Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires politiques et médiatiques en Afrique

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Aspects théoriques et méthodologiques

Concept ou théorie : l’imaginaire linguistique, sa formation, son extension

Anne-Marie Houdebine-Gravaud

Texte intégral

Approches de l’imaginaire linguistique – 1975-1982

Son émergence

  • 1 D’une classe de 4e moderne. À cette époque les lycées allaient de la 6e à la Terminale.

1Dans les années 60-70, la linguistique descriptive et explicative qu’était la linguistique générale, issue de Saussure, m’intéressait pour son absence de prescription ; tous les usages pouvant être décrits et jamais proscrits ou prescrits ; attitude très différente de celle des grammairiens, depuis les Grecs, ou de ce qu’exigeait l’enseignement grammatical du français que j’étais amenée à donner dans une région traversée par ce qu’on appelle la ligne oc/ oïl. J’avais noté les différences de prononciation des élèves1. Quant à eux ils me signalaient qu’ils ne parlaient pas comme moi. Certains affirmaient qu’un jour ils parleraient « mieux ». Ils conjoignaient alors manières de dire et de table. Tout se passant comme si ces façons de parler renvoyaient à une certaine tenue, de la parole, et du corps. En classe, ils/elles riaient de leurs différences de prononciation alors que les adultes rencontrés, lors des enquêtes pour le doctorat d’état, paraissaient gênés, complexés par leur parole, disant non seulement qu’ils ne parlaient pas « bien » mais même qu’ils « ne parlaient pas français » alors que je les entendais parler dans cette langue. Cette attitude rappelait ce que Robert Lafont avait à cette époque, dans la situation diglossique occitane, désigné de culpabilité linguistique. Je ne connaissais pas encore les travaux de Labov et la notion d’insécurité linguistique, mais ceux de Prague ne m’étaient pas étrangers, ou ceux d’Henri Frei. Ce sont ces attitudes des locuteurs, différentes de leurs productions ou comportements pour reprendre un vocabulaire psycho-sociologique qui prirent le nom d’imaginaire linguistique préféré à celui de représentation m’apparaissant trop polysémique.

  • 2 Déjà mises en œuvre dans ce magistral travail de 1941 qu’est La prononciation du français contempor (...)
  • 3 « Linguistique et sémiologie : Des signes de la vie sociale », Combat pour les langues du monde – F (...)

2Puisqu’il est question d’émergence, il faut parler du contexte historique scientifique dans lequel ces recherches se déroulaient. En linguistique c’était celui du « retour au sujet », qu’il s’agisse des théories de l’énonciation re-surgissant comme une nouveauté, ou de la pragmatique, sous l’influence de la philosophie du langage, et bientôt de ce qu’on appellerait la sociolinguistique. Ces divers courants signaient pour beaucoup l’arrêt du structuralisme ou pour le moins sa mise en cause et le retour des exclusions de l’effet ou l’acte, du social, et de l’individu ou du sujet parlant. Pourtant sous la direction d’André Martinet les recherches linguistiques étaient non seulement descriptives mais explicatives, les causalités internes, externes – les sociales, les géographiques, les professionnelles, les différences d’âge2 – étant déjà mises en travail pour vérifier leur influence sur la dynamique linguistique. Restait à introduire dans la théorisation de cet auteur les attitudes des sujets. Soulignons que l’Imaginaire linguistique advient dans ce moment historique en linguistique et vient directement des analyses phonologiques3.

Définition – imaginaire versus représentation

  • 4 Castoriadis Cornélius, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1975 ; pour le lien (...)

3Le terme d’imaginaire a alors été préféré à représentation mentale (terme psychologique) ou représentation collective (Durkheim) ou représentation sociale (Moscovici, Jodelet) termes plus sociologiques, ou encore à sentiment linguistique généralement usité en linguistique, parce que ces attitudes (ou représentations) relèvent à mon sens d’une fiction. Une autre motivation a favorisé ce terme, celle d’une référence à la psychanalyse lacanienne (sa trilogie Réel, Symbolique, Imaginaire) et à la notion d’Imaginaire social de Castoriadis (psychanalyste et sociologue)4.

  • 5 Voir l’entrée « Imaginaire linguistique », dans le dictionnaire de Sociolinguistique sous la dir. M (...)

4Définition : L’I.L. est défini comme « le rapport du sujet à lalangue (Lacan) et à La Langue (Saussure) repérable par ses commentaires évaluatifs sur les usages ou les langues » (versant unilingue ou plurilingue des évaluations linguistiques)5.

  • 6 Houdebine Anne-Marie, La linguistique, « Pour une linguistique synchronique dynamique », Paris, PUF (...)

5La conceptualisation de l’imaginaire linguistique, dorénavant I.L., élaborée dès 1975 dans la thèse de doctorat et publiée dans différents articles, s’inscrit ainsi dans la problématique de la linguistique générale ou linguistique des langues. Le point de vue est dit synchronique dynamique (Martinet). La recherche est descriptive ; elle met au jour l’état des systèmes et la diversité des usages (l’épaisseur synchronique6) ; et elle est explicative en recherchant les causalités de leur variation et de leur évolution dans la synchronie (dynamique).

Une étude descriptive des représentations et des productions incluant le sujet parlant

6La conceptualisation de l’I.L. est une tentative de lever la binarité interne/externe/ externe en (ré)introduisant, dans une problématique causale, l’analyse du rôle du sujet parlant, de son influence potentielle dans la dynamique linguistique, sans le réduire à son statut de sujet social dont les évaluations (ou représentations, opinions, attitudes, etc.), seraient surdéterminées par son ou ses groupes d’appartenance. En effet, la description de monographies régionales montre que tous les sujets ayant stabilité géographique, une formation scolaire et un statut social analogues, tous facteurs homogénéisants, peuvent ne pas se comporter de la même façon sur le plan phonologique et ne partagent pas les mêmes normes. Ce dont témoignent leurs productions linguistiques et leurs commentaires métalinguistiques (ou épilinguistiques) divergents.

  • 7 Rey Alain, « Usages, jugements et prescriptions linguistiques », Langue française 16, 1972, p. 4-28

7L’analyse de ces évaluations spontanées (à l’aide des reprises ou interruptions d’autrui in vivo) ou demandées à l’aide d’entretiens semi directifs ou d’enquêtes (attitudes ou « rapports à la langue, aux discours, ou aux langues ») relève de l’étude des représentations subjectives ; on pourrait aussi les dire individuelles sans oublier l’interdépendance individuel/collectif (comme l’ont démontré, entre autres, Durkheim, Freud, etc.) que prend en charge l’I.L. (voir schéma ci-après). Cette conceptualisation de l’I.L. voisine avec des sciences affines telles certaines tendances de la psychologie cognitive – analyse des représentations mentales en termes de processus de connaissance – ou de la psychologie sociale, de la philosophie, de l’analyse des idéologies, de la sociologie du langage ou de la sociolinguistique. Le voisinage avec cette dernière est sensible par le recours à la notion de normes que l’I.L. reprend pour cadrer les phénomènes dégagés. Cette théorisation se différencie cependant de la sociolinguistique par le maintien du point de vue linguistique interne (Saussure) en mettant l’accent sur la mise au jour des normes internes ou structurelles régulant le système (le schéma selon Hjelmslev). Elles peuvent aussi être désignées de normes fonctionnelles selon l’École de Prague qui les considéraient comme régulatrices et constituantes de la standardisation – normalisation de la langue. Le terme norme a d’ailleurs été conservé pour marquer ces filiations : celles des Praguois, de Henri Frei dans La grammaire des fautes, et le bel article d’Alain Rey7 qui m’a beaucoup inspirée.

L’Imaginaire linguistique et la synchronie dynamique Interaction des diverses normes – 2009

L’Imaginaire linguistique et la synchronie dynamique Interaction des diverses normes – 2009

La typologie des normes constituant l’I.L.

  • 8 Régulations internes isolées à partir de l’analyse d’un ou deux idiolectes, vérifiés. Voir schéma.

8Insistons sur deux points : en décrivant les comportements ou productions des locuteurs c’est-à-dire les usages (normes statistiques) à partir desquels sont construites les normes internes, révélant le fonctionnement du ou des systèmes dégagés (normes systémiques). L’I.L. n’étudie pas uniquement le point de vue des locuteurs, mais les paroles et la langue ; ce n’est donc pas un modèle psychologique mais une théorisation linguistique. Ces éléments mis au jour par les descripteurs linguistes à partir des usages relèvent de l’objectivité scientifique, puisque se construisent le ou les système(s) représentatif(s) à partir des productions ; c’est pourquoi les normes objectives chapeautent dans le schéma modélisant de l’I.L. les normes statistiques et systémiques8.

9De plus notons que les catégorisations qui vont suivre comme celles qui précèdent n’ont pas prétention à dire la réalité (et encore moins la vérité qui n’est pas souci scientifique) mais à permettre de mettre un peu d’ordre dans la continuité de la réalité, à la catégoriser ; il s’agira en réalité d’un continuum dont sont dégagés des pics, des focalisations évaluatives.

Les normes objectives

10L’étude de ces normes systémiques (ou normes normales s’opposant aux normes normatives-prescriptives) permet de repérer la mouvance des systèmes, leurs zones fermes ou en déséquilibre, leur constance et leur périphérie (innovations ou disparitions en cours), et ainsi la dynamique dans l’épaisseur synchronique. Ce va-et-vient entre normes systémiques et normes statistiques rend compte des conflits des usages d’une part s’homogénéisant et d’autre part s’hétérogénéisant.

  • 9 Voir ci-après § indices subjectifs et indices objectifs.

11Dans le premier cas, l’aspect régulant, systématisant est analysé au plan linguistique, et l’aspect unifiant, communautaire au plan social. Dans le second est étudiée la diversité des usages, singularisant, spécifiant tant les sujets que les groupes (fonction ethno-démarcative des traits ou indices spécifiants). Ces éléments singularisant sont appelés en sociolinguistique indicateurs ou marqueurs. Dès 1975 je leur ai donné le terme d’indices9.

  • 10 Certains linguistes désignent les opinions des sujets analysées de normes objectives ; ce qui me pa (...)

12L’analyse relève donc de la dynamique linguistique, liant interne et externe, système et productions et recherche de diverses causalités. Puisqu’il s’agit de description et d’explication opérées par les chercheurs, on parle de dégagement des normes objectives ou objectivées relevant d’un point de vue, rigoureux, scientifique, d’où chez certains linguistes leur désignation de normes descriptives. Puisque ce sont les descripteurs, et non les locuteurs qui les dégagent, elles n’ont pas à être assimilées aux jugements des sujets sur leurs paroles10.

Les normes subjectives

  • 11 Celle que Saussure, dans les notes manuscrites retrouvées (cf. Écrits de linguistique générale, 200 (...)
  • 12 Comme on verra plus loin chez Balzac.
  • 13 Cf. « Elle parle français, la presse écrite ou La Belle au Bois Dormant des analyses de discours », (...)
  • 14 Langage médiant ou « français avancé » selon Frei. À rapprocher de la notion d’hypo-correction chez (...)
  • 15 Dans le cadre de la thèse de doctorat, Imaginaire linguistique au Mali, sous ma direction, Paris II (...)

13L’étude des normes subjectives s’opère à partir des discours des sujets et catégorise les contenus dégagés. Ces normes évaluatives ne se définissent pas seulement comme des idéologies linguistiques ou des normes sociales intériorisées ; elles témoignent de l’imposition sociale et singulière de la langue sur le sujet (sa langue individuelle)11 ainsi que de la créativité du sujet parlant sur ce plan. Une première taxinomie a été proposée (1972-1980) reprenant à son compte nombre de travaux sur les normes ; d’où sur le pôle le plus puriste/prescriptif : les normes prescriptives relevant de discours institutionnels prescriptifs : académique, scolaire, etc. ; puis les normes fictives manifestant les rationalisations des sujets avec retour aux arguments d’esthétisation, d’historicisation, à de fausses étymologies ou à la motivation référentielle (transparence linguistique12), etc. S’ajoutent à cette première typologie les normes communicationnelles dégagées par Corinne Baudelot (en 1985) à partir de l’analyse de locuteurs, essentiellement des journalistes13, témoignant de leur connaissance des normes prescriptives (des prescriptions) mais de leur choix de ne pas les utiliser par souci d’adaptation aux discours contemporains14. Une autre typologie a été promue par Cécile Canut, lors de sa recherche doctorale centrée sur l’analyse de langues à tradition orales, à l’aide de longues enquêtes au Mali15. Insistant sur le continuum et constatant le peu de prescriptions chez les locuteurs observés et enquêtés, C. Canut a ajouté aux évaluations un type neutre sans jugement qualifiant qu’elle a désigné de normes constatives (1994).

  • 16 Comme cela a été étudié dans différents mémoires par des étudiant(es) de linguistique ou d’orthopho (...)

14Ces diverses normes subjectives permettent d’aborder d’autres causalités de la dynamique linguistique. Elles font pendant aux normes objectives (causalités internes) et sont étudiées à partir des réactions ou commentaires des sujets sur leurs usages (auto-évaluations) ou ceux d’autrui (allo-évaluations). Les analyses s’intéressent alors aux lapsus, aux reprises (de soi ou d’autrui) aux énonciations produites – étude des discours au plan des formes et des contenus : verbes, modalisations, axes sémiques construits par les propositions catégorisantes et les qualifications attribuées et attributives, métaphores utilisées pour parler des usages ou des langues – tous éléments permettant de dégager et identifier les imaginaires linguistiques des locuteurs et en regard des systèmes et usages analysés, de dégager leur efficience sur les productions individuelles et partant sur la dynamique linguistique momentanément ou à long terme16.

Une spécificité de l’I.L. l’interaction usages, système(s) N.O., attitudes (N.S.)

15Par rapport aux études sociolinguistiques qui analysent les représentations des locuteurs en recherchant les causalités des variations (et en établissant ou non des typologies), l’analyse de l’interaction des normes subjectives (N.S.) sur les objectives (N.O.) et vice-versa (rétroaction) permet d’étudier la dynamique linguistique en tenant compte de ce que la langue impose au sujet qui la parle (le système de conventions ; cf. « la carte forcée du signe » chez Saussure ou « la carte forcée du signifiant » chez Lacan) et de ce que lui-même produit en l’actualisant (maintien, innovation, transgression) ; cela du fait de son rapport intime, primaire (Freud) à une langue (sa langue) le constituant comme sujet parlant (parlêtre selon Lacan) ; donc du fait de sa biographie, de son acquisition primordiale des formes de la langue (les signifiants) et d’un trait universel des langues humaines, leur capacité métalinguistique : leur « mise à distance » des choses et de la langue elle-même.

Une causalité de l’I.L. : la mise à distance métalinguistique

  • 17 Comme on le verra plus loin chez Balzac ; comme on l’a lu chez Rivarol et bien d’autres. Cf. sur de (...)
  • 18 Il s’agit là encore de la qualité ou transparence référentielle des langues, traitées alors comme d (...)

16Cette particularité linguistique implique une capacité épilinguistique (Culioli) chez les sujets. D’où, depuis toujours et dans tous les parlers, l’apparition de remarques sur les langues ou les usages. Tantôt sur ce qui n’appartient pas à cette langue, sur son dehors telle l’autre langue dont les sujets parlants étaient désignés par les Grecs de barbaros ; tantôt sur ce qui la borde, ou est déclaré comme ne lui convenant pas : les incorrections, les « fautes », grossièretés, barbarismes (terme à mémoire grecque). On peut aussi vanter au contraire sa beauté, sa clarté – comme pour le français17 – qualifier ses sonorités de mélodieuses, de durs, ou rauques, etc., sa syntaxe de simple ou de compliquée comparée à celle d’autres langues, son efficacité référentielle ou pragmatique18 (une langue dirait mieux la réalité que l’autre, serait plus analytique ou plus synthétique, plus aisée à utiliser dans les pratiques commerciales, etc.). Tous ces éléments ont été maintes fois entendus. Il n’est pas besoin de s’attarder. Je noterai seulement combien la morphologie du genre peut dans ce cadre être utilisée : on oppose alors les langues sans genre (hongrois, finnois, par exemple) aux langues à deux ou trois genres (français, allemand) avec des arguments sur leur qualité représentative qui s’inversent selon les discours relevés ; preuve s’il en est de cet imaginaire sur la ou les langue(s).

17Ces fictions viennent non seulement des conventions et prescriptions sociales, mais du rapport du sujet à sa langue et de son filtre linguistique (Troubetzkoy) originaire ; c’est-à-dire de sa langue première (langue maternelle, langue du père), etc. Tout cela étant à mettre en rapport avec les notions durkheimienne, saussurienne, freudienne de social (ou collectif) et individuel ou plus freudiennes de narcissisme primaire/secondaire, moi idéal, idéal du Moi, Surmoi, etc.

Les indices subjectifs versus objectifs et la dynamique linguistique

  • 19 Par exemple : jambe prononcé avec /h/ dans le sud poitevin (région de Gençay) chez les gens âgés, s (...)

18Lors de ces commentaires, les sujets donnent des exemples : des indices linguistiques subjectifs (fictifs, prescriptifs) peuvent ainsi être repérés à tous les niveaux linguistiques : prononciation, morphologie, syntaxe, lexique. Ces indices, relevés par les locuteurs, d’où leur désignation de subjectifs, peuvent différer des autres, les indices objectifs, dégagés par les analyses des linguistes, qui permettent aussi de spécifier des groupes sexuel ou d’âge19 et d’être comparés avec ceux prélevés par les locuteurs. Ainsi constate-ton que, en français, pour l’opposition d’aperture /é/-/è/, l’absence de /è/ est souvent relevée. Il en va de même de la double négation, mais jamais la différence des nasales in/un ou celle de n palatal et n palatalisé n’attire l’attention des sujets, ni même l’hypercorrection de mise en exergue au lieu de mise en évidence, ou celle du subjonctif avec après que, etc. Ce qui témoigne de l’aspect fictif, ou prescriptif (scolaire) de ces indices subjectifs.

19Les normes subjectives et objectives comme les indices sont mises en relation selon l’objectif énoncé plus haut pour tenter de dégager et comprendre, dans les causalités multifactorielles de la dynamique linguistique, celles qui reviennent au sujet parlant. Comme par exemple le rapport entre une représentation prescriptive et une autocensure (évitement de certains termes ou prononciations) allant parfois jusqu’au tabou ; cela en interaction avec les censures sociales, ou leur valorisation. C’est pourquoi on rencontre aussi l’inverse, telle l’extension d’une prononciation valorisée, d’un terme à la mode ; ce qui change les usages (les normes statistiques) et par là le système linguistique puisque celui-ci évolue à partir de la parole (Saussure) des sujets. L’extension de l’usage d’une langue au dépens d’une autre, dans des zones de contact ou de bilinguisme, provient de causalités identiques. Ce qui renforce la diglossie voire la fait apparaître en précipitant la désaffection d’une des deux langues ; l’inverse se produisant également s’il y a survalorisation de la langue d’origine, devenue marque identitaire, comme on a pu le voir pour les langues basques, bretonnes, catalanes, berbères, etc.

20Que des hiérarchisations et légitimations sociales, idéologiques et culturelles interviennent comme causes de la dynamique linguistique n’est ni nié, ni dénié, mais l’accent est d’abord mis dans la théorisation de l’I.L. sur l’incorporation de ces éléments chez les sujets, afin de dégager leur influence sur la dynamique linguistique, discursive, langagière.

À propos d’identité, de fonction identitaire et d’I.L.

21Reste une question : celle de la fonction identitaire des langues ou des usages ; or l’I.L. paraît ne pas en rendre compte. Une norme identitaire ne serait-elle pas bien venue ? Cette question de l’identité relève pour moi d’une position théorique à longuement approfondir avant de modifier le modèle pour l’intégrer comme norme ou fonction identitaire ; celle-ci étant, ce me semble, toujours liée fictivement à une origine donnée comme identitaire et partant à une identité. Je dis fictivement ce qui indique que la fonction identitaire relève selon moi des normes fictives, les plus proches des fantasmes de l’être parlant. Car l’identité quel que soit le lieu de naissance du sujet et des traces qu’il lui laisse est rêvée, fantasmée. Imposée socialement, familialement, elle est re-construite par le sujet se figeant dans les moules proposés, ou les transgressant. Nulle assignation n’est obligatoire sauf dans le socius. Elle me paraît donc relever d’un imaginaire mais plus social que linguistique.

22Ce point demande toutefois des investigations plus approfondies dans la mesure où la théorisation de l’I.L. doit s’affronter aux fonctions symbolique, symboligène, identitaire et identificatoire des langues autant sur les plans individuel que social.

L’I.L. et les langues orales ou écrites

23La différence entre les imaginaires subjectifs relevant de l’appartenance du sujet à une langue (ou des langues) à tradition orale et à des idiomes à tradition écrite est sensible, comme le montrent les diverses analyses menées dans les doctorats ou masters (ex DEA) depuis 1985. Les commentaires ou évaluations des premières relèvent essentiellement des normes fictives alors que les secondes manifestent l’importance des normes prescriptives dont témoignent également la prescriptivité de nos grammaires ou certains concepts théoriques linguistiques (cf. notion de grammaticalité chez Chomsky, opposée à notion d’acceptabilité voire de degré d’acceptabilité selon Labov).

24Si l’on songe à ces exemples et à l’accent mis sur la communication par Martinet, on voit que non seulement une typologie des sujets mais aussi des théorisations linguistiques (opposant normes prescriptives et communicationnelles par exemple) peut être tentée avec le modèle théorique de l’I.L.

Applications et extensions de l’I.L. – exemples

L’I.L. dans les théories linguistiques

25Avant de traiter des extensions actuelles de l’I.L. il me paraît intéressant de revenir sur quelques-unes de ses applications possibles comme on vient de le voir à propos des théories linguistiques. Ce qui peut se faire dans ce cadre peut s’étendre aux remarques connexes (écrits médiatiques plus que théoriques par exemple) des auteurs linguistes.

Un exemple d’application de l’I.L. dans les romans de Balzac

  • 20 Extraits d’une conférence faite à l’université de Iasi, Roumanie, mai 2007 : « Un imaginaire des la (...)

26On peut de même rechercher l’imaginaire linguistique d’un romancier à travers les commentaires sur les langues qu’il prête à ses personnages, évidemment en différenciant les homophones langue organe (1) ou parole (2 et suiv.). Par exemple20 :

  • 21 Les références viennent de livres de poche.

(1) Kt, kt, kt, kt, fit Bianchon en faisant claquer sa langue contre son palais, comme pour exciter un cheval (Le père Goriot, p. 413)21 ;

27ou

(2) La supériorité de la France vient de son bon sens, de la logique à laquelle sa belle langue y condamne l’esprit (Modeste Mignon, p. 243).

  • 22 « Vous avez raison, dit le prince russe […] Expliquer certains mots ajoutés de siècle en siècle à v (...)
  • 23 Nombre de références également aux « richesses poétiques de cette langue » (L’enfant maudit, p. 163 (...)
  • 24 « Et il m’a dit […] dans sa sublime et grandiose langue espagnole » (Mémoires de deux jeunes mariée (...)
  • 25 Dans les citations, j’ai mis en gras mais l’italique, hormis le titre des ouvrages, est de Balzac.

28On rencontre aussi nombre de stéréotypes sur le français « belle langue »22, « langue difficile », peu musicale, sur l’italien « favorable à la passion »23, sur la « grandiose langue espagnole »24 ainsi que des remarques plus strictement descriptives (3, 4) non exemptes d’adjonctions essentiellement fictives (5 et suiv.) et plus rarement prescriptives25 :

(3) Le mot gars que l’on prononce , est un débris de la langue celtique (Les chouans, p. 13).

(4) Ce fut un torrent de cris, de rires et d’exclamations, à la peinture duquel on userait toutes les onomatopées de la langue (Le Colonel Chabert, p. 8).

29Alliance de connaissances et de fictions :

(5) En France, où une partie du sol, la langue d’Oc pouvait se plaire aux croyances orientales tandis que l’autre la langue d’Oïl était la patrie des traditions (Physiologie du mariage, p. 430).

(6) Ce paysan du Languedoc souffrait d’un agacin (en français cor ; mais le mot de la langue d’Oc n’est-il pas plus joli ?) (Petites misères de la vie conjugale, p. 47).

30Plus précisément encore pour les normes fictives :

Ce bonheur, purement matériel, exprimé par des mots vulgaires qui sont le fond de la langue dans les ménages berrichons (Les célibataires, un ménage de garçons, p. 187). En Touraine, la jalousie forme, comme dans la plupart des provinces, le fond de la langue (Les célibataires, le curé de Tours, p. 35). Ne trouvez-vous pas que la langue française se prête peu à la poésie ? (Les illusions perdues, p. 73) ; […] tu te plaindras du peu de poésie que comporte notre langue, […] des reproches que nous font les étrangers sur le positivisme de notre style (Les illusions perdues, p. 308).

  • 26 « Les termes les plus barbares de la langue judiciaire » (Physiologie du mariage, p. 519) ; « la la (...)
  • 27 « Tu sauras qu’il faut tenir sa langue en bride dans le commerce » (Eugénie Grandet, p. 310).
  • 28 « Nanon ! tiens ta langue. Eugénie apprit en ce moment que la femme […] doit toujours dissimuler se (...)

31Les quelques prescriptions relevées critiquent la langue archaïque, populaire, ou technique (la judiciaire par exemple)26 ; elles marquent nettement l’importance des différenciations sociale et sexuelle : « il faut savoir tenir sa langue » dans le commerce27 ou quand on est fille28.

32Cette dernière référence me permet de passer à une autre application de l’Imaginaire linguistique, son utilisation lors de la recherche sur la féminisation des noms de métiers.

Exemple d’application effective : l’I.L. et la féminisation des noms de métiers

  • 29 Socialement pour lutter contre l’occultation sociale des femmes au travail, linguistiquement pour q (...)
  • 30 Nombre d’articles sont parus sur cette question du point de vue linguistique ou socio-politique ; j (...)
  • 31 Enquêtes orales pour les étudiant (es) linguistes, enquêtes écrites pour les membres des ministères (...)
  • 32 En particulier pour les noms de métiers terminés en -e à l’écrit, à l’oral par une consonne ; exemp (...)

33La loi de non discrimination sexuelle dans les offres d’emploi votée en juillet 1975 conduisit divers ministères à demander à la Ministre des Droits de la femme (Yvette Roudy) de leur fournir des termes au féminin puisqu’ils n’apparaissaient pas dans les dictionnaires usuels. Une commission fut donc mise sur pied en 1984 qui se justifiait socialement et linguistiquement29 et qui eut pour mission de proposer des féminins pour les titres et fonctions. Je fus avec quelques autres, la linguiste active de cette commission30, au sens où j’y ai dirigé nombre d’enquêtes inspirées des méthodes linguistiques, utilisées et modélisées dans la théorie de l’I.L. Des recherches diachroniques ont été menées dans différents dictionnaires, à partir du xviie siècle, dans quelques romans historiques et surtout des enquêtes synchroniques de productions et d’évaluations. Les premières se faisaient sous la forme31 : si une femme exerce le métier de xx (terme au masculin) que pouvez-vous ou pourriez-vous dire, ou qu’avez-vous entendu dire ? Les commentaires, de quelque ordre qu’ils fussent, étaient les bienvenus : ils donnaient des normes subjectives comme les secondes enquêtes qui demandaient un choix hiérarchisé entre les termes précédemment obtenus. Par exemple : si une femme occupait le poste de xx (ingénieur) ou la fonction de xx (avocat, lieutenant, médecin, …) quel terme préféreriez-vous ? Notez vos préférences (ordre). Ce qui permettait des dénombrements ordonnés manifestant les choix des locuteurs et locutrices. Notons que pour vérifier si la féminisation était choisie ou la conservation du masculin préférée, nous demandions dans les enquêtes de production de précéder le nom de l’article indéfini (un/une) afin d’éviter l’usage de l’ sans indication morphologique si le masculin épicène est utilisé. Cf. l’ingénieur versus une ingénieur qui marquent une volonté de féminisation sans modification de l’unité lexicale (l’ingénieure). La hiérarchie demandée est due au fait que de nombreuses façons de féminiser existent en français : composition femme-médecin, professeur-femme, etc. ou dérivation professeure, magistrate, stabilité avec usage de l’article une gendarme32, outre les emprunts : une skipper, une femme-skipper (termes relevés dans les medias). Même plus, un terme peut présenter plusieurs possibilités de féminisation. Exemples : avec avocat : une avocate, une avocat, une femme avocat ; avec sculpteur, un sculpteur, une sculpteur, une sculptrice, une sculpteuse (forme dérivée correcte du point de vue de la norme systémique), une femme-scultpeur, etc.

34Je ne donne pas davantage d’exemples ; avec ces quelques éléments on voit que la langue française a maintes ressources pour féminiser et que les féminisations ne posent guère de problème. Aussi la commission ne s’est-elle attardée que sur quelques formes. Exemples : dactylo. Proposition : stabilité une dactylo. Pour chef : stabilité ou dérivation minimale une chef et quelques termes en -eur étant donné les divers choix possibles comme on l’a vu pour sculpteur. Cela d’autant que les pays francophones et particulièrement le Québec, qui avaient féminisé les noms de métiers bien avant la France, présentaient quelques divergences avec nos propositions privilégiant les dérivations une chèfe, une cheffe et adjonction d’un -e aux formes épicènes : une ingénieure (Q) versus une ingénieur (Fr). Les enquêtes subjectives ont alors été très utiles pour trier les possibilités. Grâce à elles, nous avons pu noter de nombreuses et constantes réticences des locutrices et locuteurs à utiliser les affixes -ette, -esse et -euse très souvent commentés de façon péjorative ; ils paraissaient dévalorisants ; chéfesse a donc été rejeté comme gendarmette ou professoresse, et même sculpteuse ou chercheuse, pourtant correctement dérivés depuis leur verbe de base. La prédictivité systémique dégagée grâce à ces deux types d’enquête et en particulier la prise en compte de l’imaginaire des sujets (leurs jugements et fictions sur les termes féminisés et les affixes) et ses rétroactions possibles sur le lexique en cause, témoignent de l’efficace du cadrage théorique de l’I.L. Ces diverses analyses ont en effet permis de proposer des règles de féminisations conformes au système du français et de maîtriser sa dynamique puisqu’on peut constater aujourd’hui que les recommandations faites dans la circulaire de 1986, et le texte de 1998, sont celles qui circulent de plus en plus. Quelques différences peuvent être relevées : le système de féminisation étant remis en marche – si je puis dire – l’affixe -euse réapparaît sporadiquement et l’écriture québécoise (avec -e, professeure) est en progression constante.

Un exemple d’extension : l’I.L. et la sémiologie des indices33

  • 33 Voir notre article dans le Vocabulaire des études sémiotiques et sémiologiques, Ablali D. et Ducard (...)
  • 34 Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1916, cité CLG, p. 33.
  • 35 La majuscule marque la différence entre l’objet social et l’Objet d’étude.
  • 36 Mythologies, Paris, Le Seuil, 1970.
  • 37 Je m’inspire là de « la carte forcée du signe » saussurienne. Ajoutons une citation qui à sa façon (...)
  • 38 Cf. articles cités note 3, 22 et 33.
  • 39 Moles Abraham, Les sciences de l’imprécis, Paris, Le Seuil, 1990.

35Dans le modèle de l’I.L. les normes objectives sont dégagées par observation des productions convergentes des locuteurs (normes statistiques) ; à partir d’elles est construit le système (normes systémiques ; cf. temps descriptif puis explicatif). Ces démarches ont été appliquées en sémiologie des indices. Pour étudier un objet social quelconque on fait l’hypothèse de sa structuration ferme (à formes convergentes) ou souple et on cherche à dégager ses règles de fonctionnement stables ou instables, majoritaires et minoritaires. Cette phase descriptive est dite analyse systémique ; on voit qu’elle se modèle sur l’analyse des normes objectives, donc qu’elle prend appui sur l’expérience acquise dans l’élaboration de l’I.L. Mais la sémiologie, anticipée par Saussure comme « l’étude de la vie des signes de la vie sociale »34 ne se contente pas d’analyse structurale formelle, dégageant le(s) système(s) de l’Objet d’étude35 ; elle recherche ce qu’il signifie dans les pratiques sociales, comme Barthes fit dans les Mythologies36, pour le steak frites ou le catch, par exemple. Cette phase de la sémiologie des indices est dite analyse interprétative. Elle n’est pas seulement explicative, elle prend parti, et a pour objectif le dévoilement idéologique qu’institue le fonctionnement de l’Objet d’étude. À ce titre elle voisine avec l’imaginaire social de Castoriadis qui avait inspiré l’I.L. Comme celui-ci, elle tient compte du sujet parlant dans l’analyse. Mais cette fois il ne s’agit plus des locuteurs mais de l’analyste lui-même. Il conduit le parcours interprétatif en mettant au jour de façon précise et démonstrative sa démarche : il recourt à ses intuitions de sens, les transforme en hypothèses de sens puis effets de sens qu’il étaye sur l’analyse systémique antérieure et sur ses associations expérientielles et culturelles (intertextuelles, interdiscursives, intermédiatiques) ; elles sont en lui tissées par les discours entendus depuis sa naissance, son histoire personnelle, familiale, sociale, sa ou ses langues, son éducation qu’il s’agisse de la rue ou de l’école, etc. ; puisqu’un sujet est un être parlant, inscrit dans une culture qui s’impose à lui (« carte forcée culturelle »37). Cette phase interprétative est donc un temps de tension objectivante où se marquent rigoureusement les étapes de mises en sens des éléments internes et externes. Cela dans une scientificité et une éthique subjective (pratique critique sociale et pratique de soi, temps de l’ethos38), spécifique de la sémiologie des indices comme science des objets imprécis (A. Moles39).

  • 40 L’Aventure sémiologique, p. 14.

36Ainsi la tâche attribuée par Barthes à la sémiologie peut-elle être soutenue ; c’est-à-dire l’interrogation de la société et de ses imaginaires désignée dans l’Aventure sémiologique de critique du « système symbolique et sémantique de notre civilisation ; dans son entier »40. La fin de la citation est sans doute extrême, intenable ; elle justifie cependant notre désir de faire voisiner l’analyse sémiologique avec l’Imaginaire Culturel, jusqu’à la mise au jour des insus culturels.

Imaginaire linguistique/Imaginaire social/Imaginaire culturel (première approche)

37Dans la théorisation de l’I.L. les normes prescriptives sont celles qui relèvent le plus de la contrainte sociale puisque reprenant des discours institutionnels, les scolaires, oraux ou écrits, les académiques, les puristes. Ceux des livres ou des auteurs de prestige peuvent jouer ce rôle d’imposition plus ou moins conscient, ou rationalisé ; comme les projections identificatrices (identifications) l’ont fait dans l’enfance quand par mimétisme on a pris tel ou tel trait d’autrui. Ce qui se produit aussi dans la vie d’adulte, sur un mot, une tournure, un accent, etc. indice d’appartenance imaginaire qui fait d’un élément linguistique quelconque, un trait de distinction par identification, assimilation à un groupe. On l’a vu lorsque un troupeau de courtisans a mimé les traits phonétiques ou lexicaux d’un Président de la République (cf. le nasillement de VGE) ; ou comme cela se passe dans les medias pour la (mise en) circulation de mots ou syntagmes brusquement devenus à la mode (cf. la réussite actuelle d’éponyme ou de contre-productif).

  • 41 Gueunier N., Genouvrier E., Khomsi A., Les français devant la norme, Paris, Champion, 1978.

38Cette modalité mimétique peut être un élément moteur dans l’apprentissage des langues étrangères : se séparer un temps de la langue première en ornant l’autre langue, ou l’autre contrée, de toutes sortes d’atours séductifs. L’I.L. est là repérable, et fait lien avec l’Imaginaire culturel puisque sont mis en discours, en arguments significatifs des justifications historiques, esthétiques. La littérature joue alors un rôle fondamental dit Martinet, dans Peut-on dire d’une langue qu’elle est belle (1969), en démontrant que ces discours sur la beauté des langues ne sont aucunement fondées scientifiquement. Elles relèvent donc de l’I.L. et sont à analyser. Dans leur ouvrage sur la norme41, les auteurs usent d’arguments équivalents en citant ceux des locuteurs de Touraine : les châteaux de la Loire, le climat harmonieux de cette contrée construiraient la représentation du « beau français » de cette région. On peut poursuivre : la « douceur angevine » celle du « doux parler » angevin ; l’intonation méridionale, si différente de l’accent parisien ou du français ressenti « sans accent » alliée au théâtre de Pagnol, semblerait heureuse humeur et provoquerait la sympathie, etc. I.L. et Imaginaire Culturel ont alors partie liée comme on peut le voir dans cette citation de Balzac.

L’architecture, la musique, la poésie, tout dans la France s’appuie, plus qu’en aucun autre pays, sur ce principe, qui d’ailleurs est écrit au fond de son clair et pur langage, et la langue sera toujours la plus infaillible formule d’une nation (La duchesse de Langeais, p. 130). J’ai souligné.

Pour conclure : une extension de l’I.L. : l’imaginaire culturel

  • 42 Ainsi dans les doctorats par exemple à la photographie (P. Corvez) au geste (V. Brunetière), au cin (...)
  • 43 Au sens large plus qu’à celui plus technique d’une analyse sémantique ou axiologique.

39Une théorie se mesure à ses applications et extensions. En servant de cadre à des recherches sur d’autres objets, elle se renouvelle avec des modifications voire se refonde du fait des nouvelles descriptions et systématisations. Ce à quoi nous assistons avec l’extension de l’I.L. et de ses modélisations à des objets sémiotiques très divers42. Cela par ressourcement à ses bases théoriques (Freud, Saussure, Durkheim), ainsi qu’aux réflexions constamment menées sur cet énigmatique lien de l’individuel et du collectif, de l’individuel et du culturel. Et parce que la question du « sens »43 échappant à ce modèle de l’I.L., un passage par la sémiologie et spécifiquement la sémiologie interprétative s’est révélé nécessaire pour interroger les imaginaires au travers des « mythologies » sociales et culturelles comme on vient de le voir. C’est ainsi que l’Imaginaire social formulé par Castoriadis, dont s’est inspiré l’I.L., sert aussi de base à la reformulation actuelle en termes d’Imaginaire culturel (I.C.). Notion qui permet, sans s’appesantir sur la surdétermination économique, d’inscrire et la part collective (socio-historique) et la part individuelle, soit le lien de l’intime à l’extime (selon Lacan), pour le travailler selon « l’infinité du sens », ou le « dévoilement idéologique » proposé par Barthès dans l’Aventure sémiologique.

40Rappelons en conclusion que cette notion d’I.C. ne constitue pas encore un modèle abouti comme l’est celui de l’I.L., même si cette modélisation l’inspire. L’I.C. provient, comme l’I.L., d’un travail liant linguistique et psychanalyse ; s’y conjoint la pratique théorique et analytique de la sémiologie des indices, celle qui sémiotise des objets pour en dégager non seulement le fonctionnement structurel et sa dynamique mais encore mettre au jour leurs valeurs au sens idéologique ou mythologique. C’est-à-dire en analysant les phénomènes sociaux sous l’aspect de leur signification idéalisée, naturalisée, imaginarisée.

Notes

1 D’une classe de 4e moderne. À cette époque les lycées allaient de la 6e à la Terminale.

2 Déjà mises en œuvre dans ce magistral travail de 1941 qu’est La prononciation du français contemporain. Témoignages recueillis en 1941 dans un camp d’officiers prisonniers, Paris, Droz, 1945. C’est pourquoi Martinet considérait la linguistique générale comme étant sociolinguistique, et refusait ce dernier terme.

3 « Linguistique et sémiologie : Des signes de la vie sociale », Combat pour les langues du monde – Fighting for the world’s languages, Hommage à Claude Hagège (Textes réunis par M.M.J Fernandez-Vest), Paris, L’Harmattan, 2007, Collection Grammaire & Cognition, n° 4, p. 211-222.

4 Castoriadis Cornélius, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1975 ; pour le lien imaginaire social, imaginaire linguistique, voir notre « De l’imaginaire linguistique à l’imaginaire culturel via la sémiologie des indices », sur le site de l’Université Lyon 2, http://www.univ-lyon2.fr/80691439/0/fiche_pagelibre/, juin 2009 ; séminaire de J.-C. Soulages, L’imaginaire social sera dorénavant noté I.S.

5 Voir l’entrée « Imaginaire linguistique », dans le dictionnaire de Sociolinguistique sous la dir. Marie-Louise Moreau, Bruxelles, Mardaga, 1998, p. 165-167.

6 Houdebine Anne-Marie, La linguistique, « Pour une linguistique synchronique dynamique », Paris, PUF, 1985, p. 7-36.

7 Rey Alain, « Usages, jugements et prescriptions linguistiques », Langue française 16, 1972, p. 4-28.

8 Régulations internes isolées à partir de l’analyse d’un ou deux idiolectes, vérifiés. Voir schéma.

9 Voir ci-après § indices subjectifs et indices objectifs.

10 Certains linguistes désignent les opinions des sujets analysées de normes objectives ; ce qui me paraît une erreur : ce sont donc des normes subjectives qui sont décrites même si elles sont objectivées par les chercheurs, cela ne les rend pas pour autant objectives. L’objectivité scientifique dépend d’une construction d’un « point de vue » (Saussure) et d’un cadrage théorique manifeste donc analysable, critiquable (pour ne pas dire falsifiable) ; cette rigueur venant d’une exigence – au moins momentanée – de dé-subjectivisme sorte de déterritorialisation de soi. Une recherche en sciences humaines peut se dire objective à cette condition. Si on ne différencie plus les termes objectif/subjectif, et plus encore objectivité/subjectivité voire subjectivisme on se trouve, ce me semble, face à un abandon de tout le labeur d’édification des sciences humaines et sociales du xxe siècle.

11 Celle que Saussure, dans les notes manuscrites retrouvées (cf. Écrits de linguistique générale, 2002), caractérise d’individuelle (vs la parole sociale) ; Bally et Séchehaye, dans le Cours de Linguistique Générale (CLG), ayant pris des positions inverses : caractère individuel et accessoire de la parole vs caractère social et essentiel de la Langue.

12 Comme on verra plus loin chez Balzac.

13 Cf. « Elle parle français, la presse écrite ou La Belle au Bois Dormant des analyses de discours », La Presse, produit, production, réception, Paris, Didier-érudition, 1988, p. 131-149.

14 Langage médiant ou « français avancé » selon Frei. À rapprocher de la notion d’hypo-correction chez Labov.

15 Dans le cadre de la thèse de doctorat, Imaginaire linguistique au Mali, sous ma direction, Paris III, 1996.

16 Comme cela a été étudié dans différents mémoires par des étudiant(es) de linguistique ou d’orthophonie, en particulier pour des Méridionaux à Paris d’arrivée récente ou non et sur leurs interventions conscientes ou non sur leur parole et ses effets. On constate que certains qui se pensent stables ont transformé leur prononciation ; d’autres ont sciemment chercher à la modifier, comme ils ont adapté leur vocabulaire ; ce avec plus ou moins de succès.

17 Comme on le verra plus loin chez Balzac ; comme on l’a lu chez Rivarol et bien d’autres. Cf. sur de telles questions l’excellent article de Martinet : « Peut-on dire d’une langue qu’elle est belle », Le français sans fard, Paris, PUF, 1969.

18 Il s’agit là encore de la qualité ou transparence référentielle des langues, traitées alors comme de simples nomenclatures de la réalité et non comme organisation catégorisante et symbolisante.

19 Par exemple : jambe prononcé avec /h/ dans le sud poitevin (région de Gençay) chez les gens âgés, stables régionalement.

20 Extraits d’une conférence faite à l’université de Iasi, Roumanie, mai 2007 : « Un imaginaire des langues françaises et étrangères, selon Balzac ».

21 Les références viennent de livres de poche.

22 « Vous avez raison, dit le prince russe […] Expliquer certains mots ajoutés de siècle en siècle à votre belle langue, ce serait faire une magnifique histoire. Organiser, par exemple, est un mot de l’empire, et qui contient Napoléon tout entier (Autre étude de femmes, p. 441). Ou « sous la transparence de notre belle langue » (Autre étude de femmes, p. 455) ; dans cette dernière citation on constate l’alliance entre la norme fictive, correspondant à un stéréotype maintes fois réitéré, et la croyance en la référence immédiatement lisible dans la langue. Tout se passant comme si n’existait pas l’arbitraire des signes (leur immotivation).

23 Nombre de références également aux « richesses poétiques de cette langue » (L’enfant maudit, p. 163).

24 « Et il m’a dit […] dans sa sublime et grandiose langue espagnole » (Mémoires de deux jeunes mariées, p. 37).

25 Dans les citations, j’ai mis en gras mais l’italique, hormis le titre des ouvrages, est de Balzac.

26 « Les termes les plus barbares de la langue judiciaire » (Physiologie du mariage, p. 519) ; « la langue des grecs, des filous, des voleurs et des assassins nommé l’argot […] qui s’agite dans les caves, dans le troisième dessous des sociétés » mais par ailleurs dite « énergique, colorée » (Splendeurs et misères des courtisanes, p. 29).

27 « Tu sauras qu’il faut tenir sa langue en bride dans le commerce » (Eugénie Grandet, p. 310).

28 « Nanon ! tiens ta langue. Eugénie apprit en ce moment que la femme […] doit toujours dissimuler ses sentiments » (Eugénie Grandet, p. 259).

29 Socialement pour lutter contre l’occultation sociale des femmes au travail, linguistiquement pour que le français qui jusqu’au xixe siècle féminisait aisément (cf. la Prieure, l’officière, la bourrelle [une femme-bourreau], la présidente, la marine [une femme-marin 1941] la coiffeuse, la secrétaire, la prof…) puisse retrouver sa créativité et nommer les femmes dans leurs fonctions.

30 Nombre d’articles sont parus sur cette question du point de vue linguistique ou socio-politique ; je cite seulement La féminisation des noms de métiers en français et dans d’autres langues, Paris, L’Harmattan, 1998 où l’on trouvera nombre de détails sur l’installation de la commission, les divers travaux menés et les textes des circulaires parus au J.O.

31 Enquêtes orales pour les étudiant (es) linguistes, enquêtes écrites pour les membres des ministères participant à la commission.

32 En particulier pour les noms de métiers terminés en -e à l’écrit, à l’oral par une consonne ; exemple, notaire, journaliste, gendarme, docteur, professeur, chauffeur, etc. pour lesquels l’usage ancien des affixes -esse, -ette ou -euse ne recevait pas l’aval des sujets.

33 Voir notre article dans le Vocabulaire des études sémiotiques et sémiologiques, Ablali D. et Ducard D. (dirs), Paris, Champion, 2009, p. 121-126.

34 Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1916, cité CLG, p. 33.

35 La majuscule marque la différence entre l’objet social et l’Objet d’étude.

36 Mythologies, Paris, Le Seuil, 1970.

37 Je m’inspire là de « la carte forcée du signe » saussurienne. Ajoutons une citation qui à sa façon conforte ma position : « Il y a forcément entre les individus, même des classes les plus distantes, un fond indivisible d’impressions, d’images, de souvenirs, d’émotions. L’âme individuelle soupçonne à peine tout ce qui entre en elle de la vie sociale par les oreilles et par les yeux, par les habitudes collectives, par la communauté du langage, […] par les tours de pensée et ces passions communs à tous les individus d’un même groupe que les influences multiples de la nature et de l’histoire, du climat, de la religion, de la guerre et de l’art ont largement façonné », Jean-Jaurès, par J.-P. Rioux, cité par Philippe de St Robert, Valeurs Actuelles, octobre 2009, p. 90.

38 Cf. articles cités note 3, 22 et 33.

39 Moles Abraham, Les sciences de l’imprécis, Paris, Le Seuil, 1990.

40 L’Aventure sémiologique, p. 14.

41 Gueunier N., Genouvrier E., Khomsi A., Les français devant la norme, Paris, Champion, 1978.

42 Ainsi dans les doctorats par exemple à la photographie (P. Corvez) au geste (V. Brunetière), au cinéma (P. Escande), au théâtre (E. Mouratidou), etc.

43 Au sens large plus qu’à celui plus technique d’une analyse sémantique ou axiologique.

Table des illustrations

Titre L’Imaginaire linguistique et la synchronie dynamique Interaction des diverses normes – 2009
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search