Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Troisième partie. Appropriation de la langue et créativité

Approche écolinguistique du français à l’ouest du Cameroun

Gérard Marie Noumssi et Rodolphine-Sylvie Wamba

Texte intégral

1L’essaimage du français au Cameroun, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, a généré des situations sociolinguistiques originales émanant des différenciations ethniques et culturelles du pays – près de 250 ethnies s’étendant des côtes océaniques jusqu’au Sahel et des zones forestières du sud jusqu’aux hautes terres de l’Ouest. On remarque ainsi, dans cette région de l’Ouest Cameroun, en pays bamiléké, une forme indubitable d’acclimatation du français dont le résultat est un ensemble de particularités lexématiques, sémantiques et transpositions linguistiques, couramment reproduits dans l’écriture romanesque. Il en découle une problématique des mutations intra/interlinguistiques résultant de l’adaptation de la langue française aux réalités (socio) culturelles. Pour cerner cette question, le présent essai propose une présentation du cadre géolinguistique du champ de l’étude, avec une articulation aux principes de l’écologie linguistique et de la socioculture ; partant, on mettra en lumière les mécanismes langagiers au cœur des faits de créativité linguistique ; ce qui permettra de procéder, in fine, à une synthèse sociolinguistique.

Le cadre géo-linguistique de l’étude

2La région de l’Ouest Cameroun fait partie des hautes terres du Cameroun qui constituent une entité unique en son genre dans toute l’Afrique centrale et occidentale. On y trouve en effet une série de hauts plateaux supérieurs à 100 mètres, en contrebas desquels s’étendent des plaines boisées.

3La végétation, de type anthropique (façonnée par l’homme), se présente comme un quadrillage serré de haies vives, un réseau complexe de chemins et de maisons regroupées en petits hameaux. C’est un ensemble de prairies d’altitude, d’où le terme grassfield, employé pour désigner la région. Les rivières sont nombreuses, mais les deux plus grands cours d’eau de l’Ouest sont le Noun et le Nkam, outre des lacs de cratères qui sont souvent des lieux de cultes animistes.

4Deux grandes entités ethniques se côtoient dans la région : les bamiléké et les bamoun. Ces deux peuples ont un mode de vie communautaire et dynamique, avec des moyens d’expression artistico-culturels variés qui se perçoivent dans la littérature orale, l’architecture et la sculpture.

La société et les langues

5Les peuples bamiléké sont animistes et monothéistes. Ils croient à l’existence d’un être suprême, le Si, créateur du monde et maître de tous les dieux et génies qui sont ses intercesseurs. L’être humain est situé au centre d’un triangle dont le sommet est occupé par l’être suprême Si ; la base, d’un côté par les dieux, de l’autre par les ancêtres. Par l’intermédiaire de ces derniers, l’homme s’adresse à Dieu moyennant prières, invocations et sacrifices. Pour ces rituels, les devins ou hommes-dieux sont habilités.

6Les bamiléké croient aussi à l’action des morts ou des ancêtres sur les vivants. On doit offrir des sacrifices à ces derniers en cas de difficultés existentielles. De telles pratiques cultuelles influencent les attitudes langagières des locuteurs francophones ; d’où la fréquence des néologismes (calques d’expression et emprunts linguistiques) dans leurs parlures.

7Les communautés de l’Ouest Cameroun sont organisées en confréries au sommet desquelles se situe le roi, appelé fô, qui incarne la monarchie. Avec l’aide du « Si », des génies et des ancêtres, il dirige la chefferie, tout en étant le porte-parole de tous les organismes politiques et religieux. Toute cette dynamique sociopolitique se traduit en français par des lexies originales.

8La région est assez homogène sur le plan linguistique, car sur son espace, pourtant réduit par rapport à la moyenne des superficies nationales, on constate une subdivision linguistique donnant lieu à une douzaine de dialectes et près de trente parlers. Ils sont identifiables aux territoires des chefferies traditionnelles.

9Dans la réalité sociolinguistique, l’existence et la liberté d’emploi des langues vernaculaires sont reconnues, mais aucune de ces langues n’a reçu de fonction autre que celle que lui donne la tradition. Toutefois, certains de ces idiomes (fe’fèe, ghͻmalà, mungaka, medumba, yemba, nguembong) sont des langues véhiculaires et, de ce fait, influencent considérablement le français avec lequel elles sont en contact.

  • 1 Calvet, L.-J., « Les mutations du français », Le français moderne n° 68, 2000, p. 64.

10L’Ouest Cameroun présente donc une véritable diversité linguistique. Mais il existe un substrat-culturel et linguistique commun sur lequel se superpose le français, importé au Cameroun pendant la Première Guerre mondiale en 1916. Outre son statut de langue officielle, le français remplit diverses fonctions : scolarisation, créativité artistique et surtout communication sociale. À ce titre, la société agit sur le français, « principalement par la manière dont elle détermine le dosage des besoins linguistiques, en fonction des classes sociales »1. Aussi peut-on évoquer un processus d’autorégulation intralinguistique, conséquence de l’adaptation du français à l’environnement ouest camerounais.

Les préalables théoriques

  • 2 Ibid.

11La théorie de l’écologie linguistique offre un cadre opératoire à l’analyse des mutations linguistiques dans des environnements nouveaux, comme il en va à l’Ouest Cameroun. À cet égard, « les pratiques qui constituent les langues, d’une part, et leur environnement, d’autre part, forment un système écolinguistique dans lequel les langues se multiplient, se croisent, varient, s’influencent, sont en concurrence, en convergence »2 ; ainsi il y aurait dans une niche écolinguistique, une action sélective du milieu sur l’évolution de la langue.

  • 3 Ibid., p. 65.

12Précisément, le milieu d’une langue est constitué par un ensemble de facteurs sociolinguistiques : « L’organisation sociale, la taille des groupes de locuteurs, les fonctions des langues, le rôle social de leurs locuteurs, leur degré de plurilinguisme, etc. […]. C’est dans cet ensemble qu’il convient de saisir les modifications de la langue que suscitent les besoins linguistiques de la société, dans un perpétuel mouvement d’offre et de demande. »3

  • 4 Dassi, Linguistique, identité, normativité et ouverture : des socioculturèmes traditionnels ouest c (...)

13De plus, l’adaptation d’une langue à une écologie nouvelle entraînera des modifications, des réaménagements au sein de ses points faibles, ceux où la langue marque de l’hésitation et où elle demeure en quête d’équilibre. Dans le français à l’Ouest Cameroun, ces zones de faiblesses demeurent, entre autres, le lexique. Car, la plupart des termes lexicaux fonctionne comme des socioculturèmes ou signifiants « qui charrient un faisceau de sèmes référant à des valeurs socioculturelles apparentées »4.

  • 5 Il s’agit de :
     – Yanou Étienne, L’homme-dieu de Bisso, Yaoundé, Clé, 1974 (L.D.B.)
     – Ndachi Tagne D (...)

14Le corpus de l’essai est constitué de romans d’auteurs originaires de l’Ouest Cameroun5 qui, malgré leur maîtrise d’un français littéraire, choisissent tout de même de procéder à un ancrage sociolinguistique de l’écriture dans leur terroir, aux fins de traduire son enracinement linguistique. Au surplus, ces romanciers plongent leurs lecteurs au sein des traditions bamiléké. Il en résulte des textes littéraires marqués par des néologies, calques d’expression et africanismes.

15L’on abordera les lexies du corpus dans une approche synchronique, descriptive et différentielle qui sera assortie d’une prise en compte de la socioculture. L’analyse est descriptive en ce sens qu’elle s’applique à délimiter et catégoriser les occurrences néologiques dans les textes romanesques de l’Ouest Cameroun. Et le critère différentiel prend en compte les typologies d’écart lexico-sémantique.

  • 6 Latin, Danièle, « Quelques considérations sur l’apport de l’inventaire des particularités lexicales (...)

16Au regard de ces considérations, on recensera alors « les traits linguistiques qui représentent un écart fonctionnel significatif par rapport au français actuel, tel qu’il est reflété par les dictionnaires de la langue générale contemporaine »6. Sont ainsi prises en compte les particularités lexématiques, sémantiques et celles correspondant à des écarts dans l’état ou le niveau de langue.

17Dans la mesure où ces phénomènes se manifestent corrélativement avec le substrat culturel, il semble adéquat de mettre à contribution la socioculture de la région bamiléké pour en rendre compte. En effet,

  • 7 Dassi, op. cit., 2010, p. 20.

la socioculture spécifie et identifie un peuple comme celui du Grand Ouest camerounais, qui a pour tissu identitaire le ndop. Cette spécification déteint sur la forme et/ou le sens des socioculturèmes qui l’incarnent et la véhiculent. La prégnance de cette socioculture est susceptible de conditionner l’évolution de la forme, de l’usage et du sens du socioculturème…7

18Quoi qu’il en soit, la socioculture sous-tend les facteurs écolinguistiques, car chaque langue est appelée à s’adapter à son milieu linguistique ; ce qui implique, dans cette nouvelle écologie, un certain nombre de modifications, de mutations voire de subversions linguistiques.

Les mécanismes de la créativité linguistique

19À l’Ouest Cameroun, on constate une dynamique extraordinaire de créativité linguistique, car la langue française fait l’objet d’une appropriation pour la prise en charge des réalités socioculturelles.

Les particularités lexématiques

  • 8 Dubois et alii, Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse, 1994, p.  (...)

20Il s’agit de lexies attestées dans nos corpus sous forme de composition ou d’emprunt. La composition « désigne la formation d’une unité sémantique à partir d’éléments lexicaux susceptibles d’avoir par eux-mêmes une autonomie dans la langue »8. C’est le cas des termes suivants qui reposent sur la combinaison de deux substantifs : homme-dieu, homme aux pouvoirs spirituels (R.C. : 145) ; bambou-raphia, espèce de bambou qui permet d’obtenir des fibres de raphia (L.D.B. : 52).

21Il est des cas où les lexies composées émanent plutôt d’une simple collocation de termes. On a affaire alors à de véritables synthèmes. C’est le cas des exemples tels que : tortue sacrée, tortue légendaire instituée comme justicier (P.A. : 77) ; prêtres traditionnels, devins initiés pour officier dans les cultes des ancêtres (p. a : 47) ; forêt sacrée, petite forêt refuge des esprits ancestraux et servant de lieu d’initiation coutumière (P. A : 59).

22L’on relève dans nos corpus un autre procédé de composition mettant à contribution des prépositions, comme il en va dans les occurrences suivantes où les lexies composées se réalisent moyennant les morphèmes à ou de : retour au village, prise de retraite, suivie d’une installation définitive au village (M.T. : 97) ; case à palabres, case traditionnelle destinée à la tenue des palabres (P.A. : 24) ; culte des ancêtres, rituels traditionnels destinés à louer et offrir des sacrifices aux ancêtres (L.D.B. : 24).

23Dans ces cas de figure, on a affaire à de véritables synapsies, unités lexicales de signification composées de plusieurs lexèmes et classables dans la catégorie des substantifs.

  • 9 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « De Les Soleils des Indépendances à En attendant le vote des bêtes sauva (...)

24Nos corpus regorgent aussi d’emprunts qui sont des éléments passant « d’une langue à une autre, [et qui] s’intègrent à la structure lexicale, phonétique et grammaticale de la nouvelle langue et se fixent dans un emploi généralisé par l’ensemble des usagers, que ceux-ci soient bilingues ou non »9.

25Ces emprunts proviennent des langues populaires camerounaises, notamment le pidgin-english ou le camfranglais. C’est le cas des occurrences suivantes : kabba, boubou très ample et long de femme (M.T. : 130) ; djindja, nom populaire de gingimbre, signifiant situation difficile (M.T. : 19). Il est des cas où l’emprunt linguistique est révélateur d’un trait topolectal de la langue française. Il s’agit de pérégrinismes ou mots voyageurs qui sont des formes étrangères, d’usage ponctuel et individuel, des emprunts de surface relevant de l’interférence lexicale. Ils ressortissent au discours, donc au style. Il en va ainsi de ces exemples :

– L’enfant qui vit près de la chefferie ne craint point le mekwum (membre masqué d’une société secrète) (M.T. : 14)

– Le Lédzé (jour interdit) n’était pas un jour comme les autres (R.C. : 11)

– À côté de tout cela, des calebasses […] avaient pris place dans le ntang, (la case-magasin) (M.T. : 154)

26Ces pérégrinismes émanant des langues locales camerounaises sont parfois encadrés par des guillemets et suivis d’une explication juxtaposée ou entre parenthèses, dès la première occurrence du mot. Certains appellatifs sont aussi employés comme pérégrinisme, avec des connotations dialectales :

– On t’appellera Mafo Mangwa. C’est-à-dire que toi tu es Mangwa, la mère du roi, la reine mère (R.C. : 202)

– Le Oualah, chef de la justice, fit une entrée solennelle au centre du cercle (R.C. : 12)

  • 10 Ibid., p. 18-19.

27La récurrence de ces emprunts puisés dans la langue maternelle des auteurs « a pour fonction de faire “couleur locale”, de plonger le lecteur immédiatement dans une atmosphère culturelle particulière, celle dans laquelle se situe la scène romanesque »10. Toutefois, le recours aux pérégrinismes traduits au fil du texte romanesque crée une antinomie entre deux mécanismes scripturaux : l’hyperculture et l’hypoculture. L’hyperculture est portée et exprimée par la langue (et culture) française(s) ; l’hypoculture se manifeste par l’emploi des mots du terroir bamiléké. Dans ces conditions, le romancier fait un travail d’intercession qui est celui d’un traducteur en situation de passeur entre deux sphères culturelles.

  • 11 Gumperz, John J., Sociolinguistique interactionnelle, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 63

28On relève également une dynamique du français à l’Ouest à travers l’alternance codique, définie par J.-J. Gumperz comme « la juxtaposition, à l’intérieur d’un même échange verbal, de passages où le discours appartient à deux systèmes ou sous-systèmes grammaticaux différents »11. C’est le cas de ces exemples :

– Alhadji avait simplement déclaré, une fois bien assis dans la voiture : « My bikin, if we work fine, you go laugh » (mon enfant, si nous travaillons bien, tu riras) (M.T. : 59)

– nous taximen […] arrêtons que désormais, dès lors que nous aurons accepté de transporter une personne, nous nous occuperons de son bagage éventuel […]

– Kessa nekang ! (exclamation d’approbation) (M.T. : 67)

29Dans ces occurrences, on voit le français cohabiter avec le pidgin english ou la langue yemba ; ce qui montre que l’on est en présence d’un véritable contact de langues. Ce recours au pidgin english ou au yemba trahit l’utilisation d’une forme linguistique concurrente au français à l’Ouest Cameroun.

Les particularités sémantiques

  • 12 Ngalasso-Mwatha, Musanji, op. cit., p. 25.

30On note un remarquable travail effectué par les auteurs du corpus sur le sens des mots français. Ce travail « néologique de désémantisation et de resémantisation des mots français se fait […] par les procédés les plus variés : extension ou restriction sémantique et autres glissements de sens »12.

  • 13 Picoche, Jacqueline, Précis de lexicologie française, Paris, Nathan, 1977, p. 97.

31L’extension de sens évoque « l’ensemble des objets réels ou imaginaires, concrets ou abstraits, auxquels réfère un mot (dans la terminologie linguistique, l’ensemble de ses référents) »13. Ce procédé fonctionne en parallèle avec le sémème d’un mot ou ensemble de ses traits sémantiques, par neutralisation de certains sèmes. Les romanciers ouest camerounais procèdent à des extensions sémantiques, afin de traduire, par des mots français, des réalités culturelles. Soient les énoncés suivants :

– Nombre de tes camarades de banc comptent encore sur les écorces et les amulettes […] pour réussir (R.C., 27)

– Chacun doit […] faire l’effort de planter un piquet au village, pour prévenir la honte (M.T., 98)

– Je ne sais même pas attacher la clôture (M.T., 155)

32On peut relever, au regard du sens courant, une appréhension originale des expressions source d’extension sémantique. Ainsi les lexies seront glosables par des termes plus généraux, car l’objet auquel il est fait référence inclut le référent identifié en français standard par la lexie ; d’où les gloses suivantes : compter sur les écorces et les amulettes, compter sur le pouvoir magique des écorces et amulettes ; attacher la clôture, édifier une haie vive à l’aide de piquets et de bambous ; planter un piquet au village, construire une case de retraite.

33À l’analyse, le sens de ces occurrences dans le français des auteurs camerounais ne possède pas tous les sèmes attestés en français central, par exemple [+ ingéniosité] pour attacher la clôture ; [+ édification] pour planter un piquet ; [+ miracle] pour écorce et amulette. On remarque également chez les romanciers de nos corpus une tendance au glissement de sens. Dans ce cas, les lexies prennent le sens des mots qui leur sont sémantiquement proches ou bien dont les domaines d’emploi changent. Les lexies se chargent alors, dans leurs contextes d’emploi, de traits sémantiques dus au cadre culturel ; partant, ces lexies deviennent de véritables socioculturèmes, ou traits pertinents de la vision du monde bamiléké, tel que le montrent ces exemples :

– La queue de cheval […] était symbole de présence invisible (P.A. : 90).

– Une large peau de panthère rappelait la majesté des lieux (P.A. : 47)

– Le roi vida sa corne de vin… (R.C. : 39)

34L’expression queue de cheval, outre son sémantème courant, partie de corps postérieure du cheval, se charge des sèmes culturalisés : [+ apparat] et [+ noblesse]. Quant au terme peau de panthère, en plus de ses sèmes constants [+ relique], il valide en contexte, les sèmes connotatifs [+ héroïsme] et [+ noblesse]. Pour ce qui est de l’expression corne de vin, outre les sèmes constants, partie de tête du bœuf, elle valide les sèmes contextuels [+ notabilité] et [+ initiation].

35En somme, tous ces items lexico-sémantiques présentent constamment, d’une part, leurs noyaux sémiques (sèmes constants) et d’autre part des sèmes contextuels connotatifs. C’est ainsi qu’ils fonctionnent comme de véritables socioculturèmes. Il est des cas où les auteurs procèdent à la traduction des socioculturèmes ; partant, les signifiants des unités lexicales actualisées, mais sans conformité avec les règles du français standard, se voient affublés de gloses. C’est ce que l’on remarque dans ces exemples :

- Dans cette affaire, seule la tortue, le juge infaillible, pourra nous faire savoir qui […] a vraiment raison… (R.C. : 15)

- La coutume interdit à une reine-mère […] de vivre loin de la tribu.
C’est cela qu’a dévoilé la mygale sacrée, notre petite bête qui sait tout (R.C. : 239)

36La traduction a pour fonction de resémantiser et de préciser la forme du contenu des lexies, lesquelles seraient demeurées sans intérêt idéologique pour les non-initiés à la culture ouest camerounaise. Certains socioculturèmes sont plutôt traduits partiellement ; on est alors en présence d’expressions locutionnelles formées, d’une part, de mots d’emprunts aux langues du terroir, et, d’autre part, de mots français. C’est de l’association des deux termes en présence que jaillit la forme du contenu. C’est le cas de ces exemples :

– Le lendemain on le verrait passer […] flanqué de trois membres de feffo au visage voilé (V.A. : 147).

– On mettait l’homme dans le famla, pour l’en sortir l’instant d’après (V.A. : 107)

37La lexie membre du feffo dans son sémantisme se charge de connotations précises [+ autorité traditionnelle], [+ sanction], [+ secret], car feffo est une société secrète des chefferies bamiléké, alors que l’expression mettre dans le famla va de pair avec des connotations [+ sacrification], [+ trahison], car famla est une société maléfique.

  • 14 Witherspoon Gary, « Language in culture and culture in language », International journal of America (...)

38Le discours francophone apparaît comme un discours pluriel, où les mots employés posent des problèmes de reconfiguration sémantique et formelle ; ce qui fait dire à Witherspoon que « words are the means by which form is projected into substance […] and the substantivation of form »14. Cette dialectique de la formalisation du sens se manifeste davantage avec les calques linguistiques.

Les calques de langues maternelles

  • 15 Ngalasso-Mwatha, Musanji, op. cit., p. 37.

39Le calque « est un mode d’emprunt par traduction de la forme d’une langue étrangère à la langue dans la laquelle se tient le discours (métalangage), ici le français : les mots sont donc français alors que la structure syntagmatique dans laquelle ils s’intègrent n’est pas française »15. Dans l’écriture romanesque à l’Ouest Cameroun, ce phénomène se présente sous la forme d’expressions idiomatiques, stylistiques et proverbiales.

40Le procédé consiste en un arrangement structural, en français, des termes originellement indigènes ; d’où des synonymes de discours dont le sens dépend surtout des contextes. Certaines de ces locutions sont de type substantival :

  • case d’en bas (M.T. : 155) : dans les concessions bamiléké disposées en U, la case d’en bas est celle du chef de famille qui, par sa position, est le maître et garant de la stabilité des lieux.
  • cour d’en haut, (V. A : 86) : dans les concessions bamiléké, la cour d’en haut, ou cour d’entrée est la place des grandes cérémonies.
  • clan d’âge (V.A. : 58) : personnes de même génération constituées en association et réseaux de solidarité d’un même village.

41Outre ces locutions substantivales, le français à l’Ouest Cameroun comporte plusieurs parasynonymes de type verbal. Il en va ainsi des occurrences suivantes :

  • sortir les paniers (M.T. : 158) : lors d’une cérémonie traditionnelle, pratique consistant à restituer les ustensiles amenés par les hôtes en y adjoignant une gratitude.
  • souffler sur la cendre (M.T. : 124) : rituel consistant à souffler sur une poignée de cendres lors d’une sentence pour marquer les caractères irrévocables des décisions prises.
  • envoyer la foudre à quelqu’un (R.C. : 132) : rituel magique de vengeance, consistant à orienter le tonnerre sur un ennemi, du fait de ses forfaitures.

42Enfin, certaines de ces locutions verbales sont de nature stylistique, au regard des images qu’elles induisent. C’est le cas de ces exemples :

  • laver une veuve (V.A. : 61) : pratique de lévirat ; rituel consistant à purifier et prendre une veuve en seconde noce.
  • sentir le lait de sa mère (L.D.B. : 21) : ne pas avoir réalisé son initiation rituelle.
  • abandonner sa tête aux poux (M.T. : 107) : se résigner à subir les mauvais sorts.

43Enfin, l’on assiste à des transpositions intégrales d’énoncés, pour ce qui est des proverbes. Ce procédé donne lieu à des calques parémiologiques originaux par leurs portées analogiques :

  • Si quelqu’un te dépasse, porte son sac (M.T. : 15), respect du droit d’aînesse.
  • On ne construit pas une nouvelle case sans utiliser de vieux bambous
    (R .C. : 120), pratique du syncrétisme culturel.
  • La poule ne chante pas à la place du coq (M.T. : 147), respect de prérogatives.
  • 16 Tabi Manga, Jean, « Variation lexicale du français au Cameroun », in Class et Ouoba (eds), Visages (...)

44En définitive, les contacts du français à l’Ouest Cameroun, avec les langues du terroir, entraînent une dynamique notoire qui se traduit par une modification sensible des structures intralinguistiques (réaménagements des sémantèmes) et interlinguistiques (intégration de calques et emprunts) de la langue française. Ceci montre bien qu’un grand « nombre de réalités socioculturelles échappent au paradigme lexical français, d’où le recours sans surprise aux emprunts, l’usage abondant et varié du discours parémiologique »16. Il convient néanmoins de s’interroger sur l’incidence de ces phénomènes sur les processus de régulation écolinguistique de la langue.

Les dynamiques sociolinguistiques

45L’étude d’une langue en situation de contact, dans une aire culturelle étrangère à ses origines, confirme un facteur sociolinguistique fondamental : les faits culturels constituent le véritable ferment des dynamiques internes des langues importées.

46Comme on l’a mentionné, les peuples bamiléké de l’Ouest Cameroun croient en un Dieu unique, le Si, dont les intermédiaires sont les ancêtres. Ces intermédiaires inspirent les actions du chef coutumier, le fô et leurs notables ; aussi sont-ils guidés et mandatés pour organiser, structurer et réguler toute l’organisation sociale et communautaire. Tel nous semble la substance d’un contenu idéologique séculaire dont la langue française contribuera à y créer des formes (de contenu) à partir de deux domaines : la politique et la religion.

47En pays bamiléké, le préalable à toute activité politique est l’initiation coutumière que traduisent les expressions relatives à l’anthropologie culturelle :

  • cérémonies coutumières d’initiation (L.D.B. : 117), rituels d’initiation aux us et coutumes ancestrales.
  • [être] durant neuf semaines initiés aux rites traditionnels (R.C. : 204), période requise pour une initiation, en vue d’exercer le pouvoir.
  • [posséder] un totem (V.A. : 149), avoir subi une initiation en vue d’une aptitude au dédoublement totémique.

48Outre l’évocation de ces rituels d’accès au cercle du pouvoir ancestral, la distinction des rangs politiques se remarque à travers les titres de noblesse ou la dénomination des institutions :

  • conseil suprême des neufs (R.C : 199), doyens de la tribu assurant l’intérim durant la période d’initiation d’un nouveau monarque.
  • case des sept [notables], (PA : 75), case traditionnelle au sein de la chefferie où siègent les auxiliaires du chef supérieur.
  • mwala twәbum (premier ministre) (V.A. : 166), notable chargé de l’exécution de la politique du monarque sur l’ensemble de son royaume.

49Quant aux activités religieuses, on en relève les manifestations à travers un certain nombre d’expressions spécifiques aux pratiques animistes :

  • l’homme-dieu (L.D.B. : 133), homme jouissant de pouvoir de divination.
  • [devenir] des choses de rien (V.A. : 85), connaître la déchéance après avoir subi une malédiction parentale.
  • [déposer] de l’huile, du poisson fumé et de la volaille sur [le] crâne (R.C. : 235), sacrifice destiné à un ancêtre dont le crâne fait l’objet d’idolâtrie.
  • 17 Witherspoon, Gary, op. cit., p. 2.

50La récurrence de telles expressions dans le texte littéraire montre à quel point la conception religieuse d’un peuple détermine ses pratiques langagières, faisant du français un objet original d’anthropologie linguistique. C’est ce qui a fait dire à Gary Witherspoon que « languages cannot be studied in isolation from cultures in which they are spoken »17.

  • 18 Samba, Diop Papa, « Du glossaire comme indice identitaire de pôles socioculturels : repérage et déc (...)

51Du reste les lexies évoquant les activités politiques ou religieuses ne sont que des palimpsestes hypoculturels voilés par la langue d’écriture, le français. Dans ces conditions, le texte romanesque francophone constitue un espace « marqué par la volonté des Africains, sinon d’en faire celui exclusif de l’hypoculture [ensemble des idiomes identitaires et les diverses représentations culturelles ou culturalisées qui en émanent], du moins d’y exprimer, avec plus ou moins d’insistance, parfois véhémence [leurs croyances ancestrales et leurs valeurs culturelles]18.

  • 19 Manessy, Gabriel, « Créolisation et français régionaux », in Wald et Manessy G. (ed.), Plurilinguis (...)

52Le français importé à l’Ouest Cameroun constitue donc un exemple remarquable d’autorégulation écologique car, après la période initiale d’acclimatement linguistique, on a eu une période d’acclimatation où le français remplit une fonction identitaire. Il en est ainsi lorsqu’une langue « est devenue le bien d’un groupe socioculturel suffisamment stable et suffisamment particularisé pour que ses membres aient conscience de sa singularité »19.

53À l’Ouest Cameroun, on note donc désormais une vernacularisation du français dont les manifestations se situent dans une de ses zones de faiblesse : le lexique. Cette partie de la langue a généré des calques d’expression originaux permettant au français de se draper de tournures typiquement indigènes :

  • vendre quelqu’un à crédit (R.C., 232), faire mourir mystiquement une personne, en vue d’un enrichissement futur.
  • ne pas comprendre sa tête à/dans quelque chose (M.T., 89), être incapable d’appréhender la complexité d’un problème.
  • connaître le nom de quelqu’un et l’appeler « la personne là » (M.T.,
    91), faire semblant d’ignorer l’identité ou la personnalité d’un proche.
  • 20 Prudent, Lambert-Félix, « Diglossie et interlecte », Langage n° 61, 1981, p. 31.

54Qui plus est, ces calques d’expressions fréquents dans les textes romanesques induisent à un interlecte. La zone « interlectale se présente […] comme l’ensemble des paroles qui ne peuvent être prédites par une grammaire de l’acrolecte ou du basilecte […] parce que ni l’un ni l’autre ne répondent de la nouvelle forme »20.

55Ce qui est intéressant dans la posture scripturale du romancier, c’est la possibilité qu’il a ainsi de mélanger ou de faire coexister, de manière subtile, différentes formes de parlures moyennant les occurrences d’interlectes.

  • 21 Robillard, Didier de, « Visages de l’hétérogénéité linguistique des communautés créoles : contacts, (...)

56Ce n’est pas le mélange des registres ou des variétés de langues effectué par les romanciers ouest camerounais qui est problématique ; c’est que, dans certaines situations d’énonciation et dans certains contextes socioculturels, ils considèrent « qu’il n’y a pas de strates bien définies, mais des éléments en quelque sorte “en suspension” dans l’espace sociolinguistique, à des “altitudes” différentes, que l’on peut donc relativement mélanger en discours »21.

57Ces processus de mélange discursif entraînent inéluctablement des continuums linguistiques dans la poétique romanesque ; lesquels signifient que certains items linguistiques peuvent être communs à deux variétés de langue. Ainsi, les calques d’expression sont communs au français et aux dialectes du terroir. Et si l’on considère que parler le français du blanc c’est se construire une nouvelle case, on est aussi en droit de penser que l’on ne construit pas une nouvelle case sans utiliser de vieux bambous, d’où la nécessité d’admettre ce syncrétisme culturel qui s’impose désormais.

58La région de l’Ouest Cameroun est diversifiée et pittoresque aux plans linguistique et écologique, avec un substrat culturel qui se traduit en français par des particularités lexico-sémantiques originales. Ces lexies ont été identifiées et relevées au sein des œuvres romanesques. On a convoqué les théories de l’acclimatation linguistique et de la socioculture pour procéder à leurs interprétations. On constate alors que le français, à travers ses modalités d’appropriation, consécutivement à son implantation à l’Ouest Cameroun, prend bien en charge les référents socioculturalisés dans la vie sociale. Le résultat de cette acclimatation est l’émergence d’un interlecte qui traduit bien le syncrétisme culturel en œuvre à l’Ouest Cameroun.

Notes

1 Calvet, L.-J., « Les mutations du français », Le français moderne n° 68, 2000, p. 64.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 65.

4 Dassi, Linguistique, identité, normativité et ouverture : des socioculturèmes traditionnels ouest camerounais, Lincom Europa, 2010, p. 575.

5 Il s’agit de :
 – Yanou Étienne, L’homme-dieu de Bisso, Yaoundé, Clé, 1974 (L.D.B.)
 – Ndachi Tagne David, La reine captive, Paris, L’Harmattan, 1986 (R.C.)
 – Nkuitche Fonkou Gabriel, Moi Taximan, Paris, L’Harmattan, 2001 (M.T.)
 – Nkuitche Fonkou Gabriel, Les Vins aigres, Yaoundé, Clé, 2008 (V.A.)
 – Nguetse Marie-Julie, Le péché des agneaux, Paris, Danoïa, 2007 (P.A.).

6 Latin, Danièle, « Quelques considérations sur l’apport de l’inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire (IFA) à la lexicographie du français en francophonie », in Class et Ouoba (eds), Visages du français. Variétés lexicales de l’espace francophone, Paris, Aupelf-Uref, John Libbey, 1990, p. 29.

7 Dassi, op. cit., 2010, p. 20.

8 Dubois et alii, Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse, 1994, p. 106.

9 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « De Les Soleils des Indépendances à En attendant le vote des bêtes sauvages : quelles évolutions de la langue chez Ahmadou Kourouma ? », in Littératures francophones : langues et styles, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 16.

10 Ibid., p. 18-19.

11 Gumperz, John J., Sociolinguistique interactionnelle, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 63

12 Ngalasso-Mwatha, Musanji, op. cit., p. 25.

13 Picoche, Jacqueline, Précis de lexicologie française, Paris, Nathan, 1977, p. 97.

14 Witherspoon Gary, « Language in culture and culture in language », International journal of American Linguistics, vol. 46, n° 1, 1980, p. 8.

15 Ngalasso-Mwatha, Musanji, op. cit., p. 37.

16 Tabi Manga, Jean, « Variation lexicale du français au Cameroun », in Class et Ouoba (eds), Visages du français. Variétés lexicales de l’espace francophone, Paris, Aupelf-Uref, John Libbey, 1990, p. 51.

17 Witherspoon, Gary, op. cit., p. 2.

18 Samba, Diop Papa, « Du glossaire comme indice identitaire de pôles socioculturels : repérage et décodage de l’hypoculture », in Français et francophonies. Études francophones de Bayreuth, vol. 2, 1988, p. 131.

19 Manessy, Gabriel, « Créolisation et français régionaux », in Wald et Manessy G. (ed.), Plurilinguismes, normes, situations, stratégies, Paris, L’Harmattan, 1979, p. 22.

20 Prudent, Lambert-Félix, « Diglossie et interlecte », Langage n° 61, 1981, p. 31.

21 Robillard, Didier de, « Visages de l’hétérogénéité linguistique des communautés créoles : contacts, diglossie, continuum, interlectes », in Bavoux E., Robillard D. (dirs), Linguistique et créolistique, Paris, Anthropos, 2002, p. 39.

Auteurs

Université de Yaoundé I, Cameroun

Université de Yaoundé I, Cameroun

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search