Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

D comme Daeninckx

Didier… « donneur d’alerte »

Christiane Chaulet Achour

Texte intégral

Qui est Didier Daeninckx ?

1Né en 1949 à Saint-Denis, Didier Daeninckx grandit dans une famille d’ouvriers militants. C’est l’arrière-grand-père belge, déserteur des années 1870, qui a installé la famille en France. Le grand-père aussi déserte en 1917 et en meurt. Du côté maternel, on trouve aussi un grand-père communiste et une mère ouvrière, engagée contre le colonialisme et le fascisme.

2Bien que brillant élève, Didier Daeninckx déserte vite les chemins de l’école, préférant la formation dans la vie et dans les organisations de jeunesse liées au Parti Communiste. Même si son rapport à ce dernier est critique (surtout à partir des élections présidentielles de 1981), il en a appris le goût de la formation historique et la curiosité culturelle.

L’anarchie et le communisme sont inconciliables, voire irréconciliables. D’un côté, une tradition libertaire antiautoritaire, antimilitariste, une recherche de la vérité et le fait de dire ce qu’on pense… De l’autre, le rêve communiste face au désordre total du monde et le besoin d’y substituer un ordre humain. Rêve trahi et mis en morceaux. Je me situe entre ces deux influences : l’individualisme comme moteur de liberté, et le besoin de l’organisation collective pour que le monde puisse vivre dans le partage et l’égalité. Entre l’individualisme et la revendication d’égalité, j’ai toujours le cul entre deux chaises. (Entretien avec Jean Gadrey, Place Publique)

3Il a exercé le métier d’ouvrier imprimeur qui, par réaction, lui donne la volonté d’écrire. En 1977, il se met au chômage et rédige son premier récit, Mort au premier tour. Envoyé à dix éditeurs, il ne reçoit aucune réponse positive. Il est alors animateur culturel ; puis journaliste local à Villepinte.

4Les éditions du Masque publient son premier roman en 1984 qui lui vaudra deux prix : le prix Paul Vaillant-Couturier et l’année suivante le Grand prix de la littérature policière. Depuis, il est un écrivain reconnu. Plusieurs de ses titres paraissent dans des collections jeunesse (Syros-Souris Noire, par ex.). Il a obtenu depuis de nombreux prix. En 1994, la Société des Gens de Lettres lui a décerné le Prix Paul Féval de Littérature Populaire pour l’ensemble de son œuvre.

5L’écrivain travaille aussi comme journaliste à Amistia. net, quotidien en ligne d’informations et d’enquêtes.

Cannibale

6Didier Daeninckx est l’auteur de nombreux romans qui ne seront pas cités. Excepté deux d’entre eux : celui qui, en 1984, a réveillé une mémoire proche enfouie, celle du 17 octobre 1961, Meurtres pour mémoire (1984, Gallimard/Folio) où une manifestation pacifique d’Algériens immigrés a tourné au cauchemar du fait d’une répression brutale et sanglante de la police. Celui que le romancier écrit comme suite au roman que nous étudions, Ataï.

7Cannibale, paru en 1998 aux éditions Verdier (réédité en Gallimard/folio, n ° 3290), n’est pas un roman policier mais un récit réaliste à partir de faits réels romancés avec introduction d’un suspense : l’exposition de Kanaks (Canala, Calédoniens) à l’Exposition Coloniale de 1931, comme des anthropophages, en cage, au zoo de Vincennes, à côté des animaux sauvages et exotiques.

8Enquêteur, le romancier a découvert cette séquence historique de l’Histoire coloniale française lors d’un voyage :

Face à une situation, je me dis : « Mais il y a quelque chose qui ne va pas là ». Par exemple, je me retrouve en Nouvelle-Calédonie, je discute avec des tribus kanaks. Très peu d’écrivains ont fait le tour de ces tribus pour échanger, discuter. J’apprends que des Kanaks ont été exposés au zoo de Vincennes, lors de l’exposition coloniale de 1931, comme des cannibales et des anthropophages. Je fais des recherches et je tombe sur une photo portant les noms des gens qui ont été changés contre des crocodiles. Les « cannibales » échangés contre de vrais crocodiles appartenant aux Allemands. Des choses folles se sont passées en 1931, en France. Et je m’aperçois qu’un des Kanaks échangés contre des crocodiles s’appelait Karembeu. Donc je me mets en rapport avec le footballeur. Je lui montre la photo, et il reconnaît son arrière-grand-père. À ce moment-là, quelque chose s’installe. J’ai écrit un bouquin à partir de là… Ce n’est pas simplement le hasard. Il a fallu que j’aille en Kanaky. Et si je suis allé là-bas, c’est parce que je me sentais concerné par les revendications kanaks. (Entretien avec Jean Gadrey, Place Publique)

Le travail de la fiction pour Didier Daeninckx ? La marque du passé dans le présent

9Trois constantes assurent l’efficacité de ses romans :

10- un regard aigu et sans tabou ;

11- un souci du détail, « rappel constant, selon lui, de la réalité dans la fiction » ;

12- la revitalisation de la mémoire dans le présent. « En oubliant le passé, on se condamne à le revivre » dit-il.

Une société s’installe dans le présent le plus immédiat en abolissant toute une série de références […]. Mes livres se passent tous aujourd’hui. Et le refoulé de l’histoire remet toujours en cause le présent. On est dans une société qui a aboli le passé et qui en arrive à être confrontée au drame […]. Le travail de mémoire est inhérent à la condition humaine ; il s’agit de vivre, d’intégrer ce passé et de faire en sorte qu’il parvienne à transformer le présent. (Entretien avec Jean Gadrey, Place Publique)

13Aussi ne sépare-t-il pas fiction policière – ou intrigue à fort coefficient de surprise – de la réflexion historique.

L’Histoire n’est pas un décor et le récit ne sert pas de prétexte narratif à un cours de civilisation. L’enquête dévoile l’implication du parcours individuel des personnages et des manœuvres du pouvoir. (David Declercq)

14Mais l’Histoire se conjugue avec la géographie : l’efficacité narrative s’appuie sur une opposition et une complémentarité passé/présent mais aussi sur une opposition des lieux et des espaces. Didier Daeninckx change notre perception : au lieu d’être en face des Kanaks et de les plaindre (ou d’avoir de la compassion), il choisit d’en faire ses protagonistes et de rendre le lecteur complice de leur désarroi, de leur lutte, du scandale dont ils sont l’objet : il les transforme d’objets en sujets, adoptant leur point de vue et non celui des colonialistes. Le lecteur est dans la cage : il regarde les promeneurs jeter à ces êtres humains de la nourriture, il est accroché au jarret des deux « enquêteurs », Gocéné et Badimoin partis à la recherche de Minoé, etc.

15Et ce faisant, il lui fait vivre leur perception de la France et leurs souvenirs de leur île. Troisième superposition : celle de la Calédonie aujourd’hui avec Gocéné, vieillard donnant une « leçon » d’Histoire à de jeunes indépendantistes d’aujourd’hui.

16Les va-et-vient historique et géographique s’enrichissent d’un décentrement anthropologique, geste narratif efficace pour informer et sensibiliser et rendre actif et pas seulement honteux le lecteur contemporain qui a la possibilité de s’identifier à Francis Caroz comme symbole des anticolonialistes de 1930 et d’aujourd’hui.

17Didier Daeninckx ne se perçoit pas comme écrivain « engagé » :

Je me débats avec ma propre histoire dans mes romans. Je me débats vraiment avec ce qui m’est arrivé, ce qui est arrivé aux miens et ce qui est arrivé à tout un tas de gens privés de paroles. Donc les Kanaks aussi ! Il a déclaré aussi, j’interroge le monde par le biais de la fiction.

Roman, mémoire et lucidité sur le passé

Cannibale de Didier Daeninckx est une alerte

Il fut le déclencheur de ce projet. Il a le mérite de nous avoir appris une partie de l’histoire coloniale. Quand on lit ce roman, on a le sentiment que ce n’est pas possible, pas possible d’avoir enfermé des hommes dans un zoo, pas possible de les avoir présentés comme des Cannibales, ce n’est pas possible !
C’est ce choc, cette honte qui nous ont amenés à initier ce travail.

18Qui parle ici ? Deux enseignants, Marie-Jeanne et Hervé Bois, le 17 mars 2005. Ils ont mis en œuvre tout un projet pédagogique, l’année précédente avec leurs élèves calédoniens, Classe de 4e B du collège de Canala 2004.

19Leur perspective fut celle d’une reprise complète de l’Histoire – la fiction, elle, sélectionne –. Les enseignants initient leurs élèves aux recherches dans les archives et au Centre Tjibaou mais aussi aux apports de l’histoire orale en interrogeant les descendants de ces « exposés » : ces deux volets sont passionnants et peuvent être suivis sur le site.

20Dans leur bilan, ils regroupent bien les apports de l’enquête :

  • le scandale a existé : faits et documents

  • les soutiens furent nombreux en France (cf. Le rôle du pasteur Leenhardt, par ex.) : le roman privilégie le soutien d’anonymes

  • les soutiens furent nombreux aussi en Nouvelle-Calédonie (conseillers généraux et presse)

  • la réaction de l’État Français assez rapide : interdiction par le Ministre de ce type d’exhibitions dès juillet 1931. Le gouverneur est mis à la retraite de manière anticipée. [Notons toutefois que la signature du contrat date du 14 janvier 1931, que les Kanaks voyagent en février et mars, dans de mauvaises conditions, que l’Exposition Coloniale commence en avril et que le dénouement se fait entre octobre et décembre de cette année-là. Le roman se plaçant au niveau des hommes, chaque jour est lourd de durée]

  • enfin, certains souvenirs, certains témoignages, semblent montrer que, malgré tout, les Canala se sont adaptés : acquisition de techniques réutilisées ensuite. Liens d’amitiés dans l’Allemagne pré-nazie. Retour plus tardif de certains.

21Ils concluent :

La « vérité » n’est pas simple à établir, ce n’est pas celle du roman de Didier Daeninckx, ce n’est pas non plus celle consistant à dire que l’époque était raciste et que la France était colonialiste. Rien n’est simple, il n’y avait pas d’un côté les méchants blancs et de l’autre les gentils Kanak. L’empire français est certes à son apogée, mais on est loin de l’époque de Jules Ferry et de ses discours racistes et colonialistes. Parmi les Français beaucoup refusaient de telles exhibitions. L’Histoire est avant tout des histoires d’hommes et de rencontres. L’Histoire peut elle aussi tisser des liens.

22On peut avoir une vision moins optimiste que ces enseignants de l’esprit colonialiste de l’époque. Néanmoins le travail fait un exemple remarquable de pédagogie et d’apprentissage de l’exercice de mémoire. On ne peut oublier, par ailleurs, que tout cela a été exhumé de l’Histoire et retravaillé grâce à un roman, Cannibale de Didier Daeninckx. Ce dernier a donc amplifié son écriture en donnant une suite au premier roman, Ataï, et une « version » pour enfants de Cannibale, L’Enfant du Zoo, particulièrement intéressante à regarder dans la perspective de l’écriture pour la jeunesse.

Bibliographie

Bibliographie

http://jeunet.univ-lille3.fr/auteurs/daeninckx02/analyse.htm

http://www.place-publique.fr/mag/mag12/entretien2.html

http://www.mle.asso.fr/verdier/france/auteurs/daeninckx.htm#biblio

http://collegecanala.free.fr/

http://www.ac-noumea.nc/canala/sitecollege/projets/expoweb/index.htlm

http://www.cafepedagogique.net/disci/histoire/52.php

Auteur

Professeur de Littérature comparée et francophone et Directrice du Centre de Recherche Textes et Francophonies à l’Université de Cergy-Pontoise, depuis 1997. Elle a été auparavant universitaire à Alger de 1967 à 1994. Elle est spécialiste des littératures de langue française (Méditerranée et Caraïbe plus particulièrement) et auteur de nombreuses études sur ces domaines. Cf. son site : http://www.christianeachour.net

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540