traduire certaines de ses œuvres illustre cette préoccupation de faire entendre la langue créole. Une autre version créole de Quartier trois lettres (Kartyé trwa lèt) sera finalement publiée à la Réunion en 1984, chez Ziskakan.

7Dans un premier ouvrage collectif, réunissant les interventions d’un colloque qui s’est tenu à Liège du 9 au 11 octobre 2001 Littératures mineures en langue majeure : Québec/Wallonie-Bruxelles, Lise Gauvin évoque l’œuvre d’Axel Gauvin en axant sa réflexion sur ce qu’elle définit comme « une situation d’interlangue ». Elle effectue une mise en contexte de ces écritures francophones qui placent la langue au centre de leur réflexion. Écrivains mineurs (qui appartiennent à une minorité, à un espace périphérique) qui écrivent dans langue majeure, les auteurs francophones sont contraints d’avoir recours à une « stratégie du détour ». Selon Lise Gauvin, ces écrivains doivent constamment poser le problème de la langue et développent une pratique du soupçon vis-à-vis de celle-ci.

8Dans son ouvrage Écrire pour qui ? L’écrivain francophone et ses publics, Lise Gauvin reprend les arguments de cet article sur Axel Gauvin. Elle relève justement ces éléments de l’écriture dans la langue française qui révèlent l’existence d’une autre langue. C’est dans un chapitre sur la note (dans les préfaces, les postfaces, en bas de pages ou de fin de chapitres) que l’auteur relève ces particularités de l’écriture en français de l’auteur de la Réunion. À partir de trois exemples, celui de deux auteurs québécois Yves Beauchemin et Réjean Ducharme et celui d’Axel Gauvin, elle montre en quoi la note révèle l’existence d’une autre langue qui cohabite (souvent de manière problématique) avec la langue majeure, le français. Elle considère que la note est une des expressions tangibles de cette diglossie et de la problématique de la surconscience linguistique à l’œuvre dans les œuvres francophones.

Ces notes portent la plupart du temps sur des questions de langue, s’apparentent dans ce cas aux lexiques que l’on prend parfois la peine d’ajouter à la suite des ouvrages. J’y décèle un autre signe de la surconscience linguistique qui affecte l’écrivain, surconscience qui est chez lui synonyme d’inconfort mais aussi de création et l’oblige à une mise en scène constante de ses propres usages.
(Lise Gauvin, Écrire pour qui ? L’écrivain francophone et ses publics, p. 25)

9Cette mise en scène du langage est confirmée par le fait que ces lexiques ne sont jamais exhaustifs : il ne s’agit donc pas pour l’auteur de traduire tous les termes ambigus ou spécifiques à l’espace décrit dans les œuvres. Le caractère volontairement limité de ces lexiques est donc déterminante dans la mesure où elle confirme la portée stratégique de l’entreprise de la note. Il s’agit pour les auteurs de la « périphérie » de signaler l’existence d’une autre langue sans pour autant donner une traduction précise de tous les termes qui peuvent prêter à confusion pour le lecteur de la métropole.

10Lise Gauvin s’écarte un peu de la note afin de poser la question de la « mise en scène du langage » ainsi que de la langue d’écriture, à l’œuvre dans les romans d’Axel Gauvin.

[…] ses textes, c’est-à-dire son manifeste et ses romans, offrent un corpus de choix pour qui veut analyser la négociation permanente que doit accomplir l’écrivain, et tout particulièrement l’écrivain francophone, dans sa recherche d’une langue d’écriture. (Lise Gauvin Écrire pour qui ? L’écrivain francophone et ses publics, p. 24)

11Lise Gauvin précise le danger qui consisterait à voir dans toute la littérature francophone un désir de reproduire de manière mimétique les éléments spécifiques de la langue telle qu’elle est pratiquée dans ces divers espaces. Elle révèle que l’intérêt de la langue telle qu’elle est développée chez Axel Gauvin réside dans la portée « artificielle » de cette langue créole restituée à l’écrit. C’est à travers l’étude du premier roman d’Axel Gauvin Quartier trois lettres, que l’auteur relève cette dimension artificielle de la langue mise en scène :

Le créole même n’est jamais donné directement – sauf à travers quelques paroles de chansons – mais est toujours l’objet d’une transposition. Ainsi de la langue du roman qui ne laisse apparaître aucun hiatus entre la compétence du narrateur et celle de ses personnages. Aussi cette langue que l’on a accusée d’artificielle est-elle précisément intéressante, à mon avis, parce qu’artificielle. C’est celle du conteur-écrivain qui, pour échapper aux divers éléments de marquages du roman régionaliste ou doudouiste, a pris la liberté d’inventer sa propre parole.
(Lise Gauvin, Écrire pour qui, L’écrivain francophone et ses publics, p. 27)

12Lise Gauvin montre comment Axel Gauvin suggère dans son écriture la coexistence de plusieurs langues et en quoi il met en œuvre un certains nombre de stratégies textuelles afin d’illustrer un autre rapport à la langue, propre à la culture créole réunionnaise dans laquelle l’oralité joue un rôle décisif. Dans un ouvrage collectif dirigé par Michel Beniamino et Lise Gauvin, Vocabulaires des études francophones, les auteurs montrent en quoi la recréation dans la langue littéraire d’éléments de l’oralité constitue une stratégie par laquelle les auteurs parviennent à rendre compte d’une certaine spécificité de la langue (dans plusieurs chapitres qui posent la question de l’oralité dans les littératures francophones). Le travail sur les formes traditionnelles de l’oralité (contes devinettes, chansons…) permet à ces auteurs d’instaurer un rapport nouveau à la langue d’écriture.

13La nécessité d’instaurer ce rapport singulier à la langue ne relève pas de la simple mimétique (ou « effet de réel » pour reprendre l’expression de Barthes que Lise Gauvin évoque dans Langagement) mais qu’il constitue bien le signe d’une écriture littéraire spécifique, qui travaille les éléments linguistiques et culturels de manière consciemment artificielle, déterminant ainsi la langue de l’écriture.

14Il ne s’agit pas ici de comparer la problématique de la langue et de son rapport avec l’oralité chez les auteurs québécois et réunionnais, mais bien de déceler quels sont les éléments qui permettent aux auteurs francophones (qu’ils soient du « nord » ou du « sud ») de suggérer la permanence d’une autre langue à travers leur langue d’écriture. Cette problématique des divers états de langue est reprise à travers les thèmes des œuvres d’Axel Gauvin. La question de la langue et de l’écart entre le créole et le français standard est illustrée dans le rapport que ses personnages entretiennent avec la langue. Certains des personnages des romans d’Axel Gauvin éprouvent une difficulté (voire une incapacité) à bien maîtriser la langue française, alors que d’autres encore représentent le bien parler et l’usage normé de la langue. Ainsi dans Faims d’enfance l’institutrice corrige ses élèves et les pousse à parler un français normé. De même dans l’Aimé, le personnage de Gaétan Bernard « nous est présenté comme celui qui possède le Verbe » (Peggy Raffy L’univers d’Axel Gauvin, Paysage, société, écriture p 62) L’auteur « mineur » se place dans une situation d’interlangue, affichant une distance entre les différents niveaux de langue et les différentes variétés de langage. Par le choix de la note, mais également par la transcription de certaines expressions créoles et par la mise en scène du langage dans l’œuvre, Axel Gauvin confirme la validité de la notion théorisée par Lise Gauvin de surconscience linguistique. De plus, ces éléments révèlent la nécessité et la difficulté pour l’auteur de s’adresser à deux publics différends dans une même langue. Ces problématiques linguistiques que nous avons relevées sont exemplaires de la situation spécifique que connaissent les espaces francophones.

15D’elle à il, de Gauvin à Gauvin, du Québec à la Réunion, du nord au sud, la question de la langue est au centre des préoccupations des deux auteurs et révèle la complexité de la cohabitation des univers culturels et linguistiques dans le monde francophone, même et surtout quand le français apparaît comme la langue de partage. S’intéresser à ces corpus considérés comme marginaux, périphériques ou encore « mineurs », c’est être confronté à l’affirmation des identités affirmées dans l’espace international à travers l’apparente passerelle que peut représenter la langue française. Tel est l’apport de ces différentes manifestations de l’identité à travers l’usage de la langue, et de ces particularités culturelles et linguistiques : elles enrichissent notre conception de la langue et de la littérature ouvrant nos horizons sur une altérité nouvelle ou méconnue.

Bibliographie

Bibliographie

Bertrand Jean-Pierre et Gauvin Lise (dir) Littératures mineures en langue majeure : Québec/Wallonie-Bruxelles : [colloque de Liège, 9-11 octobre 2001] Bruxelles : P. I. E, 2003, 318 p.

Beniamino Michel et Gauvin Lise (dir) Vocabulaire des études francophones : les concepts de base, Limoges : PULIM, 2005, 210 p.

Gauvin Axel, Quartier trois lettres, roman réunionnais, Paris : L’Harmattan, 1980, 141 p.

——, Kartié trwa lèt, Saint Denis : Ziskakan, 1984, 146 p.

——, Faims d’enfance, Paris : Seuil, 1987, 182 p.

——, L’Aimé, Paris : Seuil, 1990, 248 p.

——, Cravate et fils, Paris : Seuil, 1996, 153 p.

——, Bayalina, Saint-Denis : Grand Océan, 1996, 163 p.

——, Train fou, Paris : Seuil, 2000, 173 p.

——, Du créole opprimé au créole libéré, défense de la langue réunionnaise, Paris : L’Harmattan, 1977, 117 p.

Gauvin Lise, L’écrivain francophone à la croisée des langues, Entretiens, Paris : Karthala, 1997, 182 p.

——, Langagement, l’écrivain et la langue au Québec, Montréal : Boréal, 2000, 254 p.

——, Écrire pour qui ? L’écrivain francophone et ses publics, Paris : Karthala, 2007, 174 p.

——, La Fabrique de la langue. De François Rabelais à Réjean Ducharme, Paris : Seuil, coll. « Points essais », 2004, 345 p.

Raffy Peggy, L’univers d’Axel Gauvin, Paysage, société, écriture, Paris : L’Harmattan 2005, 188 p.

Auteur

Doctorant allocataire moniteur à l’université de Cergy-Pontoise et membre du CRTF. Sa thèse dirigée par Violaine Houdart-Mérot et codirigée par Lise Gauvin porte sur les résurgences de l’oralité dans la littérature québécoise contemporaine. Il s’intéresse tout particulièrement à la littérature québécoise, au théâtre et à la poésie ainsi qu’aux manifestations populaires de l’oralité contemporaine (slam, chanson, performance poétique).
Il participe à la rédaction du Dictionnaire littéraire de Classiques francophones.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search