Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abécédaire insolite des francophonies

 | 
Christiane Chaulet-Achour
, 
Brigitte Riéra

A comme Altérités

Molly Grogan Lynch

Texte intégral

Odyssées : des altérités intimes

1Nous proposons des approches de lecture d’écritures francophones contemporaines sur le thème des altérités intimes, c’est-à-dire du sentiment d’être « autre », dans des situations ou non de voyage ou de déplacement. La question identitaire, fil conducteur du corpus, découle autant d’appartenances multiples à l’heure de la globalisation que de l’immigration stricto sensu. Au bout d’un siècle fortement marqué par des phénomènes migratoires, qui serait l’étranger et par quels critères l’identifier ? La rapidité et l’étendue des mouvements de toutes sortes qui sont possibles actuellement, font de l’identité un concept toujours plus fluide.

2Au carrefour des échanges depuis ses débuts, la littérature francophone est un terreau fertile pour examiner les rapports entre l’Autre colonial et le Moi colonisé. Aux impérialismes et aux indépendances d’autrefois, ont succédé les exils et les diasporas, sans que soient résolus les dilemmes. À la lumière de telles mutations, nous proposons un corpus d’œuvres diverses et multiformes de la francophonie actuelle, pour révéler en quoi elles pourraient être porteuses de sens pour des publics diversifiés confrontés aux altérités parfois inavouées, dans une France multiple qui hésite encore à se reconnaître.

3Avec l’Odyssée d’Homère comme point de départ, ce travail prend pour pré-acquis une familiarisation avec les errances d’Ulysse en quête de sa Pénélope, surtout ses rencontres conflictuelles avec l’Étranger. Bestiale, barbare, dangereux, séducteur : l’Autre vu par Homère n’est jamais aussi méprisable que dans l’opacité de ses coutumes. Ainsi, une étude préalable de l’épopée grecque pourrait être envisagée, sous forme de morceaux choisis soulignant les temps forts du voyage en mer des Achaeans et de leurs rencontres avec Lotophages, Cyclopes et autres monstres, déesses et sauvages [cf. « O comme Odyssée »]. Pour notre part, nous tenterons de déceler, dans les textes choisis, des éclaircissements fructueux sur l’évolution initiée au cours du dernier siècle, de « ce qui est autre » jusqu’à « la reconnaissance de l’autre dans sa différence ».

4Notre souci directeur est de trouver des repères, les œuvres se prêtant à des lectures croisées ou individuelles. Lues dans l’ensemble, elles font apprécier la diversité des regards sur la vieille question de l’appartenance, ainsi que la multidisciplinarité des approches venant de la création francophone, puisant dans le cinéma, le roman, le théâtre et la bande dessinée. Disponibles sur un choix de supports (en DVD notamment), elles offrent diverses possibilités de présentation (lecture, écoute, visionnement…), ce qui a le mérite de faciliter leur intégration dans la transmission quelle qu’elle soit. On pourrait aussi comparer ce corpus francophone avec des œuvres de la littérature française, en rapport, elles aussi, avec la thématique de l’altérité : Montesquieu (Lettres persanes), Voltaire (Candide), Chateaubriand (Les Natchez), Loti (Roman d’un Spahi), Michaux (Un Barbare en Asie), Camus (L’Étranger), Tournier (Vendredi, ou les Limbes du Pacifique), ou encore Artaud, Rimbaud et Baudelaire…

Le corpus francophone choisi est le suivant

5Les Passeurs (long-métrage), de Hejer Charf ; Une étoile pour Noël, ou l’ignominie de la bonté (théâtre), de Nasser Djemaï ; Mes mauvaises pensées (roman), de Nina Bouraoui ; Persepolis (bande dessinée), de Marjane Satrapi ; et En famille (roman), de Marie NDiaye. À l’exception de ce dernier, tous les textes ont été publiés depuis 2003.

6Depuis les années 1990 et la percée des études postcoloniales dans les universités nord-américaines et anglaises, il revient désormais à l’ancien sujet colonial le droit d’écrire sa propre version de l’histoire (« the Empire writes back »). Maniant, pour mieux les subvertir, clichés et poncifs, affichant leurs souffrances afin de mieux les adoucir, s’exposant parfois, pour que d’autres puissent en tirer des leçons, les auteurs réunis ici racontent les fluidités et désignent les pierres d’achoppement des identités plurielles forgées à l’heure des déterritorialisations multiples, par une écriture et une mise en scène du Moi très actuelles.

7En guise de présentation de notre démarche, le tableau ci-après (p. 10) peut servir de fil conducteur aux différentes approches à développer autour de notre corpus.

Les Passeurs : Voyages à travers l’interculturel québécois

8Le long-métrage, Les Passeurs (2003), de Hejer Charf propose autant de parallèles utiles avec l’œuvre fondatrice d’Homère que de contrastes révélateurs. Cette allégorie aux dimensions homériques dans l’Amérique du XXIe siècle, se construit autour d’un certain Ulysse montréalais, cinéaste en herbe nourrissant le projet d’enquêter sur l’identité québécoise. Or, alors que le guerrier d’Homère est envoyé malgré lui dans des contrées lointaines, c’est le grand monde qui vient jusqu’au héros de Charf, lui permettant d’effectuer un voyage intérieur pour répondre à ses questions : sur quoi s’appuie l’appartenance dans des sociétés à fort taux d’immigration ? Le vocable « étranger » a-t-il un sens dans le monde actuel ? Quel rôle la langue joue-t-elle dans l’imaginaire et dans la construction identitaire ? Sa quête le conduira à interroger, à travers l’objectif inquisiteur de Charf, une vingtaine de personnes abordées sur le boulevard Saint-Laurent, grande artère des entrées et des échanges dans la ville de Montréal. Si l’Ulysse homérien maniait la ruse et la force pour échapper à l’ennemi, voire neutraliser ses dangers, celui des Passeurs fait preuve de patience sensible et d’une écoute attentionnée afin de mieux réfléchir au sens profond de ce « je [qui] est un autre ».

9Loin des clichés et des nationalismes, le Québec vu par la cinéaste s’affiche dans toute sa diversité et dans des proportions qui reflètent le profil ethnique des flux migratoires au Canada depuis les années 1990. Chinois, Laotien, Indien, Haïtien, Égyptien, Amérindien, Métis : les Québécois rencontrés en 2002 partagent l’espoir des lendemains meilleurs, grâce au « contrat moral » d’intégration mis en œuvre par le gouvernement du Premier Ministre du Québec, Robert Bourassa (1985-1994). L’exemple de l’un des « figurants » du film, le peintre chinois Pierre Ru Liang Zhou, est à retenir en ce sens, ce dernier étant arrivé au Québec avant que l’intégration des immigrants ne devienne un mot d’ordre du gouvernement, un fait que trahit son ignorance de la langue française.

10Ce qui ne veut pas dire que les Québécois « pure laine » vivent cette mixité dans une parfaite tranquillité. Comme le Ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration du Québec nous le rappelle (et comme il est évoqué dans le film, à travers certains échanges instructifs) :

La difficulté de vivre au quotidien des relations intercommunautaires harmonieuses dans une société qui soit à la fois francophone, démocratique et pluraliste suscite aussi parfois, de part et d’autre, des réactions de rejet ou de repli sur soi.

11La lecture des Passeurs s’approfondirait en fonction des connaissances de l’histoire moderne du Québec. Une courte présentation socio-historique serait souhaitable pour alimenter une discussion autour des déclinaisons possibles de la francophonie actuelle. Cette présentation pourrait aborder, en dehors des dates clés de l’histoire québécoise, les questions identitaires qui ont accompagné la population francophone canadienne tout au long de son « odyssée » au Nouveau Monde, ponctuée par la « Révolution Tranquille » des années 1960. Une telle introduction s’avérerait instructive, dans la mesure où le grand tournant dans l’histoire de la Belle Province joue un rôle clé dans la démarche de Charf. Par le biais d’un intertexte cinématographique (Le Chat dans le sac, de Gilles Groulx, 1964), ainsi que d’une rencontre entre les Passeurs et la comédienne du même film, la réalisatrice arrive à entamer une discussion autour des clivages identitaires historiques et la façon dont la création artistique pourrait ouvrir la voie vers une prise de conscience salvatrice.

En l’invitant au débat, la réalisatrice tire volontairement la leçon de la réconciliation des deux communautés historiques du Québec (les « deux solitudes », francophone et anglophone, conçues en tant que telles en fonction de leurs caractères prétendument « distincts », socialement et culturellement, l’une de l’autre), pour la construction d’une société multiculturelle exemplaire.

12Ce propos se tisse par étapes, au fur et à mesure que la cinéaste s’attarde sur trois volets différents d’une réflexion générale sur l’Altérité. Les extraits suivants seraient à visionner :

Temps

Sujet

Thèmes

15 : 30-16 : 30

Présences chinoises

diaspora

21 : 00-26 : 00

« Le Chat dans le sac »

altérité

26 : 00-27 : 00

Appartenances amérindiennes

métissage

31 : 05-36 : 11

Intégrations asiatiques

identité

13Ainsi, la discussion pourrait s’organiser autour des axes thématiques pour interroger la construction de l’identité, les origines de l’altérité, la notion de diaspora et les enjeux du métissage. C’est néanmoins en reprenant le motif homérien proposé par Charf que le débat promet d’être le plus fructueux ; ce clin d’œil permet de voir à quel point le récit d’Ulysse voyageur resterait un motif pertinent dans la construction des topoi dans les sociétés d’origine européenne, et comment Charf ressuscite la figure du guerrier homérien pour le subvertir plus habilement.

14Il est aussi nécessaire de s’engager dans une étude des « écritures » du Moi présentes dans ce film qui entremêle savamment fiction, documentaire et intertexte littéraire et musical, et dont la juxtaposition de voix et d’images crée une polyphonie aux accents utopiques. Comment se présente-t-on, se définit-on ? Quel rôle peut jouer l’art dans l’épanouissement identitaire, dans l’ouverture aux altérités ? Et que peut faire la mise en relation pour surmonter les différences ? De par ses nombreux questionnements, Les Passeurs pose les bases des études à suivre.

Une étoile pour Noël : tentations assimilationnistes dangereuses

15À l’opposé des rencontres heureuses filmées dans les rues de Montréal par Charf, le récit intime raconté par Nasser Djemaï dans sa première pièce de théâtre, fait comprendre les épreuves d’un jeune beur qui rêve d’en finir avec ses origines. L’écrivain et comédien d’origine algérienne, pour lequel l’histoire de Nabil/Noël résonnerait au-delà de la fiction, nous invite à prendre conscience des peurs et des aspirations de l’Autre qui ne veut que devenir notre semblable. Une étoile pour Noël, ou l’Ignominie de la bonté résume les défis d’une telle démarche lorsque s’identifier, c’est s’aliéner soi-même. La politique assimilationniste de la France coloniale est remise ici en cause à travers les portraits impertinents (quoique stéréotypés) de quelques figures clés de cette France des Empires : le Maître d’école, le Curé et la Blanche bien-pensante. Transposant ceux-ci dans la France d’aujourd’hui, Djemaï remet en question le modèle républicain, lorsque le parcours ouvert aux jeunes « issus de l’immigration » reste anormalement tronqué par rapport aux possibilités offertes à leurs concitoyens ethniquement français.

16Cependant, et quoique le destin le place à l’école française « solidaire, égalitaire et fraternelle » (comme le veut sa « Prof », zélatrice de la devise républicaine, qu’elle reprend toutefois à sa façon), c’est plutôt sur les choix faits par Nabil tout au long de son « odyssée » que l’auteur s’attarde. À l’école comme à l’aumônerie, dans la rue comme chez la grand-mère d’un camarade de classe, Nabil/Noël effacera soigneusement toute trace de ses origines, travaillant son parler, déteignant ses cheveux, changeant de prénom et reniant sa famille. Ce n’est qu’après l’obtention de son baccalauréat (avec « félicitations du jury » pour témoigner de son intégration intellectuelle) qu’il comprendra, trop tard, le point d’arrêt de son rêve d’assimilation. Sa famille « d’adoption », avec bonne conscience, n’hésite pas à lui en faire la leçon : n’est Français que celui qui l’a toujours été, de génération en génération.

17Djemaï regarde les différentes institutions françaises avec un mélange de respect et de lucidité, mais fait ressentir aussi les pièges de l’exclusion sociale, du père illettré jusqu’au « grand frère » déscolarisé. La réussite passe par l’école, certes, mais avec quels débouchés en perspective ? La pièce présente – aidée dans cette tâche par la verve de l’écriture et l’humour des portraits – une approche plus sensible des questions posées par Charf. Quels sont les mécanismes de l’altérité/de l’appartenance ? La rencontre de l’Autre pourrait-elle nourrir un entre-deux identitaire tolérant et équilibré, ou bien, serait-elle un geste impossible ? Et la part des soi-disant bonnes intentions, ou des préjugés, dans l’accueil fait à l’étranger ?

18Succincte et morale, quitte à frôler la démagogie, la pièce (d’une quarantaine de pages) peut lancer une discussion fertile en rebondissements. Djemaï, qui joue seul sur scène une dizaine de personnages, venant des deux côtés d’une ligne de démarcation culturelle quasi infranchissable, fait s’entrechoquer des contrastes « frappadingues », pour paraphraser Jean-Luc racontant sa rencontre avec le père de Nabil, mais pertinents. Très actuelle par le biais de son écriture et de sa thématique, Une étoile pour Noël rappelle que le voyage à la rencontre de l’Autre passe aussi par « chez nous » et que l’étranger est notre semblable, et inversement.

Mes mauvaises pensées, ou la fabrique du Moi

19La crise identitaire de Nabil illumine tangentiellement les inégalités touchant les communautés migrantes en France. Le 9e roman de Nina Bouraoui se fait la tâche exclusive de sonder les intimités inavouables de la double appartenance franco-algérienne. Adoptant les enjeux de la psychanalyse, Mes mauvaises pensées expose les faciès multiples d’une identité en crise et à la recherche d’un appui – qui se révélera topographique – entre dépits amoureux et conflits familiaux. La célèbre formule de Rimbaud prend tout son sens chez la narratrice, qui s’avoue être tenaillée par le sentiment d’être « étrangère à l’intérieur d’ellemême » (p. 113) parce qu’elle a traversé le monde et en a été traversée en retour (p. 99).

20Mes mauvaises pensées élargit, en effet, notre champ de réflexion jusqu’au rôle du topos dans la fabrique du Moi. Bouraoui creuse la question en profondeur, dessinant un triangle géographique et sentimental entre trois villes à forte charge émotionnelle pour elle : Alger, qui a habillé son enfance de ses brillances d’été éternel et qui reste le lieu de résidence de son père ; Paris, dont les tours et les rues enferment pour toujours ses douleurs adolescentes lorsqu’elle y est envoyée pour tenir compagnie à sa mère souffrante ; et Rennes, berceau de sa famille française, qui lui laisse pour toujours l’odeur du renfermé et de la mort.

21Si Alger demeure son « paradis silencieux qu’elle tient secret » (p. 13-76), mais auquel elle ne pourrait jamais retourner, Paris prête un cadre hostile, puis « neutre » à la découverte de sa différence. Adolescente déboussolée par un « avant » algérien, transformé du jour au lendemain en un « présent » français, la narratrice de Mes mauvaises pensées doit affronter le tiraillement impossible entre deux identités, avec une seule sortie possible : « devenir une autre » (p. 110). Elle ne s’y habitue qu’en adoptant la posture de caméléon, ce qui rappelle les gestes de Nabil :

Je m’achète de nouveaux vêtements, je change de coiffure, je perds mon accent, je change, vite, ou plutôt je me tue, vite, j’apprends, je m’intègre, et je me désapprends. (p. 101)

22Or, la narratrice se voit dotée aussi de cette particularité qui serait d’intérioriser les lieux qu’elle a connus : c’est-à-dire, de constater à tout moment une « pénétration de lieu dans [son] corps » (p. 73). Ainsi, chaque endroit occupé finit par s’inscrire dans sa mémoire et, en s’effaçant, conduit à un sentiment de manque insupportable : quitter Alger pour Paris, c’est non seulement provoquer une métamorphose pénible, mais entraîner aussi une rupture irréparable, le rapprochement de sa famille rennaise semblant anéantir tout espoir de retour. Avec le béton parisien menaçant de sceller l’infléchissement de son destin en une réalité plus forte et plutôt crue, l’imaginaire enfantin de la narratrice s’épuise, sans que la jeune femme troque sa lucidité lors de l’échange :

je perds ma lumière, je perds l’odeur des champs de marguerites sauvages, je perds la chaleur du corps, j’apprends à vivre au 118 rue Saint-Charles – deuxième étage droite d’un petit immeuble moderne à balcon-croisillons (p. 101).

23Pour sortir du circuit obsédant, et une fois arrivée à l’âge adulte, la narratrice se met à voyager – Zurich, Nice, Miami, La Baule, Boston, Séville, les Seychelles, la Corse – dans la quête infinie d’un lieu qui la réconcilierait avec ce qu’elle est devenue. Mais si sa « peur de l’autre » (p. 153), chez l’autre comme en elle-même (p. 19), s’estompe au fur et à mesure de sa thérapie, c’est qu’elle a trouvé le remède à ses angoisses : l’écriture. C’est par ce seul moyen que la narratrice, qui est aussi romancière, trouve sa place dans un monde fait d’affinités et de partages, mais aussi de violences, et qui a vu naître la franco-algéroise.

24Tirer sa partie d’une altérité conflictuelle, en se confrontant à l’Autre et à elle-même lors de ses déplacements, c’est « l’odyssée » que s’est fixée Nina Bouraoui dans la certitude que, lorsqu’une âme assiégée par tant d’identités « se dévore » (p. 9), il vaut mieux « déconstruire avant de [se] construire » (p. 285).

Persepolis, ou le trans-nationalisme salutaire

25Le thème du voyage prend une nouvelle dimension dans un troisième récit de la francophonie contemporaine, mais sous forme de bande dessinée. Il s’agit de l’œuvre autobiographique de Marjane Satrapi, Persepolis, et dont l’adaptation cinématographique a fait connaître celle-ci à un public international. Plus particulièrement intéressante pour notre étude est la deuxième partie du récit, où la dessinatrice raconte ses années lycéennes à Vienne et la crise identitaire qu’elle y traverse. Comme il l’était pour la narratrice de Mes mauvaises pensées, l’arrachement brutal au foyer familial marque une étape décisive dans la vie de la jeune protagoniste, poussée dans le monde sans avoir la maîtrise de ses mécanismes parfois néfastes. L’Autre et les altérités intimes en sortiront comme des thèmes à exploiter pleinement, la qualité graphique des dessins facilitant l’accès pour tout public de lecteurs.

26Or, si la double appartenance mine la quête identitaire de Djemaï et Bouraoui, Satrapi se mesure à un trans-nationalisme plus large, qui déroute tout autant qu’il semble nourrir une formidable ouverture sur l’Autre. Là où Nabil force la réconciliation entre deux mondes que tout semble séparer, et N. Bouraoui s’empêtre dans un chevauchement de liens familiaux et culturels, la jeune Marjane débarque à Vienne dans le vide absolu, sans attache aucune et sans même une langue de communication, à part le français. Trouver son chemin, c’est d’abord gérer les nouvelles relations, les camarades de classe et les (nombreuses) logeuses, en premier lieu. Les inévitables transformations en découleront, à l’instar des autres protagonistes adolescents, mais avec un look « punk » totalement étranger à la jeune iranienne : cheveux en épi, gros traits d’eye-liner, tenue noire et épingles à nourrice pour seul bijou.

27Il n’empêche que le résultat choque la sensibilité de cette fille de 16 ans, encore très inspirée des conseils de sa grand-mère : « Rester toujours digne et intègre à toi-même ». L’impression troublante de « s’éloigner de sa culture, de trahir ses parents et ses origines », pire, de « se laisser prendre dans un jeu qui n’était pas le sien » la réveille tout de même à elle-même, intégrant la conviction profonde que la rencontre avec l’Autre est une « endurance » insupportable dans l’absence de tout sentiment affectif.

28Ainsi, après quatre années de solitude et d’incompréhension à Vienne, et au bout de longs mois d’échec scolaire provoqué par l’abus de stupéfiants, suivis d’une période de clochardisation – bref, dans une situation de dénuement émotionnel absolu – l’héroïne éprouve le besoin imparable de rentrer pour trouver ses semblables. Elle ne prend pas encore conscience du sentiment d’être devenue une étrangère pour les siens : ce sont les retrouvailles qui l’attendent à Téhéran qui l’en convaincront. Son histoire s’achève sur un nouveau départ, volontaire cette fois, pour Paris, et « la liberté » de vivre comme bon lui semble. Son sens accru de la liberté est la leçon qu’elle tire de ses expériences d’exil forcé en Autriche et sert également de preuve à ses parents que « l’Iran n’était pas pour elle ». « Étrangère » aux yeux de tous, elle ne la sera plus jamais pour elle-même. « Rester toujours aussi intègre que possible » deviendra son mantra, et Persepolis, sa métropole cosmopolite qu’elle emporte avec elle au gré de ses envies et à la force de ses convictions. Pour Marjane Satrapi, la rencontre de l’Autre est une épreuve qui libère.

En famille, ou le désir d’appartenance morbide

29Le thème de l’odyssée en terres étranges revient dans le dernier texte de notre corpus. Nous renouons ainsi avec le motif homérien en le repositionnant dans le champ post-moderne. En famille, de Marie NDiaye, raconte le voyage de Fanny au cœur des siens, pour mesurer la distance qui la sépare irrémédiablement d’eux, à travers les territoires obscurs du cercle familial. « Je est un autre », décidément, pour la jeune protagoniste, rejetée sans appel par ses proches, y compris (et surtout) par ses parents, en raison d’une ressemblance qui ne « colle » plus. C’est que Fanny est « différente », bien que l’on ne cherche ni le comment ni le pourquoi de cette différence, et quoique la famille n’ait pas son pareil pour respecter les traditions et veiller aux bonnes vielles coutumes.

30Appartenir, c’est pourtant le seul souhait obsessionnel de Fanny. Femme de ménage chez son oncle ou chien de sa tante : il n’y a pas une humiliation qu’elle ne subit afin d’être jugée « digne » de regagner le berceau familial. Vue de « dehors », sa vie semble se vivre sans elle, l’éternelle répudiée, confrontée à une altérité qu’elle ne soupçonnait pas jusqu’alors et dont les raisons resteront toujours confuses.

31Déplacée, dépossédée et condamnée à errer jusqu’à l’épuisement, Fanny représente l’étrangère qui sollicite une place – sa place – dans le cours du monde, et sa quête insensée pour reconquérir parents et cousins met en relief le chemin à parcourir encore de nos jours entre Troie et Ithaque. La construction épisodique en neuf parties, ponctuées d’une série de lieux banals, le souligne : « L’appartement », « Le supermarché », « Le salon de coiffure », « Le cinéma », « Le jardin public », ce sont autant d’« A αία » aux yeux de Fanny l’interdite et à laquelle rien ni personne ne viendra en aide pour rentrer.

32Comme Marjane à Vienne, Fanny comprend la douloureuse altérité subite dans l’absence de soutien affectif. À la différence de Nabil et de la narratrice de Bouraoui, en revanche, elle n’a qu’une seule identité à revendiquer : membre de la famille X. Ses errances ne commencent qu’à partir du jour où cette appartenance lui est retirée et que l’altérité vienne la couvrir de son effroyable manteau. Ulysse aurait tout compris de ce que Marie NDiaye démontre avec lucidité et non sans humeur : l’appartenance, c’est l’identité et le contraire, c’est mourir.

33Bien que le sujet soit difficile et le parcours de Fanny jonché de revers exaspérants, l’écriture, à mi-chemin entre les étranges rugosités du conte et les zones d’ombres de la littérature fantastique, ne saurait heurter les attentes du public. Chercher les formes d’altérités anonymes imposées à Fanny (serveuse, équipier de restauration rapide, caissière), et transposables dans le réel des jeunes et des moins jeunes d’aujourd’hui, serait un accès simple et efficace à ce roman complexe et troublant.

Les altérités intimes à la lumière de la production contemporaine francophone

34Ce qui ressort de ces différentes approches de l’Autre, c’est finalement le jeu opératoire des stratégies de mise en contact ou, mieux, de mise en relation. Que ce soit chez les Passeurs, Nabil, la Narratrice ou Marjane, dans la majorité des textes étudiés ici, il s’agit d’autoportraits à peine dissimulés des multiples identités qui cohabitent dans l’espace francophone, à Montréal, Vienne, Paris, Alger ou Téhéran. Dans le cas des deux textes plus strictement fictifs, l’identité se veut une et indivisible et risque alors de tomber dans les pièges d’altérités plus nombreuses que l’on ne le croirait. Preuve peut-être que ce n’est que dans la fiction que l’on peut esquisser la question du métissage et de ses manifestations partout présentes.

35Du Moi-Patrie revendiqué par Homère jusqu’à l’anéantissement du Moi-Autre raconté par Marie NDiaye, la littérarisation de l’altérité a pourtant traversé des enjeux de taille. Migrations, colonisations, exils et diasporas sur l’échelle planétaire : autant de forces implacables que Homère n’a pas pu soupçonner mais que les écrivains francophones connaissent souvent intimement et auxquelles la littérature française se mesure à son tour, grâce à ses auteurs d’origines diverses. À travers l’interview (Les Passeurs), le mimétisme (Une étoile pour Noël), la psychanalyse (Mes mauvaises pensées), le dessin (Persepolis), ou la parole romanesque classique (En famille), les écritures de langue française qui constituent notre corpus jouent sur les appartenances : jouer à être autre, jouer à être soi-même, jouer à paraître, jouer à vivre ensemble, ou inversement, témoigner sans fard et sans crainte de représailles. Les différentes mises en scène de l’Autre réalisées grâce aux gestes créateurs multiformes de ces auteurs témoignent de l’actualité de leurs interrogations, dans tout ce vaste monde relié par des voyages, des réseaux et des aspirations communes.

Bibliographie

Bibliographie

Bouraoui Nina, Mes mauvaises pensées (roman), Paris, Stock, 2005, 286 p.

Charf Hejer, « Les Passeurs » (long-métrage), Nadja Productions, 2003, 78 : 44 minutes.

Djemaï Nasser, Une étoile pour Noël, ou l’Ignominie de la bonté (pièce de théâtre), Paris, Actes Sud, 2006, 47 p.

NDiaye Marie, En famille (roman), Paris, Éditions du Minuit, 1990, 312 p.

Satrapi Marjane, Persepolis (bande dessinée), Paris, L’Association, 2007 (sans pagination)/(long métrage) co-réalisé avec Vincent Paronnaud, DVD TF1 Studios, 2007, 96 min.

Ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration du Québec, Au Québec pour bâtir ensemble : Énoncé de politique en matière d’immigration et d’intégration, 1990, 112 p. À consulter en ligne : http://www.mice.gouv.qc.cq/publictions/fr/ministere/Enonce-politique-immigration-integration-Quebec1991.pdf.

Nina Bouraoui est née en 1967 à Rennes. Elle est l’auteur de neuf romans, dont Le jour du séisme (1999), Garçon manqué (2000), La vie heureuse (2002) et Poupée Bella (2004). Son œuvre a été couronnée du prix du Livre Inter 1991 (La voyeuse interdite) et du Prix Renaudot 2005 (Mes mauvaises pensées).

Hejer Charf est une cinéaste canadienne d’origine tunisienne, vivant à Montréal. Son premier long-métrage, Les Passeurs, a reçu le Sceau de la Paix de la Ville de Florence en 2003.

Nasser Djemaï est né à Grenoble en 1971. Diplômé de l’École nationale supérieure de la Comédie de Saint-Étienne et de la Birmingham School of Speech and Drama (Grande-Bretagne), il est l’auteur de deux pièces de théâtre sous le thème de « mythologies familiales » : Une étoile pour Noël, ou l’Ignominie de la bonté (2006), et Les vipères se parfument au jasmin (2008). Comédien, il a joué seul dans les deux œuvres, sous la direction de Natacha Diet.

Marie NDiaye est née à Pithiviers en 1967, de mère française et de père sénégalais. Son premier roman, Quant au riche avenir, a paru en 1984. À ce jour, elle est l’auteur de dix romans, quatre pièces de théâtre, un recueil de nouvelles et trois livres de jeunesse. Le Prix Femina 2001 a été décerné à son roman Rosie Carpe, alors que sa pièce de théâtre Papa doit manger est rentrée au répertoire de la Comédie Française en 2003.

Marjane Satrapi est née à Rasht, Iran, en 1969. Elle a grandi à Téhéran, où elle était scolarisée au Lycée français, ensuite à Vienne, où ses parents l’envoyèrent pour fuir le régime de Ruhollah Khomeini. Elle a fait des études supérieures à Téhéran et à Strasbourg. Elle vit actuellement à Paris. Son roman autobiographique Persepolis a paru, en quatre volumes, entre 2000 et 2003, suivi de Broderies (2003) et Poulet aux prunes (2004).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/3566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteur

Critique de théâtre et professeur de Lettres, docteur en Littératures françaises et comparées de l’Université Paris IV. Elle est chercheur associée au Centre de Recherche Textes et Francophonies de l’Université de Cergy-Pontoise, où elle a co-organisé en 2006 le colloque international, « Latitude(s) : Imaginaires nomades et espaces transnationaux en Europe ».

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540