Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

« Langue-relais » ou « langue d’identification » ? Le français dans la pratique de deux langues du Togo : kabiyè et miyobé

Tchaa Pali

Texte intégral

  • 1 Cf. les trois articles suivants de Essizewa Komlan Essowe :
     – « Sociolinguistic aspects of language (...)
  • 2 Certes, cette étude pouvait également tenir compte des personnes analphabètes car le français appar (...)

1Les problèmes générés par le phénomène de contact de langues sont nombreux. Entre autres, se trouvent, comme au premier plan, les questions de diglossie et de bilinguisme. Le but de la présente réflexion n’est pas de marcher sur les sentiers battus concernant ces phénomènes en kabiyè1 ou d’en entreprendre la description systématique en miyobé. Il s’agit de montrer que la langue française est de plus en plus présente dans la pratique des langues maternelles (kabiyè et miyobé) par les personnes instruites2.

  • 3 Cf. Pali, Tchaa, Description systématique de la langue miyobé (Togo/Bénin), Thèse de doctorat, Univ (...)

2 Le kabiyè appartient à la branche gur du phylum Niger-Congo. Il a le statut de langue nationale. Il jouit, de ce fait, du privilège d’être enseigné dans les écoles primaires et secondaires de la partie septentrionale du Togo. Quant au miyobé, sa classification est encore à clarifier au sein de la famille du Niger-Congo3. Langue résiduelle et en danger, il est peu connu même des autres communautés linguistiques togolaises. Face aux deux langues togolaises, se présente le français, langue officielle du Togo depuis l’indépendance en 1960.

3Les locuteurs du miyobé et du kabiyè, du moins ceux qui ont l’habitude de la pratique du français pour l’avoir appris à l’école, accordent à cette langue un traitement de faveur à l’intérieur même de leurs langues maternelles. Il devient dès lors intéressant de s’interroger sur l’impact proportionnel dans chacune des langues et l’explication sociolinguistique de l’ampleur que prend le phénomène de nos jours. Le français est-il utilisé pour des raisons d’ordre social ? L’implique-t-on dans sa langue maternelle pour combler une lacune linguistique ? S’agit-il, enfin, d’une appropriation du français par ces locuteurs de langues maternelles togolaises ?

Approches théorique, méthodologique et conceptuelle

4Nous nous sommes proposé d’inscrire notre réflexion dans une perspective transdisciplinaire, à cheval entre la sociolinguistique et la psychologie sociale. C’est que certaines pratiques langagières sont sujettes aux représentations sociales faites des langues en présence ; d’où la notion de représentation linguistique.

Théorie

5La présente réflexion s’inscrit dans la perspective de la notion de représentation linguistique (RL) dont l’approche en sociolinguistique semble incontournable aujourd’hui. Petitjean mentionne que

  • 4 Petitjean, Cécile, « La notion de représentation linguistique : définition, méthode d’observation, (...)

les connaissances que les locuteurs construisent sur les langues disposent d’une fonction structurante : elles leur permettent d’organiser, et donc de mieux gérer, un environnement linguistique instable de par sa pluralité, et de donner ce faisant une cohérence à la diversité des usages. La compréhension des logiques variationnelles passe donc par l’observation de ces connaissances. En second lieu, la notion de RL est partie liée à la problématique des dynamiques langagières, en cela que la langue ne renvoie pas seulement à des pratiques, mais également aux savoirs qui peuvent influer sur celle-ci (et inversement). Enfin, les RL, parce qu’elles œuvrent à la définition des frontières d’une communauté, participent aux processus de construction identitaire. Elles éclairent ainsi la manière dont se crée un sentiment d’appartenance à un groupe alors même que celui-ci est composé d’instances plurielles.4

6Du moment que la notion de RL nous place dans une optique interdisciplinaire, elle autorise à prendre en considération la langue comme un objet social spécifique. Aussi, la gestion des activités langagières des locuteurs instruits du kabiyè et du miyobé apparaît-elle comme relevant de la dynamique qui explique l’évolution de leur imaginaire et de leur environnement représentationnel de l’objet langue en général et de la langue française en particulier. L’appropriation de l’objet du discours par les usagers de la langue est un élément qui montre le caractère dynamique de celle-ci. Le maintien des rapports sociaux entre les individus est aussi fonction de leur accès à la somme des connaissances que représente la langue française et de leur niveau d’adhésion au contenu des discours produits. Il en ressort une attitude qui, associée à la représentation, fonde le comportement des locuteurs vis-à-vis des langues pratiquées.

Méthodologie

7Notre travail repose sur des données de discours. Pour éviter que les résultats de la recherche soient empreints de préjugés, d’analogies ou de jugements sans fondement dans la réalité, nous avons opté pour des données interactives, des essences discursives collectées sur des terrains bien précis.

8– Terrains d’enquête

  • 5 Locuteurs natifs du miyobé ; singulier : ùyɔ́bɛ̀.

9Deux milieux ont été choisis pour l’observation des réalités discursives : Kara et Solla. La ville de Kara présente l’avantage d’être à la fois peuplée majoritairement par des locuteurs natifs du kabiyè et plusieurs minorités parlant des langues diverses dont le miyobé (parlé par les Pìyɔ́bɛ̀5). Il apparaît que ce terrain, en tant que zone urbaine, nous donne l’opportunité d’avoir accès à une masse importante d’enquêtés, en particulier des personnes instruites. Par ailleurs, Solla est un terrain assez intéressant, parce qu’il contraste avec la ville. C’est une zone rurale loin des appréhensions, des inclinations et des incitations de la ville. L’enquête faite dans ce milieu permet de jauger la percée effective opérée par le français dans la langue maternelle et d’évaluer sa proportion au regard des résultats obtenus auprès des locuteurs natifs de langue kabiyè enquêtés, quant à eux, à Kara (donc en ville).

10– Technique d’enquête

  • 6 Cette période correspond à celle où nous avons préparé notre thèse de doctorat sur la Description s (...)

11La méthode le plus souvent utilisée en linguistique et qui est sans équivoque en sociologie, est la méthode d’immersion. Elle permet de suivre les habitudes langagières des enquêtés en contexte réel de production. L’enquête à Kara nous a été facilitée par le fait que nous y vivons et travaillons depuis trois ans. Par contre, à Solla, il nous a fallu plusieurs séjours de janvier 2008 à août 20116 pour observer et recueillir les données d’analyse. L’enquête en elle-même repose sur une méthode d’observation directe. Néanmoins, une enquête quantitative a été nécessaire pour juger de la représentation linguistique des locuteurs. Par ailleurs, les données recueillies sont enregistrées à l’aide d’un lecteur mp3 adapté à ce genre de travaux. Elles sont ensuite transcrites, puis traduites dans leur totalité. Les données recueillies au cours de l’enquête quantitative sont dépouillées et regroupées avant de les passer à l’analyse.

12– Corpus et choix des personnes à enquêter

13Les informations recueillies sont des énoncés divers en langues kabiyè et miyobé. Ils ne sont pris en compte que s’ils sont empreints de termes ou de segments en langue française. Les données brutes recueillies équivalent à quatre heures et dix-sept minutes d’enregistrement.

14Les personnes ressources ciblées sont celles qui sont instruites. Aussi, avons-nous limité le niveau minimum d’instruction à la fin du cycle du primaire. Néanmoins, nous nous sommes également intéressé aux personnes n’ayant pas obtenu le certificat d’études du premier cycle et qui, cependant, ont suivi un programme d’alphabétisation en langue française. L’âge des enquêtés varie entre 14 et 67 ans. Au total, nous avons recueilli les informations auprès de 30 locuteurs (soit 15 personnes par langue).

Cadre conceptuel

  • 7 Boyer, Henri, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunod, 2001.

15La langue-relais désigne, dans un contexte de contact de langues, la langue, autre que celle dans laquelle une activité discursive est principalement menée et qui, cependant, intervient par intermittence, permettant ainsi au locuteur de poursuivre son discours. La langue-relais n’est donc pas prise au sens de langue intermédiaire par laquelle une traduction est faite des données d’un discours produit dans une autre langue. Il s’agit d’un concept dont le sens se trouve dans l’acception de parler bilingue c’est-à-dire, de « mode d’exploitation d’un répertoire bilingue dans les conversations entre membres d’un groupe […] qui se traduit par la présence intentionnelle de marques transcodiques »7 ou code-switching. Plus encore, la langue-relais intervient en tant que secours dans une situation de communication où un manque s’impose au locuteur.

16La langue d’identification est la langue par laquelle un locuteur s’identifie par rapport à son interlocuteur (ou à son environnement social), alors qu’il s’exprime a priori dans sa langue maternelle. Par rapport à la langue maternelle, la langue d’identification est une sorte d’étendard, une véritable marque de reconnaissance. Elle est indicatrice d’un niveau social, d’instruction, etc.

Français, « langue-relais » ?

  • 8 KAB : exemple en langue kabiyè.
  • 9 MIY : exemple en langue miyobé.

17Pour rendre compte du rôle que joue le français dans les discours des personnes instruites, il nous a semblé nécessaire de décrire l’influence qu’exerce cette langue sur les autres (kabiyè et le miyobé). Nous procédons par l’analyse du corpus dont les échantillons sont KAB 18 et MIY 19 ci-dessous.

18– Présentation des faits

  • 10 k1… k16 : numéros de lignes pour le texte en kabiyè.

19KAB 1 : Dialogue entre une revendeuse de fromage (Rev. [19 ans]) et deux clients (Cl1/Cl2 [44 ans])10.

k1 C11 ná: də̀mwàzέl
regarde^App demoiselle^FR
S’il te plaît demoiselle!
k2 Rev. : mØsjǾ
monsieur^FR
(Oui,) monsieur!
k3 C11 : kɔ̀ná ñέ-tέ frɔ̀máʒ ήgύ nέ tí-ná
apporter^IMPER Poss2sg-propriété fromage^FR 3sgt 1pl-voir^Inacc
Apporte ton fromage (là) pour qu’on le voit !
k4 Rev. : èyì mɔ̀ὴ-gɔ̀ὴ
d’accord 1 sg-venir ^Inacc
D’accord, je viens!
k5 C12 : là lɔ̀ὴ t-wɛ̀ prɛ̀sé tì-wɛ̀ná rãdèvú
faire^IMPER vite 1pl-être pressé^FR 1pl-avoir^Acc rendez-vous^FR
Fais vite! Nous avons (un) rendez-vous.
k6 C11 : yé : ń-tɔ̀kɔ́ : lɔ́ŋ̀ yɔ́ pì-wáɣná εpákt prí yɔ:
si 2sg-venir vite Part^COND 3sg-avoir^Fut impact^FR prix^FR sur
Si tue ne viens pas vite, cela aura un impact sur le prix.
k7 Rev. : párd0ɔ mɔὴ-gɔmá
pardon^FR 1sg venir^Acc
Pardon, je suis arrivée.
k8 C11 : kɔ́bjέ kɔ́bjέ ḿ-bέdíɣ ñέ-tέ frɔ̀máʒbâ:
combien^FR combien^FR sg vendre^Inacc Posssg-propriété fromage^FR^clpl
A combien vends-tu tes fromages?
k9 Rev. : ɥĭ sã ɥĭ sã kùnà’à nœf sã
huit^FR cents^FR huit^FR cents^FR 3sg^TOP neuf^FR cents^FR
A huit cents francs chacun. Celui-ci est par contre à neuf cents francs.
k10 C12 : púrkwá: ɥĭ sã nέ nœf sã pi-kìlí lî:dìyé
Pourquoi^FR huit cent^FR huit^FR cent^FR et neuf^FR cent^FR 3sg dépasser argent
Pourquoi à huit cents et à neuf cents ? C’est trop cher.
k11 C11 : mἕm̀ sέk sã kìlí má: lídìyé
même^FR cinq^FR cents^FR dépasser^Acc 1sg^Top argent
Même à cinq cents francs ce serait trop cher pour moi.
k12 Rev. : έ-tà:-dὑ-ḿ fἓ: ḿnú mí: ʒǾnbâ: ḿnὑy
3pl^cl1 NEG-mettre^Inacc-1sg honte comme^cela 2pl jeune^FR^c12pl ainsi
Ne me honnissez pas de la sorte; des jeunes comme vous!
k13 Cl2 : dɔ́k ʒǾnbâ: wὲná lí:dìyé nà
donc^FR jeune^FR^c12pl avoir^Acc argent part^Interr
Donc les jeunes ont-ils de l’argent ?
k14 C11 : paske ǹ-xòŋgí-ɖύ yɔ́: tí-yákì
parce^que^FR 2sg-rire^Acc part^CAUSE 1pl-acheter^Inacc
(C’est) parce que tu t’es moqué de nous que nous achetons.
k15 Rev. : frέrbâ: έ-lábá lέ
frère^FR^c12pl 2pl-faire^Acc Part
Frères, merci.
k16 C11/
C12 :
də̀ rjἐ
de^FR rien^FR
De rien!
  • 11 m1… m10 : numéros de lignes pour le texte en miyobé.

20MIY 1 : Affaire jugée chez le chef du village (Uy. [67 ans]) à propos d’une chèvre volée. Le plaignant (Pl. [38 ans]) pense que sa chèvre a été volée par deux jeunes gens (Je1 [28 ans] ; Je2 [21 ans]), lesquels ne le reconnaissent pas11.

m1 Uy. : wóòó ìbɔ́-pòyì yá:yí
qui? cl9^Poss2sg-chèvre voler
Qui a volé ta chèvre?
m2 pl. : pìsòyì m̀bí
c12pl^personne 3pl^DEIC
Les personnes que voici.
m3 Uy. : nɔ̀ ì kὲcá: ñùúù
2pl. 3sg sur reconnaître
Le reconnaissez-vous ?
m4 Je 1 : ʒàmέ àɖí ì kὲcá: ñù
jamais^FR 1pl^NEG 3sg sur reconnaître
Jamais, nous ne le reconnaissons pas.
m5 Je 2 : àyíwó:
Non^INTERJ
Non!
m6 Uy. : é twâ yó ñâ kὲ á-pὲ’ὲ yá:yí
Et^FR toi^FR pour quoi que 2sg^Inacc- dire 3pl^FOC voler
Et toi, pourquoi dis-tu que ce sont eux qui ont volé ?
m7 Pl. : àm̀ ãkέt wàyì
1 sg^Acc enquête^FR faire
J’ai fait une enquête.
m8 Uy. : wóòó kέmέ:
qui^FOC auprès de
Auprès de qui?
m9 Pl. : ùmέtr kέmέ:
cl1 sg^maîtrek^FRprès
Auprès du maître.
m10 Uy. : dɔ̀kɔ́ ùmέtr ú lāmε̄
donc^FR 1pl^IMPER cl1^Maître^FR 3sg chercher
Donc cherchons le maître!

21– Analyse

  • 12 Pour des raisons de commodité, nous avons opté pour une transcription phonétique en utilisant les c (...)

22On perçoit dans les discours ci-dessus transcrits sous forme de dialogues des indices du bilinguisme des locuteurs12. Les indices de mélange de langues sont de natures diverses : transferts phonique et morphologique d’une part, emprunt et néologisme de l’autre.

23Les termes français se retrouvent en kabiyè ou en miyobé sans subir d’altération ou de transformation au niveau phonique : KAB1 : dә̀mwàzέ́l « demoiselle » (k1/Cl1), çǐ sã « huit cents » (k10/Rev. ; k11/Cl2), dә̀ rjέ̃́ « de rien » (k18/Cl1/Cl2), etc. ; MIY1 : ʒàmέ́ « jamais » (m4/Je 1), é twâ « et toi » (m6/Uy.), ãkέ́t « enquête » (m7/Pl.), etc.

  • 13 Pali, Tchaa, op. cit.

24Au-delà de l’évidence que les termes cités en exemple illustrent l’intégration des termes en français, il convient de mentionner que certains sons non attestés en kabiyè et en miyobé, et qui le sont en français, sont réalisés dans les cas des parlers bilingues cités ci-haut. Par exemple, le schwa [ә] (dә̀mwàzέ́l « demoiselle » [k1/Cl1]), la voyelle nasale [ã] (sã « cent » [k10/Rev. ; k11/Cl2]), la consonne palatale sonore [ʒ] (frɔ̀máʒ « fromage » [k1/Cl1]), etc. ne sont pas homologués en kabiyè ; il en est de même en miyobé de la consonne palatale [ʒ] (ʒàmέ́ « jamais » [m4/Je 1]), de la syllabe à coda autre qu’une nasale consonantique /k/ (dɔ̃ k « donc » [m10/ Uy.]), /t/ (ã kέ́t « enquête » [m7/Pl.]), etc.13. Sans doute, ces réalisations phoniques, conformes aux exigences phonétiques/phonologiques de la langue française, sont dues au satut des locuteurs qui maîtrisent la prononciation des sons de cette langue pour l’avoir apprise à l’école. Les locuteurs natifs du kabiyè et du miyobé, qui n’ont pas appris le français, auraient eu du mal à en réaliser les sons qui ne sont pas attestés dans leurs langues maternelles respectives.

  • 14 Lébikaza, Kézié K., Grammaire kabiyè : une analyse systématique. Phonologie, tonologie et morphosyn (...)
  • 15 Essizewa, Komlan Essowe, « Sociolinguistic aspects of language change in Kabiye-French code-switchi (...)

25Sur le plan morphologique, il est des termes qui ont été plus ou moins intégrés à la langue emprunteuse. Le mécanisme utilisé est celui de l’affixation en ce qui concerne les substantifs. Il s’agit, en effet, de l’attribution à un mot du français d’un nominant selon les exigences classificatoires des substantifs de la langue emprunteuse. Le miyobé et le kabiyè sont des langues à classes et genres nominaux. Le miyobé a donc, par exemple, intégré le terme français maître en lui préfixant le nominant /u-/ qui correspond sémantiquement à la classe des êtres dont le trait est [+HUMAIN] ; d’où ùmέ́tr « maître » (MIY1, m9/Pl. ; m10/Uy.). Le même mécanisme s’opère en kabiyè. Ainsi, dans les termes frɔ̀máʒbâ : « fromages » (KAB1, k9/Cl1), ʒǿnbâ : « jeunes » (KAB1, k13/Rev. ; k14/ Cl1), le suffixe /-bâ : / représente le nominant du genre -u/-bâ :14, /-bâ : / indiquant toujours le pluriel. Que ce soit en kabiyè ou en miyobé, nous nous trouvons en situation d’une véritable création lexicale qui part des termes du français pour former des mots qui, de par leur structure et leur valeur sémantique sont des termes du kabiyè ou du miyobé. Certes, cette néologie n’est pas spécifique aux deux langues ciblées dans notre étude, mais elle témoigne de l’évolution actuelle des langues togolaises (voire africaines) qui ne cessent, même dans les contrées les plus réculées et sans doute les moins exposées à l’influence de la langue coloniale, devenue officielle, de s’emplir de mots de celle-ci. C’est pourquoi, de plus en plus, des personnes totalement analphabêtes utilisent dans leurs discours des termes empruntés au français. Essizewa15 signale à ce propos :

  • 16 Code-switching.

I also observe that in the Kabiye community, Kabiye-French C-S16 is also used by some speakers with little or no formal education. The use of French indicates that one is educated and therefore different from those who are not. […] is an illustration from Naka, a 35-year-old market woman in Kara incorporating French words in her everyday speech.

26Par ailleurs, l’assimilation des substantifs du français en kabiyè et en miyobé par les procédés morphologiques propres à leurs structures respectives, montre le degré d’acceptation du français par les locuteurs qui, naturellement, ne font pas preuve d’une prise de distance vis-à-vis de la langue française. Celle-ci apparaît ainsi comme un moyen de dynamiser le discours dans leurs langues maternelles. C’est en réalité une marque d’un début d’appropriation de la langue française qui se traduit, entre autres, par l’imposition des tons (non caractéristiques du français) aux termes intégrés.

27Par contre, il n’est pas justifié que l’on tente d’expliquer le choix des locuteurs instruits d’utiliser le français dans leur pratique de la langue maternelle par l’indigence de celle-ci en termes capables de traduire les mêmes réalités que les termes français. La plupart des locuteurs, qui usent des parlers bilingues (kabiyè-français ou miyobé-français), choisissent délibérément de produire un discours patchwork. Car, par exemple, en lieux et places de demoiselle, monsieur, combien, fromage, même, de rien, jamais, et toi, enquête, donc, il existe des termes en kabiyè et en miyobé qui sont délaissés au profit des termes en français.

  • 17 Locuteurs natifs du kabiyè.

28Finalement, le français n’est utilisé que comme un doublon des langues maternelles. Mais, comme nous l’indiquent les échantillons du corpus, le français n’est pas logé à la même enseigne, selon qu’on se place dans le contexte du kabiyè ou dans celui du miyobé. Il semble plus fréquent chez les locuteurs du kabiyè que chez ceux du miyobé. Statistiquement, dans KAB 1, sur 92 termes relevés dans le dialogue, 29 termes français ont été utilisés, contre 63 termes kabiyè ; ce qui correspond à un pourcentage de présence du français dans la langue kabiyè de 31,52 %. En revanche, dans MIY 1, nous avons recensé 37 termes dont 7 français et 30 miyobé. Le taux d’utilisation du français dans leur langue maternelle par les locuteurs du miyobé est seulement de 18,91 %. Ces statistiques sont des indices intéressants tant elles sont parlantes surtout quand il s’agit de dire quelle fonctioncette langue assume dans d’autres langues (kabiyè et miyobé). Celle-ci constituerait une ébauche de réponse à la question de savoir si le français constitue pour les locuteurs une échappatoire face à leur incompétence en kabiyè ou en miyobé. À ce sujet, il n’est pas simpliste de répondre par la négative, car il n’y a aucune raison suffisante de penser que ces locuteurs n’ont pas vécu jusqu’à leur âge adulte (ou jusqu’au jour où ils ont produit leur discours recueilli) au sein de leur communauté linguistique. Cet argument se justifie parce que les enquêtes sont menées sur des terrains considérés comme étant les localités dont les populations ont pour langues maternelles le kabiyè ou le miyobé. Ce qui revient à dire que les locuteurs ont une compétence et une performance linguistiques suffisantes dans leurs langues maternelles respectives. L’intérêt porté au français relève donc d’autres facteurs. Nous nous trouvons dans un contexte qui cadre bien avec les processus de création des langues mixtes, quand on observe de près l’allure à laquelle cette langue toute puissante envahit le kabiyè et le miyobé avant de les engloutir, à coup sûr, dans les temps à venir. La langue française n’est pas une lingua franca pour les Kabiyè17 et les Pìyɔ́bέ̀ instruits. Certes, à l’instar d’autres communautés linguistiques de par le monde, les termes désignant des réalités nouvelles sont totalement intégrés, qu’ils viennent du français ou d’une autre langue :

29Mais, cela n’est pas indicateur d’une faiblesse des langues emprunteuses. En même temps qu’elle ne joue pas le rôle de médiateur, la langue française n’est pas non plus un relais pour les locuteurs des langues qui sont en train d’être phagocytées. Nous posons l’hypothèse d’une attitude des locuteurs vis-à-vis du français au détriment de leurs langues maternelles. Cette attitude traduit-elle une crise identitaire ?

Le français comme « langue d’identification »

  • 18 Pali, Tchaa, op. cit.

30Le kabiyè et le miyobé n’ont pas le même statut sur le plan national. D’une part, le kabiyè a été déclaré langue nationale, au même titre que l’ewe, par le gouvernement togolais depuis 1975. Elle est parlée par près de 800000 locuteurs. Elle intervient dans l’enseignement. Le miyobé n’a pas la même visibilité que le kabiyè. Langue menacée de disparition, elle n’est parlée que par environ 1500 locuteurs au Togo18.

31Les pourcentages de la présence des termes français dans les discours montrent que les locuteurs n’ont pas la même attitude vis-à-vis de cette langue. Plusieurs motivations peuvent justifier cette divergence comportementale. Elles relèvent de ce qui peut être identifié sous les concepts de représentation linguistique (RL) et de sentiment des locuteurs ; les deux concepts ne sont pas dissociables, car ils s’impliquent l’un, l’autre. Pour parvenir à caractériser la RL des locuteurs natifs du miyobé et du kabiyè en regard de la langue française, nous avons conçu un questionnaire d’enquête que nous avons soumis à des locuteurs de chacune des deux langues. Ce questionnaire se présente sur le modèle du spécimen suivant1 :

1 Locuteurs natifs de la même langue.

Interprétation des résultats19

  • 19 Les personnes qui ont été concernées par l’enquête ont toutes donné suite à notre sollicitation. 30 (...)

32Il ressort des données recueillies que les Kabiyè comme les Pìyɔ́bέ̀ perçoivent leurs langues maternelles respectives de façon similaire : elle est un instrument de communication et surtout un véhicule de la culture. Au sein de la multitude des communautés linguistiques que renferme le Togo, la langue maternelle est un moyen de reconnaissance de l’ethnie à laquelle l’on appartient. Par ailleurs, 100 % des locuteurs du kabiyè (soit 15 individus) et 80 % des locuteurs du miyobé (soit 12 individus sur 15) estiment qu’il n’y a pas de préférence à avoir entre leurs langues maternelles et le français. Sans doute, les deux langues ne sont pas comparables pour la simple raison qu’elles n’ont pas les mêmes privilèges. La langue maternelle, même quand elle a été décrétée langue nationale comme le kabiyè, a un rôle limité au cercle familial ou au cocon ethnico-linguistique. Elle représente la tradition et tous ses corollaires. Quant au français, il est la langue officielle. Ses fonctions sont identiques au Togo à celles qu’évoque Barbier pour cette langue en Côte d’Ivoire :

  • 20 Barbier, Prisque, « Corpus et idéologie linguistique en francophonie africaine », in Pour une épist (...)

Le français est la langue de la Présidence de la République, de l’Assemblé nationale, de l’administration publique, des cours de justice, de l’enseignement à tous les niveaux, des forces policières, des forces armées et des médias. Il est pensé comme devant également jouer un rôle de tout premier plan dans le développement économique, social et culturel du pays : c’est la langue de la modernité.20

  • 21 Maurer, Bruno & Domergue, Alain, « Enquêter sur les représentations sociales des langues : allier q (...)

33Il faut donc voir dans l’absence de préférence pour l’une ou l’autre langue l’idée que chacune d’elles a son domaine propre sans qu’il existe quelque chose qui empêche qu’elles se retrouvent dans le discours d’un même locuteur bilingue. Cependant, si cette analyse semble plausible, comment comprendre que parmi les locuteurs de la langue miyobé, 20 % des individus (3 individus sur 15) aient une préférence pour leur langue maternelle ? C’est que ceux-ci ont conscience du péril que connaît cette langue et tentent de la sauver de la disparition. De fait, la pire des menaces que subit le miyobé ne vient pas du français, mais d’autres langues togolaises (dont le kabiyè) qui l’entourent et que ses locuteurs sont obligés de parler (souvent dès le premier âge) pour des raisons de survie. On est là dans ce que Maurer & Domergue appelle « un registre très affectif […] » qui est inscrit « dans la conscience nationale, baignant dans les émotions et la tendresse, les unes comme les autres fièrement assumées »21.

34En outre, si les locuteurs du kabiyè et du miyobé ne semblent pas négliger leurs langues maternelles respectives, tous considèrent le français comme incontournable et presqu’incoercible pour bilingues qu’ils sont. Leur privilège en tant que personnes instruites ne leur est dévolu qu’au travers de cette langue. De la même manière que le perçoivent les lycéens malgaches,

  • 22 Ibid.

[…] le français est vu comme une langue très employée et très entendue et elle joint à cette caractéristique pratique, une dimension utilitaire dans la mesure où elle conditionne la capacité à tisser un riche réseau relationnel qui sera utile pour effectuer un bon parcours professionnel.22

  • 23 Abbassi, A., A Sociolinguistic Analysis of Multilingualism in Morocco. Ph.D. Dissertation, Austin, (...)
  • 24 Guyot, D., « Plurilinguisme et Métissage : Le cas des métis du Togo », International Journal of the (...)

35L’attitude linguistique est très importante quand il s’agit de comprendre le choix de certains locuteurs vis-à-vis des langues en présence car, selon Abbassi, il charrie une flopée d’« indices that contribute to the sociolinguistic description of the target language profile […] each language, or language variety, owes its status, in a large part, to what the members of the speech community think of it »23. En revanche, l’adhésion au français et son caractère irrésistible n’expliquent qu’en partie les causes de l’omniprésence de cette langue dans nombre de discours produits par des locuteurs natifs des langues kabiyè et miyobé. La plupart des personnes interrogées au cours de notre enquête ont répondu par l’affirmative à la question : Q9(a) Faites-vous le choix d’utiliser des termes français pour montrer que vous êtes une personne instruite ? En termes de représentations chiffrées, seuls deux individus sur 30, locuteurs kabiyè et miyobé réunis, (soit 6,66 % des enquêtés) disent pratiquer le parler bilingue sans faire un choix délibéré. Les autres (28 individus, soit 93,33 %) estiment opter volontairement pour le parler bilingue pour certaines raisons. Il s’agit bien souvent de montrer à son interlocuteur que l’on a une certaine connaissance de la langue française. Cela apparaît comme un moyen de s’élever socialement. De ce point de vue, le parler bilingue devient le créneau par lequel on assouvit la soif d’une quête identitaire en tant que locuteur d’une langue particulière. Dans l’expression de Guyot à propos de la langue ewe parlée dans les villes du Togo, il apparaît clairement que « […] la langue devient éventuellement ensuite un moyen [pour eux] de prendre leurs distances vis-à-vis de leur origine ethnique, d’affirmer et de cultiver leur identité urbaine, de commencer une nouvelle vie loin du village »24. C’est là un indice très fort : parler une langue ou faire preuve de sa connaissance est l’expression d’une crise identitaire par rapport à la communauté linguistique à laquelle on appartient, à son village, etc. Les Kabiyè sont reconnus comme faisant du français, mais pas uniquement, une utilisation assez fréquente dans leur langue maternelle. Les exemples suivants (KAB-FR) illustrent le phénomène dans l’expression de la parenté.

  • 25 Sujet, objet, verbe.

36Le pourcentage de la présence des termes du français dans la langue kabiyè (voir le dialogue KAB 1), qui est de 31,52 %, ne semble pas surprenant. Le miyobé par contre semble plus réservé dans sa pratique du parler bilingue (MIY-FR). De par les structures morphologiques du miyobé (langue à classes nominales préfixales) et syntaxique SOV25, qui contrastent beaucoup avec celles du français, il est fort probable que le mélange des deux langues puisse avoir du mal à prendre. D’où seulement 18,91 % (ce qui n’est pas faible !) de termes du français dans MIY 1. Comme le fait celui du kabiyè, le locuteur miyobé dit aussi bien, ùnέ́-télé « ma télé », ùnέ́- professeur « mon professeur », ùnέ́-sœur « ma sœur », etc.

  • 26 C’est nous qui soulignons.
  • 27 Lafage, S., Français écrit et parlé en Pays Ewe (Sud-Togo), Paris, SELAF, 1985, p. 58.

37Tout compte fait, à des proportions différentes certes, les locuteurs instruits du kabiyè et du miyobé ont la même représentation du français, qui leur permet de se donner une image en tant que personnes instruites. L’identification, qui peut se faire entièrement à travers le français, se fait dans la langue maternelle surtout quand les locuteurs sont tous natifs de celle-ci. Lafage, parlant de mauvaises attitudes des locuteurs de l’éwé, corrobore cette analyse quand il dit que « le choix du français serait interprété [par le partenaire]26 comme un trait de morgue, un désir de se valoriser. Il fait le gros dos (il fait l’important, il joue le Blanc) dit-on dans ces cas-là […] »27. Mais, si le phénomène est plus poussé en kabiyè qu’en miyobé, c’est aussi parce que la première est enseignée et est plus en contact avec le français. Elle profite également de ce que nombre de ses locuteurs sont des citadins ou habitent la périphérie de la ville. Le miyobé, qui n’est pas utilisé dans l’enseignement, demeure une langue rurale et sédentaire, n’étant parlée au Togo que dans le canton de Solla où la concurrence avec les langues kabiyè, lama, tem, nawdm, ditammari et peul est très rude.

38Notre réflexion a porté sur la question de l’utilisation, de plus en plus remarquée dans leurs langues maternelles, des termes de la langue française par les locuteurs du kabiyè et du miyobé. L’analyse des données montre qu’on n’est pas au stade d’une stricte appropriation de la langue française par les locuteurs du kabiyè et du miyobé. De même, le français n’est pas utilisé comme une langue intermédiaire entre des personnes de langues maternelles différentes. Il n’est donc pas une langue-relais pour les locuteurs ciblés qui sont choisis sur les critères 1) d’appartenance à la même langue maternelle dont ils ont une bonne compétence et 2) d’un certain niveau de connaissance de la langue française requis. Le phénomène décrit paraît plus accru en kabiyè qui est sans doute plus exposé au français que le miyobé. Mais, dans l’un ou l’autre cas, la tendance est forte qui indique que la plupart des personnes instruites utilisent le parler-bilingue à dessein. Entre autres motivations, il s’agit de se donner une image (une identité) vis-à-vis de ses interlocuteurs en tant que personne instruite, donc connaissant la langue française qui a le privilège de langue officielle au Togo. Ce sont là des indices d’une représentation sans doute valorisante de la langue française.

Abréviations et symboles

Notes

1 Cf. les trois articles suivants de Essizewa Komlan Essowe :
 – « Sociolinguistic aspects of language change in Kabiye-French code-switching among students in Kara », Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé, Lomé, 2009, p. 175-184.
 – « The Vitality of Kabiye in Togo », Africa Spectrum, 44, 2, 2009, p. 53-76.
 – « Forms of Address in Kabiye. A Shift to borrowing Terms of Address among Younger Speakers in Togo », Journal of Asian and African Studies n° 80, Research Institute for Languages and Cultures of Asia and Africa (ILCAA), Tokyo, Tokyo University of Foreign Studies, 2010, p. 27-46.

2 Certes, cette étude pouvait également tenir compte des personnes analphabètes car le français apparaît de plus en plus dans leur pratique langagière, mais nous avons considéré que c’est du fait de l’insertion du français par des personnes instruites dans leurs langues maternelles que le phénomène a pris de l’ampleur au point de toucher la masse analphabète.

3 Cf. Pali, Tchaa, Description systématique de la langue miyobé (Togo/Bénin), Thèse de doctorat, Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, 2011.

4 Petitjean, Cécile, « La notion de représentation linguistique : définition, méthode d’observation, analyse », in Pour une épistémologie de la sociolinguistique. Actes du colloque international de Montpellier 10-12 décembre 2009, Limoges, Lambert-Lucas, 2010, p. 293-300.

5 Locuteurs natifs du miyobé ; singulier : ùyɔ́bɛ̀.

6 Cette période correspond à celle où nous avons préparé notre thèse de doctorat sur la Description systématique de la langue miyobé (Togo/Bénin). Cette thèse a été soutenue le 13 juillet 2011 à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

7 Boyer, Henri, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunod, 2001.

8 KAB : exemple en langue kabiyè.

9 MIY : exemple en langue miyobé.

10 k1… k16 : numéros de lignes pour le texte en kabiyè.

11 m1… m10 : numéros de lignes pour le texte en miyobé.

12 Pour des raisons de commodité, nous avons opté pour une transcription phonétique en utilisant les caractères de l’Aphabet Phonétique International (API) ; les termes de la langue française sont reconnaissables à leur glose marquée par le symbole FR.

13 Pali, Tchaa, op. cit.

14 Lébikaza, Kézié K., Grammaire kabiyè : une analyse systématique. Phonologie, tonologie et morphosyntaxe, Köln, Rüdiger Koeppe Verlag, 1999.

15 Essizewa, Komlan Essowe, « Sociolinguistic aspects of language change in Kabiye-French code-switching among students in Kara », in Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé, Lomé, 2009, p. 175-184.

16 Code-switching.

17 Locuteurs natifs du kabiyè.

18 Pali, Tchaa, op. cit.

19 Les personnes qui ont été concernées par l’enquête ont toutes donné suite à notre sollicitation. 30 formulaires ont été dûment remplis et toutes les questions ont obtenu des réponses pour le kabiyè comme pour le miyobé.

20 Barbier, Prisque, « Corpus et idéologie linguistique en francophonie africaine », in Pour une épistémologie de la sociolinguistique. Actes du colloque international de Montpellier 10-12 décembre 2009, op. cit., 2010, p. 94.

21 Maurer, Bruno & Domergue, Alain, « Enquêter sur les représentations sociales des langues : allier qualitatif à partir de petits échantillons », in Pour une épistémologie de la sociolinguistique. Actes du colloque international de Montpellier 10-12 décembre 2009, op. cit., 2010, p. 260-262.

22 Ibid.

23 Abbassi, A., A Sociolinguistic Analysis of Multilingualism in Morocco. Ph.D. Dissertation, Austin, University of Texas, 1977, p. 171.

24 Guyot, D., « Plurilinguisme et Métissage : Le cas des métis du Togo », International Journal of the Sociology of Language, 128, 1997, p. 78.

25 Sujet, objet, verbe.

26 C’est nous qui soulignons.

27 Lafage, S., Français écrit et parlé en Pays Ewe (Sud-Togo), Paris, SELAF, 1985, p. 58.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende 1 Locuteurs natifs de la même langue.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35382/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteur

Université de Kara, Togo

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search