Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires politiques et médiatiques en Afrique

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Quatrième partie. L’imaginaire linguistique dans les discours médiatiques

Imaginaire linguistique et création verbale dans le satirique guinéen Le Lynx

Fatoumata Diaraye Diallo

Texte intégral

  • 1 En juin 1995, dans un article sur le satirique guinéen, Le Monde Diplomatique écrit : « Les jeunes (...)

1Créé en février 1992, Le Lynx est un hebdomadaire satirique privé qui parait chaque lundi. On le considère comme l’équivalent du Canard enchaîné en France1. Dans sa mission d’informer et de critiquer, il ne fait pas l’économie d’amuser et de distraire son lectorat. Grâce à l’imagination créative de ses rédacteurs, le journal a conquit un lectorat dans différentes couches de la population guinéenne. En effet, on peut y lire des articles simples d’information, mais aussi des textes très élaborés, écrits dans un style mi-badin, mi-sérieux, qui sont un véritable régal pour les lecteurs cultivés. Mêmes des personnes non alphabétisées en français (faute de compétence de lecture des textes écrits) éprouvent un intérêt pour les caricatures très explicites. En plus du français populaire que l’on retrouve dans certaines rubriques (Le carton jaune du Vié Koutoubou, Face de l’An-Pire, Défense de Rire, etc.), le style dans Le Lynx procède aussi par le mélange des codes (oral et écrit).

2Les journalistes du satirique nourrissent aussi leurs articles de mots et d’expressions empruntés à des langues guinéennes pour critiquer et ridiculiser les acteurs politiques. L’audience du journal s’explique en grande partie par des créations exotiques qui envahissent le quotidien du lecteur. Ces néologismes savamment conçus apportent du charme aux articles dont la finalité est la captation et la fidélisation du lectorat.

  • 2 Décédé le 22 décembre 2008.
  • 3 Mahmoudian Mortéza « Dynamique, fonctionnement et évolution dans la formation des mots », Tranel, n (...)

3Ma contribution vise à montrer comment les journalistes du Lynx mobilisent un imaginaire linguistique très créatif. Cet imaginaire donne lieu à des néologismes pour nommer des catégories socioprofessionnelles, des réalités socioéconomiques, mais surtout des hommes politiques qui sont la cible privilégiée de la satire. Ainsi dans Le Lynx, la naissance et le renouvellement du vocabulaire suivent la dynamique des événements politiques, économiques, sociaux et culturels. Le fait le plus saillant de cette dynamique sociolexicale s’observe dans la formation des dénominations attribuées aux hommes politiques, dont le plus en vue était le président Lansana Conté2. Comme le fait remarquer Mahmoudian (1983 : 41) : « Les facteurs sociopolitiques ayant un rôle dans les créations lexicales, la portée des facteurs linguistiques dans l’apparition des néologismes ne pourra être cernée de façon précise que si l’on tient compte de l’interaction entre faits de langage et faits de société. »3

4Dans ces conditions, lorsqu’un événement grave ou léger constitue la matière première d’un journal, au lieu d’exprimer sa position à travers des mots déjà existants, le journal exploite l’événement en l’explicitant par des termes nouveaux dans le but d’attirer l’attention du lecteur. C’est dans ce sens que Doppagne (1971 : 13) souligne :

  • 4 Doppagne Albert, « La néologie dans les communications de masse », Banque des mots, n° 1, 1971, p.  (...)

La néologie, pour les communications de masse est une nécessité. D’abord à cause des techniques employées, ensuite, en raison de la multiplicité des faits à traiter qui couvrent toute l’activité humaine.4

5Quant à Lüdi (1983 : 106), il observe que :

  • 5 Lüdi Georges, « Aspects énonciatifs et fonctionnels de la néologie lexicale », Tranel, n° 5, juin 1 (...)

Tout locuteur/auditeur d’une langue naturelle quelconque […] est capable de résoudre des besoins communicatif – dénominatifs et/ou stylistiques – en exploitant sa créativité langagière et en proposant p. ex. à ses interlocuteurs des unités lexicales ne faisant pas partie du lexique mémorisé.5

6Selon Ngalasso (2007), l’imaginaire linguistique peut être défini :

  • 6 Ngalasso Mwatha Musanji, « De l’imaginaire linguistique dans les discours littéraires », communicat (...)

à la fois comme un ensemble d’images et de représentations que l’on se fait de Soi et de l’Autre à travers la langue, et comme un mode de créativité langagière aboutissant, par le travail de l’imagination, à l’invention des formes et des sens nouveaux. […] L’imaginaire linguistique, concerne aussi bien l’attitude envers l’Autre et son parler que l’aptitude du sujet parlant (ou écrivant) à imaginer, façonner, inventer, créer de nouvelles formes linguistiques ou, plus largement, langagières.6

7Dans cette définition de l’imaginaire linguistique se dessine la notion de néologie. En effet, la néologie est le processus par lequel de nouvelles unités (lexicales et/ou sémantiques) sont formées. Dans son acception courante, le néologisme renvoie à un mot ou à une expression dont la forme est créée, ou obtenue par des transformations opérées sur un mot ou sur une expression déjà existante. La formation des mots couvre un vaste domaine et mobilise des procédés phonologiques (déformation phonologique et/ ou morpho-phonologique) ; morphologique (composition, dérivation, siglaison, réduction, emprunt, etc.) ; sémantique (les calques sémantiques et les figures rhétorique : métaphore, euphémisme, oxymore, etc.) ou syntaxique (la modification de la catégorie ou de la valence grammaticale par conversion, transfert de classe, etc.).

8Guilbert (1975) distingue deux types de néologie : la néologie de forme ou lexicale qui porte sur la morphologie du signifiant, et la néologie de sens ou sémantique qui concerne le contenu. Dubois et al. (1994 : 322) définissent les deux groupes de néologie en ces termes :

  • 7 Dubois Jean et al., Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse, 1994, (...)

La néologie de forme consiste à fabriquer […] de nouvelles unités ; la néologie de sens consiste à employer un signifiant existant déjà dans la langue considérée en lui conférant un contenu qu’il n’avait pas jusqu’alors – que ce contenu soit conceptuellement nouveau ou qu’il ait été jusque-là exprimé par un autre signifiant.7

  • 8 Sablayrolles Jean-Francois, La néologie en français contemporain : examen du concept et analyse de (...)

9Selon les auteurs et les objets étudiés, diverses terminologies et typologies sont utilisées pour désigner les procédés de néologie. Pour l’analyse de mon corpus, j’ai adopté celle élaborée par Sablayrolles8 (2000) à partir d’un récapitulatif des principaux procédés. Sa classification me semble plus adaptée à mon corpus même si dans Le Lynx, des néologismes de formation hybride ne sont pas répertoriés dans sa typologie. Sablayrolles propose cinq procédés de néologie : la néologie phonétique/graphie, la néologie morphologique, la néologie sémantique (et des figures rhétoriques), la néologie syntaxique et la néologie d’emprunt.

10Rompant avec la démarche de recherche habituelle qui consiste à recenser sur la surface textuelle les particularités lexicales du français en Afrique, je propose une analyse linguistique et discursive des phénomènes néologiques. Ma démarche est double : d’abord décrire les procédés de formation des néologismes, et ensuite expliquer l’événement politique, social ou économique qui a motivé leur création. Ainsi, une analyse plus approfondie au niveau textuel permet aussi d’observer comment des langues et des cultures différentes (guinéennes et françaises) se nouent dans le tissu discursif. Car l’innovation lexicale observée dans Le Lynx se trouve partiellement aussi dans la prise en compte de certaines langues guinéennes.

La néologie phonologique

  • 9 Guilbert Pierre, La créativité lexicale, Paris, Larousse, 1975, p. 59.
  • 10 Ibid., p. 60-63.

11D’après Guilbert (1975 : 59), « la néologie phonologique consiste dans la formation de la substance du signifiant et dans sa transcription »9. Ainsi, par la combinaison de phonèmes, il est possible de former une substance signifiante nouvelle. Dans sa classification des néologies phonologiques, Guilbert distingue deux grands ensembles : la création phonologique spécifique et la création phonologique complémentaire d’une autre forme de création. Le premier regroupe les sous-ensembles : créativité et combinatoire phonologique, onomatopée et représentation ex nihilo et la productivité onomatopéique10. Le second groupe est formé par les transformations morpho-phonologiques et les manipulations phonologiques. Dans mon corpus se retrouvent quelques néologismes phonologiques obtenus par transformation morpho-phonologique.

Les transformations morpho-phonologiques

  • 11 Contöfili signifie inquiétude, difficulté, problème, ennuie, etc. en langue soso (une des langues d (...)

12Les néologismes morpho-phonologiques sont obtenus par transformation ou par adjonction de consonnes et/ou de voyelles à un lexème. Le mot Contéfili est un exemple de néologisme phonologique obtenu par une manipulation morpho-phonologique du mot soso Contöfili11. Il est formé par substitution de la syllabe par . Mais Contéfili est aussi une allusion au patronyme Conté de l’ancien Président Guinéen. Ce jeu phonétique était souvent utilisé pour désigner implicitement tout fait ou événement qui méritait l’attention de Lansana Conté, ou qui le concernait directement. Cela est illustré dans la caricature suivante :

  • 12 Le Lynx, n° 482, 18 juin 2001.

13En effet, en 2001, la prorogation du mandat présidentiel de 5 à 7 ans est proposée par certains députés de la majorité. Il semble que le Président Conté n’était pas favorable à cet amendement de la constitution. Cela expliquerait son intervention tardive dans les débats sur la question. Lansana Conté se trouvait ainsi dans une situation délicate. D’où l’utilisation du mot Contéfili (embarras). Sur la caricature de cette Une12 on voit Lansana Conté être maintenu par des liens et des clous à un fauteuil sur lequel on peut lire Le Kibanyi. Ce mot est un emprunt à la langue soso et désigne métaphoriquement le fauteuil du chef. En fait, dans l’imaginaire soso, le fauteuil du chef symbolise son pouvoir. Un autre exemple de transformations morpho-phonologiques est identifiable dans l’extrait suivant :

  • 13 Le Lynx, n° 422, 24 avril 2000, p. 13.

Avec toutes les manifs qu’il [le procès d’Alpha Condé, le leader du RPG] a entraînées, voilà Kaloum coupé du reste de Conakry. […] barrages, fouilles, bastonnades et intimidation, voilà le délicieux petit-déjeuner auquel certains citoyens ont goûté ce jour-là […] sur l’autoroute Fidel Casse-trop. La route aux histoires infinies.13

14Par allusion aux manifestations socio-politiques (marches de protestation, de soutien, etc.) et aux débordements qu’elles entraînent, Le Lynx modifie l’orthographe de Fidel Castro. Kaloum est l’une des cinq communes de Conakry. C’est dans cette commune que se trouvent concentrés tous les services de l’administration, les banques, les entreprises privées, etc.

15Il ressort de l’analyse de cet exemple que la mutation phonologique s’accompagne d’une mutation morphologique qui peut être considérée comme la seule manifestation de néologie.

La néologie morphologique

16La néologie morphologique ou néologie formelle recouvre l’ensemble des manipulations en vue de créer de nouvelles formes lexicales. Trois procédés de néologie sont attestés dans mon corpus : la composition syntagmatique, la dérivation suffixale et la réduction.

La composition syntagmatique

17La composition syntagmatique est la combinaison d’idées rendue visible par celle des mots. Ainsi, les unités formant le composé syntagmatique perdent leurs sens spécifiques pour fondre dans un sens unique. Selon Guilbert (1975 : 12) :

  • 14 Ibid., p. 12.

Dans la néologie lexicale, la signification est directement produite par la loi de composition entre les sèmes des éléments et définit un nouvel objet […]. La nouveauté ne tient pas à la combinatoire des signifiés, mais à la valeur référentielle de néologisme syntagmatique ainsi produit.14

18Un exemple de néologisme de composition identifié dans mon corpus est la désignation de Mamady Condé, l’ex-ministre de l’information et de la communication. Après sa nomination à la tête de ce département, Le Lynx écrit :

  • 15 Le Lynx, n° 410, 24 janvier 2000, p. 14.

Ministre de la communication Mamady Condé, ex-Ambassadeur en Chine populaire. Alias le « Mamadicament » de la communication. Sûr que l’on connaît tous les coins et recoins, de l’OH… RTG. Pour y avoir longtemps séjourné.15

  • 16 Avant d’être nommé ambassadeur de Guinée en Chine, Mamady Condé présentait, entre autres, le journa (...)
  • 17 Le Lynx, n° 478, 21 mai 2001, p. 6.

19L’OH… RTG est la transformation morpho-phonologique du sigle ORTG (Office de la Radio et de la Télévision Guinéen). La nomination de ce journaliste16 avait suscité un grand espoir. C’est pour cela que Le Lynx le compare à un médicament qui devait soigner les maux dont souffrait ce département. Ainsi, le prénom Mamady a subi des modifications (par composition) pour devenir Mamadicament. Mais l’espoir suscité étant déçu, Le Lynx l’exprime en ces termes : « Le Mamadicament qui tarde à soigner les mots de la presse… des tas. »17

20Dans cet énoncé, la presse… des tas, réfère aux médias publics. C’est une façon pour Le Lynx de critiquer le manque de professionnalisme des journalistes du service public. En effet, ils sont dans la majorité des fonctionnaires venus d’autres départements, qui n’ont pas fait d’études de journalisme. Le même constat est valable pour certains journalistes de la presse privée.

La dérivation

21La dérivation est l’opération qui consiste à créer de nouvelles unités lexicales par préfixation, par suffixation ou par infixation. Dans Le Lynx, les sigles des partis politiques sont des éléments privilégiés dans la formation des néologismes par dérivation suffixale. Mais parfois il arrive que des prénoms d’hommes politiques soient aussi porteurs de néologismes. Des néologismes obtenus par dérivation suffixale sont identifiables dans l’extrait suivant :

  • 18 Le Lynx, n° 428, 5 juin 2000, p. 5.

Après les quartiers propres, le phénomène Sidya semble gagner maintenant les marchés de Conakry. […] Des disputes sont aussi fréquentes entre les Sidyaistes et les Pupards.18

  • 19 Dubois Jean, Étude sur la dérivation suffixale en français moderne et contemporain, Paris, Larousse (...)
  • 20 PUP : Parti de l’Unité et du Progrès.
  • 21 UFR : Union des Forces Républicaines.

22Dans ce passage, le suffixe péjoratif ard19 est utilisé pour produire le substantif Pupards. Ce néologisme désigne les militants du PUP20 (le parti de feu Lansana Conté). Ceux du parti de Sidya Touré (le leader de l’UFR21) sont appelés les Sidyaistes. D’une manière générale, on peut à l’aide du suffixe iste former un mot qui désigne celui qui adhère à une doctrine, ou l’adepte d’une doctrine sociale ou politique. Des néologismes de ce type sont également observables dans les extraits suivants :

  • 22 Le Lynx, n° 445, 2 octobre 2000, p. 14.

Après sa virée en Occident pour sûrement s’oxygéner un peu, […], la bosse des Upéristes a réuni sa troupe, du 22 au 24 septembre, à la Permanence, plutôt au siège du parti à la Minière.22

  • 23 Le Lynx, n° 498, 8 octobre 2001, p. 8.

Ce pays [la Guinée] a évolué, peut-on dire, mais ses hommes pas. […] Pdégistes et anti-Pdégistes se retrouvent à l’Assemblée et partout.23

  • 24 UPR : Union pour le Progrès et le Renouveau.
  • 25 PDG : Parti Démocratique de Guinée.

23Dans ces deux extraits, Upéristes et Pdégistes désignent respectivement les militants de l’UPR24 et du PDG25. Dans le second extrait, du point de vue formel, anti-Pdégistes est un néologisme qui désigne ceux qui sont opposés au PDG du fait que ce parti a soutenu la dictature révolutionnaire de feu Sékou Touré, premier Président de la Guinée.

La réduction morphologique ou néologie hybride

24Dans sa classification des procédés néologiques, Sablayrolles (2000 : 213) distingue trois types de réduction : l’aphérèse ou troncation antérieure (suppression d’une ou de plusieurs syllabes au début d’un mot), la syncope ou troncation médiane (réduction d’un signifiant par la suppression d’un élément centrale) et l’apocope ou troncation postérieure (suppression d’une ou de plusieurs syllabes à la fin d’un mot). L’auteur classe ces types de réduction dans la catégorie de la néologie phonétique ou graphique. Mais ces formes de réduction simple ne sont pas attestées dans mon corpus. Toutes les réductions identifiées sont associées à d’autres mots. D’où le nom formation hybride que j’attribue à cette catégorie de néologismes. Des exemples sont identifiables dans les extraits suivants :

  • 26 Le Lynx, n° 414, 28 février 2000, p. 5.

La plus grande préoccupation a été soulevée par Sira-de-Novembre. Saluant l’initiative, le novembriste s’est néanmoins posé la question de savoir […].26

  • 27 Le Lynx, n° 414, 28 février 2000, p. 4.

Le bouquin sur la situation des poupons dans le monde en 2000 a été lancé chez nous […] C’est […] la représentante de l’Unicef […], Kandjou-l’ex-Drame de notre santé […] qui ont présidé la cérémonie.27

25Dans le premier extrait, Siradio Diallo, le défunt président de l’UPR est désigné par Sira-de-Novembre. Pour se moquer de cet homme politique, Le Lynx utilise le procédé de l’apocope pour transformer son prénom Siradio en prénom féminin Sira. Le syntagme de novembre est associé à Sira par allusion à une rumeur selon laquelle cet opposant au régime de Sékou Touré était actif dans l’organisation du débarquement de mercenaires portugais le 22 novembre 1970 en Guinée. C’est aussi en référence à cet événement que le satirique crée par le procédé de la dérivation suffixale le néologisme novembriste.

26Dans le second extrait, Kandjoura Dramé, l’ancien ministre de la santé est désigné par Kandjou-l’ex-Drame. Par le procédé de l’apocope, le journal transforme le prénom Kandjoura en Kandjou, et le patronyme Dramé en Drame. Cette dénomination de l’ex-ministre de la santé est obtenue par une manipulation morpho-phonologique sur son patronyme et son prénom.

La néologie sémantique et les figures rhétoriques

27On désigne par néologie sémantique, les mots qui acquièrent un nouveau signifié alors que leur signifiant ne change pas. Selon Sablayrolles (2000 : 226), « La métaphore et la métonymie sont les deux grandes voies reconnues de la néologie sémantique : c’est par l’une de ces deux figures que l’on passe du sens attesté (appelé souvent sens premier) au nouveau sens (appelé souvent sens figuré) ». Cet auteur ajoute que « la métaphore et la métonymie n’épuisent pas toutes les possibilités de néologie sémantique. En effet, d’autres figures rhétoriques tout comme des procédés d’extension et de restriction de sens sont aussi à la base de la formation de néologismes ». Dans cet ordre d’idées, Lüdi (1983 : 107) souligne :

La mutation sémantique est la faculté de produire du sens par l’aménagement sémique – durable ou passager – d’unités lexicales existantes sous des formes très variables : élargissement ou rétrécissement de sens, emploi métaphorique, changement de la catégorie grammaticale, passage d’un registre à un autre, d’une langue de spécialité au langage courant, etc.

28Les néologismes sémantiques recensés dans mon corpus sont des métaphores phrastiques, des oxymores et des calques.

La métaphore phrastique

29On parle de métaphore phrastique lorsque le nom d’une réalité se substitue à celui d’une autre réalité comparable à la première. Par ce procédé, les lexies mises en jeu sont transposées d’un domaine à un autre, ou d’une réalité à une autre réalité. On peut observer des exemples de métaphore phrastique dans les extraits suivants :

  • 28 Le Lynx, n° 424, 8 mai 2000, p. 5.

Ce procès [d’Alpha Condé], en réalité, est entré dans une sorte de cul-de-sac. […] L’affaire d’Alpha est devenue du sable versé dans le Atièkè du gouvernement guinéen.28

  • 29 Le Lynx, n° 491, 20 août 2001, p. 10.

C’est vraiment caillou de vivre au pays de Fory Coco en ce mois d’août. La dèche est presque générale.29

30L’énoncé du 1er extrait : L’affaire Alpha Condé est devenue du sable versé dans le Atièkè du gouvernement guinéen est métaphoriquement utilisée pour souligner l’impasse dans laquelle se trouvait le gouvernement guinéen après l’arrestation et l’emprisonnement de l’opposant politique Alpha Condé. En effet, face aux pressions de plus en plus grandes, tant à l’intérieur du pays qu’au niveau international, le gouvernement guinéen se demandait comment trouver une issue à cette affaire sans perdre la face.

31L’Atièkè est une sorte de couscous de manioc à grains fins produit dans la région sud de la Côte d’Ivoire. Lorsqu’on mélange de l’atièkè avec du sable, il est évident que le plat devient inconsommable. On peut souligner ici que pour échapper au régime répressif de Sékou Touré, la plupart des journalistes du Lynx ont passé des années d’exil en Côte d’Ivoire. Ils ont donc été influencés par les formes d’expression en usage dans ce pays voisin de la Guinée.

  • 30 Fory Coco est la dénomination que Le Lynx avait donnée au président Lansana Conté. Pour plus d’expl (...)

32Dans le 2e extrait, l’énoncé : C’est vraiment caillou de vivre au pays de Fory Coco en ce mois d’août est une métaphore employée pour parler de la cherté de la vie en Guinée. Dans ce passage, pays de Fory Coco réfère à la Guinée30. L’utilisation de ces deux expressions est un indice textuel de l’ancrage culturel des articles du Lynx car elles sont empruntées au langage des milieux populaires guinéen et ivoirien.

L’oxymore

33L’oxymore est une figure qui consiste à accoler des termes apparemment contradictoires dans un même syntagme. En d’autres termes, c’est une figure qui se réalise par l’association d’un adjectif antonymique à un nom. On peut observer un exemple d’oxymore dans la séquence discursive suivante :

  • 31 Le Lynx, n° 498, 8 octobre 2001, p. 8.

Le 2 octobre 1958, c’est l’indépendance, acquise de haute démagogie. […]. Mais, quarante-trois ans après, que reste-t-il de cette indépendance ? […] Voyons voir : une fois l’indépendance acquise, les Français nous ont laissés maîtres de nous-mêmes. La chicote du colon a été remplacée par les interminables harangues du très grand Responsable Suprême de la Révolution, les vrais-faux complots, la cinquième colonne, le tristement célèbre Camp Boiro, les pendaisons, l’exil forcé, etc.31

34Dans cet exemple, Le Lynx emploie les vrais-faux complots pour référer aux complots que l’ancien président Sékou Touré inventait dans le but d’arrêter, d’emprisonner et/ou d’exécuter ceux qui étaient supposés être contre sa politique. Le grand Responsable Suprême de la Révolution renvoie à Sékou Touré. Le Lynx utilise ici le procédé de mimétisme discursif pour évoquer le régime de l’ancien Président Guinéen. Car pendant la Première République (1958-1984), les superlatifs ne manquaient pas pour qualifier la révolution et son guide. Sékou Touré était désigné, entre autres par « le responsable suprême de la révolution », « le grand stratège de la révolution », « le guide éclairé de la révolution », « le grand Timonier », etc.

Les calques sémantiques ou stylistiques

35La traduction littérale et la transposition en français de constructions lexico-sémantiques empruntées à certaines langues guinéennes produisent des calques sémantiques dans le discours du Lynx. Cela est dû aux situations de contact linguistique (français et langues locales) où les locuteurs reproduisent (suivant des procédés interférentiels mais avec originalité) des expressions toutes faites de leurs langues maternelles en français. Cette forme de néologie sémantique est identifiable dans ce passage :

  • 32 Le Lynx, n° 449, 30 octobre 200, p. 8.

J’étais tranquillement couché dans mon hamac, en train de balancer sous le cocotier, […], quand quelqu’un est venu m’irriter par ces rancoeurs […] avec cette histoire de haine que le laveur de chat de son maître a brandi en public […] contre […] Le Lynx.32

  • 33 Gnari signifie chat et makha ou wonkoui signifie le laveur en langue soso.

36Dans cet extrait, le laveur de chat est la traduction littérale de l’expression soso Gnari makha ou Gnari wonkoui33. Cette expression désigne quelqu’un qui est prêt à tout pour s’attirer les faveurs du chef. En fait, dans l’imaginaire linguistique soso, un encenseur ou un lèche-bottes correspond à celui qui fait la toilette des chats. Le Lynx utilise cette expression pour désigner Aboubacar Camara, l’ancien ministre de la justice, qui était prêt à tout pour s’attirer les faveurs du Président Conté.

  • 34 Le Lynx, n° 430, 19 juin 2000, p. 15.

37Mais d’après le satirique, Aboubacar Camara se désignait lui-même par cette expression. Le Lynx rapporte que lors de la passation de service entre celui-ci et son prédécesseur, le ministre entrant avait réaffirmé son soutien au président Conté en ces termes : « Je serai son laveur de chats. En raison du pacte qui nous lie, il m’a fait confiance. »34 Le journal reprend donc les propos de l’ancien garde des sceaux pour le critiquer et le tourner en dérision dans ses colonnes. L’extrait suivant contient aussi un exemple de calque sémantique :

  • 35 Le Lynx, n° 429, 12 juin 2000, p. 8.

Il y a un profond malaise dans l’arène politique guinéenne depuis qu’un certain Sidya Touré a commencé à parler de politique. […] Le pouvoir de Fory Coco est à bout de souffle ou de militants. […] Tous les malheurs qui tombent sur le PUP sont jetés sur le dos de l’ex-PM.35

  • 36 Finsiriwali désigne un ingrat en langue soso.

38L’énoncé Tous les malheurs qui tombent sur le PUP sont jetés sur le dos de l’ex-PM est un calque syntaxique. C’est une manière de dire que l’UFR était accusé d’être le responsable de la dissidence de certains militants du PUP. Comme je l’ai déjà indiqué, après son éviction au poste de premier ministre, Sidya Touré crée le parti de l’Union des Forces Républicaines. Suite à cet événement, plusieurs cadres et militants du PUP rejoignent les rangs de l’UFR. Cette situation ayant suscité des inquiétudes au sein du PUP, le Général Lansana Conté profite d’un meeting organisé par son parti pour fustiger les leaders des partis de l’opposition (tout en proférant des menaces à leur encontre), dont en ligne de mire son ex-premier ministre qu’il qualifie de Finsiriwali36.

La Néologie syntaxique

39Le changement de la catégorie ou de la valence grammaticale est illustré par les différentes formes syntaxiques que prend l’expression Dis-Donc que l’on retrouve dans les colonnes du Lynx. En effet, dans les communications interpersonnelles en Guinée, Dis-Donc est transformé en groupe nominal. L’expression est prononcée en un seul groupe de souffle (didon) et la distinction des mots n’est pas pertinente à l’oral. Le Lynx récupère ce néologisme phonétique et lui donne d’autres formes syntaxiques dans sa rubrique Carton Jaune du vié Koutoubou. C’est dans cette rubrique que le journal propose une écriture plus proche du code oral, en réaménageant avec un style satirique, les règles de la grammaire française. Ainsi Dis-Donc devient didon dans l’extrait suivant :

  • 37 Le Lynx, n° 487, 23 juillet 2001, p. 2.

Carton jaune à Fory Coco ! On dit c’est Président de Guinée qui refuse d’aller à Lusaka pour Union Africaine et qui va regarder ballon à Labé ! Non mais… Grand Didon, est-ce que « s’amusement-là » c’est plus fort que sommet de chefs d’État ?37

40Le néologisme didon est utilisé pour interpeller Lansana Conté. L’adjectif Grand vise à montrer qu il s’agit d’une personnalité importante. Le Lynx critique Lansana Conté pour avoir assisté à Labé (Guinée) à la finale d’une compétition de football organisée en son honneur au lieu de participer à une rencontre des chefs d’État de l’Organisation de Unité Africaine (OUA).

41Dans certains textes, didon prend la forme du masculin pluriel ou du féminin pluriel :

  • 38 Le Lynx, n° 477, 14 mai 2001, p. 2.

Carton jaune à Dépités ! On dit c’est Honorables de Guinée ! Qui vont jusqu’à voter pension, pour eux ! Non mais… Didons vous-là, c’est élus du peuple qui galère ou élus pour l’argent ?38

42Didon s’accorde ici en nombre car il réfère aux Députés Guinéens. Le journal critique ces députés, qui, au lieu de proposer et/ou de voter des lois pour l’amélioration des conditions de vie de leurs concitoyens, se préoccupent plutôt du montant de leur pension une fois à la retraite. Par l’opposition de genre, didon prend la forme du féminin singulier :

  • 39 Le Lynx, n° 430, 19 juin 2000, p. 2.

Carton jaune à Télécoco, on dit c’est ex-Oh ! RTG. Qui va jusqu’à couper appétit de fanas de eurofoot 2000. Non mais… Didonne, si tu n’as pas jetons pour payer, pourquoi ne pas faire coco pour image ?39

43Dans cet extrait, comme Didon se rapporte à la télé guinéenne (un nom au féminin) il est présenté sous la forme grammaticale du féminin singulier. L’analyse des diverses formes syntaxiques du néologisme didon, montre qu’elles varient selon l’actualité, la personne ou le groupe de personnes à critiquer. L’omission des articles dans ces textes est une reproduction du français populaire de la Côte d’Ivoire. D’ailleurs la rubrique d’où sont extraits ces exemples est l’imitation de celle d’un journal ivoirien. On observe également que les critiques formulées par Le Lynx sont déguisées en avertissement par l’utilisation de l’expression Carton jaune à…

  • 40 Eba’a Germain, « La dynamique langagière et la problématique de l’identité dans Branle-bas en noir (...)

44Les néologismes que l’on retrouve dans mon corpus peuvent être considérés comme des mises en scène discursives résultant d’un travail d’imagination40 des journalistes du Lynx. Ainsi, le champ des dénominations est le lieu de la manifestation de l’imagination créatrice du journal. L’écriture journalistique alimente le champ politique guinéen de nouvelles expressions. C’est pourquoi la compréhension des articles du Lynx présuppose une connaissance de la culture et de l’histoire sociopolitique du pays. L’analyse des dénominations attribuées aux acteurs politiques, aux lieux, etc., atteste cet ancrage socioculturel.

45Les cultures et les langues guinéennes constituent l’une des sources de l’innovation lexicale dans Le Lynx. Aussi, le français utilisé dans certaines rubriques du Lynx est-il tributaire de l’environnement socioculturel guinéen. L’utilisation du français est fortement influencée par les cultures et les langues maternelles des journalistes. Cela favorise un enrichissement lexical du discours quotidien en français.

46Presque tous les surnoms des hommes politiques sont repris au cours de la communication courante par une partie de la population guinéenne. Grâce au génie imaginatif des journalistes du Lynx, les pratiques langagières des Guinéens s’enrichissent chaque semaine de nouvelles unités lexicales et/ou de nouvelles expressions se rapportant à l’actualité politique. Dans ce sens, on convient avec Ngalasso du constat suivant :

  • 41 Ngalasso Mwatha Musanji, « Démocratie : le pouvoir des mots », Politique africaine, n° 64, 1983, p. (...)

Autrefois, le pouvoir d’innovation du vocabulaire politique était un privilège réservé à la classe politique qui imposait sa vision du monde, son idéologie, à l’ensemble de la population qui n’avait d’autre choix que de consentir au discours dominant. Ce qui est nouveau aujourd’hui c’est qu’il s’agit d’un travail créatif émanant directement de la rue ; c’est que la parole, aujourd’hui, est aux sans-voix d’hier.41

47Dans le contexte guinéen, ce travail créatif est effectué par les organes de presse (en particulier Le Lynx, seul journal satirique du pays) qui sont le lieu de défoulement de la parole libérée. La critique et la polémique sont omniprésentes. En effet, l’utilisation de la dérision dans les médias est un fait nouveau survenu après vingt-six ans d’une dictature qui avait étouffé les imaginaires créatrices du peuple de guinée. Car l’idéologie politique de la Révolution imposait aux journalistes de célébrer le pouvoir et son guide. Outre cette production laudatrice en hommage à la Révolution, il était interdit de rire des acteurs politiques. Les médias participaient donc à un vaste mouvement d’ensemble, rituel collectif propre au symbolisme des régimes populistes. Mais l’analyse des articles du Lynx montre les changements qualitatifs intervenus avec la naissance de plusieurs journaux privés de tendance et de ton radicalement différents.

Notes

1 En juin 1995, dans un article sur le satirique guinéen, Le Monde Diplomatique écrit : « Les jeunes journalistes du Lynx publient sans complexe ni tabou un féroce Canard enchaîné à la guinéenne. »

2 Décédé le 22 décembre 2008.

3 Mahmoudian Mortéza « Dynamique, fonctionnement et évolution dans la formation des mots », Tranel, n° 5, juin 1983, p. 41.

4 Doppagne Albert, « La néologie dans les communications de masse », Banque des mots, n° 1, 1971, p. 13.

5 Lüdi Georges, « Aspects énonciatifs et fonctionnels de la néologie lexicale », Tranel, n° 5, juin 1983, p. 106.

6 Ngalasso Mwatha Musanji, « De l’imaginaire linguistique dans les discours littéraires », communication au colloque Configuration discursives et identités africaines de la période post-coloniale, Besançon, 29, 30 et 31 mars 2007.

7 Dubois Jean et al., Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse, 1994, p. 322.

8 Sablayrolles Jean-Francois, La néologie en français contemporain : examen du concept et analyse de productions néologiques récentes, Paris, Champion, 2000.

9 Guilbert Pierre, La créativité lexicale, Paris, Larousse, 1975, p. 59.

10 Ibid., p. 60-63.

11 Contöfili signifie inquiétude, difficulté, problème, ennuie, etc. en langue soso (une des langues de la région côtière guinéenne. C’est aussi la langue maternelle de Lansana Conté).

12 Le Lynx, n° 482, 18 juin 2001.

13 Le Lynx, n° 422, 24 avril 2000, p. 13.

14 Ibid., p. 12.

15 Le Lynx, n° 410, 24 janvier 2000, p. 14.

16 Avant d’être nommé ambassadeur de Guinée en Chine, Mamady Condé présentait, entre autres, le journal parlé à la radio guinéenne. La phrase « Sûr que l’on connaît tous les coins et recoins, de l’OH… RTG », est une allusion à ce passé professionnel.

17 Le Lynx, n° 478, 21 mai 2001, p. 6.

18 Le Lynx, n° 428, 5 juin 2000, p. 5.

19 Dubois Jean, Étude sur la dérivation suffixale en français moderne et contemporain, Paris, Larousse, 1962, p. 82.

20 PUP : Parti de l’Unité et du Progrès.

21 UFR : Union des Forces Républicaines.

22 Le Lynx, n° 445, 2 octobre 2000, p. 14.

23 Le Lynx, n° 498, 8 octobre 2001, p. 8.

24 UPR : Union pour le Progrès et le Renouveau.

25 PDG : Parti Démocratique de Guinée.

26 Le Lynx, n° 414, 28 février 2000, p. 5.

27 Le Lynx, n° 414, 28 février 2000, p. 4.

28 Le Lynx, n° 424, 8 mai 2000, p. 5.

29 Le Lynx, n° 491, 20 août 2001, p. 10.

30 Fory Coco est la dénomination que Le Lynx avait donnée au président Lansana Conté. Pour plus d’explications lire Diallo Fatoumata Diaraye, « Style d’écriture et ancrage culturel dans le satirique guinéen Le Lynx », L’Arbre à Palabre – Culture et Développement, n° 19, août, 2006, p. 76-105.

31 Le Lynx, n° 498, 8 octobre 2001, p. 8.

32 Le Lynx, n° 449, 30 octobre 200, p. 8.

33 Gnari signifie chat et makha ou wonkoui signifie le laveur en langue soso.

34 Le Lynx, n° 430, 19 juin 2000, p. 15.

35 Le Lynx, n° 429, 12 juin 2000, p. 8.

36 Finsiriwali désigne un ingrat en langue soso.

37 Le Lynx, n° 487, 23 juillet 2001, p. 2.

38 Le Lynx, n° 477, 14 mai 2001, p. 2.

39 Le Lynx, n° 430, 19 juin 2000, p. 2.

40 Eba’a Germain, « La dynamique langagière et la problématique de l’identité dans Branle-bas en noir et blanc de Mongo Béti », communication au colloque Configuration discursives et identités africaines de la période post-coloniale, Besançon, 29, 30 et 31 mars 2007.

41 Ngalasso Mwatha Musanji, « Démocratie : le pouvoir des mots », Politique africaine, n° 64, 1983, p. 10.

Table des illustrations

Crédits © Le Lynx
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

Université de Franche-Comté – Besançon

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search