Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Troisième partie. Appropriation de la langue et créativité

De l’appropriation de la langue française par les Kabiyè de Kara, 1922-2011

Kuwèdaten Napala

Texte intégral

  • 1 C’est une région de montagnes aux versants rocheux. En 1927, cette localité qui portait le nom de L (...)
  • 2 http://www.uct-togo.org, Kara.
  • 3 Idem.

1Kara, capitale de la région de Kara, se trouve au nord du Togo dans un rectangle formé par les méridiens 1° et 20’ longitude Est et par les parallèles 9° 20’et 9° 55’ latitude Nord1. Elle est située à environ 450 kilomètres de Lomé la capitale. Avec une population estimée à plus de 110000 en 20112, l’ethnie kabiyè, qui y est la plus importante3, parle la langue du même nom.

  • 4 Cependant, à partir de 1905, pour limiter l’influence religieuse et celle de la langue anglaise trè (...)
  • 5 Pour des informations sur ce sujet, voir Napala, Kuwèdaten, Les forces religieuses et les rapports (...)
  • 6 À l’issue de la guerre, le Togo allemand fut divisé à deux reprises : une première fois en 1914, un (...)

2Quand le Togo devint une colonie sous le mandat de la France à partir de 1919, les populations de Kara, restées jusque-là très peu en contact avec les colonisateurs allemands présents officiellement sur le territoire depuis 1884 et confinés dans le Sud, ne parlaient aucune langue européenne. En effet, préoccupée par l’exploitation économique du Togo, la précédente administration allemande qui, au reste, considérait que la langue de la race supérieure ne pouvait être vulgarisée au sein des peuples « primitifs » et « inférieurs », laissa l’enseignement aux mains des missionnaires4 qui, pour de multiples raisons5, ne purent accéder aux régions septentrionales jusqu’en 1912. Après la victoire des Alliés en août 1914 au Togo et le partage de cette colonie allemande6, la France fut mandatée par la SDN pour administrer la portion actuelle du territoire. Contrairement au gouvernement allemand, l’administration française laïcisa l’école et prit le contrôle de l’éducation des masses. L’une de ses priorités fut alors de vulgariser la langue française au Togo. Neuf décennies plus tard, les Kabiyè de Kara, bien que tardivement scolarisés, semblent, avoir intégré le français dans leur langage ; de nombreux termes français se sont confortablement installés dans la langue kabiyè et rendent désormais quasi-impossible la tenue de conversations entières sans un seul mot français. Depuis les services administratifs jusque dans les champs, en passant par les marchés, les ateliers de couture ou de menuiserie, l’appropriation du français est manifeste, tant à travers les nombreuses enseignes que dans le parler classique ou le français « kabiyèisé ». Il est question alors de savoir par quel processus les populations de Kara ont acquis le français et quel est le degré d’appropriation de cette langue aujourd’hui dans la localité de Kara.

3Répondre à ces questions nécessite préalablement un survol historique de la politique de l’administration coloniale française et de celle du gouvernement togolais depuis l’indépendance, en matière d’enseignement qui constitue le principal moyen de vulgarisation du français. Cela conduit ensuite à évoquer la forte scolarisation du pays kabiyè, consécutive à la rivalité entre les missions chrétiennes et le gouvernement en matière d’enseignement. En somme, cet article retrace d’abord le processus qui a contribué à l’adoption du français à Kara, avant d’identifier les éléments manifestes de cette acquisition.

4Nous privilégions l’approche historique qui permet de mettre en évidence la permanence du rôle majeur assigné à la langue française au Togo depuis 1922, et impose le constat de la « francisation » au quotidien des populations de Kara en particulier. L’observation et l’analyse du vécu quotidien des populations de Kara permettent de mesurer le degré d’appropriation et d’influence du français dans cette localité.

La diffusion du français à Kara depuis les années 1920

5Le français parlé actuellement à Kara est le produit d’une longue histoire. En moins d’un siècle, cette langue qui a fait son entrée dans le langage des populations de Kara et du Togo en général, est passée du statut de langue étrangère à celui de langue incontournable après avoir été choisie comme officielle, d’abord par l’administration coloniale, ensuite par les dirigeants du Togo indépendant. Sa diffusion s’est faite principalement par le biais de l’école.

Le français, langue officielle du Togo à partir de 1922

6Lorsque la France entre en possession de sa portion du Togo allemand dès 1914, elle prend une série de mesures amenant les populations locales à apprendre le français puis à l’intégrer dans leur langage au fil des années, de manière progressive et évidente.

  • 7 Journal officiel du Togo, 1922, p. 213.

7Par un arrêté signé le 27 septembre 19227, le français fut imposé brusquement et violemment comme unique langue de l’enseignement au Togo. Cette décision interdisait, par conséquent, aux missionnaires, l’enseignement des langues étrangères ou dialectes autochtones qui ne pourront plus être utilisés que dans le catéchisme. Les raisons évoquées par le gouverneur Bonnecarrère pour légitimer cet arrêté sont d’ordre pratique mais aussi, et surtout, d’ordre strictement politique. C’est, d’abord pour une raison d’unité linguistique, dans la mesure où, selon une circulaire de 1922 sur l’enseignement public et privé, la multiplicité des langues vernaculaires considérées comme des « idiomes », écarte l’idée d’en privilégier une. Cette circulaire dit précisément ce qui suit :

  • 8 DEFAP/MF 3800, Circulaire sur l’enseignement public et privé en 1922.

Pourquoi exigeons-nous l’emploi exclusif de la langue française ?
… En présence de la diversité des idiomes ou dialectes parlés sur ce petit territoire, il ne saurait être question d’en adopter un. Je n’ignore pas que le Mina ou Ewe se parle dans toute la région côtière, jusqu’à Atakpamé, et le Haoussa dans le nord. […] Ainsi donc la langue française va pouvoir établir la liaison en l’absence de toute langue prédominante.8

8Le second argument réside dans la nécessité de l’usage d’une langue facilitant les rapports entre les administrateurs et leurs collaborateurs locaux, dans tous les domaines, comme le précise la circulaire sur l’enseignement public et privé en 1922 :

  • 9 Idem.

Comment pourrait-on mieux trouver les collaborateurs nécessaires aux bureaux et dans les circonscriptions, qu’en diffusant le français ?… Mais ce n’est pas seulement dans l’administration que ces collaborateurs seront nécessaires, c’est également dans le commerce, l’industrie et l’agriculture. Ainsi donc il faut apprendre le français pour permettre aux indigènes de participer sans difficultés à la vie administrative, économique et sociale du pays […].9

  • 10 Lange, Marie-France, L’école au Togo. Processus de scolarisation et institution de l’école en Afriq (...)

9Plus qu’une langue de liaison, l’imposition du français apparut avant tout comme un moyen de domination culturel et politique de la puissance mandataire au Togo. Selon M.-F. Lange, l’impérialisme culturel français reproduisait, en fait, la politique de la métropole tendant à nier et à éliminer les particularités linguistiques : « […] En partant du présupposé de la supériorité du français, on provoque la marginalisation et l’infériorisation des autres langues, auxquelles on dénie jusqu’au nom de « langue », et qui sont désignées par les termes « dialecte » ou « idiome »10.

  • 11 ANT/1I51 : Direction de l’enseignement : programme d’enseignement ; lettre du gouverneur des coloni (...)

10Quoi qu’il en soit, l’objectif de l’administration française l’amena à accorder une priorité à la scolarisation, principal moyen de s’imposer en francisant le territoire. Par un arrêté le 18 janvier 1935, le gouvernement introduisit une autre réforme dont le principe fut, entre autres, d’apprendre aux jeunes générations à s’exprimer et à penser en français, la langue française devant devenir dans le Territoire la langue véhiculaire11.

  • 12 Keller, Jean, « Le problème missionnaire dans l’Empire Français », Journal des missions évangélique (...)
  • 13 Ibid.

11À la conférence de Brazzaville en 1944, la France décida de former une Communauté française en intégrant à sa population, celle des colonies. Pour cela, elle devait « faire des Africains français des Français d’Afrique »12, en les assimilant, en créant en eux une mentalité, une culture française, des intérêts semblables à ceux du Français métropolitain. On devait les associer d’abord à la vie politique de leur colonie, puis à l’ensemble de la « Communauté française »13. Le système scolaire appliqué au Togo et à Kara, en particulier, fut dès lors calqué sur le modèle métropolitain.

  • 14 Anzorge, Isabelle, « Le français au Togo : une aventure ambiguë », http://www.unicef.fr/ILF-CNRS/of (...)
  • 15 Assima-Kpatcha, Essoham, « L’organisation de l’enseignement au Togo indépendant (1960-1992) », Revu (...)

12Lorsque le Togo accède à l’indépendance, le 27 avril 1960, le français est déclaré langue officielle par la Constitution. Le principal motif de son inéluctable adoption semble conforter celui du colonisateur en 1922 : en plaçant toutes les ethnies à égalité, le français, langue étrangère et de colonisation, apparut aux responsables politiques togolais comme un moyen d’affermir la cohésion nationale. Il permettait par ailleurs de préserver la communication internationale et interafricaine14. Les années après l’indépendance consacrèrent une évolution importante dans la vulgarisation du français car l’une des préoccupations majeure du gouvernement fut alors d’accélérer la scolarisation tout en élevant le niveau d’instruction au Togo. Après 1967, Yaya Malou fut chargé de l’Éducation. Sensible à la situation de la sous-scolarisation du Togo septentrional, notamment de Kara, dont il est originaire, il dut prendre des mesures pour remédier à cette situation et aux dysfonctionnements issus de l’école coloniale15.

13En dépit des réformes de 1975 introduisant l’enseignement des langues nationales (éwé et kabiyè), le français est la seule langue inscrite au sein de la Constitution jusqu’à ce jour. Il a progressivement pris une place dans l’univers linguistique des Togolais et constitue dans les années 1980, 1990 et 2000, la principale langue d’enseignement au Togo, la langue de communication et le véhicule de l’enseignement dans tout le Togo. Son ascension et son appropriation à Kara sont le résultat de la politique éducative menée par la France au Togo depuis 1922, relayée par les gouvernements togolais soucieux de rétablir l’équilibre en matière de scolarisation entre le Nord et le Sud Togo. Ils sont aussi le produit de la forte présence et de l’œuvre scolaire des missionnaires français à Kara.

La forte scolarisation du pays Kabiyè

14Le français ne s’est pas propagé sur toute l’étendue du territoire togolais à la même période. À Kara, cette langue a commencé par être vulgarisée à partir de 1926 avec l’école. Mais il a fallu attendre les années 1940 et 1950 pour qu’elle commence à entrer dans les habitudes. Son appropriation s’est faite de manière relativement rapide étant donné qu’elle était la seule langue européenne jamais enseignée au Nord, alors que certaines populations du Sud parlaient l’anglais et l’allemand.

  • 16 Péchoux, Laurent, Le Mandat français sur le Togo, Paris, Éditions A. Pedone, 1939, p. 342.

15Pour franciser Kara, les écoles confessionnelles dont on connaît la complémentarité avec celles officielles jouèrent un rôle prépondérant. Elles ont largement contribué à véhiculer la langue française et la civilisation européenne dans cette localité, dans la mesure où, en dehors des cours de religion, l’enseignement donné dans ces écoles de mission devait être identique au programme des écoles officielles. C’est ce qu’exprime L. Péchoux : « Il est évident que cette activité concourait à la diffusion de la langue française, et qu’en définitive l’extrême dissémination des écoles religieuses, installées généralement là où l’enseignement officiel n’était pas encore venu, servait la cause de la puissance mandataire. »16 Dès 1929, les missions chrétiennes installées à Kara eurent recours à de jeunes collaborateurs kabiyè ayant appris suffisamment le français dans les écoles catholiques du Sud.

  • 17 Elle pouvait être portée à 16 et 18 ans par dispense du chef du service de l’enseignement. ANT/1I29 (...)
  • 18 ANT/1I29 : Direction de l’enseignement, Rapport sur la limite d’âge scolaire, op. cit.

16La limite d’âge pour la fréquentation scolaire fut fixée à 15 ans pour le cours élémentaire et 17 ans pour le cours moyen17, afin de favoriser l’accès d’un plus grand nombre à l’école. Mais pour les élèves kabiyè, Monseigneur Cessou demanda et obtint du gouverneur, une faveur ; si bien que, dans toutes les écoles de la mission catholique, il y eut un fort contingent d’élèves kabiyè18.

  • 19 Kakou, cité par A. Bafei, 2010, L’œuvre scolaire de la Mission catholique en pays kabiyè (1931-1956 (...)

17La scolarisation en pays kabiyè est allée de pair avec la francisation de la population. Car l’école en langue vernaculaire étant interdite, la première école créée en pays kabiyè se fit en français. La première école publique fut, quant à elle, créée à Lama-Kara (Kara) en novembre 1926, sur demande du chef supérieur des Kabiyè, Palanga, soutenu par ses notables. Une autre école créée à Kouméa, en 1929, fermera ses portes un an plus tard19.

  • 20 Pour plus d’informations, cf. Bafei, p. 56.
  • 21 Ce système était encore pratiqué au début des années 1980 dans le NordTogo.
  • 22 ANT/1I 67 : Historique de l’enseignement de 1922 à 1939 ; Effectifs des écoles du 1er degré du cerc (...)
  • 23 Mayeda, N.W., L’Église catholique au Nord-Togo des origines à 1960, Mémoire de DEA, Université du B (...)

18Durant les années 1930, la scolarisation fut très faible et le nombre des élèves n’augmenta pas, les populations étaient réticentes à l’école. Pour concurrencer les missions chrétiennes, le recrutement des écoliers était parfois forcé et l’administration exigeait un quota aux chefs. Scolarisés parfois donc sous la contrainte, soumis à une discipline sévère20, les élèves subirent l’humiliation avec le système du signal qui consistait à porter autour du cou, un crâne de chien ou une pièce d’argent, enfilés sur une ficelle21. La peur de porter le fameux signal obligeait les élèves à faire constamment l’effort de ne parler que le français dans l’enceinte de l’établissement. En 1929, l’école officielle comptait 54 élèves à Lama-Kara, 53 en 1930 et 41 en 193122. La première école confessionnelle du Nord Togo ouvrit ses portes le 30 mai 1938, avec un effectif de 45 élèves23 .

19Le volume horaire consacré à l’enseignement révèle la primauté accordée à l’apprentissage de la langue française.

Répartition hebdomadaire des matières d’enseignement : écoles rurales, urbaines et régionales (en 1933)

Répartition hebdomadaire des matières d’enseignement : écoles rurales, urbaines et régionales (en 1933)

Source : ANT/1I51 : Direction de l’enseignement : programme d’enseignement

  • 24 ANT/1I51 : Direction de l’enseignement : programme d’enseignement.

20Ce tableau indique, en effet, l’extrême importance accordée à l’apprentissage du français : 10h à l’entrée au CP, 8h au CE, 6h30 au CM1 et 6h au CM2. Si l’on y ajoute les heures d’écriture et de lecture qui concourent à la maîtrise du français, on compte, pour les mêmes classes, respectivement : 17h30, 14h30, 15h30 et 15h sur un volume horaire de 27h30 par semaine. Cette répartition était impérative et obligatoire sur toute l’étendue du territoire. En fait, durant les 27h30 hebdomadaires, les apprenants s’exerçaient au maniement du français puisque tout l’enseignement s’effectuait uniquement dans cette langue. Dans les écoles ménagères à Kara, l’enseignement du français était également une priorité24. De même, les écoles-catéchismes enseignaient des rudiments de français, à raison d’une heure par jour au maximum, sans manuel. Le français devint de jour en jour plus familier à la génération scolaire. Cependant, l’âge d’Or des écoles en pays kabiyè commence après la Seconde Guerre mondiale.

  • 25 Pour plus d’informations, cf. Napala, K., 2007, op. cit.
  • 26 Arrêté n° 184-54/IA fixant le nombre et l’emplacement des écoles de la mission catholique du Togo p (...)

21En effet, la scolarisation du pays kabiyè, qui ne prit véritablement son envol qu’à partir des années 1940 et 1950, connaîtra une ascension rapide dans les années 1950 avec la forte rivalité entre les missions chrétiennes et le gouvernement colonial dans le domaine de l’enseignement. Les Kabiyè qui appréciaient alors l’école et se l’appropriaient en devinrent demandeurs. De nombreux chefs de villages sollicitèrent la création d’écoles dans leurs localités25. Environ une douzaine d’écoles furent créées par le gouvernement entre 1942 et 1956. L’accroissement du nombre des élèves entraîna la propagation du français en pays kabiyè. Entre 1953 et 1954, pour le seul cercle de Lama-Kara, la mission catholique créa 40 classes26.

  • 27 Cf. infra.
  • 28 2APA 100 : services de l’enseignement : création des écoles et collèges.
  • 29 Idem.
  • 30 Idem.

22Le 19 janvier 1976, suite à la réforme scolaire27, fut décidé la création de cinq collèges à Lama-Kara pour répondre aux besoins, car ce cercle comprenait alors 1/6e de la population du Togo, soit près de 200000 habitants28. Il s’agit des CEG Kolidè, Lama-kara sud, Tchitchao, Kouméa, Landa29. De même, on créa un cours complémentaire à Kouméa. Le cercle de Kara fut celui où la scolarisation se développait le plus rapidement30. Avec le collège Chaminade et tous les collèges d’enseignement général déjà cités, Kara forma ses propres cadres ; une formation qui s’est accentuée dans des années 1980, 1990 et 2000 par l’envoi des étudiants à l’étranger.

  • 31 Des cours d’adultes furent organisés qui initièrent les personnes dépourvues d’instruction, à l’usa (...)
  • 32 Anzorge, Isabelle, op. cit.

23La scolarisation croissante du pays kabiyè impliquait l’acquisition graduelle du français non plus seulement par les élèves mais aussi par leurs parents et leurs entourages. Au fil des années, l’acquisition de la langue française cessa de se faire exclusivement par la scolarisation. L’apprentissage de la langue française se fit à travers les cours du soir, les cours adultes31, les campagnes d’alphabétisations organisées par le gouvernement, les Églises et les Organisations non gouvernementales (ONG), etc. Le français parlé se banalisa de plus en plus ; on parle le français comme on peut, où et quand on le peut, pourvu que l’on arrive à se faire comprendre. Les non-scolarisés, jeunes ou vieux se lancent dans des dialogues où des mots français sont employés à tord et à travers et sans gêne. « Celui-ci n’est plus seulement une langue “importée” mais prend peu à peu une identité togolaise, se libérant de toutes les contraintes normatives, intégrant par là même les réalités culturelles du pays. »32

  • 33 Idem.

24Bien que son statut de langue officielle lui confère une valeur administrative, il le cantonne aux situations formelles ; le français n’est donc pas pour autant devenu la langue maternelle de la population scolarisée. Pour les situations informelles, la préférence est donnée à la langue locale33 cependant très fortement influencée par le français. Les Kabiyè désignent la langue française par l’expression ànàsááyí tɔ́m̀, littéralement « la langue du Blanc », étant donné que c’est la seule langue européenne apprise par cette population à grande échelle et depuis des décennies.

Les indices de l’appropriation du français à Kara

25Le français est devenu une langue aujourd’hui incontournable au Togo. Aussi bien dans le domaine scolaire, administratif que socioprofessionnel, elle est très employée au quotidien sous diverses formes. Son intervention très fréquente dans les conversations de la langue locale la fait apparaître comme une langue complémentaire et parfois de substitution au kabiyè. De langue de « liaison » entre les différentes langues du Togo – sous la colonisation française – à celle de la cohésion après l’indépendance, elle est devenue une langue de substitution au sein de la langue kabiyè, faisant ainsi évoluer celle-ci.

L’incontournable outil de communication

26L’appropriation du français à Kara comporte plusieurs aspects et touche toutes les couches sociales. On observe une adoption progressive des termes utilisés par les missionnaires, l’école, l’administration : même ceux qui n’allaient pas à l’école pouvaient désigner le commandant, le chef de circonscription, la mission, le catéchiste, etc., en français. Néophytes et non-chrétiens, scolarisés ou non, adoptèrent des noms chrétiens français.

27Au fil du temps la population a été confrontée à plusieurs sortes de français : le français des gardes cercles, celui des administrateurs, celui employé par les ouvriers sur les chantiers, le français des anciens combattants revenus de la guerre, celui des élèves des basses classes et des maîtres, des élites de haut niveau, etc.

  • 34 Telle était parfois l’insulte adressée par le commandant de cercle aux « indigènes ».

28Le français des ouvriers des chantiers de travaux dits d’intérêts publics pendant la colonisation provient des mots, expressions, voire des phrases entières, mal repris. Exemple : fúmálikáɣ̀ « fous-moi le camp » ; pàndì̀kɔ́ŋ̀ « bande de cons »34 ; pàndì̀sàláw « bande de salauds ».

29L’adoption du français est manifeste, aussi bien à travers les nombreuses enseignes que dans le parler classique. Les clichés, ci-dessous, des écriteaux à Kara, indiquent une large utilisation du français par l’administration, les hommes religieux, les couturières, les coiffeurs, etc., pour communiquer avec la population.

Clichés K. Napala, 8 et 9 mai 2011

30Le langage humain a toujours connu une évolution qui suit celle de l’espèce humaine. Il a une dimension de création et d’interprétation. À Kara, l’appropriation du français a entraîné la kabiyèisation du français.

La « kabiyèisation » du français

31L’appropriation du français à Kara a donné naissance à un français portant les traits de la langue kabiyè. Nous l’avons dénommé « français kabiyèisé ». Sa structure et son utilisation présentent plusieurs cas de figures et méritent qu’on s’y attarde.

32Il est né un langage populaire où le kabiyè côtoie constamment le français et vice-versa, au point d’en être arrivé à un français déformé par la masse, une masse soucieuse de parler nécessairement quelques mots de français. Exemple : pàntàláw « pantalon » ; tì́rέ́bì̀yέ́έ̀ « très bien » ; pììletέ́έ̀ « bulletin », pììróò̀ « bureau » ; sɔ̀zɔ̀ŋkέ́ŋ̀zì̀ fráɣ̀ « soixante et quinze francs ».

  • 35 Makouta-Mboukou, Jean-Pierre, 1973, p. 126, cité par Anzorge, Isabelle, op. cit.
  • 36 Anzorge, Isabelle, op. cit.

33Les locuteurs de français, pour reprendre les propos de Makouta Mboukou35, ne « subissent plus une langue qui leur est étrangère », ne sont plus « les simples et mauvais consommateurs de langue française » mais la « recréent pour la rendre accessible à leur mode de vie et à leur manière de penser »36.

34La kabiyèisation du français comporte l’adoption des mots français, tels quels. Il s’agit parfois des mots désignant des termes qui n’existaient pas avant la colonisation. Ces mots n’ayant parfois pas d’équivalent en kabiyè et prononcés en français par les Kabiyè, même dans les villages les plus reculés, par le dernier des analphabètes, sont devenus, implicitement et inconsciemment, des mots kabiyè. Exemple : lame, portable, carton, lit, vitre, table, ciseaux, brouette, ventilo, torche, cahier, crayon, gomme, règle, craie, tableau, récréation, université, étudiant, banc, photo, préfet, police, commandant, lieutenant, etc.

35Notons cependant qu’en matière de traduction, un effort a été fait pour trouver l’équivalent de quelques concepts ou termes français en kabiyè. Ce qui a abouti a l’élaboration du kabiyè lu à l’église ou au temple et à celui du journal radio diffusé ou télévisé, en kabiyè, même si cette traduction n’est pas encore parfaite. Ainsi a-t-on aujourd’hui des concepts modernes qui n’existaient dans le langage kabiyè : kέ̀lέ̀m kέ̀lέ̀m « télévision » (image) ; ràdìyóò « radio » ; έ̀sɔ́dáá lɔ̀ɔ̀ríyέ̀ « avion » (la voiture du ciel) ; » ñìnìwʋ́ « miroir », kokorè « bidon », tákàyàɣ́ « livre », wílíyʋ́ « maître », etc. Selon le niveau d’instruction, des mots comme radio, maître, livre, bic, sont aussi prononcés tels quels par des kabiyè, en français. En d’autres termes, la langue française a permis une évolution du kabiyè, en donnant naissance à des mots kabiyè qui n’existaient pas auparavant. Ces mots sont ceux désignant des objets ou éléments importés avec la colonisation, et cela, dans tous les domaines : économique, politique, religieux, etc.

36Des gens portent comme nom ou surnom certaines notions issues de la langue française : exemple : Combien ; « dùsmáɣ̀ »« doucement » ; kãntɔ́ndέ́ « chez le chef canton ». Ainsi, le kabiyè dira : mò wókì àndírdέ́, littéralement, « je vais chez en dur » (c’est-à-dire la première personne à construire une maison moderne dans la localité).

37Il y a des mots français – la plupart du temps, des conjonctions de coordination – fréquemment employés aussi bien par les lettrés que les illettrés : mais, donc, ou bien, même si, pourquoi, or, parce que, alors que, oui, comment, puisque, si, attention, pardon, c’est bon, bon, sinon, non, c’est pourquoi, c’est parce que, vraiment, est-ce que, il faut que, c’est-à-dire que, etc. Ces mots se sont imposés pour deux raisons majeures : soit pour gagner du temps, soit par incompétence linguistique. C’est ainsi que, « haut talon » (chaussure) est devenu « talon » ou hódàlɔ́ŋ / hódàló ; les chaussures fermées s’appellent tout simplement « fermé » ; le soutien-gorge porte le nom de sùtì́yέ́έ̀ « soutien » à Kara.

38La « kabiyèisation » du français a touché le domaine religieux et s’explique par la forte christianisation de Kara, puisque les missionnaires ont dû traduire la Bible du français au kabiyè. Des concepts religieux qui n’existaient point sont désormais bien assimilés et ont leur équivalent (ou non) en kabiyè. Exemple : les fêtes religieuses : nʋ̀wέ́lì̀ « Noël », páàkì̀ « Pâques », Yésu-dέ́ έ̀sɔ́-dáá kpáw « Ascension », pàntèkóstu « Pentecôte », Màríã-dέ́ έ̀sɔ́-dáá kpáw « Assomption », síráà yɔˇɔ́ tɔ́zʋ̀ʋ̀ « Toussaint », Krístʋ̀ tòmnàɣ́ « le corps du Christ » ; èvàŋgílìm « Évangile », fàrízíyà « pharisien », etc.

  • 37 En gros, les objets issus du développement, de la science et de la technique sont employés, en majo (...)

39Quand bien même certains mots français auraient leur équivalent en kabiyè, des gens préfèrent, lors des conversations en kabiyè, employer les mots français par économie de langage ou pour d’autres raisons. Il s’agit, ici, du kabiyè parlé par des étudiants, les élèves, les parents d’élèves, les enseignants, qui, la plupart du temps, ne maîtrisant pas bien leur langue maternelle, remplacent facilement des mots kabiyè manquant à leur vocabulaire par des mots français. Ils mélangent sans gêne le français et le kabiyè, l’essentiel étant de se faire comprendre37. De sorte que les conversations des étudiants kabiyè voulant parler kabiyè sont constamment ponctuées de mots français. On a alors des phrases complètement hybrides, qui ne sont ni françaises ni kabiyè mais parfaitement compréhensible par ceux qui les emploient. C’est un véritable métissage linguistique devenu courant.

40Exemples :

  • M. Barandao làbì́nà dirigé mέ̀n-dέ́ mémoire de maitrise (C’est M. Barandao qui a dirigé mon mémoire de maîtrise) ;
  • Kɔ́nám cahier (apporte-moi le cahier) ;
  • mέ̀n-dέ́ maîtresse sè céé mɔ́ŋ-gɔ́ná deuxième trimestre dέ écolage (Ma maîtresse dit d’apporter l’écolage [les frais de scolarité] de deuxième trimestre demain) ;
  • Mà-zéé, comment se fait-il que ŋ̀gbàɣ́ mέ̀n-dέ́ moto en mon absence ? (Je dis, comment se fait-il que tu as pris ma moto à mon absence ?) ;
  • Vraiment, Baba est un enfant que ń-fέ́yì̀ sùúrù, m̀-bìzì̀ɣ ń-ɖɔ́kì̀-kέ (Vraiment Baba est un enfant que tu ne peux supporter si tu n’es pas courageux) ;
  • Est-ce que m-bì̀zì̀ɣ̀ ǹ-lábì́m̀ passer ñέ́-dέ̀ bic ?) Est-ce que tu peux me passer ton bic ?) ;
  • έ́-yɔ́ɔ̀dì̀ɣ lέ́, έ́-yɔ̀ɔ̀dì̀ correctement pour que páà wèyí-lέ́ έ́ wέ́έ̀ à l’aise
    (En parlant, parlez correctement pour que chacun soit à l’aise).
  • 38 Il s’agit du comédien connu sous le nom d’Alfa Ramsès.
  • 39 Télévision togolaise.

41Cette manière d’insérer les mots français dans une conversation, à l’origine, en langue locale, loin d’être spécifique à Kara, s’étend sur toute l’étendue du territoire togolais. C’est un mélange de langues qui tend lentement à acquérir le statut d’un nouveau langage tacitement admis et communément utilisé par la majorité de la population kabiyè en particulier et togolaise en général. Il a même fait récemment l’objet d’un sketch par un comédien togolais38, à la TVT39, qui faisait alors le triste et comique constat de l’incapacité du Togolais, quelle que soit son origine, à parler sa langue sans utiliser un seul mot du français. Certaines personnes utilisent les locutions françaises parce qu’ils ignorent l’équivalent en kabiyè.

42Par ailleurs, on a abouti à des mots, expressions ou interjections méconnues des Français et ne signifiant rien en français mais ayant, cependant, un sens pour le Kabiyè : l’expression « ou bien » placée à la fin d’une phrase n’a pas le même sens en français ; il signifie (n’est-ce pas ?), Mangeons ! (interjection invitant quelqu’un à partager un repas) ! C’est quoi ça ? est une expression plus couramment employée pour dire « qu’est-ce que c’est que cela ? »

43Il est à noter que des réalités matérielles et immatérielles existant avant la colonisation ont gardé leur désignation locale et ne sont pas remplacées aussi facilement dans les conversations en vernaculaire que le sont les concepts totalement nouveaux : exemple : nándu « viande » ; hùlàɣ́ « chapeau » ; tèlíw « baobab » ; kέ́tέ̀ẃ « arachide ».

44La présence de milliers d’étudiants après la création de l’université dans cette ville, ainsi que la multiplicité des conducteurs de taxis-motos, ont contribué à libérer beaucoup de personnes du complexe de l’illettrisme. Le phénomène de « francisation des mots kabiyè » est très rare et relève d’un mélange de langues par les étudiants qui inventent des adjectifs ou construisent des mots en combinant des débuts ou fin de mots français et kabiyè, afin de mettre de l’humour dans leurs causeries. Exemple : efeloutique, du mot kabiyè èfélùù (sorcier) : « le fait d’être sorcier ». Il a été mãboué ; maboué, du kabiyè mábʋ̀ (frapper) ; J’ai gnooué « j’ai bu » ; gnooué du kabiyè ñɔ́wʋ́ (boire).

45Il a suffi de moins d’un siècle pour que le français, langue étrangère totalement inconnue à Kara, devienne une langue de communication, incontournable. Et ceci, grâce à la scolarisation en général, et à l’influence des élites, en particulier. Depuis 1922, la décision de faire du français une langue officielle du Togo, a toujours été une décision politique qui a contribué à faire de cette langue, la seconde langue des Togolais, après les langues maternelles.

46L’appropriation du français à Kara est perceptible à travers les innombrables affiches administratives, socioprofessionnelles qui ornent les façades des boutiques, des ateliers et des services. Son degré varie selon que l’on est scolarisé ou non, vivant en ville ou à la campagne, entouré de voisins lettrés ou non. Imposé au départ, l’apprentissage du français par la population de Kara devint volontaire pour des raisons de nécessité, de modernité, de prestige, et autres. L’appropriation de cette langue par la majorité de la population de Kara, facilite aujourd’hui la communication intra et inter-générationnelles.

47Le français a plus été « kabiyèisé » que le kabiyè n’a été francisé. C’est la marque d’une véritable appropriation des Kabiyè qui reflète la tolérance culturelle et linguistique des peuples du Togo en général, et de Kara en particulier, et indique surtout le poids et la fonction du français. Cette langue fait partie intégrante du quotidien des populations de Kara dans le Nord Togo. Elle a contribué à façonner la langue kabiyè, actuellement dévoyée, dont le modèle originel ne se trouve que rarement, dans la Bible traduite en kabiyè, et ne peut s’entendre qu’au journal radio diffusé ou télévisé en kabiyè et auprès de quelques rares personnages habitués à manier aisément cette langue. Avec la création d’une université dans cette ville en 2004, la francisation de la population connaît une accélération sans précédent, accélération qui entraînera, à coup sûr, une évolution encore plus impressionnante du kabiyè.

48La « kabiyèisation » du français est le résultat d’un ensemble complexe de facteurs qui mériteraient une étude beaucoup plus approfondie, avec une approche linguistique plus spécialisée.

Notes

1 C’est une région de montagnes aux versants rocheux. En 1927, cette localité qui portait le nom de Lama-Kara fut érigée en subdivision avant de devenir cercle en 1950.

2 http://www.uct-togo.org, Kara.

3 Idem.

4 Cependant, à partir de 1905, pour limiter l’influence religieuse et celle de la langue anglaise très en vogue, le gouvernement décida de prendre une part active à l’éducation. Il imposa alors l’enseignement de la langue allemande.

5 Pour des informations sur ce sujet, voir Napala, Kuwèdaten, Les forces religieuses et les rapports interreligieux au Togo, 1914-1960, Thèse de doctorat, université Michel de Montaigne Bordeaux 3, septembre 2007.

6 À l’issue de la guerre, le Togo allemand fut divisé à deux reprises : une première fois en 1914, une seconde fois en 1919, en deux parties ; soit l’une pour la Grande-Bretagne et l’autre, correspondant grosso modo au Togo actuel, à la France.

7 Journal officiel du Togo, 1922, p. 213.

8 DEFAP/MF 3800, Circulaire sur l’enseignement public et privé en 1922.

9 Idem.

10 Lange, Marie-France, L’école au Togo. Processus de scolarisation et institution de l’école en Afrique, Paris, Karthala, 1998, p. 108.

11 ANT/1I51 : Direction de l’enseignement : programme d’enseignement ; lettre du gouverneur des colonies, commissaire de la République du Togo (M. Bourguine) à M. le pasteur Faure, Lomé, le 24 janvier 1935 ; a/s Réforme de l’enseignement.

12 Keller, Jean, « Le problème missionnaire dans l’Empire Français », Journal des missions évangéliques, 1945, p. 85.

13 Ibid.

14 Anzorge, Isabelle, « Le français au Togo : une aventure ambiguë », http://www.unicef.fr/ILF-CNRS/ofcaf/12/Anzangorge.exe.

15 Assima-Kpatcha, Essoham, « L’organisation de l’enseignement au Togo indépendant (1960-1992) », Revue du CAMES – Nouvelle Série B, vol. 009 n° 2-2007 (2e semestre), p. 81.

16 Péchoux, Laurent, Le Mandat français sur le Togo, Paris, Éditions A. Pedone, 1939, p. 342.

17 Elle pouvait être portée à 16 et 18 ans par dispense du chef du service de l’enseignement. ANT/1I29 : Direction de l’enseignement, Rapport sur la limite d’âge scolaire. Lettre de l’inspecteur de l’enseignement primaire, chef de service de l’enseignement au Togo à Monsieur le Gouverneur des colonies, commissaire de la République au Togo, Lomé le 15 mai 1931.

18 ANT/1I29 : Direction de l’enseignement, Rapport sur la limite d’âge scolaire, op. cit.

19 Kakou, cité par A. Bafei, 2010, L’œuvre scolaire de la Mission catholique en pays kabiyè (1931-1956), Mémoire de maîtrise, Université de Kara, décembre 2010, p. 32.

20 Pour plus d’informations, cf. Bafei, p. 56.

21 Ce système était encore pratiqué au début des années 1980 dans le NordTogo.

22 ANT/1I 67 : Historique de l’enseignement de 1922 à 1939 ; Effectifs des écoles du 1er degré du cercle de Sokodé : de 1929 à 1939.

23 Mayeda, N.W., L’Église catholique au Nord-Togo des origines à 1960, Mémoire de DEA, Université du Bénin, Lomé, décembre 1996, p. 51.

24 ANT/1I51 : Direction de l’enseignement : programme d’enseignement.

25 Pour plus d’informations, cf. Napala, K., 2007, op. cit.

26 Arrêté n° 184-54/IA fixant le nombre et l’emplacement des écoles de la mission catholique du Togo pour l’année scolaire 1953-1954.

27 Cf. infra.

28 2APA 100 : services de l’enseignement : création des écoles et collèges.

29 Idem.

30 Idem.

31 Des cours d’adultes furent organisés qui initièrent les personnes dépourvues d’instruction, à l’usage du français parlé et par surcroît à la lecture, à l’écriture, au calcul. Rapport annuel adressé par le gouvernement français au Conseil de l’ONU, op. cit., 1944, p. 28.

32 Anzorge, Isabelle, op. cit.

33 Idem.

34 Telle était parfois l’insulte adressée par le commandant de cercle aux « indigènes ».

35 Makouta-Mboukou, Jean-Pierre, 1973, p. 126, cité par Anzorge, Isabelle, op. cit.

36 Anzorge, Isabelle, op. cit.

37 En gros, les objets issus du développement, de la science et de la technique sont employés, en majorité textuellement.

38 Il s’agit du comédien connu sous le nom d’Alfa Ramsès.

39 Télévision togolaise.

Table des illustrations

Titre Répartition hebdomadaire des matières d’enseignement : écoles rurales, urbaines et régionales (en 1933)
Crédits Source : ANT/1I51 : Direction de l’enseignement : programme d’enseignement
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Clichés K. Napala, 8 et 9 mai 2011
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search