Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires politiques et médiatiques en Afrique

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires

Imaginaire linguistique et identité culturelle dans la littérature orale au Darfour

Ahmed Eisa Adam

Texte intégral

  • 1 Le mot Darfour vient de l’arabe et signifie le territoire (dār) des Four, la plus ancienne et la pl (...)

1De par sa superficie et sa population en tant que l’une des régions les plus vastes et les plus peuplées du Soudan, ainsi que de par sa situation au carrefour des grands axes nord-sud et est-ouest du continent, le Darfour1 demeure depuis toujours un pays d’un patrimoine culturel riche et diversifié. Grâce à cette situation géographique particulière, à ses zones climatiques et végétales variées, à ses multiples groupes ethniques et à sa situation au carrefour du monde arabo-musulman et au cœur de celui de l’Afrique, le Darfour constitue, donc, dès l’Antiquité, une terre de rencontre des peuples, des idées, des langues, des cultures et le berceau où s’y rencontrèrent la culture méditerranéenne et celle africaine. Cette rencontre se démarque encore, de nos jours, par la présence de plus d’une trentaine de tribus et de groupes ethniques aux traditions culturelles riches, variées et multiples, mais ayant souvent d’énormes similitudes et aspects communs qu’est le Soudan. Le Darfour peut alors être considéré comme le modèle réduit des deux continents par son relief, ses populations, sa nature, et plus particulièrement sa situation sociolinguistique et multiculturelle, faisant du Darfour un microcosme afro-arabe.

2 Cette réalité ne peut que fournir aux peuples darfouri une littérature orale riche et variée, tant dans ses sujets que dans ses genres et qui constitue ainsi un élément de fer pour comprendre profondément l’identité culturelle de ses peuples qui sera traitée dans cette étude. Il s’agit d’une littérature qui se caractérise par des aspects multiples. Ces derniers vont refléter un ensemble d’éléments cohérent fondant l’identité culturelle et sociale des darfouri. Cet ensemble offre un aspect identitaire commun forgé par son « unité en sa diversité », source de richesse de ce pays.

  • 2 El-jawhari Mohammed, Les Sciences de folklore : les fondements théoriques et méthodologiques, Le Ca (...)

3Certes, la littérature orale en ses différents genres (contes, proverbes, chants et poésie), comme celle écrite, est l’un des fondements de base des cultures humaines et en reflètent leurs identités propres. Ceci dit, nous nous appuyons sur l’étude des phénomènes folkloriques reflétés dans la littérature orale populaire soudanaise en tant qu’éléments fondateurs de patrimoine culturel de la société soudanaise. Notre objectif se fixe donc de dévoiler ces phénomènes folkloriques, dans leur cadre social et culturel, qui constituent, pour les spécialistes, la meilleure façon pour mieux comprendre l’identité culturelle d’un peuple2.

La langue en tant que facteur culturel au Darfour

  • 3 Hagège Claude, Combat pour le français : Au nom de la diversité des langues et des cultures, Paris, (...)

Chaque langue est le reflet de l’identité profonde d’une communauté. Il s’y investirait donc des valeurs symboliques essentielles : mode d’expression d’une certaine culture, elle est nourrie par tout ce que le passé y a laissé de traces… chaque langue est par nature le miroir d’un peuple et de ses représentations, affirme Claude Hagège.3

4Pour de nombreux sociologues, ethnologues, historiens et linguistes, la meilleure façon de comprendre l’identité propre d’une société ou d’identifier la personnalité de ses citoyens se situe autour de leur culture :

  • 4 Journet N., La culture : de l’universel au particulier, Paris, Éditions sciences Humaines, 2002, p. (...)

Chaque culture est organisée selon une configuration (pattern), un modèle particulier marqué par quelques traits saillants. Et ce modèle culturel forge une personnalité typique pour ses membres. Ce modèle consiste à étudier la personnalité à partir de la culture.4

5Or, la culture, cet ensemble de faits et de pratiques comprenant les différents aspects de la vie quotidienne – coutumes et traditions, mais aussi l’image qu’ils se font d’eux-mêmes ainsi que celle qu’ils envisagent à propos de l’Autre, la conception de vie, la vision du monde, etc. – est véhiculée par la langue :

  • 5 Hagège C., op. cit.

Les langues sont bien davantage que des espèces vivantes. Elles sont situées au plus profond de l’humanité. Une langue est aussi une certaine façon de ressentir, d’imaginer et de penser, comme le note Claude Hagege.5

6La langue peut être ainsi considérée en tant que facteur culturel, élément de création et de penser littéraire ou toute autre, permettant de mieux comprendre profondément l’identité de son peuple et en constitue un répertoire, voire une encyclopédie.

  • 6 Mwatha Musanji Ngalasso lors de l’ouverture des travaux du Colloque International organisé par le C (...)
  • 7 Miller Catherine, Langues et identités, Khartoum, Khartoum University Press, 1998, p. 88.

7Le paysage linguistique du Darfour avec la multitude de ses langues et ses parlers locaux (on en dénombre plus d’une centaine) reflète bien donc la richesse culturelle et linguistique du Darfour. Cette diversité linguistique peut servir de passerelle favorisant la rencontre des Soudanais sur une culture commune ou, au moins, partagée par tous ou presque. Nous sommes alors dans ce sens de « la diversité qui conduit à l’unité » par le biais de sa richesse linguistique qui forme celle de sa culture. Ngalasso ne l’a-t-il pas dit en toute clarté et nous le citons : « Pour nous, linguistes, il n’y a de structure que fondée sur l’unité dans la diversité. »6 D’où vient l’importance de la langue en tant que facteur culturel qui ne cherche pas à s’imposer du fait qu’elle constitue les fondements de la double identité soudanaise même, comme le notait Catherine Miller : « Du monde africain le Soudan a hérité la diversité linguistique et le plurilinguisme ; avec le monde arabe, il partage la diglossie arabe littéraire/arabe dialectal (ou arabes dialectaux). »7

  • 8 Aboumanga Elamin et Elkhalifa Yusif, Awda’a al-lugha fi al-Soudan, Khartoum, Khartoum University Pr (...)

8De ce fait, bien que le paysage linguistique du Darfour soit souvent décrit par un plurilinguisme, voire le multilinguisme avec plus d’une trentaine des langues, représentant la quasi-totalité des familles et des groupes des langues africaines8, l’arabe demeure la langue la plus parlée, une langue véhiculaire, capable de servir à l’intercommunication pour les différentes ethnies du Darfour, et constituant ainsi l’un des éléments fondateurs de l’unité culturelle de peuples darfouri. L’arabe est ainsi une langue qui rentabilise la rencontre des peuples soudanais dans une culture riche et quasiment commune à tous, se caractérisant considérablement par cet aspect du multiculturalisme, et offrant ainsi un patrimoine culturel commun forgé par une entité cohérente grâce à l’unité supérieure unifiant le Soudan : l’Islam et ses valeurs, mais aussi la langue arabe et sa culture.

La littérature orale en tant qu’héritages culturels au Darfour

9Nous exposons dans cette étude, les différents genres de la littérature orale au Darfour, à savoir : le conte, avec ses différentes autres formes (légendes, superstitions, histoires populaires, etc.), exprimant, sous des formes diverses, les contrastes, la diversité et l’hétérogénéité identitaire de cette région qui se décrit à maints traits ; le proverbe, genre par lequel l’âme de ce peuple s’exprime et un miroir sur lequel les sentiments d’une société se reflètent, un miroir à multiples facettes qui permet de mieux comprendre la mentalité profonde du peuple du Darfour ; les devinettes, sortes de jeu de l’esprit où l’enfant apprend peu à peu à réfléchir et à se servir de son intelligence ; le chant et la poésie, genre encore beaucoup plus vivant et répandu que les contes ; les expressions orales des salutations et les discours des Ides et ceux des condoléances.

10Dans ce folklore citadin se rencontrent de nombreux thèmes folkloriques universels mais aussi des traits de l’empreinte soudanaise et darfouri. Évidemment, les thèmes voyagent dans les différents coins de l’ensemble de la région, mais chaque peuple sait parfaitement se les approprier et en faire sa propre part. Pour chacun d’eux, on pourrait trouver un ou plusieurs parallèles dans le folklore indo-européen, oriental ou nord-africain et à leur lecture on se remémore certains épisodes des Mille et Une Nuits, des contes berbères et bien d’autres encore.

  • 9 Amina Viviane, Contes d’Omdurman, Aresae/Antibes, 1981, p. 285-286.

11À ces thèmes universels s’ajoutent bien d’autres, reflétant profondément l’identité culturelle et sociale des darfouri : la prière de l’innocent persécuté et entendue alors que celle de l’injuste reste sans réponse « Mon oncle, frère de mon père », la bravoure permettant à l’homme de surmonter ses difficultés grâce à son courage et à son intelligence « Histoire du sel ou l’engagé », la marâtre oblige les orphelines à fuir la maison de leur père « Loli ô Loli », les épreuves successives et la guérison des maux « Un quart de cœur », la tâche impossible et le secours d’un animal enchanté « Histoire de la Reine Chatte », l’amitié entre un être humain et un être surnaturel « La fille du Ghul », le choix d’un ami sincère « Le fils du Sultan »… s’y ajoutent des traits encore proprement darfouri9.

  • 10 Adam Mahmoud, Portrait de la littérature orale de Kashanki, mémoire de 5e année, inédite, Universit (...)

12La jalousie entre les coépouses « les grues » conduisant les deux marâtres à faire de la sorcellerie contre la troisième coépouse ; la tolérance « le village du lion, du loup, du serpent et du tigre », où par manque de tolérance, un petit malentendu finit par détruire entièrement le village ; l’ingratitude, la colère et la malédiction de Dieu contre la désobéissance et la divinité qui châtie toujours les malfaiteurs « Um Kouhoul », où toute la maison est transformée en pierre à cause d’un abus de nourriture, et dans L’aiguille du milan les poulets souffrent jusqu’à présent à cause de leur désobéissance ; la sagesse d’un être modeste, notamment les personnes âgées qu’il ne faut pas abandonner, qui résout les problèmes les plus difficiles « Le prophète Salomon et Oilganfatime la huppe » où la vieille huppe résout un problème ce que même un prophète n’a su faire, ou dans Le sultan Kassafoto et Jebel Umkardous où la vieille Khadmarrassoul sauve, grâce à la sagesse, son peuple des travaux forcés ordonnés par leur roi dictateur ; la fidélité ; la patience ; le bon traitement des voisins ; les pratiques de la sorcellerie et la nature des êtres humains et leur instinct de l’égoïsme dans « Hamattou », etc.10.

13Là aussi, nous n’en signalerons que quelques-uns, mais ils émaillent chaque genre de la littérature orale. Ce sont d’abord les différentes manifestations qui soulignent les grandes étapes de la vie humaine. D’abord, la célébration de la simâya au septième ou au quinzième jour après la naissance, quand on annonce le nom du nouveau-né ; la noce dans le cadre de la célébration du mariage ; la circoncision et l’excision ; les aspects folkloriques typiquement darfouri tels que les nourritures spécifiques des fêtes et les attitudes des femmes au moment des enterrements ; le Nafir (l’entraide collective) ; le Faza (le secours mutuel) ; les pratiques des planchettes ou la chasse des esprits malins ; la-diyya’ (l’auvent ou la cotisation pour le prix du sang) ; les majjalis ajjaweid (les conseils de griefs) ; le serment de fraternité ; l’éclipse de lune et du soleil ; la prière d’irroration ; les bons augures et les mauvais présages ; les moments de grandes rencontres (les Ides et leurs discours, les fêtes familiales ou religieuses comme Ide El-fitre et Ide Al-adaha (la fête du Sacrifice et celle du Ramadan), etc. C’est aussi la présence de personnages caractéristiques de ce monde soudanais, islamisé, arabisé, mais aussi profondément africain. C’est le cas de l’homme pieux, du forgeron et du basîr.

  • 11 Le mot faqî vient du mot arabe 336 faqîh qui signifie savant en droit religieux. Au Soudan, le faqi(...)

14L’homme pieux c’est le faqî11, l’homme de religion et juriste, mais aussi conjurateur de mauvais sorts et fabricant d’amulettes, sans oublier ses guérisons de maux et de maladies « incurables ». Ce faqî occupe une place très importante dans la société du Darfour. Le forgeron, c’est le personnage le plus ambigu de tous. À la fois redouté et méprisé au sein de la communauté darfouri, le forgeron, lui aussi, nous offre grâce à son caractère « axial » une autre possibilité de lire l’identité des peuples du Darfour. C’est l’artisan qui sait tout faire et pour qui rien n’est impossible, aussi bien « forger » les voix que confectionner les instruments de musiques, ce qui est effectivement une habilité d’une personnalité particulière et exceptionnelle. Quant au basîr, c’est le médecin indigène qui est à la fois guérisseur et rebouteux. Au Darfour, comme dans de nombreuses zones au Soudan, toutes les cassures et foulures sont généralement soignées par le basîr qui est doté de techniques propres et efficaces dans ces genres de traitements. Par quel pouvoir ces gens accomplissent-ils des guérisons miraculeuses ? Viennent-elles de Dieu ? Tant de questions intéressantes que l’on peut poser et qui méritent une réponse.

L’imaginaire linguistique et l’identité culturelle à travers le proverbe au Darfour

15Le proverbe constitue l’une des formes importantes par laquelle l’âme du peuple du Darfour s’exprime. C’est également un miroir sur lequel les sentiments de cette société tribale se reflètent. De plus, les proverbes au Darfour peuvent montrer la finesse d’esprit teintée de bon sens et de malice de l’homme darfouri, son sens de l’honneur poussé jusqu’au paroxysme, sa sociabilité, son esprit d’entraide, et enfin ses sentiments profondément religieux. Le proverbe est ainsi un miroir à multiples facettes qui permettraient de mieux comprendre la mentalité profonde du peuple du Darfour aussi bien que son identité culturelle. Ainsi, concernant les sentiments de l’honneur, de la dignité :

Se venger éteint la honte.
Celui qui ne fait pas de sa vengeance un devoir, l’âne est son oncle maternel.

16D’autres indiquent l’acceptation à la volonté de Dieu qui fixe le destin de l’homme :

La maladie ne tue pas, le terme fixe tue.
Quand on tombe dans un piège crier c’est honteux, quand le destin tombe, se révolter est inutile.

17Tout en prêchant la soumission à la volonté de Dieu, la société darfouri est une société qui attache beaucoup d’importance à l’action :

Gros faiseur n’est pas grand parleur.
Voici les cheveux et voilà le champ.
Il sait bien nager celui qui est hors de l’eau.

18Sur le plan des qualités humaines, ce sont l’humanité et le réalisme qui sont considérés comme les plus appréciés par la société soudanaise :

Celui qui se vante c’est le diable.
Faire des louanges à quelqu’un en sa présence c’est l’insulter.
Pourquoi vois-tu l’éléphant et tu piques à son ombre ?
Le faqi engendre ses pieds
Le serpent qui a une sauterelle dans la bouche ne mord plus.
La tortue sait bien où il mord son frère.
Celui qui possède un nourrisson est meilleur que celui qui possède un rat.

19D’autres indiquent la solidarité, l’esprit de l’entraide et le secours mutuel :

Si un arbre se penche il se penchera sur un autre arbre.
On connaît son vrai ami pendant les moments de difficultés.
Ton voisin proche est plus préférable à ton cousin maternel éloigné.

20Au Darfour, la notion de communauté est très forte. Pour défendre cette notion, de nombreux proverbes tournent autour de ce thème, ainsi :

  • 12 Fruit d’un jujubier (Ziziphus spina christi). Il s’agit de l’emploi des mots rares, comme aussi le (...)

Les faqi partagent un fruit du nabaq.12
100 personnes qui s’entendent, un seul ângareib peut les contenir.
Une seule main n’applaudit pas.

21De la générosité, la charité, l’altruisme, la bonté, la clémence, l’indulgence :

Celui qui mange seul est un avare.
Le pois-chiche de bon accueil est mieux que d’égorgement du mauvais accueil.

22Des conseils, des instructions :

Ta famille, même des chiens, marche avec elle.
Pour la femme, la tombale et l’âne, il faut toujours lever le bâton.
Ne t’intéresse pas au champ sur la route, à l’élevage du chien, ni à la femme sans tuteur.

23De la sagesse :

Le singe a un cou, pourquoi l’attache-t-on à l’échine ?
Les aveugles ne jouent pas près des puits.
La maison des fourmis n’est que de la terre.

24D’autres indiquent la bonne guidance, l’avertissement, l’expérience :

Si tu n’as pas de passé tu n’auras pas du présent.
Si tu manges sans compter tu deviendras pauvre sans t’en rend compte.
La famille est une forêt dense.
Mettre au monde des enfants n’est pas difficile, mais c’est les élever.
Deux que tu n’oublies jamais : ce qu’on te donne, si on te tue et si on te marie.

25La jalousie entre les coépouses occupe une place importante dans la société du Darfour, marquée avant tout par la pratique répandue de la polygamie :

La maison reçoit une centaine d’hommes mais ne reçoit pas deux femmes.

L’imaginaire linguistique et l’identité culturelle à travers le chant au Darfour

26Une autre forme par laquelle les sentiments identitaires des darfouri s’expriment et le biais, qui montre comment l’imaginaire linguistique intervient parfaitement dans l’expression de la représentation de soi et de l’Autre, à travers les langues dans cette culture soudanaise, est celle du chant et de la poésie qui sont étroitement liés. Cet imaginaire linguistique, considéré comme l’un des trois piliers fondant le genre littéraire – à savoir l’imaginaire, la comparaison et la métaphore – peut être défini, selon nous, comme la capacité d’imaginer et/ou de comprendre les sens (faits ou phénomènes) inhabituellement exprimés, cachés derrière les images poétiques au point qu’un simple lecteur ne puisse pas y arriver. Autrement dit, c’est la découverte des sens vagues grâce à une sensation profonde, une raison prévoyante et une largeur de vues. L’imaginaire est ainsi la base des sens, voire leur fondation, et un miroir sur lequel les images se reflètent avec une clarté profondément créatrice. Il s’appuie, pour former les images, sur des matériaux palpables (le symbole, les comparaisons, les métaphores, la rime, l’imagination, les représentations, etc.) ainsi que sur la manipulation des styles fins, des langues raffinées mais aussi bien d’autres sur lesquels nous nous arrêterons plus loin.

  • 13 Tels que le nafir, le faza’a, l’éclipse de lune et du soleil.

27Ainsi, chaque instrument de musique a ses chants particuliers, que les hommes et les femmes chantent selon les circonstances : chants de noce ou de naissance, chants de guerre ou de victoire, chants de revanche ou de vengeance, chants de travail commun fait ensemble, chants de l’époque de la moisson, chants rythmant les travaux collectifs13, et enfin les chants funèbres chantant les actes de bravoure ou de vaillance des disparus. De même que les chameliers chantent des poèmes particuliers pour encourager leurs chameaux à la marche, les bergers ont leurs chantonnements chantés pour encourager leurs troupeaux à l’abreuvage, les taureaux ont aussi les leurs, encourageant la tauromachie.

  • 14 Les premiers sont connus, au Darfour, sous le nom de « Hadayi » et les dernières sont appelées « Ha (...)
  • 15 L’arabe populaire soudanais parlé dans presque toutes les régions du Soudan avec des particularités (...)

28Ces chants sur lesquels nous nous attarderons, nous offrent, dans leur ensemble, la possibilité de mieux comprendre l’identité culturelle et sociale des peuples du Darfour. Il s’agit de la poésie orale, souvent chantée par des poètes ou des poétesses14. Cette poésie chantée est généralement écrite en langue dialectale afin d’être comprise par la majorité du peuple soudanais15. Cela n’empêche pas quand même leurs poètes de rechercher parfois des formes savantes et d’employer des mots rares, ce qui rend parfois leur traduction dans une autre langue particulièrement difficile. Ce genre de poésie constitue également l’un des meilleurs « biais » pour étudier l’imaginaire linguistique et l’emploi de la langue en tant qu’élément de création, de pensée et de représentations à travers lequel les poètes effectuent tant d’activités créatrices comme le fait de changer les schèmes et les fins de mots afin d’obtenir une rime comme ce que l’on peut constater à partir des exemples ci-dessous.

  • 16 Ce type de poésie est généralement connu au Darfour sous le nom de « sounjouk », sorte de poésie co (...)
  • 17 Mohammed Ibrahim, Min Malameih turath hamar el shaabi, Khartoum, Majalat Abhath el Soudan, 1971, p. (...)

29En plus, ce genre de poésie chantée contient des représentations de l’environnement, des comparaisons, des métaphores et des symboles. Dans cette strophe de chanson, la chanteuse ‘Aîcha16 Bint Hammad17 chante son aimé où l’on constate l’application de ces règles dans les paroles suivantes à la fin de chaque vers :

  • 18 On note ici le reflet des peuples et le fait que la vie devient belle grâce à la présence de ces él (...)

Le cobra est sorti pour avoir un souffle d’air
Ô compagnons, la gazelle est venue pour l’abreuvage
Éclairant notre pays en décorant ses paysages.18

Transcriptions

El soul abou darag ; Sham el nassim marag
Ya khwani el reel warad ; Wa nawar el balad

30Le dernier mot est composé de trois racines sans augmentation comportant les mêmes voyelles brèves, la fatha la racine médiane est le même ra dans les deux premiers vers on constate l’utilisation du qaf en racine finale.

31Les deux premiers vers comportent des rimes dites riches tandis que les deux derniers n’ont que la dernière lettre comme rime, mais le rythme de ces quatre vers est respecté (C1A C2A C3A) ce qui donne une impression d’unité et de respect des traditions sachant que l’arabe est une langue trilitère.

  • 19 On est bien en présence encore ici d’une image reflétant parfaitement l’antagonisme et le paradoxe  (...)

32Au niveau du symbole, l’être aimé est comparé à un beau serpent (comparaison directe), ainsi qu’à la chasse qui elle-même renvoie à la gazelle (comparaison indirecte). Nous nous trouvons dans une situation paradoxale, compte tenu de la symbolique, le serpent, monstre dangereux et perfide, et la gazelle, qui renvoie à la faiblesse et l’innocence et surtout à la beauté qui constitue une proie facile à contrario du serpent, qui file entre les mains et représente un défi19. Nous sommes bien en phase avec notre problématique initiale : l’imaginaire linguistique et l’identité soudanaise : un lexique qui, une fois explicité reflète les archétypes de la société soudanaise.

  • 20 Mohammed Ibrahim, op. cit.

33Dans un autre passage de poésie courtoise chantée par Yousuf El-Taher20, on peut constater les mêmes phénomènes : le symbole, les comparaisons, la rime, l’imagination et les représentations :

Permettez-moi de te dire quelques mots
Sur tes boucles (cornes) qui sont noires comme le mâle d’autruche
Sur tes dents aussi
Qui brillent comme un éclair dans une nuit nocturne
Sur tes gencives aussi
Qui sont noires comme les herbes bien arrosées.

34Dans ces vers, les cheveux de la bien-aimée sont comparés aux cornes de la vache de par leur tressage, leur couleur noire et leur longueur. La couleur noire est comparée à la couleur de l’autruche mâle ; c’est le blanc de ses dents comparé à la couleur du lait caillé et aussi à la couleur de l’éclair dans une nuit sombre et pluvieuse.

35On est en présence d’un jeu des couleurs et des éléments : le blanc, le noir, couleurs opposées et servant pour les contrastes ; la vache est doublement évoquée par son aspect et sa production, la comparaison « indirecte » avec la femme est manifeste, la femme nourricière.

36Or, l’autruche mâle qui symbolise la couleur noire « renvoie aussi à l’image du serpent », nous sommes en présence d’une dualité, d’un système binaire : un être masculin et féminin.

37L’éclair renvoie à la notion de danger imminent. Les gencives et les lèvres sont comparées à la couleur de l’herbe qui germe au début de l’automne et dont le vert est si foncé (glauque) qu’on le prendrait pour du noir. Ce deuxième exemple renforce une fois de plus le système de représentation dans la société soudanaise.

  • 21 Ibrahim Mohammed, op. cit., p. 83.

38Un autre poète, Joum a Fadul21, en décrivant les beautés et les charmes de sa bien-aimée nous offre une autre image de comparaison et une représentation des éléments opposés (le noir et le blanc) :

Ton sourcil est un éclair de pluie dans une nuit nocturne (pluvieuse en ses débuts)
Et tes gencives sont noires comme une boue argileuse fraiche.

39Le sourcil est comparé à un éclair et les gencives sont comparées à la boue argileuse fraiche.

  • 22 Ibid., p. 117.

40Une autre image de comparaison peut être dégagée dans ces vers de Humaida Wad Moufareih22 quand il dit, en chantant les lèvres de son aimée :

Une jeune femme d’une très belle silhouette
Sa grande beauté fait penser que personne ne peut être à côté d’elle
On voit ses lèvres noires comme des herbes
Elle a une si grosse poitrine, ô pour moi, c’est un coup de foudre.

  • 23 Ibid., p. 34.
  • 24 Au Darfour, les pratiques de scarifications sont considérablement présentes chez les femmes. Elles (...)

41Dans une autre strophe de poésie courtoise, le poète Ahmed Mohammad el-Nil23 chante les scarifications de sa bien-aimée en disant24 :

  • 25 Surnom du thé de qualité pour les Soudanais, et notamment pour les darfouri.
  • 26 Le poète compare ici les scarifications à une route sur lequel les troupeaux passent.
  • 27 Un stylo très cher pour les notaires de l’époque.

Mère, la nuit est refroidie et de coup j’ai aperçu ma bien-aimée
Comme « abou-shaeira »25 qui fait plaire à tous
Tes scarifications sont comme un sentier où les larmes coulent26
Comme un stylo « de coubi » qui est chéri pour les notaires.27

42Les scarifications sont comparées à un chemin de campagne emprunté par les chèvres et à des rigoles pour l’écoulement des larmes. Le visage est donc considéré comme un matériau dont se sert le sculpteur ou l’architecte : tout est étudié.

43Les références utilisées traduisent la double appartenance du Soudan à deux mondes : l’Afrique dite noire (scarifications, couleur des gencives, des lèvres) et le monde arabo-musulman (gazelle). Cette « arabité » et « africanité » constituent bien des éléments récurrents dans la poésie, le voyage de l’ouest vers l’est (monde de l’Afrique et monde arabe).

44Or, une fois de plus, nous sommes en face de la dualité ; le blanc des dents ne peut être constaté que lors d’un sourire, il en est de même pour les gencives. La bouche fermée est souvent signe de tristesse. Cette femme qu’on pourrait qualifier de schizophrène rit et pleure.

  • 28 Célèbre femme poète soudanaise, qui encourageait ses gens au combat et à la résistance contre les e (...)

45Quant aux chants de guerre ou de victoire, ou ceux de revanche ou de vengeance, d’une manière plus générale, les darfouri sont connus pour leur amour de la guerre, leur courage et leurs goûts pour la gloire. La fuite devant l’ennemi est donc considérée comme la honte suprême. Dans ce poème de Mihayyra28, une poétesse soudanaise très célèbre, nous pouvons noter l’image que ces gens se font d’eux-mêmes ainsi que de l’Autre quand cette poétesse s’arrête, dès l’annonce du combat, devant le chef des cavaliers en disant :

Aujourd’hui le chef est humilié et couard
Le jugement l’a quitté et il ne peut agir
Ne vous étonnez pas ! la tyrannie s’empare des hommes ;

46Mihayyra fit avancer son chameau, le fit baraquer, l’enfourcha en disant :

  • 29 Les darfouri attachent beaucoup d’importance aux chevaux et aux vaches, perçus comme éléments de va (...)

J’ai chanté en avant aux enfants de Shayq !
Eux qui aident les faibles et secourent les angoissés
Aujourd’hui ils s’apprêtent et montent les chevaux
Pour attaquer guidés par leur chef sur son cheval de Race.29
Nos enfants chantent leur gloire, ô Pacha stupide !
Dis à tes poules : allez-vous-en !
Hasan s’est masqué aujourd’hui de son fer
Tel le serpent aux aguets dans son trou sent le sang
O roi en qui on a confiance, ô poison virulent !
Nos cavaliers sont intrépides et dissipent l’inquiétude

47Elle fit alors avancer son chameau face à l’ennemi criant :

  • 30 « Par Dieu ! Si vous enfuyez, ô nos compagnons, donnez-nous vos boucliers et prenez nos rihâtâ. » O (...)

Ô cavaliers remuez-vous et défendez notre terre !
Sinon donnez-nous vos sabres et prenez nos ceintures de chasteté !30

48Mihayyra ne cessait ainsi d’encourager les hommes, son chameau était toujours en tête entouré par l’élite de la tribu. Ses vers montrent leur bravoure, leur mépris de la mort et de durs reproches adressés à leurs ennemis, en leur jetant des paroles blessantes, insultant leurs pères et tout leur lignage. On peut bien admirer leur audace et leur fierté.

49Ces vers montrent aussi comment la chanteuse exhortait par ses chants et ses vers l’ardeur des guerriers comme dans les deux derniers vers. En plus, ces vers montrent aussi que cette poète avait, comme dans le cas de nombreuses autres poétesses soudanaises, non seulement la tâche d’exciter les guerriers à l’heure du combat, mais l’habitude de chanter aussi leurs louanges, faisant leur éloge pendant leur vie et exaltant leurs vertus, leur courage après leur mort. Elles furent ainsi l’éloge dans leurs vers de tous les grands hommes de leur temps.

50Mihayyra reste jusqu’à maintenant pour les Soudanais, l’exemple de la femme génératrice d’enthousiasme et qui par ses paroles et par ses actes obligent les hommes à se dépasser eux-mêmes. Ses vers sont toujours cités et récités. Elle, comme d’autres poétesses actuelles, incarne vraiment la femme inspiratrice, celle qui sait exciter l’homme aux nobles actions.

51La circoncision et l’excision constituent également une autre occasion pour chanter des vers du courage, de la fierté personnelle ou tribale.

  • 31 Farah Mohammed, El-Turaht el shaabi li gabilat el taaisha, Khartoum, Khartoum University Press, 198 (...)

52Au Darfour, dans les sociétés rurales plus précisément, les noces se passent généralement chez la mariée. Celle-ci fait le sujet des chants pendant toute la soirée, sans oublier sa mère, dont on chante aussi certaines qualités, comme dans cette strophe chantée par Um-Bajja El-Hajj31 :

Ta mère n’est pas une agresseur
L’étoile qui brille au ciel
Mais elle est prête à défier ses agresseurs

53Sinon, ils n’hésitent pas à chanter collectivement des vers du dénigrement et de lui reprocher son aspect d’être avare, mal accueillante et utilitaire :

  • 32 Adam Mahmoud, op. cit., p. 42.

Notre belle-mère est comme une chienne
Elle déteste ses invités
Et aime leurs biens32

  • 33 Suite à une rencontre effectuée lors de notre travail du terrain en avril 2008.

54Pendant les moments de funérailles, des poétesses ne manquent pas aussi de réciter quelques poèmes ou vers funèbres qui chantent les actes de bravoure, la vaillance ou l’éloge du disparu, énumérant ses exploits et ses qualités comme dans ces vers chantés par la poétesse El-Touma Ali33 :

  • 34 Le nom « Bilal » est généralement utilisé pour désigner les bonnes qualités (droiture, sincérité, f (...)

Il m’est venu une gazelle des montagnes
Elle pleure : ô seigneur Bilal
Seigneur des hommes
Qui n’a jamais goûté que son argent « halal »
Vous, gourmandes des biens des orphelins
Aujourd’hui il est si bon mais demain ne sera que pour des remords.34

Les poèmes du madih

  • 35 Ancien royaume du centre du Soudan dont Sinnar était la capitale.
  • 36 Le madih est également fait à la louange des fondateurs des confréries sophistes telles que Tijanis (...)

55Pour terminer, disons quelques mots sur des poèmes qui prirent naissance à l’ombre des confréries mystiques à l’époque du royaume de Sinnar35. Ces poèmes furent d’abord des poèmes mystiques puis, peu à peu, ils se spécialisèrent dans l’éloge du Prophète et de ses Compagnons. Ce genre, encore très vivant jusqu’à nos jours, s’appelle le madih36. Ce mot signifie le panégyrique ou l’éloge du Prophète. Les Madihin sont des poètes itinérants qui vont de ville en ville ou de village en village par groupes et qui chantent leurs vers en s’accompagnant du tambour de basque. Ils chantent les louanges du Prophète et de ses Compagnons, exaltant leurs vertus et leurs qualités et glorifiant leurs actes. Ils terminent leurs poèmes en exprimant généralement le vœux d’aller visiter le tombeau du Prophète et en espérant que leurs vers vaudront une récompense dans l’Au-delà. Ces poèmes du madih sont aussi généralement écrits en langue dialectale afin d’être compris par la majorité du peuple soudanais.

56La littérature orale au Darfour reflète l’âme de son peuple. Mode d’expression de sa culture, ses traditions et ses coutumes, elle reflète son identité culturelle et sociale, profondément forgée dans sa mémoire collective. À la fois pointe avancée du monde arabe et limite du monde africain, le peuple darfouri a su harmoniser parfaitement dans sa littérature orale la culture africaine à celle des Arabes, tout en y ajoutant ses propres caractéristiques, offrant ainsi une identité tout à fait particulière pour ne pas dire unique, ce qui fait son charme et son originalité. Une littérature qui conforte l’identité culturelle et sociale propre de son peuple, et se rencontre aussi avec celles universelles du patrimoine culturel commun de l’humanité.

  • 37 Voir, à titre d’exemple, les romans de Tayeb Salih, l’un des écrivains soudanais contemporains le p (...)

57Fortement imprégnée de valeurs spécifiques de la société, elle véhicule aussi bien l’histoire de ses peuples que ses croyances, ses représentations symboliques que ses modèles culturels, son imaginaire linguistique que sa vision du monde. Les extraits du patrimoine littéraire du Darfour que nous avons exposés supra reflètent bien l’identité darfouri de par le système binaire que nous avons tenté de dégager. Le peuple soudanais est doué aussi par d’autres aspects et valeurs identitaires qui se reflètent dans d’autres genres littéraires, la nouvelle, genre plus contemporain ne peut que renforcer cette hypothèse37.

Notes

1 Le mot Darfour vient de l’arabe et signifie le territoire (dār) des Four, la plus ancienne et la plus importante des tribus à l’Ouest du Soudan.

2 El-jawhari Mohammed, Les Sciences de folklore : les fondements théoriques et méthodologiques, Le Caire, Dar El-Ma aarif, 1981, p. 516.

3 Hagège Claude, Combat pour le français : Au nom de la diversité des langues et des cultures, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 8.

4 Journet N., La culture : de l’universel au particulier, Paris, Éditions sciences Humaines, 2002, p. 148.

5 Hagège C., op. cit.

6 Mwatha Musanji Ngalasso lors de l’ouverture des travaux du Colloque International organisé par le CELFA sur « l’Imaginaire linguistique dans les discours littéraires, politiques et médiatiques en Afrique », Bordeaux, 11-13 décembre 2008.

7 Miller Catherine, Langues et identités, Khartoum, Khartoum University Press, 1998, p. 88.

8 Aboumanga Elamin et Elkhalifa Yusif, Awda’a al-lugha fi al-Soudan, Khartoum, Khartoum University Press, 2006, p. 6.

9 Amina Viviane, Contes d’Omdurman, Aresae/Antibes, 1981, p. 285-286.

10 Adam Mahmoud, Portrait de la littérature orale de Kashanki, mémoire de 5e année, inédite, Université de Khartoum, 1994, p. 26.

11 Le mot faqî vient du mot arabe 336 faqîh qui signifie savant en droit religieux. Au Soudan, le faqi est un homme religieux s’occupant peu en général de la vie de ce monde.

12 Fruit d’un jujubier (Ziziphus spina christi). Il s’agit de l’emploi des mots rares, comme aussi le mot ângâreib (lit indigène en corde et en bois). Nous signalerons les autres mots de même classification au fur et à mesure.

13 Tels que le nafir, le faza’a, l’éclipse de lune et du soleil.

14 Les premiers sont connus, au Darfour, sous le nom de « Hadayi » et les dernières sont appelées « Hakkama ». Ces poètes et poétesses peuvent être considérés comme des griots professionnalisés dans la poésie chantée puisquils en gagnent leur vie. Capables de sadapter aux différentes occasions, ces griots voyagent avec leurs chants dun village à un autre, sont bien présents dans la société soudanaise, reconnus, respectés, surtout dans les zones rurales.

15 L’arabe populaire soudanais parlé dans presque toutes les régions du Soudan avec des particularités propres à chaque région. Il sagit généralement dun parler assez ou peu proche du classique mais où la forme courante est beaucoup plus répandue (citons à titre dexemple lemploi fréquent de wad et bit à la place de walad et bint).

16 Ce type de poésie est généralement connu au Darfour sous le nom de « sounjouk », sorte de poésie courtoise.

17 Mohammed Ibrahim, Min Malameih turath hamar el shaabi, Khartoum, Majalat Abhath el Soudan, 1971, p. 82.

18 On note ici le reflet des peuples et le fait que la vie devient belle grâce à la présence de ces éléments (le cobra, la gazelle) et donc le peuple est content.

19 On est bien en présence encore ici d’une image reflétant parfaitement l’antagonisme et le paradoxe : le serpent, un animal petit mais difficile à chasser ; la gazelle, qui est grand mais facile à chasser.

20 Mohammed Ibrahim, op. cit.

21 Ibrahim Mohammed, op. cit., p. 83.

22 Ibid., p. 117.

23 Ibid., p. 34.

24 Au Darfour, les pratiques de scarifications sont considérablement présentes chez les femmes. Elles sont perçues comme signes de beauté.

25 Surnom du thé de qualité pour les Soudanais, et notamment pour les darfouri.

26 Le poète compare ici les scarifications à une route sur lequel les troupeaux passent.

27 Un stylo très cher pour les notaires de l’époque.

28 Célèbre femme poète soudanaise, qui encourageait ses gens au combat et à la résistance contre les envahisseurs turcs et anglais de l’époque (1820), guidés par Ismail Pacha, le fils de Mohammad Ali qui était le vice-roi d’Égypte.

29 Les darfouri attachent beaucoup d’importance aux chevaux et aux vaches, perçus comme éléments de valeur reflétant leur identité socioculturelle.

30 « Par Dieu ! Si vous enfuyez, ô nos compagnons, donnez-nous vos boucliers et prenez nos rihâtâ. » On constate ici que le dernier mot « rihâtâ » renvoie aussi à l’emploi des mots rares signifiant « les ceintures de chasteté ».

31 Farah Mohammed, El-Turaht el shaabi li gabilat el taaisha, Khartoum, Khartoum University Press, 1982, p. 278.

32 Adam Mahmoud, op. cit., p. 42.

33 Suite à une rencontre effectuée lors de notre travail du terrain en avril 2008.

34 Le nom « Bilal » est généralement utilisé pour désigner les bonnes qualités (droiture, sincérité, fidélité, honnêteté, être correct, etc.). Le mot « halal » signifie, dans l’Islam, une chose licite ou permise.

35 Ancien royaume du centre du Soudan dont Sinnar était la capitale.

36 Le madih est également fait à la louange des fondateurs des confréries sophistes telles que Tijanistes, Gadristes, etc., et il fait ainsi leur éloge. Le madih prend également une couleur nationaliste et fait l’éloge du Mahdî et de ses Compagnons, surtout dans cette région où nombreux sont les disciplinaires obéissants de la Mahadyya.

37 Voir, à titre d’exemple, les romans de Tayeb Salih, l’un des écrivains soudanais contemporains le plus célèbre.

Auteur

Université de Khartoum – Soudan

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search