Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

Comportement morphosyntaxique d’un parler en milieu francophone : le cas du camfranglais

Augustin Emmanuel Ebongue

Texte intégral

  • 1 Camfranglais.
  • 2 Ebongue, Augustin et Fonkoua, Paul, « Le camfranglais ou les camfranglais ? », in Le Français en Af (...)
  • 3 Ibid., p. 267-268.

1L’environnement francophone est un environnement des contacts divers : contact des cultures et surtout des langues. Le contact se fait essentiellement entre les langues africaines et le français dans le contexte africain. Au Cameroun, le français cohabite avec environ trois cents langues identitaires et avec une autre langue d’importation européenne qu’est l’anglais. Le contact entre ces langues de familles différentes a donné naissance à un parler jeune que les linguistes appellent le camfranglais. C’est ce parler hybride qui nous intéresse dans la présente étude et surtout dans ses aspects syntaxiques et morphosyntaxiques, deux domaines du CFA1 qui sont restés peu analysés. De nombreux travaux ont été effectués au niveau du lexique et des représentations que ses locuteurs légitimes et les autres tranches d’âge de la population ont de ce parler hybride qui semble se présenter comme du créole en cours de formation dans sa variété « authentique » ou « pure »2. Il s’agit d’un camfranglais qui existe beaucoup plus dans les représentations que dans les pratiques3.

  • 4 Ngo Nlend, Édith Cécile, La créativité lexicale en camfranglais, mémoire de maîtrise, département d (...)
  • 5 Féral, Carole (de), « Étudier le camfranglais : recueil des données et transcription », Le français (...)
  • 6 Le nom « camfranglais » est une création des linguistes camerounais probablement soucieux de donner (...)
  • 7 Nous menons actuellement une étude sur un corpus CFA transcrit par les locuteurs du CFA eux-mêmes.
  • 8 Féral, Carole de, op. cit., 2006, p. 262.

2Le corpus sur lequel on s’appuie provient des écrits de certains élèves de Ngo Nlend4 et de bien d’autres supports écrits. On est d’accord avec ceux qui pensent que demander aux locuteurs de parler camfranglais « ne peut donner qu’une image tronquée et erronée de ce qu’est le camfranglais en tant que pratique langagière »5. Mais nous pensons aussi qu’en les incitant à le faire d’une manière ou d’une autre, il devient également intéressant de voir comment les locuteurs gèrent la morphosyntaxe du camfranglais. Ce qui nous aidera à voir comment ils se la représentent. Et on pourra connaître les syntaxes des langues qui gouvernent l’organisation syntaxique et morphologique du camfranglais. Le plus important n’est donc pas pour nous l’identité camfranglaise d’un énoncé, mais plutôt la manière dont les locuteurs gèrent la syntaxe de leur parler jeune. De plus, pour ne pas déformer la réalité linguistique qu’est le camfranglais, comme l’ont déjà fait les linguistes qui s’intéressent à ce parler quant à la question de sa nomination6, nous avons privilégié dans la présente étude les transcriptions faites par les locuteurs eux-mêmes. À l’observation, elles présentent des enjeux scientifiques importants7 très souvent masqués par les transcriptions des chercheurs8. On relève dans la pratique du CFA des tendances (morpho) syntaxiques concordantes qu’il importe de décrire. En nous appuyant sur les démarches descriptive et contrastive, nous examinerons le comportement syntaxique et morphosyntaxique de trois catégories grammaticales notamment le nom, le verbe et l’adjectif. L’impression générale que l’on a est que le CFA est à l’image de sa niche écologique, c’est-à-dire un environnement de tous les contacts : cultures, langues, etc. Telle semble être la principale caractéristique du contexte francophone.

Le nom

3Il n’est vraiment pas aisé de systématiser le fonctionnement (morpho) syntaxique du substantif en CFA, et il serait même très prétentieux dans le cadre d’un livre de prétendre cerner l’intégralité de ses tendances. On se limitera à l’essentiel. Dans l’ensemble, le nom en CFA présente un comportement semblable à celui du français ; il arrive qu’il prenne l’image d’autres langues qui font sa composition comme l’anglais. L’on s’intéressera uniquement à l’agencement des éléments à l’intérieur d’un groupe coalescent, à la détermination nominale et au genre.

La composition

4La composition en camfranglais se distingue en bien des points de la composition en français camerounais qui a plutôt tendance à se rapprocher de celle du français standard. Aussi, en camfranglais certains mots comportent-ils des composantes issues de plusieurs langues. C’est ainsi que l’on rencontre régulièrement des mots composés constitués à la fois de mots appartenant aux langues locales autochtones et aux langues européennes (notamment le français et l’anglais). Il s’agit essentiellement des formations coalescentes faites des mots issus du pidgin-english, de l’anglais, de l’ewondo, du douala, etc. La syntaxe est alors généralement celle du pidgin-english. Les occurrences ci-dessous en sont une illustration :

  • muna for kapo (enfant de riche) : n. m. [du douala muna (enfant) + for (anglais) + kapo (caporal (riche/puissant) en français] ;

    • 9 Nom masculin.

    muna for tété (enfant de riche) : n. m9. [constitué de muna (douala)] + for (anglais) + tété (riche en camfranglais) ;

  • kam no go (gale, maladie de la peau) : n. m. [constitué de kam (pidgin-english, venir) + no go (anglais)] ;

  • ndolo too hot (grand amour) : n. m. [constitué de ndolo (amour en douala) + too hot (très chaud en anglais)] ;

    • 10 Nom féminin.

    ma bo ya (prostituée) : n. f10. (de l’éwondo).

5Les composés ci-dessus fonctionnent comme des expressions idiomatiques codées et parfois incompréhensibles à certains locuteurs du camfranglais, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas suffisamment imprégnés du code, ou alors ceux qui pratiquent un camfranglais simplifié. Les trois premières occurrences sont des expressions issues du pidgin-english. La quatrième occurrence est constituée de deux langues : langue duala (ndolo) et l’anglais (too hot). La dernière lexie est une locution que l’on rencontre également en français camerounais. Elle provient de la langue ewondo du grand ensemble bëti-fan. Elle signifie littéralement « que faisons-nous ? ».

6Le mot de base est suivi de la particule anglaise « man » abondamment utilisée en pidgin-english. Le mot peut être en français, en anglais ou en pidgin-english. Ce qui donne des composés du genre :

  • bouch-man (stupide) : n. m.

  • nyang-man (traître, qui ne garde pas le secret) : n. m.

  • nton-man (chanceux) : n. m.

  • mbout-man (idiot, naïf, quelqu’un que l’on trompe facilement dans les affaires, peureux) : n. m.

  • ndonn-man (valeureux, qui est très rusé et surtout très prudent dans les affaires) : n. m.

  • allo-man (vantard) : n. m.

  • ngniè-man (policier, homme en tenue en général) : n. m.

7Les locuteurs ont tendance à les féminiser en remplaçant tout simplement « man » (homme) par « woman » (femme). Aussi, rencontre-t-on le plus souvent en camfranglais les lexies suivantes :

  • mbout-woman (femme/fille peureuse, idiote, très naïve) : n. f.

  • nton-woman (femme chanceuse) : n. f.

  • fey-woman (femme escroc) : n. f.

  • ndonn-woman (femme valeureuse) : n. f.

8Le camfranglais, comme on a dû le remarquer, partage d’importants points communs avec le pidgin-english du Cameroun qui est de souche anglaise. Cette ressemblance est perceptible au niveau de la morphologie des mots. Beaucoup de ces créations composées existent aussi bien en français camerounais qu’en camfranglais.

L’emploi de l’article défini

9Il n’y a vraiment pas de différence entre la détermination du nom en camfranglais et celle en français camerounais. L’article défini a une valeur démonstrative aussi bien en camfranglais qu’en français camerounais. La définitude est souvent renforcée, comme en français camerounais, par la post-position des déictiques -là et -ci au substantif. On note dans les deux systèmes le suremploi du déictique de monstration « là » qui donne à l’article une valeur de définition. Observons à ce sujet les extraits ci-dessous réalisés par deux lycéens de la ville de Douala :

  • 11 Gars, tu as vu cette fille-là ?/Tu sais que je suis sorti avec cette fille-là et depuis un bon bout (...)
  • 12 Fauchés, ils ont dit à mes amis de sortir de leurs poches tout leur argent ; le problème est que je (...)

– gars, tu as encore see le produit-là ?
– gars, tu know que j’ai cut la nga-là et depuis from elle me run.11
– comme ils étaient nguémé, devant nous ils ont tell à mes cotas de com out les dos de leurs poches pour leur show, le blème c’était que je knowais les pots là et eux ils me knowaient.12

10Comme on peut le constater dans les traductions en notes de bas de pages, le déictique « là » a une valeur désignative. Autrement dit, lorsqu’un locuteur du camfranglais veut référer à une réalité, un objet ou une personne présente dans la scène d’énonciation, ou qui n’existe que dans l’esprit des interlocuteurs, il fait généralement appel au déictique « là ». Le déictique « là » a deux principales valeurs en camfranglais : la valeur du défini (note 12) et la valeur désignative (note 11). Et on peut le remplacer par un article défini français ; la valeur désignative peut être remplacée par l’adjectif démonstratif cet/ cette. Dans les deux cas, il reprend une réalité, un nom, antérieurement évoqué, présent ou absent de la situation de communication.

La marque du genre

11En camfranglais, le genre est très souvent gouverné par le sexe de la personne de qui on parle. Généralement, ses locuteurs s’inspirent du français central de référence ; bref, ils s’appuient sur des connaissances acquises en français lors de leur parcours scolaire. On distingue ainsi dans cette langue comme en français deux genres : le masculin et le féminin. Le genre masculin revient aux êtres, aux réalités susceptibles d’être de sexe masculin. La conversation ci-dessous entre deux locuteurs en constitue quelques illustrations :

  • 13 Allô, allô Franck/ Oui, Pat, je t’écoute/… je te suis très bien/… tu es à la maison ?/ Non, je suis (...)

A – Allô, Allô, Franck.
B – Oui, Pat, je ya ce que tu tell
A – Allô…
A – Je ya mo ! Speak.
B – Tu es où ? Tu es à la piole ?
A – No, gars, je suis go au market avec mon répé. Il y a un pb ou tu as un way pour moi ?
B – No, je voulais juste look les komas !
A – Go àlors à la piaule, mon onkal est là-bas.13

12Les groupes nominaux mon répé (mon père) et mon onkal (mon oncle) sont naturellement au masculin, parce qu’ils désignent des êtres de sexe masculin. Lorsque les noms réfèrent à des êtres de sexe féminin, ils sont naturellement déterminés par un déterminant féminin.

  • 14 Depuis que ma mère m’a ramené un téléphone de l’Europe, je suis très fier tous les jours, parce qu’ (...)

– depuis que ma matter a bring mon phone de Mbeng, all les day, je suis très fière parce que ma matter m’avais gi ce way. Ma big résé et les nanas du quat sont toujours jalouses de mon phone.14

13Les groupes nominaux ma mater (ma mère), ma big résé (ma sœur aînée), les nanas (les filles) réfèrent aux êtres de sexe féminin. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils sont déterminés par un déterminant féminin. Parfois c’est le déterminant qui marque l’opposition masculin/ féminin. Autrement dit, la morphologie du nom reste invariable ; seul le déterminant prend la marque du féminin.

  • 15 J’ai commencé à draguer la fille, elle a été séduite ; il fallait conclure l’affaire.

– je begin à verber, verber la bébé, la mouna est tombée il fallait la couper.15

14C’est l’article la qui marque l’opposition des genres masculin et féminin dans les groupes nominaux la bébé, la mouna. Cependant, dans la pratique quotidienne du camfranglais, on utilise les deux genres pour marquer le féminin : la/le bébé et le/la mouna désignent selon le contexte des filles. Il faut également signaler que le changement du genre de l’article peut aussi faire passer du français standard (ou camerounais) au camfranglais. Ainsi, lorsqu’un locuteur dit « la/une bébé » ou « la/une mouna », etc. pour souligner le sexe féminin, il faudrait déjà penser au camfranglais. Mais s’il maintient les déterminants masculins, il s’agirait soit du français camerounais soit du français standard. Il est des cas spécifiques qui font changer le sens du référent dès que le genre du déterminant change. C’est le cas par exemple de « pote », « kota », « koppo », « kombi », etc. qui, lorsqu’ils sont précédés d’un déterminant masculin ou féminin, désignent respectivement un être de sexe masculin ou féminin. Tous ces mots signifient « meilleur ami ». Ce sont des synonymes.

15Au-delà de ces tendances morphosyntaxiques caractéristiques de la marque du genre en camfranglais, les camfranglophones exploitent abondamment le modèle français dans l’attribution du genre. Ainsi pour passer du masculin au féminin, ils ajoutent à certains mots le suffixe français -ette qui marque souvent le féminin ou le diminutif. Nous avons à titre d’exemples : un « yor » est un jeune homme qui adopte les manières et le style d’habillement des stars américaines du RNB. Au féminin, on aura une « yoyette ». Les « yoyettes » et les « yors » mettent souvent des tenues extravagantes qui rappellent les grandes stars de musique et de cinéma américains. Les « yors » sont très souvent reconnus par les tresses qu’ils portent, les yoyettes par des tenues très provocantes et surtout extravagantes.

16S’agissant de la gestion du genre dans les cas dépourvus de l’idée de sexe, le français reste largement exploité. Le genre d’un nom en camfranglais dépend du genre qu’il possède en français. Aussi les noms camfranglais dont les équivalences en français standard sont du genre masculin gardent - ils le genre masculin. Il en va ainsi des exemples ci-après :

  • un kwatt/quat (un quartier) ;

  • un takech (un taxi) ;

  • un day (un jour) ;

  • un djob (un job, un travail).

17Lorsque les équivalents français sont du genre féminin, les camfranglophones les féminisent à leur tour. À titre d’exemples, considérons les cas ci-après :

  • la bougna (la voiture) ;

  • la damé / la gnama (la nourriture) ;

  • la ndan (la carte d’identité nationale).

18Cette règle n’est applicable qu’à la majorité des cas. Car il existe quelques exceptions telles que :

  • le/la ndjoka (la fête) ;

  • le nguémé (la galère) ;

  • le nton (la chance) ;

  • le ndutu (la malchance), etc.

19Le mot « ndjoka » peut accueillir le déterminant féminin ou masculin. On assiste également en camfranglais à une féminisation importante des noms empruntés à l’anglais, à l’exception des noms évoquant la notion de genre qui respectent la règle émise supra. La quasi-totalité des noms empruntés à l’anglais sont du genre féminin :

  • la house (la maison) ;

  • la/les shoes (les chaussures) ;

  • la eat (la nourriture) ;

  • la John Barton (marque de chaussure) ;

  • la drink (la boisson) ;

  • la run (la course, le marathon, la fuite) ;

  • la night (la nuit) ;

  • la search (la recherche).

20Il y a de nombreux autres exemples. Il est cependant un nombre important de noms empruntés à l’anglais qui sont du genre masculin :

  • le school (l’école) ;

  • le paper (le papier, le diplôme) ;

  • le work (le travail) ;

  • le day (le jour) ;

  • le goal (le but dans une rencontre de football), etc.

21L’actualisation du nom en CFA est calquée sur le modèle des deux variétés, à savoir le français central de référence et le français camerounais. L’agencement des mots à l’intérieur des groupes coalescents se fait comme en anglais et en pidgin-english.

Le verbe

22Le verbe en camfranglais présente deux principaux comportements selon son origine ou celle du mot dont il dérive. Provenant de l’anglais et d’autres langues qui participent à la formation du camfranglais, le verbe se soumet généralement à une forme de conjugaison semblable à celle de l’anglais.

Comportement du verbe au présent de l’indicatif

23Au présent de l’indicatif par exemple, le verbe ne varie presque jamais. Il conserve la forme de l’infinitif.

  • mola, mon pacho tchach que je suis weak en maths (gars, mon père dit que je suis faible en mathématiques) ;

  • tu ne wait pas ton frère ? (tu n’attends pas ton frère ?) ;

  • les anglos, on dit qu’ils ne tok pas le vrai gramma, que ils parlent le Kumba et le Bamenda (les anglophones, on dit qu’ils ne parlent pas anglais ; ils parlent le pidgin-english) ;

  • everyday, je back à la house en talkant les way du quat (chaque jour, je rentre à la maison en parlant des affaires du quartier) ;

  • how mbindi, tu mimba que j’ai de l’argent ? (comment petit, tu penses que j’ai de l’argent ?).

24Les verbes empruntés à l’anglais ou à des langues camerounaises sont très souvent invariables dans trois premières personnes.

Au passé composé

25Au passé composé, la forme que l’on peut considérer comme participe passé est toujours invariable pour ce que l’on pourrait appeler anglicisme. Le participe passé en camfranglais n’a pas de forme particulière. Considérons à titre illustratif les exemples suivants :

  • la ngo de l’autre day a take le mbèlè (la fille de l’autre jour est enceinte) ;

  • Le match qu’on a show hier à la télé m’a wanda (la rencontre de football que l’on retransmise à la télévision hier m’a beaucoup surpris) ;

  • j’ai forget mon book de maths à la house (j’ai oublié mon livre de mathématiques à la maison) ;

  • la rémé a cook le taro (la maman a préparé le taro) ;

  • j’ai speak à la télé hier (j’ai parlé hier à la télévision) ;

  • mon big m’a bring un T-shirt de Mbeng (mon frère aîné m’a ramené un Tee-shirt de l’Europe) ;

  • depuis que tu as win ton probat tu ne me mimber plus (depuis que tu passé le probatoire, tu ne penses plus à moi).

26La tendance ici est à la simplification des formes de conjugaison très compliquées du français et même de l’anglais, et ne s’en tenir qu’aux formes simples comme la conjugaison de certains verbes en anglais. Une occasion pour les locuteurs de fuir les formes complexes des verbes des deuxième et troisième groupes français.

À l’imparfait de l’indicatif

27Une très forte tendance des locuteurs du CFA est d’adjoindre aux verbes empruntés de l’anglais et du pidgin-english des désinences verbales de l’imparfait de l’indicatif français. Nous avons à titre d’exemple, les occurrences ci-après :

  • comment tu es go sans me call alors que je te waitais dans la bougna (comment tu es parti sans m’avertir alors que je t’attendais dans la voiture ?) ;

  • je wakayais ma chose au boulevard (je me promenais au boulevard) ;

  • ils commotaient (ils sortaient/sont sortis)

  • je gotais (je partais).

Formation des participes présents

28De nombreux participes présents sont obtenus en adjoignant tout simplement la forme « -ant » au radical du verbe qui provient généralement soit du pidgin-english soit de l’anglais soit des langues camerounaises ou d’autres. On entend ainsi habituellement les constructions du genre :

  • en goyant/gotant (en allant/partant…) (de l’anglais to go : aller) ;

  • en playant (en jouant…) (de l’anglais to play : jouer) ;

  • en mimbayant (en pensant…, en croyant…) (du pidgin-english mimba : penser/croire) ;

  • en wakayant (en marchant…, en se promenant…) (du pidgin-english waka qui lui-même vient de l’anglais walk).

29Il y a donc une exploitation judicieuse des règles de la grammaire française acquises à l’école par les locuteurs. Certaines règles morphosyntaxiques sont tout simplement transposées au camfranglais. Les verbes issus du français standard ou du français camerounais suivent les règles morphosyntaxiques (les règles d’accord notamment) du français de référence. On observe par ailleurs que le comportement du verbe avec le sujet varie en fonction de la variable « niveau scolaire ».

L’accord du verbe avec son sujet

30L’observation de la règle d’accord du verbe avec son sujet dépend du niveau d’instruction des locuteurs du CFA. L’accord du verbe avec son sujet se fait essentiellement chez les jeunes scolarisés qui ont une maîtrise suffisante de la grammaire française et des connaissances non négligeables en grammaire anglaise. Les locuteurs scolarisés du CFA accordent généralement le verbe avec son sujet :

  • tu vas go au ngata (tu iras en prison) ;

  • tu no son pater il va te nak (tu connais son père il va te tabasser) ;

  • tu parles la go là déchirait le nerf (tu parles la fille était très fâchée).

31On relève des cas où le verbe emprunté de l’anglais a tendance à se comporter comme en français. Il en est de « know » qui, chez des locuteurs maîtrisant l’orthographe et l’origine du mot, prend « s » à la deuxième personne du singulier :

  • tu knows que le fille là est bèlè ? (tu sais que cette fille est enceinte ?) ;

  • tu eats le jazz (tu manges le haricot).

32Ont tendance à attribuer le comportement morphosyntaxique du français aux verbes du CFA empruntés de l’anglais les locuteurs qui ont une maîtrise suffisante de la langue française. C’est le cas par exemple des élèves en fin d’études secondaires du premier cycle.

33Le verbe est rarement accordé avec son sujet chez les locuteurs très peu lettrés ou non scolarisés. Ceci est dû à la méconnaissance de la règle de grammaire française qui prescrit l’accord du verbe avec son sujet :

  • tu a dou quoi après ? (tu as fait quoi après ?) ;

  • je suis came pour que tu me sauve avec ta kam (je suis venu pour que tu me cèdes ta chambre) ;

  • après tu me rythme (après tu m’accompagnes) ;

  • well tu me le salote (bien tu me le salues) ;

  • tu est gueme et les ga-là aime les do et elles pifl les do (tu es démuni et ces filles aiment les sous et elles aiment l’argent) ;

  • gar nkem sat ici je veut qu’on speak bien de ce wé par ce que qu’il y a une bringue au kwat et je voulait y être là avec ma nga (gars, viens t’asseoir ici, je veux que l’on parle de cette histoire parce qu’il y a une bringue au quartier et je voulais y prendre part avec ma petite amie) ;

  • tu science comment tu vas go au work demain. Mouf tu cause quoi le work (tu es entrain de réfléchir comment tu iras au travail demain ? Laisse-moi tranquille. De quoi parles-tu ?) ;

  • je veut que tu me rythme (je veux que tu m’accompagnes).

34Il en est de même de l’accord du verbe avec le sujet en anglais. Au présent de l’indicatif, le verbe prend un « s » à la troisième personne du singulier. Les non scolarisés et les élèves des premiers cycles des lycées et collèges ignorent cette règle dans leurs auto-transcriptions du CFA ; le « s » est très souvent omis par les locuteurs scolarisés ou non :

  • on go play au foot (on va jouer au football) ;

  • la nga là me ask toujours les sous (cette fille me demande toujours de l’argent) ;

  • regarde comment il look les gens (regarde comment ils regardent les gens) ;

  • la big mater speak trop (la grand-mère bavarde trop) ;

  • le manan la run comme mip mip (ce gars court très vite) ;

  • gars, on try de work dur dur, c’est très chaud à Guingamp (gars, on essaie de travailler dur, la situation est très compliquée).

35On s’attendrait, comme en anglais, à mettre un « s » à la fin desverbes mis en gras dans les exemples ci-dessus. L’usage veut que tout verbe emprunté à l’anglais reste invariable à la troisième personne du singulier.

De nombreuses locutions verbales

36Le camfranglais, de par ses usages, met en évidence une très forte présence de verbes composés. Ce que l’on pourrait appeler des locutions verbales. Un grand nombre d’entre elles sont spécifiques au camfranglais et ils restent inaccessibles à une certaine catégorie de locuteurs du camfranglais. Ces locutions verbales sont le plus souvent construites à partir d’items appartenant à des langues différentes. Le tableau ci-dessous en donne un aperçu.

37D’autres locutions verbales sont homogènes ; elles comportent des tems français et respectent plus ou moins la syntaxe française ; le camfranglais et le français du Cameroun partagent les mêmes locutions verbales.

38L’actualisation du verbe en CFA matérialise un contact des langues et de variétés de français.

L’adjectif qualificatif

  • 16 Riegel, Martin, et al., Grammaire méthodique du français, 2e édition, Paris, PUF, p. 355.

39C’est l’adjectif qualificatif en fonction épithète qui nous intéresse au niveau actuel du développement de la langue camfranglaise. Et Martin Riegel rappelle qu’on parle d’adjectif qualificatif épithète quand ce dernier est un modificateur facultatif à l’intérieur du groupe nominal16. C’est la place de l’adjectif qualificatif qui nous intéresse, car elle lui semble propre. On remarque que la plupart des adjectifs qualificatifs monosyllabiques sont le plus souvent antéposés, comme c’est le cas en français. Il s’agit d’un autre emprunt à la grammaire française.

  • lais la jeune nga ne lossait pas espoir et comottait toujours la night (mais la jeune fille ne perdait pas espoir et sortait toujours la nuit) ;

  • j’ai tell à ma big résé qu’elle devrait school pour avoir un job (j’ai dit à ma grande sœur qu’elle devait faire des études pour pouvoir avoir un travail) ;

  • je ne know même pas si ma mbindi résé va win son béco (je ne sais même pas si ma sœur cadette va réussir au baccalauréat).

40Il arrive également que les camfranglophones placent l’adjectif qualificatif avant le nom. Il n’y a vraiment pas de différence entre le CFA et le français standard dans l’antéposition et la postposition de l’adjectif qualificatif . En français standard, la postposition de l’adjectif a généralement une valeur objective. C’est ce qui semble le cas avec le CFA.

  • une ndjanga nga (une fille très maigre/mince) ;

  • un mbout gars/man (un garçon, un gars très naïf) ;

  • un mougou gars (un gars très naïf) ;

  • un ngniè djo (un garçon très laid) ;

  • une mo nga (une très belle fille).

41L’adjectif antéposé marque une valeur forte, une très forte intensité ou un degré élevé de la qualification. Lorsque les adjectifs ci-dessus sont postposés au nom qu’ils qualifient, leur effet est moins atténué. En camfranglais, l’adjectif qualificatif est parfois postposé lorsque le locuteur veut indiquer une caractéristique essentielle ou contingente, à savoir la forme, la dimension, la couleur, la propriété, etc. Cet usage se rapproche du français standard :

  • une femme ndjim (une femme grasse) ;

  • une femme ndjimtété (une femme grasse) ;

  • un homme ndjouksa (débraillé) ;

  • un djo frais (un gars bien habillé) ;

  • un gars sexy (mais on dit aussi sexy girl ou sexy boy) (garçon portant les habits moulants).

42Quand les adjectifs qualificatifs renvoient à des propriétés à valeur descriptive ayant une certaine autonomie référentielle, le camfranglais a tendance à les postposer :

  • un homme respo (un homme responsable) ;

  • un man sensé (un homme très prudent dans les affaires) (on lit sinsé) ;

  • un gars sexy (garçon très bien habillé) ;

  • un mbéré frais (policier qui s’habille très bien) ;

  • un awacheur nerveux (un voleur nerveux/effrayant).

43L’autonomie référentielle vient du fait que ces adjectifs peuvent être employés sans support nominal. L’observation de la réalité CFA montre qu’en fonction des effets recherchés, certains adjectifs peuvent changer de place. Les locuteurs du camfranglais exploitent abondamment la forme en « -ant » du français qui donnent naissance aux participes passés et aux adjectifs verbaux. L’adjectif verbal « wandayant » est beaucoup utilisé quand un locuteur veut dire « surprenant », « impressionnant » ou « étonnant ».

– ce qui est wandayant… (ce qui est surprenant, étonnant…).

  • 17 Il faut encore des études pour le prouver.
  • 18 Ebongue, Augustin et Fonkoua, Paul, « Le camfranglais ou les camfranglais ? », op. cit., p. 259-270

44Nous aurions dû nous garder de conclure la présente étude, mais nous sommes obligé de le faire pour des exigences de méthode. Le camfranglais à l’état actuel s’autonomise considérablement vis-à-vis du français camerounais avec lequel il reste encore très lié en plusieurs points et de l’anglais, l’autre langue officielle du Cameroun, auquel il emprunte aussi bien des mots que des traits morphosyntaxiques importants. Les frontières entre le français camerounais et lui sont encore poreuses, parfois invisibles. On a remarqué que la détermination nominale est très proche de celle du français camerounais ; le choix du genre reste celui du français. L’agencement syntaxique des éléments coalescents est fidèle à l’anglais et au pidgin-english. On pourrait penser au processus de créolisation du français. Ce processus reste perceptible au niveau des désinences des verbes issus de l’anglais et des langues africaines. Ceux-ci sont insensibles aux marques du genre (et même celles du nombre que l’on n’a pas abordées ici) ; ils semblent prendre le comportement du verbe en anglais. Le comportement morphosyntaxique du camfranglais montre que ses locuteurs sont habités par une syntaxe issue essentiellement des langues anglaise et française (et dans une certaine mesure des langues africaines17) qu’ils ne maîtrisent pas nécessairement. Il semble évident que plus le camfranglais sera éloigné du français central ou camerounais moins il sera compris par les locuteurs qui pratiquent les deux premières variétés de nos typologies18. Au stade actuel de l’observation de la réalité linguistique camfranglaise, on pourrait dire que la syntaxe est exclusivement française et la morphosyntaxe à forte tendance anglaise.

Notes

1 Camfranglais.

2 Ebongue, Augustin et Fonkoua, Paul, « Le camfranglais ou les camfranglais ? », in Le Français en Afrique. Revue du Réseau des Observatoires du Français Contemporain en Afrique, n° 25, 2010, p. 263.

3 Ibid., p. 267-268.

4 Ngo Nlend, Édith Cécile, La créativité lexicale en camfranglais, mémoire de maîtrise, département de Français, Université de Yaoundé I, 2006.

5 Féral, Carole (de), « Étudier le camfranglais : recueil des données et transcription », Le français en Afrique, n° 21, 2006, p. 262.

6 Le nom « camfranglais » est une création des linguistes camerounais probablement soucieux de donner une identité au parler. Les jeunes eux-mêmes l’appellent « francanglais ».

7 Nous menons actuellement une étude sur un corpus CFA transcrit par les locuteurs du CFA eux-mêmes.

8 Féral, Carole de, op. cit., 2006, p. 262.

9 Nom masculin.

10 Nom féminin.

11 Gars, tu as vu cette fille-là ?/Tu sais que je suis sorti avec cette fille-là et depuis un bon bout elle me fuit.

12 Fauchés, ils ont dit à mes amis de sortir de leurs poches tout leur argent ; le problème est que je les connaissais et eux aussi me connaissaient.

13 Allô, allô Franck/ Oui, Pat, je t’écoute/… je te suis très bien/… tu es à la maison ?/ Non, je suis allé au marché avec mon père/ Il y a un problème ou tu as quelque chose pour moi ?/ je voudrais juste regarder les films/ Va alors à la maison, mon oncle est là.

14 Depuis que ma mère m’a ramené un téléphone de l’Europe, je suis très fier tous les jours, parce qu’elle m’a offert cette chose/ Ma grande sœur et les filles du quartier en sont très jalouses.

15 J’ai commencé à draguer la fille, elle a été séduite ; il fallait conclure l’affaire.

16 Riegel, Martin, et al., Grammaire méthodique du français, 2e édition, Paris, PUF, p. 355.

17 Il faut encore des études pour le prouver.

18 Ebongue, Augustin et Fonkoua, Paul, « Le camfranglais ou les camfranglais ? », op. cit., p. 259-270.

Auteur

Université de Buéa, Cameroun

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search