Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Troisième partie. Appropriation de la langue et créativité

De la coexistence au conflit des langues : images de la société camerounaise dans Branle-bas en noir et blanc de Mongo Beti1

Claude Éric Owono Zambo

Texte intégral

  • 1 Beti, Mongo, Branle-bas en noir et blanc, Paris, Julliard, 2000.
  • 2 C’est de cette tension que naît le phénomène d’influence car en effet, « [l]a culture française a l (...)
  • 3 Ce rapport de force se décline par un fait singulier : « Le français ainsi importé s’est superposé (...)

1Le paysage linguistique africain est fortement marqué par la « guerre des langues ». Dans un contexte de contacts de langues non seulement endogènes, où les langues africaines se frottent entre elles, mais aussi exogènes, où le français et les langues locales se fréquentent, il est difficile de qualifier une telle situation de « co-existence » linguistique. Cette terminologie explique superficiellement l’enjeu manifeste de la tension2 qui prend place, de plus en plus en Afrique et au Cameroun, au sujet du rapport de force3 que revêt le binôme français/langues locales. Il s’agit ici d’un binôme conflictuel marqué par l’instinct de domination et de survie, exactement comme dans une guerre armée où les conséquences sont les mêmes : victoire et domination à tous les niveaux du plus fort, perte d’autonomie et d’authenticité du vaincu. Voilà comment, au travers d’une guerre réelle, se métaphorise la situation de tension linguistique entre le français et les langues locales africaines en milieu diglossique. Il faut relever que le français, aux côtés des langues locales, n’a pas uniquement servi à les déculturaliser, si ce n’est les pousser à la disparition programmée, mais s’est aussi vu attaquer dans sa structure normative et lexicale par la montée en puissance de l’« appropriation ». Les Africains ont appris à adopter l’attitude inverse qui consiste à attirer la langue française vers eux, forme de tropicalisation de cette langue, pour lui donner les colorations qu’impose l’héritage culturel ou traditionnel du locuteur utilisateur. Cette posture qu’adopte le locuteur vis-à-vis du français implique un phénomène nouveau de métissage linguistique et culturel. Le français parlé en Afrique hérite doublement de la métropole normative et des figurations identitaires locales africaines. La tension en vigueur ici n’est plus simplement linguistique ; elle est surtout culturelle. Comment donc Mongo Beti, habituellement reconnu comme étant un écrivain classique, du fait de la rigueur normative de son écriture, s’est justement retrouvé investi, au soir de sa production, par le « français africain » ? Comment, à travers ses deux derniers romans, l’auteur dessine la problématique des langues camerounaises en relation duelle avec le français ?

De la norme en littérature francophone

  • 4 In L’Interculturel dans l’espace francophone, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 12.
  • 5 « Phénolangue et génolangue dans la littérature africaine écrite en français : l’illusion de la lan (...)

2Partant de l’ouvrage de Pierre Dumont4 qui traite de « normes endogènes » et de « normes exogènes », nous pensons que de la norme instituée à la norme en application, il y a un décalage dialogique dans l’analyse de l’écriture littéraire francophone. En effet, entre ce que la langue française, que Bernard Mbassi5 appelle phénolangue, et la langue d’écriture pratique qu’offrent à lire les romanciers africains, ce que Mbassi appelle génolangue, il y a travestissement de multiples canons codiques. Par le biais du substrat, apparaît donc un dialogisme constitutif de l’énoncé littéraire africain en proie au rapport entre le venant d’ici (endogène) et le venant d’ailleurs (exogène) dont le langage dessine parfaitement les contours parfois ambigus à réaliser.

  • 6 Il est caractérisé par le souci des romanciers africains de se fondre dans le moule des classiques (...)
  • 7 Rêves d’une Afrique angélique et lointaine qui se perd chaque jour qui passe, rejet des idéologies (...)
  • 8 « Nul ne peut contester en effet qu’à l’époque coloniale la maîtrise de la langue française a const (...)

3Les premiers romans africains qui paraissent – Bakari Diallo (1926), Ousmane Socé (1935), Paul Hazoume (1938), par la suite, Mongo Beti, Sembène Ousmane, etc. – sont marqués, avant les indépendances, par un dénominateur commun sur les questions liées au style6 et au contenu7. Ils sont quasi-identiques chez la plupart des auteurs d’alors où il y a comme une envie de mimer les traits du roman français dans l’expression littéraire du roman francophone, sorte d’homologue dans la création. Il faut, par devoir peut-être, prouver que le jeune Nègre nouvellement sorti de l’école occidentale civilisatrice peut désormais s’exercer à l’écriture littéraire. Frantz Fanon, dans Les Damnés de la terre, a bien abordé ce besoin de conformisme8 de l’art littéraire noir à celui de son maître.

  • 9 Le Roman camerounais et sa critique, Paris, Silex, 1985, p. 9.
  • 10 Nous appelons ainsi l’ensemble constitué des trois derniers romans publiés par Mongo Beti lorsqu’il (...)

4Ce conformisme passe par la maîtrise de la langue française dans la prise en main des problématiques sociopolitiques d’alors. C’est d’ailleurs ce qui a pu faire dire à Joseph Ackad, pour démontrer l’harmonie entre la pratique codique soignée des écrivains et le reflet d’une littérature de musée luxueuse, que Mongo Beti utilise « une langue qu’il maîtrise toujours à la perfection »9. Cependant, il faut relativiser l’emploi du terme « toujours » par Ackad parce qu’il ne convient plus avec le cas des « romans du retour »10 où justement Mongo Beti est rentré dans les rangs de Kourouma sur l’appropriation du français. On comprend d’ailleurs les fondements d’un tel adverbe puisqu’en 1985, le romancier camerounais brille encore par la préciosité de son langage.

5La déchéance de la norme va prendre corps dans la littérature africaine après les indépendances au travers des auteurs tels que Yambo Ouologuem (Devoir de violence, 1968) et Kourouma (Les Soleils des indépendances, 1970). Il se trouve que ces deux romans, précisément, renoncent tout au moins au posé stylistique d’avant les indépendances qui proclamait le devoir d’être en phase avec la norme et les classiques occidentaux. Ces écrivains vont afficher la volonté d’enraciner énonciativement leur discours littéraire dans une mimétisation du parler vrai des personnages avec les réalités praxéologiques que l’expérience sociale donne à constater dans le français local des Africains au quotidien.

  • 11 M. Dassi parle même de « nouvelles convenances » où « la langue française [est] presque réformée ou (...)
  • 12 Voir Owono Zambo, Claude Éric, « L’écrivain francophone au cœur de la problématique de la langue d’ (...)
  • 13 In La Langue d’Ahmadou Kourouma ou le français sous le soleil d’Afrique, Paris, Karthala, 1995, p.  (...)

6La méfiance vis-à-vis de la norme occidentale inaugure une envie de confiance à l’égard de la norme locale dans la praxis romanesque développée dans le discours des personnages. Sony Labou Tansi rentre dans cet ensemble nouveau de l’esthétique romanesque francophone qui décrit le cycle de désolidarisation de la masse d’avec le centre. Il apparaît ici le phénomène d’endogénisation11 du français métropolitain dans le paysage culturel africain. Ce français est capable de traduire, autant que faire se peut, ce que le romancier ressent dans sa langue de pensée12. Celle-ci n’est pas le français en tout cas. Dès lors, pour Makhily Gassama13, les locuteurs francophones africains sont « contraints de casser le cou à la syntaxe de France » et ce d’autant plus que la langue finit toujours par caméléoner le milieu où elle se pratique.

  • 14 L’expression est issue de la paraphrase de Jacques Chevrier, in Littérature nègre, 1984, 1990, p. 2 (...)
  • 15 « Écriture et “devenir autre de la langue” dans le roman africain », in Ngalasso-Mwatha, Musanji (d (...)

7Il est vrai que cette nouvelle habitude dans l’écriture du roman fâche quelques puristes ; même si cela trouve une justification chez Kourouma et une série de disciples à ce tenancier de l’art nouveau. Les insatisfaits ne manquent pas de formules tranchantes pour clouer au mur cette nouvelle méthode discursive et esthétique. Jean Dejeux parle de « littérature terroriste »14, Ngal15 parle de « crash » dans la langue de ces auteurs et Mongo Beti, lui, ne conçoit pas qu’on puisse mal se servir du français pour le coincer dans des instincts vils d’appropriation. C’est pourtant ce français tropical qui apparaîtra avec des mots et structures syntaxiques dérivées des langues locales comme le fait abondamment le « roman du retour » chez Mongo Beti.

8La question du contact entre le français et les langues du cru se pose donc. Ce contact ne s’opère pas sans mutuelle influence. Il est fortement traversé par une volonté avouée ou pas de marquer l’existence réelle de deux langues en dispute. Ce qui laisse la place à l’alternance codique, les interjections, les interférences, etc. L’écriture devient ici une activité duelle où le sujet écrivant et le sujet lisant se livrent à de permanentes volontés conscientes ou inconscientes de positionnements sur le plan de la pensée, de la création ou de la compréhension. Tout le problème de la relation de l’écrivain avec la norme mérite, en filigrane, de s’interroger sur le type de norme dont il s’agit véritablement. Y a-t-il une norme fixe, invincible, au-dessus de tout acte d’écriture ? Ou alors, la norme est plurielle et suppose tout emploi pertinent et justifiable dans la réalisation de l’entreprise littéraire ?

  • 16 Elle est gouvernée par le discours prescriptif de l’Académie et des grammaires normatives. D’ailleu (...)

9Autrement dit, la norme métropolitaine, instituée16, discute son statut princier avec la norme francophone, en application, au point que de cette tension réelle, il résulte un polyphonisme où les deux idéologies se neutralisent systématiquement dans le texte littéraire francophone. Chacune dicte son principe sans toutefois se faire entendre de manière autonome dans leur exécution singulière. Les deux normes coopèrent simultanément ou alternativement sans parvenir à dégager une dominance de l’une sur l’autre. Il s’affirme cependant que la norme locale manifeste volontairement ou non une identité africaine en pleine expansion. La nécessité de la laisser librement s’exprimer parvient à faire du texte francophone un hymne à la culture et à la quête d’authenticité. Ce qui n’est opérationnel que dans l’écriture en langue locale et la publication en Afrique. Mais cela s’avère encore difficile car l’ensemble des textes majeurs de la littérature africaine francophone est encore publié en Occident et cela est tout à fait un danger pour Mongo Beti pour qui

  • 17 PNPA, n° 44, 1985, p. 58.

broyés par des institutions culturelles dont la fatalité est de nous aliéner, nous prétendons créer une littérature qui soit l’expression authentique de notre moi collectif. Nous sommes pareils à de tendres agneaux parqués dans un enclos dont la porte a été confiée à la surveillance d’un loup.17

10La question de l’indépendance culturelle est ici posée. Elle suppose un affranchissement des écrivains africains de la norme exogène. Comment donc cet affranchissement s’opère dans le texte romanesque de Mongo Beti ?

  • 18 M. Dassi, op. cit., p. 22.

11Le travail de Fame Ndongo, pour Dassi et pour nous aussi, permet de relever « des ressources culturelles “pahouines” : l’onomastique, la poésie, la réification, la zoomorphisation, l’anthropomorphisation, la mythologisation, la proverbisation, les itérèmes, l’humour, l’ironie, l’affabulation, bref l’identité du peuple pris en compte »18. C’est donc dire que le principe de congruence entre la langue française et les éléments de culture et d’identité africains est honoré dans l’écriture romanesque de Mongo Beti. D’ailleurs, Chevrier le reconnaît lorsqu’il affirme :

  • 19 Fame Ndongo, Jacques, L’Esthétique romanesque de Mongo Beti, Présence africaine, 1985, p. 13.

Cette écriture, puisée à deux sources, oscille en effet en permanence entre la norme morphosyntaxique française et le « résidu » pahouin dont Fame Ndongo perçoit notamment la trace au travers de toute une série d’interférences lexicales.19

12Entre le français et les langues locales, il y a, au-delà du contact réel qui les fait fonctionner ensemble, une forme d’interpénétration profonde au point qu’il apparaisse une sorte d’interlangue, conséquence attendue du phénomène de coprésence. Il apparaît ainsi, dans l’écriture énonciative du parler du narrateur ou de celui des personnages, que nous sommes bien dans un milieu de contact, mieux d’interaction entre les langues locales et le français. Les langues en présence se contaminent et se livrent à des transferts de structures phonétique, lexicale ou syntaxique. Dès lors, il se trouve que les langues du cru portent un coup dur à la norme du français standard puisqu’elles ont pour support non la norme exogène, mais effectivement la norme endogène (communiquée par la langue maternelle). Voici comment Mendo Ze l’explique :

  • 20 « Considérations sur l’insécurité linguistique, la compétence et l’appropriation du français en mil (...)

Les locuteurs camerounais pour la plupart réfléchissent par conséquent dans la structure de leur langue maternelle pour traduire leurs idées en français. Ce faisant, leur français est calqué sur la structure des langues locales identitaires : cela se manifeste par des phénomènes de calques linguistiques, d’interférences aux plans morphologique, phonétique, sémantique, stylistique, lexicologique.20

  • 21 « Dynamique du français au Cameroun : créativité, variations et socio-linguistiques », in Le França (...)

13Pour comprendre les changements opérés dans l’écriture des romans en français d’Afrique, il faut plonger ceux-ci dans le concept linguistique de variationnisme. En effet, Noumssi21 estime que « la variation désigne un phénomène selon lequel une langue déterminée, dans la pratique, n’est jamais identique à ce qu’elle est dans un lieu, dans un groupe social donné, ou à une époque précise ». C’est dire que c’est le milieu qui conditionne la langue. On comprend donc qu’il est difficile d’envisager une uniformité du français au-delà de son point d’origine métropolitain ; et qu’au sortir de celui-ci, que puissent « s’abîmer » les mécanismes structurants dans la pratique du locuteur lointain du centre par le phénomène connexe de variabilité. En fait, il est certain que plus la langue sort de son centre, plus elle rencontre, comme une sorte de collision, les schèmes identitaires de la langue locale avec lesquels il s’opère inévitablement un choc dialogique où l’appropriation peut apparaître comme une résultante variationniste. Ce varitionnisme n’est pas standard. Il change selon qu’on passe d’une langue locale à une autre. C’est ce qui fait que le roman africain puisse faire résonner plusieurs origines linguistiques dans le rendu énonciatif des personnages à travers le fait pour eux d’être tous plongés dans ce qu’il convient d’appeler « bain linguistique » où les différentes tribus et croyances culturelles apparaissent dans l’accaparement du locuteur de la langue. Dans le roman, on observe une forme de mélange généralisé où le multilinguisme affiche une pluralité de voix dans une écriture ‘avouée’ en français.

Aspects intonationnel et phonétique du contact des langues chez Mongo Beti

14Si nous considérons que l’énonciation suppose l’idée de parole orale ou écrite, de ce point de vue, il s’avère intéressant d’étudier comment les personnages parlent dans l’œuvre de Mongo Beti. S’énoncer devient pour nous un prétexte intéressant dans la saisie des rapports énonciatifs internes à l’énoncé apparent qu’affiche l’œuvre. L’expression typique des personnages nous permet d’examiner de près les conflits d’identités que l’acte de parole, lié à la langue, donne à percevoir.

15Dans le roman Trop de soleil tue l’amour, il apparaît que le français des personnages est truffé des marques du substrat et par les effets de procédés intonationels. Par cette orchestration de la langue du cru dans le rendu en français, il y a bien mélange de l’oral dans l’écrit. Pour le ressentir, il faut avoir une certaine expérience de la langue locale ainsi mimée pour établir son existence dans les mots en français. Prenons cet exemple tiré du roman pour s’en convaincre :

  • 22 Beti, Mongo, Trop de soleil tue l’amour, Paris, Julliard, 1999, p. 157.

Qui t’a même appelé ? Qui t’a même demandé quoi ? Tu as compris où qu’on t’appelait ? Tu viens là, tu trouves que les gens parlent leur affaire, et tu mets ta bouche. Qui a demandé ta bouche même ? Ouais.22

16Cette réplique est adressée à un tiers s’étant ingéré dans une conversation entre un vendeur à la sauvette et un client intéressé par un article (un imperméable précisément). Le client en question s’offusque donc de l’ingérence du tiers en les termes susmentionnés.

  • 23 Tabi Manga, Jean, Les Politiques linguistiques du Cameroun. Essai d’aménagement linguistique, Paris (...)
  • 24 Mendo Ze, Gervais, Le Français en Afrique noire francophone : le cas du Cameroun, Paris, éditions A (...)
  • 25 Beti, Mongo, Branle-bas en noir et blanc, op. cit., p. 240.
  • 26 In Le Processus de dialectisation du français en Afrique : le cas du Cameroun, thèse de doctorat 3e(...)

17Avant d’examiner l’extrait ci-dessus, il convient de rappeler que pour Tabi Manga, il existe quatre accents régionaux au Cameroun : l’accent bamiléké de l’Ouest Cameroun, l’accent douala du littoral et qui regroupe les bassa et assimilés, l’accent nordiste qui compte les peuls, les haoussas, les mbum, les tchadiques, les duru, et enfin, l’accent beti qui regroupe les bulu, les fangs, les maka et assimilés, les bene, les ewondo. Il se trouve donc que pour le chercheur, les traits prosodiques de ces langues locales finissent par maquiller l’expression phonatoire ou articulatoire en français « de sorte que le français commun devient progressivement une langue tonale »23. À ce niveau, le phénomène d’accent est rattaché à celui de ton ou de prononciation. Ce qui constitue un problème particulier avec la nature orthodoxique du français. C’est pourquoi Mendo Ze, s’agissant du phénomène d’accents régionaux, précise que celui-ci « n’a rien de méchant pour la qualité du français tant qu’il se situe au niveau de la simple prononciation »24. Ainsi, le locuteur ewondo marque de son empreinte linguistique originelle la manière de prononcer l’adverbe interrogatif « comment » en articulant plutôt « coma »25 . Autrement dit, au lieu de prononcer [kͻmã], le locuteur ewondo produira plutôt la forme [kwͻma]. Cette particularité articulatoire est retrouvée à chaque fois qu’on a la voyelle « o » précédant une consonne « c », « p », « t », etc. La conséquence à établir à ce niveau est que les locuteurs ewondo manifestent quelques difficultés à produire convenablement certains sons et par ricochet les mots y afférents. Paul Zang Zang déduit que « la langue maternelle forme notre ouïe et nos organes phonatoires de sorte que pour parler français comme un natif nous devons rééduquer nos organes de la parole »26.

18Dans le roman Trop de soleil tue l’amour, un tel phénomène sur l’intonation est observé. Dans la réplique citée plus haut, les traits intonationels propres à la langue ewondo se réalisent. Son accent est perceptible, au-delà des phrases écrites en français, mais aussi sa sémantique, lexique et syntaxe.

Aspects syntaxiques

19En effet, considérant toujours la réplique ci-dessus, on se rend bien compte que la syntaxe usitée ne respecte pas les canons de celle du français standard. Elle est, au contraire, bâtie sur la base de la syntaxe de la langue ewondo d’où elle tire son organisation. On a donc la preuve que le locuteur, loin de s’exprimer directement en français, réalise une forme de traduction de sa pensée de l’ewondo vers le français. Une telle attitude psychologique ou mentale de traduction a pour conséquence le phénomène de transposition structurelle de la syntaxe ewondo dans le rendu énonciatif en français. Ainsi, en lieu et place de la formulation « qui est-ce qui a sollicité ton éclairage ou ton aide ? », on a plutôt « qui t’a même demandé quoi ? » Pour comprendre cette phrase, il faut la remettre dans le contexte de sa composition en ewondo. Dans cette langue, on dirait aisément : « za mén a sili wa dzé ? » Et là, apparaît facilement l’ordre des mots en ewondo dans la traduction littérale en français.

  • 27 Beti, Mongo, Branle-bas en noir et blanc, op. cit., p. 255.
  • 28 « Va là-bas avec le type-là, laisse l’homme-là tranquille là où il est. » Kele wé é mod-té, dzoguè (...)

20Cet ordre est retrouvé également dans Branle-bas en noir et blanc27 lorsque PTC s’adresse à Eddie de cette manière : « Va là-bas avec le type-là, laisse l’homme-là tranquille là où il est28. Explique-moi seulement comment tu vas. » Cet énoncé travaille à la fois l’intonation ou l’accent ewondo et la syntaxe relative à cette langue qui réapparaît de façon identique en français.

Aspects sémantiques

  • 29 « Bouche » étant traduit agnou.
  • 30 « Nez » étant traduit dzoé.

21Toujours avec la même réplique, il se passe que des mots comme comprendre et bouche prennent une signification particulière. En français standard, on dirait mettre/fourrer son nez dans les affaires d’autrui pour caractériser le fait pour un x de vouloir s’ingérer ou de manifester une certaine curiosité jugée malveillante et gênante pour un y. par contre, cela n’est pas repris, en ewondo, par l’organe olfatique « nez », mais par celui de production vocalique « bouche ». En effet, on dit en ewondo a fouri agnou (mettre la bouche29) et non a fouri dzoé30 (mettre le nez). Ainsi le nez représenterait, pour le locuteur français, la psychologie qui animerait celui qui s’ingère dans ce qui ne le concerne pas ; le nez révélerait donc l’humection de l’univers privé par quelqu’un. Cela suppose qu’on peut s’ingérer dans une affaire sans forcément produire un discours audible. Alors que pour le locuteur ewondo, la bouche marque mieux, sur le plan pratique, la concrétisation de cette ingérence par les mots effectivement prononcés par l’intrus ou l’indésirable. L’ingérence ici suppose la prise de parole effective de l’intrus. Et c’est justement contre celle-ci que les formulations interrogatives du client de l’exemple ci-dessus militent.

22Le client emploie deux fois le mot bouche. Le premier emploi fait référence à l’ingérence alors que le deuxième emploi peut être traduit par avis en français standard. On se rend compte que dans la langue ewondo, il importe de référer à chaque fois à l’organe de phonation parce que peut-être la parole en elle-même est quelque chose de matériel et d’audible. Le fait qu’elle participe de l’expression de l’abstraction de la pensée ne fait pas partie ici de la conception africaine de l’acte d’énonciation en lui-même. D’où la re-sémantisation lexicale qui prend place ici.

23Cette re-sémantisation est d’ailleurs poussée à l’excès au point de pouvoir créer un blocage interprétatif pour le locuteur occidental. En effet, lorsque le client demande : Tu as compris où qu’on t’appelait ?, il y a très certainement nuance à relever sur l’emploi du verbe comprendre dans cet énoncé. En fait, si en français standard, une différence notoire est faite sur le plan morphosémantique entre les verbes entendre et comprendre, en ewondo, ce n’est absolument pas le cas. En français, entendre renvoie à une perception par l’ouïe alors que comprendre signifie une saisie, par l’intelligence, de quelque chose. En ewondo, ces deux différences, bien qu’elles existent dans la pratique, gardent un seul vocable pour les spécifier. L’unique mot pour référer aux deux significations est le verbe a wog. Ainsi, entendre un bruit se dit en ewondo a wog idoung ; alors que comprendre un enseignement en ewondo est a wog ayegle. On voit bien qu’ici a wog désigne les deux réalités contradictoires liées à « entendre » et « comprendre ». C’est le seul support lexical permettant d’y parvenir. Prenant donc appui sur cela, le client parvient à produire l’énoncé Tu as compris où qu’on t’appelait ? Compris ici doit s’interpréter comme « entendre » et non comme « comprendre » car il est fait allusion à l’ouïe dans ce contexte précis.

24Évidemment, il serait trop facile de penser que ce transfert de structure et de signification relève d’un acte conscient de la part du locuteur natif ewondo lorsqu’il s’énonce en français. En fait, si l’on considère la langue comme outil de communication des schèmes de pensée et de figures mentales, automatiquement, on y perçoit le trait spontané et donc inconscient de l’acte de production discursive réelle. C’est ce que Chomsky nomme la grammaire universelle ; celle-ci serait, pour le théoricien, innée. Dès lors, l’on ne saurait penser que le locuteur ewondo a le temps de procéder consciemment à des calques lorsqu’il s’exprime en français. Il marquerait de son empreinte linguistique originelle l’expression de sa pensée en français. Nous préférons ainsi parler de lutte de langues en présence dans un environnement de compétition linguistique. Il ne serait pas juste de parler de simple contact ou coprésence de langues car le rapport de dominateur à dominé est très pertinent dans ce cas.

Aspects lexicaux

25Sur le pan lexical, on peut se rendre compte que la langue ewondo alimente (enrichit ?) le vocabulaire de la langue française de mots, ou du moins, d’interjections localisées. Dans l’extrait liminaire que nous exploitons, l’on retrouve à la fin de la série interrogative du personnage, l’interjection ouais traduisible en ewondo par wèèè. Elle marque l’exaspération du locuteur qui, en fait, libère sans détour sa rouspétance. En français, ouais est la forme relâchée de oui. Mais comme il signifie wèèè dans ce contexte, il correspond à zut, putain ou merde. Ce qui est à relever ici ce n’est pas le registre trivial employé mais le fait que la graphie de l’interjection en ewondo n’est pas retrouvée dans le texte en français. L’univers de pensée ewondo rentre donc dans l’univers lexical du français sans même que le romancier ne prenne la peine d’en expliquer la subtilité au lecteur non avisé.

  • 31 Beti, Mongo, Trop de soleil tue l’amour, op. cit., p. 14. La conversation entre Bébète et PTC, le p (...)
  • 32 Voici la séquence où elle apparaît dans une attitude de PTC : « Nna wama ! s’écria aussitôt le gros (...)
  • 33 Beti, Mongo, Branle-bas en noir et blanc, op. cit., p. 53.
  • 34 Ibid., p. 104.

26Par ailleurs, dans Trop de soleil tue l’amour, on a une expression telle que yë mabissi employée par Bébète et que le romancier traduit par rien à foutre31. On retrouve dans le même registre l’expression nna wama que le romancier traduit en français par Ma mère !32 Le constat qu’on peut faire ici est que l’écrivain prend conscience de ce qu’il y a effectivement un décalage entre la norme locale et la norme française. C’est pourquoi il s’autorise quelques traductions pour ne pas opacifier le contenu entretenu par ces mots et expressions du cru. Toutefois, ce n’est pas toujours le cas. En réalité, les nombreuses occurrences des interjections telles que ékyé ou aka dans la prise en charge énonciative des personnages ne sont pas toujours expliquées dans le roman. Pour s’en convaincre, voici un exemple : Ékyé, tu crois que c’est la même chose33 ? Il en est de même pour Aka, mon petit goujon34. Non seulement il n’y a pas d’explication sur l’origine de ces termes spécifiques à la langue ewondo, mais aussi, ils ne sont pas écrits en italique. Ils rentrent dans le corps lexical du texte romanesque au point qu’ils fusionnent avec le vocabulaire de la langue française. S’établit dès lors le système langue locale + langue française au point que la francophonie affiche un caractère coloré et métissé de ce que nous appelons « la norme en application » qui n’est pas tout à fait le respect de la langue locale, puisque celle-ci n’est pas exécutée à proprement parler, encore moins le français métropolitain, puisque ses consignes normatives sont bafouées.

27De ce parcours des particularités du français au Cameroun à travers les deux derniers romans de Mongo Beti, il ressort effectivement qu’il y a contact duel entre le français et les langues locales. Il se met en place ici ce qu’on appelle généralement l’appropriation du français par les langues locales. Celles-ci colonialisent la norme exogène par le biais d’apports multiples au niveau phonétique ou intonationel ; ce qui ne manque pas de souligner l’accent identitaire caractéristique à l’origine du sujet parlant. Au niveau syntaxique, on retrouve aussi un apport de la langue du cru dans le rendu en français en ceci que la syntaxe de base est quasiment reproduite. Il y a aussi apport des mots tout constitués de la langue maternelle en français. En fin de compte, les locuteurs camerounais semblent parler leurs langues maternelles avec les mots de la langue française puisqu’ils pensent dans l’une et transposent/interprètent le contenu dans l’autre. Il y a donc lieu de prendre en compte la relation inférencielle entre la langue source et la langue d’accueil ; ou alors celle ayant trait à la langue de pensée par rapport à la langue d’expression. C’est d’ailleurs ce qui donne lieu à l’émergence d’une norme endogène du français.

Notes

1 Beti, Mongo, Branle-bas en noir et blanc, Paris, Julliard, 2000.

2 C’est de cette tension que naît le phénomène d’influence car en effet, « [l]a culture française a laissé son empreinte sur les cultures locales », in Sanaker, John Kristian et al., La Francophonie. Une introduction critique, Oslo, 2006, p. 161.

3 Ce rapport de force se décline par un fait singulier : « Le français ainsi importé s’est superposé aux langues africaines », in Sanaker et al., op. cit., p. 162.

4 In L’Interculturel dans l’espace francophone, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 12.

5 « Phénolangue et génolangue dans la littérature africaine écrite en français : l’illusion de la langue française dans le discours des personnages », in Nouvelles Études Francophones, vol. 21, n° 2, 2006, p. 108-120.

6 Il est caractérisé par le souci des romanciers africains de se fondre dans le moule des classiques français. D’ailleurs, Jacques Chevrier (in Littérature nègre, Paris, Armand Colin, 1974) pense que le style des écrivains africains est fort lié à des modèles tels que Balzac ou Zola. Ce style africain va par la suite varier et afficher sa déconnexion totale du référent métropolitain. Il sera fait désormais, et ce après les publications d’après les indépendances, des néologies, du substrat, de nombreux apports de l’oral (ité) – proverbes, épopées assumés par les griots, les conteurs ou les sages à l’intérieur de l’intrigue – dans l’écrit (ure), d’une syntaxe particulière rivalisant de contrariété avec celle officiellement reconnue par la norme, des interférences, etc. C’est à ce niveau qu’on pourrait parler d’appropriation de la langue française dans la francophonie littéraire.

7 Rêves d’une Afrique angélique et lointaine qui se perd chaque jour qui passe, rejet des idéologies a priori racistes sur la considération d’une Afrique incapable de philosopher ou de mettre sur pied des œuvres d’invention, la contestation des abus liés au règne colonial.

8 « Nul ne peut contester en effet qu’à l’époque coloniale la maîtrise de la langue française a constitué pour l’intelligentsia africaine un atout de premier ordre », Chevrier, Jacques, Littérature nègre, p. 237.

9 Le Roman camerounais et sa critique, Paris, Silex, 1985, p. 9.

10 Nous appelons ainsi l’ensemble constitué des trois derniers romans publiés par Mongo Beti lorsqu’il est enfin autorisé à séjourner au Cameroun, son pays natal, après 32 ans d’exil ininterrompu en France.

11 M. Dassi parle même de « nouvelles convenances » où « la langue française [est] presque réformée ou réadaptée », in De la morphosyntaxe à la sémantique des présentatifs en français contemporain. Une aperception fondée sur la prose romanesque de Mongo Beti, München, Lincom Europa, 2003, p. 21.

12 Voir Owono Zambo, Claude Éric, « L’écrivain francophone au cœur de la problématique de la langue d’écriture », Les Cahiers du Grelcef, Ontario, 2011, p. 169, in http://www.uwo.ca/french/grelcef/2011/cgrelcef_02_text05_owono.pdf

13 In La Langue d’Ahmadou Kourouma ou le français sous le soleil d’Afrique, Paris, Karthala, 1995, p. 115.

14 L’expression est issue de la paraphrase de Jacques Chevrier, in Littérature nègre, 1984, 1990, p. 236.

15 « Écriture et “devenir autre de la langue” dans le roman africain », in Ngalasso-Mwatha, Musanji (dir.), Linguistique et poétique : l’énonciation littéraire francophone, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007, p. 79-87.

16 Elle est gouvernée par le discours prescriptif de l’Académie et des grammaires normatives. D’ailleurs, voici ce que John Lyons, à propos de la grammaire, lui reconnaît comme objet : « l’objet de la grammaire [est] défini comme l’art de bien parler et de bien comprendre », in Linguistique générale, Introduction à la linguistique théorique, Paris, Larousse, 1983, p. 14. On voit qu’ici l’idée de conformité à la norme est requise aussi bien dans l’élocution que dans la compréhension (voire intercompréhension). Telle est l’exigence attendue dans l’art d’écrire, de parler ou de penser dans la pratique de la langue française. Cela apparaît comme credo dans les grammaires traditionnelles d’auteurs tels que Chevalier, J.-C. et al., in La Grammaire Larousse du français contemporain, Paris, Larousse, 1991, Grevisse, in Le Bon usage, Paris-Gembloux, Duculot, 1980 ; Wagner, R.-L. & Pinchon, J., in Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette, 1995.

17 PNPA, n° 44, 1985, p. 58.

18 M. Dassi, op. cit., p. 22.

19 Fame Ndongo, Jacques, L’Esthétique romanesque de Mongo Beti, Présence africaine, 1985, p. 13.

20 « Considérations sur l’insécurité linguistique, la compétence et l’appropriation du français en milieu plurilingue : le cas du Cameroun », Langages et Communication, n° 6, 2007, Université de Yaoundé I, p. 84-85.

21 « Dynamique du français au Cameroun : créativité, variations et socio-linguistiques », in Le Français en Afrique, revue du Réseau des observatoires du français contemporain en Afrique, 2004, p. 105-117.

22 Beti, Mongo, Trop de soleil tue l’amour, Paris, Julliard, 1999, p. 157.

23 Tabi Manga, Jean, Les Politiques linguistiques du Cameroun. Essai d’aménagement linguistique, Paris, Karthala, 2000, p. 148.

24 Mendo Ze, Gervais, Le Français en Afrique noire francophone : le cas du Cameroun, Paris, éditions ABC, 1990, p. 82.

25 Beti, Mongo, Branle-bas en noir et blanc, op. cit., p. 240.

26 In Le Processus de dialectisation du français en Afrique : le cas du Cameroun, thèse de doctorat 3e cycle, Université de Yaoundé, 1991, p. 45.

27 Beti, Mongo, Branle-bas en noir et blanc, op. cit., p. 255.

28 « Va là-bas avec le type-là, laisse l’homme-là tranquille là où il est. » Kele wé é mod-té, dzoguè mod-té amion ivom ane.

29 « Bouche » étant traduit agnou.

30 « Nez » étant traduit dzoé.

31 Beti, Mongo, Trop de soleil tue l’amour, op. cit., p. 14. La conversation entre Bébète et PTC, le patron d’un journal de la place, est la suivante :
« – Tu comprends ça Bébète ?
– Yë mabissi ! »

32 Voici la séquence où elle apparaît dans une attitude de PTC : « Nna wama ! s’écria aussitôt le gros PTC », Trop de soleil tue l’amour, op. cit., p. 31.

33 Beti, Mongo, Branle-bas en noir et blanc, op. cit., p. 53.

34 Ibid., p. 104.

Auteur

Université de Bergen, Norvège

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search