Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

Le français et les langues nationales en République démocratique du Congo

Sim Kilosho Kabale

Texte intégral

  • 1 Lokombe Kitete, Ndew’okongo, « Évaluation de l’enseignement du français en Afrique centrale », dans (...)

1La complexité du paysage linguistique congolais ne cesse d’attirer l’attention des linguistes et de tous ceux qui s’intéressent à la Francophonie. Avec sa superficie de 2,3 millions de km2 et environ 65 millions d’habitants, la République démocratique du Congo (RDC) est l’un des géants de l’Afrique avec le Nigeria, le Soudan, l’Égypte et l’Afrique du Sud. Linguistiquement parlant, cette ancienne colonie belge compte parmi les pays les plus multilingues de la planète. Il compte 221 langues autochtones, quatre langues nationales (le kiswahili, le lingala, le ciluba et le kikongo) et le français, langue officielle. À en croire Lokombe Kitete1, l’histoire du français en RDC est corollaire à celle de son implantation comme langue coloniale par les Belges, en 1885. Depuis la colonisation, il est dans l’enseignement la première langue véhiculaire. Au moment de l’accession du pays à l’indépendance en 1960, l’État congolais adopte la politique de l’enseignement primaire bilingue. Le français devient un instrument de la participation de la RDC à la « civilisation de l’universel ».

2Le Congo-Kinshasa constitue aujourd’hui une plaque tournante de la diffusion de la langue de Molière en Afrique subsaharienne. À titre de référence, citons ce constat repris dans le site de la diplomatie française au sujet du renforcement et de la maîtrise du français en RDC :

  • 2 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/francophonie-langue-francaise mise en ligne le (...)

Pays multiethnique et plurilingue à la confluence des mondes africains, lusophone, swahilophone, anglophone et francophone, la République Démocratique du Congo (RDC) est l’un des plus grands, voire le plus grand pays francophone au monde. Grande comme l’ex-Europe des 15, peuplée de plus de 60 millions d’habitants et située au cœur du continent africain, la RDC partage des frontières avec 9 pays (Congo-Brazzaville, République centrafricaine, Soudan, Ouganda, Rwanda, Burundi, Tanzanie, Zambie et Angola). Il n’est pas excessif de dire que le devenir de la francophonie se joue en partie dans ce pays.2

3Certes, en dépit de la multiplicité de leurs langues, les Congolais s’exprimaient tant bien que mal en français, bien avant l’accession de leur pays à l’indépendance. À notre époque, avec la mondialisation et l’avancée des nouvelles technologies de l’information, il devient intéressant d’étudier les conditions de la coexistence du français avec les langues nationales et vernaculaires.

Des chiffres à la fois prometteurs et accablants

4Les habitants d’un pays devraient s’exprimer parfaitement dans leur langue officielle. Mais tel n’est pas toujours le cas, en Afrique comme ailleurs. S’agissant de la RDC, les statistiques des vrais francophones varient selon les estimations, les motifs et les orientations des enquêtes. En s’adressant au quotidien Le Potentiel en juillet 2011, lors des préparatifs en cours du sommet de la Francophonie prévue à Kinshasa en 2012, le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, tout en avouant que l’avenir de la langue française se joue en RDC a révélé certains chiffres éloquents relatifs à la maîtrise du français dans ce pays. Selon lui :

La RDC est le plus grand pays francophone du continent. D’après les estimations de notre observatoire de la langue française, on peut considérer que près de la moitié de la population (46 %) est capable de lire et d’écrire le français […] L’avenir de la Francophonie se trouve en Afrique, qui recèlera 85 % des 750 millions de Francophones en 2050, nous pouvons dire que nous le devons pour une grande part à la Francophonie congolaise.3

  • 4 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/ op. cit.

5Ces chiffres cadrent avec les statistiques de la diplomatie française montrant que « le nombre de francophones est estimé à 15 millions de personnes mais dont 3 millions seulement maîtrisent parfaitement le français »4. Le français est la langue des élites, de l’administration, des médias et des affaires… Mais les langues congolaises se parlent partout et dans tous les domaines de la vie active.

Le français face aux langues nationales : un défi ?

  • 5 Mouvement populaire de la révolution.

6Le lingala, la langue de l’armée depuis l’époque coloniale jouit d’un statut particulier en République démocratique du Congo. La plupart des Congolais s’expriment parfaitement ou imparfaitement dans cette langue. Les fonctionnaires de l’État, les écoliers et universitaires des années 70-80 se souviennent encore de sakayonsa et des chants révolutionnaires qu’on chantait chaque matin lors des 25 minutes alors dévolues aux louanges de l’ex-parti État, le MPR5 et au « Guide de la Nation ». La plupart de ces chants étaient composés en lingala. Penser aux sornettes du genre Maman ee maman ee tika ngai nalanda Mobutu Mokonze ou Mobutu Mobutu ee ee sukisa ou encore Mokako soir totombeli Mobutu iye Mobutu na Lingomba ya MPR mokako soir… Après la rhumba congolaise, le mayeno, le soukouss machine, le kwasa-kwasa ou encore le fameux Ndombolo, même les plus profanes en lingala bredouillent quelques expressions de cette langue plus qu’ils ne le font dans d’autres parlers nationaux ou en français. Selon l’Atlas linguistique du Zaïre, quand le pays en question dénombrait 221 langues pour une population totale estimée (en 1996) à 42,2 millions d’habitants, c’est-à-dire une langue par tranche de 190000 locuteurs, le lingala était considéré comme la langue maternelle ou seconde d’environ 8,5 millions de locuteurs dans la capitale (Kinshasa) et les régions du Moyen-Congo et du Haut-Congo. Actuellement les chiffres ont probablement doublé voire triplé.

  • 6 Ricard, Alain, Le kiswahili, une langue moderne, Paris, Karthala-CREPOS, 2009.
  • 7 Zofia, Podobinska, Politesse dans les actes pragmatiques en swahili, Academic publishing House, Dia (...)

7Qu’en est-il du kiswahili ? Comme l’indique Alain Ricard dans son récent ouvrage Le kiswahili une langue moderne6, cette langue perçue initialement comme celle de marins zanzibarites et tanzaniens devient aujourd’hui une langue bantoue très importante : il gagne de plus en plus du terrain dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Est et de l’Ouest. Il est actuellement utilisé « dans le système d’enseignement, dans la presse, les livres et la littérature contemporaine ainsi que de manière générale, à la radio et à la télé »7. Il s’est enraciné dans la région des Grands Lacs depuis plus d’un siècle. C’est ainsi qu’en RDC plus de 9 millions des Congolais s’expriment en un swahili appelé kingwana. Ses locuteurs se situent surtout à l’Est, au Katanga, dans les deux Kivu (Nord et Sud), dans le Maniema, et dans le Haut-Congo. En dépit de ses variétés régionales, le kingwana facilite la communication entre les habitants de ces régions. Il leur permet aussi d’échanger librement avec leurs voisins swahiliphones de la Tanzanie, du Burundi, de l’Ouganda et du Rwanda. Dans la plupart des écoles de l’Est de la RDC, comme le stipulent les textes législatifs, les élèves de la maternelle et du niveau élémentaire (depuis la première année jusqu’en troisième) apprennent la grammaire swahili (sarufi) et les notions élémentaires en cette langue. En ville où les enseignants s’acharnent à tout dispenser en français à ce niveau, les résultats sont médiocres. Le kiswahili et les langues locales gagnent du terrain dans l’intellect des apprenants avant que l’école ne leur impose l’adoption du français. Dans ce contexte, comme on peut le deviner, l’enseignement/apprentissage du français devient, comme toutes les autres matières du programme, une gageure, « un morceau dur à croquer ».

  • 8 Aequatioria, Les langues du Congo, n° 1, 23e année, 1960.

8La situation reste la même dans les deux Kasaï où plus de 6 millions de Congolais sont cilubaphones. Les élèves s’expriment, d’abord, couramment en ciluba avant d’apprendre le français et les autres langues nationales et étrangères. D’après les historiens, cette langue dont les traces furent attestées dans la cour des Bene Kalundwe, une dynastie étant à la base de la fondation de l’empire Luba, est en constante évolution. Depuis le temps des missionnaires, les écrits foisonnent. La langue en question a d’abord servi à l’évangélisation, à la traduction de la Bible et à l’alphabétisation. Mgr De Clerc témoigne que vers 1892, date de la construction de la première école dans la région du Kasaï, même les membres d’autres ethnies parlaient le ciluba des Beena Luluwa ou des Bakwa Disho8. À notre époque, cette langue compte plusieurs publications dont des livres scolaires, des journaux, voire des œuvres littéraires de grande facture. À titre d’exemple, citons les œuvres remarquables de l’écrivain congolais Pius Ngandu Nkashama, auteur des romans Bidi ntwilu et Mulongeshi wanyi qui a remporté le Prix « Tabalayi » et des recueils de poésie Tuntuntu ntuntu (Ngandu wa Kalonji).

9Le kikongo n’est pas moins populaire dans ses aires d’expansion. C’est l’une des plus grandes langues Bantu de l’Afrique Centrale parlées dans les deux Congo et en Angola, en particulier dans les provinces du Bas-Congo et du Bandundu. Il est dit « langue de Kongo dia Ntotela, des Bena Kôngo, des descendants du Grand Ancêtre Kongo Nimi ». Selon Mangovo Ngoyo le « kikongo s’étend du Nord de la Namibie (Ovambu, Helele) jusqu’au Gabon ; tout au long de l’océan Atlantique jusqu’au Zambezi, à la rivière Kasaï, au Lac Maindombe, etc. »9.

10Il est parlé actuellement par à peu près 9,8 % de la population angolaise. Dans les écoles du Bas-Congo, les enseignements sont dispensés en kikongo dans les trois premières années du primaire. Selon certains témoignages, plusieurs parents citadins préfèrent un enseignement en français et contestent le système qu’ils jugent rétrograde. Par contre, les nationalistes considèrent que le kikongo, à l’égal des autres langues nationales, est un « grand attribut ». Selon eux, tout le monde devrait se battre pour le réhabiliter, le promouvoir, l’utiliser dans tous les domaines et assurer son rayonnement et son expansion.

11N’oublions pas qu’en dehors des langues nationales mentionnées en haut, les Congolais s’expriment dans d’autres langues locales telle que le kiboa, le kilega, le mashi, l’otetela, etc. Pour la plupart de ces locuteurs le français vient en 3e ou 4e position. Tout dépend de la région ou du territoire d’origine des apprenants. Très souvent, les élèves issus de milieux ruraux (qui sont d’ailleurs majoritaires) apprennent d’abord leur langue maternelle avant l’acquisition d’une ou de plusieurs autres langues du pays. L’enseignement/apprentissage du français ne se fait qu’à l’école. Toutefois, un certain babélisme linguistique s’installe par l’intrusion d’un bilinguisme aléatoire et/ou d’un plurilinguisme traditionnel où le français conserve son statut et ses fonctions d’une langue technique et connue de tous, au moment où les langues locales s’emploient en famille, à la cité et dans tous les secteurs de la vie quotidienne. Dans certaines régions, on observe facilement le bilinguisme du genre langue maternelle/ français ou le plurilinguisme dit traditionnel langue vernaculaire/langue nationale/français. Dans les grandes villes comme Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani… où l’on rencontre plusieurs francophones, le français se parle parallèlement avec les langues nationales. Le petit tableau qui suit illustre ce mariage à deux :

12Ici on s’intéresse au cas des élèves issus du milieu urbain où la langue nationale (LN) joue en même temps le rôle de langue maternelle (LM). Par contre, dans les zones rurales, voire dans certaines familles de la ville, le plurilinguisme résulte de l’emploi de deux ou plusieurs langues de différentes catégories. Ce mariage à trois, à quatre ou cinq ressort dans le tableau suivant :

  • 10 Lokombe, Katete, op. cit., p. 170.
  • 11 Chez les Anglo-saxon le code-switching est l’utilisation simultanée de plus d’une langue dans une c (...)

13Comme le montre Lokombe Katete, « l’intégration des langues étrangères dans une politique scolaire de promotion collective pose des problèmes sérieux »10. Référence faite au « biculturalisme », à la déperdition scolaire et aux échecs causés par la non-maîtrise de la langue d’enseignement. Alors que l’élève français ou chinois apprend les matières d’enseignement dans sa langue maternelle, le petit congolais apprend en même temps et les médiums (d’enseignement) et les matières proprement dites inscrites à son programme. Pire encore, dans plusieurs circonstances, il manque de coexistence entre la LM et la LO ou encore entre les langues des quatre catégories mentionnées en haut. Il résulte du contact des langues que plusieurs locuteurs congolais multilingues recourent consciemment ou inconsciemment au code-switching11. Ainsi, un bon swahiliphone s’exprimant en français peut parler couramment deux ou plusieurs langues du pays et se débrouiller en une langue étrangère, l’anglais, inscrit obligatoirement au programme du secondaire ou le portugais, l’allemand… Le code-switching s’illustre par la formulation des phrases comme : « Bonjour Papa, Habari gani ? Sisi tuko bien » (Bonjour Papa, comment vas-tu ? Nous allons bien) ou « Mikolo oyo. I tell you, la vie ekomi difficile. Tozali kobeta libanga » (Ces jours-ci, je t’assure, la vie devient difficile, nous nous débrouillons tant bien que mal).

Une coexistence difficile à gérer dans les quatre murs de la classe

14Comme on peut s’y attendre, le babélisme linguistique congolais cause de sérieux problèmes surtout aux professeurs de langues. Dans sa recherche basée sur l’évaluation de l’enseignement du français dans l’ex-Zaire, Lokombe avait déjà révélé dans les années 80 une incompatibilité notoire entre la réussite à l’école et la maîtrise de langue française. À partir d’analyses minutieuses, il avait constaté que sur 866 candidats inscrits aux examens d’État (Bac) au cours de l’année 1971-1972, 615 (71 %) ont obtenu leurs diplômes d’État. Parmi eux, 282 seulement avaient réussi en français tandis que les 333 autres cuisaient un échec en cette langue, surtout en dissertation. À partir de ses analyses, le professeur Lokombe ne mâche pas les mots. Il exprime sans ambages ses inquiétudes en ces termes :

  • 12 Lokombe, Katete, op. cit., p. 175.

Il y a là une grande erreur officielle : nous enseignons le français sans y croire. Cette attitude, consciente ou inconsciente est négative. Elle pourrait à elle seule, expliquer la plus grande partie de tout échec de l’enseignement du français au Zaïre. On se demande si une baisse de niveau pourrait aussi en être la conséquence.12

15En dépit de certains efforts fournis afin d’assurer un bon enseignement du français, les constats amers de Lokombe restent d’actualité, 27 ans après. Le niveau d’enseignement du français baisse graduellement. Les raisons divergent. On cite précipitamment les conséquences de deux guerres ayant ensanglanté le pays et paralysé son tissu économique. D’aucuns mentionneront le manque de motivation des enseignants, la carence de fournitures scolaires dans plusieurs écoles, la dégringolade du système éducatif du pays due à plusieurs raisons, etc. On pourrait aussi citer d’autres facteurs tels que l’incompétence de certains enseignants, la rareté des séminaires de formation ou de perfectionnement…

Les retombées du multilinguisme

  • 13 Edema, Atibakwa-Baboya, L’hindubill a-t-il été un laboratoire des particularismes lexicaux du franç (...)
  • 14 Queffélec, Ambroise, Les parlers mixtes en Afrique francophone subsaharienne, Université de Provenc (...)

16En RDC la plupart des locuteurs francophones pratiquent un français marqué par des interférences morphologiques, syntaxiques, phonologiques, etc. Tout dépend de la région d’origine des locuteurs et des langues maternelles qu’ils parlent avant l’apprentissage du français. Atibakwa-Baboya Edema qui s’est intéressé à l’hindubill issu du contact du français avec les langues parlées à Kinshasa remarque que le brassage des populations d’origines diverses donne lieu à une « mixité linguistique »13. Parfois, les Kinois francisent les termes lingala ou ceux issus d’autres langues, parfois ils formulent des phrases hybrides contenant des expressions françaises et des vocables puisés dans les langues nationales et/ou étrangères. Ainsi par exemple, le verbe kodayer « mourir », fréquemment utilisé à Kinshasa, est un composite unissant le préfixe verbal bantou ko-, ku-, la racine anglaise (to) die et le suffixe -er servant à former des verbes en français14.

17Pour sa part, Atibakwa Edema constitue un petit lexique comprenant quelques expressions souvent usitées par les jeunes kinois et les étudiants, à l’écrit comme à l’oral. Il cite les expressions telles que :

Kodier v.i. s’en aller, partir ; kokobard s. : grand parent ; Phaseur s. : signifiant les enfants de la rue ou délinquant qui passe la nuit à la belle étoile ; Prix mangondo loc. nom : prix très bas. Il s’agit très souvent des produits de larcin ; Salle de méditation loc. nom : prison ; Tournoi terre à terre s. : viol collectif ; twabiska s. shérif s. 1. vieux, père, caïd, chef de bandes ; Zed s. Zaïrois ; article quinze (15) loc. nom. : Débrouillardise.

  • 15 Nteranya, Mondo, Adaptation sémantique des emprunts français en mashi, mémoire de DES, Université d (...)
  • 16 Barishi, Luhiriri, La problématique du multilinguisme à Bukavu, Mémoire de DES, présenté et soutenu (...)
  • 17 Bashi, M., Réflexions préliminaires à la rédaction d’un dictionnaire bilingue mashi-français, thèse (...)
  • 18 Barishi, Luhiriri, op. cit., p. 6.

18À l’est de la RDC où la plupart des jeunes s’expriment en kiswahili, les hybridations lexicales et syntaxiques sont faites de la création de mots à partir des codes mixtes swahili-français ou vice-versa, mashi-français, lega-français, etc. Plusieurs recherches orientées dans le domaine sociolinguistique de la ville de Bukavu montrent que les jeunes Congolais de l’Est s’expriment rarement en français correct. Leur parler est affecté des expressions tirées des langues locales, de l’hindubill et parfois d’un mélange franglais. Parmi les travaux plus récents, nous pouvons citer les mémoires de Nteranya15 et de Barishi16 ainsi que la thèse de doctorat de Bashi17. Barishi qui oriente son travail dans la didactique des langues constate qu’à Bukavu, six langues majeures cohabitent avec le français et se disputent avec lui le monopole linguistique. Il cite le mashi, le kilega, le kivira, le kihavu, le kibembe et le kifuliru18. Comme on peut s’y attendre, cette cohabitation donne lieu à des expressions insolites très usitées dans le parler quotidien des Bukaviens, voire dans les copies des étudiants. En voici quelques exemples répertoriés par Barishi :

La nourrituture veut être prête* expression due à l’influence du Kihavu (Ebiryo byama bwira byahya) ; La honte me prend* (traduction littérale de l’expression mashi « Ensonyi zamangwata ») ; Je vais vous demander une question* (traduction du pléonasme swahili « Nitakuuliza swali » ou du mashi « Nakudosa idoso ») ; Le dahoulage* terme de mashi : prendre du feu chez le voisin mais signifiant actuellement en français actualisé à Bukavu « s’approvisionner illégalement en électricité » ; Pémbeniser* : mettre de côté (issu du swahili « kuweka pembeni ou kando »).

19Les enquêtes menées dans chaque région pourraient enrichir l’éventail des particularités linguistiques congolaises par des milliers d’exemples issus du contact du français avec les langues de la RDC. Limitons-nous à cet exemple tiré de Notre Librairie illustrant chez les Congolais la volonté de traduire « une langue populaire à l’inventivité et au dynamisme étonnants ». Il s’agit d’un extrait de Lettres d’un Kinois à l’Oncle du village : Zaïre, année 90 cité dans l’article de Paul Tête Wersey « Du bon usage des congolismes » :

  • 19 Tete Wersay, Paul, « Du bon usage des congolismes », dans Notre librairie, Langue langages, Inventi (...)

Ici tout le monde est « casseur de pierres ». Ah ! Je vois la tête : ce sont là des mots que tu ne comprendras pas… j’ai appris des mots nouveaux, des mots de passe, mais je ne suis pas sûr d’en avoir saisi le sens totalement. Tiens par exemple : « coopérer », « bureau », « Mario », « Conjoncture », « assainissement », « commissionnaire », « dinosaure », « nkolobudjet », « grande puissance », « khadafi », « petit poussin », « débat alimentaire », « sensibilité politique », « partiecratie » et j’en passe.19

  • 20 Kadima-Nzuji, Mukala, « Congo : La langue au cœur de la crise de l’enseignement », Jeune Afrique(...)

20Dans l’enseignement plusieurs incongruités de ces genres et d’autres encore se signalent. Comme le signale Mukala Kadima-Nzuji dans un article de Jeune Afrique20 d’aucuns estiment que la cause principale en est l’inadéquation des programmes d’enseignement avec les aspirations de celle-ci. D’après lui, l’une des causes principales serait liée à la conception des manuels scolaires :

Le français du maître et de l’élève n’est pas toujours celui du manuel. Lorsque les livres de français en usage dans nos écoles sont élaborés sous d’autres cieux, ils s’efforcent de proposer un choix de textes dans une langue standard, voire soutenue. En revanche, lorsqu’ils sont rédigés et produits localement, ils tendent à gommer la ligne de démarcation entre le français tel qu’il devrait se parler et un dialecte mâtiné d’africanismes. Il en résulte que l’élève se trouve confronté à une double difficulté : il doit apprendre une matière nouvelle dans une langue approximative. Une fois qu’il aura assimilé les maladresses de ce langage, il va les reproduire et les transmettre à son tour.

  • 21 Ibid.

21Une autre incongruité selon Mukala Kadima-Nzuji est la tendance des étudiants à s’expliquer en langues maternelles ou nationales les cours appris en français. Il raconte qu’il lui arrivait souvent de « surprendre des étudiants de la faculté de lettres de l’Université de Kinshasa en train de commenter un cours de philosophie en lingala. Pourquoi préféraient-ils réviser leurs leçons en lingala plutôt qu’en français ? Ils estimaient qu’ils comprenaient mieux ainsi »21.

22En RDC le contact du français avec les langues nationales ainsi que les hybridations qui en découlent sont inévitables. Cependant, ces écarts par rapport à la norme de la langue française suscitent des interrogations. Alors que les esprits tolérants saluent la coexistence labellisée « congolismes » ou « français à la sauce africaine », les puristes et les formateurs de langues diront que « le ver est dans le fruit et il est temps de l’enlever ». Certes, il est encore temps de faire le mieux possible afin d’empêcher le pire. À l’égal d’Arsène Darmester qui s’intéressait à la vie des mots, Claude Hagège qui s’interroge sur la vie et la mort des langues lance le cri d’alarme en ces termes :

  • 22 Hagège, Claude, Halte à la mort des langues, Paris, Odile Jacob, 2000, couverture.

Comme les civilisations, les langues sont mortelles, et le gouffre de l’histoire est assez grand pour toutes, Pourtant, la mort des langues a quelque chose de tout à fait insolite, et d’exaltant quand nous nous en avisons : les langues sont capables de résurrection ! Mais hélas la vigilance s’impose, faute de quoi toutes sont menacées, y compris le français.22

  • 23 Matabishi, N., « La place du français à l’Est de la République démocratique du Congo », in XIIe Con (...)
  • 24 Nyembwe Ntita, André, Le Français en République démocratique du Congo : État des lieux, www.unice.f (...)
  • 25 Kasoro Tumbwe, Romain, Position de l’anglais en République démocratique du Congo. Diversité Langues (...)

23Plus récemment, quand certains enseignants comme Matabishi23 s’inquiètent au sujet de la menace du français par l’anglais à l’est de la RDC, « l’anglais gagne davantage du terrain car il est considéré par la plupart comme une langue génératrice d’emplois dans des organismes internationaux » ; Nyembwe n’en est pas convaincu : « Non, le français n’est pas en danger en République démocratique du Congo. »24 Il avance même sept raisons soutenant son hypothèse. Parmi elles, citons la situation privilégiée du français en RDC et sur le plan international, son acquisition préscolaire en famille et l’amour de cette langue qu’expriment les personnes qu’il a interviewées. Et pourtant, d’autres recherches contestent ledit amour. Prenons le cas de Romain Kasoro Tumbwe qui a conduit une étude basée sur le fameux test de la pilule. Il atteste que « l’anglais est l’objet d’un grand engouement, pour des raisons économiques, politiques, idéologiques, culturelles (en particulier pour ce qui concerne le domaine scientifique et technologique), communicationnelles, etc. De la comparaison entre français et anglais, ce dernier sort souvent avec une meilleure image »25. Nul n’ignore que le blason de l’anglophonie s’est redoré en RDC avec l’arrivée de la MONUC et des organismes internationaux qui offrent de l’emploi prioritairement aux locuteurs anglophones ou aux personnes capables de s’exprimer même en anglais élémentaire.

  • 26 Ngalasso-Mwatha, Musanji, in Pierre Dumont, La Francophonie par les textes, Troisième partie : la f (...)

24La superposition du français aux langues congolaises ne mérite pas moins une attention particulière. Ngalasso-Mwatha26 qui s’intéresse à cette coexistence difficile à gérer souligne l’importance de la mise sur pied d’un aménagement et d’une politique linguistique bien suivis afin d’assurer un brassage cohérent entre les langues africaines et le français. En dépit de certaines critiques formulées à son égard, la réalité du terrain montre que sans planification linguistique adéquate, la RDC continuera à compter une minorité des Francophones (par rapport à sa grande population). La diplomatie française en est déjà consciente. Raison pour laquelle ces derniers temps, les alliances franco-congolaises sont rénovées et alimentées en documentation, après une dizaine d’années d’abandon. Afin d’assurer la promotion de la langue française, le gouvernement français multiplie des initiatives concrètes. Citons la création du projet SEZAME à l’institut supérieur pédagogue de Bukavu, l’implantation de la Maison des savoirs à Kinshasa et d’autres projets durables de ce genre.

  • 27 Hagège, op. cit., p. 366.

25Certes, il serait utopique de croire que la survie du français se ferait par la grâce divine, c’est-à-dire sans efforts préalables des gouvernements congolais et français. L’heure est à la lutte. La compétition est forte et comme ne cesse de marteler Hagège, « toute promotion du français est d’abord une affaire éminemment politique. Chacun sait, y compris ceux qui s’en gaussent ou s’évertuent à la vilipender, que la défense de l’exception culturelle par les acteurs de la politique française n’est pas une petite guerre d’opérettes. En défendant la culture, c’est-à-dire la vie, le français défend sa vie »27.

En guise de conclusion

26La coexistence du français avec les langues nationales et l’anglais est indispensable. Toutefois, sa gestion mérite une attention soutenue et un investissement durable. Le temps des beaux discours est révolu. Le pragmatisme et le dynamisme s’imposent en RDC pour que le français submerge et cohabite avec les langues nationales ainsi que l’anglais qui prend petit à petit des ailes dans ce pays francophone. Or, comme partout ailleurs, une telle cohabitation ne se réalise que par la conjugaison des efforts de tous les acteurs concernés par promotion et la défense de la langue en question. Songeons aux décideurs, aux professeurs et formateurs de tous les niveaux.

Notes

1 Lokombe Kitete, Ndew’okongo, « Évaluation de l’enseignement du français en Afrique centrale », dans Tiers monde, 1984, vol. 25, n° 97, p. 169.

2 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/francophonie-langue-francaise mise en ligne le 17 juin 2010.

3 Interview d’Abdou Diouf, cf. Le Potentiel du 5 juillet 2011, http://www.congoforum.be/fr/interviewsdetail.asp

4 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/ op. cit.

5 Mouvement populaire de la révolution.

6 Ricard, Alain, Le kiswahili, une langue moderne, Paris, Karthala-CREPOS, 2009.

7 Zofia, Podobinska, Politesse dans les actes pragmatiques en swahili, Academic publishing House, Dialog Warszawa, 2001, p. 46.

8 Aequatioria, Les langues du Congo, n° 1, 23e année, 1960.

9 Mangovo Ngoyo http://www.africafederation.net/Kongo_BDK. htm

10 Lokombe, Katete, op. cit., p. 170.

11 Chez les Anglo-saxon le code-switching est l’utilisation simultanée de plus d’une langue dans une conversation. C’est l’utilisation de plus d’une variété linguistique d’une manière compatible avec la syntaxe et la phonologie de chaque variété.

12 Lokombe, Katete, op. cit., p. 175.

13 Edema, Atibakwa-Baboya, L’hindubill a-t-il été un laboratoire des particularismes lexicaux du français de kinshasa, CELTA-Kinshasa /LLACAN-Villejuif. Source : http://www.unice.fr/ILF-CNRS/ofcaf/21/Edema.pdf, p. 1.

14 Queffélec, Ambroise, Les parlers mixtes en Afrique francophone subsaharienne, Université de Provence et UMR 6039.

15 Nteranya, Mondo, Adaptation sémantique des emprunts français en mashi, mémoire de DES, Université de Lubumbashi, 2006.

16 Barishi, Luhiriri, La problématique du multilinguisme à Bukavu, Mémoire de DES, présenté et soutenu à l’Université officielle de Bukavu en 2008.

17 Bashi, M., Réflexions préliminaires à la rédaction d’un dictionnaire bilingue mashi-français, thèse de doctorat, Lille 3, juillet 2008.

18 Barishi, Luhiriri, op. cit., p. 6.

19 Tete Wersay, Paul, « Du bon usage des congolismes », dans Notre librairie, Langue langages, Invention n° 159, juillet-septembre 2005, p. 78-83, p. 78.

20 Kadima-Nzuji, Mukala, « Congo : La langue au cœur de la crise de l’enseignement », Jeune Afrique n° 2654 du 20 au 26 nov. 2011.

21 Ibid.

22 Hagège, Claude, Halte à la mort des langues, Paris, Odile Jacob, 2000, couverture.

23 Matabishi, N., « La place du français à l’Est de la République démocratique du Congo », in XIIe Congrès mondial de la FIPF, Québec, 2008, p. 111.

24 Nyembwe Ntita, André, Le Français en République démocratique du Congo : État des lieux, www.unice.fr/.../Nyembwe, page 16.

25 Kasoro Tumbwe, Romain, Position de l’anglais en République démocratique du Congo. Diversité Langues, 1999. En ligne. Vol. IV. Disponible à http://www.teluq.uquebec.ca/diverscite

26 Ngalasso-Mwatha, Musanji, in Pierre Dumont, La Francophonie par les textes, Troisième partie : la francophonie africaine. Texte n° 24, EDICEF-AUPELF, 1992, p. 163.

27 Hagège, op. cit., p. 366.

Auteur

Université Kenyatta, Nairobi, Kenya

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search