Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires politiques et médiatiques en Afrique

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires

Impression et expression linguistiques chez Kourouma

Jean-Pierre Fewou Ngouloure

Texte intégral

Précisions terminologiques

L’impression linguistique

1Dans toute analyse de type linguistique, la recherche du sens consiste d’une certaine manière à identifier les éléments virtuels d’une langue, par l’observation de la parole à travers laquelle la langue se réalise effectivement. Chaque modèle linguistique articule ainsi ses propres niveaux de cohérence interne, indépendamment d’autres considérations extratextuelles ou extradiscursives. En fait, c’est le principe de l’immanence et de l’autonomie de l’objet langue qui est postulé ici, Saussure ayant posé comme base de la linguistique structurale « la langue envisagée en elle-même et pour elle-même ». De ce point de vue, entre un signifiant et un signifié linguistiques, le rapport ne peut être qu’arbitraire. C’est donc la langue qui donne forme à la substance du sens, et en fonction de sa propre représentation des réalités du monde. Sur le terrain proprement littéraire, Riffaterre parle de « l’illusion référentielle » qui résulte, selon lui, de toute pratique interprétative. Dès lors, on ne saurait admettre l’idée de l’antériorité de la pensée sur la langue, et c’est la raison pour laquelle les notions comme le « constructivisme (sémantique) », le « simulacre (sémiotique) », la « situation (linguistique) », et la « fiction (littérature) » constituent la seule « boite noire » à partir de laquelle on peut tirer toute la quintessence d’une production artistique. Dans ces conditions, la seule « vérité » étant textuelle, tout ce qui constitue le hors-texte relève d’une impression, notion sémantique moins péjorative que celle de l’illusion référentielle proposée par Riffaterre. Rastier distingue à cet effet le contenu en langue (actualisation) et le contenu en contexte (virtualisation), pour montrer que le sens ne peut se réaliser pleinement en dehors de la sphère textuelle.

  • 1 « Le problème qui se pose, affirment-ils, lorsqu’on veut aborder le discours du point de vue généra (...)

2De même en sémiotique, toute recherche de la signification découle du « bricolage », puisque le rapport entre l’objet et la pensée qui le sous-tend se fonde sur le simulacre, conséquence logique de l’arbitrarité du signe. En effet, Greimas et Courtés estiment que la correspondance terme à terme entre l’univers linguistique et l’univers référentiel est une pure illusion1. Ces deux ordres de sens renvoient toujours à des objets différents. Dans le même ordre d’idées, Ducrot ajoute :

  • 2 Ducrot Oswald, « À quoi sert la modalité ? », in Dittmar Norbert & Reich Astrid (éds), Modalité et (...)

C’est que je crois les mots de la langue incapables, de par leur nature même, de décrire une réalité. Certes les énoncés se reflètent toujours à des situations, mais ce qu’ils disent à propos de ces situations n’est pas de l’ordre de la description. Il s’agit seulement de montrer des prises de position possibles vis-à-vis d’elles. Ce qu’on appelle idée, dictum, contenu propositionnel n’est constitué par rien d’autre, selon moi, que par une ou plusieurs prises de positions.2

3Au total l’impression linguistique relève d’une simple stratégie de valorisation et d’autonomisation des instruments linguistiques, et le même phénomène se prolonge à l’échelle expressive.

L’expression linguistique

  • 3 Kerbrat-Orecchioni Catherine, L’énonciation de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin (...)
  • 4 Kerbrat-Orecchioni, idem, p. 68-69.
  • 5 Kerbrat-Orecchioni, idem, p. 44.

4En sciences du langage, parler de subjectivité dans une pratique linguistique est un truisme. L’important ouvrage que Kerbrat-Orecchioni publie en 19803, montre tout l’enjeu quant à la place accordée à la subjectivité dans l’analyse littéraire. Elle postule qu’une même communauté linguistique ne parle pas forcément la même langue, et conteste ainsi l’idée défendue par Jakobson sur l’archilangue, lequel considère d’ailleurs l’idiolecte comme une pure fiction. Selon Kerbrat-Orecchioni, l’acte énonciatif ne se reproduit jamais dans les mêmes circonstances, et l’omniprésence de la subjectivité dans les échanges interlocutifs implique que tout procès langagier soit influencé par le comportement linguistique du locuteur. C’est pourquoi il ne saurait y avoir de code commun entre interlocuteurs (principe de la partialité de l’intercompréhension), les ambigüités et les flous du langage favorisant dans ces conditions des échecs de communication. Ainsi, à la place du code, que Jakobson réduit davantage à l’instance linguistique, elle propose plutôt l’idée de deux idiolectes dont la compréhension passe par un double processus de décodage-encodage. La thèse défendue par Kerbrat-Orecchioni est donc de montrer que l’univers du discours est certes un monde complexe, mais que l’on ne saurait comprendre sans tenir globalement compte de la présence implicite ou non du locuteur-scripteur, au centre du déploiement subjectif. Toute assertion, selon elle, porte dans ces conditions la marque de celui qui l’énonce, même dans des énoncés axiologiques comme « c’est beau », pour ne prendre que cet exemple, qui est loin d’être une réalité objective. Bref, ce que certains pourraient considérer comme une dénotation absolue est une limite fictive : « L’objet qu’on dénomme, ce n’est pas un référent brut, c’est un objet perçu, interprété, évalué. L’activité langagière, dans sa totalité, est subjective. »4 La signification est au total une affaire qui relève de la linguistique énonciative, et c’est avec une certaine audace qu’elle affirme que les déictiques ont un sens5 et reçoivent au cours de leur actualisation discursive un référent.

5Au vu de ce qui précède, comment envisager le sens du roman de Kourouma qui semble défier les lois de l’impression et de l’expression linguistiques classiques ? En effet, dans Allah n’est pas obligé, l’on observe bien une sorte de brouillage stratégique où l’imaginaire se présente comme le lieu privilégié de banalisation et « d’effraction » esthétiques, comme nous tenterons de le montrer au cours de la présente analyse. Autrement dit, les éléments du réel semblent menacer visiblement la cohérence fictionnelle, à tel point qu’on se demande parfois si le travail de recoupement interprétatif ne consisterait pas à rechercher non pas des « effets » de fiction, mais plutôt des « faits » de fiction, à même de sauver leur statut cohésif.

Allah n’est pas obligé ou la fiction en sursis

6Comme l’on peut bien constater, dans une œuvre de fiction traditionnelle, même lorsqu’un auteur inscrit clairement son projet d’écriture sur l’axe du simulacre, il fait toujours un effort de cohésion et de cohérence pour que son texte se présente au bout du compte comme vrai. C’est pour cette raison qu’on parle de « vérité textuelle », au détriment de « l’impression » et du mensonge référentiels. Dès lors, parler de « vérité » textuelle vise à mettre en relief les outils syntagmatiques et paradigmatiques qui renfoncent sa structure interne et favorisent le meilleur fonctionnement de sa « fictionnalité ». L’acte interprétatif consiste alors à sauver plus l’autonomie de l’objet texte qu’à promouvoir l’émancipation des éléments référentiels. Or à la lecture d’Allah n’est pas obligé, c’est le parcours inverse que semble adopter Kourouma. Ainsi posée, la pratique d’écriture telle que mise en perspective dans le texte propose plutôt un « mensonge » textuel, qui dissimule en fait une « vérité » référentielle latente.

De l’impression référentielle à l’impression textuelle

7Dans Allah n’est pas obligé, le personnage central n’hésite pas à présenter son récit comme un véritable tissu de facéties, et cela pose quelques difficultés au niveau pragmatique. Il est bien vrai que dans certains textes de fiction, les auteurs ont souvent signalé à travers des indications paratextuelles que leur production était le fruit de l’imagination et n’avait aucune incidence sur le réel, mais une fois qu’on rentrait dans leur œuvre proprement dite, l’effort du réel semblait reprendre le dessus sur l’aspect proprement esthétique. La singularité chez Kourouma est plutôt de mettre en échec la « vérité » de son texte, au moyen des techniques d’écriture que nous allons détailler, dans les lignes qui suivent.

. L’avertissement au lecteur

  • 6 Kourouma Ahmadou, Allah n’est pas obligé, Paris, Le Seuil, 2000, p. 9.

8Comme nous l’avons énoncé plus haut, l’avertissement au lecteur, pour mentionner par exemple que l’histoire qui sera déclinée sous la forme du récit relève tout simplement de l’invention, est adressé non pas par l’auteur, mais par le personnage central de l’œuvre, Birahima : « Je décide le titre définitif et complet de mon blablabla est Allah n’est pas obligé dans les choses d’ici-bas. Je commence à compter mes salades. »6

  • 7 Kourouma, idem, p. 139.
  • 8 Kourouma, idem, p. 10.

9Dès les pages liminaires, ce personnage rompt avec les canons classiques en matière de structuration narrative, en mettant en mal le principe de la vraisemblance. Il ne s’agit plus pour lui de présenter les choses comme vraies, en donnant à son texte toute sa valeur épistémique, mais de l’inscrire sur l’axe du faux. Parfois même, il s’agit d’un brouillage générique où Birahima improvise des séquences dialogales sous forme d’adresse au locuteur potentiel, et c’est la cohésion narrative qui est ainsi menacée : « Je ne pille pas, je parie que vous ne me croirez pas. »7 Il va même souvent plus loin en cherchant à instaurer un véritable lien affectif avec ce locuteur devenu à ses yeux matériel : « Je veux bien m’excuser de vous parler vis-à-vis comme ça. »8

. Le malaise et l’agonie du texte

  • 9 Kourouma, idem, p. 51.
  • 10 Kourouma, idem, p. 9.
  • 11 Kourouma, idem, p. 156.
  • 12 Kourouma, idem, p. 10.
  • 13 Kourouma, idem, p. 41.
  • 14 Kourouma, idem, p. 57.
  • 15 Kourouma, idem, p. 63.

10Birahima manipule à son gré l’espace narratif et n’hésite pas à affaiblir les éléments qui assurent la progression textuelle. Quand il le veut, il interrompt son récit, au gré de ses humeurs juvéniles : « Voilà ce que j’avais à dire aujourd’hui. J’en ai marre, et m’arrête aujourd’hui. »9. Par ailleurs, ses performances illocutoires se limitent quelques fois à une sorte de réduplication triviale du Malinké, au moyen d’une langue française devenue étrangère à elle-même : « Mon école n’est pas arrivée très loin, j’ai coupé cours élémentaire deux. »10 Birahima excelle aussi dans l’art de la diglossie. Parlant de Johnson, l’un des personnages controversés du roman, il souligne : « Johnson fit ramasser ses morts doni-doni (doucement-doucement). »11 Cette diglossie prend aussi la forme de l’extrapolation linguistique, qui consiste à saturer le texte d’éléments hétéroclites : « Je ne dis pas comme les nègres noirs africains indigènes bien cravatés, merde ! putain ! salaud ! J’emploie les mots malinkés comme afro (sexe de mon père ou du père ou de ton père) comme gnamokodé. »12 Dans cet ordre d’idées, il donne toujours le sentiment de décliner son récit au prisme de deux univers linguistiques antithétiques, pratique qui influe sérieusement sur l’unité de l’espace textuel, comme il se donne à voir dans l’occurrence suivante : « Yacouba avait perdu son argent. On dit en français que Yacouba était complètement ruiné, totalement ruiné. »13 Cet exemple est d’autant plus intéressant car sans cette précision qui a une fonction métadiscursive évidente, la phrase aurait été confuse, « perdre son argent » pouvant avoir le même sens que « égarer son argent » et non traduire l’idée de « ruine ». D’un autre point de vue, on est souvent dans le cas d’espèce d’une simple manifestation idiolectale : « Faire la retraite de l’initiation avec des vieux copains signifie considérer comme un vrai copain »14, ou bien d’une manifestation sociolectale, sorte de traduction française de la réalité linguistique du malinké : « Les autres ont suivi, pied la route […] Je vous l’ai déjà dit, pied la route signifie marcher. »15

11Bref, toutes ces formes d’impression linguistique sont loin de soutenir la cohésion et la cohérence textuelles, ce qui pousse à se demander s’il ne s’agit pas d’une stratégie délibérée de substituer à ce « mensonge » textuel une ultime vérité qui va au-delà de ses frontières originelles. Avant de revenir sur cette question, nous nous proposons de voir comment se construit dans Allah n’est pas obligé l’expression linguistique.

De la subjectivité à l’expression objective

12Au regard de toute l’importance qu’on accorde à la subjectivité de l’activité langagière, il serait difficile, voire paradoxal, d’émettre l’idée d’une expression objective.

13Même si Kerbrat-Orecchioni a toujours défendu la thèse selon laquelle toute activité langagière était marquée du sceau de la subjectivité, il faut néanmoins reconnnaître que l’expression d’une pensée s’accompagne toujours d’un ensemble de choix opératoires visant à influencer objectivement les destinataires potentiels du message délivré. C’est donc avec raison qu’elle reconnaît :

  • 16 Kerbrat-Orecchioni, op. cit., p. 156.

Nous avons dit son omniprésence [de la subjectivité], et que la tension objectivante d’un énoncé ne pouvait jamais être qu’asymptotique. Mais on ne peut se contenter pour autant de conforts d’une formule telle que « la subjectivité est dans tout le langage » : ce serait s’interdire de percevoir les différences qui existent de ce point de vue entre telle ou telle production discursive ; ce serait nier que les possibilités de désembrayage, de distanciation, d’objectivisation, sont aussi caractéristiques du fonctionnement langagier que sa prise en charge subjective, et qu’elles fondent dans une certaine mesure la lisibilité d’un texte : au-delà d’un certain seuil d’« opacité », le texte risque, en effet […] de verser dans « l’incommunicable ».16

  • 17 De la même manière, Eco fait la différence entre les jugements perceptifs, sorte d’activité logique (...)

14Au vu de ce qui précède, on peut bien reconnaître qu’au sein même des pratiques subjectives, tout n’est pas que de l’ordre du simulacre. Autrement dit, on peut bien encore entrevoir comme le fait Umberto Eco (1999) la subjectivité comme un continuum segmentable. En ce sens, Eco établit par exemple un clair distinguo entre un énoncé occasionnel observatif (ceci est une souris) et un énoncé occasionnel non observatif (ceci est un célibataire)17. On comprend par là que dans le monde clos de la subjectivité, il est donc possible d’établir, à un second niveau, une sorte de hiérarchisation des échelles des valeurs subjectives.

  • 18 Kerbrat-Orecchioni, idem, p. 148.

15Par ailleurs, Kerbrat-Orecchioni atteste que lorsqu’un énoncé de nature subjective est repris, dans le cadre d’un discours rapporté (tout en insistant sur le fait que les propos tenus par le locuteur 0 doivent exactement être reproduits par le locuteur 1), on peut considérer cet énoncé comme objectif. En d’autres termes, même si le locuteur 1 ne fait qu’extérioriser l’idée subjective émanant de la pensée du locuteur 0, le nouvel énoncé qu’il subsume peut revêtir une dimension objective : « Il existe […] un type et un seul de comportement langagier qui peut être à 100 % objectif : c’est le discours qui reproduit, intégralement, en style direct, un énoncé antérieur. »18

  • 19 Bally Charles, Linguistique générale et linguistique française, Francke, Berne, 1932, p. 36.

16Dans ces conditions, le rôle de la mémoire est décisif dans ce processus d’objectivation des éléments subjectifs. Bien plus, les données d’expérience, qui permettent de vérifier l’effectivité des propos du locuteur 0, sont aussi primordiales. C’est ainsi que Bally distingue deux types de facteurs qui facilitent la représentation de la pensée. Le premier est lié à « l’imagination », à « la mémoire » et à « […] l’opération psychique que le sujet opère sur elle »19. Cette opération psychique est alors médiatisée, d’après cette conception, par le modus. Le deuxième facteur concerne le contenu de la représentation, ou dictum :

  • 20 Bally, idem, p. 36.

La phrase explicite comprend donc deux parties : l’une est le corrélatif du procès qui constitue la représentation (p. ex. la pluie, une guérison) ; nous l’appellerons, à l’exemple des logiciens, le dictum. L’autre contient la pièce maîtresse de la phrase, celle sans laquelle il n’y a pas de phrase, à savoir l’expression de la modalité, corrélative à l’opération du sujet pensant. La modalité a pour expression logique et analytique un verbe modal (p. ex. croire, se réjouir, souhaiter), et son sujet, le sujet modal ; tous deux constituent le modus, complémentaire du dictum.20

  • 21 Ducrot croit aussi, malgré toutes ses objections, à une modalité objective : « On voit tout de suit (...)

17Par ailleurs, Nicole Le Querler, partant de la problématique des modalités, résume bien notre idée qui touche à l’expression objective des données subjectives, en faisant une synthèse édifiante entre modalité subjective, intersubjective et objective21 :

  • 22 Le Querler Nicole, Typologie des modalités, Caen, Presses Universitaires de Caen, 1996, p. 63-64.

Ou bien la modalité est l’expression seulement du rapport entre le sujet énonciateur et le contenu propositionnel : c’est une modalité subjective ; ou bien il s’agit d’un rapport établi entre le sujet énonciateur et un autre sujet, à propos du contenu propositionnel : c’est une modalité intersubjective ; ou bien encore le sujet énonciateur subordonne le contenu propositionnel à une autre proposition : il s’agit d’une modalité qui ne dépend ni de son jugement, ni de son appréciation, ni de sa volonté. C’est une modalité objective.22

18C’est donc à partir de ces arguments que nous allons montrer comment même dans ses projections subjectives et passionnelles, Birahima, le jeune héros d’Allah n’est pas obligé, parvient à donner des valeurs de « vérité » à ses performances linguistiques, bien que spéculatives, a priori.

. De la rumeur à la réinvention de l’information vraie

19À la lecture du roman de Kourouma, on se rend bien compte que les événements se déroulent globalement en Afrique de l’Ouest, dans les années chaudes des conflits inter-régionaux, avec comme pays impliqués, la Sierra Léonne, le Libéria, et des acteurs connus tels Taylor, Foday Sankoy, etc. Cependant, ces toponymes et personnages de la vie réelle sont réinventés sous forme esthétique et le sens même du roman relève de la place qu’occupe la rumeur et la manière dont elle alimente l’univers discursif.

  • 23 Kourouma, op. cit., p. 10.
  • 24 Kourouma, idem, p. 19.
  • 25 Kourouma, idem, p. 12.

20La rumeur est considérée de manière générale comme une parole anonyme, qui se diffuse en masse et à la source invérifiable. Parfois la rumeur est tout simplement associée à une « anomalie », à un écart de langage qui s’alimente du mystère et de la défiance. En revanche, l’usage du discours de la rumeur par Birahima, bien que marqué du sceau de la subjectivité, instille pourtant des effets du réel. En effet, la rumeur se présente dans Allah n’est pas obligé comme un outil d’argumentation et de communication efficace. C’est pourquoi elle relève moins de la manipulation que de la persuasion discursive, comme on peut le constater dans ces propos de Birahima, dans sa tentative de définition de ce qu’il entend par république bananière : « République bananière signifie apparemment démocratique, quoique régie par la corruption. »23 Malgré l’utilisation de l’adverbe « apparemment », qui induit la modalité du doute, le jeune enfant ne fait que reprendre en fait le stéréotype par lequel on désigne des états despotiques. La rumeur s’explique ici par le fait que Birahima se comporte comme s’il s’agissait d’un acte illocutoire spontané et subjectif. Or, cette éventualité est vite battue en brèche puisqu’il ne manque pas d’affiner par la suite ses propos en soulignant implicitement le fait qu’on est bien en réalité devant des états corrompus, et non démocratiques. La conjonction de subordination « quoique » permet de soutenir effectivement cette hypothèse sur des propos plutôt mûrement réfléchis, et non spontanés. La rumeur devient dans ces conditions mise en valeur de la parole ironique. D’un point de vue global, il s’agit de la matérialisation d’une conception normalisée d’un sociolecte partagé, en rapport avec une réalité du monde précise. Autrement dit, l’expression « république bananière » fait pratiquement partie des connaissances encyclopédiques, tant elle renvoie à des états où la démocratie est encore chancelante. Birahima s’inspire à ce titre du discours de la rumeur pour instiller le détail « vrai » qui permet de caractériser lesdits états. La rumeur pour lui est subséquemment une sorte de vérité attestée au second degré. Dans l’exemple qui va suivre, il se sert, en ayant recours à la même technique, des normes linguistiques africaine et française pour donner un contenu véridique à ses propos, pourtant traversés par le souffle de la rumeur : « Ma (à propos de sa mère), ça venait de mon ventre, disent les Africains, de mon cœur, disent les français de France. »24 Par ailleurs, il excelle aussi dans la feintise oratoire. Au lieu par exemple de produire directement un énoncé juste, il commence par énoncer une proposition fausse, avant de s’aviser par la suite. C’est ainsi qu’il affirme, en guise de présentation : « Me voilà présenté en six points pas un de plus en chair et en os avec en plume ma façon incorrecte et insolente de parler. Ce n’est pas en plume qu’il faut dire, mais en prime.»25

. La valeur testimoniale des sources

  • 26 Kourouma, idem, p. 9.

21Dans son contrat discursif, Birahima, bien que faisant preuve de subjectivité significative, permet parfois implicitement de recouper les sources des informations qu’il rend publiques. C’est ainsi qu’il s’appuie tout au long du récit sur des parémies proverbiales ou des maximes, sorte de vérité générale pour donner des valeurs du réel à ses propos. D’une certaine manière, l’usage de ces techniques permet une sorte de fixité référentielle des sources citées. S’agissant particulièrement des parémies, elles sont puisées dans un fond commun de sagesse populaire et restent un micro-genre souple et mono-isotope. Dès lors elles ne font parfois que reprendre une doxa figée et consensuelle, et c’est pourquoi Kleiber (1988) estime qu’elles fonctionnent comme des unités codées qui renvoient à des vérités générales. Les parémies ont ainsi en général pour fonction d’accréditer une vérité acceptée et reconnue par une communauté linguistique donnée. Birahima, dans cette logique peut alors affirmer : « J’ai quitté le banc parce que tout le monde dit que l’école ne vaut plus rien, même pas le pet d’une vieille grand-mère. C’est comme ça on dit en nègre noir africain indigène quand une chose ne vaut rien. »26

  • 27 Kourouma, idem.
  • 28 Kourouma, idem, p. 55.

22En revanche, bien qu’ayant recours à cette parole sociale, il ne manque par de l’opposer à la parole subjective, puisqu’il ajoute à la suite de ses propos : « On dit ça vaut pas le pet de la grand-mère parce que le pet de la grand-mère ne fait pas de bruit et ne sent pas très mauvais. »27 Par ailleurs, Birahima n’hésite pas quand il le trouve nécessaire à indiquer les sources de ses propos, qui sont de véritables stéréotypes sociaux, comme nous avons déjà essayé de le montrer. C’est ainsi qu’il affirme avec l’assurance de celui qui recoupe les sources de ses informations : « […] Et le mec qui faisait le faro avec Kalachnikov derrière la moto (Le mot faro n’existe pas dans Le petit Robert, mais ça se trouve dans Inventaire […] ça veut dire faire le malin. »28 Il s’appuie aussi sur d’autres ouvrages de référence comme le dictionnaire Harrap’s, qu’il cite explicitement, lorsqu’il s’essaye dans le multilinguisme. On apprend alors que « small soldier » veut tout simplement dire « enfant-soldat », dont il est la tête de proue dans le roman. Parfois même, la convocation des sources prend une allure mathésique et dans cet ordre d’idées, le lecteur peut ainsi apprendre qu’un pays comme la Sierra Leone a été colonisé par l’Angleterre en 1808 et a fini par obtenir son indépendance précisément le 27 avril 1961.

23Au total, le mérite de Birahima est d’utiliser la subjectivité langagière et tout ce qui participe de l’illusion ou mieux de l’impression énonciative pour nous plonger au cœur même des réalités objectives.

Kourouma : de la réalité de la fiction à la fiction de la réalité

  • 29 Dans son ouvrage, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999, p. 199, Schaeffer élabore très clai (...)

24Dans Allah n’est pas obligé, la fiction opère dans la réalité tout comme celle-ci a une influence manifeste sur l’ordre fictionnel. C’est pourquoi certains contenus informationnels livrés par Birahima échappent manifestement à l’interprétation classique au regard des valeurs de vérité qu’ils sous-tendent, même sur la toile de fond d’une manipulation subjective des instruments linguistiques. Si Birahima affirme bien que sa performance verbale (illusion textuelle) relève de la pure fiction, ne nous plonge-t-il pas paradoxalement dans le contexte réel (vérité référentielle) de la guerre civile qui a déchiré la sous-région de l’Afrique de l’Ouest et qui a tranformé des enfants en machine à tuer ? De ce qui précède, il s’agit pour tout interprète de tenir aussi compte de ce qui a lieu avant l’acte énonciatif même, c’est-à-dire pour parler comme Eco, avant la sémiose. Et trois facteurs, comme nous avons pu le montrer, permettent de concevoir l’objectivité du sens, que nous avons posée comme hypothèse directrice de notre réflexion : la mémoire, l’expérience et la culture, au sens de valeur et d’univers de croyance. Plus significativement, le fameux « effet de réel » proposé par Barthes, qu’il définissait précisément comme « le détail inutile », « l’objet ni incongru ni significatif » (1968), perd de son actualité, le « sens du réel », traversant de part en part le roman de Kourouma. De ce fait, l’expérience de la « feintise esthétique », à partir de laquelle la tension fictionnelle se résout dans le réel finit par céder le pas à une interprétation singulière, qui consiste davantage à reconstruire la cohérence fictionnelle d’ensemble. Ainsi, avec Allah n’est pas obligé, le rapport entre fiction et réalité dépasse le cadre d’un simple rapport différentiel et devient une question de continu à seuils. En s’appuyant sur Schaeffer, on peut dire que la fiction sérieuse, qui subsume la création littéraire chez Kourouma, est une fiction instrumentale, parce que instrumentalisée par des processus représentationnels non fictionnels. Par une sorte d’inférence vérifonctionnelle, elle se referme sur elle-même et n’a d’autres finalités que d’anticiper le sens que l’interprète aurait pu construire, à la fin de son travail de recoupement sémantique. Du fait donc que la fiction sérieuse n’établit pas de différence directe entre ce qui relève de la fiction et ce qui découle de la réalité, elle favorise une pratique signifiante fondée à la fois sur le fictif et le factuel. Somme toute, nous donnons raison à Schaeffer qui rejette l’idée d’une dualité des structures de représentations, où les unes se poseraient comme fictionnelles et où les autres participeraient de plein droit aux processus référentiels29.

25Au bout du compte, nous avons essayé de montrer que l’esthétisation de l’impression et l’expression linguistiques dans Allah n’est pas obligé participait d’une écriture de la médiation, où les termes catégoriels censés s’exclure subsumaient plutôt des relations de complémentarité. Pour ce faire, nous avons pu voir que la question du clivage entre le monde de la fiction et l’univers du réel se re-problématisait, par le travail interprétatif, plus comme médiation que comme transcendance. Dans ces conditions, le texte de Kourouma permet de tendre de façon décisive vers de nouveaux paradigmes signifiants où la fiction s’imbrique dans le réel et où le réel participe de l’activité fictionnelle. Dans cette posture où la complexité n’est plus synonyme de complication ni de confusion, c’est le principe même de continuité qui est mis en avant, aux dépens des catégorisations de l’ordre discret. La dynamisation de cette complexité du fait littéraire permet en définitive de penser le sens plus comme une réalité associative qu’oppositive et dichotomique.

Notes

1 « Le problème qui se pose, affirment-ils, lorsqu’on veut aborder le discours du point de vue génératif, n’est donc pas celui du référent donné à priori [sic], mais de la référentialisation de l’énoncé, qui implique l’examen des procédures par lesquelles l’illusion référentielle – l’effet de sens « réalité » ou « vérité » –, proposé par R. Barthes se trouve constituée. Parmi ces procédures, dont l’étude globale n’est pas encore entreprise, on peut noter par exemple, l’ancrage spatio-temporel (l’emploi des toponymes et/ou de chrononymes donnant l’illusion de la « réalité ») ou le débrayage interne […] qui référentialise le segment discursif à partir duquel le débrayage est effectué », Courtés Joseph, Greimas Algidas-Julien, Sémiotique – Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette, 1993, p. 312-313.

2 Ducrot Oswald, « À quoi sert la modalité ? », in Dittmar Norbert & Reich Astrid (éds), Modalité et acquisition des langues, Berlin, Walter de Gruyter, 1993, p. 128.

3 Kerbrat-Orecchioni Catherine, L’énonciation de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, 1980.

4 Kerbrat-Orecchioni, idem, p. 68-69.

5 Kerbrat-Orecchioni, idem, p. 44.

6 Kourouma Ahmadou, Allah n’est pas obligé, Paris, Le Seuil, 2000, p. 9.

7 Kourouma, idem, p. 139.

8 Kourouma, idem, p. 10.

9 Kourouma, idem, p. 51.

10 Kourouma, idem, p. 9.

11 Kourouma, idem, p. 156.

12 Kourouma, idem, p. 10.

13 Kourouma, idem, p. 41.

14 Kourouma, idem, p. 57.

15 Kourouma, idem, p. 63.

16 Kerbrat-Orecchioni, op. cit., p. 156.

17 De la même manière, Eco fait la différence entre les jugements perceptifs, sorte d’activité logique inférieure qui crée le monde subjectif de la conscience empirique, (jugements comme « lorsque le soleil illumine une pierre celle-ci se réchauffe »), qui peuvent être faux tout en restant toujours contingents et les jugements d’expérience, en revanche, qui permettent d’établir des relations nécessaires (ils affirment « le soleil réchauffe la terre »), Umberto Eco, Kant et l’ornithorynque, Paris, Grasset & Fasquele, p. 107.

18 Kerbrat-Orecchioni, idem, p. 148.

19 Bally Charles, Linguistique générale et linguistique française, Francke, Berne, 1932, p. 36.

20 Bally, idem, p. 36.

21 Ducrot croit aussi, malgré toutes ses objections, à une modalité objective : « On voit tout de suite que la notion de modalité […] présuppose que l’on puisse séparer, au moins en théorie, l’objectif et le subjectif. Notamment elle exige qu’il y ait une part isolable de la signification qui soit pure description de la réalité », Ducrot, 1993, « À quoi sert la modalité ? », in Dittmar Norbert & Reich Astrid (éds), Modalité et acquisition des langues, Berlin, Walter de Gruyter, p. 111-129.

22 Le Querler Nicole, Typologie des modalités, Caen, Presses Universitaires de Caen, 1996, p. 63-64.

23 Kourouma, op. cit., p. 10.

24 Kourouma, idem, p. 19.

25 Kourouma, idem, p. 12.

26 Kourouma, idem, p. 9.

27 Kourouma, idem.

28 Kourouma, idem, p. 55.

29 Dans son ouvrage, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999, p. 199, Schaeffer élabore très clairement une théorie d’ensemble du statut pragmatique des productions fictionnelles, qui repose sur trois principaux postulats : i) la feintise ludique, à partir de laquelle la tension fictionnelle s’exerce, dans une sorte d’auto-réflexivité. Ce n’est pas estime-t-il parce que le processus d’immersion a une nature ludique qu’il n’est pas susceptible de générer des valeurs cognitives. Les produits de l’immersion fictionnelle sont eux aussi soutenus par un mécanisme de nature mimétique qu’il convient de mettre en lumière ; ii) l’immersion mimétique, entendue comme la représentation factice du réel. Ici le leurre apparaît comme son principal corrélat. Il s’agit d’un prolongement de la conception platonicienne du réel ; iii) la modélisation analogique, sorte de relation qui existe entre les produits issus de l’immersion fictionnelle et ceux relevant d’autres univers mimétiques. Ici Schaeffer fait référence à la vision aristotélicienne de l’art et rejette en somme l’idée d’une dualité des structures de représentations, où les unes se poseraient comme fictionnelles et les autres participant de plein droit aux processus référentiels : « La fiction procède certes à travers des leurres préattentionnels, mais son but n’est pas de nous leurrer, d’élaborer des semblants ou des illusions ; les leurres qu’elle élabore sont simplement le vecteur grâce auquel elle peut atteindre sa finalité véritable, qui est de nous amener à nous engager dans une activité de modélisation, ou pour le dire plus simplement, de nous amener à entrer dans la fiction. »

Auteur

Université Toulouse II – Le Mirail

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search