Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Deuxième partie. Coexistence des langues

Langues de communication grégaire et véhiculaire dans une concession à Libreville

Jacqueline Billiez et Eugénie Eyeang

Texte intégral

1La concession représente en Afrique un lieu d’habitation et donc de socialisation où des langues de communication, grégaire et véhiculaire, ne peuvent pas être attachées de façon immuable à des langues données. Certaines rempliront dans une situation d’interaction donnée une fonction grégaire et dans une autre situation une fonction véhiculaire. Ce qui n’empêche pas des tendances qui peuvent se manifester. Ce fait permet de penser les phénomènes de convergence/divergence dans les interactions selon un modèle du type « continuum » entre véhiculaire et vernaculaire.

2Claude Caitucoli a été l’un des premiers sociolinguistes à avoir attiré notre attention sur des aspects méthodologiques fondamentaux dans l’exploration des phénomènes de plurilinguisme. Nous, chercheures du Nord et du Sud, souhaitons revenir sur ces aspects tout en menant l’enquête à notre tour sur le terrain librevillois afin de vérifier quelques tendances de la dynamique des langues en contexte plurilingue qu’il a mise en évidence en adoptant des approches visant à tenir compte de la variabilité des terrains africains sur lesquels il a travaillé et dirigé des programmes de recherche.

  • 1 Caitucoli, Claude, « Le multilinguisme familal », in Caitucoli, Claude (dir.), Le français au Burki (...)

3Il a, en effet, grandement contribué à déciller nos regards encore très empreints de représentations liées à notre formation scolaire et universitaire, ethnocentrée et forgée à l’aune du monolinguisme comme modèle idéal. Au moins trois de ses contributions auront marqué notre parcours de chercheures pour appréhender, penser et comprendre le plurilinguisme. Il s’agit des travaux sur « Le multilinguisme familial à Ouagadougou », « Problèmes d’enquête dans les communautés multilingues d’Afrique noire francophone : les limites des approches quantitatives » et « Francophonie et identité au Burkina Faso : éléments pour une typologie des locuteurs francophones »1.

4Leur lecture nous a amenées à tirer plusieurs leçons décisives afin d’éviter – au mieux des possibilités – les artefacts les plus récurrents découlant de méthodes ou de modalités de recueil de données inadéquates pour la saisie des faits bi-plurilingues, qui ne cessent de se développer dans les concentrations urbaines de France et des pays africains.

Des leçons décisives

5Leçon numéro 1 :

6« La communication familiale n’est pas nécessairement monolingue »

7Claude Caitucoli est le premier à éclairer de façon très convaincante ce qu’implique, dans les enquêtes sociolinguistiques (le plus souvent de type macro), la question posée quasi-systématiquement au singulier à propos de la langue couramment parlée dans la famille. Ainsi formulée par le chercheur et posée à la personne enquêtée, elle révèle l’implicite que la communication familiale est nécessairement monolingue. La question provoque alors au moins un double effet : au plan de la construction des représentations, elle installe, diffuse voire renforce l’idée que ce sont des usages dans une seule langue qui constituent la modalité normale, ce qui se retrouve dans des variantes de cette question qui porte sur la « langue maternelle » ou « langue d’origine », dont on connaît toute l’ambiguïté ; et, au plan des résultats des études sur les langues en usage, cette question qui ignore le pluriel tend à « minorer le rôle des véhiculaires sans support vernaculaire fort » et celui des « vernaculaires sans fonction véhiculaire affirmée ». Au fond cela revient à « occulter les manifestations du plurilinguisme familial » ce qu’après Claude Caitucoli nous vérifierons plus d’une fois, entre autres sur le terrain migratoire français.

8Leçon numéro 2 :

  • 2 La notion de concession relève de l’esprit du droit coutumier : la terre n’appartient à personne, c (...)

9« L’unité pertinente en contexte urbain n’est pas la famille mais la concession »2

10Dans la foulée de ce type d’interrogations sur les emplois du singulier et du pluriel dans les questions sur les usages familiaux, Claude Caitucoli remet en cause l’idée même d’employer la notion de famille pour mettre à jour les usages des langues dans le cadre des villes africaines. Plus que la famille, l’unité de base des enquêtes devrait être la concession, qui se compose en général d’une dizaine de locuteurs, regroupés dans un voisinage aux relations étroites et constantes. Même les enquêtes macrosociolinguistiques qu’il conduit au Burkina Faso exploitent ces unités pertinentes que sont les concessions en formant un échantillon remarquable de 30 unités au moins dans chacun des huit îlots des deux grandes villes du pays ; cet ensemble représentant un nombre impressionnant de locuteurs de plus de cinq ans interrogés sur les langues utilisées avec chacune des personnes de leur concession.

11Leçon numéro 3 :

12« Replacer les locuteurs dans leur univers quotidien »

13Ce type d’enquêtes extensives offre un panorama intéressant sur la diversité des langues composant les répertoires des habitants et de celles « potentiellement utilisables » avec des habitants de la concession. Cependant avec une telle approche, on n’accède qu’à des déclarations de pratiques des langues et pas à des usages enregistrés in situ. Or, il paraît nécessaire de placer les locuteurs dans leur univers quotidien pour mieux apprécier la dynamique des usages alors que les représentations ont toujours tendance à livrer de ces usages une vision plus statique. Il en découle la nécessité d’une double approche, celle par les représentations des usages tels qu’ils sont énoncés par les sujets enquêtés à des enquêteurs dont ils se sentent proches mais aussi par celle d’enregistrements sur place par des méthodes ethnographiques comme l’observation participante ou la participation observante.

Présentation de l’enquête dans une concession de Libreville

14Forte de ces leçons que nous avons révisées ensemble, Eugénie Eyeang a mené une enquête au cours de l’été 2010 dans une concession de Libreville qu’elle traverse régulièrement pour d’autres activités que celle-là.

15L’approche que nous avons adoptée a suivi les voies de la participation observante qui a consisté en une première série d’entretiens à bâtons rompus pour obtenir des déclarations d’usages puis en des enregistrements vidéos d’interactions entre habitants de la concession dans divers espaces en incluant ou excluant l’enquêtrice.

L’enquête dans une concession du quartier Lalala

16Notre enquête s’est déroulée à Libreville, au quartier Lalala (zone Sud de Libreville). Un quartier considéré aujourd’hui comme périphérique, mais qui est l’un des plus anciens de la capitale gabonaise. Il est peuplé majoritairement de locuteurs de l’ethnie fang.

  • 3 Medjo-Mve, Pither, « La dynamique des langues dans les marchés de Libreville », Annales de l’Univer (...)

17En effet, les Fang de l’Estuaire (province n° 1 du Gabon ou G1) établis depuis les temps coloniaux constituent la population autochtone de ce quartier3. Cependant, les différents mouvements migratoires de la capitale gabonaise en ont fait un quartier cosmopolite où l’on rencontre d’autres ethnies et même des ressortissants d’autres pays africains, francophones ou anglophones. C’est ainsi qu’on peut y trouver des Sénégalais, des Maliens, des Béninois, des Togolais, des Nigérians, des Camerounais, etc. Ces derniers vont constituer avec des locuteurs natifs (Fang) ou non de Lalala (non Fang) la population de notre enquête.

18En effet, nous avons mené pendant cinq mois – d’avril à août 2010 – une enquête sur les différentes langues utilisées dans une concession du quartier Lalala.

Présentation et composition de la concession

  • 4 Badey, Sylvain, Protocole d’approche archéologique de la dégradation d’un habitat fortifié en terre (...)
  • 5 Dans cette concession apparemment ouverte, aucun individu étranger à la concession ne peut y perpét (...)
  • 6 Vénuat, Pierre, Les villages au Burkina Faso. http://abc.burkina.faso.free.fr/index.php?page=le vil (...)

19De manière générale, une concession est considérée comme un habitat fermé sur lui-même, où vivent des personnes entretenant des relations de consanguinité et d’alliance plus ou moins proches. Au Burkina Faso, la concession « lobi » est constituée d’une seule case, abritant tous les membres de la famille. Un accès à la toiture plate, protégée par un retour de mur en terre permettait aux occupants de se défendre en cas d’attaque. Quant à la concession « kassena », c’est une véritable forteresse construite avec l’objectif de se défendre4. L’architecture défensive de l’habitat, la configuration éclatée (clanique) des villages permet de comprendre la conscience de la vie traditionnelle des peuples concernés. En pays tiébélé, dans la cour royale, la concession est entourée d’un mur rehaussé aux angles de pointes, et forme un vaste labyrinthe un peu complexe constitué de cases à terrasse, reliées par un jeu de ruelles et d’escaliers. Il s’agit d’un lieu de vie protégé et exclusif à ceux qui y vivent5. Ces valeurs et ces règles de vie sont communément partagées par un grand nombre de pays africains, à quelques nuances près. « Cette organisation s’est dupliquée dans les quartiers des grandes villes, à cette différence près que, pour des raisons économiques, on peut voir des membres de familles étrangères habiter une même concession. »6 Ce qui est le cas de la concession que nous avons choisie.

  • 7 C’est le cas de plusieurs concessions dans ce quartier populaire de Lalala (sud de Libreville) dont (...)
  • 8 Cela revient à dire que ces maisons n’ont subi aucune modification architecturale depuis qu’elles o (...)
  • 9 Tous les clichés de cet article sont d’Eugénie Eyeang, 2010.

20La concession qui a fait l’objet de notre enquête est plutôt en forme de U. Ouverte aux passants, elle est un lieu de passage pour tous les riverains7. Cette concession, qui est considérée comme un terrain ancestral8, est composée de trois maisons en planches, un studio et un bar. Les maisons sont alignées, dans le sens de la longueur, les unes après les autres. Elle est traversée par une voie carrossable non entretenue. Le bar, situé en face des maisons est le lieu de rassemblement des occupants des trois maisons et d’autres maisons alentour. Les maisons de la concession sont identifiées par numéro (cf. photo infra9).

Photo n° 1 – La concession

Photo n° 1 – La concession

21La maison n° 1 est celle du propriétaire : enfants y compris. Tous sont de nationalité gabonaise. Cinq personnes vivent dans la maison n° 2 et deux dans le studio. Dans la maison n° 3, vivent également une dizaine de personnes. Les maisons 2 et 3 sont occupées par des locataires provenant de la zone anglophone camerounaise. Cette concession accueille donc au total une trentaine de personnes.

22L’alignement de l’habitat de cette concession n’est pas caractéristique des concessions du quartier Lalala ou même du Gabon (voire Afrique noire). Il obéit tout simplement au fait que l’ancêtre (premier occupant) ignorait le plan cadastral. Sa propriété a été scindée en deux. De ce fait, elle n’est ni rectangulaire/carrée voire ronde et semble non protégée puisqu’elle est le lieu de passage de tous les riverains.

Photo n° 2 – Environnement de la concession

Photo n° 2 – Environnement de la concession

Le choix de la concession

23Notre choix s’est porté sur cette concession par affinité d’intérêts. En effet, nous fréquentons depuis plusieurs mois ce quartier, lieu de notre naissance, où nous nous investissons dans le domaine social. Deux à trois fois par semaine, nous sommes au contact des populations avoisinantes. Nous passons régulièrement entre les maisons de ladite concession. C’est donc naturellement que nous avons choisi d’observer de façon plus systématique les riverains qui sont composés de deux communautés : des autochtones (Fang) et des étrangers (Camerounais en provenance de la zone anglophone).

Le déroulement de l’enquête

24L’enquête s’est déroulée en plusieurs étapes. La première a consisté à trouver des manières de faire et d’être pour gagner la confiance des enquêtés, particulièrement celle des étrangers. C’est le groupe n° 1. Il s’agit pour la plupart de commerçants, chauffeurs de taxi, etc. Ce sont les occupants des maisons 2 et 3.

Groupe 1
C1 : Je fais signe aux autres ? [Il sort]
Enquêtrice : [Hochement négatif de la tête]
C1 : Il faut quand même nous donner le coca !
Enquêtrice : À la fin/quand on aura bien travaillé.

25Cette étape première a permis de recueillir un métadiscours sur leurs pratiques langagières. C1 est ici comme le porte-parole du groupe 1. Il a été la porte d’accès au groupe 1.

  • 10 Cette observation est une forme de présentation sociologique du groupe en présence. Une façon pour (...)

C1 : Il n’y a aucun Nigérian10 parmi nous [S’adressant à l’enquêtrice]/ Le gros qui était là la dernière fois n’est plus là/ Nous-mêmes les Camerounais/ Quand on est comme ça on parle les histoires/Là quelqu’un a déjà pris une casteel bière ou une guinness/ On blague !/ On cause !/ on commande la nourriture/ Si on est d’accord à dimanche !/ Mais tu me fais d’abord signe avant de faire/ Parce que là où tu vois ils sont jeunes comme ça/ ils sont têtus !!!

26Après la prise de contact, le porte-parole nous éclaire sur la communauté à laquelle nous avons affaire. Son discours est une espèce de mise en garde voilée à l’enquêtrice, comme pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une recherche universitaire et rien d’autre (ils sont têtus = ils sont méchants et intraitables). Un autre rendez-vous a été pris pour l’enregistrement des conversations. Cependant, la méfiance demeure perceptible puisqu’il tient à être informé (consigne donnée par ses pairs) du début de l’enregistrement pour la prochaine fois. Ce qui va justifier l’observation participante de l’enquêtée.

27Pour le groupe 2 (maison 1), un adolescent explique également dans quelle situation le français et le fang vont être utilisés.

C2 : Quand ma tante me parle/ soit elle parle en français/ mais quand elle ne veut pas les gens comprennent/ elle me parle en fang/par exemple/ si elle veut m’envoyer/ elle me parle en fang.

  • 11 Tous les membres du groupe savaient que leurs conversations étaient enregistrées. Cela a été signal (...)

28Après ces métadiscours, la seconde étape a été consacrée à l’enregistrement des conversations selon différents groupes et à des endroits divers : conversations du groupe 2 (maison 1), conversations au bar d’en face (groupe 3), conversations du groupe 1 (maisons 2 et 3) et échanges intergroupes (groupe 4) [caméra cachée ou rangée en position on au moment où la conversation est engagée]11. Cette étape a permis de révéler les langues de communication grégaire et véhiculaire dans cette concession.

L’environnement sémio-linguistique

  • 12 Schubauer-Leoni, Maria Luisa & Ntamakiliro, Ladislas, « La construction de réponses à des problèmes (...)

29Le détail insolite présent dans cette concession est l’écriteau en français du côté des étrangers (maisons 2 et 3 + studio). Il apparaît, à notre avis, comme une revendication identitaire. Ces derniers veulent certainement faire passer un message aux autres membres de la concession, aux riverains et à tous les passants. Au-delà des caractéristiques sociolinguistiques propres à chaque groupe vivant dans la concession, ils ont en commun un élément à partager, la langue française, en particulier dans la sphère publique12 Cette approche fonctionnaliste de la langue française sera probablement déterminante lors des échanges intergroupes.

Photo n° 3 – Studio avec un écriteau en français

Photo n° 3 – Studio avec un écriteau en français

Les langues en présence dans les conversations du groupe 2 (maison 1)

30Les occupants de cette maison sont pour la plupart tous fang (Estuaire) et originaires du quartier Lalala. Un seul est bakaningui (Haut-Ogooué) et époux d’une des occupantes. Il s’agit d’une famille recomposée. La langue utilisée majoritairement en famille est le français :

31. Entre père et fille (a)

J-L : [Le père à sa fille] Tu fais quoi ? Ça fait mal déjà ?
D : [La femme] Quoi ?
J-L : La dent
F : [La fille] Oui/ça fait mal !
J-L : [à sa fille] Comme les dents sont beaucoup sorties [le regard rivé à la télé]/ Tu avais déjà bu de l’eau ?

32Dans cette séquence, le père et la fille s’expriment en français, de même que le mari et la femme :

33. Entre mari et femme (b) :

D : [à son mari] Les pagnes là c’est seulement pour certains ?/ Il fallait aller à la mairie [Préparatifs du cinquantenaire de l’indépendance du Gabon et distribution de pagnes et de tee-shirts].
J-L : [à sa femme] Je te dis/ à peine je descends du taxi/ J’arrive vers euh/ leur collège là c’est quoi ?// EPI/ je trouve la voiture de euh/ les trois voitures/ le ministre garé/ en train de donner les tee-shirts/ Il y a un qui vient me donner un tee-shirt/ moi j’ai dit que vous donnez les tee-shirts où sont les pagnes ?/ On me dit c’est le ministre qui est là-bas/ il faut partir [sens : Il faut se diriger vers lui].
D : Ils ne font pas euh… [inaudible]

34. Dans le discours rapporté du mari à sa femme (c) :

J-L : Quand j’arrive là/ ils sont déjà montés/ Ils voulaient déjà partir/ j’ai fait comme ça là [signe au chauffeur pour qu’il arrête le véhicule]/ Le chauffeur fait descendre la vitre comme il était de l’autre côté/ mais Monsieur le Ministre vous nous laissez comme ça ?/ Il dit noon les pagnes c’est pour les femmes/ j’ai dit non Monsieur le Ministre c’est pour tout le monde/comment seulement pour les femmes ?/ Bon donc donnez pour moi/ parce que moi aussi j’ai ma femme/ Il dit elle est où ?/ Elle est à la maison/xxx/ Moi je suis déjà là/ Il y a un autre qui s’est déjà ajouté/ On est maintenant à deux/ Donc il faut mainant [maintenant] donner pour nous/ Il dit oh non/ Oh vous là/ mainant il a fait le tour/ mainant il est descendu/ Il ouvre la portière/ Quand il me donne/ au moment où il me donne il y a une femme je ne sais pas où elle sortait/ ouahp elle a pris !/ il donne encore l’autre qui était avec moi/ ouahp il a pris moi je voulais prendre le bleu/ le bleu/ c’était encore plus costaud je crois qu’ils n’avaient pas encore coupé ça/ maintenant quand il a soulevé le jaune là il y avait un tee-shirt à l’intérieur.

35. Entre jeunes (d)

(G) 16 ans et 20 ans (F) sont fang (deux cousins) devant la télé.
G : Peut-être à IAI/// regarde comment ils font/il fait quoi ? //
hihihi [rires]
F et G : hihihi [rires]
F : Ça c’est pas ? / Il est nerveux mais y a personne !
G : Là peut-être qu’ils vont montrer des choses
F : hihihi / il va devenir comment ? /// Où est la xxxx Obiang ? Il faut venir enlever xxx
G : Ooh ! Ya Ya Ya !/ Ils mettent mainant ça ! Ils mettent mainant ça !/// Mais change d’abord ! Mhmhm/ Mais c’est en bas/ Attends/Change d’abord/ Change d’abord ! Attends stop d’abord !

36Il convient de remarquer qu’il y a bon nombre d’énoncés que l’on peut qualifier de mixtes. Le français parlé est construit selon des tournures de langues locales :

Mais c’est en bas = le volume de la télé est faible traduction littérale du fang : a ne si (il/elle est en bas ou même à l’étage en dessous).

  • 13 N’zenguet-Lola, Rigobert, Au cœur des mots bantu. La dénomination chez les Pové, Paris, L’Harmattan (...)

37En outre, le discours de l’enquêté ne comporte pas de style indirect. On note évidemment un mélange de verbal et de non verbal. L’énoncé est ponctué d’onomatopées (ouahp elle a pris ! ouahp il a pris moi…), caractéristiques des langues bantues13. Ces phénomènes linguistiques sont présents même dans les discours de jeunes (Ooh ! Ya Ya Ya !).

  • 14 Cuq, Jean-Pierre, Le français langue seconde, Paris, Hachette, 1991.
  • 15 Diki-Kidiri, Marcel, Edema, Atibakwa-Baboya, Le vocabulaire scientifique dans les langues africaine (...)

38Sur le plan phonétique, l’influence du fang (la femme) et du bakaningui est flagrante : le « e » atone est prononcé « é » (*rémerciement, *appéler, …), « an » et « on » sont confondus (parce que la « langue de première socialisation »14 ne possède pas de voyelle nasale, l’oreille n’est pas entraînée à distinguer les deux). Les jeunes semblent également se relâcher lorsqu’ils sont en privé, à la maison. Une analyse phonologique pourrait également être intéressante, puisque les langues bantues sont des langues à tons15. Mais, la perte de certaines données de l’enquête ne nous a pas permis de le vérifier.

  • 16 Au Gabon, plus particulièrement à Libreville, quel que soit son niveau de scolarité, lorsqu’un locu (...)

39Sur le plan sémantique, la langue première du locuteur influence la langue française dans la manière de conduire son récit. Les influences internes à la langue, les mécanismes psycho-linguistiques liés au fonctionnement de la langue gabonaise transparaissent dans le discours de l’enquêté16 (ils rentrent ils donnent/comme ça là). Il y a beaucoup de non-dits et de sous-entendus dans le discours.

J-L : Quand j’arrive là/ ils sont déjà montés/ Ils voulaient déjà partir/ j’ai fait comme ça là/…
J-L : Normalement une voiture vient comme au quartier gare/ et commence à distribuer les pagnes de maison en maison/Oui/Ils rentrent ils donnent/ comme ça là/ [Commentaires sur ce qui se passe à la télé] C’est en direct hein ? C’est en direct à la Place de l’indépendance ?

40Sur le plan kinésique et proxémique, l’enquêté a recours à la gestuelle pour relater les faits (J’ai fait comme ça là).

Les langues en présence dans les conversations du groupe 3 (au bar)

41Le bar situé en face fait partie de l’environnement de la concession. Il est régulièrement fréquenté par tous les riverains. Nous avons suivi une conversation entre deux locutrices fang qui vont alterner le français et le fang :

42. Deux femmes fang (F1 et F2) :

F1 : Je prends encore une bière.
F2 : Moi je m’en vais.
F1 : A nena ? (fang) = Que se passe-t-il ? [Autrement dit que veux-tu ?]
F1 : Moi je prends encore la bière/ Avance/ Me lè manzu (fang) = J’arrive !
F2 : Quelle bière/ tu as encore l’argent ?
F1 : [Elle montre les pièces qu’elle tient dans sa main]
F2 : Ça va/ Moi je vais rentrer !
F1 : Maria Nkeŋg nda/ me malighe magnu (fang) = [Maria/ Tu peux rentrer à la maison/ Moi je reste à boire].

Les langues en présence dans les conversations du groupe 1 des étrangers (maisons 2 et 3)

43. Avec l’enquêtrice :

44La mise en confiance des enquêtés a demandé une observation participante afin de leur permettre à un moment donné d’oublier la présence de la caméra. Le porte-parole du groupe semble utiliser l’anglais formel avec ceux qui ne sont pas de la communauté. Il s’agit ici d’une langue de communication véhiculaire utilisée avec toute personne qui ne fait pas partie du groupe sociolinguistique.

C1 [à l’enquêtrice] : Good afternoon !
Enquêtrice : Good afternoon ! You don’t work this evening/ on Monday you don’t work ?
C1 : Yes on Monday I work. But this I don’t work because I have an accident. Enquêtrice : Ah you have an accident ?/Your car has an accident !
C1 : Yes
Enquêtrice : Where ?
C1 : Around Petit Paris.
Enquêtrice : Hein Ok.

45Cette conversation n’est qu’un prétexte pour l’enquêtée d’être acceptée par le groupe afin de pouvoir observer les autres membres de la communauté et de voir leurs comportements linguistiques.

46. Entre eux :

C2 : [Un autre compatriote entre. Ils s’expriment directement en pidgin english en ma présence]
C3 et C2 : [Conversation en pidgin english et ils ignorent complètement ma présence]
C2 : [Pidgin english et quelques mots rapides en français]
C1 : [Entre et me demande d’arrêter la camera] Arrête d’abord ça/pardon !
C1, C2 et C3 : [s’expriment exclusivement en pidgin english]
Enquêtrice : [sort pour regagner leur confiance et réexpliquer que cette fois, pas de méta, mais plutôt du direct en situation réelle].

47L’objet des apartés en pidgin est vraisemblablement en rapport avec la présence de l’enquêtée et de la caméra. Puis, comme le disait le porte-parole, lors des métadiscours sur leurs pratiques langagières, ils s’expriment en pidgin english lorsqu’ils veulent parler de leurs « choses ». Autrement dit, lorsque le groupe aborde des sujets de conversations étrangères aux autres communautés ou du moins qu’ils ne souhaitent pas partager avec d’autres communautés, ils s’expriment en pidgin english. Le pidgin english apparaît ainsi comme une langue grégaire qui fait l’objet d’un marquage identitaire.

Les langues en présence dans les conversations intercommunautaires

48Entre les membres de la concession, il y a comme un jeu de rôles à certains moments. Chacun semble réaliser qu’il y a une cohésion à préserver. Chaque habitant du quartier Lalala semble se souvenir en quelque sorte de l’identité originelle de ce quartier.

49Entre communautés, l’usage des langues dominantes du groupe est requis (groupe 4). Pour ces communautés, les langues véhiculaires semblent être le fang et le français. Ce sont des marqueurs d’intégration et d’appartenance à la concession et au quartier. Le porte-parole ici est celui qui sert de pont entre les communautés puisqu’il est le plus ancien des locuteurs anglophones et locataires dans la concession. Il joue le rôle de régulateur. . Conversations dans la cour de la concession

C1 [à ses compatriotes] : en pidgin english [en rapport certainement avec la conversation qu’il a avec la dame]
Dg1 [à deux dames qui passent] : Mbolani ! (en fang) = Bonjour à vous !
DD : A mbolo = bonjour ! (en fang)/ O ne ça pas va hein ? (mélange de fang et de français) = Alors comment ça va ?
Dg1 : Massosso ! = j’arrive à peine ! [sous-entendu, j’arrive à peine et je n’ai pas encore eu le temps de venir vous voir]
DD : Wassovè (fang) = D’où viens-tu ?
Dg1 : Masso : eh Kango (fang) = J’arrive de Kango.
DD : Oohooh wassosso abondi (fang) = Ok tu arrives à peine alors ?
Dg1 : Ooh Ooh masso fohfoh (fang) = Oui j’arrive à peine !!!
[Pendant ce temps, C1 et ses compatriotes s’entretiennent en pidgin english].

50Le fang apparaît à la fois comme un vernaculaire et un véhiculaire dans des moments de convivialité. Cette langue symbolise le trait d’union entre les membres de la concession.

  • 17 Schubauer-Leoni, Maria Luisa & Ntamakiliro, Ladislas, « La construction… », op. cit.

51À certains moments aussi, dans la cour de la concession, le privé et le public17 vont se côtoyer. Chaque groupe va quasiment ignorer la présence de l’autre quand il s’agit de questions intracommunautaires. Cependant, dans tous les cas, les deux langues vont être présentes dans les situations de communication : la langue grégaire (le fang et le pidgin english) et la langue véhiculaire gabonaise (le français).

52. Conversations croisées dans la cour de la concession

Mère (fang) : Obiang/Tu vas où ?/Tu vas où ? Wa ki ?
Jeune homme (fang) : Non/J’arrive !/ Je ne dure pas.
[Pendant ce temps, l’enquêtrice s’entretient avec C1 (anglophone)].
C1 (anglophone) (à l’enquêtrice) : J’ai appelé les autres/ ceux qui vont venir/ vont venir/ Mais je te dis que ceux là/ Ils n’aiment pas quand n’importe qui/
Enquêtrice : Mhm Mhm
C1 : Même si tu les vois petits comme ça/[…]// Quand je dis qu’ils sont têtus c’est qu’ils ne veulent pas quand tu fais quelque chose derrière eux !/ Il faut me dire/ Là ils vont exposer leur cœur !
[Pendant qu’il s’adresse à moi en français/ deux de ses compatriotes rient aux éclats et racontent des histoires en pidgin]

Synthèse des observations et conclusion

  • 18 Caitucoli, Claude, « Le multilinguisme familial », op. cit., p. 35.

53La prise de parole suivante illustre que « tout discours faisant appel au français est potentiellement bilingue »18, que ce soit par les phénomènes d’alternances codiques, même l’espace d’une onomatopée, ou par affleurement d’une autre langue :

J-L. […] Bon donc donnez pour moi/ parce que moi aussi j’ai ma femme/ Il dit elle est où ?/ Elle est à la maison/ xxx/ Moi je suis déjà là/ Il y a un autre qui s’est déjà ajouté/ On est maintenant à deux/Donc il faut mainant [maintenant] donner pour nous/ Il dit oh non/ Oh vous là/ mainant il a fait le tour/ mainant il est descendu/Il ouvre la portière/ Quand il me donne/ au moment où il me donne il y a une femme je ne sais pas où elle sortait/ ouahp elle a pris !/ il donne encore l’autre qui était avec moi/ ouahp il a pris moi je voulais prendre le bleu/ le bleu/ c’était encore plus costaud je crois qu’ils n’avaient pas encore coupé ça/ maintenant quand il a soulevé le jaune là il y avait un tee-shirt à l’intérieur.

  • 19 Ibid., p. 36.

54Les catégories de vernaculaire et véhiculaire ne peuvent pas être attachées de façon immuable à des langues données. Certaines rempliront dans une situation d’interaction une fonction grégaire et dans une autre situation une fonction véhiculaire. Ce qui n’empêche pas des tendances qui peuvent se manifester. Ce fait nous amène à penser les phénomènes de convergence/divergence dans les interactions selon un modèle du type « continuum entre véhiculaire et vernaculaire »19.

F1 : Moi je prends encore la bière/ Avance/ Me lè manzu (fang) = J’arrive !
F2 : Quelle bière/ tu as encore l’argent ?
F1 : [Elle montre les pièces qu’elle tient dans sa main]
F2 : Ça va/ Moi je vais rentrer !
F1 : Maria Nkeŋg nda/me malighe magnu (fang) = [Maria/ Tu peux rentrer à la maison/ Moi je reste à boire].

55Dans cet échange, F1 utilise le fang comme appui linguistique. Il sert à renforcer le discours initial en français. Il n’apporte pas d’informations supplémentaires. L’utilisation des deux langues au bar montre que ce lieu de vie est considéré à la fois comme espace public et privé pour les membres de la concession. C’est donc naturellement qu’on peut passer d’une langue à une autre sans sourciller.

56En définitive, les enquêtes se poursuivent et vont permettre de montrer encore plus de complexité dans les usages des différentes langues au sein de cette concession. Une observation sur une longue durée montrera sans doute aussi l’évolution dans ces usages.

Notes

1 Caitucoli, Claude, « Le multilinguisme familal », in Caitucoli, Claude (dir.), Le français au Burkina Faso, Cahiers de Linguistique sociale, Coll. « Bilans et perspectives », CNRS-Université de Rouen, 1993, p. 36 ; « Problèmes d’enquête dans les communautés multilingues d’Afrique noire francophone : les limites des approches quantitatives », Richard-Zappella, J. (dir.), Le questionnement social, Cahiers de Linguistique Sociale (28/29), IRED, Université de Rouen, 1996, p. 345-351 ; « Francophonie et identité au Burkina Faso : éléments pour une typologie des locuteurs francophones », Batiana, A. et Prignitz, G. (eds), Francophonies africaines, CNRS-Université de Rouen, coll. « Dyalang », 1998, p. 9-20.

2 La notion de concession relève de l’esprit du droit coutumier : la terre n’appartient à personne, comme nous le verrons plus loin.

3 Medjo-Mve, Pither, « La dynamique des langues dans les marchés de Libreville », Annales de l’Université Omar Bongo, n° 12, Presses Universitaires du Gabon, 2006, p. 124 ; Nguema Mba Roch, « Développement de la ville, découpage et appropriation des territoires urbains au Gabon : le cas de Libreville », Annales de l’Université Omar Bongo, n° 12, op. cit., p. 124.

4 Badey, Sylvain, Protocole d’approche archéologique de la dégradation d’un habitat fortifié en terre crue (Tiakiné, Burkina Faso), Mémoire de maîtrise, Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2001, p. 235.

5 Dans cette concession apparemment ouverte, aucun individu étranger à la concession ne peut y perpétrer un quelconque acte. Les yeux physiques et invisibles des voisins reconnaissent les membres et les non-membres de la concession.

6 Vénuat, Pierre, Les villages au Burkina Faso. http://abc.burkina.faso.free.fr/index.php?page=le village.2004. Consulté le 11/10/2010.

7 C’est le cas de plusieurs concessions dans ce quartier populaire de Lalala (sud de Libreville) dont les premiers occupants étaient tous originaires de la même contrée (Province de l’Estuaire, département du Komo-Mondah). Ils avaient presque tous des liens de parenté (consanguins ou par alliance).

8 Cela revient à dire que ces maisons n’ont subi aucune modification architecturale depuis qu’elles ont été construites par les premiers occupants ou l’ancêtre de la famille.

9 Tous les clichés de cet article sont d’Eugénie Eyeang, 2010.

10 Cette observation est une forme de présentation sociologique du groupe en présence. Une façon pour le binôme enquêtrice-enquêté de partager le même réferent social. Sur le plan des représentations sociales, l’enquêté fait comprendre à l’enquêtrice que le groupe est digne de confiance. Même si les termes employés restent ambivalents.

11 Tous les membres du groupe savaient que leurs conversations étaient enregistrées. Cela a été signalé par l’enquêtrice lors de la prise de contact.

12 Schubauer-Leoni, Maria Luisa & Ntamakiliro, Ladislas, « La construction de réponses à des problèmes impossibles », Revue des sciences de l’éducation, n° 20, vol. 1, 1994, p. 87-113.

13 N’zenguet-Lola, Rigobert, Au cœur des mots bantu. La dénomination chez les Pové, Paris, L’Harmattan, 2009.

14 Cuq, Jean-Pierre, Le français langue seconde, Paris, Hachette, 1991.

15 Diki-Kidiri, Marcel, Edema, Atibakwa-Baboya, Le vocabulaire scientifique dans les langues africaines : pour une approche culturelle de la terminologie, Paris, Karthala, 2008.

16 Au Gabon, plus particulièrement à Libreville, quel que soit son niveau de scolarité, lorsqu’un locuteur s’exprime en français, on relève les caractéristiques particulières qui permettent de le distinguer d’un autre. En effet, parler français, c’est véhiculer une identité. Le marquage identitaire varie selon le niveau de scolarité. Pour les locuteurs de scolarité courte, le marquage est plus accentué à cause de l’influence des langues locales, alors que pour ceux de scolarité longue, le marquage semble minimal […]. Cf. Minko, Danielle, « Le marquage identitaire dans le français gabonais », Synergies Monde, n° 5, 2008, p. 159-164. Ici, c’est généralement l’accent et la prononciation des mots qui distingueront un Fang d’un Bakaningui.

17 Schubauer-Leoni, Maria Luisa & Ntamakiliro, Ladislas, « La construction… », op. cit.

18 Caitucoli, Claude, « Le multilinguisme familial », op. cit., p. 35.

19 Ibid., p. 36.

Table des illustrations

Titre Photo n° 1 – La concession
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Photo n° 2 – Environnement de la concession
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Photo n° 3 – Studio avec un écriteau en français
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteurs

Université Stendhal, Grenoble III

École Normale Supérieure de Libreville, Gabon

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search