Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires politiques et médiatiques en Afrique

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Troisième partie. L’imaginaire linguistique dans les discours politiques

De « ivoirité » à « refondateur » : analyse rhétorique des créations langagières dans les discours politiques en Côte d’Ivoire

Mian Ayémien

Texte intégral

  • 1 Nous avons limité notre corpus aux quatre principales personnalités politiques de la période à savo (...)

1L’objectif de cet article est de décrire, dans un premier temps, les mécanismes argumentatifs qui entourent les désignations symboliques de l’autre à travers des mots qui se révèlent être de pures créations ivoiriennes ou que l’usage a consacré comme tels, et dans un second temps de montrer que l’usage d’un parler typiquement ivoirien dans les discours politiques participe d’une stratégie argumentative : la construction d’un ethos. Le corpus qui nous servira de base pour cette analyse est déterminé par notre sujet. En effet, il sera composé de discours d’hommes politiques1 depuis le mandat présidentiel de Henri Konan Bédié, période de l’emploi en politique de l’ivoirité, jusqu’à aujourd’hui avec les refondateurs au pouvoir.

  • 2 Ngalasso définit l’Imaginaire Linguistique comme « un ensemble d’images et de représentations que l (...)
  • 3 Sarfati Georges-Elia, Éléments d’analyse du discours, Paris, Armand Colin, 2007, p. 103.
  • 4 Amossy Ruth, L’argumentation dans le discours, 2e édition, Paris, Armand Colin, 2006.
  • 5 Amossy Ruth, « Argumentation, situation de discours et théorie des champs : l’exemple de Les hommes (...)
  • 6 Charaudeau Patrick, « L’argumentation dans une problématique d’influence », Argumentation et Analys (...)

2Pour ce travail qui s’inscrit dans le cadre des réflexions sur l’imaginaire linguistique tel que défini par Ngalasso2, nous optons pour une approche intégrative3 de l’analyse du discours qui suppose la mise en relation du texte avec d’autres éléments tels que la situation concrète dans laquelle intervient l’acte de parole. Pour ce faire, nous nous appuyons sur l’argumentation dans le discours élaborée par Ruth Amossy4. Cette théorie propose « la prise en compte du dispositif d’énonciation inhérent à la parole, d’une part, et de la situation de discours dans ses composantes socio-historiques, d’autre part »5. Dans cette perspective, la rhétorique saisit le langage en action, dans une situation de communication qui détermine les « instructions discursives »6 du locuteur. Par conséquent, il faut tenir compte non seulement des instances émettrices et réceptrices mais aussi des paramètres de la situation de communication comme les rapports que les instances susmentionnées entretiennent avec la langue dans laquelle elles puisent le matériel verbal de leur communication. C’est donc à ce titre que nous commencerons par une brève présentation des différentes pratiques et des usages du français en Côte d’Ivoire.

Les variétés du français en Côte d’Ivoire

  • 7 Ngalasso Mwatha, « La frontière linguistique et ses représentations en Afrique », in Viaut Alain, V (...)
  • 8 Ibid., p. 236.

3En Côte d’Ivoire, il existe une soixantaine de langues locales qui cohabitent avec le français. À ce titre, ce pays fait partie de ceux que Ngalasso considère comme étant hautement plurilingues ou multilingues7. Cependant, nous sommes dans un cas de diglossie parce que le français supplante les langues locales. Il est la langue des cadres, des lettrés, de la politique et son champ d’action est Abidjan et les autres grandes agglomérations du pays. Il occupe « pratiquement sans partage les domaines de l’école, de l’administration, des médias et de la création littéraire et cinématographique »8. Il faut enfin préciser que la majorité des Ivoiriens ne maîtrise pas la norme de prestige du français, c’est-à-dire ce qu’on pourrait appeler « le français grammaticalement correct ». La norme exogène les plongeant dans ce que Labov appelle l’insécurité linguistique, les Ivoiriens se sont inventé une norme endogène. À ce propos, Kouadio écrit :

  • 9 Kouadio N’guessan Jérémie, « Le nouchi et les rapports Dioula Français », disponible sur http://www (...)

C’est une habitude bien ivoirienne de tordre le cou aux phrases et aux mots français pour les adapter aux besoins de communication d’une population privée d’un véritable véhiculaire africain tant à l’échelle du pays lui-même qu’à celle d’une ville cosmopolite comme Abidjan.9

4On retrouve donc différents usages du français qui peuvent être classés sur une échelle du continuum linguistique sur trois niveaux.

5Au sommet, se place le niveau acrolectal. Il s’agit du français dit académique ou encore français standard. On pourra parler de « français grammaticalement correct » selon les normes en vigueur. On retrouvera cette variété surtout à l’écrit dans tous les actes de communication officiels tels que les comptes rendus gouvernementaux par exemple.

  • 10 Ibid.

6Il y a ensuite le niveau mésolectal qui représente ce que Kouadio appelle français ordinaire10. Il note que l’expression français ordinaire s’oppose au nouchi, au français populaire et au français dit standard. Pour lui, l’opposition entre français de l’élite et français moyen n’est plus opératoire car dans la pratique ces deux variétés sont de plus en plus confondues. Ainsi, l’expression « français ordinaire » ou « français local ivoirien » désigne le résultat de cette fusion.

  • 11 Abobo Adjamé et Yopougon sont des communes populaires de la ville d’Abidjan.
  • 12 Assistants des conducteurs de minibus populaires (les gbakas).

7Enfin, tout en bas de l’échelle, se situe le français basilectal. Cette variété se subdivise en deux branches : le français populaire et le nouchi. Ces deux formes sont distinctes parce qu’elles présentent des caractéristiques différentes. Par exemple, le français populaire sert de véhiculaire à une grande partie de la population, par conséquent, tout Ivoirien est susceptible de le comprendre. Par contre, le nouchi est une espèce d’argot qui se pratique par réseaux, par groupes d’amis, par secteurs de quartiers, etc. Une même idée peut être déclinée en une multitude d’énoncés en nouchi selon qu’on se trouve à Abobo ou à Yopougon11, ou qu’on se trouve chez les étudiants du campus de Cocody ou chez les apprentis-gbaka12 d’Adjamé. Dans tous les cas, c’est à ce niveau basilectal que s’opèrent les écarts les plus spectaculaires entre la norme exogène et la norme endogène.

8Dans les discours politiques, la situation de diglossie suppose que le français dit standard soit de rigueur. Pourtant, on constate que ceux-ci font souvent appel à des créations langagières nouvelles, ou que certains mots perdent leur sens de base et renvoient à des réalités bien différentes. La question qui se pose d’emblée est de savoir les implications rhétoriques de ces processus.

Implications rhétoriques de l’imaginaire linguistique dans les discours politiques en Côte d’Ivoire

Les désignations de l’autre

  • 13 Ngalasso Mwatha, « De l’imaginaire linguistique… », op. cit., p. 26.

9L’histoire récente de la Côte d’Ivoire a été marquée par des événements souvent douloureux qui ont considérablement bouleversé le paysage sociopolitique de ce pays. Ainsi, en proie à des crises identitaires et politiques qui accentuent la fracture sociale, l’Ivoirien est entré en conflit avec lui-même mais aussi et surtout avec l’autre. Sur un plan purement langagier, cette situation est clairement perceptible dans le vocabulaire ivoirien qui s’est enrichi de nouveaux mots. Cela se comprend si on se réfère aux propos de Ngalasso qui fait remarquer que « les attitudes sociales informent les comportements linguistiques, notamment au travers de dénominations et désignations symboliques de l’autre, et opèrent non pas au niveau de la conscience mais à celui de la subconscience voire de l’inconscient »13.

10Nous nous proposons dans cet article d’étudier l’argumentation autour des termes « ivoirité » et « refondateur ». Le premier est une pure création ivoirienne et le second perd son sens de base. Tous les deux renvoient à l’image de soi et de l’autre que se font leurs utilisateurs.

. L’ivoirité en argumentation

  • 14 Cf. Dieng Amady Aly, « Note de lecture : autopsie de la crise ivoirienne : la nation au cœur du con (...)

11Selon Pierre Kipré14, historien et ancien ministre de l’éducation nationale, l’ivoirité serait un concept à l’origine culturel utilisé pour la première fois en 1971 par Senghor à l’Université d’Abidjan pour décrire la spécificité de la culture ivoirienne. Il fut repris par la suite en 1974 par des intellectuels ivoiriens tels que Niangoran Porquet toujours dans le même esprit. Sa paternité n’est donc pas à attribuer à Bédié même si dans son livre, Les chemins de ma vie, on peut lire :

  • 15 Bédié Henri Konan, Les chemins de ma vie, Paris, Plon, 1999, p. 44.

[…] De même, lorsque nous avons voulu trouver une formule qui évoque la synthèse culturelle entre les ethnies habitant la Côte d’Ivoire, nous nous sommes référés à la géographie et nous avons forgé « l’ivoirité » qui souligne la qualité de ce qui est ivoirien, au sens culturel et identitaire. Mais nous aurions pu, tout aussi bien, choisir le mot « ivoiritude ».15

12On notera cependant que c’est lui qui l’introduira dans la sphère politique.

13Pour revenir à notre analyse, nous constatons que ce terme est rare, quasi inexistant dans les discours de notre corpus. Nous n’en relevons qu’une quinzaine d’occurrences, concentrées essentiellement dans les discours de Bédié. Compte tenu du fait qu’il a déchaîné les passions et fait couler beaucoup d’encre, notre hypothèse était qu’il serait utilisé couramment dans les discours de Bédié son géniteur en politique ou dans ceux de Ouattara qu’il était censé exclure. Le constat effectué est qu’il disparaît au fur et à mesure. Au début, de 1995 à 1999, on le retrouve dans les discours de Bédié. Après le coup d’État de décembre 1999, le concept est très décrié et n’apparaît plus. On le retrouvera dans l’intervention de Bédié lors du Forum de Réconciliation Nationale, avant qu’il ne disparaisse totalement des discours politiques. Une des raisons qu’on pourrait évoquer c’est que l’environnement sociopolitique rendait contre-productive toute argumentation basée sur ce concept. En effet, toutes les causes admises dans l’explication du déclenchement de la crise en Côte d’Ivoire ramenaient d’une manière ou d’une autre à l’ivoirité. Il était donc devenu urgent de le bannir du langage des Ivoiriens.

14À ses débuts pourtant, il focalise toute l’argumentation dans les discours de Bédié de sorte qu’à lui tout seul il représentait un véritable argument. On le constate dans ce passage extrait de son discours lors de la convention nationale du PDCI :

  • 16 Bédié Henri Konan, Discours lors de la convention Nationale du PDCI, 26 août 1995.

Ainsi, l’image à quelque trente ans que nous pouvons avoir de notre pays est celle d’une société nombreuse, d’une économie qui aura décisivement changé de taille et où le revenu individuel aura fortement progressé. D’un pays uni et solidaire où les déséquilibres et les inégalités auront été très fortement réduits, d’une société où la promotion de l’Homme sera au centre même de la vie politique et sociale, d’une nation enfin qui aura réussi une synthèse culturelle originale et féconde sous le blanc manteau de l’ivoirité.16

  • 17 Groupe ethnique ivoirien. Il en existe quatre dans le pays : Gour, Krou, Mandé et Akan.
  • 18 Voir Jonge Emmanuel, « Pertinence de l’utilisation du modèle de Toulmin dans l’analyse de corpus », (...)

15Ce fragment renferme une accumulation d’expressions mélioratives à valeur positive. Il est couronné par une métaphore avec « le blanc manteau de l’ivoirité ». Le deuxième terme dans cette figure (manteau) renvoie à l’esprit une image de protection. Quant à la couleur blanche, elle est le symbole de la pureté, de la sagesse, du bonheur et de la paix. On pourrait aller plus loin et mentionner le fait que chez les Akans17 dont Bédié est originaire, le blanc est synonyme de sacré, de divinité. L’image est doublement forte et renforce une idée de sécurité totale, de protection divine dont jouiraient les Ivoiriens. Elle permet à l’orateur d’insister particulièrement sur l’importance voire l’urgence de l’ivoirité, garant d’une harmonie, de l’unité nationale et par ricochet de la prospérité du pays, une nation paradisiaque où chacun trouverait son bonheur. Ainsi, cette métaphore a beaucoup plus une valeur argumentative que poétique parce qu’elle comporte une visée persuasive clairement perceptible. L’orateur s’appuie sur le topos de l’unité pour fonder son argumentation qu’on pourrait schématiser selon le modèle de Toulmin18 comme suit :

16Ce schéma met en lumière les lieux communs qui garantissent les enchainements dans l’argumentation de Bédié.

  • 19 Charaudeau précise que « la validité [argumentative] concerne l’effet sémantique qui est produit en (...)

17En outre, la validité argumentative19 de ce terme à cette époque s’appuie sur une doxa particulièrement narcissique concernant les rapports des Ivoiriens aux autres. Les clichés qui circulent relèvent que ceux-ci sont singuliers, uniques en leur genre. Ils se voient en effet comme différents des autres Africains au plan économique avec le « miracle ivoirien ». Au niveau politique, on reconnaît à ce pays une relative stabilité contrairement aux autres nations de la sous région tiraillées par les guerres. Ainsi, l’argumentation avec comme base l’ivoirité qui renforce cette distinction est d’autant plus efficace qu’elle relève la particularité (culturelle) de l’Ivoirien. C’est le cas dans ces passages :

  • 20 Bédié Henri Konan, Aux militants du PDCI au stade Houphouët-Boigny, 8 octobre 1995.

… Promouvoir la personnalité culturelle ivoirienne, c’est-à-dire réaliser sous le blanc manteau de l’ivoirité, une synthèse féconde entre tradition et modernité…20

  • 21 Bédié Henri Konan, Discours lors de la convention nationale du PDCI à Yamoussoukro, 26 août 1995.

… c’est bien évidemment l’affirmation de notre personnalité culturelle, l’épanouissement de l’homme ivoirien dans ce qui fait sa spécificité, ce que l’on peut appeler son ivoirité .21

. Autour de la « refondation »

18Les termes « refondateur » et « refondation », apparaissent chez Bédié et Gbagbo. Évidemment les deux ne leur assignent pas les mêmes objectifs ni les mêmes sens.

19Gbagbo l’utilise avec une valeur plutôt méliorative en respectant son sens de base tel que défini dans le dictionnaire : reconstruire sur des bases et des valeurs nouvelles. C’est le cas dans ce fragment par exemple :

  • 22 Gbagbo Laurent, Discours lors de la cérémonie d’investiture à la présidence de la République, 26 oc (...)

Je me suis engagé devant vous et avec vous à réaliser la refondation de la Côte d’Ivoire. […] J’accorderai la première priorité à la refondation du système de défense et de sécurité. […] La refondation sociale est une exigence éthique et politique pour assurer le bien-être des populations. […] C’est par la refondation économique que la Côte d’Ivoire sortira de l’économie de rente pour négocier sa place dans le monde moderne.22

20Ces emplois ne nous intéressent pas dans le cadre de cet article.

21Si on se réfère seulement au sens de base de ces mots, il est difficile de comprendre leurs emplois et leur visée persuasive chez Bédié. C’est pour cette raison qu’il est essentiel de revenir à la situation concrète d’énonciation comme le propose l’argumentation dans le discours.

  • 23 Voir Gbagbo Laurent, Côte d’Ivoire, pour une alternative démocratique, Paris, L’Harmattan, 1983.

22En Côte d’Ivoire, refondation renvoie au projet de société de Gbagbo alors chef du FPI, principal parti de l’opposition sous la présidence d’Houphouët. Il se proposait de refonder les bases du pays, à l’en croire sérieusement dégradées par la gestion du PDCI. Il s’agissait de redonner une assise à la Côte d’Ivoire en reconstruisant ses fondamentaux, à savoir l’économie, l’éducation, etc.23. Ainsi, du verbe « refonder » sont nés des termes qui ne relèvent pas d’un processus de création spécialement ivoirien au niveau du signifiant puisque soit le mot existe dans le français dit standard (refondation), soit il s’agit juste de mots suffixés avec un suffixe et un radical du français. C’est au niveau de la signification que s’apprécie l’originalité. Ainsi, « refondateur » désignera Gbagbo ou ses amis ; « refondation » représentera le système politique, idéologique et le régime du Front Populaire Ivoirien au pouvoir et enfin « refondatrices » évoquera les maîtresses des « refondateurs ».

  • 24 Exemple 1 : aux militants du PDCI à la maison du Parti, 22 mars 2008. Exemples 2 et 3 : aux populat (...)

23Chez Bédié, les occurrences apparaissent dans des textes de 2006 à 2008. Contrairement à Gbagbo, l’emploi relève du français populaire ivoirien. En outre, il renferme une connotation péjorative. C’est ce qu’on peut constater dans ces exemples24 :

  1. Pendant ce temps les refondateurs se complaisent dans le racket, dans les assassinats, dans le pillage des ressources du pays tout en laissant sur les carreaux la majorité des Ivoiriens.
  2. Les refondateurs ont réussi à nous mettre en difficulté avec tous nos partenaires de la communauté internationale.
  3. L’école ivoirienne a perdu son lustre d’antan. Elle est prise en otage par la Fédération estudiantine et scolaire, la FESCI, bras séculier de la refondation.
  4. Les refondateurs ne peuvent pas nous bâillonner en interpellant tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
  5. Les refondateurs nous ont tellement menti qu’ils ont fini par nous envoyer la guerre.
  6. Cette agriculture, florissante, est devenue, aujourd’hui, le dernier des soucis des refondateurs, quand ils ne passent pas leur temps à exploiter les paysans de manière éhontée et encore plus cruelle que ne l’ont fait les colons !
  7. Quelle honte ! Comment un pays comme la Côte d’Ivoire qui a été cité comme le modèle de la sous-région a-t-il pu en arriver là ? Nous n’aurions jamais dû tolérer que les refondateurs viennent nous diriger ! Ils sont vraiment tombés plus bas que terre.
  • 25 Plantin Christian cité par Amossy Ruth, « L’argumentation dans le discours », op. cit., p. 188.
    Voi (...)

24Dans ces extraits, il est intéressant de souligner l’attirance lexicale exercée par les mots « refondation » et « refondateurs ». En effet, on constate que leur environnement immédiat est jalonné de mots à valeur négative (bâillonner, se complaire, racket, difficultés, interpeller, otage, honte, cruelle, etc.) Aussi, le ton y est ironique, péjoratif et caricatural. Finalement, ces termes devenus par l’usage des mots ivoiriens renvoient dans les textes de Bédié aux topoï de la peur et du chaos qui servent de base à une argumentation essentiellement axée sur le pathos. Plantin note que l’étude du pathos revient à « à dégager l’effet pathémique visé à partir d’une topique. Il s’agit de voir ce qui provoque un certain type de réaction affective dans une culture donnée, à l’intérieur d’un cadre discursif donné »25. Or la culture démocratique ivoirienne influencée par la figure d’Houphouët se veut une démocratie de dialogue, de paix, de tolérance, sans aucune violence. Par conséquent, l’image dépeinte par Bédié du régime au pouvoir à pour intention de créer une révulsion dans l’esprit de son auditoire. Ici, la conclusion est implicite : « Il faut se débarrasser de la refondation et des refondateurs. » In fine « Votez pour moi. »

25La situation de communication pourrait expliquer la stratégie argumentative. En effet, depuis 2005, avec la fin du mandat officiel de Gbagbo, l’idée de nouvelles élections présidentielles est de plus en plus légitime. On peut donc déduire que Bédié est en précampagne électorale. Comme c’est de tradition lors de ces événements, ses discours sont construits autour de deux points principaux. D’abord il présente un bilan positif de sa gouvernance et ensuite il dénonce la gestion calamiteuse de ses adversaires. Chez lui donc, « refondateur » et « refondation » cristallisent toute l’argumentation.

26Avec « ivoirité » et « refondateur », la création langagière se situe surtout au niveau du signifié. Il existe des cas où signifiant et signifié résultent de la variation du français en Côte d’Ivoire. Notre deuxième point abordera cette question en analysant l’implication rhétorique de la construction d’une norme nouvelle du français dans les discours politiques.

Le français basilectal dans les discours politiques

27La parole du locuteur est toujours conditionnée par l’allocutaire puisqu’elle est construite en fonction de lui. Amossy en s’appuyant sur la nouvelle rhétorique de Perelman note l’importance du rapport entre le locuteur et son auditoire. Pour emporter son adhésion, celui-ci a tout à fait intérêt à s’adapter à cet auditoire, en se faisant une idée assez claire de ses attentes et de sa vision du monde. Il est tout aussi important pour lui de connaître l’autorité et la crédibilité qu’il possède à ses yeux. C’est la question de l’ethos qu’il faut considérer aussi bien dans sa dimension prédiscursive que dans sa dimension discursive. L’argumentation dans le discours dont nous nous inspirons préconise à ce sujet que

  • 26 Amossy Ruth, « L’argumentation dans le discours », op. cit., p. 79.

Plutôt que de se demander si la force de persuasion vient de la position extérieure de l’orateur ou de l’image qu’il produit de lui-même dans son discours, il semble plus fructueux de voir comment le discours construit un ethos en se fondant sur des données prédiscursives diverses.26

28L’ethos est tributaire d’un imaginaire social et se nourrit des stéréotypes de son époque. Il peut s’agir par exemple de l’image que se fait l’auditoire sur la catégorie socioprofessionnelle de l’orateur. À propos de la classe politique en général, elle est considérée comme l’élite. Par ricochet, elle regroupe des hommes et des femmes lettrés, intellectuels ayant un niveau d’étude assez élevé. On comprend donc aisément pourquoi le français acrolectal leur est réservé. Pourtant certains d’entre eux s’autorisent à parler dans un français typiquement ivoirien considéré comme le français du peuple, des peu ou pas du tout lettrés. C’est le cas de Laurent Gbagbo dans ses discours présidentiels de proximité. À propos de ceux-ci, Bonhomme note :

  • 27 Bonhomme Marc, « Les discours de proximité de Laurent Gbagbo », in Barry Alpha, Pour une rhétorique (...)

Ils sont caractérisés par leur absence de formalisme et par leur ciblage sectoriel. […] Ils mobilisent des thèmes relatifs à la vie politique interne et quotidienne de la Côte d’Ivoire : rencontres de catégories socioprofessionnelles, visites de populations régionales, intronisation de chefs [… ]27

29Il s’y approprie le langage populaire qu’il fait sien. Les implications sont de plusieurs ordres. D’abord, il peut de cette manière se faire comprendre par une majorité de la population parce que le français populaire, nous l’avons déjà dit, sert de véhiculaire à un très grand nombre d’individus.

  • 28 Kouadio N’guessan Jérémie, op. cit.

30Ensuite, cela lui permet de réinventer un ethos discursif différent de celui que supposent les clichés et les stéréotypes en vigueur. En effet, nous soulignons avec Kouadio que, « la revendication d’un code linguistique bien à soi va de pair avec la revendication d’une identité sociale [et politique nous ajouterons] construites en opposition aux autres »28. Cette identité lui confère une légitimité pour parler au peuple et du peuple, puisqu’ils partagent la même langue qui forme le socle de l’unité nationale. Il le dit lui-même :

  • 29 Gbagbo Laurent, Discours lors de la double cérémonie relative à la célébration de la francophonie e (...)

C’est pourquoi je dis que les adolescents francophones ne doivent pas contre carrer ce qui fait leur privilège c’est-à-dire les langues nouvelles.
De la même manière qu’ils n’ont pas pu contre carrer le créole dans les villes françaises d’Amérique comme la Martinique, la Guadeloupe, ici, il ne faudrait même pas qu’on essaie de contre carrer la naissance de ces langues-là. Car dans 50 ans, 100 ans, 200 ans, nous verrons une ou des nouvelles langues qui vont refaire l’unité nationale sur des bases linguistiques totalement nouvelles. […] Nous assistons donc à ce phénomène. Je crois que les organisations francophones doivent aider à cette évolution. Parce qu’essayer de la bloquer, ce serait essayer de bloquer le génie humain.29

31Il se crée donc un ethos populaire, en phase avec la population. Ainsi, avec lui, toutes les frontières linguistiques disparaissent. Il multiplie les expressions tirées du français basilectal. Il brise les tabous et rompt la logique qui voudrait que la classe politique s’exprime dans un français acrolectal. Quelques exemples pour illustrer notre propos :

  • 30 Ibid.

1. Il faut aller de l’avant. Il faut regarder le devantdougou et avancer […]. Et si tu vis à partir du devantdougou, le responsable de l’académie française qui se trouve en France va te regarder sans rien comprendre. Or à Abidjan, quand tu dis le devantdougou, tout le monde sait que tu veux avancer. C’est ça aussi la francophonie.30

  • 31 Langue ethnique ivoirienne devenue par l’usage une langue de grande expansion servant de véhiculair (...)

32Il y a ici un mot suffixé construit avec un suffixe Dioula31. D’abord le radical « devant » exprime une idée d’avancement, de progrès. Ensuite le suffixe « -dougou » signifie communauté, village. Ainsi, ce terme désigne la philosophie de tous ceux qui cherchent à aller de l’avant.

2. Alors, vous, les gens de Sakassou, je voudrais vous dire yako !

33Emprunt à une langue locale, signifie dans ce cadre « présenter les condoléances. »

3. Aujourd’hui, il y a des coxers […] qui sont devenus des gens importants.

34Mot d’origine inconnue désignant le plus souvent des enfants de la rue vivant de petits boulots et de larcins.

  • 32 Gbagbo Laurent, Discours aux jeunes patriotes, 29 décembre 2004.

4. Vous qui êtes couchés-là, c’est le jour de votre jour. Je prendrai votre gbô avant de partir.32

35Mot onomatopéique construit selon une motivation phonique, gbô étant le résultat sonore d’un coup-de-poing donné. Ici, prendre le gbô se traduit littéralement par prendre la puissance. C’est une sorte de salutation entre personnes familières. Gbagbo se fond véritablement dans la jeunesse qui est son auditoire.

  • 33 Ibid.

5. J’ai regardé le papier et j’ai dit : eux-là la lutte ne fait que commencer.33

36Il y a une anacoluthe avec la rupture de la construction syntaxique de telle sorte que la fin de la phrase n’est plus en harmonie grammaticale avec le début. En plus on constate la substitution du pronom démonstratif « ceux » par le pronom personnel « eux ».

  • 34 Rinn Michael, Émotion et discours : L’usage des émotions dans la langue, Rennes, PUR, 2008, p. 15.

37Cette analyse nous aura permis de rendre compte des implications rhétoriques de l’imaginaire linguistique dans les discours politiques en Côte d’Ivoire. En tant que processus de création langagière et désignation de l’autre ou de soi à travers sa langue, l’imaginaire linguistique participe à l’efficacité du discours. En effet, il permet la construction d’un ethos discursif mélioratif du locuteur qui s’adapte à son auditoire en s’appropriant sa langue. Évidemment, tout ceci renvoie au pathos qui consiste à mettre l’auditoire dans des conditions appropriées pour emporter son adhésion parce que l’image sympathique du locuteur induit nécessairement de l’émotion chez le destinataire. Nous retiendrons donc à la suite de Rinn que « la sympathie fait appel à la bienveillance et à la compassion pour renforcer le sentiment à l’appartenance à un groupe socioculturel particulier »34. Il s’agit pour l’orateur de provoquer les passions parce que comme le précise Aristote :

  • 35 Aristote, Rhétorique, Paris, Gallimard, 1998, p. 23.

La persuasion est produite par la disposition des auditeurs, quand le discours les amène à éprouver une passion ; car on ne rend pas les jugements de la même façon selon que l’on ressent peine ou plaisir, amitié ou haine.35

Notes

1 Nous avons limité notre corpus aux quatre principales personnalités politiques de la période à savoir Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo, Robert Guéï.

2 Ngalasso définit l’Imaginaire Linguistique comme « un ensemble d’images et de représentations que l’on se fait de soi et de l’autre à travers la langue et comme un mode de créativité linguistique aboutissant, par un travail de l’imagination, à l’invention de formes et de sens nouveaux ». Cf. « De l’imaginaire linguistique dans les discours littéraires Africains », Barry Alpha, Pour une sémiotique du discours littéraire postcolonial d’Afrique francophone, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 25.

3 Sarfati Georges-Elia, Éléments d’analyse du discours, Paris, Armand Colin, 2007, p. 103.

4 Amossy Ruth, L’argumentation dans le discours, 2e édition, Paris, Armand Colin, 2006.

5 Amossy Ruth, « Argumentation, situation de discours et théorie des champs : l’exemple de Les hommes de bonne volonté (1919) de Madeleine Clemenceau Jacquemaire », COnTEXTES : Discours en contexte, n° 1, sept. 2006. Disponible sur : http://contextes.revues.org/document43.html (consulté le 06 mai 2008).

6 Charaudeau Patrick, « L’argumentation dans une problématique d’influence », Argumentation et Analyse du Discours, n° 1, 2008. Disponible sur
http://aad.revues.org/index193.html (consulté le 15 octobre 2008).

7 Ngalasso Mwatha, « La frontière linguistique et ses représentations en Afrique », in Viaut Alain, Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Pessac, MSHA, 2007, p. 234-235.

8 Ibid., p. 236.

9 Kouadio N’guessan Jérémie, « Le nouchi et les rapports Dioula Français », disponible sur http://www.unice.fr/ILF-CNRS/ofcaf/21/Kouadio.pdf (consulté le 16 octobre 2008).

10 Ibid.

11 Abobo Adjamé et Yopougon sont des communes populaires de la ville d’Abidjan.

12 Assistants des conducteurs de minibus populaires (les gbakas).

13 Ngalasso Mwatha, « De l’imaginaire linguistique… », op. cit., p. 26.

14 Cf. Dieng Amady Aly, « Note de lecture : autopsie de la crise ivoirienne : la nation au cœur du conflit » Pambazuka News : Forum pour la justice sociale en Afrique. Disponible sur http://www.pambazuka.org/fr/category/books/42681 (consulté le 4 mars 2009).

15 Bédié Henri Konan, Les chemins de ma vie, Paris, Plon, 1999, p. 44.

16 Bédié Henri Konan, Discours lors de la convention Nationale du PDCI, 26 août 1995.

17 Groupe ethnique ivoirien. Il en existe quatre dans le pays : Gour, Krou, Mandé et Akan.

18 Voir Jonge Emmanuel, « Pertinence de l’utilisation du modèle de Toulmin dans l’analyse de corpus », Argumentation et Analyse du Discours, n° 1, 2008, URL :
http://aad.revues.org/index251.html (consulté le 15 octobre 2008).

19 Charaudeau précise que « la validité [argumentative] concerne l’effet sémantique qui est produit en cohérence avec la situation dans laquelle sont employés les mots, et dont les partenaires de l’acte de langage sont comptables ». Cf. « L’argumentation dans une problématique d’infuence », op. cit.

20 Bédié Henri Konan, Aux militants du PDCI au stade Houphouët-Boigny, 8 octobre 1995.

21 Bédié Henri Konan, Discours lors de la convention nationale du PDCI à Yamoussoukro, 26 août 1995.

22 Gbagbo Laurent, Discours lors de la cérémonie d’investiture à la présidence de la République, 26 octobre 2000.

23 Voir Gbagbo Laurent, Côte d’Ivoire, pour une alternative démocratique, Paris, L’Harmattan, 1983.

24 Exemple 1 : aux militants du PDCI à la maison du Parti, 22 mars 2008. Exemples 2 et 3 : aux populations de Dabou, 24 septembre 2007. Exemples 4, 5, 6 et 7 : aux populations de Soubré, 26 avril 2008.

25 Plantin Christian cité par Amossy Ruth, « L’argumentation dans le discours », op. cit., p. 188.
Voir aussi Plantin Christian, « La construction rhétorique des émotions », Rigotti E., Rhetoric and argumentation. Proceedings of the 1997 IADA International conference, Lugano, 22 avril 1997. 203-219. URL :
http://icar.univ-lyon2.fr/Membres/cplantin/documents/1999b.doc
(Consulté le 12 février 2009).

26 Amossy Ruth, « L’argumentation dans le discours », op. cit., p. 79.

27 Bonhomme Marc, « Les discours de proximité de Laurent Gbagbo », in Barry Alpha, Pour une rhétorique des identités postcoloniales d’Afrique subsaharienne, t. 1, Besançon, PUFC, 2009, p. 222.

28 Kouadio N’guessan Jérémie, op. cit.

29 Gbagbo Laurent, Discours lors de la double cérémonie relative à la célébration de la francophonie et du centenaire de Senghor, 20 mars 2006.

30 Ibid.

31 Langue ethnique ivoirienne devenue par l’usage une langue de grande expansion servant de véhiculaire à une grande partie de la population.

32 Gbagbo Laurent, Discours aux jeunes patriotes, 29 décembre 2004.

33 Ibid.

34 Rinn Michael, Émotion et discours : L’usage des émotions dans la langue, Rennes, PUR, 2008, p. 15.

35 Aristote, Rhétorique, Paris, Gallimard, 1998, p. 23.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

Auteur

Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search