Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires politiques et médiatiques en Afrique

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Troisième partie. L’imaginaire linguistique dans les discours politiques

L’imaginaire à l’épreuve de la controverse. Discours et contre-discours de Dakar

Mongi Madini et Andrée Chauvin-Vileno

Texte intégral

1Le discours prononcé en juillet 2007 à Dakar à l’Université Cheikh Anta Diop par le président de la République française, alors récemment élu, lors de son premier voyage officiel en Afrique1 a soulevé en Afrique et en France de vives réactions dont les médias ont été, dans la chaleur de l’actualité, la principale arène. Ces réactions ont été dominées par une véhémente protestation stigmatisant une conception réductrice et néo-coloniale tandis que d’autres voix, dans l’entourage du président et une partie de sa famille politique notamment, voulaient conclure au malentendu, ou que d’autres encore proposaient de faire la part des choses. Ce sont donc à la fois l’interprétation sur les représentations fondatrices et sur la portée politique de ce discours qui sont à l’origine d’une controverse publique affectant une large sphère socio-discursive, politique au premier chef, mais aussi médiatique comme relais et lieu de confrontation, et encore scientifique dans les domaines de l’histoire, de l’économie, des sciences sociales…

  • 2 L’ouvrage, Gassama M. et alii, L’Afrique répond à Sarkozy. Contre le discours de Dakar, a été publi (...)
  • 3 L’actualité n’exclut pas les résurgences ; ainsi Ségolène Royal en visite au Sénégal demandant pard (...)

2La publication en février 2008 chez Philippe Rey2 d’un ouvrage signé par un collectif d’intellectuels africains exerce, dans une autre temporalité que celle du discours médiatique immédiat3, un droit de réponse. L’Afrique répond à Sarkozy, contre discours intégrant par l’analyse et la réfutation le discours qu’il critique, configure ainsi un espace dialogique à orientation polémique, d’autant que la réception du livre suscite les commentaires de diverses orientations dans la presse et sur le net.

  • 4 Selon D. Maingueneau (Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Nathan Université, 2001 : 16) (...)

3Partant du postulat que les figures de l’histoire, de la culture, de la langue, participent du champ de l’imaginaire (et de l’idéologie) aussi bien que de celui du savoir, et que le conflit des argumentations se nourrit du conflit des imaginaires, nous nous proposons ici de réfléchir à un cadre linguistique et pragmatique4 qui permette d’appréhender la dimension argumentative des positions énonciatives et des stratégies désignationnelles, dans un discours social non consensuel.

Penser le discours : schématisation et imaginaire

4Issu d’une pratique socio-linguistique, le concept d’imaginaire linguistique élaboré par Houdebine tend à intégrer une prise en compte globale du discours en interaction :

  • 5 Houdebine A.-M., « Théorie et méthodologie de l’imaginaire linguistique », in Canut C. (éd.), Imagi (...)

[…] l’analyse de l’Imaginaire linguistique, des imaginaires, attitudes, représentations, opinions, croyances, etc. – tous ces termes se valent, venus d’ici ou de là, qui tentent de cerner ce champ – a pour principal objectif, selon moi, de permettre de dégager une partie des causalités de la dynamique linguistique et langagière. D’où la nécessité d’étudier et les comportements et les attitudes des locuteurs, d’observer les productions et de ne pas se contenter de recueillir les paroles des sujets afin d’en dégager leurs représentations, celles-ci pouvant varier selon les situations, les interactions.5

  • 6 Grize J.-B., Logique et langage, Paris, Ophrys, 1990, repris par Adam J.-M., Linguistique textuelle (...)
  • 7 Selon S. Moirand reprenant Grize (« Responsabilité et énonciation dans la presse quotidienne : ques (...)
  • 8 Grize J.-B., op. cit., : 36.

5C’est la schématisation selon Grize6 qui nous permet d’articuler imaginaire linguistique et imaginaire discursif, argumentation et interprétation. Grize envisage la communication verbale (directe ou non) comme une construction complexe qui implique des pôles interlocutifs (individus ou groupes d’individus) dans une dynamique de recherche de l’adhésion. Chaque interlocuteur se fait de soi, de l’autre et du thème de son discours, une représentation préalable fondée sur la situation d’interlocution elle-même et sur des pré-construits linguistiques (sémantisme des mots) et culturels (topoï, croyances, interdiscours). Le processus de schématisation est celui de la construction-reconstruction (jamais à l’identique), pour et par les interlocuteurs, qui inscrit, à la surface même du discours qu’elle produit, les traces verbales des images de la réalité, des protagonistes et des discours antérieurs ou anticipés sous un certain « éclairage »7. Sélective, orientée, la schématisation propose un « micro-univers »8 ; elle vise à la fois à gagner l’interlocuteur à cette vision et s’offre à la variété des interprétations.

  • 9 Cf. Amossy R. (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne-Paris, D (...)
  • 10 Cf. Charaudeau P. et Maingueneau D. (dirs), Dictionnaire d’analyse de discours, Paris, Le Seuil, 20 (...)
  • 11 Maingueneau (in Charaudeau P. et Maingueneau D., op. cit.) distingue un triple niveau, la scène eng (...)

6Cette conception de la schématisation s’articule aisément à celles de la rhétorique antique – revisitée notamment par Adam et Amossy –, qui porte sur la relation ethos/pathos/logos9 puisque, dans le discours, apparaissent les visées de l’orateur aussi bien que les attentes qu’il prête à l’auditoire. Une problématisation supplémentaire s’ouvre avec la scénographie énonciative selon Maingueneau10. Quand l’approche est textuelle et pas exclusivement linguistique, rappelle Maingueneau, il convient de prendre en compte non seulement la situation de communication effective mais la scène d’énonciation construite par le discours, représentée et (auto) légitimée par lui11.

  • 12 Gassama parle d’un « style à la fois direct et lyrique » ( : 17), Ngalasso Mwatha met au jour la va (...)

7Si on considère le contenu explicite du discours de Sarkozy et qu’on le met en regard de sa réception, on peut conclure à un échec de la construction par l’orateur de son image d’énonciateur, de son ethos de personnalité politique de rupture et d’ouverture, porteur de bons conseils (« Ne vous laissez pas […] voler votre avenir ») et de perspectives de nouvelle alliance (« l’Eurafrique »). Sarkozy prétend venir parler en ami de l’Afrique susceptible à ce titre de s’autoriser beaucoup (« Je suis venu vous parler avec la franchise et la sincérité que l’on doit à des amis que l’on aime et que l’on respecte »). L’ouvrage du collectif, entre autres réactions dénonce cette prétention. Sarkozy déclare s’adresser à des destinataires d’élection, les jeunes d’Afrique, et le discours reprend avec complaisance ce tour de l’adresse directe anaphorisée (« Je suis venu Jeunes d’Afrique ») qui participe à la solennité d’un discours rhétoriquement hybride12, marqué par le pathos d’un côté, par la brutalité de l’autre. La scénographie dominante est celle de la France incarnée qui apporte un message aux générations montantes, avec une insistance sur l’isotopie de l’avenir opposée à celle de l’immobilisme supposé de l’homme africain et de la pesanteur des repentances.

  • 13 Les études de l’ouvrage soulignent l’appartenance du Sénégal au pré carré de la France en Afrique e (...)
  • 14 Cf. les remarques de S.B. Diagne ( : 130).
    Le discours présidentiel sur la recherche et l’innovation (...)

8Mais entre l’auditoire désigné et l’auditoire effectif (présent et virtuel), plusieurs décalages sont à noter, qui réintroduisent la pertinence pragmatique de la situation de communication d’une part et configurent une autre scénographie énonciative d’autre part. Sarkozy se trouve au Sénégal13 dans un lieu de formation des élites, une université prestigieuse, dont il ne prononce pas plus le nom (Cheikh Anta Diop) qu’il ne fait référence aux travaux de son chercheur éponyme, ou plus généralement, aux travaux scientifiques africains contemporains, préférant les références littéraires, notamment les écrits de Senghor, à la gloire de la langue française. Les jeunes et les étudiants ne forment qu’une partie de l’auditoire présent, de nombreuses personnalités du monde intellectuel et politique assistant à l’allocution, et l’auditoire médiatique étant par définition beaucoup plus large. Lorsque le discours de Sarkozy est reçu comme insultant par les Africains, est-ce un échec de communication ou une stratégie à double détente qui en ce cas accomplirait fort bien son programme tourné vers ses véritables destinataires en France et en Occident susceptibles d’être comblés par l’affichage d’une conscience historique postcoloniale « décomplexée » ? La stratégie du discours relève-t-elle de la maladresse, du faux semblant, de la provocation14 ?

  • 15 La schématisation permet de récuser au profit d’un modèle plus complexe et plus nuancé la conceptio (...)

9Entre les intentions affichées et les intentions reconnues et reconnaissables, les enjeux interprétatifs15 mobilisent l’implicite à divers égards. Les interférences et discordances que nous venons de signaler relèvent d’un implicite de l’énonciation. Implicite de l’énonciation et implicite de l’énoncé sont liés aux positions idéologiques, elles-mêmes corrélées à une mémoire des discours et des actes, ainsi qu’à une syntagmatique textuelle qui confère au déroulement une orientation argumentative propre. Il est affirmé que « l’esclavage fut un crime contre l’humanité toute entière » mais ensuite que « Nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères », des écrivains africains sont cités avec déférence mais pour exalter le français comme « langue à vocation universelle ».

  • 16 Par exemple le livre de A.J. Mbem, Nicolas Sarkozy à Dakar. Débat et enjeux d’un discours, Paris, L (...)
  • 17 Si les protégés de longue date comme O. Bongo sont en quelque sorte disqualifiés car trop proches d (...)

10L’ouvrage collectif coordonné par Gassama témoigne de la réception qui a prévalu, hostile et indignée mais non unanime. Il ne se dégage aucun consensus identifiable en termes de communauté ou de types d’acteurs sociaux (intellectuels16, responsables politiques) ni du côté des chefs d’États africains17 ni du côté des opinions publiques comme permettent très partiellement d’y accéder les commentaires d’internautes. Le discours a été qualifié par certains auditeurs et lecteurs (ainsi que par plusieurs auteurs de l’ouvrage) d’insultant et de raciste ; or, en dépit des lois punissant les propos racistes, aucune plainte n’a été déposée. L’orateur et son « scribe » (Henri Guaino) peuvent toujours protester de leur bonne foi et prétendre n’avoir pas été compris. Le discours ne peut faire l’objet de poursuites mais d’une dénonciation.

  • 18 Cf. Ducrot O., Le dire et le dit, Paris, Minuit, 1984.

11On ne saurait départager le dire et le dit18 dans la construction du sens. La surface discursive elle-même fait trace de l’implicite, pour peu que ces traces soient mises en réseau et les contextes mis en perspective. C’est en somme définir un programme d’analyse de discours, que l’ouvrage du collectif lui-même entreprend de mener à bien, sur un mode militant, par plusieurs voies.

  • 19 Respectivement « Duplicité et trafic de l’histoire » ( : 53-76) et « Anatomie d’un discours néo-col (...)

12Les contributions de Bouchentouf-Siagh et de Ngalasso Mwatha19 se tiennent au plus près de cette surface discursive. Bouchentouf-Siagh montre comment la répartition des pronoms révèle un double système d’énonciation ( : 57) : le récit distancié quand il s’agit d’évoquer (et d’estomper) l’histoire coloniale en désignant comme un tiers « le colonisateur » et comme un processus impersonnel l’esclavage (« il y a eu l’esclavage »), le discours emphatique de je à vous quand il s’agit de valoriser la mission de messager (« je suis venu vous dire ») ou le nous de l’Europe. Pour Ngalasso Mwatha l’analyse formelle du discours révèle une langue de caoutchouc « à mi-chemin de la langue de bois et [du] franc-parler » qui « fait appel à un mode de communication faussement irénique […] concentre […] l’attention du public sur la performance de l’orateur davantage que sur le contenu du message » et donne à la manière d’un « écran de fumée » ( : 295) dans « l’ostentation », « l’occultation » et « la mystification » ( : 271).

13L’interprétation critique étayée par la « mémoire interdiscursive »20 qui ne se contente pas des affleurements déclarés, permet la révélation des soubassements idéologiques. L’article d’Achille Mbembe publié dès le 1er août 2007 dans la presse oriente vers une « armature intellectuelle de la fin du xixe siècle », issue notamment de Hegel et de l’ethnologie coloniale21. Il faut donc faire une remontée vers l’arrière-discours pour mettre au jour l’idéologie, aller vers un imaginaire du discours demeuré dans les coulisses du verbe.

14L’imaginaire ne prend pas seulement en compte l’implicite, mais est susceptible d’intégrer l’inconscient de la parole circulante et latente. L’imaginaire linguistique selon Mwatha Ngalasso (op. cit.), qui reprend le concept dans le sillage de Houdebine est à la fois linguistique (représentation de sa langue et des langues qui influe sur leur pratique) et littéraire (transformation créatrice), à la fois constitutif et potentiel :

L’IL sera défini à la fois comme un ensemble d’images et de représentations que l’on se fait de Soi et de l’Autre à travers la langue (IL1) et comme un mode de créativité linguistique […] aboutissant, par un travail de l’imagination, à l’invention (innovation, renouvellement, refaçonnage, etc.) des formes et des sens nouveaux dans la langue, donc à la dynamique des langues (IL2) […]

  • 22 Ngalasso Mwatha, op. cit., : 27-29.

L’IL concerne aussi bien les attitudes envers l’Autre et son parler (et, par ricochet, envers Soi-même et son propre parler) que les aptitudes du sujet parlant (ou écrivant) à imaginer, donc à façonner, inventer, créer de nouvelles formes linguistiques (sons, mots, structures grammaticales ou énonciatives) ou, plus largement, langagières (gestes, mimiques, symboles, signaux divers, etc.).22

15Ngalasso Mwatha insiste aussi sur la dimension éminemment sociale et la représentation des identités qu’elle suppose ce qui nous permet de croiser imaginaire linguistique et schématisation dans un questionnement qui porte sur la construction des représentations dans et par le discours :

Les attitudes sociales informent les comportements linguistiques, notamment au travers de dénominations et désignations symboliques de l’Autre, et opèrent non pas au niveau de la conscience mais à celui de la subconscience voire de l’inconscience. Elles ont pour base le mythe d’origine (téléologique ou essentialiste) ou l’idéologie ambiante (classifiante et hiérarchisante) et se traduisent par des images déformées et déformantes de l’Autre, des préjugés, des arrière-pensées, des clichés, des stéréotypes conduisant à l’évaluation des cultures et des langues, à leur stratification. […] (ibid., : 28)

16Le discours de Dakar et sa réfutation plurielle mettent en jeu de manière déterminante « l’évaluation des cultures et des langues » et la vision de l’histoire dans l’argumentation conflictuelle.

17L’évaluation de la civilisation africaine par le président français est si positive que c’est lui qui enjoint aux jeunes d’Afrique de ne « pas […] avoir honte […] des valeurs » de cette dernière… Mais l’éloge porte surtout sur les aspects traditionnels de la culture (imaginaire, contes, proverbes…) et sur une supposée « symbiose [millénaire] avec la nature ». Le collectif s’insurge contre la mythification et la restriction d’un tel montage de stéréotypes. La célébration de la littérature africaine, limitée à quelques auteurs classiques (Senghor, Camara Laye) est associée à une image de langue française diffusant son rayonnement plutôt qu’à la langue réinventée et métissée par le travail des écrivains, sans que la moindre réflexion intervienne sur le plurilinguisme.

  • 23 Il argue de ce que le passé ne pouvant être effacé, il convient de ne pas le ressasser mais le dépa (...)
  • 24 Pour reprendre la formulation d’un article de la loi du 23 février 2005 sur les rapatriés, article (...)
  • 25 Ou encore : « La civilisation musulmane, la chrétienté, la colonisation, au-delà des crimes et des (...)

18C’est de deux manières au moins que, selon les lectures critiques du discours, l’histoire est mise à mal, politiquement et scientifiquement. Tout d’abord, à l’égard de l’histoire de la colonisation, Sarkozy promeut une double position ; défensive puisque tout en refusant la responsabilité collective et la repentance23, il admet les méfaits de la colonisation ; offensive puisqu’il maintient l’affirmation de ses « aspects positifs »24. Au topos de l’équilibre du bon et du mauvais, (« Le colonisateur est venu, il a pris, il s’est servi, il a exploité […]. Il a pris mais […] il a aussi donné […] tous les colons n’étaient pas des voleurs, tous les colons n’étaient pas des exploiteurs »), les auteurs du collectif opposent dans le sillage de Césaire, le rappel de l’oppression coloniale comme « entreprise de destruction » ( : 80) et « crime systémique » ( : 225). Ensuite, la mise en doute de l’inscription dans l’histoire et la conscience historique des peuples d’Afrique, dans la fameuse phrase « Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire »25 soulève l’indignation par son caractère à la fois essentialiste, fantaisiste et paternaliste. Enfin de nombreux commentateurs remarquent que le discours passe complètement sous silence les acquis ou les questionnements de cinquante ans de travaux d’histoire et de sciences sociales des africanistes (africains ou non). Pour le collectif, ignorance, occultation, dénégation ou au moins omission caractérisent donc les propos du chef de l’État.

19Dans plusieurs chapitres, la dénonciation prend appui sur une contre-argumentation très objectivée. Cette objectivation peut s’attacher à la lettre du discours, on l’a vu. Elle peut porter sur les savoirs et jugements qui l’étayent et que démontent les données factuelles ou les mises en perspective. Ainsi, pour récuser le stéréotype d’un « univers de paysans vivant le temps cyclique des saisons », Diagne rappelle que « la réalité d’aujourd’hui est celle des intensifications urbaines […]. Dans moins d’une génération les Africains seront majoritairement des citadins » ( : 131-132). Ainsi pour démontrer la « méconnaissance » ou la mauvaise foi du président français et mettre en lumière les véritables obstacles au développement de l’Afrique, l’économiste Dembélé ( : 77-108) se livre à un exposé presque technique sur le commerce international (fluctuations de prix des exportations africaines, incidence des subventions aux secteurs agricoles des pays industrialisés) et les ravages de la politique libérale (appauvrissement lié à la dette et aux « ajustements structurels » de la Banque Mondiale et du FMI).

Débat = combat ?

  • 26 Lilti A., « Querelles et controverses. Les formes du désaccord intellectuel à l’époque moderne », i (...)
  • 27 Rennes J., « L’étude des controverses en analyse de discours », in Bonnafous S.et Temmar M., Analys (...)

20Selon Litli26 « la diversité du vocabulaire utilisé pour désigner les formes du désaccord intellectuel […] témoigne d’hésitations : controverse, dispute, polémique, querelle, affaire ne correspondent pas nécessairement à des catégories différentes […] ». Rennes27 souligne quant à elle que la réponse à la question « qu’est-ce qu’une controverse politique ? » va dépendre « partiellement de la discipline depuis laquelle elle est posée ». Le terme de controverse est courant dans le domaine scientifique et religieux, tandis que la querelle est une catégorie familière à l’histoire littéraire. Litli remarque encore que

L’analyse de controverses s’est d’abord développée en histoire des sciences, dans les années 1980, où elle a été théorisée comme un outil permettant de montrer « la science telle qu’elle se fait », en proposant […] de comprendre la façon dont un énoncé scientifique s’impose au plus près des négociations et des enjeux au sein de la communauté savante […] On trouve actuellement des développements de l’analyse des controverses en sciences sociales notamment en sociologie politique en vue de réfléchir sur la formulation des problèmes publics et sur les décisions. (op. cit., : 14)

  • 28 Il s’agit pour nous d’un métaterme descriptif, sans jugement de valeur. Il est intéressant de const (...)
  • 29 Selon la 4e de couverture de l’ouvrage de Declercq G., Murat M. et Dangel J. (dirs), La parole polé (...)

21Nous parlons de controverse28 dans une perspective discursive intégrant la réflexion récente des sciences du langage sur la ou mieux le polémique envisagé non comme une pratique minoritaire, exceptionnelle ou très compartimentée mais comme un « usage social de la parole, en même temps qu’une dimension constitutive des rapports humains et de l’exercice de la pensée »29. La controverse est donc un type d’agencement et de déploiement du discours polémique.

  • 30 Angenot M., La parole pamphlétaire, Paris, Payot, 1982.
  • 31 Cf. Madini M., « Le polémiste et le comique », in Semen 14 Textes Discours Sujet, PUFC, 2001 : 179- (...)
  • 32 Cf. « Du discours polémique », in Linguistique et sémiologie n° 9, Lyon, PUL, 1980 : 3-40, p. 9.
  • 33 Garand D., « Propositions méthodologiques pour l’étude du polémique », in Garand D. et Hayward A. ( (...)

22Nous retenons quatre traits caractéristiques du discours polémique, considéré lui-même comme une variété du discours « agonique et persuasif »30 : visée de disqualification, tension de l’échange, discours de persuasion, discours de réfutation31. Kerbrat-Orecchioni32 a mis très nettement en lumière le caractère éminemment dialogique du polémique « la production discursive de l’une seulement des parties en présence, mais dans laquelle nécessairement s’inscri [rait] le discours de l’autre […] caractérise [rait] toujours le discours ainsi tenu comme un contre-discours ». Ce contre-discours comprend, selon elle, « une attaque contre une cible tenant un discours adverse, ce discours étant intégré puis rejeté de façon agressive » (ibid.). Garand, cité par Dubois33, récuse l’intentionnalité agressive au profit d’un « dénominateur commun » à différents types de discours polémiques, qui serait « le conflictuel », ce qui permet de considérer « la parole polémique comme un champ dialogique nourri par des tensions » (op. cit., : 214). Nous souscrivons à cette idée de conflictualité plutôt que d’agressivité (terme trop psychologique). Il convient également de prendre en compte le type d’interactions, le nombre et l’identité des interactants ainsi que la temporalité. Le discours polémique fonctionne à chaud, Kerbrat-Orecchioni le constatait en 1980 et c’est encore plus vrai à l’heure d’Internet, mais il s’inscrit également dans des durées variables.

  • 34 Pour G. Declercq (« Avatars de l’argument ad hominem. Éristique, sophistique, dialectique », in Dec (...)

23Nous entendons donc par controverse au sein de la catégorie générale du polémique un conflit d’argumentation non limité à un désaccord interindividuel, d’une certaine amplitude dans le temps34, d’une importance sociale reconnue qui se manifeste discursivement à travers un ensemble d’échanges directs et différés en interlocution directe ou non, dont les médias constituent à la fois le support, la chambre d’échos et un principe de transformation.

24Le fonctionnement dialogique du contre-discours détermine une schématisation qui polarise les points de vue. Ainsi, dans une controverse, l’image de l’Autre s’abi(y)me. Il est mis en abyme, lui et son discours, et il est par là même disqualifié.

Comment le discours de Dakar fait controverse

25Le discours de Sarkozy lance la controverse mais dans une zone infra-polémique au plan explicite ; le débat intervient entre des commentateurs du discours qui n’ont pas le même point de vue, mais qui, les uns comme les autres, assument cette conflictualité des points de vue. Pour le discours de Dakar, le conflit est d’abord de l’ordre de l’interprétation avant d’être un conflit des argumentations.

  • 35 Et qui comportait, est-il précisé dans Gassama et alii (op. cit.) la phrase non prononcée et non re (...)
  • 36 La variation des « prédilections argumentatives » et de la hiérarchisation des arguments relève sel (...)

26Une première distinction doit intervenir entre d’une part les objets de cette controverse (la colonisation, l’histoire commune de la France et de l’Afrique), et d’autre part le discours de Dakar dans sa matérialité aussi bien d’énoncé que d’énonciation et dans ses contextualisations successives avec ses variantes et ses supports (première version écrite diffusée à la presse avant l’allocution35, profération devant un auditoire, version écrite disponible sur le site officiel de l’Élysée, diffusion partielle ou intégrale sur Internet à partir de différents enregistrements, citations reprises dans l’ouvrage, etc., voire auto ou hétéro-reformulations). Dans ce sillage, tous les discours s’inscrivant dans la controverse supposent un support, un ancrage institutionnel et/ou médiatique (quotidien, revue, colloque plateau TV, etc.), des interactants, un cadre spatio-temporel qui définissent les « sites » (Rennes, op. cit., : 97-9836) de déploiement de la confrontation et font sens.

  • 37 Gassama faisant appel à son expérience de jeunesse de conseiller du président Senghor montre que le (...)

27Une seconde distinction met en jeu la responsabilité sur le plan énonciatif mais aussi sur le plan politique et historique. Qui parle au nom de qui ? Au niveau le plus anecdotique se pose la question de l’auteur-locuteur du discours de Dakar. Que Guaino en ait été le rédacteur, selon une pratique tout à fait courante du monde politique a pu concentrer sur lui les critiques ou les allusions ironiques37. Mais l’orateur du discours est celui qui en assume la teneur, non en tant qu’individu seulement, mais en tant que premier personnage de l’État, portant en quelque sorte la voix de la France. La question des locuteurs premiers et seconds se pose également pour les citations délimitées, déclarées, voire revendiquées et pour l’interdiscours anthropologico-philosophique à la fois activé et occulté que nous avons évoqué plus haut.

  • 38 « […] j’ai souhaité adresser, de Dakar, le salut fraternel de la France à l’Afrique toute entière. (...)

28Le titre de l’ouvrage collectif L’Afrique répond à Sarkozy fond les individualités des vingt-trois contributeurs en une désignation métonymique qui suggère la solennité d’un face à face en affirmant une légitimité, et qui définit une mission tout en reprenant à son compte la figure d’énonciateur initialement postulée par N. Sarkozy38.

29Une troisième distinction concerne les positions respectives, ainsi bien temporelles, qu’énonciatives et idéologiques de l’allocution et de l’ouvrage collectif.

  • 39 L’importance accordée à ce discours avant même qu’il soit prononcé et à l’annonce d’une rupture dan (...)
  • 40 Selon Moirand, in Charaudeau et Maingueneau, op.cit., : 175-178.

30L’allocution qui déclenche cette controverse est de nature politique. C’est une prise de parole publique et officielle assumée par un orateur, délivrée devant un auditoire spécifique et pérennisée par sa diffusion institutionnelle. L’ouvrage est un livre collectif, publié exceptionnellement rapidement, mais dont le délai d’élaboration n’est pas celui d’un article de presse, même s’il intègre certains articles ou fait référence à des articles parus les jours qui ont suivi le 27 juillet. Même si le discours de Sarkozy anticipe sur une réception39 (dialogisme interlocutif)40 et s’inscrit lui-même dans une série (dialogisme interdiscursif, ibid.), il est en quelque sorte premier, alors que l’ouvrage se définit comme réponse. Cette réponse a valeur politique au sens large mais se développe à la fois sur un plan scientifique et polémique : les auteurs, universitaires de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales, intellectuels, écrivains mettent leur savoir et leur réflexion au service de leur engagement.

  • 41 Peut-on transposer dans le champ de l’opinion publique les conclusions de l’expérience suivante ? O (...)

31L’initiateur du projet d’ouvrage collectif, Gassama, évoque la question que se sont posée les auteurs : participer à la controverse est-ce lutter contre le discours de Dakar ou le faire valoir paradoxalement par l’importance qu’on lui accorde ? Il conclut en disant que l’ouvrage a pour vocation « d’accompagner » le discours afin de « protéger la dignité de tout un continent » ( : 10). Mais si on file la métaphore de la polémique comme guerre verbale, force est de constater que Sarkozy a tout de même « tiré le premier »41.

  • 42 Rennes (op. cit., : 93-96) désigne plutôt par ce syntagme « ce qui doit être pris au sérieux » dans (...)
  • 43 Cf. la mise en accusation de l’africanisme eurocentriste dont la version contemporaine a partie lié (...)

32Cette antériorité n’assigne-t-elle pas tout contradicteur à des « figures de la contrainte » (Rennes, op. cit., : 93)42 auxquelles il n’est pas facile d’échapper, qu’il s’agisse des thèmes, des types de réfutation, du registre ? Ainsi la réfutation de l’idéologie néo-coloniale d’une part, et paternaliste d’autre part, appelle-t-elle le rappel des crimes de la colonisation et plus généralement des crimes de l’Occident ou en Occident dans une mise en accusation historique très globale, voire indifférenciée, et une tendance au parallèle. On peut se demander aussi si la langue (française) ne fait pas partie de cet espace contraint pour le collectif, alors même que la francophonie fait débat43. Mais les contributeurs sont des praticiens exercés du langage et des spécialistes de son analyse, et l’imaginaire linguistique de la francophonie n’impose pas ses représentations : les auteurs insistent sur la distance culturelle et idéologique avec un français hiérarchiquement valorisé ; les clichés sont dénoncés de l’intérieur de la langue et même d’un patrimoine littéraire jugé convenu ou complaisant (Camara Laye).

33Pour réfuter le discours qu’ils condamnent, les auteurs de l’ouvrage se livrent à une convocation de ce dernier et proposent des développements très documentés et renseignés selon les critères universitaires. Il est donc fait appel à la démonstration et aux ressources des disciplines, en particulier l’histoire. La science est mise explicitement au service de l’engagement. D’autre part, comme le précise la préface, le caractère collectif est assumé sans uniformisation des positions d’où des contradictions qui n’ont pas manqué d’exposer à la critique mais aussi manifestent le pluralisme. La variété des tons (accusation, ironie, indignation, … motivant choix lexicaux et syntaxiques) et des genres (synthèse savante, analyse minutieuse, mais aussi lettre posthume à Sankara : 180-198, lettre à un jeune homme : 301-314 ; pseudo-dialogue avec un ami : 127-134) aussi bien que les domaines d’activité des auteurs situent l’ouvrage aux confins du didactique, du littéraire et de l’essai, comme l’attestent d’ailleurs les titres des chapitres.

Dynamiques de la controverse et dynamiques de l’analyse

  • 44 Quoique souscrivant globalement au cadre proposé, nous n’abordons pas ici cette question du type d’ (...)

34Rennes (op. cit.) propose d’articuler : analyse du discours et approche politique et communicationnelle des controverses autour des problématiques de l’« institution discursive » (voir supra), des types logico-discursifs et thématiques d’arguments, et de l’interdiscursivité44.

35Il nous apparaît que L’Afrique répond à Sarkozy tout en étant une pièce du dossier, fournit des éléments de méthode en raison des bases de sa réfutation qui mobilise analyse linguistique du discours et information sur les « extérieurs » du discours.

36Cette pièce maîtresse appartient à un corpus mouvant, hétérogène et proliférant qu’il conviendrait de recenser et d’analyser comparativement, éventuellement avec des moyens informatiques d’exploration logométrique. La prolifération est favorisée par Internet qui met à disposition en contemporanéité et en simultanéité hypertextes et intertextes, et invite à générer du texte. Le corpus est marqué par une pluralité des supports (journaux, livres, médias audio-visuels), par une mixité des types de discours (médiatique, politique, scientifique), par une hétérogénéité des genres (tribune, interview, compte-rendu, commentaire sur un forum, etc.). Dans le cas de l’ouvrage collectif, une tension intervient entre unité du propos et variété des scénographies que signale notamment la recherche verbale des titres et l’hybridation générique que nous venons d’évoquer. Le problème de la limitation du corpus, concernant une controverse « vivante », et du traitement différencié ou non de composants hétérogènes se pose.

  • 45 Cf. Tobner « La vision de l’Afrique chez les présidents de la Ve République française » : 451-464.

37La ramification du corpus est aussi à envisager en amont, du côté de séries interdiscursives virtuelles multiples, que réactive et articule précisément la controverse, qui en rappelle l’existence, et en revisite l’interprétation éventuellement déjà conflictuelle, si bien que pour chaque élément existe une relance de l’arborescence. Ainsi la série politique : discours de chefs d’État français en Afrique et/ou sur l’Afrique (De Gaulle, Brazzaville, 1944 ; Mitterrand, La Baule, 1990)45 ; discours de campagne électorale du candidat Sarkozy, discours du ministre de l’Intérieur Sarkozy tenus sur les immigrés ou les jeunes de banlieue (crise de 2005 notamment). Ainsi la série littéraire : Césaire et Senghor peuvent être rapprochés quant à la poétique de la négritude et opposés quant à la conception de la langue et de l’homme.

38On pourrait considérer qu’étudier l’interdiscursivité pour comprendre une controverse, c’est tout à fait autre chose que la mobiliser pour l’alimenter. Mais la charge idéologique de l’interdiscursivité et le nécessaire couplage investigation-interprétation font douter qu’elle s’accommode de « gestes neutres ». Concernant l’ouvrage, nous sommes amenés en tant qu’analystes à reprendre la mise au jour de massifs intertextuels, réalisée par des polémistes eux-mêmes analystes !

39On connaît la faveur des échos ironiques « en boomerang » dans le discours polémique. Dans L’Afrique répond à Sarkozy ce n’est pas une anthologie de tronçons citationnels que constituent les auteurs ; ils font usage de la citation longue, contextualisée, investie par le commentaire, entaillée par la parenthèse ou la note. Le discours disqualifié, très présent, est pris à la lettre et démonté dans ses implicites, contré par des pans d’analyse (fondée sur l’interdiscours des sciences humaines) ou encore par un dialogue où Césaire donne tort à Sarkozy (la colonisation est à prendre comme système et non comme somme d’agissements individuels : 82 et 139), Mongo Beti à Camara Laye ( : 176), ou Senghor à Senghor ( : 133).

40Par quels modes argumentatifs opère la réfutation ? Après une étude historique et théorique de la notion d’argument ad hominen, Declercq (op. cit.) opte pour une partition au sein de « l’argumentation réfutative » entre une « composante conceptuelle », une « composante dialogique (ou énonciative) » et une « composante personnelle » :

Si la réfutation s’attache strictement à l’énoncé, aux « choses » débattues, elle sera dite ad rem ; si l’argumentation vise l’énonciation, s’attache, selon l’expression de Schopenhauer « à ce que l’adversaire a dit de l’objet », elle sera dite ad hominem ; enfin, si l’argumentation tend à réfuter l’énonciateur, à le disqualifier, on parlera d’argumentation ad personam. (ibid., : 366)

  • 46 Il s’agit peut-être moins de brocarder sa taille que de rappeler allusivement la figure historique (...)
  • 47 Par exemple dans la raillerie « moi-je-Nicolas-Sarkozy-le-président-de-la-France » ( : 64).

41L’ouvrage procède bien sur la base des convictions, des connaissances et des références informées ou savantes à une discussion de fond ad rem lorsqu’il stigmatise le « révisionnisme de l’histoire coloniale », et la « falsification de la mémoire » ( : 117) ou qu’il met en garde contre le libéralisme destructeur des « accords de partenariat économique » de l’Union européenne ( : 100) vantés par Sarkozy. La disqualification ad personam n’est pas absente par exemple quand Sarkozy est appelé « Nicolas le Petit »46 ou le « Conducator », et Guaino « Malraux du pauvre » ( : 153-154) dans un registre satirique qui évoque les caricaturistes de presse. La part de l’ad hominem, considérable, est intéressante si selon l’acception retenue par Declercq, on comprend qu’il ne s’agit pas de personnaliser une cible, mais d’incriminer une posture énonciative d’arrogance47, une identité historique (identité post-coloniale et néo-coloniale de président français à la suite de ses prédécesseurs) et politique (néoconservatrice : 203, et bien moins en rupture avec la Françafrique que prétendu), et de mettre en défaut les contradictions d’un discours public à plusieurs facettes : les conditions et implications de l’énonciation incarnée sont déterminantes.

  • 48 Les propriétés lexicales ne sont pas les seules à prendre en compte. B.B. Diop fait remarquer que l (...)
  • 49 Sur le thème de deux poids deux mesures, puisque l’incitation à la mémoire de l’histoire est affich (...)

42La prise en compte de l’énonciation et de ses scènes est inséparable de propriétés linguistiques48 de la surface textuelle, particulièrement du lexique et des investissements axiologiques et idéologiques dont il fait l’objet. La circulation dialogique des mots évalués (au sens de Bakhtine) accompagne et manifeste l’émergence des imaginaires et le marquage des points de vue. Rennes (op. cit., : 95) distingue les « batailles sémantiques » – dont un avatar est l’antanaclase – sur des mots admis conservés ou retournés, et les « batailles désignatives » qui récusent une désignation et en imposent d’autres. Le thème du « passé » par exemple n’a pas du tout la même valeur dans le discours initial et dans l’ouvrage et illustre les deux types de « batailles de mots ». Sarkozy exalte l’avenir comme perspective pour aller de l’avant mais le collectif insiste sur la nécessité d’une réflexion historicisée pour assigner des responsabilités. Le caractère péjoratif du verbe ressasser est pointé comme abusif par son réemploi même en modalisation autonymique dans la première phrase du premier article (celui de Gassama) puis à cinq reprises dans les deux pages qui suivent49 :

Il importe de ressasser le passé puisque nous tenons à être maîtres de notre destin, à maîtriser le présent et à construire l’avenir, puisque les signes avant-coureurs d’une recolonisation de l’Afrique sont manifestes dans nos rapports avec l’Europe. ( : 15)

  • 50 La référence à la Seconde Guerre mondiale, à l’occupation nazie et au génocide perpétré, tantôt exp (...)

43La dénonciation de « l’instrumentalisation de l’oubli du passé » ( : 69) va également de pair avec la substitution à « repentance » (mentionnée par le président qui déclare s’y refuser) de « travail sur le passé » (ibid.). Le collectif contre attaque en qualifiant de « révisionniste »50 sa présentation de l’histoire notamment coloniale. Les opérations de prédication, de désignation et de caractérisation actualisent dans le lexique la confrontation des points de vue et appellent une analyse micro-textuelle. En effet c’est la référenciation, construite dans et par les agencements lexico-syntaxiques notamment, qui produit cet « éclairage » des objets de discours que Moirand (op. cit., : 42), dans le sillage de Grize, compare à un contour intonatif global.

44L’Afrique répond à Sarkozy relève de la réfutation mobilisatrice de connaissances et pratique une analyse de discours, en combinant ethos polémique, ethos militant et ethos scientifique. Dans la controverse, le discours veut et peut être action. Cette controverse cruciale et encore en devenir engage une structuration dialectique du discours sur l’Afrique et de l’Afrique et des représentations, qui s’étayent se nourrissent et se transforment réciproquement. Pour appréhender cette dynamique-là et développer le projet de son exploration, il convient d’adopter une approche sémio-pragmatico-énonciative dont nous avons tenté de définir les grandes lignes.

Notes

1 Discours en ligne sur le site de l’Élysée : http://www.elysee.fr. Les phrases du discours citées ici le sont entre guillemets et en italiques.
Depuis, N. Sarkozy s’est rendu en Afrique du Sud en septembre 2007, en RDC et au Niger en mars 2009 (cf. http://www.monde-diplomatique.fr)

2 L’ouvrage, Gassama M. et alii, L’Afrique répond à Sarkozy. Contre le discours de Dakar, a été publié en poche en décembre 2008 chez le même éditeur. Les références bibliographiques limitées aux numéros de page dans cet article renvoient à cet ouvrage dans sa première édition.

3 L’actualité n’exclut pas les résurgences ; ainsi Ségolène Royal en visite au Sénégal demandant pardon pour le discours de Dakar au nom de la France en avril 2009 participe à la controverse ouverte en juillet 2007, mais entre aussi dans une autre séquence (dont relèvent par exemple les excuses à Zapatero que le président français aurait raillé lors d’un dîner), qui impulse elle une polémique entre UMP et PS voire est interne au PS.

4 Selon D. Maingueneau (Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Nathan Université, 2001 : 16) la pragmatique se définit comme une perspective sur le langage, envisagé comme activité qui modifie une situation en faisant reconnaître à autrui une intention.

5 Houdebine A.-M., « Théorie et méthodologie de l’imaginaire linguistique », in Canut C. (éd.), Imaginaires linguistiques en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1998 : 23, citée par M. Ngalasso Mwatha, « De l’imaginaire linguistique dans les discours littéraire », in Barry A.O. (éd.), Pour une sémiotique du discours littéraire postcolonial d’Afrique francophone, Paris, L’Harmattan, 2009 : 25-26.

6 Grize J.-B., Logique et langage, Paris, Ophrys, 1990, repris par Adam J.-M., Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes, Paris, Nathan, 1999.

7 Selon S. Moirand reprenant Grize (« Responsabilité et énonciation dans la presse quotidienne : questionnements sur les observables et les catégories d’analyse », in Rabatel A. et Chauvin-Vileno A. (coord.), Semen n° 22, Énonciation et responsabilité dans les médias, PUFC, 2006 : 39-54).

8 Grize J.-B., op. cit., : 36.

9 Cf. Amossy R. (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne-Paris, Delachaux et Niestlé, 1999.

10 Cf. Charaudeau P. et Maingueneau D. (dirs), Dictionnaire d’analyse de discours, Paris, Le Seuil, 2002 : 515-518.

11 Maingueneau (in Charaudeau P. et Maingueneau D., op. cit.) distingue un triple niveau, la scène englobante dont relève le type de discours (politique par exemple), la scène générique (allocution officielle), la scénographie « instituée par le discours même » dans sa spécificité et auto-légitimante.

12 Gassama parle d’un « style à la fois direct et lyrique » ( : 17), Ngalasso Mwatha met au jour la vacuité et les contradictions de la « langue de caoutchouc » ( : 297-340).

13 Les études de l’ouvrage soulignent l’appartenance du Sénégal au pré carré de la France en Afrique en dehors duquel le président français « jamais […] n’aurait osé tenir » un tel discours « comme en terrain conquis », « même devant le plus insignifiant de ses pairs » ( : 137), ni en Asie, ni en Amérique du Nord, ni en Afrique anglophone, ni au Maghreb. Gassama rappelle la proximité du comptoir de Gorée (traite des esclaves) et du cimetière de Thiaroye (massacre de tirailleurs sénégalais par l’armée française en 1944). Un chapitre de l’ouvrage revient sur les relations du Sénégal à l’université Cheikh Anta Diop ( : 147-162).

14 Cf. les remarques de S.B. Diagne ( : 130).
Le discours présidentiel sur la recherche et l’innovation (22 janvier 2009) qui a suscité un tollé dans le monde universitaire appelle le même type d’interrogations.

15 La schématisation permet de récuser au profit d’un modèle plus complexe et plus nuancé la conception quelque peu mécaniste du calcul interprétatif (cf. Kerbrat-Orecchioni, L’implicite, Paris, A. Colin, 1986) qui rationalise à l’excès la communication et accrédite l’idée d’une reconstitution à l’identique par le récepteur des intentions du producteur.

16 Par exemple le livre de A.J. Mbem, Nicolas Sarkozy à Dakar. Débat et enjeux d’un discours, Paris, L’Harmattan, 2007, chercheur à l’EHESS, est globalement favorable au discours.

17 Si les protégés de longue date comme O. Bongo sont en quelque sorte disqualifiés car trop proches du pouvoir français, le cas de la lettre de félicitation du président d’Afrique du Sud est suffisamment troublant pour que l’un des articles du livre du collectif lui soit consacré (Dialo Diop « Un nouvel impair de Thabo Mbeki » : 163-178) où méprise, errement et dérive sont les explications invoquées.
Abdoulaye Wade, président du Sénégal a quant à lui une position plus ambivalente. Absent de l’Université lors de l’allocution, il a par exemple une réponse évasive dans une rencontre intervenue peu après le discours et diffusée sur You Tube ; il donne une interview ironique en conseillant à Sarkozy de changer de nègre – Guaino – mais en le dédouanant en partie. Dialo Diop n’hésite pas à qualifier son attitude de « servile » ( : 166).

18 Cf. Ducrot O., Le dire et le dit, Paris, Minuit, 1984.

19 Respectivement « Duplicité et trafic de l’histoire » ( : 53-76) et « Anatomie d’un discours néo-colonial en langue de caoutchouc » ( : 263-300).

20 Cf. Moirand S., op.cit.

21 Disponible à l’adresse suivante http://www.mouvements.info/spip.php? article144. L’article est commenté dans le chapitre « L’ignorance n’excuse pas tout » de M. Diagne ( : 109-126). À compléter pour l’examen critique de Hegel par exemple par un article du Monde Diplomatique. http://www.monde-diplomatique.fr/2007/11/PIRONET/15274

22 Ngalasso Mwatha, op. cit., : 27-29.

23 Il argue de ce que le passé ne pouvant être effacé, il convient de ne pas le ressasser mais le dépasser.

24 Pour reprendre la formulation d’un article de la loi du 23 février 2005 sur les rapatriés, article finalement retiré à la demande du président Chirac après une vive controverse.

25 Ou encore : « La civilisation musulmane, la chrétienté, la colonisation, au-delà des crimes et des fautes qui furent commises en leur nom et qui ne sont pas excusables, ont ouvert les cœurs et les mentalités africaines à l’universel et à l’histoire. »

26 Lilti A., « Querelles et controverses. Les formes du désaccord intellectuel à l’époque moderne », in Mil neuf cent 2007/1, n° 25, 2007 : 13-28, p. 13.

27 Rennes J., « L’étude des controverses en analyse de discours », in Bonnafous S.et Temmar M., Analyse du discours et sciences humaines et sociales, Paris, Ophrys, 2007 : 91-107, p. 91.
Cf. également Terzi C. et Bovet A., « La composante narrative des controverses politiques et médiatiques. Pour une analyse praxéologique des actions et des mobilisations collectives », in Réseaux 2005/4, n° 132, 2005 : 111-132.

28 Il s’agit pour nous d’un métaterme descriptif, sans jugement de valeur. Il est intéressant de constater que chez Mbem par exemple, dans l’introduction de son ouvrage, il est connoté négativement, comme si la controverse était gratuite ou cherchait la complication.

29 Selon la 4e de couverture de l’ouvrage de Declercq G., Murat M. et Dangel J. (dirs), La parole polémique, Paris, H. Champion, 2003.
Au seuil son dernier ouvrage Angenot (Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, « 1001 nuits », Paris, Fayard, 2008), spécialiste du discours polémique, constate l’échec général de la visée de persuasion de l’argumentation tout autant que la pérennité de cette pratique discursive : « Non seulement les individus et les groupes humains échouent très généralement à modifier les convictions des autres, mais encore rien apparemment ne les décourage de continuer à essayer. Ils sont ainsi capables de soutenir en des controverses (philosophiques, religieuses, politiques, etc.) interminables des échecs persuasifs indéfiniment répétés » ( : 8). Angenot ne s’intéresse pas aux désaccords et à leurs fondements idéologiques mais aux discordances et ruptures des cadres cognitifs et des logiques argumentatives, au défaut de rationalité commune qui explique le « dialogue de sourds » généralisé.

30 Angenot M., La parole pamphlétaire, Paris, Payot, 1982.

31 Cf. Madini M., « Le polémiste et le comique », in Semen 14 Textes Discours Sujet, PUFC, 2001 : 179-196, p. 184.

32 Cf. « Du discours polémique », in Linguistique et sémiologie n° 9, Lyon, PUL, 1980 : 3-40, p. 9.

33 Garand D., « Propositions méthodologiques pour l’étude du polémique », in Garand D. et Hayward A. (éds), États du polémique, Québec, Nota Bene, 1998 : 211-268), est cité par C. Dubois dans l’article « Claude Poirier, “linguiste-réfuteur”. Le discours polémique illustré », in Communication, lettres et sciences du langage, vol. 1, n° 1, avr. 2007 : 42-56.

34 Pour G. Declercq (« Avatars de l’argument ad hominem. Éristique, sophistique, dialectique », in Declercq G., Murat M. et Dangel J., op.cit., : 327-376, p. 352), le terme controverse désigne « tout échange argumentatif fondé sur le principe de la réfutation » mais Rennes (op. cit., : 91) insiste sur le fait que « la vie d’une controverse est décomposée en plusieurs phases ».

35 Et qui comportait, est-il précisé dans Gassama et alii (op. cit.) la phrase non prononcée et non reprise « Ce sont des Africains qui ont vendu aux négriers d’autres Africains ».

36 La variation des « prédilections argumentatives » et de la hiérarchisation des arguments relève selon Rennes (ibid.) de l’institution discursive, définie non seulement par les sites mais par les genres du discours qui s’y rattachent.

37 Gassama faisant appel à son expérience de jeunesse de conseiller du président Senghor montre que le conseiller écrit en fonction de celui qu’il sert et pour exprimer sa pensée et son style ( : 35). Il explique qu’il ne saurait suivre B. Henri Lévy qui s’en est pris beaucoup plus violemment à Guaino qu’à Sarkozy, donnant à certains l’impression de charger l’un au bénéfice de l’autre.

38 « […] j’ai souhaité adresser, de Dakar, le salut fraternel de la France à l’Afrique toute entière. Je veux, ce soir, m’adresser à tous les Africains » ; il précise ensuite « en particulier aux jeunes ».

39 L’importance accordée à ce discours avant même qu’il soit prononcé et à l’annonce d’une rupture dans la politique africaine de la France l’a fait apparaître comme d’autant plus décevant.

40 Selon Moirand, in Charaudeau et Maingueneau, op.cit., : 175-178.

41 Peut-on transposer dans le champ de l’opinion publique les conclusions de l’expérience suivante ? On donne à des groupes d’étudiants un mot très peu usité avec cinq définitions chaque fois dans un ordre différent selon les groupes ; six mois après, lorsqu’on demande à chaque étudiant de définir le mot, c’est la définition qui se trouvait en premier dans le groupe dont il faisait partie qui l’emporte.

42 Rennes (op. cit., : 93-96) désigne plutôt par ce syntagme « ce qui doit être pris au sérieux » dans le discours antagoniste, le « socle commun de valeurs et de principes partagés par les camps en présence » et les stratégies qui en découlent comme la « prolepse » (se faire les objections de l’adversaire), la « concession » (reconnaître la validité des arguments mais non des conclusions), la rétorsion (retourner la concession).

43 Cf. la mise en accusation de l’africanisme eurocentriste dont la version contemporaine a partie liée avec la francophonie selon Obenga ( : 397) et l’analyse de Yoka (p. 465-476) qui permet de comprendre pourquoi le français apparaît comme « instrument de pouvoir au service du pouvoir » ( : 475).

44 Quoique souscrivant globalement au cadre proposé, nous n’abordons pas ici cette question du type d’arguments.

45 Cf. Tobner « La vision de l’Afrique chez les présidents de la Ve République française » : 451-464.

46 Il s’agit peut-être moins de brocarder sa taille que de rappeler allusivement la figure historique autoritaire de celui que le poète et l’intellectuel Hugo nomme dans les Châtiments Napoléon le Petit (Napoléon III).

47 Par exemple dans la raillerie « moi-je-Nicolas-Sarkozy-le-président-de-la-France » ( : 64).

48 Les propriétés lexicales ne sont pas les seules à prendre en compte. B.B. Diop fait remarquer que le pluriel de « génocides » dans la phrase de Sarkozy « Elle [la colonisation] n’est pas responsable des génocides » occulte le fait que l’extermination des Tutsis au Rwanda est le seul génocide du xxe siècle en Afrique, et cela en raison de la responsabilité de la France dans les événements du Rwanda ( : 140-141).

49 Sur le thème de deux poids deux mesures, puisque l’incitation à la mémoire de l’histoire est affichée par Sarkozy (ex. de la lecture de la lettre de G. Môquet).

50 La référence à la Seconde Guerre mondiale, à l’occupation nazie et au génocide perpétré, tantôt explicite tantôt allusive, est très présente dans l’ouvrage.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search