Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

Variation linguistique et fonctions : questions autour de la camerounisation du français dans des feuilletons télévisés nationaux

Ferdinand Njoh Kome

Texte intégral

1Je voudrais partir du postulat que les œuvres filmiques reflètent la réalité sociale et contribuent à propager des pratiques et des représentations sociales. Ces œuvres sont des produits sociaux, des espaces de prises de parole (et pas seulement, puisqu’il ne faut point négliger leur dimension iconique) renvoyant nécessairement à un ensemble complexe de pratiques et d’imaginaires linguistiques d’une communauté à un moment donné. Dès lors, les enjeux d’identité et de captation inhérents à ces œuvres seront tributaires des formes linguistiques mobilisées. Si les feuilletons télévisés nationaux francophones Les Déballeurs et Coup de balai ont eu une certaine notoriété au Cameroun, nul doute que les parlers « français » utilisés sont marqués par/pour l’écologie linguistique du pays. Comprendre les usages linguistiques dans ces feuilletons, c’est saisir un pan de la réalité du français camerounais.

Quand le terrain sociolinguistique est une fiction cinématographique

  • 1 Boutet, Josiane, dans Charaudeau, P. et Maingueneau, D. (éds), Dictionnaire d’analyse du discours, (...)

2En réaction à l’approche systématique calquée sur les sciences pures qui a dominé la linguistique après Ferdinand de Saussure, la sociolinguistique a consacré le caractère social des faits de langue et voulu étudier les pratiques effectives des langues. Cette volonté socialisante et ethnicisante forte de la sociolinguistique a conduit à privilégier la notion de terrain comme lieu de recueil des données vraies du langage. Le terrain, selon Josiane Boutet dans le Dictionnaire d’analyse du discours1, « désigne les situations ou les lieux empiriques où le chercheur va collecter des données, construire ses corpus ». Cela signifie que les contextes et les données observés le sont de situations sociales réelles, effectives, observations nécessitant la présence du chercheur.

  • 2 Abecassis, Michaël (dir.), « Pratiques langagières dans le cinéma francophone », dans Glottopol, n° (...)

3Or l’œuvre d’art, la création culturelle qu’est l’œuvre filmique, se définit comme une représentation de la réalité. Cette représentation diffuse des usages familiers à toutes les couches sociales et demeure « une artificialité du réalisme social »2. Elle serait par conséquent impropre à l’analyse sociolinguistique.

  • 3 Dumont, Pierre et Maurer, Bruno, Sociolinguistique du français en Afrique francophone, Paris, Edice (...)
  • 4 Pierozack, Isabelle, « Prendre internet pour terrain », dans Glottopol, n° 10, 2007 : en ligne www. (...)

4Je vais ici rappeler les propos de P. Dumont et B. Maurer3 sur les lieux d’enquête sociolinguistique : « Toute pratique linguistique est également authentique du moment qu’elle est appréhendée en tenant compte de la situation de communication dans laquelle elle a été recueillie. » En tenant compte de ce qu’un feuilleton télévisé sera à la fois un document renvoyant à l’authenticité des usages sociaux et à l’investissement d’une médiation, si on veut le considérer comme un terrain d’enquête sociolinguistique, ces paramètres sont à intégrer dans l’analyse. Isabelle Pierozack4 généralise d’ailleurs en concevant le terrain comme « l’ensemble des contraintes qui pèsent sur la construction de phénomènes pertinents pour le chercheur ». Le terrain sociolinguistique semble ainsi une construction extérieure au chercheur, mais il est important de signaler que l’enquêteur en fait partie, lui qui construit les observables en les sélectionnant et en les interprétant.

5Que dire de la complexité du contexte linguistique camerounais : 240 langues environ ; le français et l’anglais langues officielles ; spatialement et en terme de locuteurs une domination du français dans les usages formels ; glottophagisation des langues « nationales » par le français et l’anglais dans les usages ordinaires, ce qui altère en permanence les statuts de langues. Les médias dans leur grande majorité reflètent cette glottophagie du français et, dans une moindre mesure, de l’anglais. Ainsi en est-il de Canal 2, que de récentes études présentaient comme la chaîne de télévision la plus regardée au Cameroun, surtout par les masses populaires. Il s’agit d’une chaîne de télévision privée, l’une des toutes premières après la libéralisation du paysage audiovisuel camerounais qui, à côté des programmes d’information, propose principalement comme divertissement des télénovelas brésiliennes et quelques productions locales. Mon intérêt s’est porté sur les productions camerounaises, dont les plus marquantes (notoriété et pérennité) sont Les Déballeurs et Coup de balai.

6Les Déballeurs : la trame se déroule en milieu urbain contemporain (des plans montrent la ville de Douala). Sur les sept premiers épisodes que j’ai sélectionnés, Mintoumba, le personnage principal, est un commerçant aisé polygame et sans enfant. On suit également les aventures de la sœur de sa seconde épouse enceinte de Big Mop, un ami de Mintoumba. Toutes les autres aventures sont des ramifications de ces deux premières. De nombreuses identités tribales apparaissent lors de l’alternance codique et, à un degré moindre, dans l’accentuation. Dans le générique, la motivation avouée des auteurs est de « déballer tout ce qui se passe autour de nous, côté cour et côté jardin », ce qui augure d’une recherche d’authenticité, d’une proximité de la réalité sociale.

7Coup de balai : la trame dans les épisodes sélectionnés se déroule en milieu rural. Les fictions qui choisissent ce cadre, pour refléter au plus près les pratiques, choisissent de faire parler les personnages dans la langue « ethnique » véhiculaire du contexte. C’est donc un grand défi de présenter un contexte rural camerounais avec des dialogues en français, tout en gardant une certaine authenticité. Quels outils et mécanismes utilisent les auteurs ? Edoudoua retourne au village avec Zakoubla, sa femme, s’occuper des plantations héritées de ses parents. Edoudoua va convoiter la femme de Mbouta, Judith, pourtant copine de Zackoubla. Celui-ci lui jettera un sortilège qui rendra Edoudoua impuissant. L’alternance codique montre qu’on est en zone forestière béti.

8Ces feuilletons présentent divers personnages, d’âge et de situation sociale différents, s’exprimant principalement en « français ». Mais quel français ?

L’auto-éco-normalisation du français camerounais

  • 5 Manzano, Francis, « Diglossie, contacts et conflits de langue… À l’épreuve de trois domaines géo-li (...)

9Dans les premières discussions que j’ai avec les étudiants qui expriment leur volonté de travailler en sociolinguistique, j’ai constaté que ceux-ci détachent rarement ce domaine d’étude de l’exotisme linguistique du français en Afrique et au Cameroun. Les particularités lexicales et morphologiques d’un environnement ou d’un autre veulent être relevées pour servir de contraste avec la norme scolaire. Pour moi, ce travail est superficiel et vain s’il ne sert qu’à la dénonciation et à la correction des usages. Cet ensemble disparate de descriptions n’aura d’impact que si l’on recherche les éléments de leur cohérence, que si on cherche à les comprendre en rapport avec une fluence sociale. Francis Manzano5 adhère à cette vision quand il affirme que « c’est le fonctionnement de l’ensemble et l’interaction des idiomes et pratiques en présence (en réalités et en statuts symboliques) qui doivent prendre le pas sur des descriptions partielles accolées et sur des théorisations très, trop partielles comme la diglossie ».

  • 6 Lacasse, Germain, « L’audible évidence du cinéma oral ou élément pour une étude sociolinguistique d (...)
  • 7 Wald, Paul, « L’appropriation du français en Afrique noire : une dynamique discursive », dans Langu (...)
  • 8 Féral, Carole de, « Appropriation du français dans le sud de Cameroun », dans Langue française, n°  (...)

10J’ai indiqué le caractère francophone du cadre d’étude, mais ce qui en fait un « vrai cinéma vérité »6, c’est-à-dire celui qui s’intéresse à la réalité et qui plus est essaie de faire entendre cette vérité dans la langue vivante et non dans la langue normative, c’est la prégnance des phénomènes de vernacularisation du français au/du Cameroun. La vernacularisation est un fait d’appropriation, et Paul Wald7 précise qu’« une langue sera appropriée dès que sa présence dans le discours ne marque plus nécessairement une frontière qui actualiserait des limites virtuelles dans l’espace social ». La vernacularisation marque donc l’identité, le sentiment d’appartenance à une communauté linguistique. Carole de Féral8, dans le même numéro de la revue Langue française, parle d’usage vernaculaire, entendu comme

une utilisation du français, qui est en train de devenir la langue principale du répertoire verbal d’un nombre croissant de citadins – dont l’acquisition, pour certains, a commencé « dans la rue » avant même d’aller à l’école – dans des situations informelles, où la vigilance métalinguistique n’a pas lieu d’exercer une forte pression normative en direction du français standard, entre des locuteurs qui partagent des sentiments d’intimité et de solidarité.

11Les modalités de cette vernacularisation sont celles de toutes les variétés populaires. Bien de monographies décrivent ces constructions du vernaculaire, je ne relèverai dès lors que certains de ces phénomènes linguistiques pour montrer leur dispersion et leur permanence dans le temps. On trouve une foison de particularités lexicales constituées d’emprunts et de néologismes :

– C’est la bourbouille non ? on va acheter le manyanga (LD, T1)
 – La nga-là a fait quoi avec l’argent que je lui ai donné non ? (LD, T1)
 – Je te dis que je lui ai donné les ronds (LD, T1)
 – Comme on disait que j’étais mammy problèmes… (LD, T1)
 – Vous me voulez quoi ? Badluck ! (LD, T3)
 – J’ai peur, je fia (LD, T3)
 – N’oublie pas que tu es dans un foyer polygamique (LD, T4)
 – Le container de chauds que tu as là ne peut pas résoudre tes problèmes ? (LD, T5)
 – Nous sommes de kotas depuis l’école primaire (CDB, T1)
 – Que ça soit encore le kongossa, que ça soit encore le racontage… (CDB, T2)
 – Nous faisons maintenant l’asso. Demain, on va travailler chez lui (CDB, T2)
 – Tu comprends ? petite bordelle ! (CDB, T3)
 – Nous les njanga là… (CDB, T9)
 – Raconte-moi alors les news du village (CDB, T9)
 – Je ne prépare plus ndjoh… (CDB, T10)

  • 9 Biloa, Edmond, « Le français camerounais : qu’est-ce que c’est ? Essai de définition socio-historic (...)

12Parmi les critères de définition des particularités lexicales du français camerounais qu’Edmond Biloa9 essaie d’établir, une place importante est accordée aux néologismes et surtout à la variation sémantique, que celle-ci relève des glissements de sens ou des calques :

– Apporte-moi une bière bien glacée (LD, T3)
 – Tu rationnes combien ? (LD, T3)
 – Tu es très sage ! (CDB, T1)
 – Il n’a pas eu le concours (CDB, T9)
 – Laisse que le bébé de la honte. Je cherche ma part pour la honte je ne vois pas (LD, T1)
 – Tu as eu le courage de mettre l’enfant dans le ventre de la fille-là ! (LD, T1)
 – Tu avais les problèmes de quoi jusqu’à ce que tu ne viennes pas voir le bébé de la honte oh ? (LD, T5)
 – Tu ne me peux pas ! (LD, T4)
 – C’est même quoi avec toi ? (LD, T5)
 – Je ne l’ai pas empêché, la mère ! (LD, T5)
 – Je t’ai déjà dit de ne pas mettre ta bouche là ! (CDB, T1)
 – Je comprends comment mon cœur se coupe ! (CDB, T2)
 – Ottou est ma petite sœur de loin (CDB, T9)
 – C’est ça qui va m’enlever la honte ! (CDB, T10)

  • 10 Queffelec, Ambroise, « Restructurations morphosyntaxiques en français populaire camerounais : l’exp (...)

13On peut remarquer que la déconstruction sémantique est également une déconstruction syntaxique. L’interrogation l’illustre assez bien, elle qui se situe entre le calque et la simplicité syntaxique de l’oral. Ambroise Queffelec10 a décrit cette anarchie dans la construction de l’interrogation orale au Cameroun :

– J’ai versé l’eau chaude que j’ai pris ça où ? (LD, T5)
 – Tu bavardes même quoi ? (LD, T3)
 – Tu ris quoi, gars ? (LD, T3)
 – Il y a encore eu quoi ? (LD, T5)
 – Je suis alors quoi ? Que je vois la nourriture je refuse de manger ? (CDB, T10)
 – Je sais même que je vais te dire quoi ? (LD, T3)
 – C’est quoi avec le problème de machette et d’empoisonnement chez toi ? (LD, T4)
 – Ça veut dire que quoi ? (LD, T4)
 – Elle t’a dit que quoi ? (CDB, T2)
 – Ton ami de toujours, ça signifie que quoi ? (CDB, T1)
 – Je te menace que comment non ? (LD, T4)
 – Je vais moi faire comment ? (LD, T4)
 – Après on va dire que je n’accouche pas non ? (CDB, T6)
 – Je sais que c’est quelle malchance oh…? (LD, T1)
 – Vous voyez comment elle me tape par lâcheté ? (CDB, T2)

14Toujours sur le plan syntaxique et sémantique, on remarque aisément l’usage redondant des déictiques ci et là, quand ils ne prennent simplement pas la valeur de l’adjectif démonstratif absent :

– J’ai parlé de l’affaire de ces compagnies-là ici là ! (CDB, T2)
 – Qu’est-ce qui s’est passé ?
 – C’est la folle de Judith-là non ? (CDB, T10)
 – Je ne peux pas rester comme ça là ! (CDB, T10)
 – Je m’en vais d’abord voir celui de Mbouta-là (CDB, T10)
 – Le village-ci et ses choses-là ! (CDB, T9)
 – Je vois que tu ne connais pas la femme-là (LD, T3)
 – Pour le côté de Mado-là, elle va partir (LD, T5)
 – Tonga que tu vois là n’est pas sérieuse (LD, T5)
 – L’affaire de e-card-là, il me faut déjà acheter ça (LD, T5)
 – Je suis là comme ça mes activités ne marchent pas à cause de sa fille (LD, T5)
 – Tu es d’accord avec moi comme ça ? (CDB, T6)
 – Il y a des hommes qui ont besoin de moi ici dehors (CDB, T9)

  • 11 Féral, Carole de, op. cit., p. 37-48.

15Dans ce dernier exemple, on aurait pu reprocher à Zackoubla, femme au foyer d’Edoudoua de se situer « dehors », mais dans cet usage lâche du déictique, l’usage semble guidé par des objectifs d’expressivité et d’emphase. Carole de Féral11 ajoute « même » aux déictiques « ça » et « là » lorsqu’elle répertorie les mots dont l’usage est abusif dans le vernaculaire camerounais. Elle évoque également des cas d’omission dans la construction syntaxique. On rencontre ici des cas d’omission d’une particule de la négation (même pas), de la principale, de l’article (une question de) ou d’une particule de la locution conjonctive de subordination (parce que) :

– Pendant l’accouchement de ton enfant, même un morceau de savon, une couche, rien… (LD, T1)
 – Jusqu’à Djakass la supporte ! (LD, T4)
 – Si c’est question de force, tu ne peux pas parler ici (CDB, T3)
 – Je me dois pas chômer chez toi, moisir ici que… (CDB, T9)

16D’autre part, il est constant que les linguistes signalent la neutralisation des registres comme caractéristique du français africain. De nombreuses exclamations « merde ! » ou « merde alors ! » (prononcé merdelors) le confirment.

17Les phatiques les plus courants dans les échanges sont les interpellations par le nom propre. Mais on trouve également dans cette catégorie des expressions idiomatiques :

– C’est comment ?
 – Toi aussi…
 – Dis-moi que…
 – Wèh papa !
 – On va faire comment alors ?

  • 12 Tabi Manga, Jean, « Prolégomènes pour une théorie de l’emprunt en français langue seconde », dans C (...)

18Même si des linguistes à l’instar de Jean Tabi Manga12 hésitent à ranger les exclamations et autres phatiques parmi les manifestations de l’emprunt, il reste que ces phénomènes donnent à la langue française son caractère camerounais. Dans l’exemple :

– Donc nous autres nous ne sommes pas les enfants de Pa’Batomen ? Assia !

19L’exclamation « assia », expression de la compassion et ironique dans ce contexte, est un modalisateur fondamental pour la signification de l’énoncé. Il ne s’agit point ici d’une question, mais d’une interpellation. On remarque d’ailleurs que les mots exclamatifs sont spécifiques à des langues « ethniques » et constituent une sorte d’épiphénomène d’alternance codique : « eh ah… » symbolise l’exaspération, « eich » ou « iche » exprime le dégoût, « ékié » marque la surprise ou l’exaspération (Ekieh Mbouta toi aussi…!), le « ô » long en fin de discours marque l’insistance, l’avertissement.

20Ainsi, le code switching est une autre marque de l’oralité francophone au Cameroun. Le recours d’un personnage à sa langue camerounaise n’est pas seulement phatique, il survient le plus souvent dans des moments de tension extrême. Cela peut se comprendre comme une rupture d’avec la communication et un retour vers l’expressivité :

– Ah Nti !
 – Je vous ai fait quoi ? Me kouya ke bena ? (LD, T1)

  • 13 Gadet, François, La variation sociale en France, Paris, Ophrys, 2003, p. 79.

21Peut ainsi être mis en exergue l’un des intérêts que François Gadet13 attribue aux vernaculaires : « fournir des hypothèses sur le changement intervenant par les échanges oraux ordinaires. » L’hypercorrection par exemple ne traduit pas tant un sentiment d’insécurité linguistique que l’image sociale prestigieuse de la langue française au Cameroun. La maîtrise du code dans sa variation soutenue est un atout de séduction. Cette maîtrise implique que l’on doive utiliser des mots et expressions pompeux, des tours emphatiques : il s’agit de légitimer la compétence du locuteur dans l’acquisition des outils de communication de l’urbanité. C’est sans doute pourquoi, dans le contexte rural où vit Edoudoua, il est important de souligner que l’on a vécu en ville, que l’on a été à l’école et que l’on peut transcender la banalité de l’usage courant du français, surtout lorsqu’on fait la cour à Judith :

Dieu devait être méthodique, stratégique. Il fallait que Dieu place ton idiot de Mbouta avec Zakoubla et que, par chimiotactisme positif, on se retrouve ensemble […]. Entre nous ça sera une synergie de deux stratèges, c’est-à-dire toi tu as tes idées et moi j’ai les miennes. Jumeaulitiquement parlant donc on va faire une symbiose […]. J’agis en galant […]. Moi j’ai l’amour au pluriel ! (CDB, T1)

22Même si l’on a attribué aux personnages une certaine expérience scolaire ou urbaine afin de valider l’usage du français dans nos feuilletons télévisés, il reste que tous les écarts ne relèvent pas de particularismes identitaires locaux. Il en est ainsi des incorrections que l’on peut considérer comme des lapsi dus à l’instantanéité des échanges ou comme le reflet des insuffisances rattachées à l’individu :

– Dieu a exhaussé à ma prière (LD, T3)
 – Tu te reproches de quelque chose ? (CDB, T1)
 – Tu nous as refusé d’entrer dans la voiture (LD, T1)

23Ces énoncés montrent des problèmes dans la construction de la suite prédicative du verbe. Les difficultés peuvent résider dans l’usage du pronom :

– Ils vont aussi tomber eux-tous (CDB, T1)

24La confusion entre savoir et connaître, comprendre et entendre est courante :

– Elle a pris quelle destination non ? – Moi je ne connais pas (LD, T1)

25Cela ne signifie pas que les feuilletons télévisés camerounais excluent du paysage francophone camerounais la réalité d’une langue française épurée, adéquate à la théorique norme scolaire. Il ne s’agit point ici d’une approche dichotomique distinguant une variété haute et une variété basse du français. La francophonie camerounaise, c’est plutôt un continuum de tensions servant à l’intercommunication, dont les pôles sont la vernacularisation poussée au seuil de l’individuation et la « standardisation » absolue et théorique.

26Si dans Les Déballeurs l’espace social urbain est relativement chaotique et la pratique du vernaculaire semble assurer la cohérence, dans Coup de balai, le contexte rural supposé monolingue (avec une langue locale) crée des disparités dans la maîtrise de la langue importée. Ainsi, l’échange entre Haman Goro et une vieille dame venue solliciter les services du « marabout » n’est-il audible du téléspectateur que par de subtiles reprises des propos de la dame :

– Je veux te tuer ton fils
 – Donc tu veux tuer ton fils pour ça ? […]
 – Rien faire pour moi ?
 – Non je ne peux rien faire pour toi

  • 14 Blanchet, Philippe, La linguistique de terrain, Rennes, PUR, 2000, p. 126.

27De toute évidence, l’interaction linguistique (et sociale) se fait par la connivence et la coopération. La langue crée et est créée par la sphère sociale dans laquelle les individus interagissent, sphère qu’ils structurent et par laquelle ils sont structurés. Dès lors, les découpages du linguiste, nommés camfranglais, francanglais, français populaire camerounais ou français sont de l’ordre de la schématisation, de la symbolisation, et pourraient faire perdre quelque chose de l’activité stratégique (et donc cohérente) du locuteur dans cet ensemble à la fois hétérogène et homogène qu’est la langue. Il y a donc un équilibre que chacun des co-locuteurs des vernaculaires francophones camerounais essaie de trouver afin de rester dans une virtuelle zone de coopération sociale. Certes, les jeunes comme Big Mop ou Ottou utilisent plus facilement des expressions comme « nga » ou « dos », mais il demeure dans ces feuilletons ce que Philippe Blanchet appelle la « solidarité de communication »14 : le fait qu’une langue soit une « tout en étant multiple, que la communication soit possible malgré la diversité des pratiques, grâce à la diversité des pratiques ». Cette même solidarité se joue entre l’œuvre d’art (prise comme système modélisant ou simplement comme discours) et le lecteur. Implicitement, la zone de coopération sociale, celle dans laquelle se manifeste la solidarité sociale pose un problème d’identité.

Entre variation linguistique et identité

  • 15 Memmi, Albert, « Fluctuation de l’identité culturelle », dans Esprit, n° 228, 1997, p. 94.

28L’identité a deux dimensions inséparables : une dimension individuelle liée à la conscience et à la (re)connaissance de soi. Cette identité de soi se présente comme un ensemble de caractéristiques permettant de distinguer un individu parmi tant d’autres, de se poser comme sujet distinct de la projection que l’on a de l’autre : l’ipséité face à l’altérité. L’autre dimension de l’identité est une appartenance, l’appartenance à un groupe, à un système de valeurs15 : c’est l’identité collective. Cette identité collective permet de se distinguer de quelque autre groupe. L’identité collective est la mise ensemble des identités des différents individus membres du groupe. L’identité nationale par exemple est une identité collective.

  • 16 Ibid.

29Lorsqu’une collectivité privilégie l’effacement des identités individuelles pour une identité collective abstraite ou lorsque l’identité collective est une mosaïque d’identités individuelles indépendantes, cette identité ne saurait connaître de félicité. L’identité collective doit garder le sens d’une hétérogénéité structurée des acteurs et de leur espace16, pour dire qu’elle met en bloc un axe vertical, celui des mutations individuelles dans le temps et dans l’espace (le contexte) et de leurs permanences, et un axe horizontal de la confrontation avec l’autre. Des axes qui se reconfigurent d’un niveau à l’autre de l’identité. En effet, un même individu peut avoir plusieurs identités différentes. On peut avoir une identité nationale, une (ou des) identité(s) linguistique(s), une identité ethnique…

  • 17 Blanchet, Philippe, op. cit., p. 113.
  • 18 Memmi, Albert, op. cit., p. 103.

30La plus remarquable manifestation de l’identité est la culture. La culture relève de l’éducation, c’est-à-dire des croyances issues du système social ou des connaissances acquises de l’expérience ou de l’apprentissage. L’identité culturelle concerne les arts, les techniques, les représentations et les systèmes sociaux, dont le plus emblématique est le langage. La conception même de la culture détermine celle de l’identité. La culture pour nous va au-delà de la conception traditionnelle qui veut qu’on l’assimile à la tradition. Ainsi, si on tient la culture pour des représentations que l’on a de soi, de l’autre et du monde, elle ne sera pas seulement un ensemble d’us et coutumes, d’expériences transmises par les générations antérieures dans lesquels on trouverait nos langues nationales, nos danses traditionnelles, notre habitat historique ; elle sera plutôt un ensemble de réponses d’une collectivité face à l’existence. Philippe Blanchet17 la conçoit comme un ensemble de schèmes, de grilles d’analyse qui nous permettent d’interpréter des comportements humains et de construire notre propre comportement. Ces schèmes favorisent l’adaptation à son milieu de vie. La culture et son succédané le langage est vivante, dynamique, évolutive : les changements sociaux entraînent nécessairement des changements de modes de pensée, d’action, de perception et d’expression. Ce qui fait la cohérence de cette évolution, c’est cette représentation collective d’une unité symbolique. Albert Memmi18 insiste sur la croyance, l’un des principes organisateurs de cette représentation : « Si la culture est l’ensemble plus ou moins cohérent des réponses, concrètes et idéelles, d’un peuple à ses conditions d’existence, pour bénéficier de l’héritage commun, il faut croire et faire croire que l’on appartient au groupe. »

  • 19 Renaud, Pierre, « Politogenèse et politique linguistique : le cas du Cameroun », dans Études de lin (...)
  • 20 Dumont, Pierre et Maurer, Bruno, op. cit., p. 68.

31Au Cameroun, la perspective de construction d’une identité nationale a d’abord semblé privilégier l’unité autour des deux langues dites officielles. Les propos de Pierre Renaud19, rapportés par Pierre Dumont et Bruno Maurer20 font état du paradoxe de la situation linguistique camerounaise et questionnent sur la problématique d’une langue nationale :

C’est à une véritable politogenèse (i.e. formation des entités fondamentales que sont les États), qu’on a assisté dans ce pays, expression de la volonté politique obstinément réaffirmée d’homogénéisation des ethnies appelées à se dépasser pour constituer une société individualisée par une culture propre, la culture camerounaise. Cette homogénéisation s’est exprimée par le rejet pur et simple des langues dites pourtant nationales, c’est-à-dire camerounaises, au profit des langues officielles, seules reconnues. Situation paradoxale qui ramène la nation dans son expression la plus authentique, à la dimension ethnique mais réserve l’expression nationale aux seules langues officielles, étrangères encore en dépit de l’histoire et de la nécessité. Après plus de 30 ans d’indépendance, le français et l’anglais demeurent le symbole de cette unité nationale au contraire des langues camerounaises. Où sont les langues nationales ?

  • 21 Blanchet, Philippe, op. cit., p. 120.

32Il reste que le vivre ensemble dans un espace politique, la construction cognitive et affective spécifique aux individus de cet espace est corollaire d’une culture nationale et donc d’une (ou des) langues nationales. Les vernaculaires que construisent les membres de la communauté sont des variances d’un système de communication linguistique, et l’on n’abuserait point de le considérer comme langue nationale. C’est ainsi que la communauté linguistique camerounaise sera une dynamique dont on ne saisit que des moments et dont la variation constitue une caractéristique majeure. Cette communauté rend cohérente toutes les variations aussi bien diastratiques que diatopiques. La variété français camerounais, c’est-à-dire « le système linguistique identifiable [et identifié] comme distinct des autres par un certain nombre de caractéristiques partagées par la grande majorité des locuteurs du groupe auquel cette variété est liée »21, parlée dans Coup de balai et Les Déballeurs apparaît comme une langue nationale camerounaise.

  • 22 Ibid., p. 108.

33Si je manifeste ainsi la volonté d’unifier l’objet, ou plutôt de le comprendre dans sa cohérence, c’est en admettant que derrière tout système, derrière tout équilibre, se trouve une diversité de représentations et d’attitudes individuelles et collectives. Blanchet parle d’un « ensemble homo-hétérogène ouvert en équilibre dynamique »22. Cette proposition pourrait choquer les tenants d’une culture historique, souvent appelés traditionalistes. Si l’on admet que les feuilletons dont il est question font partie de notre patrimoine culturel (parce qu’ils nous inscrivent dans l’histoire et re-présentent les réponses que nous apportons à notre réel), alors la variété linguistique et ses variantes sont aussi de notre culture… nationale.

  • 23 Njoh Kome, Ferdinand, « Les interlectes de la francophonie camerounaise à la une des journaux », da (...)

34Le français langue camerounaise est une réalité dans les feuilletons télévisés camerounais. Plusieurs linguistes ont décrit des aspects qui le définissaient et ont même élaboré des critères attestant une variance comme relevant de lui. Dans les feuilletons télévisés camerounais, on peut simplement constater le dynamisme qui existe dans l’usage d’une forme ou d’une autre du continuum francophone camerounais23. Seule la stratégie de communication importe. De manière sous-jacente, la multiplicité de variations francophones au Cameroun n’empêche pas ou plutôt sédimente une identité autour de la langue. Cette identité linguistique est le ferment de l’identité culturelle et de l’identité nationale.

Notes

1 Boutet, Josiane, dans Charaudeau, P. et Maingueneau, D. (éds), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil, 2002, p. 569.

2 Abecassis, Michaël (dir.), « Pratiques langagières dans le cinéma francophone », dans Glottopol, n° 12, 2008, p. 13 : en ligne www.glottopol.fr

3 Dumont, Pierre et Maurer, Bruno, Sociolinguistique du français en Afrique francophone, Paris, Edicef, 1995, p. 107-108.

4 Pierozack, Isabelle, « Prendre internet pour terrain », dans Glottopol, n° 10, 2007 : en ligne www.glottopol.fr

5 Manzano, Francis, « Diglossie, contacts et conflits de langue… À l’épreuve de trois domaines géo-linguistiques : Haute Bretagne, sud occitano-romain, Maghreb » dans Langues, contacts, complexité, Rennes, 2003, PUR, p. 54-55.

6 Lacasse, Germain, « L’audible évidence du cinéma oral ou élément pour une étude sociolinguistique du cinéma québécois », dans Glottopol, n° 12, 2008, p. 57-60, en ligne : www.glottopol.fr.

7 Wald, Paul, « L’appropriation du français en Afrique noire : une dynamique discursive », dans Langue française, n° 104, Paris, Larousse, 1994, p. 115.

8 Féral, Carole de, « Appropriation du français dans le sud de Cameroun », dans Langue française, n° 104, Paris, Larousse, 1994, p. 37-48.

9 Biloa, Edmond, « Le français camerounais : qu’est-ce que c’est ? Essai de définition socio-historico linguistique », dans Langue et communication, n° 3, Université de Yaoundé I, 2003, p. 123-138.

10 Queffelec, Ambroise, « Restructurations morphosyntaxiques en français populaire camerounais : l’expression des modalités injonctives et interrogatives dans le discours rapporté », dans Le Français en Afrique, n° 21, 2006 :
en ligne http://www.unice.fr/ILF-CNRS/ofcaf/

11 Féral, Carole de, op. cit., p. 37-48.

12 Tabi Manga, Jean, « Prolégomènes pour une théorie de l’emprunt en français langue seconde », dans Contacts de langue et identités culturelles, Québec, Les Presses de l’université Laval/AUF, 2000, p. 167.

13 Gadet, François, La variation sociale en France, Paris, Ophrys, 2003, p. 79.

14 Blanchet, Philippe, La linguistique de terrain, Rennes, PUR, 2000, p. 126.

15 Memmi, Albert, « Fluctuation de l’identité culturelle », dans Esprit, n° 228, 1997, p. 94.

16 Ibid.

17 Blanchet, Philippe, op. cit., p. 113.

18 Memmi, Albert, op. cit., p. 103.

19 Renaud, Pierre, « Politogenèse et politique linguistique : le cas du Cameroun », dans Études de linguistique appliquée, n° 65, Paris, Didier Érudition, 1987.

20 Dumont, Pierre et Maurer, Bruno, op. cit., p. 68.

21 Blanchet, Philippe, op. cit., p. 120.

22 Ibid., p. 108.

23 Njoh Kome, Ferdinand, « Les interlectes de la francophonie camerounaise à la une des journaux », dans Glottopol, n° 14, Rouen, 2010 :
en ligne, www.glottopol.fr

Auteur

Université de Douala, Cameroun

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search