Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

Les productions cinématographiques et les enjeux linguistiques en Afrique subsaharienne : le cas du Mali et du Burkina Faso

Dragoss Ouedraogo

Texte intégral

1Les productions cinématographiques dans les pays d’Afrique subsaharienne outre les problèmes structurels de distribution sont confrontées à la nécessité de rencontrer les publics locaux à travers des œuvres filmiques qui leur sont accessibles aussi bien sur le plan de l’esthétique que du message. L’usage des langues nationales dans les films réalisés par les cinéastes des différents pays d’Afrique de l’espace francophone où le français a le statut de langue officielle, constitue une préoccupation majeure aux enjeux multiples.

2Au Burkina Faso et au Mali, de nombreux films sont réalisés dans les principales langues parlées par la majorité des populations. Sans omettre le français, les cinéastes ont choisi d’emblée de développer l’usage des langues comme le bamanan, le jula, le moore, dans leur démarche de création filmique. Ils ont recours ensuite en terme de diffusion internationale au doublage et sous-titrage en français et en anglais pour toucher d’autres publics. Mais de nombreuses contraintes de production fragilisent ces cinémas qui trouvent principalement leurs sources de financement auprès des institutions des pays d’Europe et ne disposent pas de structures endogènes pour leur circulation dans les pays d’Afrique. Citons entre autres la clause d’usage de la langue française pour la production du film africain qui sollicite les subventions des organismes français.

3 D’aucuns soulignent la multiplicité des langues africaines et des groupes ethniques comme un obstacle pour la diffusion des films dans chaque pays et à l’échelle de plusieurs pays d’Afrique. Mais l’expérience confirme que cette réalité sociolinguistique, certes complexe, n’est pas pour autant insurmontable. Par ailleurs la technique cinématographique permet d’envisager le doublage en langues africaines selon les aires linguistiques de diffusion des films.

4Les enjeux économiques et financiers des industries cinématographiques déterminent bien souvent les logiques de production et peuvent influer sur les choix de réalisation entre autres la langue, parfois au détriment d’une densité émotionnelle de l’œuvre en relation avec l’univers socioculturel qu’elle veut refléter. Car une langue renferme toutes les valeurs de civilisation d’une société. Ainsi on peut noter un véritable hiatus quand dans un film burkinabe montrant une scène de vie quotidienne au village, on entend des personnes âgées s’exprimer en français. À l’inverse, d’autres films comme Baara ou Finyè de Souleymanve Cissé nous révèlent des œuvres où se déploient l’imaginaire et la richesse métaphorique de la langue bamanan parlée par les différents personnages.

5En définitive, l’usage des langues nationales dans les créations artistiques et culturelles constitue un engagement pour résister à des pressions multiples qui confinent à la marginalité des œuvres dans leur terroir en les rendant inaccessibles à leurs publics potentiels. Les cinémas d’Afrique, pour remplir leur rôle de véritables « écoles du soir » selon la célèbre formule du cinéaste Sembène Ousmane, ne sauraient se figer dans un splendide éloignement des populations africaines.

6En examinant au préalable le contexte plurilinguistique avec le statut dominant de la langue française (langue officielle) dans les pays anciennement colonisés par la France, nous analysons par la suite comment se meuvent les productions cinématographiques pour imprimer une esthétique et un langage endogène marqué du sceau des langues nationales.

Le contexte plurilinguistique des productions cinématographiques en Afrique noire francophone

7Les problèmes linguistiques dans les pays d’Afrique francophone du fait de l’héritage colonial existent indépendamment de l’intérêt que l’on porte à la production et à la diffusion des œuvres filmiques africaines. Ce constat touche tous les domaines des pratiques culturelles et artistiques contemporaines. La langue française, langue officielle et langue d’enseignement dans les différents cycles (primaire, secondaire et universitaire), demeure cependant parlée par la minorité des populations dans les différents pays. À peine un dixième de la population du Burkina Faso à titre d’exemple. Elle demeure l’apanage des fractions scolarisées et urbaines.

8Nonobstant cette réalité de langue minoritaire, la langue française de part sa position dominante dans les sphères du pouvoir politique, va imprimer sa marque au sein des productions artistiques et culturelles contemporaines notamment dans la littérature, le théâtre moderne. Elle va servir de langue pour l’écriture des œuvres littéraires (roman, théâtre, poésie, nouvelles) depuis l’époque coloniale avec l’émergence des pionniers de la littérature négro-africaine d’expression française. Cette situation demeure encore de nos jours.

9Cet héritage colonial coexiste avec les langues nationales et les gens négocient une cohabitation plurilinguistique dans leurs démarches de créations culturelles et artistiques. Il y a une appropriation dynamique et vivante de cette langue dans la vie quotidienne comme dans les créations littéraires.

10La langue française est africanisée et domptée pour refléter l’imaginaire et l’esthétique de la parole traditionnelle. Nous en avons de multiples exemples illustratifs dans les productions littéraires. Des auteurs comme Ahmadou Kourouma à travers son célèbre roman Le soleil des indépendances ont été les précurseurs audacieux de cette africanisation du français c’est-à-dire la traduction dans la langue de Molière des expressions et métaphores des langues africaines.

11Ces innovations n’occultent pas cependant la nécessité de penser et d’organiser l’usage des langues africaines dans les productions culturelles et artistiques pour les ancrer véritablement dans l’environnement socioculturel africain. Car les œuvres écrites ou diffusées uniquement en langue française laissent à la marge des fractions importantes de populations non locutrices de cette langue. Par ailleurs, il demeure fondamental de réfuter par la pratique les thèses aux relents colonialistes selon lesquelles les langues africaines se résumant en « des dialectes » ne sont pas porteuses de modernité, de culture savante, et donc incapables de refléter les pensées élaborées et scientifiques. Nous savons que cette péjoration des langues locales a été une stratégie pour asseoir la domination de la langue française faussement présentée comme celle de la civilisation dans les colonies de l’Afrique occidentale française (AOF) et de l’Afrique équatoriale française (AEF) ; Il s’agit d’une volonté de négation des cultures et civilisations des peuples africains.

12Le cinéma colonial a joué un rôle important dans cette vision ethnocentrique en réduisant le continent africain à un vaste décor où les « indigènes » campés à l’écran en constituent un des éléments. Ce ne sont pas des sujets qui réfléchissent et s’expriment a fortiori dans leur langue.

  • 1 Cf. Maldoror, Sarah, in Black African cinema, Barkeley, University of California Press, 1994, p. 5. (...)

13Nous comprenons alors l’engagement des pionniers des cinémas d’Afrique à revaloriser le patrimoine culturel nié pendant la longue nuit coloniale quand ils ont eu la possibilité de réaliser des films. Comme le formule la cinéaste Sarah Maldoror, « […] pour beaucoup de cinéastes africains, le cinéma était un outil de la révolution, une éducation politique pour transformer les consciences. Il s’inscrivait dans l’émergence d’un cinéma du tiers-monde cherchant à décoloniser la pensée pour favoriser des changements radicaux dans la société. Il s’agissait dès lors d’élaborer un nouveau langage cinématographique tendant à développer l’éthique culturelle d’un peuple »1. L’usage des langues revêt dans cette quête d’affirmation identitaire des enjeux importants dans les productions cinématographiques africaines.

Les enjeux linguistiques des productions cinématographiques africaines

14Une focale sur les films réalisés en Afrique francophone subsaharienne donne à voir une hétérogénéité de situations quant à l’usage des langues. Nous illustrons notre propos par les cas du Burkina Faso et du Mali en faisant quelques ouvertures sur d’autres pays.

15De nombreux films sont tournés dans les principales langues nationales parlées dans ces deux pays sus-cités (moore, bamanan, jula, au Burkina Faso ; bamanan au Mali). Une prise de conscience des cinéastes sur l’importance des questions linguistiques les a conduits à l’usage des langues nationales par les personnages dans leurs films. C’est le parti pris de toucher les publics dans une langue compréhensible et relevant de leur culture profonde.

16Les films africains rencontrent des difficultés structurelles en l’absence de circuits de distribution pour leur diffusion auprès des publics. Par ailleurs, les fermetures massives des salles de cinéma dans de nombreux pays africains privent les films de réseau de visibilité.

17Ils ne leur reste plus que les télévisions pour les films qui parviennent à trouver ce canal de diffusion, les salles d’art et essai en France et les festivals de films sur le plan international (Europe, États-Unis, etc.). C’est donc là malgré leur faible présence sur les écrans que les cinéastes peuvent trouver un espace loin des publics africains. Ces problèmes structurels peuvent influer sur le choix de la langue de réalisation du film dans l’espoir de toucher le public en terme de marché. Les cinéastes arrivent cependant à contourner ces obstacles en usant des moyens techniques tels que le sous-titrage ou la postsynchronisation pour la diffusion internationale de leurs films. Cependant, les quelques exemples de postsynchronisations se sont avérés périlleux. Citons le film Yaaba du réalisateur Idrissa Ouédraogo où les personnages dans un environnement de village mossi parlent en français. Il ya un hiatus lorsque la grand-mère parle en français malgré la voix tremblante de la comédienne qui dit ses dialogues. Certes, ce compromis permet la compréhension du film au large public francophone au-delà du Burkina Faso. Mais la version originale en moore sous-titré dans les autres langues dont le français est plus crédible. Nous retrouvons la même problématique avec le film Yeelen de Souleymane Cissé du Mali.

  • 2 Cité par Vieyra, Paulin, Le cinéma africain. Des origines à 1973, Ed. Présence Africaine, 1975, p.  (...)

18Ce constat n’est pas propre au cinéma africain. Car les logiques commerciales président au choix du doublage pour une diffusion massive des films. Or, les doublages ont un inconvénient majeur quant à l’authenticité des personnages à l’écran. Car la langue renferme toutes les facettes culturelles d’un peuple incarné par les personnages dans les dialogues où se déploie l’esthétique de la parole et de la communication. « Mettre dans la bouche d’acteurs français le parler allemand ou russe, c’est créer nécessairement un hiatus entre la densité affective et émotionnelle que porte cette langue et la pensée étrangère à elle qu’elle est appelée à signifier. S’il se trouve que les langues en cause appartiennent au même déterminisme géographique et ressortissant de la même civilisation, on peut avancer que ce n’est là qu’un demi-mal. Dans les cas où la langue de substitution utilisée à doubler le film, appartient à une autre aire géographique et porte des valeurs d’une autre civilisation, la chose est plus dramatique. »2 Fort heureusement, les cinéastes privilégient dans leurs films l’usage des langues nationales et le sous-titrage dans les langues étrangères (français, anglais). Et ces films ont connu une large audience nationale et internationale. Citons le cas des films Fynè, Baara et Yeelen de Souleymane Cissé. Les acteurs et actrices incarnent avec aisance leur personnage et les dialogues en bambara reflètent la richesse métaphorique de l’art oratoire à travers l’usage des proverbes. Le sous-titrage, même s’il ne peut pas faire ressortir toutes les subtilités de la langue d’origine, constitue un repère pour le spectateur.

19Le film Wend Kuni de Gaston Kaboré en mooré (langue parlée par près de la moitié de la population burkinabe) est une belle illustration de l’esthétique de la parole traditionnelle, de la gestuelle dans le processus de la communication sociale. La mise en scène épurée du réalisateur valorise les silences qui font partie intégrante de la communication interpersonnelle et rituelle. A contrario, le film Paweogo de Sanou Kollo tourné en français souffre du manque de naturel des acteurs surtout dans les séquences montrant la vie au village.

20La situation plurilinguistique implique un autre problème à résoudre pour le cinéma africain. Le doublage des films dans des langues africaines pour des populations de régions et d’ethnies différentes à l’échelle d’un pays voire de plusieurs pays.

21Les productions cinématographiques se sont enrichies avec l’émergence ces dernières années des sitcoms ou séries télévisées. Le cinéma burkinabe y retrouve un souffle nouveau et ses séries telles que « Kadi Jolie », « Ma famille », « Bobo Diouf », « Vis-à-vis », etc. rencontrent des succès en Afrique noire francophone. Ces films utilisent les ficelles de l’humour, la dérision dans la peinture caustique du vécu des populations urbaines. La langue de tournage est principalement le français.

22La télévision malienne, avec la nouvelle série sur le royaume bambara de Ségou, fait une incursion dans cette direction. Certains publics trouvent un décalage déplorable quand ils voient les personnages à l’écran s’exprimer en français dans un univers inscrit dans l’épopée bambara.

23La tendance actuelle dans les films est de refléter la cohabitation de la langue française avec les langues nationales. En cela ils reproduisent les usages quotidiens des populations surtout des zones urbaines qui naviguent allègrement d’une langue à l’autre dans leurs conversations.

24Le magnifique film, Un homme qui crie (prix spécial du jury au Festival de Canne mai 2010) de Mahamat Haroun Saleh, tourné au Tchad, use de cette cohabitation du français et des langues africaines. Notons par ailleurs la présence de comédiens et comédiennes venant de différents pays africains dans le film (Congo-Brazaville, Mali, Tchad, France, Chine, etc.).

25Nous sommes en présence d’une hétérogénéité de situations quant à l’usage des langues africaines dans les œuvres filmiques en Afrique francophone subsaharienne. Mais la nécessité d’imprimer ces langues sur les images à l’écran demeure fondamentale pour relever le double défi de toucher les publics dans leur diversité et d’incarner les cultures profondes des peuples.

Notes

1 Cf. Maldoror, Sarah, in Black African cinema, Barkeley, University of California Press, 1994, p. 5. Cité par Olivier Barley, Les cinémas d’Afrique Noire, p. 48.

2 Cité par Vieyra, Paulin, Le cinéma africain. Des origines à 1973, Ed. Présence Africaine, 1975, p. 262-263.

Auteur

Université Victor Segalen – Bordeaux 2

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search