Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

E comme Esclave… révolté

Marie-France Bishop

Texte intégral

1Il y aurait d’autres œuvres à solliciter pour traiter du sujet de l’esclave révolté qui vient compléter l’entrée précédente. Nous avons choisi ici deux romans, celui d’André Schwarz-Bart, La mulâtresse Solitude (Le Seuil, 1972, coll. « Poche », n ° 3972, notre édition de référence) et celui de Patrick Chamoiseau, L’esclave vieil homme et le molosse (Gallimard, 1997, coll. « Folio », n ° 3184, notre édition de référence) car ils sont exemplaires d’une vie de lutte pour reconquérir l’humanité niée par le système esclavagiste et le Code Noir. Ils racontent une fuite qui mène finalement à la mort. Les deux images d’esclave révolté que tissent ces récits sont originales puisque le refus de l’asservissement s’exprime par d’autres moyens que la lutte, malgré la légende guadeloupéenne d’une mulâtresse Solitude, femme guerrière. Ici, l’esclave révolté n’est pas un combattant, au contraire, les deux personnages de ces courts romans apparaissent mutiques, solitaires et même fragilisés par la vieillesse ou la folie. Leur révolte se produit en deux temps. C’est d’abord un refus intériorisé, un repli, un effacement du monde. Puis, et c’est là le thème central, la révolte devient marronnage, fuite dans la forêt qui se révèle être le lieu d’un retour originel à soi-même, mais aussi l’occasion d’une découverte symbolique de son identité et un passage vers la mort.

L’absence à soi

2La condition d’esclave est non seulement perte de la liberté, mais dans le cas de la traite négrière, perte des repères spatiaux et temporels. La traversée est vécue comme un moment de rupture entre deux univers, celui de la tradition et celui de l’amnésie, de la souffrance. Le cordon physique et symbolique de la lignée est coupé et l’individu devenant esclave n’a plus de racines, plus d’histoire et plus de langue dans laquelle inscrire son identité. La traversée constitue un moment fondateur de l’imaginaire antillais, car le bateau, proche du ventre de la baleine, est le lieu de la plus profonde des dégradations : l’individu enchaîné y perd toute dignité humaine et toute relation à la communauté d’origine est détruite. Cette traversée est un enfer et les nègres sortant des cales à Fort de France ou Pointe à Pitre sont souvent représentés comme des survivants.

3Ce n’est donc pas un hasard si le personnage central du roman d’A. Schwarz-Bart, Solitude, a été conçue sur le bateau. Fruit du viol de sa mère, elle porte en elle, de manière originelle les stigmates de la rupture et de la dualité. La marque en est les deux couleurs de ses yeux vairons qui lui valent un temps le surnom de « Deux âmes ». Elle est symboliquement le produit même de la mise en esclavage comme violence faite à l’humanité. Privée de toute histoire, de toute racine, elle erre durant tout le récit à la surface des choses. C’est en cela que le personnage, reconstruit dans le roman est différent de sa légende. Alors que l’imaginaire collectif a édifié l’image d’une guerrière, d’une maîtresse-femme avançant, comme sa statue, d’un pas sûr vers la liberté, Schwarz-Bart la dépeint comme un être fragile, s’éloignant peu à peu de la réalité du monde, vaguant dans un état de semi-folie. Cet éloignement, cette absence à soi est le point commun entre les deux révoltes, celle de l’esclave vieil homme de Chamoiseau et celle de Solitude d’André Schwarz-Bart.

4Les deux personnages semblent vivre sans exister. Pour Solitude, il s’agit d’une sorte de dépossession, elle devient un « zombi-cornes », un être sans vie : « Les zombi-cornes étaient tout simplement des personnes que leur âme avait abandonnées ; ils demeuraient vivants, mais l’âme n’y était plus. » (La mulâtresse Solitude, p. 80). L’image qu’elle renvoie est le vide et elle suscite la crainte, la défiance, parfois même la pitié.

5L’esclave Vieil Homme est également absent au monde. Alors que, comme pour Solitude, une sorte de légende tente de s’édifier autour de lui pour en faire un gardien de la mémoire et du savoir perdu, un mentor, il se refuse à toute manifestation d’existence :

Il prend – définitive – l’opaque substance de cette masse d’hommes, qui ne sont pas des bêtes, qui ne sont pas non plus comme cette gueule océane alentour du pays. Ils sont une confusion d’existants dévastés, indistincts dans l’informe. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 26)

6Le refus de l’existence et du contact avec le monde, cet état d’absence fondamentale à soi-même est la première fuite, c’est une forme de suicide dans laquelle l’être se perd, c’est la révolte primitive, proche de celle des esclaves avalant leur langue ou tuant leurs enfants, car c’est la vie qu’il faut fuir.

7Mais pour les deux personnages, cet état n’est pas parfaitement identique. Pour Solitude, l’absence au monde est sans duplicité, aucune vie intérieure ne se manifeste et même lors de l’épisode de l’abolition de l’esclavage en 1795, on la voit ballottée à travers l’île sans conscience des événements, sans qu’elle puisse goûter l’éphémère liberté. Le vide est la substance même de son âme quelle que soit la situation et même parmi les nègres marrons, dans la forêt, elle reste longtemps étrangère au monde et à elle-même :

Solitude se sentait de plus en plus vide et légère, une simple bulle d’eau, une pellicule traversée de vagues reflets lumineux. […] Elle évoluait sans bruit parmi les nègres marrons de la Goyave, pareille à une bulle de savon qui tourne sur elle-même, dans les demeures du ciel, reflétant silencieusement tout ce qui l’entoure. (La mulâtresse Solitude, p. 111)

8Au contraire, l’esclave vieil homme est comme le volcan, lisse, absent, il connaît des moments de violence intérieure où la vie et le désir de fuite le submergent et c’est pour contrôler ces bouffées d’énergie, ces « décharges », qu’il cultive sa posture inerte :

Ainsi il est devenu aussi placide qu’une eau de marigot. Plus immobile qu’un chapeau d’eau. Il lui faut vivre en inerte pour contrôler ses volées en décharges. Pas de gestes, pas de mots inutiles. Pas de hausses de sourcils, de ton levé. Rien que la maîtrise impeccable du mouvement, le murmure de l’esprit et des gestes, la danse du sang réduite au minimum, une éruption qui n’est répertoriée que dans l’immobilité des morts les plus terribles ou des matières les plus inertes. C’est sa seule manière de vivre et d’être – comme nul ne le sait – catastrophiquement vivant. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 50)

9L’apparente immobilité, proche de la mort est dissimulation d’une vie impétueuse pour l’esclave vieil homme. C’est également une forme de révolte contre la situation de l’esclave, une attente d’autre chose qui ne dit pas encore son nom.

L’absence de nom

10Dans les deux récits, cette absence de soi au monde est fondamentalement liée à la privation d’identité et de racines. Aucun des deux personnages n’a de nom et ce manque en fait des corps inhabités. Solitude a été appelée Rosalie par ses maîtres, sans que ce nom lui ait été donné par sa mère pour matérialiser les liens avec les ancêtres. C’est un nom qui ne renvoie qu’à une lignée d’esclaves, un nom sans mémoire, dans lequel on ne peut habiter :

La mulâtresse Solitude est née sous l’esclavage vers 1772 : île française de la Guadeloupe, Habitation du Parc, commune du Carbet de Capesterre. Les du Parc employaient le système du fichier perpétuel, qui suppose une exploitation stable, harmonieuse, dont les besoins en hommes et en chevaux ne varient pas. La liste des « forces » avait été établie une fois pour toutes : le nom des morts allait aux vivants qui le rendaient le moment venu avec l’âme. Une vieille Rosalie venant à mourir, on l’enterra distraitement dans un terrain en friche, cimetière errant, provisoire, qui embellirait les futures lances de canne à sucre. Et la nouvelle Rosalie prit la place de l’ancienne, en un cri léger, sur le grand-livre de la Plantation. (La mulâtresse Solitude, p. 49)

11De même, l’Esclave vieil homme n’est jamais nommé dans le récit autrement que par cette périphrase, il n’a pas de nom véritable. L’absence de lignée est un vide absolu dans lequel on se perd soi-même :

Il répond à un nom dérisoire octroyé par le Maître. Le sien, le vrai, devenu inutile, s’est perdu sans qu’il ait eu le sentiment de l’avoir oublié. Sa généalogie, sa probable lignée de papa maman et arrière-grands-parents, se résume au nombril enfoncé dans son ventre, et qui zieute le monde tel un œil coco vide, très froid et sans songes millénaires. L’esclave vieil homme est abîme comme son nombril. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 22)

12La différence entre les deux personnages est cependant importante. Solitude n’a et n’aura de nom que celui qu’elle va se donner presque incidemment : enfant de l’asservissement lui-même, elle n’appartient à aucune communauté. Sa seule racine est sa mère qui l’abandonne pour marronner, et cette séparation marque pour Solitude le début de la folie. Cette mère nommée Bayangumay en son village, devenue Man Bobette sur l’Habitation, représente symboliquement le lien avec l’Afrique. Totalement pétrie de la terre de son pays, porteuse des traditions, elle était, disait-on au village, la réincarnation de sa grand-mère, c’est-à-dire le dernier maillon d’une longue descendance se transmettant par le récit et par le nom et qu’elle ne léguera pas à sa fille. Car Solitude est irrémédiablement une exclue, née en esclavage, conçue lors du viol de sa mère, elle est perçue comme l’incarnation de la malédiction. Pourtant elle tente, petite, de comprendre le monde et de déchiffrer le corps de sa mère pressentant que c’est là que réside l’énigme de son origine. Mais sa mère demeure un mystère, elle et les autres nègres appartiennent à une histoire qui lui échappe, leur lien profond est la couleur de leur peau très noire alors que la fillette est jaune : ni blanche ni noire. C’est par absence de filiation qu’elle doit s’inventer, se nommer elle-même : « Solitude », se définissant comme isolement, absence de la mère et des autres, c’est-à-dire comme n’appartenant à aucun groupe. Retrouver une identité sera pour elle la possibilité d’être acceptée par un groupe, malgré sa couleur.

13Pour l’esclave vieil homme, la situation est différente, il a eu un nom, une histoire qu’il a perdue ou n’a jamais connue, mais qui est malgré tout inscrite dans son propre corps, dans ses souvenirs les plus profonds, qu’il ressent sans pouvoir les déchiffrer :

Des mondes se meurent au fond de lui, et ces agonies ne lui offrent aucun répit, rien qu’un emmêlement que seuls la danse, les tambours, la parole du Conteur (allant incomprenable) peuvent apaiser. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 48)

14Le vieil esclave semble tenter de se réinscrire dans sa propre histoire de retrouver une origine. Sa mémoire est un domaine confus, « un chaos intime » dont il lui faut retrouver les fils :

Le vieil homme esclave ne se souvient pas du bateau, mais il est pour ainsi dire resté dans la cale du bateau. Sa tête s’est peuplée de cette haute misère.

Il a le goût de la mer sur les lèvres. Il entend même en plein jour le museau dramatique des requins contre la coque. Il a aussi le souvenir des voiles, des barres, des cordages, comme s’il avait été de l’équipage, et cela se mêle à des visions du pays d’Avant et même plus que des visions : des femmes, des êtres, des choses, des beautés, des laideurs, qui frétillent en lui, et qui se mêlent aux chaos déclarés. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 50)

15Dans cet enchevêtrement de sensations et de souvenirs s’est perdu son nom, son vrai nom d’homme libre qu’il ne retrouvera jamais. Étrangement, par un jeu de miroir posé dès le titre de l’ouvrage, se crée un effet d’écho issu de l’attirance et de la répulsion entre le vieil esclave et le molosse que le maître a fait venir par bateau. Les sensations de l’un se réveillent au contact de l’autre en un état presque fusionnel qui surgit à chacune de leurs rencontres :

Notre bougre va et vient autour du chien pour ces raisons obscures. Lui, confronté aux chaos intérieurs, se voit dériver vers l’animal. Il n’a pas besoin de le regarder, le molosse vit en lui. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 51).

16Ces rencontres furtives et pleines de sensations violentes annoncent la poursuite et l’affrontement qui constituent l’apogée du récit, car c’est dans le duel avec ce double animal, que le vieil homme va retrouver non son identité mais son être.

La fuite de Solitude et la conquête d’une identité

17Si le premier moment de la révolte est fait de silence et de repli sur soi, le second est au contraire un temps de mouvement, de fuite, d’errance et de poursuite. Les deux personnages vont s’enfuir du monde des plantations, échappant à leur condition d’esclave. Mais là encore, les différences s’inscrivent dans leurs parcours et leurs quêtes empruntent des chemins divergents.

18La fuite de la mulâtresse Solitude est l’un des grands silences du texte de A. Schwarz-Bart. Comment a-t-elle réussi à s’échapper, alors qu’elle était sans aucun doute soumise à l’un des pires supplices, le pourrissoir, dont elle garde longtemps l’odeur et les stigmates ? Par qui a-t-elle été ainsi suppliciée ? De sa fuite, nous ne connaissons que l’arrivée au camp des marrons sur les hauteurs de la Soufrière et la reconnaissance par les femmes de ce supplice enduré ainsi que les soins apportés :

Soudain la vieille Congo à l’enfant s’écria avec désespoir : « Bande de macaques, vous ne vous la rappelez donc pas, c’te odeur ? » Et, s’agenouillant aux pieds de la créature, désignant les chevilles gonflées, les mollets qui portaient la dent toute récente des fers, elle précisa d’une toute petite voix flûtée : O mes petits enfants, vous ne vous la rappelez donc pas, l’odeur du pourrissoir ?… De grosses larmes coulaient à ses joues et déjà les femmes apprêtaient l’eau chaude, déshabillaient la suppliciée, posaient des pansements d’herbe tendre sur les plaies causées par les fers à pourrir. (La mulâtresse Solitude, p. 105)

19C’est grâce à ce premier acte de sollicitude que le marronnage de Solitude est retour vers le sein maternel, elle vient y rechercher l’amour qui lui a toujours été refusé. Sa première question en atteignant le campement est pour sa mère :

Pa-pardon, pa-pardon, murmurait-elle en souriant d’émotion, vous n’auriez pas une vieille négresse marronne, une Man Bobette,… vous savez bien ? Celle de l’Habitation du Parc… là-bas dans les temps et les temps, du côté du Carbet de Capesterre… vous savez bien ? (La mulâtresse Solitude, p. 102)

20Dans le camp, Solitude va trouver des mères de substitution. La principale est cette « vieille Congo », qui la soigne et qui est décrite avec un beau corps de déesse mère, symbole de la terre nourricière et portant toujours un enfant sur le dos. Elle suscite de vives émotions chez Solitude qui reconnaît en elle une incarnation de la mère éternelle :

Cette négresse à perle s’appelait Euphrosine et c’était une montagne de femme, toujours transpirante, et joyeuse, alerte, parcourue de frémissements, avec des joues comme des collines, de beaux bras ruisselants comme des rivières. Les premiers temps, Solitude ne pouvait la voir sans rire et pleurer, sans prononcer toutes sortes de paroles au fond de sa bouche scellée. (La mulâtresse Solitude, p. 113)

21Cette femme va veiller sur elle et peu à peu la ramener au monde et à la vie, en lui annonçant son retour parmi les hommes et surtout en la nommant pour la première fois « négresse », ce qui est pour Solitude le vrai baptême :

Euphrosine l’attira contre son épaule et lui dit d’une voix gutturale, aux accents étouffés qui voulait à toute force la convaincre d’on ne savait quoi : « Te voilà donc de retour, te voilà donc de retour parmi nous, négresse, négresse… » ? (La mulâtresse Solitude, p. 118)

22Solitude retrouve ainsi dans le camp des marrons le caractère humain que l’esclavage et la souffrance lui ont ravi. Tout au long de son arrivée, elle n’est pas nommée autrement que par les termes de « créature » ou de « femme jaune », qui lui dénient un statut d’individu, voire d’humain.

23Son nom est évoqué lorsque le Moudongue Sanga, grand africain chef du camp, le lui demande. Solitude hésite, ne sachant plus elle-même comment se désigner mais la question sous jacente est bien celle de son appartenance à l’humanité, comme le montre ce passage où Solitude tente de répondre à la question qui lui a été posée :

Femme qui es-tu ?
La créature hésita, le cou dans les épaules, et ses bras maigres se soulevèrent avec désarroi ; elle ne savait, elle ne savait, dit-elle, car on ne la nommait plus depuis bien des années : mais les humains autrefois l’appelaient Solitude, voilà. Alors retirant sa pipe de sa bouche, une vieille déclara que ce n’était pas un nom de personne, que ce n’était pas. La créature reprit fiévreusement, comme pressée de justifier son appartenance à l’espèce : « Oh, Rosalie, Rosalie on me disait, et il y en avait aussi qui m’appelait Deux Âmes… à cause de mes yeux, vous comprenez ? », acheva-t-elle d’un ton sentencieux. (La mulâtresse Solitude, p. 107)

24L’autre événement qui va réintégrer la mulâtresse au sein de la communauté des autres nègres marrons est, contre toute attente, la réponse du chef qui ne la nomme pas mais dénie aux autres, à tous ceux qui ne sont pas nés en Afrique ou qui ont oublié comment ils étaient nommés dans leur village, le droit d’avoir un nom, une identité :

Le regard du Moudongue s’anima pour la première fois, d’une sorte de lueur sourde, cruelle, et promenant sur l’assistance un lourd désenchantement de porteur d’hommes, il s’étonna amèrement « Qui parle de nom ? Qui ose parler de nom ?…Hélas, tous ceux qui n’ont pas leur nom de Guinée, ils méritent seulement d’être appelés Sans-nom ; n’est-ce pas cousin Médor, n’est-ce pas la Tique et toi Gros-Museau ? » (La mulâtresse Solitude, p. 107)

25Et c’est dans cette communauté des « Sans-nom » que Solitude va peu à peu revenir à la vie et au monde. C’est finalement en participant au combat et en tuant des soldats blancs qu’elle s’ancre de nouveau dans le réel et entre dans la légende, s’attribuant un destin et une identité. La fin du récit lui donne une existence propre, comme chef de bande, amante et future mère. À son tour elle fonde une lignée qui ne survivra peut-être pas, mais elle devient ainsi le symbole de la révolte des femmes esclaves. Son histoire prend corps dans la parole des autres qui lui confèrent une existence ; elle devient une épopée dans les veillées. Toutefois, sa couleur et son apparence l’excluent toujours dans le regard des autres et l’une des dernières scènes de l’ouvrage souligne ainsi la distance qui existe entre cette légende et la personne même de Solitude qui demeure une mulâtresse fragile :

« Alors c’était donc toi la femme Solitude ? » S’étonna une vieille Congo aux joues incisées, aux longues phalanges osseuses et rosies par la poudre. Elle semblait vaguement déçue de la trouver telle, si misérable, si frêle et jaune et nue, si peu ressemblante aux histoires qu’on disait, aux récits de canne, aux légendes. Et tous prirent un air gêné, et quelques-uns retirèrent leur main, et celle qui avait parlé dit alors d’une voix qui se voulait consolante. « Ça ne fait rien, ma toute douce, et telle que tu es ça ne fait rien du tout, hélas ! Seigneur ; car où est l’oiseau qui a dit, je ressemble à mon chant ? Où est-il, je te le demande ? »… (La mulâtresse Solitude, p. 142)

La fuite du vieil homme et la conquête du « Je »

26Dans l’ouvrage de Patrick Chamoiseau la fuite qui est l’acmé du récit prend un caractère volontairement plus symbolique. Moment sans avenir, elle ne signifie pas le retour vers une communauté d’origine. C’est en lui-même, à travers la course et l’affrontement avec le molosse que le personnage va se redécouvrir. Cette fuite est une métamorphose dont on peut suivre les trois moments, qui correspondent aux trois chapitres que P. Chamoiseau a nommés : « Lunaire, Solaire et la Pierre ».

27Le premier temps est comparable à une anamnèse favorisée par les ténèbres de la forêt. Plongeant parmi les arbres, l’esclave vieil homme s’échappe dans une densité humide et maternelle, rassurante et terrifiante à la fois :

Autour de lui, tout frissonna informe, noir de vulve, opacité charnelle, odeurs d’éternité lasse et de vie affamée. Les bas bois étaient encore la proie d’une nuit millénaire. On eût dit un cocon de salive aspirante. Un autre monde. Un autre réel. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 59)

28La course est ininterrompue mais parsemée de visions, de peurs, d’hallucinations. Elle se fait remontée vers les souvenirs du pays d’Avant. Peu à peu, le vieil esclave, les yeux bandés par crainte de la lumière retrouve des éclairs de souvenirs. Cette course dans le noir est symboliquement un voyage au fond de soi-même :

Il perçoit un antan de l’enfance dans des chants très anciens ; et des liturgies ; et des initiations célébrées à la bière et à l’huile de sésame en des langues solitaires. Il voit des grottes de connaissances où dorment les grands masques, et le nec-bec dansant les sept séquences d’un cycle de soixante ans. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 75)

29Puis, ces visions deviennent mystiques et dans une remontée jusqu’à l’essentiel des choses, apparaissent les grandes figures de certaines mythologies africaines :

Il perçoit des tambours qui remontent le temps. Il y a des voix de femmes allaitant des jumeaux dans des bris de poteries. Il voit la cuiller-callebasse, et les pilons du mil, et des coupes sacrées supportées par un âne. Il voit la coupe androgyne sur le berceau du monde. Il voit des formes plénières, sculptées dans le grand noir des mythes, prises dans un temps total, patinées de matières tombées des sacrifices. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 76)

30Le vieil homme retourne ainsi aux vérités primordiales de l’humanité. Au fil de cette course, c’est lui-même qu’il retrouve à travers des lambeaux d’histoire, reconquérant sa place perdue parmi les hommes.

31La seconde phase de la course, inondée de soleil cette fois, est une renaissance qui commence par une mort dans une noyade abyssale :

Il était tombé dans une de ces vieilles sources qui nourrissaient les bois profonds. Noyade. Une eau glacée-glacée. Il retrouva les cauchemars des cales négrières. Les abysses. La mer sans vent. Le sel. Les vagues. Grand gueule des squales. L’eau. L’eau. Il allait se noyer au profond d’une source. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 85)

32Le vieil homme parvient à s’extraire de ce marécage au cours d’une lutte puissante évoquant la venue au monde. Cette naissance le transforme, il n’est plus esclave, mais homme libre, retrouvant l’usage de la parole et la possibilité de parler en son nom, d’employer la première personne :

Alors il eut le désir, le courage, d’ouvrir les yeux, ou plutôt de bouger les paupières. Il vit rouge encore. Il vit trouble. Il vit double. Lumière était forte mais plus aussi violente. Elle provenait de l’extérieur, sans doute de l’intérieur, l’irradiait à la douce. Les choses autour de lui étaient informes, mouvantes, comme exposées derrière une eau très claire, j’écarquillais les yeux pour mieux voir, et le monde naquit sans un voile de pudeur. Un total végétal d’un serein impérieux. Je. Les feuilles étaient nombreuses, vertes en manières infinies, ocre aussi, jaunes, marron, froissées, éclatantes, elles se livraient à de sacrés désordres. Je. Les lianes allaient chercher le sol pour s’emmêler encore, tenter souche, bourgeonner. Je pus lever les yeux et voir ces arbres qui m’avaient paru si effrayants dans leurs grands-robes nocturnes. Je pus les contempler enfin. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 89)

33À partir de cet instant primordial le « je » est celui du personnage. Celui-ci jusqu’alors esclave, marchandise, privé du droit essentiel d’être nommé est devenu, comme Solitude un être humain. Et même si tous deux demeurent des « Sans-nom », ils ont conscience d’avoir retrouvé leur humanité.

34Finalement, au bout de cette course qui s’achève contre une antique pierre caraïbe, le vieil homme va découvrir la fusion dans une Histoire sacrée et confuse qui est celle de l’île. Étreignant la pierre il y découvre une vie qui est celle des origines :

Boule d’ivresse. Ces disparus vivent en moi par le biais de la Pierre. Un chaos de millions d’âmes. Elles content, chantent, rient. Certaines veulent me soutenir, d’autres me questionner. Des présences en fête, labiles, rapides, d’autres plus menaçantes sous l’orgueil d’un sacré. Je perçois des grâces féminines habiles à s’approcher de moi. J’erre dans le tumulte d’un charroi d’impossibles. Éberlué. Je ne ressens plus ces blessures qui me hachent le corps. J’ai atteint une nervure d’alliance entre la mort et la vie, victoire et défaite, temps et immobilité, espace et néant. J’embrasse la Pierre comme un être-refuge. Je la presse contre moi. Je veux m’y dissoudre et ne rien laisser subsister de mes chairs. C’est alors que je revois le monstre. (L’esclave vieil homme et le molosse, p. 130)

35Cette pierre, la « Pierre-Monde », devient le lieu symbolique où se retrouvent toutes les civilisations de l’île, elle est le point d’où se construit un sens tissé de toutes les histoires vécues, la seule possibilité de recréer une communauté humaine. Ce lieu de mémoire traverse le temps et est lisible pour l’écrivain, « Marqueur » de toutes ces paroles oubliées. Mais c’est également le passage vers la mort, et l’arrivée du molosse, véritable Cerbère subitement adouci, fait de cette mort dans la forêt, contre la pierre, un moment magique de fusion totale, de métamorphose de l’homme dans le végétal.

36Ces deux récits content des parcours d’esclaves révoltés de manière très différente en mettant cependant en jeu des problématiques propres à la littérature antillaise. La première est celle du nom et de l’identité qui est l’un des éléments les plus marquants de ces deux romans. S’y rattache le thème de l’appartenance à une langue, à une communauté et à une filiation, rompue par la traite et le voyage qui constitue l’événement fondateur de l’esclavage antillais. Le second thème est la capacité à se reconstruire comme communauté, à retrouver une histoire et une culture après cet anéantissement culturel et humain. Pour André Schwartz-Bart, l’écriture comme acte de mémoire peut redonner du sens à ces histoires perdues, comme c’est le cas pour les récits de la déportation des Juifs. Mais pour Patrick Chamoiseau, le questionnement sur la culture antillaise est fondamental et constitue le centre de son œuvre. De manière symbolique, l’individu, comme le vieil esclave mourant doit s’ancrer au plus profond de la langue et de la terre de l’île, pour y retrouver une histoire qui lui est propre, sédiment de toutes les présences humaines qui s’y sont succédé. Le récit n’est pas seulement mémoire, il est parole, acte fondateur d’une identité antillaise.

37Patrick Chamoiseau est un écrivain antillais, né le 3 décembre 1953 à Fort-de-France en Martinique. Après des études de droit et d’économie sociale en France, il exerce comme travailleur social d’abord en métropole puis en Martinique. Son premier roman, Chronique des sept misères rencontre un succès immédiat et le fait connaître en France et aux Antilles. L’originalité de ce premier texte réside dans les choix linguistiques, en effet, le français de Chamoiseau intègre de nombreuses tournures et expressions créoles, créant une écriture originale et poétique. C’est aussi une présentation des milieux populaires antillais, comme le marché de Fort de France. Le roman suivant qui paraît en 1988, Solibo Magnifique, s’inscrit dans la même thématique et donne encore plus d’importance à la créativité et à la verve populaire en évoquant l’univers des derniers conteurs et le monde des bidonvilles.

38Avec Raphaël Confiant et le linguiste Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau élabore et défend une nouvelle théorie artistique, développée dans un essai co-écrit Éloge de la Créolité, en 1989. Au-delà des choix esthétiques et du souci de créer une langue mariant le français et le créole, cette théorie s’attache à fonder une nouvelle manière de penser l’identité antillaise. Les éléments majeurs sont le souci de retrouver une mémoire particulière au pays créole et à l’esclavage, de renouer avec l’imaginaire antillais, de s’appuyer sur l’oralité. L’écrivain, prenant le relais du conteur y joue un rôle central, celui de « Marqueur de paroles ». Ces éléments théoriques sont développés dans d’autres ouvrages : Martinique, paru en 1989, puis Lettres Créoles écrit avec Raphaël Confiant, publié en 1991 ainsi que dans Écrire en pays dominé qu’il écrit seul et qui parait en 1997. Les romans de Chamoiseau sont nourris de ces thèmes. La trilogie autobiographique, Une enfance créole, composée d’Antan d’enfance paru en 1990, Chemin d’école en 1994 et À bout d’enfance en 2005, parcourt la veine des souvenirs et de l’ancrage de l’individu dans sa culture et son pays natal. Les autres romans reprennent les mêmes thèmes : Texaco publié en 1992, est couronné par le prix Goncourt, Biblique des derniers gestes, publié en 2002 et L’esclave vieil homme et le molosse qui paraît en 1997. Cet ouvrage peut être lu comme une allégorie de la théorie de la Créolité. Son dernier roman, Un dimanche au cachot, publié en 2007 reprend les mêmes principes en traitant de l’amnésie imposée au peuple antillais. (Sources : Delphine Perret, La créolité, espace de création, 2001, Ibis Rouge Éditions ; Internet, site, « île en île »)

39[A. Schwarz-Bart, cf. lettre K, Karukéra]

Auteur

Actuellement maître de conférences en Littérature à l’Université de Cergy-Pontoise/IUFM de Versailles. Elle est membre du CRTF de l’université Cergy Pontoise. Ses recherches portent plus particulièrement sur l’histoire de l’enseignement du français au cours du XXe siècle, sur l’enseignement de la littérature de jeunesse et sur les écritures autobiographiques.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540