Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

Langue française en milieu plurilingue congolais : structure et variation

Julien Kilanga Musinde

Texte intégral

1La nature du français en République démocratique du Congo est fonction de ses contacts avec les autres langues entraînant un impact réel sur sa structure. Dans ce mouvement de contacts et d’échanges, les structures nouvelles se superposent sur les anciennes, compliquant l’orientation des vecteurs finaux qui façonnent les dialogues entre les langues. Le français qui constitue l’outil de travail et de communication des congolais francophones, dans cet environnement plurilingue, est l’objet de contacts avec d’autres langues provoquant ainsi sa diversification. Diversité des langues mais aussi diversité du français, car le français sous l’influence de son environnement multilingue risque d’éclater en plusieurs variétés discontinues entre elles dont quelques-unes sont en relation de continuité avec des formes d’expression du milieu qui les utilise, soit un ensemble continu de parlers dont la variabilité dépend de la compétence du locuteur. Tout ceci permet donc de percevoir tant au niveau de l’individu qu’au niveau d’une communauté linguistique donnée l’impact des contacts des langues et les manifestations de la conscience plurilingue sur la structure interne de la langue. Le portrait de la langue française en contact avec les autres langues en présence porte souvent les marques de cette réalité.

La République démocratique du Congo : un cas d’illustration

  • 1 Kilanga, M. et Bwanga, N., « Quelques réflexions sur la situation de la langue française au Zaïre » (...)
  • 2 Sesep, N., « Le français Zaïrois : système et variation », Linguistique et sciences humaines, n° 26 (...)

2Nous pouvons l’illustrer par l’exemple des études réalisées sur le français en contact avec les autres langues locales en milieu plurilingue congolais1. La République démocratique du Congo est un pays multilingue dont la situation sociolinguistique présente trois niveaux : au premier niveau se situe la langue française connue comme langue officielle, langue de l’enseignement, langue de l’administration et de communication internationale ; viennent ensuite les quatre langues nationales réparties dans quatre aires linguistiques (le lingala, le kiswahili, le ciluba et le kikongo). Au bas de l’échelle, nous trouvons les langues ethniques pratiquées dans les milieux ruraux et dans certaines parties des milieux urbains. C’est dans ce contexte plurilingue que le français évolue. Selon que le mode d’introduction du français relève de l’importation ou de la superposition, sa nature change. Les études menées en République démocratique du Congo vers les années soixante visaient à analyser le français au Congo comme une langue transplantée dans une sorte de tabula rasa linguistique où l’on voulait l’identifier à la langue parlée dans la métropole. Mais vers les années soixante-dix, on a commencé à tenir compte des réalités locales influant sur la nature de la langue française parlée et écrite dans le milieu. Vers les années quatre-vingts, les recherches visaient à étudier le français actualisé au Congo dans le sens d’une variété autonome distincte des autres français parlés dans d’autres espaces géographiques africains. Le français congolais, comme l’a écrit Sesep2 n’est pas réductible au seul français scolaire. Il consiste en une panoplie de variétés centrées sur la variété scolaire et variable selon les catégories socioprofessionnelles en présence.

  • 3 Mahmoudian, M., « Structure linguistique : problèmes de la constance et de la variation », La lingu (...)
  • 4 Kilanga, M., « Prolégomènes à une étude linguistique du français zaïrois. Quelques questions de mét (...)
  • 5 Nous avons dirigé plus de deux cents mémoires et plus de dix thèses dans le cadre de cette recherch (...)
  • 6 On peut se reporter utilement aux études suivantes : Bavoux, Claude, Le français des dictionnaires. (...)

3L’analyse du français des élèves sur les plans phonétique, morphosyntaxique et lexico-sémantique, comparée à celle du français standard, a montré l’existence effective des différences entre le français des élèves et le français standard à ces trois niveaux. Ces différences sont-elles de simples déviations susceptibles d’être corrigées ou des indices de la formation d’une variété autonome ? « C’est en terme de valeur fréquence/intégration que les éléments peuvent être hiérarchisés sur la dimension intrinsèque, où deux pôles sont à distinguer : généralité ou zone de rigueur et restriction ou zone de laxité. »3 Les études ont montré que les différences phonétiques, morphosyntaxiques et lexico-sémantiques facilement corrigibles relevaient de la zone de laxité tandis que les différences lexico-sémantiques non corrigibles senties comme telles par les locuteurs faisaient partie de la zone de rigueur qui est la manifestation de la formation d’une variété autonome. Faut-il croire à la formation d’une variété autonome du français à partir de la confirmation des différences lexicales quand on pense que le lexique, c’est l’élément de la langue à la fois le plus intégré et le plus migrateur4 ? La présence de ces différences lexicales solidement intégrées dans le milieu scolaire, caractérisé par la résistance à toute différenciation, a poussé à poursuivre cette recherche dans d’autres milieux socioprofessionnels. Les travaux5 réalisés dans ce cadre ont montré que les variétés du français observables selon les catégories sociales en présence et par rapport aux langues nationales étaient caractérisées par une relative diversification par rapport à la norme. Elles sont la réalisation de plusieurs systèmes différents et non une homogénéité structurée. Chaque variété délimitée constitue elle-même une diversité de parlers variables selon les utilisateurs. Il s’agit au contraire d’une série d’approximations résultant d’une restructuration des structures du français sur le modèle des langues nationales ou connues des usagers. Au total, l’ensemble des variétés du français de ce milieu s’insère dans un continuum dont les pôles sont représentés d’un côté par des variétés qui s’identifient ou tout au moins se rapprochent du français normatif ; de l’autre par celles qui se rapprochent des langues nationales ou s’identifient à celles-ci. Entre ces deux parlers se situe un ensemble de parlers considérés comme des variétés régionales dont les caractéristiques linguistiques relèvent aussi bien de la première que de la deuxième variété. Bref, le français, suite aux contacts avec les autres langues finit par se fragmenter en plusieurs variétés. Mais loin d’être une base de fragilité de la langue commune des pays francophones, cette fragmentation peut être harmonisée, par un effort consistant à dégager et à légitimer les usages linguistiques nationaux et régionaux en vue d’un traitement lexicographique et des applications offrant une meilleure garantie à une solidarité mieux assumée et aussi une assurance pour le français dans le monde. Ainsi, le français actualisé dans cet espace plurilingue, à l’instar des autres langues du milieu, connaît une diversification géographique. À base des langues nationales selon la zone géographique où elles sont parlées (Swahili, lingala, ciluba et kikongo), les indicateurs de chaque variété relèvent en particulier de l’interférence des systèmes linguistiques en présence et sont identifiables dans les limites géographiques coïncidant avec les frontières des langues utilisées par les différents groupes d’usagers mis en jeu. À l’intérieur de chaque variété, l’on observe, en fonction des locuteurs en présence, une variation sociale du français en plusieurs lectes qu’on peut ramener à trois niveaux : français acrolectal qui est le parler des lettrés comportant éventuellement quelques particularités locales et des registres diversifiés, le français mésolectal, parler des lettrés moyens marqué par un taux fort élevé de particularités locales, et le français basilectal, usage circonstanciel et ritualisé d’une variété pidginisée du français se rapprochant des langues congolaises. La particularisation du français actualisé dans ce contexte procède aussi, du point de vue génétique de l’action, d’autres principaux mécanismes comme l’emprunt fait aux langues nationales ou étrangères pratiquées dans ce pays ou dans les pays limitrophes, les calques du substrat linguistique et le métissage des langues. Une telle étude pourrait être menée dans les autres espaces plurilingues africains pour réaliser les effets des rapports entre les langues africaines et le français6. C’est en ayant conscience de toutes ces réalités qu’on finit par se poser la question sur la nature du français à enseigner dans un contexte plurilingue au regard de la diversification dont il est l’objet. Il en est de même des stratégies et des outils didactiques à mettre en place pour l’enseignement des langues dans ce contexte comme le souligne le rapport général des États généraux de l’enseignement du français en Afrique francophone :

  • 7 Dumont, P., Rapport de synthèse des États généraux de l’enseignement du français en Afrique subsaha (...)

Parmi les principales questions posées émerge celle de la nature et de la qualité du français à enseigner en Afrique. Les bilans minutieux et parfaitement convergents auxquels se sont livrés tous les observateurs et acteurs de terrain présents à Libreville font apparaître un certain nombre de questions préalables qui doivent aujourd’hui être pris en compte […].7

4En effet, tout enseignement ne doit-il pas partir de ce qui est acquis ? L’enseignement ne part-il pas de l’idée que l’élève n’est pas une tabula rasa linguistique et qu’il a des acquis linguistiques, une maîtrise de la structure de base de ses langues. Tenant compte de la variabilité inhérente à toute structure linguistique, l’enseignant conçoit les acquis linguistiques comme susceptibles de varier suivant les origines géographiques et l’appartenance sociale d’un apprenant. L’illustration faite du cas du français en République démocratique du Congo pouvait bien s’étendre sur les autres espaces.

5En conclusion, notre communication a voulu faire ressortir que le français actualisé en République démocratique du Congo, suite à l’influence de l’environnement plurilingue, n’est plus réductible au seul français scolaire. Il consiste en un ensemble de variétés variables selon les catégories socioprofessionnelles en présence. Les différences constatées dans le français des élèves par rapport au français standard sont le reflet d’un début de formation d’une variété autonome propre à ce contexte scolaire qui, paradoxalement, est un lieu résistant à toute diversification linguistique. Le prolongement de la réflexion sur le français des autres catégories socioprofessionnelles a débouché sur le portrait du français qui se situe dans les limites de deux pôles : l’un proche des langues locales de ce contexte plurilingue et l’autre se rapprochant du français standard. Cette situation, fruit de l’environnement plurilingue dans lequel évolue la langue française en République démocratique du Congo soulève d’autres questions importantes comme celle relatives à la nature de la langue française à enseigner et les stratégies didactiques à mettre en œuvre dans ce contexte.

Notes

1 Kilanga, M. et Bwanga, N., « Quelques réflexions sur la situation de la langue française au Zaïre », Africanistique, n° 16, Lubumbashi, CELTA, 1988, p. 47 ; Kilanga Musinde, Julien, Langue française en Francophonie. Pratiques et réflexions, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Le français et la littérature de langue française en milieu plurilingue congolais. Structure et méthodologie d’enseignement, Paris, L’Harmattan, 2009 ; « Prolégomènes à une étude linguistique du français zaïrois. Quelques questions de méthodes », Linguistique et sciences humaines, n° 26, Lubumbashi, CELTA, 1986

2 Sesep, N., « Le français Zaïrois : système et variation », Linguistique et sciences humaines, n° 26, Lubumbashi, CELTA, 1986.

3 Mahmoudian, M., « Structure linguistique : problèmes de la constance et de la variation », La linguistique, vol. 6, fasc. 1, 1980, p. 24.

4 Kilanga, M., « Prolégomènes à une étude linguistique du français zaïrois. Quelques questions de méthodes », art. cit., p. 57.

5 Nous avons dirigé plus de deux cents mémoires et plus de dix thèses dans le cadre de cette recherche.

6 On peut se reporter utilement aux études suivantes : Bavoux, Claude, Le français des dictionnaires. L’autre versant de la lexicologie française, Bruxelles, de Boeck et Duculot, 2008, p. 175-257 ; Kube, Sabine, La Francophonie en Côte d’Ivoire, Paris, AIF-L’Harmattan ; les travaux publiés dans la revue le Français d’Afrique dirigée par Ambroise Queffelec de l’Université de Provence ; pour le français du Cameroun, du Congo, Djibouti, voir les thèses de Gérard Marie Noumsi, d’Omer Massoumou, d’Abdourahman Houssein Djama.

7 Dumont, P., Rapport de synthèse des États généraux de l’enseignement du français en Afrique subsaharienne francophone, Libreville, 17-20 mars 2003.

Auteur

Université d’Angers, France

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search