Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

Le statut évolutif du français dans un contexte de langue seconde : le cas tunisien

Kaouthar Ben Abdallah

Texte intégral

  • 1 Grandguillaume, G., Arabisation et politique linguistique au Maghreb, Paris, Éditions Maisonneuve e (...)
  • 2 Ibid.

1Cette contribution constitue l’un des maillons de la chaîne de publications consacrées, lors de ce colloque, à l’environnement francophone en milieu plurilingue. La Tunisie s’inscrit parmi les pays ayant en commun l’usage du français. La question du français au Maghreb et plus particulièrement en Tunisie est complexe et ne se résume pas à un outil de communication ou d’interaction. Notre recherche part du constat que le français occupait et occupe toujours une place particulière en Tunisie. La connaissance du français est « un facteur important de réussite sociale » ; son utilisation « correspond parfois à une nécessité de communication, parfois à un souci de démarrage social, voire de distinction »1. Inclus d’une façon naturelle aussi bien dans l’enseignement que dans la vie quotidienne, le français peut être considéré comme « une partie de l’identité maghrébine »2.

2Pour cerner cette problématique du statut évolutif du français et de ses implications didactiques, nous tenterons, dans le présent article, de décrire, caractériser et illustrer la réalité sociolinguistique de cet espace géographique où le français coexiste avec d’autres langues ; à mieux cerner la place exacte du français : quelle est la situation actuelle du français en Tunisie (statut officiel/usage social). Pourquoi sa position est constamment en évolution ? Afin de répondre au mieux à ces interrogations, nous formulons l’hypothèse suivante : l’usage du français est plus habituel en Tunisie, plus courant, plus diffusé et ceci dans différents secteurs et par plusieurs moyens. L’ambivalence concernant son statut, son rôle et la finalité de son enseignement, serait tributaire des choix politiques et des pratiques langagières effectives de cette langue.

Méthodologie

  • 3 Cette contribution est issue de notre travail de DEA, Le français en Tunisie : quel statut ? quelle (...)

3D’un point de vue méthodologique, notre étude, placée sous un angle diachronique, s’appuie sur des articles de la revue Le français dans le Monde (FDLM) sur une dizaine d’années (1984-1994)3. Le corpus est constitué d’une trentaine d’articles traitant du français au Maghreb en général et en Tunisie en particulier. La méthode utilisée est l’analyse de contenu thématique. L’objectif est de voir comment l’évolution de la place et du statut du français en Tunisie, notamment dans le système éducatif, est perçu par différents spécialistes : sociolinguistes, didacticiens, démographes, etc. Pour compléter ce corpus d’articles, nous nous sommes basée sur la série des cinq rapports sur l’état de la francophonie dans le monde (1989 ; 1990 ; 1991 ; 1993 ; 1995), afin de montrer dans quelles circonstances, avec qui l’on parle et l’on écrit en français en Tunisie.

Contexte politico-historique

  • 4 Luthi, J.J., Viatte, A. & Zannaniri, G., Dictionnaire général de la Francophonie, Paris, Éditions L (...)

4Si on se rapporte aux données historiques recueillies dans notre corpus, la situation sociolinguistique révèle, sur le plan historique, une présence très ancienne des langues latines en Tunisie, en cohabitation avec les langues chamito-sémitiques. Pendant la période coloniale, cette bipolarité se focalise sur le français et l’arabe, langue présente depuis les conquêtes arabes (VIie s.). La Tunisie, pour des raisons politiques propres à la France de l’époque, est devenue protectorat français en 1881 et ne verra son indépendance reconnue qu’en 1956. Le traité de Bardo en 1881 et la convention de la Marsa en 1883, instauraient le protectorat français (1881-1956) qui entraînait avec lui la langue française. Celle-ci a connu une certaine extension4. Durant le protectorat, le français s’impose à travers les institutions, particulièrement l’éducation qui en fut un fort vecteur de diffusion.

  • 5 Rapport sur l’état de la francophonie dans le monde, 1993, p. 436.

5Membre de l’ACCT (Agence de coopération culturelle et technique), la Tunisie participe depuis son indépendance (1956) aux organismes de la francophonie. Le président Bourguiba a été l’un des principaux promoteurs de la francophonie. L’histoire de l’implantation de la langue française en Tunisie est ainsi étroitement liée à la colonisation. Le français est vécu comme renvoyant à l’histoire. Mais suivant les classes sociales et les orientations politiques, l’usage de la langue française est l’objet de controverse entre ceux qui pensent cette dernière comme langue de la modernité et ceux qui voient en cette langue, le maintien d’une forme de « néocolonisation »5.

Réalités sociolinguistiques

  • 6 Calvet, L.-J., La guerre des langues, Paris, Payot, 1987, p. 54.

6Le français coexiste, en Tunisie, avec d’autres langues et ce sont précisément les modalités de cette coexistence qui nous intéresse ici. Dans une approche sociolinguistique, nous nous attardons ici à la situation sociolinguistique tunisienne à travers les rapports entre le français et les autres langues dans ce pays. Selon Calvet, le modèle maghrébin se caractérise par une situation tout à fait particulière. Pour lui ces pays relèvent du « plurilinguisme à langues dominantes minoritaires »6. Reste à voir sur quelle base repose ce type de situation et comment les sociolinguistes analysent la situation tunisienne.

Arabe classique vs arabe standard

  • 7 Ibid., p. 53.

7D’une façon générale, une langue peut être considérée comme langue dominante si elle est « la langue de pouvoir politique et culturel »7.

  • 8 Ibid.

8En ce qui concerne la langue arabe, deux variétés linguistiques coexistent : la première dite arabe classique est une langue « sociopolitiquement dominante »8 en Tunisie. Une langue classique, sublimée, utilisées en littérature, dans les différents domaines de la vie intellectuelle. Faut-il rappeler que cette dernière doit son statut au fait qu’elle est à la fois la langue de la religion, la langue du Qur’an et la langue d’unification du monde arabo-musulman.

  • 9 Hasson, L., « La situation linguistique au Maroc : langue(s) maternelle(s), langue officielle, lang (...)
  • 10 Moatassime, A., Arabisation et langue française au Maghreb, Paris, PUF, 1992.
  • 11 Miled, M., « Tunisie : Évolution d’une évolution », Diagonales, n° 2, 1987, p. 46-48 ; « Le françai (...)
  • 12 Laroussi, F., « Glottopolitique et minoration linguistique en Tunisie », in Juillard, C. et Calvet, (...)

9La deuxième variété est « une forme allégée » (chute des désinences casuelles, conjugaisons simplifiées) de l’arabe classique dite « arabe moderne », et est statistiquement dominante9. Calvet préfère appeler cette forme : « arabe officiel », Moatassime10 utilise le terme « arabe médian ». Quant à M. Miled11 et F. Laaroussi12, ils optent pour l’« arabe standard ». Précisons que cette variété est pratiquée par une minorité de la population maghrébine.

  • 13 Morsly, D., « La langue étrangère : réflexion sur le statut de la langue française au Maghreb », FD (...)

10Nous sommes ici devant une situation potentiellement conflictuelle, car il y a un écart entre les langues dominantes et les pratiques langagières de la population pour qui l’arabe dialectal ou le berbère sont les parlers quotidiens. Morsly13 (1984) parle de la dualité arabe littéraire / arabe dialectal comme suit :

  • 14 Ibid., p. 24.

C’est un fait évident que l’arabe à l’instar des autres langues, se caractérise par une dualité linguistique […]. D’une part, on y trouve une langue classique, sublimée, que nous utilisons en littérature, dans les différents domaines de la vie intellectuelle, et d’autre part, une autre langue, ou si l’on veut, une autre façon de parler dont tout le monde se sert pour communiquer oralement, y compris les lettrés.14

Arabe standard vs arabe dialectal

11L’idiome que parle la totalité des Tunisiens dans les communications courantes est une variété dialectale appelée arabe tunisien. La connaissance de l’arabe standard Foç’ha n’est réelle que chez les individus instruits et assez longuement scolarisés. En effet, l’arabe officiel est une langue de prestige, mais il n’est pas utilisé dans la vie quotidienne et il n’est pas transmis par les foyers tunisiens, mais par l’école, les médias écrits et la télévision. Il s’agit d’une langue seconde pour tous les Tunisiens. L’arabe tunisien est appelé darija (dialecte) ou tunsi (tunisien).

  • 15 Miled, op. cit., 2007, p. 82 ; Naffati, H. & Queffelec, A., Le français en Tunisie, Nice, Insititut (...)

12L’arabe tunisien a subi une certaine influence lexicale de la part du français, de l’italien, de l’espagnol, du berbère et du turc. C’est cette différence dans la gamme des emprunts que reflète justement l’arabe tunisien, en même temps que des petites différences d’ordre phonétique ou grammatical. Les études actuelles sur la question du français en Tunisie font apparaître la distinction entre le statut « formel » prescrit par l’institution, associé à une politique linguistique plus ou moins sous-jacente, et le statut « informel » marqué par des variations géographiques, sociolinguistiques et même idéologiques caractérisant les pratiques langagières effectives15.

Les parlers tunisiens

13L’arabe tunisien n’est pas uniforme ; il compte, comme le montre le tableau ci-dessous, un grand nombre de variétés géographiques relativement distinctes.

  • 16 Hasson, L., op. cit., 1981, p. 50.
  • 17 Calvet, L.-J., op. cit., 1987, p. 53.

14La situation sociolinguistique tunisienne se caractérise, comme nous venons de le voir, par le plurilinguisme, mais aussi par la diglossie, car il existe non pas une seule langue maternelle mais plusieurs langues maternelles : les parlers tunisiens ou berbères. Ces langues – ou ces variétés de langues – sont « dotées d’un statut social inégal »16. L’arabe dialectal est, selon Calvet, « dans un rapport de filiation génétique avec l’arabe classique »17, alors que le berbère ne l’est pas. Mais dans les deux cas, ces idiomes constituent les seuls véritables véhicules de la communication quotidienne dans le contexte tunisien. Précisons que, selon les autorités gouvernementales, les berbérophones représenteraient 1 % de la population totale évaluée à 10 millions d’habitants, ce qui signifierait quelque 100000 personnes. Si la majorité de la population parle l’arabe tunisien, qui est une des variétés dialectales de l’arabe classique, qu’en est-il de la place du français et de son usage dans ce paysage sociolinguistique à la fois plurilingue et diglossique ?

Usage social des langues

  • 18 Sources : les rapports (3, 4, 5, 6) sur L’État de la Francophonie dans le monde (1989, 1990, 1991, (...)

15Il serait difficile d’estimer, exactement qui parle le français où et comment, ce qui est d’ailleurs l’une des limites du présent travail. Nous présentons, à travers le tableau18 ci-dessous, les résultats recueillis dans notre corpus, sous forme de pourcentages afin de cerner les réseaux sociaux communicationnels ainsi que les usages linguistiques qui s’y rapportent.

16Le paysage linguistique semble assez simple à dessiner : sur un fond arabe tunisien ou berbère, les deux langues utilisées sont la langue maternelle/ l’arabe tunisien et le français.

17La langue maternelle (LM) est utilisée seule, ou dans de rares emplois mixtes, dans les relations avec les parents. Dans le cadre des relations sociales ordinaires, comme par exemple avec les voisins ou au marché, nous constatons que l’arabe tunisien est le plus souvent employé massivement, avec pas ou extrêmement peu d’emplois mixtes. Si la LM reste la langue d’usage quasiment omniprésente dans les situations de la vie courante (familles, fratrie, relations de voisinage, marché), le français apparaît souvent utilisé dans les emplois mixtes. Ceci est le cas dans les administrations publiques, comme par exemple à l’hôpital, à la poste et à l’école (voir tableau).

18L’usage social informel du français s’observe dans des emplois mixtes qui atteignent ou dépassent 40 % des cas, notamment dans le cadre des relations frères-sœurs, pratiquant le français – lycéens ou étudiants pour la plupart. L’acte de communication du jeune tunisien se caractérise par un « bilinguisme arabe tunisien/français ». En effet, le français occupe une place importante, derrière l’arabe tunisien, dans le parler des jeunes tunisiens.

19Mis à part quelques cas plutôt rares d’emploi seul comme à l’école par exemple, le français apparaît, dans la plupart des cas, en emploi mixte. Ces pourcentages donnent des informations sur les différentes situations sociolinguistiques. Ces situations sont susceptibles d’évoluer à terme.

Le statut du français en Tunisie

20Le constat qui ressort de notre corpus est l’ambivalence du statut de la langue française dans le contexte tunisien. L’idée souvent exprimée dans les articles et rapports dépouillés consiste en « la difficulté à nommer cette langue ». Nous faisons figurer dans la liste ci-dessous un inventaire lexical concernant les différentes désignations du français :

  • langue seconde : 40 occurrences ;
  • langue étrangère : 29 occurrences ;
  • langue d’enseignement : 13 occurrences ;
  • langue étrangère à statut privilégiée : 5 occurrences ;
  • langue véhiculaire : 5 occurrences ;
  • langue fonctionnelle : 5 occurrences ;
  • langue scientifique et technique : 4 occurrences ;
  • langue de spécialité : 3 occurrences ;
  • langue de culture : 2 occurrences ;
  • langue officielle : 2 occurrences.
  • 19 Ngalasso-Mwatha, M., « Le concept de français langue seconde », Études de linguistique appliquée, n (...)

21Il en ressort que sur une dizaine d’années, la terminologie évolue marquant bien un changement dans la/les fonction(s) du français. Les spécialistes s’entendent généralement pour affirmer que le français est une langue seconde (avec 40 occurrences), pratiquée par les Tunisiens, notamment dans leurs échanges scientifiques et techniques, mais aussi comme langue d’usage de l’administration, langue d’enseignement, langue d’une partie de la production médiatique. Quant à son rôle éducatif, le français est vu dans sa dimension scientifique comme langue véhiculaire pour toutes les matières scientifiques ; second moyen d’information, de communication et d’accès à la culture scientifique et technique19. Sur une dizaine d’années, la terminologie évolue marquant bien un changement dans la fonction du français.

22Autre constat, l’analyse thématique a fait ressortir deux éléments récurrents, dans les discours des spécialistes, par rapport au statut du français : 1) la politique éducative ; 2) l’environnement langagier.

La politique éducative

23Dans l’enseignement, c’est l’arabe standard qui assure l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et favorise son enracinement dans le milieu socio-culturel local. Cependant, on assiste à une prise de conscience de la nécessité d’une maîtrise du français dans les domaines scientifiques et techniques. Le tableau ci-dessous donne une idée globale sur le système éducatif français.

Canevas du système éducatif tunisien

Canevas du système éducatif tunisien
  • 20 Rapport du Haut Conseil à l’Intégration, « Renforcer la coopération avec les pays du Maghreb », Con (...)

24Ainsi le français, enseigné de la 3e à la 9e année de l’école de base (primaire et collège) est langue d’enseignement des disciplines non linguistiques ; scientifiques, techniques, économiques et de gestion au lycée. « […] À l’université, le français continue à avoir le rôle de langue d’enseignement des sciences exactes, et plus rarement, des sciences humaines ».20 Si la décolonisation a été suivie par une politique linguistique qui prévoyait l’arabisation, le lien à la langue française ne s’est pas pour autant brisé. En Tunisie, la politique linguistique éducative est axée sur deux orientations : l’arabisation et le maintien du français au niveau éducatif. Sans oublier la promotion de l’enseignement/apprentissage des langues vivantes étrangères (anglais, espagnol, italien, etc.) au niveau secondaire.

25Le discours officiel actuel prône le renforcement des langues étrangères, en particulier le français puis l’anglais, comme moyens d’ouverture sur le monde des sciences et de la technologie ; il a institué une diversité linguistique dans les cursus du secondaire et affiche de moins en moins une politique d’arabisation. Le français est, dans le cadre de l’enseignement, une langue véhiculaire pour un certain nombre de disciplines. Selon la formule souvent employée dans notre corpus, le français est une langue « étrangère à statut privilégié ». Le français reste donc obligatoire dans l’enseignement secondaire et universitaire.

  • 21 Laroussi, F., « Le bilinguisme arabe-français en Tunisie : un choix réussi », 2009, intervention di (...)

26L’arabe standard et le français sont les deux langues liées à l’enseignement en Tunisie et se partagent deux grands secteurs. Le premier est réservé aux disciplines littéraires et le deuxième aux disciplines scientifiques et techniques (DNL). Cette répartition linguistique introduite par un bilinguisme de fait caractérise désormais l’enseignement en Tunisie. Par ailleurs, ce bilinguisme (arabe standard/français) ne touche pas exclusivement le système éducatif mais aussi l’environnement public. L’arabe standard est obligatoire pour les enseignes de la voie publique. Les enseignes bilingues sont autorisées, à condition que la partie rédigée en français soit inférieure. On peut trouver des noms de rues, des signalisations routières et des noms de villes dans les deux langues. L’affichage public et la publicité sont en grande partie en français. Ils peuvent aussi être bilingues21.

27Si nous examinons, par ailleurs, l’évolution récente des instructions officielles et la place accordée au français, nous constatons que le français est enseigné dès la troisième année de l’enseignement primaire jusqu’au collège de façon assez intensive à hauteur de 6 à 8 heures par semaine. Ensuite, les disciplines scientifiques sont enseignées en français, ce qui avantageait jusqu’alors les filières scientifiques des lycées, qui produisaient paradoxalement de meilleurs bilingues que les filières littéraires.

Situation sociolinguistique : regard actuel

28Dans ce qui précède, nous avons mis l’accent sur deux aspects différents caractérisant la société tunisienne et traduisant ainsi deux visions différentes de la même réalité appréhendée comme un bilinguisme, arabe standard-français, et comme une diglossie arabe dialectal-arabe standard à laquelle s’ajoute le français. Partant, la situation sociolinguistique actuelle est, à notre sens, beaucoup plus complexe ; car comme la plupart des pays francophones, la Tunisie connaît aujourd’hui une situation de plurilinguisme. À l’intérieur de ce contexte multilingue, il est important de souligner qu’officiellement l’usage du français n’est mentionné dans aucune des constitutions du pays, la langue arabe standard étant la langue unique reconnue ; il n’est pas plus mentionné dans les textes de loi. Toutefois, cette situation ne confirme pas ce qui est dans l’usage, la langue française ayant une longue tradition en Tunisie : elle y est présente depuis 1840.

Pour ne pas conclure…

  • 22 Les récents événements politiques en Tunisie ne nous ont pas permis de mener à bien notre enquête a (...)

29Le statut de la langue française en Tunisie a fait, dans le présent article, l’objet d’investigation tributaire de deux axes différents : d’une part les usages qui sont faits de cette langue et qui lui afférent le statut de langue seconde, et d’autre part, les choix et orientations politiques qui postulent directement ou implicitement des répercussions didactiques. Au terme de ce travail, nous avons apporté quelques éléments de réponse à notre question de départ. Pour ne pas conclure, nous nous contentons de mentionner quelques pistes sociolinguistiques à visées didactiques qui retiennent notre attention dans l’étude de cette évolution du statut du français en Tunisie. Nous avons l’intention de mener, dans un futur proche22, une enquête sociolinguistique portant sur les pratiques langagières effectives, auprès d’une quarantaine de familles tunisiennes, au moyen de questionnaires écrits portant sur les thématiques suivantes : l’usage du français en famille ; à l’école ; dans les loisirs ; les situations de contact réel avec le français ; les langues pratiquées au quotidien ; l’impact du français sur la vie quotidienne des sujets de l’enquête. Le but de cette investigation est double : d’abord inscrire ce travail, entamé en 1995, dans un axe longitudinal ; ensuite mener une enquête de terrain, jusqu’ici difficilement réalisable dans le contexte en question.

Notes

1 Grandguillaume, G., Arabisation et politique linguistique au Maghreb, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose, 1983, p. 12.

2 Ibid.

3 Cette contribution est issue de notre travail de DEA, Le français en Tunisie : quel statut ? quelles fonctions ?, soutenu à l’Université de Franche-Comté (Besançon) en 1996.

4 Luthi, J.J., Viatte, A. & Zannaniri, G., Dictionnaire général de la Francophonie, Paris, Éditions Letouzey & Ané, 1986.

5 Rapport sur l’état de la francophonie dans le monde, 1993, p. 436.

6 Calvet, L.-J., La guerre des langues, Paris, Payot, 1987, p. 54.

7 Ibid., p. 53.

8 Ibid.

9 Hasson, L., « La situation linguistique au Maroc : langue(s) maternelle(s), langue officielle, langues de prestige ». Actes du Colloque de sociolinguistique Situation de diglossie, Université Paul Valéry – Montpellier III, 1981, p. 49.

10 Moatassime, A., Arabisation et langue française au Maghreb, Paris, PUF, 1992.

11 Miled, M., « Tunisie : Évolution d’une évolution », Diagonales, n° 2, 1987, p. 46-48 ; « Le français langue seconde en Tunisie : une évolution sociolinguistique et didactique spécifique », Le Français aujurd’hui, n° 156, 2007, p. 80.

12 Laroussi, F., « Glottopolitique et minoration linguistique en Tunisie », in Juillard, C. et Calvet, L.-J. (dirs), Actes du Colloque Les politiques linguistiques, mythe ou réalité, AUPEL-UREF, 1996, p. 229-235.

13 Morsly, D., « La langue étrangère : réflexion sur le statut de la langue française au Maghreb », FDLM, n° 189, 1984, p. 22-26.

14 Ibid., p. 24.

15 Miled, op. cit., 2007, p. 82 ; Naffati, H. & Queffelec, A., Le français en Tunisie, Nice, Insititut de Linguistique Française, 2004.

16 Hasson, L., op. cit., 1981, p. 50.

17 Calvet, L.-J., op. cit., 1987, p. 53.

18 Sources : les rapports (3, 4, 5, 6) sur L’État de la Francophonie dans le monde (1989, 1990, 1991, 1993).

19 Ngalasso-Mwatha, M., « Le concept de français langue seconde », Études de linguistique appliquée, n° 88, oct.-déc. 1992, p. 27-38.

20 Rapport du Haut Conseil à l’Intégration, « Renforcer la coopération avec les pays du Maghreb », Conseil de l’Europe, Commission des questions politiques, 2007, p. 41.

21 Laroussi, F., « Le bilinguisme arabe-français en Tunisie : un choix réussi », 2009, intervention disponible sur le site : http://www.ac-mayotte.fr/IMG/pdf/Interv_LAROUSSI-Tunisie.pdf

22 Les récents événements politiques en Tunisie ne nous ont pas permis de mener à bien notre enquête auprès des familles tunisiennes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35422/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Canevas du système éducatif tunisien
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35422/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Auteur

Université de Franche Comté, Besançon

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search