Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Troisième partie. Appropriation de la langue et créativité

Les représentations linguistiques dans la nouvelle camerounaise contemporaine de langue française

Martine Fandio Ndawouo

Texte intégral

  • 1 Gauvin, Lise, « Entre rupture et affirmation : les manifestes francophones », Études littéraires af (...)

1La prose narrative camerounaise contemporaine de langue française se veut de plus en plus la sphère d’expression de la rue langagière. Qu’il s’agisse de La Joie de vivre (2003) ou de Temps de Chien (2007) de Patrice Nganang, de Moi Taximan (2001) ou de Les Vins aigres (2008) de Gabriel Kuitche Fonkou (G.), de Je vois du Soleil dans tes yeux (2008) de Nathalie Etoke ou de Je vous souhaite la pluie (2006) d’Isabelle Tsoungui ; qu’il s’agisse de Dieu n’a pas besoin de ce mensonge (2009) ou de L’Exil est comme la langue de langue du mouton (2011) de Marcel Kemadjou Njanke, les écarts du « trottoir linguistique » revêtent dans le récit diverses figures et y opèrent sous différents modes. Les discours et les langues, tels qu’énoncés dans nombre de ces textes, expriment la complexité des situations empreintes de plurilinguisme. À la faveur des pratiques légitimant la surimposition de la rue linguistique, les prosateurs camerounais semblent de plus en plus faire de leurs textes des laboratoires d’expérimentation d’une « surconscience linguistique »1. On peut véritablement parler d’une scénographie discursive particulière où, non seulement les mots, les discours et les paroles sont mis en scène, mais où les langues sont imbriquées dans une syntaxe originale qui induit des enjeux à la fois socio-discursifs et sociolinguistiques, tant du point de vue des pratiques que du point de vue des représentations.

  • 2 Ces textes qui constituent notre corpus seront désormais abrégés Vins et Dieu respectivement.
  • 3 Les représentations linguistiques sont « l’ensemble des images que les locuteurs associent aux lang (...)

2Dans Les Vins aigres et Dieu n’a pas besoin de ce mensonge2, Kuitche Fonkou et Kemadjou Njanke optent manifestement pour une écriture qui se pose en défense et illustration d’une conscience linguistique doublée d’une conscience culturelle. Par une sorte d’indocilité quasi-systématique, l’on note une oscillation délibérément orchestrée entre le français et d’autres codes présents dans Vins et Dieu. Il en résulte une langue acclimatée au contexte de plurilinguisme camerounais. Mieux, ces nouvelles articulent une parole propre à la rue, lieu de rencontre par excellence des énoncés flottants : interférences sémantiques et linguistiques, calques, proverbes, alternances codiques et néologismes cohabitent harmonieusement dans ces textes. Parce que ces deux récits résument, à bien des égards, un certain nombre de tendances répertoriées dans la prose camerounaise de langue française de ces dernières années, et parce que la nouvelle n’est pas très étudiée par la critique, contrairement au roman par exemple, nous avons choisi ces textes comme corpus à cette étude. L’analyse emprunte aux théories de la sociolinguistique et de l’analyse du discours pour décrypter cet éclatement du français ainsi que les enjeux qui le sous-tendent en termes de représentations linguistiques3.

Cadre conceptuel et méthodologique

  • 4 Garnier, Xavier, « Langues de rues, langues des livres : les questions en débat », Langues, langage (...)

3La texture de Dieu et de Vins mêle divers types de séquences textuelles, fait varier la modalisation et les registres de langue. Le discours n’élève plus le langage, mais le fait « drivailler dans les faubourgs »4. Tous ces éléments réunis encouragent à en envisager une analyse sur le mode de la mise en mots de l’hétérogénéité linguistique et des représentations qui en découlent.

  • 5 De Bakhtine à Maingueneau en passant par Pêcheux et Authier-Revuz, la définition de l’hétérogénéité (...)
  • 6 Maingueneau, Dominique, Analyser les textes de communication, Paris, Hachette, 2002, p. 293.

4Parlant de l’hétérogénéité dans le discours justement, Authier-Revuz (1995) distingue l’hétérogénéité constitutive de l’hétérogénéité « montrée ». Même si certains théoriciens ne s’accordent pas sur une définition univoque du concept5, l’hétérogénéité constitutive est une forme non directement observable de l’énonciation, mais qui est présente, « à l’œuvre de façon permanente »6. Quelle que soit la définition considérée donc, on parle d’hétérogénéité constitutive quand le discours est dominé par l’inter discours. Cette forme révèle le caractère foncièrement dialogique de tout énoncé du discours, et donc, l’impossibilité de dissocier l’interaction des discours et le fonctionnement intradiscursif.

  • 7 Pop, Liana, Espaces discursifs. Pour une représentation des hétérogénéités discursives, Louvain-Par (...)

5Par contre, l’hétérogénéité « montrée » correspond à la présence localisable d’un discours autre dans le fil du texte. Elle se manifeste sur la chaîne discursive, produisant des ruptures observables. On distingue entre les formes non marquées de cette hétérogénéité et ses formes marquées ou explicites. Les premières renvoient au discours indirect libre, aux allusions, à l’ironie, etc. et s’identifient par la combinaison dans des proportions variables du repérage d’indices textuels ou paratextuels et l’activation de la culture propre du co-énonciateur. Les formes marquées, parce que montrées à travers des formes méta-énonciatives7, sont signalées de manière univoque. Il s’agit plus concrètement des cas d’incorporation graphique ou intonative au fil (guillemets, italique, marquages spécifiques) ; des constructions intégrées (« le détour méta-énonciatif »), etc. ; des cas de double construction (incises interrompant le déroulement syntaxique). Étant donné que les phénomènes d’incorporation graphique constituent les formes de rupture les plus présentes dans le corpus, cette étude se limitera à cette catégorie de configurations.

  • 8 Authier-Revuz, Jacqueline, « Énonciation, méta-énonciation. Hétérogénéités énonciatives et probléma (...)

6L’hétérogénéité montrée, dit Authier-Revuz, implique une activité « d’auto-représentation »8, de son dire par l’énonciateur et induit la richesse des formes de prolifération du langage sur lui-même. L’auto-représentation met en avant le fait que l’énonciateur se représente en position de « surplomb » par rapport à son dire, et donne accès aux représentations des sujets à propos du langage, de la langue, du sens, de la communication. En cela, les formes de rupture graphiques montrées dans le discours qui relèvent de la « modalisation autonymique » participent des constructions épilinguistiques, c’est-à-dire des discours sur la pratique langagière qui mettent sur un même plan la pratique et la représentation. Au regard de cette modalisation autonymique, nous examinons ici aussi bien les formes de ruptures graphiques que les figures d’ajouts pour cerner les représentations linguistiques qui résultent de ces configurations discursives.

L’hétérogénéité « montrée » du discours

  • 9 Garnier, Xavier, op. cit.
  • 10 Biloa, Edmond, La Langue des romanciers africains, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 275.
  • 11 En sous-titrant d’ailleurs son recueil de nouvelles « Racontages », Marcel Kemadjou Njanke consacre (...)

7L’observation de la mise en scène des discours dans les différentes scénographies énonciatives du corpus dévoile la forte occurrence des séquences témoignant une écriture « de l’interlangue »9. Enracinés dans le contexte de plurilinguisme qui les stimule, Vins et Dieu offrent une texture complexe qui manifeste une « volonté d’utiliser les formes linguistiques les plus courantes et les plus disponibles au sein de la communauté »10. C’est donc au nom de ce qu’ils ont d’inventif et d’altérant que Njanke et Kuitche livrent les discours des recalés11 de la « civilisation » dans leurs nouvelles. L’une des démarcations concerne les ruptures graphiques.

Les ruptures graphiques

  • 12 « Je vous souhaite la pluie, le français camerounais dans tous ses états : manifestation d’une appa (...)

8Kuitche et Njanke recréent et utilisent le français avec une certaine autonomie. L’écriture de Vins et de Dieu est constituée d’un ensemble d’indices qui signalent un rapport particulier des nouvellistes camerounais au français, ce qui justifie l’utilisation iconoclaste qu’ils en12 font. La perspective d’ensemble donnée au projet scriptural semble être celle des notions linguistiques du commerce quotidien. Des formes de ruptures à la fois linguistiques et énonciatives se notent dans le corpus : les mots ne vont pas toujours de soi et ne coïncident pas toujours avec eux-mêmes. Ils sont « montrés » dans le récit par l’italique, les guillemets ou toute autre forme de démarcation graphique.

9. L’italique

10L’italique constitue la forme la plus récurrente des marquages énonciatifs dans Dieu et Vins. Pour plus d’intelligibilité, nous avons proposé une traduction immédiatement et entre parenthèses des segments de discours « autres » après les occurrences recensées.

  • 13 Pour les besoins de la cause, nous avons réduit au strict minimum les exemples qui abondent pourtan (...)

[1]13 Elle wanda (est étonnée de l’attitude du voisin) sur le voisin
comme un enfant étonné de se voir dans le miroir (Dieu, 15).

[2] Le nwola’thwobum (adjoint au chef) partit avec la délégation (Vins, 166).

  • 14 C’est une langue hybride au Cameroun surtout employée par les jeunes. Elle est composée du français (...)

11Le récit offre ainsi un français parasité d’incursions diverses au point où, dans un segment de discours en français, il est très souvent difficile d’établir une frontière entre ce qui serait le camfranglais14 ou l’argot par exemple, et les autres formes ou variétés de français au Cameroun. Bien souvent, l’italique est relayé par les guillemets.

12. Les guillemets

13Une autre figure d’incorporation au fil manifeste dans le récit, ce sont les guillemets.

[3] Les « Mbérés » (les agents de la police) avaient revêtu leurs manteaux (Dieu, 93).

[4] Il était flanqué de trois membres du « feffo » (société secrète) (Vins, 141).

14Toutefois, l’on note dans le texte des occurrences dans lesquelles les énoncés n’affichent visiblement aucun marquage spécifique dans la chaîne parlée.

15. Le non-marquage spécifique

16Nombreux sont des passages de Dieu où les vocables sont semés à tout vent, sans marquage particulier, comme si tout allait de soi.

[5] Le jour des résultats les larmes vont couler. i yé i pong pong pong (« bien fait » ou expression du cynisme, de la satisfaction de constater la détresse des autres) les larmes vont couler (Dieu, 102).

17La mise en mots de l’hétérogénéité linguistique et énonciative telle que déclinée à travers cette pratique originale dans Dieu et Vins, participe ainsi de la « connotation autonymique » qui induit, comme nous le verrons, des représentations des langues et des discours. L’on peut dire, au regard de ce principe d’appropriation sociologique et socioculturelle de la langue, que cette dernière n’est pas un instrument coupé de son contexte. Et ce contexte, c’est celui de la rue ou du bidonville du Cameroun contemporain qui se présente ici comme de vivantes sections d’initiation au langage dont l’offre d’enseignement se ramène à une norme langagière panachée. L’attention se trouve polarisée sur ce qui fait des « exclus » une identité remarquable, à savoir leur grammaire riche en inventivités dont l’une des marques reste bien les figures d’ajout.

Les figures d’ajout

18En scrutant l’origine linguistique des expressions mises en rupture dans l’hétérogénéité des discours dans le corpus, on constate que ces agencements participent d’une véritable sémiologie de l’emprunt, ce qu’Authier-Revuz et alii (2002), appellent une « figure d’ajout ». Selon ces linguistes, la figure d’ajout permet de marquer une frontière à la fois entre les discours et les langues ou variétés de langues. Or, ces variétés emplissent l’univers écolinguistique, comme le remarque si pertinemment Louis-Jean Calvet :

  • 15 Calvet, Louis-Jean, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon, 1999, p. 35.

L’idée de base de l’écologie des langues est que les pratiques qui constituent les langues, d’une part, et leur environnement d’autre part, forment un système écolinguistique dans lequel les langues se multiplient, se croisent, varient, s’influencent, sont en concurrence ou en convergence. Ce système est en interrelation avec le milieu.15

  • 16 Cicurel, Francine, « Le texte et ses ornements », in Authier-Revuz, J., Lala, M.-C. (dirs), Figures (...)

19À partir de trois entrées sémiotiques qui correspondent tant à des « intentions énonciatives » qu’à des « instructions de lecture »16, nous répartissons ci-après les différentes figures d’ajout recensées : la parole rappelée ou relayée, les emprunts et les néologies.

20. La parole relayée

21Il est question des paroles réellement tenues par des instances discursives antérieures et reprises dans le récit pour marquer leur origine hétérogène. C’est le cas par exemple des proverbes ou des paroles de certaines personnalités connues, repris et intégrés dans le discours en français.

[6] Toute femme qui ne se sent plus « comme un poisson dans l’eau » dans son ménage doit pouvoir demander le divorce et l’obtenir dans l’heure qui suit (Dieu, 118).

22L’expression « se sentir comme un poisson dans l’eau » est un dicton populaire très connu, employé par Lapiro de Mbanga, un artiste musicien camerounais qui a fait le bonheur des Camerounais autour des années 90. Il est repris dans le texte par l’époux anonyme de la narratrice de la dernière nouvelle de Dieu.

[7] Il fallait ainsi éviter le dépaysement aux fils d’Afrique appelés à représenter la mère patrie dans la patrie de leurs « ancêtres les Gaulois » (Vins, 22).

23Cet exemple qui parle de leurs « ancêtres les Gaulois » est inspiré du contexte colonial africain. Objectivement sans nationalité, les Africains d’alors se voyaient attribuer la nationalité française. L’empire colonial français les faisait chanter, en tant que citoyens français, l’hymne national de la France qui parle entre autres de « leurs ancêtres les Gaulois ». L’expression est redéployée de façon satirique ici par le narrateur de La Bourse, une des nouvelles de Vins qui abonde par ailleurs en proverbes :

[8] Il faut que, premier à emprunter le sentier au matin (en tant que premier amant), il en enlève lui-même la rosée (il déflore lui-même sa dulcinée) (Vins, 13).

24Outre ces formes de reprise indirectes, des cas de citation se signalent dans le discours avec un marquage évident :

[9] Dubong a déjà échoué dans le programme qu’il s’était établi. Il comprend qu’il ne fera pas sa vie avec Kata. Il se dit : « devenir un frère (passer d’une confession religieuse à une autre) pour les beaux yeux d’une femme ? Accepter la dépendance dès la première minute ? Jamais » (Vins, 12).

  • 17 Voir à ce propos Blachère, Jean-Claude, Négritudes. Les écrivains d’Afrique noire et la langue fran (...)

25À considérer ces nombreux faits de langue, l’on peut dire que l’heure est à l’indigénisation des pratiques linguistiques. Dans la dernière nouvelle de Dieu par exemple, le vocabulaire pédant d’un livre convainc la narratrice de ce qu’il s’agit « de gros mots [et] de vraies gromologies qui sonnent dans [son] esprit comme des termes d’une langue inconnue » (Dieu, 126). Le vocable « gromologie » apparaît ainsi comme un discours qui, par sa grandiloquence, sonne déplacé. Déjà, Njanke glane les histoires si épicées en toile de fond de Dieu au hasard des incidents dans les milieux populaires. La narration de ces aventures fait de son texte l’expression d’un véritable « drame linguistique »17. Cette grammaire de la rue qui tient la vedette à longueur du récit participe évidemment de l’option de complexifier et de bousculer le français. Et le décryptage de certaines formes dénote des emprunts.

26. Les emprunts

27Nombre d’occurrences mises en évidence qui parasitent le discours en français dans le corpus ressortissent à des emprunts linguistiques d’origines diverses.

[10] Moi ici, au milieu de mes chères fleurs qui ont pour nom de baptême mbangteu (parapluie), « loune-lag-nyam (quémandeur de soleil), fiangnchu (accueillant), Nte’mbu (main en prière), ntu’u (canari) », (Dieu, 62).

[11] Le nwola’thwobum (adjoint au chef) partit avec la délégation (Vins, 166).

28Du medumba, une langue du Grassfield camerounais, on retiendra ainsi ces noms dont Christophe, le poète de Njanke, baptise ses fleurs dans la première nouvelle de Dieu. À cela, il faut ajouter les paroles d’approbation telles que « Ndi ! Handi ! Belon ! Metè ! » (Vins, 166), empruntés au ngèmba-mùngùm, la langue maternelle de Kuitche. Par ailleurs, des formes appartenant à d’autres langues nationales jalonnent les textes. Les apports de l’ewondo au français se mesurent par exemple à des expressions comme « tobassi » (philtre d’amour) (Dieu, 37), « kong » (sorcellerie des gens de l’Est) ou « ngwati » (sorcellerie des gens du Centre et du Sud) (Vins, 107). Du duala, on retiendra du corpus des noms comme Mbouga, malondo (Dieu, 17 et 66), ou Mbengue (Vins, 26).

  • 18 Temkeng, Albert Étienne, « Sémiologie du chaos et folie dans le roman camerounais : Temps de chien (...)

29Certains termes passent d’ailleurs d’un auteur à l’autre, à l’instar de « nkongossa » (ragots, commérages) (Dieu, 61), « mapane » (chemin de traverse, raccourci) (Dieu, 86), « benskin » (moto qui sert de taxi) (Dieu, 82), et autres « famla » (sorcellerie bamiléké) (Vins, 107). En dehors des langues maternelles, le pidgin-english, langue véhiculaire dans le grand sud du Cameroun, est également présent dans le corpus. Lors d’une rafle, trois répliques en pidgin-english sont par exemple rapportées dans Dieu (p. 80). Le texte de Njanke fourmille d’expressions qui relèvent du camfranglais, langue substratique qui est d’ailleurs dans Dieu la langue dont les apports sont des plus nombreux. En renvoyant la préciosité de la langue française aux calendes grecques, Njanke s’y approprie le très populaire dicton « erreur fo mboutoukou na damé fo ndoss » (La bêtise de l’idiot profite au rusé) (Dieu, 8). En s’investissant dans la sphère littéraire, ces emprunts révèlent une hétérogénéité sociologique qui débouche irrémédiablement sur l’adoption des compromis sociolinguistiques18. Dans les discours, on passe d’un système linguistique à un autre ou d’une variété de français à une autre comme si tout ne se construisait que dans l’espace de la parole. Ainsi, Njanke et Kuitche proposent dans leurs nouvelles une langue française en perte de son euphuisme. Sur le plan symbolique, la liquidation de cette préciosité se traduit par la rupture d’avec les habitudes bourgeoises ou sociales.

30Dans « Madame Faits divers », deuxième nouvelle de Dieu par exemple, l’humilité de l’époux de Tiki tranche avec l’exhibitionnisme de son entourage. Après sa promotion au poste de D. G. (Directeur général de société), il refuse de se conformer à la pratique courante qui veut qu’une fois promu, on habite un quartier résidentiel ou qu’on fête la promotion. Il continue de vivre à Makéa, « quartier des gens qui jouent au djambo avec la vie » (Dieu, 60), au milieu des déshérités. Son épouse en est scandalisée : « Il raconte même quoi là. […] On le nomme et il ne fête pas ? Au Cameroun ? » (Dieu, 64). Dans la nouvelle « In memoriam » de Vins également, l’épouse de Yaya refuse de se conformer à la coutume qui veut qu’une fois veuve, on se voit imposer un autre époux. Nombreux sont les passages où Kuitche et Njanke, à travers l’attitude de certains personnages, semblent soutenir qu’au lieu d’être possédé par la société qui embrigade l’Homme, il faut, au contraire que « chacun se possède et c’est mieux comme ça » (Dieu, 62). Mais le cadre restreint d’un article ne permet malheureusement pas de présenter toutes les occurrences. Parfois, les écrivains optent pour des constructions hétérogènes où les mots français connaissent une véritable aventure sémantique ou sémiotique.

31. Les néologies

32Nous avons distingué les néologies de sens, liées à des faits de resémantisation des mots ou signifiés français déjà existants avec un sens particulier en discours ou en français camerounais des néologies de forme, liées à des faits de réorganisation de la structure des lexèmes.

33– Les jeux sur les signifiés

34Souvent dans le texte, les sens des mots sont reconditionnés dans les discours des personnages.

[12] Mais pour ne rien t’imposer puisque les temps ont changé, je te demande de choisir parmi les frères de feu ton mari, celui qui va te laver (te prendre comme épouse) (Vins, 61).

[13] Fille c’est comment, quelqu’un a frappé (t’a arnaquée ?) ton argent ? (Dieu, 98).

35En conférant au mot un contenu qu’il n’avait pas jusqu’alors, les auteurs camerounais exploitent, en dehors des néologies de sens, la néologie de forme.

36– Les jeux sur les signifiants

37Il s’agit des créations obtenues à partir des jeux sur les lexèmes et leurs constructions. Alors que le tableau se veut plutôt léger avec le « saut en profondeur » (la pénétration sexuelle), chez Kuitche (Vins, 128), les jeux sur les signifiants semblent être la marque de fabrique de Dieu. L’on déduira de l’univers de Njanke qu’une expression comme « pédophiler » (Dieu, 106) signifie avoir des relations sexuelles avec une enfant, tandis que « poilicier » (Dieu, 111) renvoie au policier au système pileux abondant. Ailleurs dans le texte, l’on note « njohteur (de fesses) » (coureur de jupon sans moyens financiers ou de mauvaise foi qui refuse de payer la « course »), « pantacourt » (culotte), (Dieu, 102, 107), etc. Les néologismes ici inventoriés sont repris au trottoir où ils tombent dans le domaine de la copropriété. La participation à la culture camerounaise demeure néanmoins un atout pour accéder à leur sens : la connivence avec l’archi-lecteur dispense quelquefois les auteurs de la fonction métalinguistique ou des notes explicatives. La multiplication de telles structures donne au récit camerounais de se constituer en caisse de résonnance pour la rue, comme en une remontée au stade premier de l’oralité dominée par des formes intensives socio culturalisées.

38– Les intensifs

39Les discours mis en mention dans le corpus abondent également en formes intensives caractéristiques du français oral, à l’exemple de :

[14] Elle va se laver les mains […], cogne du doigt à coups répétés le sol tout en faisant ts, ts, ts, ts de la bouche. (Vins, 155)

[15] Aaaaaah ! Je n’ai pas accouché mes enfants pour les gaz lacrymogènes de la barbarie de l’imprévoyance politique ? No oooooh ! C’est même quoi ça ! (Dieu, 74)

  • 19 Calvet, Louis-Jean, L’insécurité linguistique et les situations africaines, Document de travail, Pa (...)

40Connus sous le nom d’« intensifs », les éléments sémio-linguistiques de ces exemples participent d’une construction propre à la parole proférée. Celle-ci tient singulièrement des formes spectaculaires du bouche à oreille avec les tics, les interjections et les onomatopées. Dans le corpus, on note la désapprobation du locuteur qui s’écrie : « No oooooh ! » (Dieu, 74), ou son étonnement avec « Hé mâlééé ! » (Dieu, 105) ; son exaspération par « aaaaahhhh ! » (Dieu, 74). Quand il n’en peut plus, il laisse éclater sa détresse que dénotent « Hé hééééé ! » (Dieu, 105). Opposer à la question « qui ? » le très populaire « kikiriki » (Dieu, 61), comme le font parfois certains personnages, laisse comprendre catégoriquement à son interlocuteur qu’on n’entend nullement décliner l’identité qu’il veut avoir. Avec ces interjections et onomatopées, on écoute des clichés sonores qui amplifient la portée d’un mode d’écriture. Dès lors, l’hétérogénéité caractéristique des pratiques linguistiques dans le corpus apparaît comme une marque des rapports d’un groupe face aux autres qui donne à la langue, outre sa fonction cryptique, une fonction de marqueur de groupe et en conséquence, un indicateur d’identité(s) que semblent faire circuler les textes. Parce qu’elle est révélatrice des tensions linguistiques et générationnelles, l’hétérogénéité linguistique analysée reste, à bien des égards, porteuse des regards et des égards sur l’altérité linguistique, et donc, des représentations linguistiques. Calvet affirme en effet : « Les représentations linguistiques sont […] constituées par l’ensemble des usages, des positions idéologiques, des croyances qu’ont les locuteurs au sujet des langues en présence et des pratiques linguistiques, les leurs et celles des autres. »19 Aussi, peut-on dire que la langue est traductrice des rapports que l’écrivain entretient avec son environnement linguistique.

Des pratiques aux représentations

  • 20 Calvet, Louis-Jean, « Pour une linguistique du désordre et de la complexité », Carnets d’Atelier de (...)
  • 21 Gauvin, Lise, op. cit., p. 8.

41Les « mélanges de langues » ne laissent pas nécessairement les « langues » ou les « codes » dans l’état où on les aurait trouvés avant usage »20. Par ce choix de censurer « les secrets de la [syntaxe à la] Vaugelas » (Vins, 114), Kuitche et Njanke proposent une écriture qui se prend en charge sous le mode du « langagement » dont parle Gauvin21.

Le dynamisme de la langue française

  • 22 Ces noms fort motivés sont, pour les deux derniers cités, expliqués en notes de bas de page de Vins(...)
  • 23 Lire à ce propos Temkeng Albert, Étienne, op. cit., p. 118.
  • 24 Calvet, Louis-Jean, 1999, op. cit., p. 35.

42Nous assistons, dans le corpus, au métissage linguistique. Ce qui correspond à une sorte de création d’une langue dans une langue. L’indocilité gagne jusqu’à la caractérisation des noms des différents acteurs de la scène discursive, victimes comme bourreaux qui peuplent Dieu et Vins : Monsieur Ventre-citerne, Mami cata-cata, Monsieur Ndzotché, et autres Madame Nguekek22. Les nouvellistes manipulent la langue, aux niveaux lexical et syntaxique, en jouant avec les différents registres de langage. Le résultat est la défamiliarisation du français qui perturbe le lecteur non initié à la culture des écrivains. Du coup, l’offre linguistique française, peu expressive, est substituée par des pièces de rechange d’autres langues. De cette mise à contribution des possibilités de divers codes, il résulte une « interlangue faite de connaissances intermédiaires »23. Par souci d’efficacité dans la communication, le français est parfois évincé par une langue locale. Une femme-médecin ne consulte-t-elle pas ses patients en leur parlant le ngèmba-mùngùm « la langue du pays » (Vins, 97) ? Elle peut ainsi tisser avec eux une relation de proximité par la communauté de code et imprimer à son discours l’estampille sociolinguistique et identitaire garantissant la rassurante présence camerounaise. On peut ainsi dire avec Calvet qu’« à chaque instant, la langue est soumise à des stimuli extérieurs auxquels elle s’adapte »24.

43Utilisant ainsi la langue du peuple, Njanke et Kuitche se constituent en porte-parole de la communauté nationale. Ils tentent de traduire « l’hiver qui s’était installé en [eux] » (Vins, 22). Écoutons plutôt Njanke rapporter de la bouche d’un de ses « porte-parole » le malaise du peuple dans cette atmosphère sociale insurrectionnelle : « Quel est ce pays ! On va finir par la guerre. Au lieu de donner le travail aux gens ils préfèrent attendre qu’ils deviennent des bandits pour qu’ils viennent les arrêter pour les envoyer à New-bell » (Dieu, 81). Pareille élocution est l’expression de la désillusion profonde face à un monde « où tout est naturellement contre l’épanouissement de l’homme » (Vins, 39). Communiant ainsi avec leur peuple, les nouvellistes interprètent à leur manière l’insécurité sociale au moyen de l’insécurité linguistique. Le déploiement de la rue linguistique participe alors d’une stratégie de communication consistant à amplifier la clameur d’un peuple qui hurle son ras-le-bol. Ce qui permet d’affirmer qu’il existe un lien entre langue populaire, dénonciations et revendications sociales et politiques.

  • 25 Ashcroft, Bill et alii, The empires Writes Back. Theory and practice in post literatures. Londres/N (...)
  • 26 Bédia, Jean-Fernand, 2009, « Le “Français de rue” et l’écriture de la guerre : portée et significat (...)

44L’insertion dans le texte des langues autres que le français est identifiée par Anshcroft25 comme un procédé habituel des littératures postcoloniales. En fait, ces termes signalent la présence de l’auteur dans le discours et marquent son positionnement entre au moins deux espaces symboliques. Ils contribuent à brancher le texte sur un univers socioculturel, celui du Cameroun postcolonial, le démarquant de l’univers français comme le montrent les exemples analysés. Le travail métalinguistique de la traduction des mots dans sa variété culturelle participe alors de la volonté de l’auteur de faire connaître son terroir à travers toutes ses richesses. De la sorte, la scène d’énonciation réelle sur laquelle se situe l’auteur envahit littéralement l’univers du récit et s’y trouve représentée. Se retrouver dans l’obligation d’utiliser une langue autre pour écrire ne permet-il pas aussi de prendre ses distances vis-à-vis de ses modèles et, « de tout ce qui empêche la parole usée d’apparaître »26 ? Dès lors, le recours constant à la dérision conduit l’écrivain à privilégier l’usage des jeux de mots : « Ici à Kororo, c’est dur et même très dur. Aucune comparaison avec Rokoko. C’est un véritable calvaire » (Vins, 39). La langue du récit est ainsi la preuve patente de la vitalité extraordinaire de la langue française au Cameroun, une langue apte à encourager et à accueillir les nouvelles normes endogènes. Ce qui montre la capacité de cette langue à pouvoir favoriser l’inter-culturalité.

Représentations linguistiques, marque de l’inter-culturalité

  • 27 Maingueneau, Dominique, Analyser les textes de communication, Paris, Hachette, 2002, p. 139.
  • 28 Ibid.
  • 29 Herschberg-Pierrot, Anne, Stylistique de la prose, Paris, Belin Sup, 1993, p. 103.

45L’hétérogénéité linguistique comme code dominant dans le corpus conduit à « la constitution d’un corps, de la communauté imaginaire de ceux qui communient dans l’adhésion à un même discours »27. En admettant avec Maingueneau que « mettre une unité entre guillemets, c’est en effet renvoyer la responsabilité à un autre »28, on comprend que le « français » du corpus se signale comme la langue de l’Autre, de l’altérité et pose plus que jamais le problème des identités, de gestion et de transmission des langues. Les expressions sont en effet en italique ou encadrés par les guillemets comme des « paroles sous surveillance »29.

  • 30 Authier-Revuz, Jacqueline, « Énonciation, méta-énonciation. Hétérogénéités énonciatives et probléma (...)
  • 31 Authier-Revuz, Jacqueline, « Le fait autonymique. Langage, langue, discours. Quelques repères », in (...)
  • 32 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « Langues et écritures africaines », Recherches et travaux. Littératures (...)

46La mention, nous l’avons relevé, est un marqueur d’hétérogénéité énonciative qui participe du traçage matériel du texte ; elle indique aussi la préoccupation de l’Autre ou encore le regard qu’il porte sur le discours ou la pratique de l’Autre. Guillemets et italiques illustrent ainsi un cas de « non-coïncidence des mots à eux-mêmes », qui manifeste « la rencontre par l’énonciateur dans son discours, de mots venus d’ailleurs »30. Ce que « rencontre » l’énonciateur dans ses mots en fait, c’est certes ce discours des autres que tout mot porte avec lui, mais c’est également, « la question du destinataire auquel il est adressé, celle de son adéquation au réel et au vouloir dire, celle enfin de son potentiel d’équivoque »31. Le corpus déploie une scénographie qui est celle des êtres s’énonçant dans diverses situations, dans un français parasité par des formes mixtes ou hétérogènes. Le fait qu’une langue-hybride y soit « montrée » intentionnellement, peut être perçu comme une forme d’hybridation volontaire destinée à renforcer la connivence entre énonciateurs et co-énonciateurs, ou tout au moins les représentations et les attitudes à l’égard de cette langue. Même si le français est la seule voie par laquelle l’écrivain francophone peut accéder à l’universalisme, à la « réussite sociale et au pouvoir »32, et donc à une renommée internationale, il est ici une matière que les nouvellistes transforment, reformulent, réinventent à leur guise pour dépeindre leur société.

  • 33 Bédia, Jean-Fernand, op. cit., p. 58.
  • 34 Bemmo, Odette, « Imaginaire et représentation linguistiques dans Trop de soleil tue l’amour de Mong (...)
  • 35 Gauvin, Lise, op. cit., p. 8.

47Vins et Dieu recréent à merveille l’environnement socioculturel et linguistique au Cameroun. Dès lors, le plurilinguisme camerounais, appréhendé au départ comme un handicap du point de vue communicationnel, se mue donc en un clavier aux touches infinies, au grand bonheur du locuteur qui peut y surfer à sa guise. Selon l’auteur de « Le “Français de rue” et l’écriture de la guerre : portée et signification », ces pratiques linguistiques répondent « au désir de conserver à la pensée son expression la plus spontanée et la plus adéquate »33. Les formes d’hétérogénéité que nous avons relevées ça et là dans le corpus peuvent être alors interprétées comme l’expression de l’impuissance du français à traduire pleinement certaines réalités authentiquement camerounaises. Mieux, elles consacrent la recherche d’une autonomie culturelle, car à l’heure de l’émergence d’une francophonie plurielle, chaque locuteur du français devrait pouvoir se retrouver face aux exigences identitaires. La langue française devient dès lors le lieu de production d’un sens camerounais voire africain, berceau d’un nouvel espace sémiotique. Avec ce français « courbé à volonté »34, les Camerounais accueillent la mondialisation, munis d’un instrument libéré, beaucoup plus souple. En fait, le Cameroun n’échappe pas à l’espace francophone où, observe Gauvin, la vision postcolonialiste donne à l’écrivain de problématiser son rapport au français et d’inaugurer l’ère d’« une pratique [linguistique] du soupçon »35.

  • 36 Barbéris, Jeanne-Marie, « Analyser les discours. Le cas de l’interview sociolinguistique », in Calv (...)

48Au terme de cette analyse, Vins et Dieu apparaissent comme des morceaux choisis de la situation du français au Cameroun, fortement influencée par les particularités linguistiques locales. Les hétérogénéités des langues et des discours du corpus sont, pour la plupart, « montrées ». À travers les marques de rupture graphique, l’énonciateur circonscrit, à l’intérieur de son propre discours, le discours de l’Autre et contribue à le mettre à distance. Ainsi, le moi des discours est toujours « une représentation du moi, qui se définit à la fois par sa différence […] et par son lien à l’Autre »36, confortant la dialectique du même et de l’autre, et par extension, la complexité des attitudes linguistiques devant la pléthore des langues qui meublent les pratiques linguistiques au quotidien. À cet égard, le « français » du corpus apparaît comme un espace de paroles générationnelles qui traduit l’ampleur des représentations linguistiques. À travers Vins et Dieu, Kuitche et Njanke semblent en train de lancer une mise en garde aux Camerounais : être des artisans plutôt que des consommateurs passifs de la langue française. Toutefois, au-delà de la vitalité extraordinaire du français qui n’est plus à démontrer au Cameroun, au-delà du refus de l’Autre que peut constituer la réinvention du français par les auteurs, on est en droit de se demander si, en optant pour cette forme d’écriture, Kuitche et Njanke n’ont pas voulu exposer pour mieux condamner les dangers sociolinguistiques qui pèsent sur le français standard au Cameroun en particulier et en Afrique en général, car le problème de la norme s’y pose avec vivacité.

Notes

1 Gauvin, Lise, « Entre rupture et affirmation : les manifestes francophones », Études littéraires africaines, n° 29, 2010, p. 7.

2 Ces textes qui constituent notre corpus seront désormais abrégés Vins et Dieu respectivement.

3 Les représentations linguistiques sont « l’ensemble des images que les locuteurs associent aux langues qu’ils pratiquent, qu’il s’agisse de valeur, d’esthétique, de sentiment normatif ou plus largement métalinguistique », Branca-Rosoff, Sonia, « Les imaginaires de la langue », dans Boyer, Henri (dir.), Sociolinguistique, Territoire et objets, Lausanne et Paris, Delachaux et Niestlé, 1996, p. 79.

4 Garnier, Xavier, « Langues de rues, langues des livres : les questions en débat », Langues, langages, inventions, Notre Librairie, n° 159, juillet-septembre 2005, p. 66.

5 De Bakhtine à Maingueneau en passant par Pêcheux et Authier-Revuz, la définition de l’hétérogénéité constitutive connaît des nuances. On peut lire à ce propos Charaudeau, Patrick et Maingueneau, Dominique (dir.), Dictionnaire d’Analyse du Discours, Paris, Le Seuil, 2002.

6 Maingueneau, Dominique, Analyser les textes de communication, Paris, Hachette, 2002, p. 293.

7 Pop, Liana, Espaces discursifs. Pour une représentation des hétérogénéités discursives, Louvain-Paris, Éditions Peters, 2000.

8 Authier-Revuz, Jacqueline, « Énonciation, méta-énonciation. Hétérogénéités énonciatives et problématique du sujet », dans Vion, R. (éd.), Les sujets et leurs discours. Énonciation et ineraction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1998, p. 63.

9 Garnier, Xavier, op. cit.

10 Biloa, Edmond, La Langue des romanciers africains, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 275.

11 En sous-titrant d’ailleurs son recueil de nouvelles « Racontages », Marcel Kemadjou Njanke consacre la rue ou le bidonville dans son texte.

12 « Je vous souhaite la pluie, le français camerounais dans tous ses états : manifestation d’une appartenance nationale évidente » est d’ailleurs le titre d’un article de Marie-Rose Abomo-Maurin, in Musanji Ngalasso-Mwatha (dir.), L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires, politiques et médiatiques en Afrique, Presses Universitaires de Bordeaux, Pessac, 2010, p. 191-205.

13 Pour les besoins de la cause, nous avons réduit au strict minimum les exemples qui abondent pourtant dans le texte.

14 C’est une langue hybride au Cameroun surtout employée par les jeunes. Elle est composée du français, de l’anglais et du pidgin-english.

15 Calvet, Louis-Jean, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon, 1999, p. 35.

16 Cicurel, Francine, « Le texte et ses ornements », in Authier-Revuz, J., Lala, M.-C. (dirs), Figures d’ajout : phrase, texte, écriture, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, 2002, p. 53.

17 Voir à ce propos Blachère, Jean-Claude, Négritudes. Les écrivains d’Afrique noire et la langue française, Paris L’Harmattan, 1993.

18 Temkeng, Albert Étienne, « Sémiologie du chaos et folie dans le roman camerounais : Temps de chien de Patrice Nganang et Moi taximan de Gabriel Kuitche Fonkou », Éthiopiques, n° 78, 1er semestre 2007.

19 Calvet, Louis-Jean, L’insécurité linguistique et les situations africaines, Document de travail, Paris, CIRELFA, 1996, p. 21.

20 Calvet, Louis-Jean, « Pour une linguistique du désordre et de la complexité », Carnets d’Atelier de Sociolinguistique, 2007, n° 1. Disponible sur Internet http://www.u-picardie.fr/LESCLaP/spip.php?rubrique55 : consulté en août 2011.

21 Gauvin, Lise, op. cit., p. 8.

22 Ces noms fort motivés sont, pour les deux derniers cités, expliqués en notes de bas de page de Vins par « le bénéficiaire d’avantages non mérités objectivement » et « je suis petit » respectivement.

23 Lire à ce propos Temkeng Albert, Étienne, op. cit., p. 118.

24 Calvet, Louis-Jean, 1999, op. cit., p. 35.

25 Ashcroft, Bill et alii, The empires Writes Back. Theory and practice in post literatures. Londres/New York, Roudegde, 1989.

26 Bédia, Jean-Fernand, 2009, « Le “Français de rue” et l’écriture de la guerre : portée et signification », Présence francophone, n° 73, p. 55-65.

27 Maingueneau, Dominique, Analyser les textes de communication, Paris, Hachette, 2002, p. 139.

28 Ibid.

29 Herschberg-Pierrot, Anne, Stylistique de la prose, Paris, Belin Sup, 1993, p. 103.

30 Authier-Revuz, Jacqueline, « Énonciation, méta-énonciation. Hétérogénéités énonciatives et problématique du sujet », op. cit., p. 235.

31 Authier-Revuz, Jacqueline, « Le fait autonymique. Langage, langue, discours. Quelques repères », in Authier-Revuz, Jacqueline et alii, Parler des mots. Le fait autonymique en discours, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003, p. 89.

32 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « Langues et écritures africaines », Recherches et travaux. Littératures africaines d’écriture française, Université de Grenoble, UFR de Lettres, Bulletin n° 27, 1984, p. 33.

33 Bédia, Jean-Fernand, op. cit., p. 58.

34 Bemmo, Odette, « Imaginaire et représentation linguistiques dans Trop de soleil tue l’amour de Mongo Beti », in Ngalasso-Mwatha, Musanji (dir.), L’Imaginaire linguistique dans les discours littéraires, politiques et médiatiques en Afrique, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2010, p. 290.

35 Gauvin, Lise, op. cit., p. 8.

36 Barbéris, Jeanne-Marie, « Analyser les discours. Le cas de l’interview sociolinguistique », in Calvet, Louis-Jean, Dumont, Pierre (dirs), L’enquête sociolinguistique, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 143.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search