Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

Le français en Mauritanie : statuts et pratiques

Mohamed Vall Ould Cheikh

Texte intégral

1Pays à cheval entre l’Afrique septentrionale et l’Afrique subsaharienne, la Mauritanie est une terre de brassage entre des peuples différents aux origines diverses : Arabo-Berbères, Hallpularens, Soninkés et Wolofs. Chacune de ces communautés se distingue par sa langue et sa culture.

2À l’instar des autres territoires de l’Afrique occidentale française, de l’Afrique équatoriale française et l’Afrique du Nord jadis colonisés par la France, la Mauritanie a hérité d’une situation où le français jouissait d’un immense privilège : langue quasi-exclusive de la scolarisation et de l’ascension sociale.

3Au lendemain de l’indépendance nationale en 1960, les pouvoirs publics ont entrepris un train de mesures en vue du renversement de cette tendance. Il a fallu attendre l’année 1967 pour assister à l’introduction de la première réforme éducative du pays, plaçant théoriquement l’arabe sur le même pied d’égalité que le français.

4Depuis cette date, le statut du français n’a cessé de subir des changements en faveur de l’arabe. Alors qu’il était naguère langue officielle, aux côtés de l’arabe, le statut du français est actuellement assez flou sur le plan institutionnel, surtout depuis que la dernière constitution du pays et les lois organiques qui l’ont suivie, sont restées muettes à son sujet.

5Cependant, il n’en demeure pas moins que si, en théorie, la loi a consacré l’arabe langue officielle unique, force est de constater que dans la pratique, le français reste solidement implanté au niveau du système éducatif ainsi que dans de nombreuses sphères de l’administration publique et dans le secteur privé.

6En effet, le français est presque présent dans tous les domaines de la vie nationale : administration, presse, commerce, publicité, rue, etc. Coexistant avec l’arabe et les autres langues nationales, il joue parfois dans certaines situations le rôle de langue véhiculaire. Mais c’est en abordant son statut et son usage dans la vie quotidienne des Mauritaniens que nous parviendrons à cerner la place qu’il occupe effectivement sur l’échiquier linguistique de notre pays.

7Partant de ce constat, nous essaierons dans cet article de décrire l’environnement francophone en Mauritanie, à travers deux axes principaux : la situation du français en milieu scolaire et les pratiques du français en milieu extra-scolaire.

8Nous espérons par ce travail contribuer à éclairer le lecteur sur l’usage du français en Mauritanie et à dégager des pistes de réflexion qui permettront de donner à cette langue la place qui lui revient au milieu des autres langues, dans le cadre d’une politique linguistique consensuelle et efficace, à venir.

Le français sur le plan scolaire

La suprématie du français

9Durant la période coloniale et au lendemain de l’indépendance, le problème fondamental qui s’est posé est celui des rapports entre la langue arabe et la langue française.

10En effet, pour vaincre la résistance culturelle des Mauritaniens particulièrement les Maures face à l’enseignement du français, les autorités coloniales durent transposer le modèle des médersas importé d’Algérie. Dans ce cadre, quatre médersas furent créées pour véhiculer un enseignement arabo-musulman où le français était facultatif dans certaines d’entre elles. Mais au fur et à mesure de la progression de la conquête coloniale, ces médersas cédèrent la place aux écoles dites de village ou de campement où l’enseignement était, hormis quelques heures d’arabe, intégralement en français.

11D’abord, il était l’unique langue officielle pendant toute la période coloniale. Tous les actes administratifs et juridiques étaient rédigés en français : pièces d’état-civil, cartes d’impôt, titres fonciers, audiences des tribunaux (avec la présence d’un interprète), convocations, etc. Paradoxalement, peu de gens parmi la population comprenaient cette langue. C’était aussi la langue de l’instruction : quiconque ignorait cette langue était considéré comme analphabète, même si par ailleurs, il était érudit en arabe : les inscriptions sur les cartes d’identité datant de cette époque en sont un parfait exemple. Francis de Chassey rapporte que,

  • 1 De Chassey, Francis, Mauritanie (1900-1975), Paris, Anthropos, 1977.

jusque vers la fin de 1945, la majorité des cadres autochtones de la colonisation sont originaires du Fleuve : instituteurs, ‘agents spéciaux’ (comptables, infirmiers, secrétaires d’administration, commis expéditionnaires, etc. Les Maures de bonne famille formés dans les médersas sont chefs ou secrétaires de chefs et surtout interprètes du cadre local. Avec l’indépendance, les Maures, de culture arabe qui constituent la majorité de la population, écartés des postes de la fonction publique (à part l’enseignement), se sentirent frustrés et réclamèrent avec insistance la réhabilitation de la langue arabe.1

12Avec l’avènement de l’indépendance nationale, particulièrement durant les cinq premières années de la vie du jeune État, le statut du français n’a fondamentalement pas changé.

13Au niveau du système éducatif, le français se taillait la part du lion par rapport à l’arabe, qui dans les faits est considéré comme langue étrangère : horaire réduit, absence de livres, enseignants non formés venant directement des écoles traditionnelles, mal payés et souvent objet de railleries de la part des élèves. Les cours d’arabe, à supposer qu’ ils n’étaient pas « séchés » par les élèves, ressemblaient plus à des scènes de théâtre qu’à des séances d’apprentissage.

14Au lycée de Nouakchott, l’arabe était sur le même pied d’égalité que le grec et le latin et à l’examen du Bac, on distribuait des dictionnaires, comme s’il s’agissait d’une langue morte.

15Quant à la langue française, pendant ce temps, elle jouait les beaux rôles de langue de travail et de langue d’enseignement. Tous les documents officiels (constitution, journal officiel, décrets, arrêtés, etc.) étaient rédigés dans cette langue, même s’ils ne touchaient qu’une infime minorité. Aussi, le français était enseigné comme dans la métropole : les mêmes manuels scolaires, programmes et méthodes. Jusqu’en 1974, le Bac était préparé à partir de l’Université de Dakar et l’inspecteur d’Académie était français.

Le bilinguisme franco-arabe

16Mais cette suprématie de la langue française au détriment des langues nationales, notamment l’arabe, était mal perçue par la majorité arabophone de la population ; en revanche, l’élite noire nourrissait des appréhensions vis-à-vis de l’arabe dont elle n’est pas la langue maternelle. De là est née la querelle linguistique, appelée communément « la question nationale » et qui est à l’origine d’événements douloureux entre les communautés, particulièrement du monde scolaire. Jusqu’à présent, ce problème reste posé et refait surface de façon ponctuelle.

17À cet effet, la sortie du décret d’application rendant obligatoire l’enseignement de l’arabe dans le secondaire à partir de la rentrée d’octobre 1965, a suscité de vives réactions dans les milieux négro-mauritaniens. C’est ainsi qu’au début de l’année 1966, un tract connu sous le nom du Manifeste des 19 fut lancé dans la capitale et les principales villes du pays dénonçant cette mesure. Une tension régnait dans les établissements scolaires qui culmina le 6 février de la même année avec des affrontements meurtriers opposant les deux communautés maure et noire. Ce qu’on appelle pudiquement les événements de 1966, va marquer le point de départ de la querelle linguistique et sonnera le glas du français. Désormais le pays entrera dans la spirale des réformes.

18Ainsi, en moins de dix ans, le système éducatif connaîtra trois réformes au moins, toujours décidées à l’occasion de la tenue d’un congrès du Parti du Peuple Mauritanien (PPM), parti unique, au pouvoir à l’époque. À la suite des événements de 1966, un congrès du parti a été convoqué au mois de juin à Aioun-el Atrouss, ville située à l’est du pays, qui a adopté le principe du bilinguisme franco-arabe dans le système scolaire mauritanien. Le président de la République, secrétaire général du parti, Moktar Ould Daddah, justifie dans son intervention devant les congressistes cette décision :

  • 2 Ould Daddah, Moktar, Intervention du 18.7.1966 au congrès d’Aîoun-El Atrouss, Nouakchott, Arch. Nat (...)

Le bilinguisme apparaît comme le seul instrument d’une réalisation de la culture nationale nouvelle […] le bilinguisme, plaçant peu à peu sur un pied d’égalité l’arabe et le français est une option fondamentale qui concerne chaque citoyen mauritanien […] le bilinguisme nous permettra tout en revalorisant notre patrimoine culturel et moral, d’acquérir une culture scientifique et technique indispensable dans le domaine moderne.2

19Une commission culturelle a été désignée à cet effet et a été chargée de trouver dans un délai de six mois « les solutions les plus équitables et les plus efficaces aux problèmes du bilinguisme tels qu’ils se posent à notre pays ». Dans son rapport final retraçant l’historique de l’arabe et du français, elle s’emploie à donner les raisons qui militent en faveur de cette option ; on peut y lire :

  • 3 Rapport final de la commission des affaires culturelles, congrès d’Aîoun, Nouakchott, Arch. Nat., d (...)

[…] La commission s’est posée le problème suivant : la nécessité d’un enseignement bilingue s’impose-t-elle en Mauritanie ? La réponse est oui, politiquement, parce que toute autre solution créerait des incompréhensions et des malentendus qui risqueraient d’engendrer un malaise de caractère social. Oui, historiquement, parce qu’avant la colonisation, l’arabe a servi de véhicule de pensée aux autochtones. Si la communauté arabo-berbère a été totalement arabisée, la communauté noire a subi fortement la civilisation islamo-arabe. Les érudits noirs étaient arabophones et l’Almamy du Fouta était en particulier choisi en fonction de son érudition et de sa culture islamique. Oui, pratiquement, parce que la possession de deux instruments de communication est un atout dont on ne devrait pas se priver. Au demeurant, il a fallu nécessairement au lendemain de l’indépendance retenir la langue arabe et la langue française comme deux langues d’adoption, le pays n’ayant eu avant l’introduction de ces deux langues que des langues vernaculaires à caractère régional : le berbère, le pulaar, le sarakollé et le wolof.3

20On remarque donc chez les responsables politiques la volonté d’un retour aux sources par la réhabilitation de la langue arabe et l’attachement au français. Dans l’étape actuelle de l’histoire du pays, le bilinguisme paraît être aux yeux des dirigeants, la seule voie possible. Des commissions « spécialisées » vont alors se mettre au travail afin de faire passer les résolutions du congrès d’Aîoun dans une réforme de l’enseignement. Mais celle-ci ne sera appliquée qu’à partir de 1967 et avec elle le pays connaît ainsi la première réforme de son système éducatif. À l’occasion du septième anniversaire de l’indépendance nationale, le chef de l’État, dans son rapport sur l’état de la Nation, réaffirme l’option irréversible du bilinguisme :

  • 4 Ould Daddah, Moktar, Rapport sur l’état de la Nation le 28.11.67, Nouakchott, Arch. Nat., dossier n (...)

Dans le domaine de l’enseignement primaire, nous sommes à l’aube de la plus importante réforme intervenue dans notre système éducatif depuis l’indépendance. Cette réforme décidée par le BPN (Bureau politique National) à la suite du Rapport de la commission culturelle, instituée en 1966 par le congrès d’Aîoun, fait du bilinguisme la voie désormais à suivre en matière de développement culturel par tous les Mauritaniens.4

21Il est à signaler que la réforme de 67, un an après son application, n’a pas répondu aux espoirs placés en elle. En réalité, elle n’a pas modifié d’une façon significative les structures du système et elle a très peu amélioré le contenu de l’enseignement. Elle s’est limitée en fait, à instaurer une année consacrée à l’initiation à l’arabe et à renforcer les horaires des enseignements dispensés en cette langue au cours du reste de la scolarité. Il s’agit surtout de l’éducation civique, morale et religieuse et des connaissances élémentaires au plan linguistique et littéraire.

22Et comme c’est toujours le congrès du Parti qui détermine les orientations générales du pays et détermine sa politique éducative, au congrès de 68, un pas décisif fut franchi avec l’officialisation de la langue arabe. Désormais la loi n° 68065 du 4 mai 68 met sur un pied d’égalité l’arabe et le français. L’option pour le bilinguisme, comme étape transitoire a été proclamée. Il est utile de placer cette mesure dans son cadre pour mieux la comprendre.

23En effet, le congrès de 1968 a été appelé le congrès de « l’authenticité » ; aux yeux des autorités, l’indépendance du pays serait toujours incomplète tant qu’il n’y aurait pas une indépendance culturelle qui passe nécessairement par la promotion de la langue arabe. L’idéologique se mêle au politique ; ainsi, on prône le retour aux sources « authentiques » altérées par de nombreuses années de colonisation. Le rapport moral présenté au congrès dresse un violent réquisitoire contre les colonisateurs et leurs acolytes :

  • 5 Ould Daddah, Moktar, Rapport moral devant le congrès de 1969, Nouakchott, Arch. Nat., dossier n° 33 (...)

Les objectifs du colonisateur étaient clairs : pacifier un monde en majorité nomade, miné par les guerres intestines et s’assurer une zone de sécurité entre le Maghreb et l’Afrique Noire occidentale déjà en sa possession. Il employa pour les réaliser des moyens avisés et perspicaces. Renonçant à briser des structures traditionnelles archaïques, il décida de pactiser avec elles et de les renforcer. Il confirma le pouvoir temporel et renforça l’autorité spirituelle de la plupart des chefs et des cheikhs, utilisant leur pouvoir à son profit, s’en servant comme des instruments commodes qui l’aideraient à atteindre ses buts, des intermédiaires entre nos masses et lui. Surtout, voulant pacifier mais aussi maintenir sa puissance dans l’avenir, le colonisateur négligea sciemment la formation de l’homme mauritanien se contentant d’assurer le renouvellement des agents d’exécution qui devaient appliquer sa politique et l’aider à se maintenir. Cette négligence délibérée, se conjugue avec l’hostilité farouche d’une grande partie des Mauritaniens à l’école moderne, l’école des infidèles, due à l’influence réactionnaire des chefs et des cheikhs. Tout en renforçant les structures sociales archaïques, il imposa des modèles de pensée et d’action tout à fait plaqués sur la réalité mauritanienne.5

24La réforme de 67, engagée un an auparavant devait être poursuivie mais en subissant quelques changements dans le sens d’un véritable enseignement franco-arabe.

L’arabisation

25C’est dans un contexte marqué par de profonds changements au niveau de la politique intérieure et extérieure de la Mauritanie (positionnement dans le camp de pays dits « progressistes », dénonciation des accords de coopération avec la France, création d’une monnaie nationale, etc.) qu’une nouvelle réforme voit le jour. L’extrait suivant du discours du Président de la République Moktar ould Daddah en fixe les objectifs :

  • 6 Ould Daddah, Moktar, Discours devant la commission de la réforme de l’enseignement, Nouakchott, Arc (...)

La concrétisation du renouveau culturel que le PPM (Parti du peuple Mauritanien) s’est assigné est devenue une nécessité impérieuse et prioritaire. Le dernier congrès du parti a confirmé cette option en soulignant l’importance de la repersonnalisation de l’Homme mauritanien qui doit reposer sur l’indépendance culturelle, elle-même fondée sur la réhabilitation de la langue arabe qu’est la langue de culture et de religion de notre peuple.6

26Adoptée en 1972 par le bureau politique du Parti, la réforme fut mise en application en 1973. Un document élaboré par le ministère d’État aux Ressources Humaines donne les raisons de ce réaménagement :

  • 7 Rapport du ministère d’État aux Ressources humaines et à la Promotion Sociale : l’enseignement fond (...)

Pour l’enseignement fondamental, le cycle d’études a été ramené à 6 ans ; l’arabisation a été engagée d’une manière décisive mais réaliste : certes les 2/3 des horaires sont consacrés aux enseignements dispensés en arabe mais suivant un système de modulation bien dosée, un équilibre a été réalisé entre les enseignements donnés dans les deux langues, on a privilégié l’arabe aux 3 premières années pour enraciner davantage l’enfant mauritanien dans sa culture et dans son milieu, d’une part et l’on a fait autant pour le français aux trois années suivantes pour justement favoriser cette ouverture sur le monde moderne, d’autre part. Sur le plan du contenu, un effort certain d’authentification a été accompli : toutes les disciplines d’éveil dites affectives sont enseignées en arabe dans toute la mesure du possible et l’initiation aux notions fondamentales de maths et de science est faite d’abord en arabe. Le français est désormais enseigné comme une langue étrangère, les méthodes pédagogiques ont dû être révisées dans le sens de l’acquisition d’une langue plus pratique, plus utilitaire que littéraire.7

27Après cette réforme, l’on assista en 1979 à ce qu’on appelle « les mesures d’octobre », où sous le règne du régime militaire (Comité militaire de Salut national), un système à double filière fut institué : l’arabe comme vecteur d’enseignement, le français étant enseigné en tant que discipline et le français langue d’enseignement, l’arabe étant enseigné comme discipline. Si pour la première filière l’accès y est libre, en revanche, la seconde filière est réservée exclusivement aux enfants négro-mauritaniens dans tous les établissements publics. Pendant près de vingt ans ce système d’enseignement a formé des générations de jeunes mauritaniens ne pouvant plus communiquer entre eux : les uns n’utilisent que l’arabe alors que les autres n’utilisent que le français.

28Il faudra attendre 1999 pour voir l’avènement d’une nouvelle réforme qui s’est assigné comme objectif, entre autres, l’unification du système éducatif ; désormais tous les Mauritaniens sont soumis au même mode d’enseignement : toutes les disciplines scientifiques sont dispensées en français, l’arabe véhiculant le reste des connaissances.

29Hélas, pour des raisons liées à l’improvisation et au manque de prévisions et de planification chez les responsables éducatifs, cette réforme est aujourd’hui mal appliquée ; l’obstacle de taille en est le nombre réduit d’enseignants francophones pour couvrir les besoins d’enseignement.

Le français sur le plan extrascolaire

Place du français dans les rouages de l’État

30En dépit du mutisme affiché dans les textes officiels à propos de son vrai statut, le français continue à occuper une place non négligeable dans les rouages de l’État.

31En effet, dans toutes les cérémonies officielles (discours, séminaires, colloques, visites d’hôtes étrangers, etc.), la langue française est présente aux côtés de l’arabe sur toutes les banderoles ou affiches et dans les discours.

32Parfois, certaines interventions de parlementaires au Sénat et à l’Assemblée Nationale diffusées à la radio et à la télévision sont faites dans cette langue. Dans certains domaines de l’administration, elle s’impose incontestablement comme étant la langue de travail. Par exemple, toutes les structures du ministère des Finances (Douanes, Impôts, Budget, Trésor, Domaines, etc.), travaillent dans cette langue ; au ministère de la Santé, c’est la même chose. La seule exception qu’on pourrait citer est le ministère de la Justice où indéniablement l’arabe prédomine ; le ministère de l’Intérieur et celui de l’Éducation Nationale sont presque à égalité pour ce qui est de l’utilisation des deux langues qui dépend surtout de la formation de l’usager. Cependant là aussi, il y a des exceptions : par exemple, au ministère de l’Intérieur, les messages chiffrés par RAC et au ministère de l’Éducation nationale, les relevés de notes du Bac sont exclusivement en français.

33Une vingtaine d’années donc après la promulgation de la dernière constitution du pays, l’administration continue à travailler globalement dans les deux langues.

34Le secteur privé, quant à lui, semble – pour le moment du moins – sourd aux appels de l’arabisation : banques, sociétés parapubliques et publiques (SNIM, SOMELEC, SONADER, etc.), agences de voyage.

35En effet, dans tous ces établissements, la langue de travail est exclusivement le français : documents, textes, formulaires, etc. L’usager est donc dans l’obligation de connaître cette langue pour avoir accès à des services liés à sa vie quotidienne : factures d’eau et d’électricité, police d’assurance, analyses médicales, etc.

36Même si dans la plupart des établissements ont été créées des sections arabophones, force est de constater que l’essentiel de la formation est dispensé en français : cours d’informatique, de gestion et d’autres matières scientifiques. Sur le marché de l’emploi, les candidats qui ne peuvent travailler – tant soit peu – en français ont des chances très minimes d’être embauchés. On remarque donc que dans l’ensemble, le français est encore solidement implanté dans l’administration.

37À plusieurs occasions et dans divers domaines de la vie nationale, il arrive que les textes soient rédigés d’abord en français avant d’être traduits et publiés en arabe : communications en Conseil de ministres, Journal officiel, projets de lois, etc.

Rôle du français dans la vie socioculturelle

38D’emblée, signalons que le français continue de jouer le rôle de langue véhiculaire au sein de la population mauritanienne (il est vrai que c’est une infime minorité) : d’une part, entre les Négro-Mauritaniens et les Maures francophones, d’autre part, les Négro-Mauritaniens entre eux (ils appartiennent à trois ethnies différentes avec chacune sa langue).

39Cependant, durant ces dernières années, le français a incontestablement perdu de son prestige et de son rayonnement. Ainsi, depuis que l’arabe a été consacré langue nationale et officielle, on constate un net recul de la langue de Molière et une altération sensible de son usage.

40Face à la langue qui était jadis celle de l’ascension sociale, de l’élite où commettre une faute était perçu comme une « honte », les Mauritaniens, aujourd’hui prennent de plus en plus de liberté avec cette langue. À l’oral, les locuteurs s’expriment en « petit nègre », à la radio, à la télévision, dans les bureaux et dans la rue sans la moindre gêne. À l’écrit, il suffit de jeter un coup d’œil sur la presse publique ou privée pour s’apercevoir du nombre de « coquilles » et d’incorrections dans tous les domaines de la langue. À ce propos, citons les deux exemples suivants :

41Extrait d’un billet publié par le site web canal.info, en date du 11 mars 2011 :

Après 8 jours de travail dans la Wilaya de l’Assaba, la grande caravane nationale de la santé a (est) rentré(e) à Nouakchott le jeudi 10 mars 2011. Et a été supervisée par 14 médecins de différents (pas d’e) spécialité (sans s).

42Article publié sur le site web cridem. org, en date du 11 septembre 2011, sous le titre : pourquoi pas un moratoire sur l’enrôlement en Mauritanie ?

[…] Certains candidats à l’enrôlement ont été soumis à des interrogatoires flirtant avec l’humiliation (pour ne pas dire baignant dans) remettant(s) en cause leur citoyenneté. Cela est sans aucun doute dû (t) à une incompétence manifeste des agents recenseurs qui ignorent (ou font semblant) l’histoire et la culture plurielle de notre pays.

43Il arrive même quelquefois que des banderoles, des affiches, des communiqués élaborés à l’occasion de manifestations diverses (séminaires, colloques, congrès, campagnes pour les élections) comportent des fautes. Cette dégradation sensible du français ne signifie pas pour autant son abandon en Mauritanie. Si on exclut les villages et campements, on peut affirmer que le bilinguisme « franco-arabe » prévaut dans les grandes villes ; cela se manifeste particulièrement à travers la rue et la presse.

44– La rue

45Dans les rues particulièrement de Nouakchott et de Nouadhibou, respectivement capitale politique et capitale économique du pays, le bilinguisme « scriptural » est de rigueur dans la mesure où il est pratiquement impossible de voir des pancartes, des enseignes de magasins ou d’ateliers ne comportant pas des inscriptions en français à côté de l’arabe. Que ce soit sur les affiches, les panneaux publicitaires, les signalisations routières, toutes les inscriptions figurent dans les deux langues. Bien sûr, l’arabe figure toujours en bonne place, généralement au-dessus. Mais l’observateur averti ne peut qu’être frappé par le nombre et la diversité des écarts par rapport aux normes de la langue française.

46Pour illustrer nos propos d’exemples concrets, nous proposons une visite au marché central, familièrement appelé « Marché Capitale » et à travers les grandes artères de la ville de Nouakchott. Nous nous livrons ci-après aux commentaires et analyses des principales fautes rencontrées ; bien entendu, il s’agit simplement d’un échantillon et non d’un inventaire exhaustif. On peut classer les fautes rencontrées en plusieurs catégories :

47a. Les fautes d’orthographe grammaticale (accord de l’adjectif qualificatif avec le nom, marque du pluriel). Exemples :

48« Nouvell » au lieu de « nouvelle boutique, commerce « générale » au lieu de général, fournitures « scolaire » au lieu de scolaires ; vente « article » au lieu de « articles » de luxe, « habit » pour enfants au lieu de « habits », « tout » travaux au lieu de « tous » travaux.

49b. Les fautes d’orthographe d’usage. Exemples :

50Vente en gros et en « détaills » au lieu de « détails », « jardinnages » au lieu de « jardinage », « chêne » au lieu de « chaînes » de montres, etc.

51c. Les Fautes morphosyntaxiques. Exemples :

  • « Soyer » le « bien venue » au lieu de « soyez le bienvenu » ;
  • « garantie le linge, rendez-vous exigé au lieu de « linge garanti, rendez-vous respecté » ;
  • « Fournitures scolaires et maisons » au lieu de « fournitures scolaires et équipements ou matériels (par exemple) de maisons ».

52d. Les fautes phonétiques

53Comme nous l’avons déjà expliqué, s’agissant des difficultés sociolinguistiques des élèves, les fautes de prononciation se répercutent inévitablement sur l’écrit. Exemples :

  • « Choussures » au lieu de « chaussures » ;
  • « Fournutires » au lieu de « fournitures » ;
  • « Orlige » au lieu de « horloger ».

54Toutes ces inscriptions fautives figurent sur les enseignes des magasins (souvent sur fond rouge, bleu ou jaune) situés au Marché central (entrée nord, est et ouest) ou sur l’axe routier Polyclinique-Toujounine.

55En plus de cette forme écrite de la langue qu’on peut observer dans la rue, on remarque également que le français parlé est présent presque partout. Il est rare d’entendre une conversation au bureau, dans le bus ou au marché sans que l’un des interlocuteurs ne glisse un mot, une expression voire une phrase entière en français. Il arrive fréquemment qu’une réunion commencée en arabe se termine entièrement ou partiellement en français, s’il s’agit particulièrement d’un sujet technique.

56Un autre phénomène qu’il serait intéressant de soulever est celui des interférences linguistiques. Si l’on est loin d’une certaine créolisation perceptible aujourd’hui dans certains pays francophones africains, cependant on ne peut qu’être frappé par le nombre d’emprunts des langues nationales au français. Les émissions populaires à la radio et à la télévision où de nombreux mots français sont passés dans les langues nationales en témoignent.

57En hassanya (dialecte parlé par les Maures), on peut dénombrer des centaines voire des milliers de mots d’origine française qui ont été intégrés dans la langue et que les locuteurs utilisent inconsciemment comme s’il s’agissait de leur langue maternelle.

58En effet, tout ce qui concerne l’intérieur de la maison et l’électroménager est en français : matelas, tapis, moquette, cendrier, ampoule, rideau, cuisine, douche, robinet, fer, frigidaire, climatiseur, ventilateur, etc. En général, tout ce qui est étranger à la vie nomade a pris l’appellation en français ; et chose étonnante, les locuteurs, même les anciens, ont plus de facilité à utiliser ces emprunts plutôt que leur équivalent en arabe.

59L’explication à notre avis est simple : tout ce qui a trait à la société de consommation n’est pas nommé en hassanya et l’arabe classique n’est pas utilisé dans la vie quotidienne, le seul recours est donc le français ; cela explique en partie l’échec des campagnes d’« arabisation » entreprises vers le début des années quatre-vingt à la radio et dans la presse écrite. Une vieille femme – paraît-il – à qui on avait proposé les termes « cendriye » (cendrier) et « rammade » et à qui on avait demandé lequel des deux est d’origine étrangère, a choisi le dernier (dont l’origine arabe ne fait aucun doute) ; c’est là une anecdote mais elle est révélatrice des rapports entre le hassanya, l’arabe et le français.

La production culturelle

60Malgré plus d’un siècle de présence du français en Mauritanie, la production culturelle francophone comparativement avec les autres pays de la sous-région est insignifiante.

61Au moment où on assiste à l’éclosion de littératures nationales (littérature sénégalaise, littérature congolaise, littérature zaïroise, littérature algérienne, etc.) partout sur le continent, il n’en est pas de même pour la Mauritanie.

  • 8 Chevrier, Jacques, cité par Jacques Bariou, Notre Librairie, n° 120-121, janvier-mars 1995, Saint-É (...)

62Dans la mesure, où comme le dit Jacques Chevrier, « pour exister une littérature a besoin d’être reconnue par ceux dont elle parle et auxquels elle s’adresse et pour ce faire elle réclame non seulement un certain consensus, mais encore des institutions telles que maisons d’éditions, bibliothèques publiques, revues, académies, prix littéraires, réseaux de distribution et de diffusion du livre et de la pensée (universités, écoles, médias…), associations d’écrivains »8, il est évident que ces conditions – même si elles nous paraissent excessives en contexte africain – ne sont pas remplies en Mauritanie.

63D’abord, signalons que pendant longtemps, une vive résistance a été opposée à l’expansion du français avec pour corollaire le nombre très bas de gens instruits dans cette langue.

64Ajoutons à cela la présence de la langue arabe qui constitue un moyen d’expression (littéraire) pour l’élite de la population ; la production poétique dans cette langue est si importante qu’elle a valu à la Mauritanie le surnom de pays « au million de poètes », sans oublier aussi le succès de la littérature populaire en langues nationales (hassanya, haallpular, soninké, wolof). Ce qui fait que toute littérature en langue étrangère est condamnée à n’avoir qu’un public très réduit et donc une faible audience.

65Ailleurs, au Maghreb et en Afrique noire, de nombreux hommes de lettres et de culture (poètes, romanciers, dramaturges, etc.) qui ont eu pourtant du succès, ont préféré écrire dans leur langue nationale ou se sont tournés vers le cinéma : Kateb Yacine, Sembène Ousmane, pour toucher le plus grand nombre.

  • 9 Gueye Tène, Youssouf), Rellâ ou les voies de l’honneur (Roman, NEA, Dakar, 1983), À l’orée du Sahel(...)

66En dépit de ces contraintes, quelques romanciers ont émergé en Mauritanie : le plus connu et le plus prolifique est incontestablement feu Tène Youssouf Gueye9.

67Après une période creuse relativement longue (le premier roman a été publié en 1983), la production romanesque reprend avec la parution en 1990 et 1995 de trois romans : l’Amour impossible et Barzakh de Moussa ould Ebnou et le Dernier des nomades/Le génie des sables de El Ghassem ould Ahmedou (tous publiés chez l’Harmattan). Mentionnons également les deux romans de l’écrivain Mbarek ould Beyrouk : Nouvelles du désert et Et le ciel a oublié de pleuvoir.

68Mais c’est surtout la pièce de théâtre, La légende du Wagadu vue par Sia Yatabéré de feu Moussa Diagana, en obtenant en 1988 le premier prix du Concours Théâtral Interafricain de Radio France Internationale, qui a donné ses lettres de noblesse à la littérature mauritanienne d’expression française.

69Signalons dans le cadre de cette littérature francophone, l’existence de quelques poèmes, généralement l’œuvre de néophytes, confrontée à une rude concurrence de la part de la poésie populaire, plus naturelle et plus accessible au plus grand nombre, la poésie mauritanienne d’expression française se cherche encore.

  • 10 Bariou, Jacques, « Poésie, Problématique de l’émergence », Notre Librairie, op. cit. p. 98.
  • 11 Ould Hanefi, Mohamed), La poésie mauritanienne d’expression française, Mémoire d’études, ENS, 1982, (...)

70La problématique de l’émergence de cette poésie s’expliquerait par le fait que « passer d’une poésie essentiellement transmise en régime d’oralité, qui fait du poète le chantre de sa communauté, à une poésie écrite, dans laquelle la distance est considérable entre l’auteur et son public, ne va pas sans problèmes »10. C’est ce qui a fait dire peut-être au président du jury de lettres modernes françaises en 1982 à l’auteur d’un mémoire consacré justement à la poésie mauritanienne d’expression française qu’il n’y a pas de « poésie mauritanienne d’expression française ». La réponse pleine d’humour du candidat11 est que « pourtant elle roule » en rappelant la phrase célèbre de Galilée à propos de la rotation de la terre.

71Toutefois le genre littéraire le plus répandu est la nouvelle. Son développement est étroitement lié à celui de la presse privée. Depuis le foisonnement des journaux, on assiste à la publication de nombreuses nouvelles mais qui ne s’inscrivent pas forcément dans le cadre du genre habituel.

72Qualifiant la nouvelle de « laboratoire d’écritures », Nicolas Martin-Granel, qui s’est intéressé à la question écrit :

  • 12 Martin-Granel, Nicolas, « La nouvelle, un laboratoire d’écritures », Notre Librairie, Littérature m (...)

L’essor de la nouvelle est lié à celui des journaux, mais ce lien avec le journalisme n’est pas qu’accidentel, il constitue comme la seconde nature d’une écriture qui, sans le support éphémère du journal, n’aurait sans doute pas eu la chance de voir le jour, d’être à la fois écrite, publiée et lue. Ainsi, loin d’être seulement un support neutre, dont le désir d’écriture se serait saisi pour se produire comme d’une bonne occasion, le journal est un vecteur d’écritures qui conditionne dans une certaine mesure la forme et le contenu des papiers auxquels il ouvre ses colonnes. […] Écrite le plus souvent à la première personne, elle apparaît comme une page arrachée de quelque journal intime.12

73Ayant choisi le journal comme mode de diffusion, la nouvelle doit en conséquence s’adapter à ses contraintes éditoriales ; quand on sait que déjà le volume des journaux est réduit à sa plus simple expression (de 4 à 25 pages en moyenne pour un hebdomadaire), on comprend dès lors l’espace réservé à ces « nouvelles » à côté des nouvelles de l’actualité. À ce sujet, Nicolas Martin-Granel note :

  • 13 Ibid.

[…] On comprend qu’un tel art de l’éphémère ne se sente pas à l’étroit dans l’espace réduit que le journal lui réserve, qu’il fasse au contraire de cette contrainte une vertu : point de danger que notre nouvelle grenouille cherche à se faire aussi grosse que le bœuf roman ! satisfaite de sa condition, elle se glisse aisément, brève, dense et légère, sous la rubrique qu’on lui offre, quel que soit le nom que chaque journal lui propose, le plus souvent bien sûr, « nouvelle » (Mauritanie-Demain, Al Bayane), mais parfois, ce qui est tout aussi proprement nommé « feuille littéraire » (Chaab) et « page libre » (espace Calame).13

74Dans l’ensemble, la production culturelle d’expression française, faute de structures éditoriales adéquates (maisons d’édition, chaînes de distribution, etc.) et d’un public réceptif, n’a pu s’imposer.

75La plupart des auteurs, pour ces raisons et pour avoir peut-être une légitimité et une reconnaissance internationales, se sont fait éditer à l’étranger.

76– La presse

77La presse en Mauritanie est née avec l’indépendance du pays en 1960, que ce soit la presse écrite ou la presse parlée.

78En effet, le premier vrai journal a vu le jour quelques mois avant l’indépendance sous le titre de Mauritanie Nouvelle, hebdomadaire dont le tirage, selon J.-C. Blachère, en 1962, oscillait entre 3000 et 5000 exemplaires :

  • 14 Blachère, J.-C., Quelques aspects de l’implantation de la langue française en Mauritanie », Bulleti (...)

Il s’agissait d’un vrai journal, contenant des articles sur le pays, notamment sur la naissance de Nouakchott, la capitale et s’adressant à des Mauritaniens. La petite histoire d’une rubrique de ce journal nous permet d’en mesurer l’audience réelle d’un public connaissant fort bien les nuances stylistiques de la langue française. Le billet de la semaine était signé « le petit beîdane » (nom que se donnent les Maures signifiant blanc). Protestations de lecteurs : le journal doit représenter l’opinion de toute la nation, sans distinctions. « Le petit beîdane » devient alors « le petit berger ». Nouvelles clameurs indignées : tous les Mauritaniens ne sont pas bergers et les bergers dans la société traditionnelle sont au bas de l’échelle sociale. Complaisante, la rédaction du journal signe « le petit Mauritanien ». Hélas ! Certains lecteurs tatillons subodorèrent dans ce « petit » quelques relents de mépris à l’égard des Mauritaniens. La rubrique alors disparut.14

79Au lendemain de l’indépendance, ce journal disparut et fut remplacé par un journal gouvernemental, Le Peuple. Celui-ci, conçu pour être un instrument au service du pouvoir, a sous des appellations diverses (Chaab, Horizons) servi tous les régimes depuis le régime du parti unique jusqu’à celui de la deuxième République en passant par le régime militaire. À chaque fois, il se fait l’écho des « grandes orientations nationales » et rend compte des moindres faits et gestes du chef de l’État, des déplacements des ministres ou de la visite des personnalités étrangères. Des rubriques portant sur les mouvements des avions à l’étranger de Nouakchott, des conditions météorologiques ou sur l’environnement, sont régulièrement proposées dans les colonnes du journal, sans oublier les fameux éditoriaux de l’Agence mauritanienne d’information (AMI).

80Aujourd’hui, le quotidien national Horizons est mis à rude épreuve à cause de la concurrence d’une presse privée foisonnante et dynamique.

81En effet, dès le début du processus démocratique en 1991 (le journal Mauritanie-demain a paru à la fin de la période d’exception), des dizaines de titres de journaux ont inondé le marché ; certains ont eu une existence éphémère : ils ont disparu après le premier ou le second numéro ; d’autres ont des parutions épisodiques tel le journal satirique L’Indépendant « paraissant quand il le peut ».

82Après l’euphorie du début (chacun voulant avoir son propre journal) et face aux lois implacables du marché et de l’édition, quelques journaux semblent se maintenir aujourd’hui : Le calame, Nouakchott-infos, L’Authentique, L’Éveil-Hebdo, La Tribune, le Véridique, Maghreb-Hebdo, etc.

83Ces journaux ont pris le relais des pionniers de la presse privée mauritanienne d’expression française : Mauritanie-Nouvelle, Al Bayane, Al Akhbar, L’Unité, Le Temps, etc. Tous ces journaux paraissaient sous le label « Hebdomadaire indépendant d’informations et d’analyses ».

84La caractéristique principale de cette presse privée est le manque de professionnalisme de ses promoteurs qui, pour la plupart sont des enseignants de formation. Malgré cela et malgré son jeune âge, elle essaie de s’imposer sur le marché national en améliorant la qualité d’écriture et de présentation de son produit et en diversifiant ses rubriques : éditorial, société, économie, arts et spectacles, sports, etc. C’est une presse qui cultive la différence et voudrait afficher sa « mauritanité » ; les titres en arabe ou comportant le nom de « Nouakchott » ou de « Mauritanie » le prouvent éloquemment.

  • 15 Taine-Cheikh, Catherine, « Brève incursion dans les Mauritanides », Notre Librairie, op. cit., p. 2 (...)

85Il est évident que tous les journaux ne sont pas de la même facture. Certaines rubriques se sont illustrées par leur liberté de ton et l’originalité de leur style. La rubrique « Mauritanides » en est un bon exemple : l’auteur, feu Habib ould Mahfoudh, professeur de français, utilise tour à tour une langue empruntée aux grands auteurs (Rabelais, Voltaire, Molière, etc.), aux romans policiers (San Antonio) ou à une langue plus débridée ; un style où se mêlent « le goût des calembours et des jeux de mots, la critique décapante et irrespectueuse, l’art des chutes inattendues, des exagérations suggestives et des associations extravagantes »15.

86C’est donc un véritable cocktail que l’auteur met au point pour caricaturer, tourner en dérision les agissements des responsables politiques et les dérives d’une société en mutation. Catherine Taine-Cheikh décrit ici les Mauritanides :

  • 16 Ibid., p. 282.

[…] Dans les Mauritanides, le chameau est aussi un personnage important. Mais il y en a d’autres qui, comme lui, font figure de vedette (le Président de la République, la tribu, le village de Kobenni…) et d’autres qui ne font que passer (son chien, les diables, le deymâni). L’omniprésence d’un personnage, d’un événement ou d’un thème (la barbe, le mur, le désert, le 12/12 – date du dernier coup d’État militaire…) (NDLR : deux autres coups d’État ont suivi depuis), son grossissement jusqu’à l’absurde, est une des façons adoptées dans les Mauritanides pour critiquer la réalité, qu’elle soit structurelle ou conjoncturelle. En apportant une cohésion à l’ensemble de l’article (alors que, dans d’autres cas, les Mauritanides passent plusieurs sujets en revue), ces chroniques constituent souvent de véritables petits tableaux de la société maure.16

87Parallèlement à cette presse « classique », une presse spécialisée prend de l’essor. Il s’agit de revues scientifiques ou pédagogiques (les Annales de l’Université de Nouakchott, le Wassit de l’IMRS, les Annales de l’ENS, la revue At-Taalim de l’IPN). Dans l’ensemble, la presse écrite francophone en Mauritanie, malgré ses insuffisances matérielles et humaines, est dynamique ; elle progresse rapidement, d’ores et déjà elle rivalise avec la presse des pays voisins. Paradoxalement, elle se vend mieux que la presse en arabe, bien qu’elle soit deux fois plus chère et qu’elle ait un lectorat potentiel plus réduit.

88Quant à la presse audio-visuelle, en attendant sa libéralisation attendue avant la fin de l’année en cours, elle se réduit pour le moment à une seule station de radio (Radio-Mauritanie) et à une seule chaîne de télévision (Télévision de Mauritanie). Comme dans les autres domaines de la vie nationale, il y a eu un renversement de situation au niveau de ces médias, particulièrement la radio. En effet, au lendemain de l’indépendance, la majorité des émissions était en français ; aujourd’hui, à part les journaux parlés (les journaux de 7h15, de 14h30 et de 19h) et une tranche de variétés entre 19 et 20 heures, les émissions à la radio sont en arabe ou en langues nationales.

89À la télévision, les émissions en français sont peu nombreuses ; elles se réduisent le plus souvent au journal télévisé de 21h30. En fonction des circonstances, on peut assister à la retransmission d’un match de football, intégralement en français ou en alternance avec l’arabe. Cependant, grâce aux antennes paraboliques, les téléspectateurs mauritaniens peuvent suivre les émissions de France 24 et TV5-Monde sur Arabsat.

90Depuis le mois d’octobre 1995, Radio France Internationale (RFI) qui a une très grande audience en Mauritanie, a inauguré à Nouakchott ses émissions sur la fréquence FM. De même, les auditeurs mauritaniens peuvent suivre quotidiennement un journal en français sur les ondes de Radio BBC (de 18h à 18h30 et de 7h à 7h du matin).

91Pour compléter le paysage audiovisuel, il est utile de souligner l’existence de sites web tels que cridem. org, canalrim. info, gps. net, les sites en français de l’ANI, d’Al Akhbar et de saharamedias, etc.

92Il ressort de ce qui précède que le français a une forte présence en Mauritanie ; en témoignent ses usages dans différents domaines de la vie nationale. Il est manifeste que le statut officiel de la langue française ne correspond pas à la réalité sur le terrain. Il n’est pas exagéré de dire que le pays est bilingue et que malgré la baisse de niveau des apprenants, il y a de plus en plus de Mauritaniens imprégnés de cette langue. À la question : « avez-vous fait des progrès en hassanya », un coopérant français en poste depuis 7 ans à Atar (ville située au nord de la Mauritanie), répondit : « Chaque fois que je vais dans un des coins les plus reculés de l’Adrar, je tombe sur un interlocuteur francophone, ce qui fait que je n’ai pas pu avancer. »

  • 17 Blachère, J.-C., Bulletin de l’IFAN, op. cit., p. 863.

93Comme l’a fait remarquer en 1972, J.-C. Blachère, « s’il est impossible de dénombrer les Mauritaniens aussi instruits dans la langue, il faut souligner qu’il n’est pas exceptionnel de rencontrer au cours de voyages en Mauritanie, des enfants ou des adultes non scolarisés s’exprimant très correctement en français ».17

94Toutefois, il importe de souligner que l’avenir du français en Mauritanie est une question éminemment politique qui ne sera tranchée que lors de la définition d’une politique linguistique consensuelle dans ce pays. On sait que le problème des langues est l’un des plus sensibles et se pose avec acuité depuis l’indépendance nationale.

95Le fait que le français ne soit la langue d’aucune communauté en Mauritanie et qu’il soit considéré par tous comme un moyen d’ouverture sur la modernité ne sont-ils pas autant d’arguments qui militent en sa faveur ?

Notes

1 De Chassey, Francis, Mauritanie (1900-1975), Paris, Anthropos, 1977.

2 Ould Daddah, Moktar, Intervention du 18.7.1966 au congrès d’Aîoun-El Atrouss, Nouakchott, Arch. Nat., dossier n° 339.

3 Rapport final de la commission des affaires culturelles, congrès d’Aîoun, Nouakchott, Arch. Nat., dossier n° 339.

4 Ould Daddah, Moktar, Rapport sur l’état de la Nation le 28.11.67, Nouakchott, Arch. Nat., dossier n° 339.

5 Ould Daddah, Moktar, Rapport moral devant le congrès de 1969, Nouakchott, Arch. Nat., dossier n° 339, 1969.

6 Ould Daddah, Moktar, Discours devant la commission de la réforme de l’enseignement, Nouakchott, Arch. Nat. Nouakchott, dossier n° 339, 1971.

7 Rapport du ministère d’État aux Ressources humaines et à la Promotion Sociale : l’enseignement fondamental, 22 février 1977, Nouakchott, Arch. Nat., dossier G1, n° 619.

8 Chevrier, Jacques, cité par Jacques Bariou, Notre Librairie, n° 120-121, janvier-mars 1995, Saint-Étienne, Ed. Dumas, p. 107.

9 Gueye Tène, Youssouf), Rellâ ou les voies de l’honneur (Roman, NEA, Dakar, 1983), À l’orée du Sahel (Nouvelles, NEA, 75), Les exilés du Goumel (pièces de théâtre, NEA, 75).

10 Bariou, Jacques, « Poésie, Problématique de l’émergence », Notre Librairie, op. cit. p. 98.

11 Ould Hanefi, Mohamed), La poésie mauritanienne d’expression française, Mémoire d’études, ENS, 1982, Nouakchott.

12 Martin-Granel, Nicolas, « La nouvelle, un laboratoire d’écritures », Notre Librairie, Littérature mauritanienne, n° 120-121, janvier-mars 1995, Paris, L’Harmattan, p. 118.

13 Ibid.

14 Blachère, J.-C., Quelques aspects de l’implantation de la langue française en Mauritanie », Bulletin de l’IFAN, t. XXXIV, série B, n° 4, 1972, p. 862-863.

15 Taine-Cheikh, Catherine, « Brève incursion dans les Mauritanides », Notre Librairie, op. cit., p. 281.

16 Ibid., p. 282.

17 Blachère, J.-C., Bulletin de l’IFAN, op. cit., p. 863.

Auteur

ENS de Nouakchott, Mauritanie

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search