Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires politiques et médiatiques en Afrique

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Aspects théoriques et méthodologiques

Imaginaire linguistique dans le paratexte et déconstruction/reconstruction des « normes » dans le texte hétérolingue

Babacar Faye

Texte intégral

1Quand une langue, le français, est partagée par des peuples différents, les uns l’ayant comme langue première et les autres comme langue seconde, son évolution ne saurait venir seulement du milieu qui l’a vue naître.

  • 1 Rey Alain, « Usages, jugements et prescriptions linguistiques », in Langue française, n° 6, 1972, p (...)

Aucune langue n’échappe à ceux qui l’utilisent. Toute linguistique indifférente aux relations entre les systèmes de signe et les fonctions anthropologiques qui les mettent en œuvre est condamnée à l’isolement ou aux illusions.1

  • 2 Nous considérons que la littérature francophone englobe l’ensemble des littératures écrites directe (...)

2Les pays francophones2, parce qu’ils ont des conditions socioculturelles différentes par rapport à la France, apporteront leurs contributions au dynamisme de la langue française.

3Faut-il alors élargir le système de référence du français dit standard ?

4 Face à la non-coïncidence du signe linguistique par rapport à la réalité nommée par les auteurs francophones africains dans la présente analyse, et pour que la communication soit totale, ne faudrait-il pas envisager, plutôt intégrer, l’idée du développement d’une norme communicationnelle répondant aux véritables besoins du sujet parlant ou écrivant ?

  • 3 Houdebine Anne-Marie, L’Imaginaire linguistique, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 14.

5L’imaginaire linguistique (IL) lié à ces préoccupations et qualifié notamment par A. M. Houdebine comme « le rapport du sujet parlant à la langue, dont témoignent ses reprises (les siennes ou celles d’autrui) »3, transparaît aussi bien dans le paratexte (discours autour du texte littéraire) que dans l’acte d’écrire. Ce phénomène traduit une véritable volonté, chez nos auteurs, de déconstruction/reconstruction des « normes » lexicale, sémantique, morphosyntaxique et discursive.

6Après avoir évoqué l’imaginaire linguistique de Ousmane Sembène et d’Ahmadou Kourouma à travers leurs paratextes, nous examinerons les conséquences de cette attitude dans leur pratique littéraire, à savoir la déconstruction des « normes », parce que nécessaire, et la reconstruction d’une « norme communicationnelle » balisant la non-coïncidence interlinguistique. Mais auparavant, considérons quelques aspects théoriques autour du sujet.

L’imaginaire linguistique et l’hétérolinguisme

Norme communicationnelle hétérolinguistique

7Il n’est pas étonnant que la notion de « l’imaginaire linguistique » intéresse la recherche sur le discours africain, car cette notion a été étudiée pour la première fois dans une situation diglossique, quand bien même il s’agirait d’une diglossie intralinguistique en ce qui concerne les variétés phonologiques de la langue française contemporaine. Rappelons que la diglossie qui nous intéresse aujourd’hui est une diglossie interlinguistique. Nous voulons tout simplement dire qu’il s’agit, par analogie, du même processus. Sans être seulement lié à une question de langue d’arrière-plan, il s’agit aussi et surtout d’une question de langage.

8Le concept de l’IL est lié à la notion de norme, ensemble des règles réelles et/ou imaginaires qui codifient les usages d’une langue. Il y a donc un bon usage et un mauvais selon les anciens, de Malherbes à Grevisse en passant par Vaugelas. Mais souvent cette norme relève de la variante de prestige, d’où sa subjectivité.

  • 4 Houdebine Anne-Marie, L’Imaginaire linguistique, op. cit., p. 21
    Voir aussi, en rapport avec le dis (...)

9Jusque-là, dans la typologie de l’imaginaire linguistique, ont été distinguées deux catégories de normes : les normes objectives (systémique et statistique) et les normes subjectives et/ou idéologiques (évaluative, fictive, prescriptive) qui ont trait souvent au discours institutionnel qui fait lien avec l’imaginaire social. Par la suite, la norme communicationnelle qui a trait à la recherche du terme ou de l’énoncé compréhensible viendra s’ajouter aux sous-catégories qui composent la norme subjective. Sans reprendre les phénomènes rétroactifs qui instaurent une dialectique entre les différents niveaux qui s’influencent mutuellement, voici le schéma de base de la typologie de l’imaginaire linguistique tel que le propose Houdebine4.

10L’imaginaire linguistique confronté au discours littéraire africain élargira certainement le débat, car il y a un phénomène non pris en compte par ce schéma. La norme liée à l’hétérolinguisme (nous reviendrons sur cette notion) sera forcément une norme communicationnelle… mais pas du même ordre que la norme communicationnelle dont parle Houdebine.

  • 5 Molinié Georges, Viala Alain, Approche de la réception, Paris, PUF, 1993.
  • 6 Maingueneau Dominique, Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Dunod, 1997.

11Cependant, il y a un préalable à poser pour parler de communication quand il s’agit d’un texte littéraire. À partir du moment où le texte littéraire est considéré comme discours notamment dans la sémiostylistique de Molinié5 et dans les rapprochements entre la linguistique et la littérature de Maingueneau6, une sociolinguistique du texte devient possible, attendu que tout fait littéraire est toujours fait de langue dans son énonciation et son interaction avec toutes les strates des instances discursives présentes ou supposées. Les traces que laisse cette interaction, ces marques méta-énonciatives sont compréhensibles du fait que l’activité discursive, l’écriture ici, est toujours dirigée vers un destinataire, elles sont accomplies en sorte que ce destinataire puisse en faire l’interprétation ou les interprétations possibles, elles sont organisées en vue de ses réactions possibles. Donc la production du discours écrit n’est pas seulement action mais également interaction, surtout quand la réception ne va pas de soi parce que la langue d’écriture n’est pas la langue première. À partir de ce moment-là on peut parler de communication pour un texte littéraire, même si cela s’écarte de la communication classique.

12La « norme communicationnelle » d’Houdebine est tournée vers l’interlocuteur, vers l’autre. On pourrait résumer l’idée de cette norme ainsi : « J’emploie ce terme, je m’exprime ainsi pour être compris », il s’agit donc d’une norme pragmatique, d’une norme de balisage. Quant à la norme communicationnelle qui nous occupe ici, elle est tournée vers le producteur d’abord, avant l’interlocuteur invité à faire le chemin vers une autre voie de la compréhension. Elle serait résumée ainsi : « Si j’emploie ce terme je serais peut-être compris, mais je ne serais pas satisfait, car la communication, le sens visé n’est pas total, et donc, eu égard à mon répertoire hétérolingue, et pour que le sens soit épuisé, j’emploie cet autre terme, quitte à expliquer après, ou pas du tout. »

13Partant, ladite « norme communicationnelle » de départ se scinde en deux. Nous proposons de les nommer : « norme communicationnelle intralinguistique (norme communicationnelle d’Houdebine) » et « norme communicationnelle hétérolinguistique ». Un seul exemple (puisqu’il n’est pas possible de développer davantage dans l’espace de cet article) :

  • 7 Kourouma Amadou, Allah n’est pas obligé, Paris, Le Seuil, 2000, p. 13.

Ex : La première chose qui est dans mon intérieur… En français correct, on ne dit pas dans l’intérieur, mais dans la tête. La chose que j’ai dans l’intérieur ou dans la tête quand je pense à la case de ma mère, c’est le feu, la brûlure de la braise, un tison de feu.7

14Autrement dit, il ne s’agit plus de « l’hypothèse déficitaire » dans l’énonciation (même si le métalangage est supprimé, ce qui est souvent le cas dans cette littérature), mais de la considération de l’individu dans sa totalité comme carrefour de chemins multiples.

15Le schéma devient alors, selon notre proposition :

16Cette norme communicationnelle hétérolinguistique a des manifestations diverses dans la littérature francophone, que nous n’allons pas développer ici. Nous posons également l’hypothèse qu’elle peut s’observer dans une situation intralinguistique où une langue, une variante, se trouve dans une diglossie avec surtout une forte revendication identitaire. Cette notion de norme communicationnelle hétérolinguistique nous impose quelques considérations sur ce qu’est l’hétérolinguisme.

De l’hétérolinguisme

17La notion d’hétérolinguisme est récente et nous vient de la critique canadienne qui n’est pas très éloignée des recherches francophones africaines.

  • 8 Baktine Mikhaïl (Trad. fr.), Esthétique et théorie du roman, Paris Gallimard, 1978 ; Baktine Mikhaï (...)

18Pour expliciter ce terme, nous partirons de la notion bakhtinienne du « dialogisme »8. En effet, le dialogue est le point de départ de l’explication de la notion de « dialogisme » sans que les deux ne se superposent vraiment.

19Le dialogue met en exergue le dit alors que le dialogisme concerne la relation du dit au non-dit en passant par les sources tacites du dire. Le dialogisme constitue donc cette multiplicité des sources du dire, qu’on peut ressentir comme une atmosphère, le roman étant un outil par excellence qui peut en faire la représentation ; en témoigne l’intérêt de Bakhtine pour le discours littéraire. Dans cette mouvance bakhtinienne, notamment sur la polyphonie, on considère la non-unicité du sujet parlant ou écrivant, même si c’est lui qui prend en charge l’énoncé formel. La polyphonie de Bakhtine cherche donc la manière dont l’énoncé signale la superposition de plusieurs voix dans une même énonciation. Tout énoncé mobilise des sources qui sont au-delà de l’individu, il est caractérisé donc par un dialogisme ; c’est dire qu’il y a une intertextualité du dire par rapport à l’histoire, à la culture, à l’environnement de l’individu, au contexte d’énonciation. Chaque discours entre en dialogue avec les discours antérieurs et environnants. Et quand il s’agit de l’écriture à travers une langue seconde, imaginez l’entour de l’écrivant ; ce dialogisme interlinguistique constitue donc l’hétérolinguisme qui rappelle d’ailleurs la notion de bruissement linguistique chez Barthes :

  • 9 Barthes Roland, Le bruissement de la langue, Paris, Le Seuil, 1984, p. 100.

Le bruissement […] indique une communauté de corps : dans les bruits du plaisir qui « marche », aucune voix ne s’élève, ne guide ou ne s’écarte, aucune voix ne se constitue ; le bruissement, c’est le bruit même de la jouissance plurielle.9

20Il s’agit ici du bruissement de la machine, et Barthes en tire, par analogie, le bruissement de la langue qui nous fait penser, à notre tour, au bruissement du sens et de la forme. Le bruissement du sens qui rétablit une impossibilité de sens. En parlant d’hétérolinguisme nous ne considérons ni les notions habituelles d’« interférence », ni d’« alternance », encore moins de « code switching ».

  • 10 Gumperz John J. (Trad. Fr.), Sociolinguistique interactionnelle : une approche interprétative, Pari (...)
  • 11 Cf. Ngalasso Mwatha-Musanji, « Le concept de français langue seconde », ELA, n ° 88, 1992, p. 27-38

21En effet, l’interférence est vue souvent comme un mécanisme de transfert d’habitudes, donc comme quelque chose de négatif parce qu’illégitime. Et comme « l’alternance codique dans la conversation peut se définir comme la juxtaposition à l’intérieur d’un même échange verbal de passage où le discours appartient à deux systèmes ou sous-systèmes grammaticaux différents »10, nous nous écartons de cette notion car nous sommes ici dans l’esprit d’un unilinguisme certain, dans le français langue seconde11. C’est dire qu’il ne s’agit pas de superposition de langues, mais d’une langue à part entière qui a seulement certaines caractéristiques, à l’image d’ailleurs de la culture de ces écrivains bilingues dont on peut dire qu’ils ne se sentent pas dans une double culture mais dans une seule culture, une pluriculture. L’idée de juxtaposition est une vision extérieure aux sujets concernés.

  • 12 Gauvin Lise, Les langues du roman, Québec, Presse Universitaire de Montréal, 1999, p. 10.

22Par conséquent, nous parlons de textes qui, d’après leurs indices grammaticaux, compositionnels et discursifs, appartiennent à la seule langue française mais où se confondent, en réalité, deux manières de parler, deux langues dont la seconde est presque invisible, deux perspectives sémantiques et sociologiques qui placent le sujet parlant, écrivant ici, en un archi-positionnement. C’est une écriture qui bouscule les canons de la langue française sans la détruire mais en l’enrichissant. Ce qui semble être le principe organisateur du français textuel africain ce sont ces passerelles qui se tissent entre les frontières linguistiques tout en restant à l’intérieur d’une même frontière. D’une manière générale, il s’agit de « la cohabitation de langues ou de niveaux de langue, qu’on désigne généralement sous le nom de plurilinguisme ou d’hétérolinguisme textuel »12. Le terme est donc lancé.

  • 13 Gauvin Lise, Les langues du roman, op.cit., p. 11.

23Ainsi, la notion prend-elle une orientation particulière par rapport à la théorie de Bakhtine : « On notera toutefois que dans la plupart des cas qu’il [Bakhtine] examine, il fait référence à des voix particulières plutôt qu’à des langues étrangères au sens courant du terme. »13 Cette notion d’hétérolinguisme sera beaucoup plus explicite chez Grutman :

  • 14 Grutman Rainier, Des Langues qui résonnent : l’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, Québec, Fi (...)

Un texte littéraire est rarement uniforme au point de vue de la langue. Plus souvent qu’on ne le croirait, il est entrelardé d’éléments hétérogènes. En plus d’intégrer plusieurs niveaux et diverses strates historiques de son idiome principal, il fait une place plus ou moins large à d’autres langues : cela peut aller du simple emprunt lexical au dialogue en parler imaginaire, en passant par les citations d’auteurs étrangers. Une telle présence d’idiomes est désignée par le terme d’hétérolinguisme…14

24D’ailleurs, la composition du terme « hétérolinguisme » laisse bien paraître cette hybridité : Hétéros (étymon grec) = autre ; Lingua (étymon latin) = langue ; Donc, « autre(s) langue(s) dans la langue ».

25Ainsi, bilinguisme, multilinguisme ou plurilinguisme désigneraient le rapport des individus et des sociétés aux langues, tandis que le terme « hétérolinguisme » s’appliquerait au discours et au texte qui se caractérisent par un dialogisme interlinguistique.

26À travers le prisme de l’hétérolinguisme, que devient alors le schéma de la communication cher aux linguistes ?

27À la suite des travaux de l’école de Palo Alto, nous plaçons notre propos dans ce que Winkin appelle « la nouvelle communication ». En effet, il ne s’agit plus seulement de communication entre deux entités, mais de communication où l’environnement, sociolinguistique pour nous, entre en jeu, une communication fondée sur « la métaphore de l’orchestre » :

  • 15 Winkin Yves (dir.), La nouvelle communication, Paris, Le Seuil, 2000, p. 7.

La communication est conçue comme un système à multiples canaux auquel l’acteur social participe à tout instant, qu’il le veuille ou non : par ses gestes, son regard, son silence, sinon son absence… En sa qualité de membre d’une certaine culture, il fait partie de la communication ; comme le musicien fait partie de l’orchestre.15

28Les différents communicants émergeant ou immergeant forment donc l’ensemble de la communication. En interrogeant ainsi l’environnement sociolinguistique de l’individu, nous ne sortons pas du modèle de l’orchestre où plusieurs instruments jouent à la fois mais en formant un tout. Seulement, cette fois-ci, il y a visibilité de quelques éléments qui se distinguent en faisant sens en raison de leur non-coïncidence avec le répertoire musical d’une partie du public, récepteur éventuel. Il y a aussi des partitions qui ne s’entendent presque pas ; notre objectif est de faire taire toutes les autres pour les mettre en évidence, en étudiant les textes, en écoutant les auteurs de notre corpus et en interrogeant les récepteurs potentiels de cette écriture.

29Cette nouvelle communication est hétérolingue, et nous proposons de la schématiser ainsi :

Schéma de la communication hétérolingue

Schéma de la communication hétérolingue

30Au regard de ce qui communique et qui est communiqué hors de la communication traditionnelle, la production de même que la réception, chacune prise individuellement mais aussi entre elles, n’est plus bilatérale mais multilatérale. Et tous les discours et les entours qui traversent le sujet sont pris en compte dans cette nouvelle communication. On participe à la communication plus qu’on en est l’auteur ou le destinataire. Je communique mais ça communique également, d’une manière inconsciente ou pas.

L’imaginaire linguistique et le paratexte

31Face à la crise de représentation littéraire, l’impuissance naturelle du mot à dire le réel étant aggravée par l’hiatus qui existe entre la réalité de la langue première et la langue d’écriture (la langue seconde), les auteurs francophones africains, après la période au cours de laquelle ils voulaient ressembler à l’Autre, décident de combler le décalage par l’utilisation de formes qu’ils veulent comme variation au sein d’un unilinguisme pluriel.

32Le sentiment d’inadéquation entre le signe linguistique et l’objet nommé place nos auteurs dans un sentiment d’insatisfaction permanent. L’écriture devient alors une force libératrice pour utiliser la totalité de son répertoire et de se retrouver soi-même pour maintenir un imaginaire du UN. Et Kourouma de dire dans un entretien réalisé par Bernard Magnier :

  • 16 Magnier Bernard, « Kourouma », Notre Librairie, n° 87, 1987, p. 11.

À la fin de mes études d’actuaire et avant de rentrer en Côte d’Ivoire, j’ai voulu faire de la sociologie africaine. Ces mémoires m’ont paru mal écrits, difficiles à lire. J’ai donc décidé de faire « de la sociologie » d’apprendre à écrire.16

33La question qui se pose est comment rendre un réel, même imaginaire, avec des systèmes de langues, et donc de pensées, qui se télescopent chez un même individu. Dans un autre entretien accordé à Lise Gauvin, Kourouma affirmera :

  • 17 Gauvin Lise, L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Paris, Karthala, 1997, p. 156.

Il y a un renversement qu’il fallait faire sentir dans l’expression. Et surtout le problème c’est que je ne trouvais jamais le mot exact qui correspondait à ce que je voulais dire.17

  • 18 Tine Alioune, « Wolof ou français, le choix de Sembène », Notre Librairie, n° 81, 1985.
  • 19 Afrique, n° 25, 1963, p. 49, cité par Bestman Martin, Sembene Ousmane et l’esthétique du roman négr (...)

34Quant à Sembene, sa démarche est caractérisée par une dualité entre ce qu’Alioune Tine a appelé « une prééminence objective du français et une prééminence subjective du wolof »18. En effet, le français se pose en lui comme passage obligé, situation liée aux conditions de production, d’édition et de communication. Entre en compte également le statut du français, sa diffusion… Mais dans une société fortement orale, le médium livre ne pouvait pas être un objet de communication efficace pour toucher la masse, sa cible intraculturelle. Étant un écrivain engagé, sa langue première, le wolof, ne lui permet pas de toucher un certain public. Il se dégage alors une sorte d’insatisfaction dans l’écriture en français. Ce qui explique d’ailleurs son passage vers le cinéma. À la question « Que ressentez-vous quand vous écrivez en français ? », Sembène répondra : « Je suis frustré. »19

  • 20 Vieyra Pauline, Ousmane Sembene, cinéaste, Paris, Présence Africaine, 1972, p. 184.

35Sans avoir donc le même cheminement, Sembene et Kourouma en arrivent au même constat : un sentiment d’insatisfaction quant au sens véhiculé. Sembène dira encore : « Le Mandat, [un de ses romans portés à l’écran], existe en version française et en version wolof. Personnellement je préfère ne pas projeter la version française, car l’autre est plus authentique »20 [On voit ici la norme fictive en train de s’opérer]. C’est dire que dans les limites systémiques de la langue française il y a une impossibilité de sens, partant, il faut utiliser des stratégies qui tiennent compte de l’environnement intra- et interlinguistique pour rétablir l’imaginaire du Un.

36Le terme « environnement » est important ici car il s’agit d’un environnement sociolinguistique complexe qui façonne l’écriture et où l’on peut parler de « communication hétérolingue ». La communication hétérolingue utilisera tout le répertoire dont dispose le communicant et des stratégies qui comblent la « non-coïncidence du dire » accentuée par la différence interlocutive.

37En parlant de son propre texte Kourouma dira à ce propos :

  • 21 Zalessky Michèle, « La langue : un habit cousu pour qu’il moule bien », Diagonales, n° 7, 1988, p.  (...)

Ce que j’ai compris intérieurement, c’est que si je faisais parler mon héros en français classique, il ne m’apparaissait pas correspondre à ce que je voulais : la façon dont il pensait, élaborait et classait ses concepts, tout cela ne venait pas. La succession des mots français, les connotations qu’ils portent me gênaient, m’empêchaient de faire sortir Fama [dans Les Soleils des indépendances]. Il me fallait m’approcher d’une façon d’aborder les idées qui corresponde au rythme de la phrase malinké. Si Fama s’exprimait en français classique, cela donnait une fade traduction de ce qu’il pensait ; en revanche, si les mots se suivaient dans la succession malinké, si je pliais le français à la structure de notre langue avec le respect de ses proverbes et de ses images, alors le personnage apparaissait dans sa plénitude.21

38La question de la langue dans la littérature africaine interpelle ainsi les linguistes car les rapports qu’entretiennent les auteurs avec le français les obligent à penser la langue d’écriture, ce qui transparaît dans le texte, conséquence de leurs imaginaires linguistiques dans le paratexte.

L’imaginaire linguistique et le texte

Déconstruction dans l’imaginaire

39Le schéma classique pour décrire l’appropriation linguistique dans la littérature francophone africaine suit un canevas bien déterminé, à savoir l’appropriation lexicale, la création sémantique, morphosyntaxique et discursive avec les sous catégories qui permettent une différentiation des exemples étayant l’analyse. Dans les limites de cet article nous voulons seulement mentionner des exemples qui touchent l’imaginaire. Partant, l’appropriation imaginaire devient une catégorie d’analyse à explorer.

40Examinons comment Kourouma a exploité le lien qui existe entre le tout et la partie pour déconstruire la norme en n’employant pas le mot attendu. En effet, les mots de la même famille revoient à un sème générique, en utilisant les uns à la place des autres, Kourouma accorde plus d’importance à l’image mentale qu’à l’exactitude des termes. Observons ce schéma :

41X1, X2, X3 sont des mots de la même famille (on peut parler également de champ lexical pour élargir le phénomène) tandis que Xi est l’image mentale qui les regroupe.

42Dans le texte :

  • 22 Kourouma Amadou, Allah n’est pas obligé, Paris, Le Seuil, 2000, p. 9.

43Ex.1 : « Mon école n’est pas arrivée très loin ; j’ai coupé cours élémentaire deux. J’ai quitté le banc parce que tout le monde a dit que l’école ne vaut plus rien, … »22

  • 23 Ibid., p. 16.

44Ex. 2 : « Tout ce que je parle et je déconne (déconner c’est faire ou dire des bêtises) et que je bafouillerai, c’est lui qui me l’a enseigné. »23

45En remplaçant les X du schéma par des exemples concrets on obtient par rapport à ces extraits :

46À partir de ce moment, l’expression « Mon école n’est pas arrivée très loin » n’apparaît plus comme une bizarrerie, le sème renvoyé étant l’essentiel.

47Les changements de valence verbale que nous n’analyserons pas ici fonctionnent exactement de la même façon : ce qui compte, c’est l’idée générique indépendante des constructions verbales.

48L’imaginaire linguistique lié à un imaginaire culturel environnant le contexte de l’écriture est un état de fait dans la littérature francophone africaine. Mais Kourouma aura été à l’avant-garde d’un mouvement littéraire qui revendique ce phénomène comme une poétique d’écriture.

49Observons cet exemple :

  • 24 Kourouma Amadou, op. cit., p. 30.

50« Elle a dit à grand-mère que c’était toujours Balla qui était nuit et jour dans sa case ; elle voulait son attachement de cola avec son guérisseur et féticheur Balla. »24

51On peut dire seulement que « attachement de cola » est un calque d’expression substantivale qui vient de la langue première pour signifier la célébration du mariage. Mais ce qui compte ici, c’est la charge sémantico-culturelle qui appelle l’imaginaire du lecteur.

52En essayant de respecter le même principe d’analyse, nous obtenons le schéma suivant :

53Le lecteur est donc appelé à avoir à l’esprit la partie supérieure du schéma.

54Examinons la déconstruction des expressions figées dans l’écriture de Kourouma en donnant un seul exemple :

  • 25 Kourouma Amadou, Allah n’est pas obligé, op. cit., p. 16.

55« Lui, Sékou Ouedraogo, le terrible, c’est l’écolage qui l’a eu, l’a jeté dans la gueule du caïman, dans les enfants soldats. »25

56À partir de cette analyse, le terme « loup » n’est plus important pour l’écrivant (l’auteur en train d’écrire), mais l’idée du risque, de la dangerosité de l’animal nommé. L’expression consacrée dans la culture française, « Dans la gueule du loup », est soumise à une variation selon l’imaginaire culturel du sujet.

57Cependant, il faut dire que l’imaginaire linguistique et/ou l’imaginaire des langues est soumis à une tension entre l’appropriation de la langue à travers une norme communicationnelle hétérolinguistique et la volonté d’être compris, attendu que le récepteur inscrit dans le texte est hétérogène.

Gestion du non-Un

58Face à la non-coïncidence et aux structures qui déconstruisent le système de la langue d’écriture, nos auteurs sont malgré tout conscients des problèmes de réception que peuvent engendrer ces pratiques décrites plus haut.

59Dans toute énonciation orale ou écrite l’énonciateur, étant d’abord son propre récepteur et soupçonnant une possibilité de non-coïncidence, mettra en scène une tentative de restauration d’un imaginaire du « Un ».

60L’écrivain prévoit donc l’incertitude, le malentendu, à travers la lecture-interprétation de l’interlocuteur-lecteur. Il s’agit en quelque sorte d’un dialogue des langues à travers un métalangage qui rétablit différents niveaux. Cette homogénéisation de l’hétérogène est rendue possible par des procédés qui permettent de concevoir une totalité éparpillée.

61On peut citer l’explication copulative, contextuelle, l’intégration morphosyntaxique des mots énigmes, on a également à l’esprit les parenthèses de Kourouma, les notes de bas de page ayant tendance à disparaître.

62Nous donnerons là encore un seul exemple : la fonction intégrative de la texture du mot :

  • 26 Sembene Ousmane, Xala, Paris, Présence Africaine, 1973.

63Dans Xala26 de Sembene Ousmane par exemple, des oppositions phonologiques pertinentes dans la langue première deviennent caduques dans la langue d’écriture afin de fonctionner avec sa norme systémique.

  • 27 Ibid., p. 40.

64En wolof (langue première de l’auteur) laa (avec a long) est différent de la (a court) car leur opposition génère des sens différents. Laa dans le contexte de l’exemple qui suit est un pronom personnel qui désigne le moi qui parle, alors que la représente celui dont on parle. Normalement la traduction de cette expression, « Loxo ouvrier la yoré », devrait être « vu qu’il possède des mains d’ouvrier ». Il n’en est rien, la traduction intratextuelle donne « vu que je possède des mains d’ouvrier »27. C’est dire que l’opposition aa # a n’est plus pertinente dans le système de la langue d’écriture. Et ceci pour ne pas brouiller le système phonologique du français.

  • 28 Sembene Ousmane, Xala, op. cit., p. 74.

65Même chose pour le lexique Saafara (en wolof) qui devient Safara28 (en français) ; avec cette graphie il devrait signifier : « feu », mais dans le texte il signifie : « breuvage ».

66Il est donc important de comprendre qu’il s’agit d’une écriture dans un unilinguisme où norme communicationnelle intralinguistique et hétérolinguistique sont dans un dialogisme pour produire une poétique originale.

67Le paratexte et le texte de nos auteurs mettent bien en œuvre les deux formes d’imaginaire dont il est question dans cet article : représentation (imaginaire linguistique) et création source de dynamisme de la langue (imaginaire des langues et/ou imaginaire culturel).

68L’ensemble de ces imaginaires revisité dans le contexte de l’écriture en langue seconde révèle l’existence d’une nouvelle catégorie de « norme » que nous avons proposé d’appeler : « norme communicationnelle hétérolinguistique ».

69L’hétérolinguisme étant l’écriture unilingue d’un bilingue où il y a une autre langue dans la langue. Cette notion d’hétérolinguisme nous a permis de décrire le sentiment d’insatisfaction des auteurs face l’impossibilité du signe linguistique à traduire une réalité sociolinguistique plurielle ; et partant les stratégies qu’ils utilisent pour s’afficher et pour que la communication soit totale, mais aussi pour maintenir un imaginaire du Un.

70Dès lors, la référence ne se fait plus par rapport à un centre unique mais par rapport à un centre pluriel. Nos auteurs considèrent donc que la « norme » n’est pas toujours normale, elle n’est que normalisée.

  • 29 Faye Babacar, « L’écriture du divers dans la littérature francophone. L’exemple de Kossi Efoui », i (...)

71Cette dernière idée de centres pluriels inspire une nouvelle génération d’écrivains francophones qui pratiquent une translittérature ; translittérature qui présuppose un sujet théorique qui ne veut plus montrer seulement sa spécificité comme revendication dans une pluralité indifférente mais une spécificité qui entre dans une pluralité dialogique, c’est dire que la spécificité rentre dans une valeur d’échange, une valeur du marché mondial. C’est ainsi qu’on parle aujourd’hui de Littérature-Monde, problématique que nous avons nommé ailleurs : « écriture du divers »29.

Notes

1 Rey Alain, « Usages, jugements et prescriptions linguistiques », in Langue française, n° 6, 1972, p. 4.

2 Nous considérons que la littérature francophone englobe l’ensemble des littératures écrites directement en français, la littérature française y constituant un sous-ensemble ; mais pour des raisons de commodité, nous utiliserons ce vocable dans son acception stricto sensu : littérature en français dans une situation sociolinguistique hétérolingue.

3 Houdebine Anne-Marie, L’Imaginaire linguistique, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 14.

4 Houdebine Anne-Marie, L’Imaginaire linguistique, op. cit., p. 21
Voir aussi, en rapport avec le discours africain, Canut Cécile, « Acquisition, production et imaginaire linguistique des familles plurilingues à Bamako (Mali), Travaux de linguistique, n° 7, 1996.

5 Molinié Georges, Viala Alain, Approche de la réception, Paris, PUF, 1993.

6 Maingueneau Dominique, Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Dunod, 1997.

7 Kourouma Amadou, Allah n’est pas obligé, Paris, Le Seuil, 2000, p. 13.

8 Baktine Mikhaïl (Trad. fr.), Esthétique et théorie du roman, Paris Gallimard, 1978 ; Baktine Mikhaïl (Trad. fr.), Esthétique de la création verbale, Paris NRF-Gallimard, 1984.

9 Barthes Roland, Le bruissement de la langue, Paris, Le Seuil, 1984, p. 100.

10 Gumperz John J. (Trad. Fr.), Sociolinguistique interactionnelle : une approche interprétative, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 57.

11 Cf. Ngalasso Mwatha-Musanji, « Le concept de français langue seconde », ELA, n ° 88, 1992, p. 27-38.

12 Gauvin Lise, Les langues du roman, Québec, Presse Universitaire de Montréal, 1999, p. 10.

13 Gauvin Lise, Les langues du roman, op.cit., p. 11.

14 Grutman Rainier, Des Langues qui résonnent : l’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, Québec, Fides, 1997, p. 11.

15 Winkin Yves (dir.), La nouvelle communication, Paris, Le Seuil, 2000, p. 7.

16 Magnier Bernard, « Kourouma », Notre Librairie, n° 87, 1987, p. 11.

17 Gauvin Lise, L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Paris, Karthala, 1997, p. 156.

18 Tine Alioune, « Wolof ou français, le choix de Sembène », Notre Librairie, n° 81, 1985.

19 Afrique, n° 25, 1963, p. 49, cité par Bestman Martin, Sembene Ousmane et l’esthétique du roman négro-africain, Québec, Naaman de Sherbrooke, 1981.

20 Vieyra Pauline, Ousmane Sembene, cinéaste, Paris, Présence Africaine, 1972, p. 184.

21 Zalessky Michèle, « La langue : un habit cousu pour qu’il moule bien », Diagonales, n° 7, 1988, p. 4.

22 Kourouma Amadou, Allah n’est pas obligé, Paris, Le Seuil, 2000, p. 9.

23 Ibid., p. 16.

24 Kourouma Amadou, op. cit., p. 30.

25 Kourouma Amadou, Allah n’est pas obligé, op. cit., p. 16.

26 Sembene Ousmane, Xala, Paris, Présence Africaine, 1973.

27 Ibid., p. 40.

28 Sembene Ousmane, Xala, op. cit., p. 74.

29 Faye Babacar, « L’écriture du divers dans la littérature francophone. L’exemple de Kossi Efoui », in Alpha Ousmane Barry, Pour une sémiotique du discours littéraire d’Afrique francophone, Paris, L’Harmattan, 2009.

Auteur

Université Paris III

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search