Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Troisième partie. Appropriation de la langue et créativité

La problématique de l’enseignement du FLE en Afrique francophone : l’exemple du CUEF d’Abidjan

Clémentine Brou-Diallo

Texte intégral

1Le Centre Universitaire d’Études Françaises (CUEF) d’Abidjan offre des formations en Français Langue Étrangère (FLE) à des apprenants non francophones ressortissants de divers pays d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Capitale d’un pays multilingue sans langue nationale véritablement dominante, Abidjan est une ville cosmopolite où cohabitent plusieurs communautés ivoiriennes et issues de l’immigration. Le français, langue officielle et langue de prestige, y est en contact avec les langues ivoiriennes et les langues des émigrés (Burkinabé, Maliens, Sénégalais, Togolais, Béninois, Nigérians, etc.). De ces contacts de langues entre communautés sociales de langues maternelles différentes qui veulent absolument parler le français, langue officielle pour se comprendre, va naître un bilinguisme français/langues africaines. Or le français n’est, en principe, que bien acquis à l’école mais il est inaccessible à la grande majorité de la population non alphabétisée. En effet, le taux d’alphabétisation reste très élevé en Côte d’Ivoire (il est de 63 %, selon le recensement de la population ivoirienne 1998 ; rapport sur l’alphabétisation et le niveau d’instruction. INS, mai 2001). Cette inégalité dans l’acquisition du français va générer des pratiques diversifiées de cette langue, étant donné que la majeure partie de la population va se l’approprier selon son niveau de scolarité. Les langues ivoiriennes sont de tradition orale ; alors que le français s’acquiert à l’école, à l’écrit comme à l’oral, donc ceux qui n’ont pas été scolarisés vont l’apprendre à l’oral seulement. Ainsi, vont naître plusieurs variétés de français en Côte d’Ivoire : le français local, le français populaire ivoirien (FPI) et le nouchi. Ce sont ces différentes variétés qui constituent l’environnement linguistique de l’apprenant de FLE en Côte d’Ivoire. Or l’on sait que dans les situations idéales d’apprentissage de FLE, un élément paraît primordial, c’est le lien de continuité entre la vie linguistique de la classe et la vie environnante que l’on nomme aussi le bain linguistique. En Côte d’Ivoire, pays de français langue seconde (FLS), il y a au contraire une discontinuité linguistique entre l’environnement et la classe.

2Ainsi, les apprenants de FLE du CUEF d’Abidjan sont surtout exposés au FPI qui est parmi les variétés de français parlées en Côte d’Ivoire, la variété la plus dynamique. Il est devenu au fil des temps, la langue véhiculaire d’intercompréhension entre locuteurs de langues endogènes différentes. Il est donc devenu la variété de français commune à tous les habitants de la côte d’Ivoire. C’est le FPI que l’on entend dans toutes les situations sociales, en dehors des amphis et des discours officiels. En dehors des classes du CUEF, c’est le FPI qui constitue la majeure partie du « bain linguistique » des apprenants de FLE.

3Dans les lignes qui suivent, nous présenterons quelques éléments de ces différentes variétés de français ; suivra une sorte d’étude contrastive entre le contenu des méthodes FLE en vigueur et cet environnement linguistique avant de conclure sur la nécessité de mise en chantier d’une méthode qu’on qualifierait de « francophone » et qui aurait l’avantage d’intégrer les éléments culturels et des realia africains francophones.

Les pratiques langagières qui ont cours dans l’environnement des étudiants du CUEF

4Le français standard, l’un des trois registres de la langue française, est le français marqué par la norme académique et qui permet l’intercompréhension entre tous les francophones. En Côte d’Ivoire, à partir de ce français standard, se sont développées trois variétés endogènes de français : le français local, le français populaire ivoirien et le nouchi.

5Ces trois variétés coexistent et s’interpénètrent.

Le français local

Ce français est fortement marqué par la norme académique, mais les formes de cette variété ont également pour origine le français populaire ivoirien, la structure des vernaculaires africains de Côte d’Ivoire, et le mode de conceptualisation propre à une civilisation de l’oralité.

  • 1 Simard, Yves, « Le français de Côte d’Ivoire », Langue frrançaise n° 104, 1994, p. 20-36.

6C’est la description qu’en fait Simard1. En effet, les caractéristiques du français local sont d’ordre phonétique et phonologique, morphosyntaxique, lexical, etc. comme le montrent les exemples suivants :

7. Les néologismes

  • 2 Dumont, Pierre et Maurer, Bruno, 1995, Sociolinguistique du français en Afrique francophone, EDICEF (...)

8La néologie est définie par Dumont et Maurer2 comme « la possibilité de créations de nouvelles unités lexicales en vertu des règles de productions incluses dans le système de la langue qui s’enrichit par ce procédé ». Il en existe de tous les genres en français local ivoirien, mais nous n’en relèverons que quelques-unes pour les besoins de cette communication.

9– Les néologismes morphologiques

10. Les compositions

11Ce sont des composés formés de deux lexèmes pouvant fonctionner de façon autonome. Exemples :

  • Entrer-coucher : l’équivalent d’un studio, en français central.
  • Un tais-toi : désigne le billet de 10000 F cfa.
  • École-boutique : école privée installée dans un local non approprié pour dispenser des cours aux élèves.

12. La dérivation

13C’est un procédé de création morphologique d’unités lexicales avec de nouveaux signifiants. Exemples : Ivoiriser : rendre ivoirien.

  • Cohabitants : personnes habitant le même immeuble ou des maisons voisines ;
  • Co-épouse : ce terme a été créé en français local ivoirien pour décrire une réalité culturelle ivoirienne. Il sert à désigner chacune des épouses d’un polygame.

14– Les néologismes sémantiques

15. Extension de sens

16L’extension de sens concerne les termes dont le champ sémantique s’est élargi en français local. Exemples :

  • Frère désigne par extension un cousin, un ami, un voisin…
  • Tante ou tantie désigne par extension, une femme d’un certain âge, à qui on veut témoigner du respect. Cette femme peut être l’amie ou la cousine de la mère de celui ou celle qui l’appelle ainsi.

17. Le changement de référent

18C’est un transfert sémantique. Exemples :

  • Griller des arachides : profiter d’une bonne position politique pour s’enrichir.
  • Faire des poses : faire des photos.

19. Les glissements de sens

20Exemples :

  • Un corps habillé : c’est un membre des forces de l’ordre (policier, gendarme, militaire, etc.)
  • Maquis : (en Côte d’Ivoire c’est un restaurant où l’on sert surtout des mets africains), en français central ce terme désigne une forme de dégradation de la forêt méditerranéenne, ou une cachette où vivaient les résistants à l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

21. La restriction de sens

22C’est une spécialisation du sens. Exemples :

  • Envoyer : prend le sens d’apporter. Ex : il faut envoyer une orange, je vais payer (au lieu de : Apporte-moi une orange, je vais l’acheter).
  • Piqûre : désigne une injection, en français local. Ex : l’infirmier a fait une piqûre à mon neveu malade.

23. Les calques sémantiques

24Ils relèvent surtout des langues locales, c’est-à-dire que certaines expressions sont directement traduites des langues ivoiriennes. Exemples :

  • Demander la route : (employé dans presque toutes les langues ivoiriennes, en vue de demander à partir, après avoir rendu visite à quelqu’un)
  • Avoir deux bouches : (dérive d’une phrase en baoulé pour qualifier quelqu’un de menteur, d’hypocrite), (cf. avoir un double langage en français standard)
  • Ma femme a serré sa figure depuis le matin : « serrer la figure » est la traduction littérale imagée du baoulé signifiant : être de mauvaise humeur

25. Les extensions d’emploi

26Ce sont des néologismes qui font passer d’un champ lexical à un autre. Exemples :

  • Gâter : employé à la place de discréditer, humilier. Ex : cet homme « gâte le nom » de sa femme en l’accusant de lui avoir volé de l’argent.
  • Couper le sein : au lieu de sevrer, comme cela se dit en français standard. Ex : elle a déjà coupé le sein à son bébé de trois mois.

Le nouchi

27Le nouchi est un argot né au début des années 80, à Abidjan. Il était parlé à cette époque par les jeunes délinquants, les enfants de la rue. Maintenant, les élèves, les lycéens, les étudiants en usent. Le vocabulaire du nouchi est très riche, il est à base de français, d’anglais, d’espagnol et de langues ivoiriennes (dioula, baoulé, bété…). Mais les expressions et les mots français empruntés subissent des changements de sens, des troncations, etc., dont l’objectif est de créer un langage secret.

28. Changements de sens

29Exemples :

  • Une démocrate = une fille qui se prostitue
  • Sciencer = penser, réfléchir
  • Ya drap = il y a des problèmes
  • Elle a vu dedans = elle a compris

30. Troncations

31Procédé qui consiste à abréger un ou plusieurs mots. Exemples :

– Policier po
– Malhonnête malo
– Foutaises taises

32. Le nouchi emprunte aux langues ivoiriennes

33Exemples :

  • Y a fohi : il n’y a rien (« fohi » signifie : rien en dioula.)
  • Ça va « fgban » : ça va chauffer. Gban : signifie chaud en dioula
  • Faut « fblèblè » : il faut y aller doucement. Blèblè (terme baoulé signifiant doucement)
  • Y a likéfi = il n’y a rien, « flikéfi » signifie : rien, en baoulé

34. Le nouchi emprunte aussi à l’anglais

35Exemples :

  • man signifie homme en anglais. Le nouchi fait de man un suffixe, exemple : gbakaman (chauffeur de gbaka), garbaman (vendeur de friture de poissons + attiéké).
  • les po ont kpa le gbakaman (les policiers ont attrapé le chauffeur de gbaka)

36Enfin, le nouchi combine de nombreux mots empruntés à toutes sortes de langues pour former des phrases comprises seulement de ceux qui appartiennent à leur groupe ou qui l’intègrent. Exemples :

  • Y a un môgô dans le logo (français + dioula + baoulé) = Il y a une quelqu’un dans le couloir
  • Un po a kpa un môgô (français + bété + dioula) = un policier a attrapé quelqu’un

Le français populaire ivoirien (FPI)

  • 3 Kouadio N’guessan, Jérémie, « Le français devant une variété autonome de français : le cas du franç (...)

37Sur le nom de ce parler, il y a eu variation comme le note Kouadio3 :

  • 4 Delafosse, M., Vocabulaires comparatifs de plus de 60 langues ou dialectes parlés à la Côte d’Ivoir (...)
  • 5 Hattiger, J.-L., Le français populaire d’Abidjan : un cas de pidginisation, publication n° 87, 1983 (...)

On l’a appelé successivement « Petit-nègre »4, « petit français », « français de treichville » (treichville, un quartier populaire d’Abidjan), français de Moussa (nom d’un personnage d’une chronique publiée dans un hebdomadaire ivoirien, Ivoire Dimanche), Le français populaire d’Abidjan (FPA) : un cas de pidginisation5 et enfin le français populaire ivoirien.

  • 6 Kouadio N’guessan, Jérémie, « La situation linguistique de la Côte d’Ivoire », Diagonales n° 26, 19 (...)

38Parti d’Abidjan, ce français s’est ensuite répandu dans toute la Côte d’Ivoire et est devenu le français populaire ivoirien. Kouadio6 le définit comme « une espèce de sabir franco-ivoirien qui utilise des mots français (phonétiquement déformés) sur des structures syntaxiques des langues ivoiriennes ». Parlé en majorité par les personnes peu ou non scolarisées, il est maintenant, la langue communautaire interethnique de la Côte d’Ivoire. Les caractéristiques phonétiques, phonologiques, morphosyntaxiques et lexicales du FPI entrent évidemment en conflit avec la norme académique du français.

39. Les caractéristiques phonético-phonologiques du FPI :

40Il existe de multiples déformations phonético-phonologiques dont nous ne relèverons que les points importants suivants : les confusions entre /i/ et /y/ et entre /e/ et /ə/, la nasalisation abusive du /a/, l’effacement du /r/ en fin de mot ou de syllabe suivi de l’allongement de la voyelle subséquente.

41– La confusion entre /i/ et /y/

42Les réalisations suivantes sont légion en FPI :

  • Inité pour : unité
  • misique pour : musique
  • Il achète di riz pour : Il achète du riz
  • J’ai entendi des coups de fisi pour : J’ai entendu des coups de fusil

43– La confusion entre /e/ et /ə/

44Quelques exemples issus du FPI :

  • Au révoir pour : au revoir
  • sécrétaire pour : secrétaire
  • démain pour : demain

45– La nasalisation abusive du /a/

46Cette nasalisation se produit quand, à l’intérieur d’un mot ou d’une expression, le a précède ou suit une syllabe comportant une voyelle nasale :

  • On n’en rien fait (on n’a rien fait)
  • Antention pour attention
  • Ambandonner pour abandonner
  • Je manpelle pour je m’appelle

47– L’effacement de /r/ en fin de mot ou de syllabe suivi de l’allongement de la voyelle subséquente :

  • [pa : tu] pour [partu] (partout)
  • [pu : kø] pour [purkø] (pour que)
  • [pa : s kø] pour [parskø] (parce que)

48. Les caractéristiques morpho-syntaxiques

49L’omission des déterminants devant le nom et l’emploi absolu des verbes transitifs sont deux caractéristiques principales du fpi.

50– l’omission des déterminants

51Exemples :

  • Il achète chaussures pour : il achète des chaussures
  • Elle a maison au village pour : elle a une maison au village
  • Mon père vend viande au marché pour : mon père vend de la viande au marché

52– l’emploi absolu des verbes transitifs

53Les emplois de préparer pour faire la cuisine et fréquenter pour fréquenter l’école sont fréquents. Exemples :

  • Ma sœur prépare.
  • Je fréquente au collège.

54Nb : Ces deux exemples sont « hyper » connus ; ils seraient même africains : cf. Dictionnaire universel de Hachette.

55Le verbe quitter est transitif direct et pour le conjuguer au passé composé on emploie l’auxiliaire avoir, en français standard (ex : j’ai quitté la ville hier soir). Mais en FPI, pour dire : – d’où viens-tu ? On pose la question suivante : où tu es quitté ? ou tu es quitté où ?

56Évidemment la réponse est : je suis quitté au village, au marché, à l’hôpital… Cet emploi s’est répandu chez les élèves et même chez les étudiants.

57. Les caractéristiques lexicales

  • Le FPI fait de nombreux emprunts aux lexiques des langues ivoiriennes (baoulé, dioula, bété…). Exemples : attiéké, alloco, yako, wôrô-wôrô, etc.
  • Elle prépare attiéké tous les matins (attiéké : mot baoulé désignant la semoule de manioc)
  • Je mange alloco (mot baoulé désignant des frites de bananes plantains mûres)
  • Il prend wôrô-wôrô pour aller au travail (mot dioula désignant un taxi communal ; en Côte d’Ivoire c’est un moyen de transport bon marché.)
  • yako (baoulé) : terme servant à exprimer la « compassion » à la suite d’événements malheureux (maladie, accident, décès, etc.). Ex : je suis venu te dire « yako », pour le décès de ton fils (je suis venu te présenter mes condoléances pour le décès de ton fils).

58Ce français populaire qui était l’apanage des personnes « peu ou pas scolarisées » a fini par faire son entrée dans les écoles, voire à l’université et elle fait la concurrence à la norme académique du français en vigueur dans ces lieux.

59Ces différentes variétés de français s’interpénètrent de sorte que les chercheurs spécialistes de la Côte d’Ivoire sont unanimes à penser qu’il commence à y exister une norme endogène du français. Toutes les couches socioprofessionnelles ivoiriennes utilisent le français populaire ivoirien qui est devenu la langue véhiculaire de la Côte d’Ivoire. Les intellectuels savent quand et où l’employer ; par contre les personnes peu ou pas scolarisées, qui l’ont comme langue quotidienne pour communiquer, l’utilisent partout où ils ne peuvent se faire comprendre à partir de leurs langues maternelles. Ainsi, les apprenants de FLE du CUEF d’Abidjan « baignent » dans ces trois variétés endogènes de français. Mais ils sont surtout exposés au FPI qui est parmi les variétés de français parlées en Côte d’Ivoire, la variété la plus dynamique. C’est le FPI que l’on entend dans toutes les situations sociales, en dehors des amphis et des discours officiels.

La qualité du « bain linguistique » décrit par des apprenants de FLE du CUEF

60En dehors des classes du CUEF, c’est le FPI qui constitue la majeure partie du « bain linguistique » des apprenants de FLE. Les productions écrites et orales de ces apprenants sont très souvent le reflet du FPI, langue véhiculaire de la Côte d’Ivoire. Les témoignages écrits recueillis auprès de quelques étudiants de FLE du CUEF sont éloquents. Nous vous en faisons observer quelques-uns :

– Étudiant nigérian, niveau avancé : « Le français parlé par les Ivoiriens a beaucoup d’influence sur mon apprentissage du FLE parce que quelquefois quand j’emploie le français qui j’ai apris en classe, certains me reprochent de vouloir leur montrer que je comprends le bon français. Par conséquent, je suis obligé de parler comme eux. »
 – Étudiante libérienne, niveau avancé : « Le français parlé par les Ivoiriens a une influence sur notre apprentissage du FLE, par exemple pour moi personnellement quand j’ecrit le français je ne fais pas beaucoup de fautes mais en parlant je fais beaucoup de fautes. Les mots comme : “façon façon, en forme, où tu es quitté ?’’ »
 – Étudiant chinois, niveau débutant : « J’habite chez mon tantie ». Tantie, diminutif de tante est couramment utilisé en Côte d’Ivoire comme marque de respect envers une personne généreuse dont on veut s’attacher des faveurs. L’Ivoirien ne l’utilise donc pas uniquement pour désigner la sœur de sa mère ou de son père. Tantie peut représenter aussi : la belle-mère, la belle-sœur, la voisine du quartier, etc. Après avoir demandé des précisions à cet étudiant chinois, il nous a dit que la tantie dont il parle, est l’épouse de son frère.
 – Étudiant angolais, niveau moyen : « Dans mon pays ne se mange ni foutou, ni aloco. »
Foutou, alloco font partie du lexique du FPI.

61L’apprentissage du FLE en contexte de FLS ne se fait donc pas sans difficultés. Celle-ci procède du statut même du français qui est langue seconde dans ces pays. En outre, comme l’illustre la situation ivoirienne, cette langue s’est diversifiée en différentes variétés toutes plus ou moins éloignées de la variété standard. La conséquence est une discontinuité entre les pratiques langagières dans les classes et celles qui ont cours en dehors de celles-ci. Ainsi les étudiants du CUEF d’Abidjan s’approprient, comme le prouvent leurs productions, plus facilement et plus naturellement les variétés comme le FPI que le français standard.

Étude contrastive entre le contenu des méthodes FLE en vigueur et cet environnement linguistique

62La seconde difficulté majeure est relative au conflit entre le contenu franco-français de la méthode de FLE en usage au CUEF et l’environnement sociolinguistique des apprenants.

63En effet, dans la méthode de FLE, PANORAMA 1, certaines expressions comme celles qui suivent demeurent livresques pour les étudiants non francophones apprenant le français à Abidjan, puisqu’ils ne les entendent pas dans l’environnement où ils évoluent, hors de la classe de langue.

64Exemples :

– Il y a un TGV pour Montpellier à 13h30 (cf. PANORAMA 1, p. 38, ex. 2) ;

– Le Robert et Collins coûte 37,35 euros (cf. PANORAMA 1, p. 32, ex. 7) ;

– Je vais faire du ski à la Plagne avec Vacances pour tous (cf. PANORAMA 1, p. 23, ex. c) ;

– Il achète un ticket de métro (cf. Panorama 1 p. 20, ex.1, a) ;

– Je vais au salon de la BD à Angoulême avec des amis (cf. PANORAMA 1, p. 22).

65Il existe aussi dans cette méthode des supports d’exercices comme le paysage présenté sous la forme d’un tableau, celui de Camille Pissarro, Châtaignier à Louveciennes, musée d’Orsay, Paris (PANORAMA 1, p. 8). Ce paysage est en déphasage avec nos climats tropicaux d’Afrique (climats à deux saisons : saison sèche et saison des pluies). Quelles réponses peut donner un apprenant de niveau débutant qui ne connaît ni la France, ni les caractéristiques de ses quatre saisons (l’hiver, l’automne, le printemps et l’été) ? Il y a également le fait que le support de cet exercice est un tableau qui présente un paysage d’hiver que l’apprenant ne peut peut-être pas identifier.

66Les exercices suivants, qui portent spécialement sur la civilisation et la culture française, posent des problèmes insurmontables aux apprenants de FLE en Afrique :

67. Panorama 1, page 86, ex. 1 : « Faites la liste des monuments de France que vous connaissez. Classez-les par époques »

68Ce genre d’exercice ne peut être fait par des étudiants non francophones de niveau débutant apprenant le français en Côte d’Ivoire, voire en Afrique. Ces apprenants ne connaissent pas les monuments français et leurs époques. D’ailleurs, il faut faire des études spécifiques portant sur la civilisation française et faire son bain linguistique en France pour avoir l’opportunité de trouver des documents concernant la civilisation française pour parvenir à faire cet exercice.

69. Panorama 1, page 88, ex. 9, a : « Reliez la région avec le paysage qu’on peut y trouver » :

– les Alpes. des collines couvertes de vignes.
– l’Alsace. des champs de pommiers.
– l’Auvergne. des plages et la mer.
– la Côte d’Azur. des sommets couverts de neige.
– la Normandie. des volcans.

70Cet exercice exige de l’étudiant une parfaite connaissance du contexte franco-français dans lequel il évolue en s’appropriant la géographie française. Or, au niveau débutant, l’apprenant de FLE en Côte d’Ivoire reçoit des cours de langue et pas des cours spécifiques de géographie française. Ce test culturel est donc la preuve que la méthode Panorama n’est pas conçue pour être utilisée hors de l’hexagone.

71Le support de l’exercice qui suit choisi pour faire connaître les couleurs aux apprenants de FLE dans la méthode LIBRE ÉCHANGE 1 a rendu l’exercice très difficile pour les apprenants, voire les enseignants de FLE dans les pays FLS.

72. LIBRE ÉCHANGE 1, cahier d’exercices, page 62, exercice n° 19, a) « Trouvez la couleur »

73Les apprenants africains du FLE qui n’ont jamais quitté l’Afrique ne connaissent pas les fleurs qui poussent ailleurs. D’ailleurs, il faut être un spécialiste des fleurs pour en connaître certaines variétés spécifiques, par exemple : le myosotis, l’anémone... Certaines de celles qui sont citées dans cet exercice peuvent même ne pas être connues de la plupart des enseignants de FLE. Comment faire cet exercice ?

74Même quand on a ici les réponses concernant les couleurs de ces fleurs, quelles représentations se fait-on de fleurs que l’on n’a jamais vues ? Si l’objectif de cet exercice est de faire apprendre les couleurs aux apprenants, il faut alors trouver un autre type d’exercice pour faciliter cet apprentissage.

75En général, les méthodes en usage dans les centres de FLE des pays francophones d’Afrique sont toutes conçues en France par des auteurs natifs du français et leur contenu est entièrement orienté vers l’exposition à la vie socioculturelle française comme le montrent les exemples ci-dessus. De toutes les façons les avant-propos des méthodes de FLE : PANORAMA 1 et LIBRE ÉCHANGE 1 que nous avons choisies pour cet article l’attestent. En effet, pour PANORAMA 1 (p. 3) :

L’étudiant apprend la langue tout en découvrant les comportements, les préoccupations des Français d’aujourd’hui, et en recevant des informations pratiques.

76Quant aux auteurs de LIBRE ÉCHANGE 1, ils affirment dans l’avant-propos de leur méthode (p. 3) que :

Les situations 2 et 3 fournissent un parcours qui donne aux apprenants une exposition à la communication en style familier et en style soutenu. L’objectif de ce parcours secondaire est essentiellement d’accroître la compétence fonctionnelle. Ces trois modes de communication offrent aux apprenants une prise de contact avec les différentes manières de parler des Français.

77Ces propos confirment donc qu’il s’agit de faire acquérir aux apprenants de FLE de l’hexagone un savoir vivre en France.

78Après avoir longtemps utilisé les méthodes de FLE conçues en France par des auteurs natifs du français, tout en y sélectionnant les activités pouvant se réaliser dans les classes de FLE d’Afrique francophone, il est indispensable pour les enseignants des centres de FLE d’Afrique de mettre en chantier des méthodes de FLE qu’on qualifierait de « francophones ». Les enseignants de FLE du CUEF voire d’Afrique francophone devraient donc orienter leurs recherches vers des stratégies didactiques qui permettront d’amoindrir les difficultés des apprenants par la mise en relief de registres de français appropriés aux diverses situations de communication. Toute cette démarche devrait déboucher au final, sur la conception de méthodes de FLE qui tiennent compte de l’environnement socioculturel des pays d’accueil, mais qui permettent également aux apprenants de discriminer les variétés de français auxquelles ils sont exposés. En ce qui concerne le CUEF d’Abidjan, le projet est en cours de réalisation. La méthode en conception s’inscrit dans l’approche communicative qui privilégie les conditions d’emploi de la langue française dans divers situations de communication. Mais comme cette méthode est destinée à un public de grands adolescents et d’adultes non francophones de niveau débutant apprenant le français en Afrique francophone, son contenu sera orienté vers l’exposition à la vie socioculturelle des pays francophones d’Afrique. Quelques particularités linguistiques qui existent dans les pays francophones du monde seront présentées dans un tableau à la fin du manuel avec leurs équivalents en français standard. Un CD audio-visuel sera intégré à cette méthode.

Notes

1 Simard, Yves, « Le français de Côte d’Ivoire », Langue frrançaise n° 104, 1994, p. 20-36.

2 Dumont, Pierre et Maurer, Bruno, 1995, Sociolinguistique du français en Afrique francophone, EDICEF / AUPELF, 1995, p. 31.

3 Kouadio N’guessan, Jérémie, « Le français devant une variété autonome de français : le cas du français de Côte d’Ivoire », communication présentée aux Assises Afrique de l’enseignement du et en français, Dakar, Sénégal, 1997, p. 10.

4 Delafosse, M., Vocabulaires comparatifs de plus de 60 langues ou dialectes parlés à la Côte d’Ivoire et dans les régions limitrophes avec des notes linguistiques et ethnologiques, une bibliographie et une carte, Paris, Ernest Leroux, 1903-1904.

5 Hattiger, J.-L., Le français populaire d’Abidjan : un cas de pidginisation, publication n° 87, 1983, ILA Université d’Abidjan.

6 Kouadio N’guessan, Jérémie, « La situation linguistique de la Côte d’Ivoire », Diagonales n° 26, 1993, p. 42-44.

Auteur

Université de Cocody-Abidjan, Côte d’Ivoire

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search