Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

Le discours journalistique en wolof dans l’environnement francophone sénégalais : formes et variation

Abou Bakry Kébé

Texte intégral

  • 1 On peut signaler des recherches récentes comme celles de Onguéné-Essono, Louis-Martin, « Problémati (...)

1L’observation attentive des environnements francophones plurilingues – africains en particulier – montre depuis quelques années le vaste chantier qui s’ouvre dans les études sociolinguistiques sur le rôle des médias audiovisuels dans les dynamiques sociolangagières1. Ainsi, la contribution que nous présentons ici réunit deux champs disciplinaires connexes, celui des sciences du langage et celui des sciences de l’information.

  • 2 Voir sur ce point Thiam, Ndiassé, « Nouveaux modèles de parlers et processus identitaires en milieu (...)
  • 3 Cf. Kébé, Abou Bakry, Le rôle des radios privées dans les dynamiques des langues en Afrique francop (...)

2Dans le contexte sociolinguistique sénégalais, les journalistes des radios privées, bien qu’ils témoignent de représentations diverses, s’accordent sur la nécessité de se référer à une norme distincte à la fois de la norme mythique du wolof rural2 et des pratiques véhiculaires urbaines dévalorisées. Ils ne s’accordent pas forcément sur le détail des formes ni sur la technique journalistique permettant de respecter au mieux cette norme mais sur les principes généraux : ils manifestent la volonté de limiter les emprunts au français sans pour autant se couper totalement du discours mixte français-wolof alors qu’ils sont des francophones instruits utilisateurs quotidiens de la variété véhiculaire du wolof. Ce discours que nous avons appelé ailleurs « parler ordinaire sénégalais »3 est bien évidemment très variable mais cette variation ne peut pas être évaluée par référence à des normes internes : il n’y a pas à proprement parler de norme du « parler ordinaire sénégalais » (désormais POS). Cette caractéristique des discours mixtes est-elle un lourd handicap lorsqu’on envisage par exemple un processus d’institutionnalisation ? En nous intéressant au discours des journalistes en wolof, l’objectif est de rendre compte des efforts de normalisation linguistique informelle initiée par les acteurs médiatiques dans le contexte du Sénégal. Seront exposés et analysés des extraits de journaux recueillis dans différentes situations de communication qui seront comparés entre eux ainsi qu’avec des extraits d’entretiens hors antenne.

Présentation du corpus et analyse

3Pour avoir un tableau assez représentatif de la langue que l’on peut attendre dans les radios privées, nous avons choisi d’analyser des séquences extraites des bulletins d’informations et des émissions interactives où les auditeurs sont invités à participer dans des débats sur des sujets politiques et sociaux, etc. Les séquences qui vont être analysées sont tirées de deux radios privées (Sud FM et RFM) et les discours sont le fait de différents journalistes.

La langue des informations

  • 4 Dans cet extrait et dans les prochains qui vont suivre, le wolof est en caractères normal, les empr (...)

4L’extrait de corpus4 que nous allons analyser est le début d’une édition d’informations de la radio RFM diffusée le 3 février 2007 à 21h. Le présentateur, M. J. Diagne, introduit le journal et en donne les principaux titres. Nous allons essayer de voir dans ce discours la distance qui peut séparer la langue utilisée du POS.

5Extrait

Bun dèllusee e fii ci Ndakaaru e Paap Joomaay Caare /e ñu wax ci lu xew e fimune nii ci màkkaanu UNSAS e nékk ci Front de terre jëm ci wàctaayu e doxu ñaxtu gi ligeeykat yi bugga amal e ëllëk ak jàmm ci mbéddi Ndakaaru yi e gir jooytu e mbir yu mbërée mbëri e ay poñ la e yoo xam ne tëŋknañ ko ci juròom ñett e bòkk na ci yòoyu yu soxal e njëkk yu seer yi e ñu jèem cee inndi saafara e lu jëm ci taxe yi ñuy jël ci payoor yi e / waaye itam e bòkk na ci lu jëm ci wàllu luwaas bi e / bòkk na sax ci li ñuw waxtaanee ak yéen ci kanamee ci wax sa xalaat e / ak tam it e liggéeykat yi ñu gis ne e séen bërëb u liggéeyukaay dafa tòllu diggënte e ba ñu jaay ko wàlla ñu nékk ci yoonu jaayko e bañu jéem cee inndi saafara e jéem it e yòkk e payoor yi e mooxam e ci public e moo xam ci e privé bi e waaye it jéema xool liñu bëgga baayi e liggéeykat yi ba ñu am juròom bénn fukki at e soog di àllatereete e / ak tam lu jëm ci liggéeykat bu ci nèkk e ñu gën laa jox sa àq ag sa yèlleef ba rawatina e ñii di journalier-yi ak còmpite yi ñu bëgg ñu inndiko ci wàllu yoon wi tëŋk mbirum liggéeyu tas xibaar fii si biir Senegaal e / du ñàkk e dinan si e déllusi waat // balaa booba ñu wax ci li nga xamanteni mòodi B.C.I e bungeen ko déggee nak e moom mooy e fexe e ba gënë yòkk lëpp e lu jëm ci ay kòppar yu ñu jàpp ne dañ koo wara e liggéeyee ci biir réewmi e amna sax e waxtaan woo xamanteni nii tàmbalinañ di ko ci def waaye e li ñu gis daal mòodi ne la ñu buggoon mu am ci ba tey jii e jotaguñ ci e : A.M. Kan (commentaire).

Traduction :

Si nous revenons ici e à Dakar e Pape Diomaye Thiaré e parlons de ce qui se passe e en ce moment au siège de l’UNSAS e situé [quartier] Front de terre e / où se prépare une marche e qui va être organisée e demain inch’Allah à travers les rues de Dakar e par les travailleurs e pour se plaindre e contre e les prix chers e pour que l’on trouve e une solution / et e pour e les taxes que l’on prélève sur les salaires e / mais aussi e concernant e le loyer e / cela d’ailleurs e fait e partie du thème que nous aborderons e tout à l’heure dans wax sa xalaat e // également e [parmi les griefs des travailleurs] il y a la question e des travailleurs e dont les e entreprises sont e dans une situation e difficile e et qui e sont privatisées ou e qui sont e sur le point de l’être e/pour que l’on y trouve e une solution/e essayer également e d’augmenter les salaires e que ça soit e dans le public e ou dans le privé e mais aussi e essayer de revoir e l’allongement e de la retraite e à soixante ans / de même e donner e plus de droits e aux travailleurs e particulièrement e aux journaliers e / également e des changements e qu’ils veulent e voir apporter e dans la législation e sur le métier de journaliste e ici au Sénégal e certainement nous allons y revenir e/avant ça e / évoquons e la question du e B.C.I [si vous e entendez ça alors e ça veut dire] c’est-à-dire e essayer d’augmenter e l’argent e destiné e aux investissements e dans le pays e / d’ailleurs e il y a une discussion e initiée e sur le sujet e mais e le constat e qui est e fait e c’est que e ça n’a pas répondu aux attentes / A. M. Kane (commentaire).

  • 5 Thiam, Ndiassé, « La variation sociolinguistique du code mixte wolof-français à Dakar : une premièr (...)

6Le segment est tiré d’un journal diffusé sur la radio Sud FM le 20 novembre 2007 à 17h. Il s’agit d’une « coupure » en milieu de journal, plus précisément à partir de la 15e minute sur les 32 qu’a duré cette édition. Le journaliste, après avoir donné une information à Kaolack (centre-ouest) par le biais du correspondant régional sur place (d’où l’évocation du nom de ce dernier dans la transition au début de la coupure), passe à un nouveau sujet. Nous constatons ici également l’absence d’alternances wolof-français ou d’emprunts spontanés au sens où les entend Thiam. Ici les traces du français peuvent être notées à travers les wolofisation seer « chère », poñ « point », luwaas « louage, action de louer », àllatereete « aller à la retraite », et les emprunts que sont « taxe », « journalier », « public », « privé ». Ces derniers emprunts font d’ailleurs partie de la catégorie de mots que Thiam5 qualifie de techniques ou d’inexistants en wolof. Ils réfèrent à une certaine « modernité ».

  • 6 Entretien avec Ndiaya Diop enregistré le 28.08.2006.

7Toutefois, le fait que le journaliste les ait amenés ici en français ne signifie pas qu’ailleurs lui ou ses confrères n’utilisent pas d’autres procédés pour nommer ces réalités en wolof. Ici, on peut dire que l’absence d’alternance et d’emprunts témoigne de la claire volonté de ce journaliste d’éviter le français dans son journal dont il disait au cours d’un d’entretien6 écrire entièrement en wolof.

8C’était précisément pour mesurer la distance qui peut séparer le discours du journaliste lorsqu il présente son journal, situation où il est « observé » en tant que professionnel de la parole, devenant ainsi une sorte de modèle de locuteurs et quand « il parle et qu’on ne l’observe pas » comme dans une discussion « hors antenne », que nous avons effectué avec lui un entretien dans lequel l’utilisation du wolof était donc un choix délibéré de notre part. En voici le résultat dans les lignes suivantes :

N. D 3 : Mais e bien sûr e je suis alphabétisé en wolof e je lis le wolof e / j’ai tellement de littérature en wolof chez moi / presque e bërina ñoo xamanteni buñu binndee en langues nationales e dañu ma koy soumettre e pour ma def ci sama appréciation e ma lire ko e ba xam e lan moociy e sama jugement e / ndax ñu xam balaa ñukoy publier e donc presque e publications yu bëri en langues nationales e man damakoy am / puisque dañma koy cox / peut-être e lòolu mooy suma avantage e ci aflaire bi e […] Déet e / bòkkul e yemul e y a boire et manger * A.B.K : léegi contraines bòobu hein e est-ce que amul e genru contraintes e buy exerceu ci journalistes ci e / par exemple e correspondant yi nèkk ci région yi e / dema ciy gis ñènn e vraiment e defenaa e xxx* N. D : waaw e mën nañ leen toléral yènn yi e / peut-être que e / moo tax e manela e ñun ñëpp ay pionnier lañ / parce que e aflaire bi e balaa muy am doole e nga ròmb e ñaari e décennies e jëm ñett e walla ñun ñukodoon def ñu bàyyi e / ba ñeeneen ñëw e / ñooñu e buñu ñëwe e ils seront e plus performants que ñun e parce que aflaire bi leegi e booy yi e buñuy gènn CESTI e ils ont en tête que il faut e ñu dégg e bènn langue nationale e / en plus du français e parce que e atout la leegi e pour ñu jël leen / par exemple e boo ñëwee e maintenant di wut liggèy e nga ñëw nga dègg français e dañu naan garaawul //

  • 7 Les enquêtes de Thiam ont montré que le code-mixte wolof français est plus « vivace » chez cette ca (...)

9À la différence de la « coupure » du journal, on voit ici que le discours de N. D. est truffé d’alternances inter et intra phrastiques. Ce qui amène à penser que loin de la pression normative et de la vigilance métalinguistique que peut dicter la présentation du journal à la radio, le journalisme parle comme n’importe quel jeune Dakarois ou « intellectuel » sénégalais. D’ailleurs, la mixité de son discours paraît à bien des égards supérieure à ce qu’on est en droit d’attendre dans une discussion en wolof avec un jeune Dakarois ou une personne de sexe masculin d’un certain niveau scolaire ou universitaire7. La première phrase, qui peut être comprise par un locuteur francophone doté d’un peu d’imagination, en est une bonne illustration.

Bilan

10Si s’éloigner du discours ordinaire est une volonté affichée par la plupart des journalistes en wolof dans la présentation des éditions d’informations, il est intéressant de voir l’attitude adoptée par « les hommes de radios » dans des interviews faites en direct en milieu de journal ou dans certains programmes interactifs où le journaliste est face à son interlocuteur dans le studio. Le regard porté sur ces situations nous permettra en même temps d’« écouter » et d’analyser le discours de ceux qui interviennent à la radio (acteurs sociaux, hommes politiques, locuteurs ordinaires, etc.). Dans ce qui suit, nous présenterons et analyserons deux extraits qui illustrent ces situations.

La langue des émissions interactives

Extrait 1

11L’extrait est tiré de la rubrique « Journal » des élections de la radio RFM et est diffusé le 3 février 2007. Il met en scène le journaliste qui anime la rubrique (A. S. D) et l’invité du jour : un sociologue du nom de D.D.

A. S. J : waaw e lan moo tax e senegalais yi e campagne bi demarre na waaye dafa mel ni nit ñi lii interesewu leen e ? /
J. J : Bu fèkke ne e dañoo e laaj e mbir mi nóonu e dafa am e jàngat yu bëri e yi xamne e mënnañ e ko cee def / e jàngat e bu njëkk bi nga xamni e mënnañ e ko fee def mooy e maanaam e politicien yi e seen taxawaay e bi ñu am ci askan wi / bu ñu xoolee e ci at yii ñu gènn e ak ci weer yii ñu gènn politicien yi da ñoo am e taxawaay boo xamne e askan wi daal e e e rafetluwu ko lool / e maanaam e bërina ci e ay politicien / yi nga xamne e tey e buñ e la waxee e dara e suba e ñanga ca leneen e / bërina ci e ay politicien it tey buñu e ngàññee e kii e suba e ñu ànd ak moom / e bërina ci ay politicien e tey buñu taxawee ni ki nèkk ci bópp nguur ngi ni muy e deferalee dara e baaxul ci e e bu subaa e nga gis leen ci ñoom e ñu naal e man kat e dama koo xamul woon e waaye e bama ko jegee e gisnaa e ni ma ko foogee woon e demewul nóonu e / lóolu e dafa e nèkk e lu dëppóowul e ak sunu ay charte e askan e maanaam e ñun boo e xolee e ci Senegaal e ni mu binndóo e askan wi dafa tërëlu ci ay charte e dafa e tërëlu e ci ay valeurs e / te valeurs e yóoyu e li ci am solo e mooy e kàddu / e nit ki e dafay am KÀDDU e nit ki dafay am péete e nit ki dafay am e ngor / nit ki dafa e wara jub e nit yi dafa e wara e séll //

Traduction :

A. S. D : e ouais e pourquoi la campagne électorale a démarré e mais on dirait que e ça n’intéresse pas les Sénégalais ? /
D. D : e si on pose la question de cette façon e cela appelle e plusieurs enseignements qu’on peut en tirer e // le premier enseignement qu’on peut en tirer e est le rôle / la place que les hommes politiques e occupent dans la société / si on regarde e ces dernières années e et ces derniers mois e les hommes politiques e occupent une place que les gens n’apprécient pas trop dans la société / c’est-à-dire e nombreux sont les hommes politiques aujourd’hui e s’ils te disent e quelque chose e demain e ils feront autre chose / nombreux e sont les hommes politiques e aujourd’hui e s’ils critiquent e un tel e demain e ils s’aligneront avec lui // e nombreux sont les hommes politiques e aujourd’hui e s’il te disent e que celui e qui est à la tête de l’État e (= le Président de la République) e dirige mal le pays e demain e tu les entendras e te dire « e c’est parce que je le connaissais pas bien e que je disais ça e mais e quand je me suis approché de lui (entré dans le gouvernement) e j’ai vu que je me trompais sur sa personne » // ça e c’est un comportement e qui e ne correspond pas e à la charte (= aux règles) de fonctionnement de notre société // c’est-à-dire e e si vous regardez e chez nous e au Sénégal e la société e est basée sur des chartes (= code de conduite) e elle est basée sur e des valeurs e et ce sont ces valeurs e qui sont importantes e la parole (= savoir tenir sa parole) e un homme doit tenir e sa parole e un homme e doit être e fidèle à son parti / son camp / un homme doit être digne / un homme doit être e intègre e / un homme e doit être e avoir une bonne moralité e /

12Nous avons dans cet extrait un exemple d’interaction entre un journaliste et un locuteur qui intervient à la radio ; le locuteur est ici un sociologue ou, de façon plus générale, un acteur social. Il est question dans le passage des raisons du peu d’intérêt que les Sénégalais portent à la campagne électorale des élections présidentielles du 25 février 2007 qui vient juste de démarrer.

13Dans sa question, on remarque que le journaliste (A. S. D) mélange le wolof et le français avec des emprunts spontanés, mais bien consolidés dans le POS comme « campagne », « démarré », « intéresse ». Si la wolofisation de « campagne » et de « démarrer » est rendue floue par la proximité des deux phonologies (wolof et français) dans la performance de ces deux éléments, on voit bien dans intereese-u la marque du wolof.

  • 8 « Valeurs » pris au sens de « principe », exemple : « les valeurs morales ». En revanche, waleur, o (...)

14Le discours de l’invité quant à lui, se caractérise par une rareté d’emprunts au français. Parmi les trois emprunts utilisés dans cet extrait (« politicien », « charte », « valeurs »), « valeurs8 » est d’ailleurs le seul dont on peut attester qu’il peut ne pas être compris par un locuteur non scolarisé. Le comportement langagier de D. D est à bien des égards identique à celui des journalistes quand ils présentent le journal. On peut noter dans son discours des tournures et des éléments lexicaux qui ne sont pas courants dans le wolof ordinaire.

15Son discours laisse apparaître une « connivence », non pas avec le journaliste qui l’interroge, mais avec une catégorie de locuteurs-auditeurs, certainement plus nombreux, qui ne comprennent pas le français. Son état de sociologue, qui implique une bonne connaissance de la société sénégalaise, semble influer sur ses choix lexicaux. On peut noter tout au long de sa prise de parole une prédilection pour des expressions ayant une connotation religieuse et des tournures en usage dans le discours de la morale sociale. Par exemple, dans ce qui suit, il enchaîne les vertus qu’un homme doit avoir pour réussir en politique dans le contexte sociologique du Sénégal :

Li ci am solo e mooy e kàddu / e nit ki e dafay am KÀDDU e nit ki dafay am péete e nit ki dafay am e ngor / nit ki dafa e wara jub e nit yi dafa e wara e séll /
Traduction
Ce qui est important c’est qu’un homme doit tenir e sa parole e un homme e doit être e fidèle à son parti / son camp / un homme doit être digne / un homme doit être e intègre e / un homme e doit être e avoir une bonne moralité e /.

16De même, une écoute attentive du discours de ce sociologue fait apparaître une réelle exigence dans le choix du lexique, qui se traduit particulièrement par une récurrence des gradations ascendantes mettant davantage en relief la distance avec le POS, comme dans ces fragments du corpus :

a) campagne woo xamne sampu ci askan woo xamne e nit ñi e dañoo e lótt / e nit ñi sax dañoo loof e lu jëm e ci mbirum koom /
Traduction :
une campagne qui se déroule dans un contexte où les gens sont lassés de la vie, où les gens languissent même à cause de la situation économique.

b) balaa e ñuy dem di deglu ki nga xamanteni day def campagne walla ñuy dem ci ay mitiŋ e walla ñu koy doxe e walla e ñu koy waxe /
Traduction :
avant qu’ils ne partent écouter e celui qui fait la campagne, où qu’ils assistent à des meetings, où qu’ils s’en préoccupent en y allant, où qu’ils s’en préoccupent en palabrant sur le sujet //

c) kon opposition bi co seen e bópp e seen e taxawaay e des la e leer e /des na e yémb e
Traduction :
donc l’opposition e elle-même e sa position n’est pas claire e n’est pas nette /

17À l’opposé de l’invité dont le discours se caractérise par la distance qui le sépare du POS, le journaliste joue beaucoup dans ses questions et insertions (dans le discours de son interlocuteur) sur l’alternance des deux langues sous forme d’emprunts spontanés. Exemple :

a) e est-ce que e rumeurs yi tam it e élections e dina am e du am
bókkul ci li nga xamanteni e euh taxna e engouement bi manqué ? /
Traduction :
est-ce que les rumeurs qui disent que les élections auront lieu e n’auront pas lieu ne font pas partie de ce qui fait qu’il y a un manque d’engouement (dans les élections) /

b) Jibi Jaxate e maangi lay gërëm e di la sànt / e ma fàttali auditeurs yi e yów sa e xam xam e dafa màcc ci wàllu e société e maanam e dëkk nimuy doxee e dañoo e constater que Sénégalais e yi e campagne électorale bi bimu ubbée e bariwul e engouement nóonu e maanaam e liñuy def e dafa mel ni interese-u leen e jërëjëf //
Traduction :
Djiby Dikhaté e je vous remercie e vivement e / je rappelle aux auditeurs e que vous êtes spécialisé dans l’étude de la société e comment le pays marche (= sociologue) on a constaté que depuis e le début de la campagne électorale e il n’y a pas d’engouement e c’est-à-dire e on dirait e que ce qui se fait e n’intéresse pas e les populations //

18Nous voyons ici – en b) – que le journaliste traduit « sociologue » par un commentaire métalinguistique i. e celui qui est spécialisé dans le domaine de la société et fait la même chose pour « société » : c’est-à-dire la marche d’un pays (= un peuple). Il est remarquable aussi que l’expression sa xam xam dafa màcc ci wàllu dont il fait usage ici (litt. « vous êtes spécialisé dans le domaine de »…) ne soit pas courante dans le wolof ordinaire. Même si, comme le montrent ces deux passages, le souci de « dire la bonne langue » n’est pas absent chez le journaliste, son discours dans cette interaction avec son invité reste plus « relâché » que celui de ses confrères qui présentent le journal.

Extrait 2

19C’est une interview faite en milieu de journal de la radio RFM le 25 mai 2008. Le présentateur A. Guèye interroge la coordonnatrice de « l’intersyndicale des enseignants ». Le sujet de discussion porte sur la décision des enseignants de boycotter les épreuves d’éducation physique de l’examen du certificat d’études primaires.

A. G Epreuv-u physiqu-u certificat bi ci wàllu e tuut tànk yi tey jii e lay doon ci alxames ci waaye intersyndicaalu e jàngale kat yi ñoom e nekk ci-b gereew booba ak léegi e duñ ko teewe e duñ ca bókk e dañu e fas yéene weyël seen e huitième e plan d’action e / coordonnatrice e bi e lañ ciy àndal soxna e Mariem Saaxo e Dansoxo ak e Georges e Dédie Diop /
M.S.D : li wóor ba wóor mooy e intersyndicale e de l’enseignement bi e moom e mooy e lepp luy e note e ba épreuves e physique yi sax e yi nga e xamne e moom e lañu e namma e def e jàngalekat yi e dañ e ciy e bankk e seen loxo / leegi e nak e li wóor e mooy ne que e ministère ministère bi e dina e def e forcing e pour e def ko e /nimukoy defe e mooy nan e ? e mooy e jël bènn jàngalekat e xale e yëpp e jaar e ci kanamam e te ñëpp e xamnañ ne e lóolu e du e natt e bu aw yoon e ndax e épreuve physique e ay e professionnel-u e éducation e physique e ñoo ko e wara e def / te e dafa am e ay normes e ay règles yi nga xamne yii e ci e lañ e ko e wara e awale e / yóoyu e régle e nak e xamnañ ne e suñuko e forsee def e du am e li wóor e ba wóor e mooy e depi juróom bènneeli e plan d’action ba sax a lañuy wax e enseignant yi e dañuy e boycotter e lepp e luy e nattu-m xale yi e / éducation physique bi it e ci la bókk e bon e éducation nationale e dafa e nara e def e luko e neex e / mascarade e la nara e def e waaye e lóolu e moom du e nekk e natt e yu a aw yoon e dans tous les cas //

Traduction :

Les épreuves d’éducation physique du certificat de fin d’études primaires se déroulent en ce jeudi e mais e l’intersyndicale des enseignants e qui est en grève e depuis e un certain temps e n’y prendra pas part / ils envisagent (les enseignants) e de continuer e leur huitième e plan d’action e / nous serons en compagnie de e (= nous écouterons) e la coordonnatrice Marième Sakho Dansokho e avec (= interrogée par) Georges Déthié Diop /
M.S.D : e ce qui est e clair e pour e l’intersyndicale e des enseignants e c’est e que e tout e ce qui est e noté e / même pour les épreuves e d’éducation physique e que les élèves s’apprêtent à passer e e les enseignants vont y retenir leurs bras (= ne vont pas y participer, boycotter) / maintenant e ce qui est e sûr e c’est e que e le ministère e va faire le e forcing e pour faire passer l’évaluation / e et comment e va-t-il (le ministère) faire ? / e c’est-à-dire e prendre e un e enseignant e et tous les élèves e vont e passer e devant lui e or e tout e le monde sait que ça ce n’est pas un examen e qui est fait e dans e de bonnes conditions e car e l’épreuve d’éducation physique e c’est e des professionnels e de l’éducation e nationale e qui e doivent la faire e passer e / e puis e il y a des normes et des règles e sur e lesquelles elle doit se baser e / ils savent e que s’ils utilisent la force e pour le faire e l’examen e n’aura pas lieu e / ce qui est sûr et certain e c’est e que depuis e le sixième e plan e d’action e on dit que les enseignants e vont e boycotter e tout ce qui est évaluation e des e élèves e et e l’éducation e physique e en fait e partie e / donc e l’éducation e nationale e veut e faire e ce qu’elle veut e / ce sera une mascarade e mais e ça e ne sera pas des évaluations e justes dans tous les cas //

  • 9 Dafa lajj sartifikaa, traduction : il a échoué à l’examen du certificat d’études primaires.
  • 10 Diouf, Jean-Léopold, Dictionnaire wolof-français et français-wolof, Paris, Karthala, 2003, p. 194.

20La première partie de cet extrait est constituée d’un chapeau où le journaliste introduit la prise de parole de l’interviewée. On peut y constater quelques emprunts : « épreuves physiques », « intersyndicale » − auxquels est intégré cependant le morphème u − ou encore « plan d’action » et « certificat » amenés par A. Guèye dans leur prononciation française. Pour « certificat », on constatera qu’au lieu de sartifikaa, une wolofisation bien courante que l’on retrouve d’ailleurs dans un exemple9 cité dans dictionnaire de Diouf10, le journaliste utilise l’emprunt direct au français.

  • 11 L’expression tuut tànk en wolof rappelle la fameuse « gent trotte-menu » rendue célèbre par Jean de (...)
  • 12 Nous avons déjà entendu des personnes, surtout d’un âge avancé, utiliser tuut tànk dans des salutat (...)

21En revanche, pour traduire en wolof « dans l’enseignement élémentaire », il recourt à une équivalence ci wàllu « dans, chez, en ce qui concerne » + tuut tànk yi litt. = (ceux qui ont de petits pieds) i.e. ceux qui se déplacent à petits pas en référence aux élèves/enfants qui fréquentent ces écoles. On remarquera que l’adjectif tuut tànk11 substantivé ici et rarement utilisé dans le POS, semble détourné de son sens premier : euphémisme pour désigner un enfant d’un très jeune âge12 ou une personne (handicapée) atteinte de poliomyélite.

  • 13 Comme dans ce dialogue rapporté par Thiam Ndiassé (1996) entre « un étudiant non wolophone en stage (...)

22De même, si dans le wolof ordinaire, les jours de la semaine sont le plus souvent empruntés au français et même wolofisés dans la plupart des cas, particulièrement par les locuteurs non scolarisés13, ici le journaliste traduit « jeudi » par alxames, terme consolidé emprunté à l’arabe mais beaucoup moins courant dans le POS. Pour ce qui est de « grève », il recourt à la wolofisation gereew bien établie dans le lexique du wolof. Le terme soxna utilisé en faisant allusion à la personne interrogée est une appellation qui marque le respect pour une femme d’un certain âge ; le mot a aussi une connotation religieuse comme dans doomu soxna (litt. « né d’une soxna i. e. d’une femme pieuse »), qualificatif qui désigne une personne issue d’une famille religieuse.

  • 14 Entretien effectué avec A. G. en août 2006 dans le cadre de nos recherches de thèse.

23Dans ce chapeau, le comportement langagier du journaliste, qui, selon ses propres dires, « ne force pas trop sur l’accélérateur »14 et valse ainsi entre deux registres que l’on peut qualifier de soutenu et de relâché, peut trouver une explication dans son commentaire épilinguistique.

24Quant aux propos de la syndicaliste interviewée dans l’extrait, on voit, en dépit des alternances wolof et français, qu’il existe une volonté d’élaborer le discours comme le montrent certains éléments de son lexique. La locution verbale bëgg def « vouloir faire » plus courante dans le POS est remplacée par namm def, à valeur intensificatrice certes, mais moins usuelle. Alors que dans son discours introductif, le journaliste avait traduit « grève » en se contentant de la wolofisation gereew, la syndicaliste, elle, rapporte la même idée non pas avec un seul terme mais en faisant un commentaire métalinguistique : e jàngalekat yi e dañ e ciy e bankk e seen loxo litt. « les enseignants vont y [les examens] croiser leurs bras » i.e. ne vont rien faire.

  • 15 Diouf, Jean-Léopold, op. cit., p. 237 et Fal, Arame et al., Dictionnaire-français, suivi d’un index (...)

25On remarque aussi que l’idée d’évaluation, d’examen est traduite par natt « mesurer, estimer, essayer une pointure », une acception par extension qui nous semble inédite en wolof, tout du moins dans la pratique la plus courante de cette langue. D’ailleurs, ce mot dans le sens d’évaluation/ d’examen ne figure pas dans la nomenclature des dictionnaires wolof/ français que nous avons consultés15.

26On peut noter également comment la volonté de rendre fidèlement en wolof l’idée de « passer [un examen] devant [un enseignant] » a amené cette construction calquée sur le français de : / nimukoy defe e mooy nan e ? e mooy e jël bènn jàngalekat e xale e yëpp e jaar e ci kanamam. Trad. « / e et comment e va-t-il (le ministère) faire ? / e c’est-à-dire e prendre e un e enseignant e et tous les élèves e vont e passer e devant lui ».

27L’on peut aussi voir dans le discours de M.S. D une instabilité des registres qui se manifeste par l’imbrication dans une même phrase de différents codes (wolofisation, emprunts directs au français, lexique soutenu, ou rare dans le POS). En voici un exemple :

e depi [wolofisation de (c’est) depuis] juróom bènneeli [le huitième] e plan d’action ba sax a lañuy wax [même que nous disons que] e enseignant yi [les enseignants (au lieu de jàngalekat yi, traduction utilisée plus haut)] e dañuy [vont] e boycotter e lepp e luy [tout ce qui est] e nattu-m xale yi e / [examen des élèves].

28Dans ces séquences du discours de la syndicaliste, où plusieurs codes se retrouvent, nous remarquons que c’est le recours au français qui, en quelque sorte, fait accentuer la progression de l’argumentation, comme l’indiquent les derniers mots de la chute : éducation nationale e dafa e nara e def e luko e neex e / mascarade e la nara e def e waaye e lóolu e moom du e nekk e natt e yu a aw yoon e dans tous les cas //

29Nous nous sommes intéressé dans cette contribution à deux facettes assez représentatives du discours journalistique en wolof : le discours des informations dans les radios privées et celui des émissions interactives et des interviews. Il ressort de l’analyse du discours des informations que ce dernier présente une grande unité linguistique, en tout cas dans la distance qui peut le séparer de la langue quotidienne du Sénégalais lambda. Il est surtout l’œuvre de journalistes spécialistes, des « présentateurs-vedettes » qui, outre leur compétence en wolof, écrivent leur « papier » et/ou retravaillent le texte du journal en français. Nous avons remarqué qu’il existe une grande différence entre l’oral travaillé des présentateurs attitrés et le discours plus mixé de leurs autres collègues qui interviennent au cours des journaux pour faire des commentaires ou intervenir en direct à la radio. La langue des reportages faits en direct et des commentaires s’éloigne moins du POS car il arrive que leurs auteurs reprennent la version française de leur « papier », alors que la présentation du journal, elle, est réservée aux spécialistes. Ces derniers, dans une volonté de prendre en charge le discours formel en wolof s’appuient sur diverses ressources, comme la wolofisation des emprunts au français. Mais c’est surtout dans le domaine de l’innovation et de la créativité lexicale que s’oriente l’effort des journalistes, dans le but d’éviter le discours mixte wolof-français à la radio.

30Résultant d’initiatives individuelles, donc idiolectales, le discours des journalistes recourt souvent à des collocations, des dictons ou des proverbes qu’ils vont chercher dans les tréfonds du patrimoine linguistique wolof qu’ils participent, du même coup, à vivifier. On entend ainsi presque tous les jours à la radio des mots qui ne sont pas courants dans le POS, des expressions qui ne s’employaient pas et qui réapparaissent à travers les ondes, fruits du travail d’innovation et de créativité lexicale des journalistes en wolof. Et dans cette activité de nomination des mots de l’actualité, les champs lexicaux de la politique, du social, des sports et de l’administration sont particulièrement féconds.

31En revanche, si dans la présentation des bulletins d’information, les journalistes, par un volontarisme affiché, arrivent à s’éloigner du discours ordinaire, l’analyse des émissions interactives et des interviews a montré que leur vigilance métalinguistique pouvait être mise en défaut dans ces situations où, selon le déroulement et la qualité de l’invité, le journaliste-animateur peut être amené à faire valoir plusieurs registres allant du plus soutenu au discours mixte wolof-français. C’est au cours de ces émissions que le discours journalistique peut être véritablement mis à rude épreuve par le POS tant il est mixé dans ces situations.

  • 16 Giles, Harold & Smith, Paul, « Accodomation theory : Optimal levels of convergence », in Giles, Har (...)

32Même si, globalement, la langue de ces émissions reste proche de celle des locuteurs ordinaires, on note aussi de la part des personnes qui interviennent à la radio (syndicalistes, acteurs politiques et sociaux) un souci d’authenticité et de « pureté » dans le discours. Visant à atteindre l’efficacité de leur communication, certains de ces locuteurs convoquent dans leurs discours l’arrière-fond culturel sénégalais en usant de formules à connotations éthico-religieuses, entre autres stratégies qui relèvent de la théorie de l’adaptation de la parole ou communication accomodation theory (CAT), élaborée par Giles et al.16.

33Nous avons pu mesurer la diversité et la variation du wolof diffusé sur les radios et donc employé par les Sénégalais par le biais de ce média qui constitue un réel un espace de liberté dans lequel, en définitive, aucune production n’est sanctionnée.

34Depuis quelques années, avec l’arrivée des télévisions privées dont certaines semblent opter pour un trilinguisme (français, wolof et pulaar), on observe les mêmes phénomènes de discours mixtes. Il serait intéressant dans une prochaine recherche d’étudier la coexistence de ces trois langues dans l’espace médiatique sénégalais.

Notes

1 On peut signaler des recherches récentes comme celles de Onguéné-Essono, Louis-Martin, « Problématique des langues dans les médias africains », in Lenoble-Bart, Annie & Tudesq, André-Jean, Connaître les médias d’Afrique subsaharienne, Paris, Karthala, 2008, p. 67-76 ; Abolou, Camille-Roger, Langues africaines et développement, Paris, Paari, 2008 ; Nyamsi, Jean-Crépin Soter, Le rôle des médias dans la francophonie. Une étude de la promotion du français et de sa réception dans le contexte du bilinguisme camerounais, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2010 ; Ndao, Papa Alioune & Kébé, Abou Bakry, « Langues et médias au Sénégal : une expérience de normalisation langagière par les journalistes des radios privées. Enjeux et limites », in Ndao, Papa Alioune & Kébé, Abou Bakry (dirs), Nouveaux médias et dynamiques des langues dans l’espace francophone, Glottopol n° 14, en ligne sur http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/, 2010, p. 17-36 (accès le 15.05.2012).

2 Voir sur ce point Thiam, Ndiassé, « Nouveaux modèles de parlers et processus identitaires en milieu urbain : le cas de Dakar », in Gouani, Ehousseine & Thiam, Ndiassé, Des langues et des villes, Paris, ACCT – Didier Érudition, 1996, p. 495-512 ; Ndao, Papa Alioune, Contact de langues au Sénégal. Étude du code switching wolof/français en milieu urbain : approches linguistiques, sociolinguistiques et pragmatiques, thèse de doctorat d’État, soutenue publiquement, Université C. A. Diop, Dakar, 1996.

3 Cf. Kébé, Abou Bakry, Le rôle des radios privées dans les dynamiques des langues en Afrique francophone (Sénégal) : interaction entre situation sociolinguistique et processus de création lexicale, thèse de doctorat en Sciences du langage soutenue à l’Université de Rouen, 2011.

4 Dans cet extrait et dans les prochains qui vont suivre, le wolof est en caractères normal, les emprunts français en gras, les wolofisations et la traduction en italique.

5 Thiam, Ndiassé, « La variation sociolinguistique du code mixte wolof-français à Dakar : une première approche », Langage et société, n° 68, 1994, p. 11-34.

6 Entretien avec Ndiaya Diop enregistré le 28.08.2006.

7 Les enquêtes de Thiam ont montré que le code-mixte wolof français est plus « vivace » chez cette catégorie de population au Sénégal. Cf. notamment Thiam, Ndiassé, 1994, op. cit., p. 32.

8 « Valeurs » pris au sens de « principe », exemple : « les valeurs morales ». En revanche, waleur, ou waleer, la wolofisation de valeur (au sens de ce que vaut quelque chose, quelqu’un), est assez courante en wolof.

9 Dafa lajj sartifikaa, traduction : il a échoué à l’examen du certificat d’études primaires.

10 Diouf, Jean-Léopold, Dictionnaire wolof-français et français-wolof, Paris, Karthala, 2003, p. 194.

11 L’expression tuut tànk en wolof rappelle la fameuse « gent trotte-menu » rendue célèbre par Jean de La Fontaine pour qualifier « les souris » dans « Le chat et un vieux rat », Fables, livre III, fable XVIII. Cf. La Fontaine, Jean de, Fables, Paris, Librairie Générale Française, [1668] 2008.

12 Nous avons déjà entendu des personnes, surtout d’un âge avancé, utiliser tuut tànk dans des salutations − naka tuut tànk yi ? − dans le sens de « comment vont les enfants ». Or, les enfants en question n’étaient pas encore en âge d’aller à l’école élémentaire.

13 Comme dans ce dialogue rapporté par Thiam Ndiassé (1996) entre « un étudiant non wolophone en stage pratique à l’institut de stomatologie de l’université de Dakar et une dame de l’ethnie wolof non francophone à qui le stagiaire demande de revenir le jeudi suivant :
« […] (1-c) – Jeudi prochain (petite pause). Aujourd’hui (index pointé vers le sol) jeudi. Encore jeudi (mouvement circulaire du bras). D’accord ? (1-d) – Oui kompëri, sëdi (prononciation chez elle des mots « compris » et « jeudi », puis traduction en wolof du dernier mot : ) alxames. Merci muse (monsieur), kon ba sëdi (alors à jeudi) » (1996 : 500). C’est nous qui soulignons.

14 Entretien effectué avec A. G. en août 2006 dans le cadre de nos recherches de thèse.

15 Diouf, Jean-Léopold, op. cit., p. 237 et Fal, Arame et al., Dictionnaire-français, suivi d’un index français-wolof, Paris, Karthala, 1990, p. 142.

16 Giles, Harold & Smith, Paul, « Accodomation theory : Optimal levels of convergence », in Giles, Harold & Clair St., N. Robert (eds), Language and social psychology, Oxford, Blackwell, 1979, p. 45-65 ; Giles, Harold, Coupland, Justin, Coupland, Nikolas (eds), Development in applied sociolinguistics, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

Auteur

Université de Rouen

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search