Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

Analyse sociolinguistique de l’environnement audio-oral du français au Maroc

Aïcha Belhaiba

Texte intégral

  • 1 Bianchini, Laure, L’usage du français au Maghreb sur le lien :
    http://www.publifarum.farum.it/ezin (...)
  • 2 Lire l’enquête de Yousra Amrani, « L’agonie de la langue française au Maroc », La Gazette du Maroc, (...)

1Aujourd’hui, cinquante années après les indépendances des pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie), le lien à la langue française reste d’autant plus fort qu’elle continue à partager avec la langue officielle (l’arabe) des rôles et privilèges qui dépassent largement ceux d’une simple langue étrangère. Les statistiques avancées par Laure Bianchini1 montrent avec évidence l’acuité d’influence que cette langue exerce encore sur les Maghrébins, ce qui rend sa cohabitation avec les langues en présence pour le moins controversée. Si d’aucuns comme Yousra Amrani2 observent avec inquiétude le recul du rayonnement du français au Maghreb, d’autres affirment que ce dernier n’a rien perdu de sa suprématie. Il demeure par excellence le facteur principal pour la réussite et la promotion sociale. Cela suscite beaucoup d’interrogations sur la situation réelle du français, sur son véritable statut ainsi que sur l’importance effective qui lui est réservée sur l’espace maghrébin. Aussi, une fine analyse de son environnement linguistique s’avère d’une nécessité incontournable.

  • 3 Fishman, Joshua Aaron, « Who speaks what language to whom and when ? », in La linguistique, n° 2, P (...)

2Dans cette perspective, la communication que nous proposons et orientons vers l’axe audio-oral de l’environnement linguistique du français pour le seul cas du Maroc, s’inscrit suivant une visée sociolinguistique. Notre choix ainsi établi nous a conduite à privilégier les méthodes classiques de l’enquête sur le terrain. Dans un premier temps, nous avons tenté de connaître les pratiques langagières effectives des Marocains telles qu’elles se présentent dans leur vie quotidienne. Il nous a paru évident que pour faire l’analyse concrète de la situation concrète du français et pouvoir dire quel(s) rôle(s) celui-ci est amené à jouer au Maroc, il fallait d’abord savoir qui le parle, pourquoi on le parle, comment il est utilisé, dans quels domaines et dans quelles situations… Autrement dit, répondre au questionnement posé par Fishman3 « Who speaks what language to whom and when ? » Ensuite, nous avons essayé de caractériser les usages et normes (linguistiques et sociales) adoptés pour enfin mesurer l’impact effectif du français au Maroc d’aujourd’hui et considérer son avenir en partage avec les langues en présence.

Paysage linguistique du Maroc

  • 4 Au Maroc, la berbère se répartit en trois zones dialectales importantes situées dans les régions mo (...)
  • 5 Dans son discours à la Nation du 17 juin 2011, le Roi du Maroc Mohamed VI, dans le cadre des réform (...)

3Si la situation sociolinguistique du Maroc présente des similitudes avec celles des autres pays du Maghreb (Tunisie et Algérie), elle est de loin la plus complexe. La présence de l’arabe classique, acrolecte et langue officielle du pays, utilisé à côté de l’arabe dialectal, basilecte parlé par la grande majorité des Marocains crée une situation diglossique dont les résultats néfastes sont perceptibles surtout au niveau scolaire. Le berbère, avec ses différentes variétés4 vient d’être adopté comme deuxième langue officielle du Maroc5. Ajouté à cela, le français, réservé à une élite privilégiée, et l’espagnol, parlé seulement au nord, mais enseigné comme langue étrangère et employé dans la presse écrite et télévisuelle. Enfin l’anglais qui s’impose en tant qu’expression plus large de la technologie et de l’ouverture sur le monde.

Quelques données méthodologiques

L’enquête

4Il est d’usage que la mise en place d’une enquête soit précédée d’une phase de préparation et de tests préalables sur le terrain appelée la phase de pré-enquête. Malgré les conditions d’accès difficiles à un terrain très peu habitué à ce type d’investigations, nous avons réussi, dans un premier temps, à récolter des données dont la pertinence nous permettait de mesurer le grand intérêt accordé à notre sujet. L’évaluation des premières remarques recueillies par certains de nos informateurs nécessitait des modifications et réajustements nécessaires à la mise en place d’un questionnaire définitif. L’enquête a eu lieu pendant la période mai/juin 2011. Nous avons fait appel à des connaissances et proches qui ont accepté de nous aider à effectuer notre enquête. Par ailleurs, une grande partie des exemplaires du questionnaire a été distribuée par nous-même sur des places publiques (cafés, gares, lieux de commerce, …)

Le questionnaire

5Élaborer, en un laps de temps, un questionnaire pertinent qui soit en parfaite adéquation avec les résultats auxquels on aspire est loin d’être chose aisée. Aussi voulions-nous qu’il soit davantage un guide nous aidant à appréhender l’importance du français sur le marché linguistique au Maroc. D’une manière générale, le questionnaire dont nous présentons les grandes lignes cherche à cerner au plus près le profil sociologique de l’usager actif du français et les domaines et situations où celui-ci est privilégié. Une partie des questions est consacrée à l’évaluation du niveau des pratiques dans cette langue ainsi qu’à leur évolution chez nos interviewés. La possibilité a été donnée à ces derniers d’évoquer leur choix quant aux langues les plus importantes qu’ils souhaiteraient voir enseigner à leurs enfants et d’évaluer la place que le français occupe dans leur vie quotidienne.

Les informateurs

6Le questionnaire a été présenté à 84 personnes (42 hommes et 42 femmes) toutes habitant la ville de Rabat, laquelle représente les grandes villes marocaines et est notre lieu de résidence. Le choix des informateurs s’est fait selon qu’ils avaient une certaine pratique du français à des degrés plus ou moins divers. Comme notre questionnaire ne concerne pas d’informateurs spécifiques, nous l’avons soumis à des catégories socioprofessionnelles de sexes et d’âges différents allant de moins de 20 ans à plus de 60 ans, comprenant des scolaires et étudiants, des employés et techniciens, des cadres et professions supérieures, des enseignants, des retraités…

Le corpus

7Le corpus est constitué des réponses au questionnaire. Par ailleurs, pour l’analyse des productions orales, nous avons choisi d’examiner des séquences tirées d’un reportage6 réalisé par la chaîne marocaine 2M avec de jeunes étudiants de l’École nationale de Commerce et de gestion de la ville de Kénitra, située à une quarantaine de kilomètres de Rabat. L’émission « Oulad lyoum » (Les jeunes d’aujourd’hui) qui lui a été consacrée a été diffusée le samedi 8 octobre 2011. Le débat tourne autour du Printemps arabe et du Mouvement marocain du 20 février. De même que nous avons exploité quelques productions entendues ici et là dans des situations et domaines différents (familial, administratif, médiatique…). Pour ce qui est de la transcription de notre corpus oral, nous avons opté pour le choix de l’alphabet phonétique international (API) dans la mesure où il est, à notre sens, le mieux adapté pour transcrire les sons de la langue tels qu’ils ont été proférés par nos locuteurs observés. Les énoncés en arabe sont présentés entre deux crochets […] et suivis de leur traduction française entre guillemets « »

Résultat de l’enquête

8L’analyse de notre corpus nous a permis de dégager trois axes s’organisant en un ensemble cohérent qui essaie de répondre aux interrogations suscitées par la problématique de notre sujet. Le premier concerne la caractérisation des pratiques langagières réelles en langue française sur l’espace marocain. Le deuxième s’attache à définir les fonctions du français (objectives ou symboliques). Enfin, une partie est réservée à l’évaluation de sa place effective et son enracinement dans la vie des interviewés.

Les pratiques langagières

9Les résultats fournis par le questionnaire mettent en relief des pratiques langagières bilingues arabe/français chez tous nos informateurs, allant de la parfaite maîtrise de ce dernier jusqu’à sa connaissance la plus réduite. Leurs réponses à la question (n° 2) « Quelle langue utilisez-vous le plus au quotidien ? » indiquent que la majorité représentée par 55,95 % sont arabisants (avec une prédominance chez les hommes [25] contre [22] chez les femmes). 29,76 % des sondés pratiquent un bilinguisme actif qui se traduit par la compréhension et l’usage du français en équilibre avec l’usage de la langue maternelle (arabe/berbère). Les locuteurs qui privilégient des pratiques francisées quant à eux ne comptent que 14,28 %, soit 7 pour les femmes et 5 pour les hommes. L’usage plus fréquent du français est souligné particulièrement chez les catégories (-20 et +40 ans) regroupant des étudiants et des cadres évoluant dans les domaines commercial et financier, chose qui confirme que l’usage effectif du français reste très lié à l’enseignement et à certains types d’activité professionnelle.

Le niveau de maîtrise du français

  • 7 Hymes, Dell H., Vers la compétence de communication, Paris, Les Éditions Didier, Coll. « Langues et (...)

10Nous entendons par « niveau de maîtrise » ce que Dell H. Hymes7 désigne par la notion de compétence de communication qui intègre aussi bien l’aptitude que possède le locuteur à appliquer et à interpréter les règles linguistiques (phonétiques, phonologiques, morphologiques, syntaxiques et sémantiques) qui régissent le fonctionnement d’une langue et la maîtrise textuelle et discursive qui englobe des savoirs et savoir-faire relatifs aux discours et aux messages en tant que séquences organisées d’énoncés. En réponse à notre question n° 5, « Quel niveau de maîtrise avez-vous du français ? », nous avons eu des évaluations variées dont il faudrait retenir que seulement 17, 85 % de nos sondés ont une parfaite maîtrise du français, en majorité des femmes (9 contre 6 chez les hommes). 53,57 % déclarent avoir des compétences relativement bonnes. 25 % des personnes estiment que leur maîtrise du français est moyenne tandis que celles (toutes des femmes) qui pensent avoir un niveau faible ne constituent que 3,57 %.

Caractérisation du français parlé au Maroc

11En écoutant seulement un passage du reportage constituant notre corpus ou une simple interaction entre locuteurs sur la voie publique, on voit bien que ce qui caractérise les productions langagières des interactants est le mélange du français et de l’arabe. Situation naturelle qui, au niveau sociolinguistique, illustre tous les effets classiques de contact de langues. Au niveau linguistique et prosodique, beaucoup d’éléments dont quelques-uns seront ici examinés différencient le français parlé au Maroc du français hexagonal.

Aspects linguistiques

12– Au niveau phonétique

  • 8 Il s’agit du français qui est de nos jours, en France, la langue officielle unique, langue d’usage (...)

13Si, du point de vue prosodique, on remarque une différenciation du français parlé au Maroc avec le français standard8 au niveau de l’accent, de l’intonation de la phrase où la courbe mélodique se rapproche davantage de celle de l’arabe, on peut souligner également l’allongement plus ou moins marqué de certaines voyelles des mots français, ex. [vwala] >[vwa : : la] « voilà », [se : : s-sa] « C’est ça ! » et aussi le redoublement de certaines consonnes, en gras, exemples :

Le Maroc est un cas à [p-par] « part »… [s-sə] « ce » qui est [m-moʃ] « moche » c’est que les potentialités [mmʒaħdiin] « fortes ».

14Ici, il apparaît clairement que le locuteur aligne la prononciation des mots « part » et « ce » à celle de l’arabe en portant l’accent sur les phonèmes [p] et [m]. Cette réduplication est également visible avec le mot [mʒaħdiin] « fortes » qui a vu sa première consonne [m] doublée pour apporter une valeur expressive à son propos. Concernant, le même exemple [p-par], on peut aussi noter le déplacement du point d’articulation de la voyelle [a] antérieure vers l’arrière, ce qui se produit par un [ɑ] postérieure. Ce type de production, à notre sens, ne renvoie pas à une variété diastratique mais relève d’une pratique plus ou moins étendue visant à donner plus de crédibilité à son propos, davantage à convaincre son interlocuteur, chose manifestement recherchée par l’auteur de cet exemple. Par ailleurs, nous avons relevé beaucoup de productions avec la voyelle nasale fermée [õ] qui s’ouvre en [ã] et la voyelle ouverte [έ] ou semi-ouverte [e] qui se ferment en [i]. Ceci est évidemment influencé par le vocalisme réduit de l’arabe ignorant les voyelles nasales et ouvertes citées.

15– Au niveau morphosyntaxique

  • 9 Mabrour, Abdelouahed, « L’alternance codique arabe/français : emplois et fonctions », Constellation (...)

16La structure de la phrase canonique française est respectée. Cependant, il y a une différence d’emploi au niveau de certains éléments morphosyntaxiques. Le cas le plus illustrant, comme l’a déjà remarqué Abdelouahed Mabrour9, concerne les articles définis qui précèdent le nom. Ils sont remplacés par l’article arabe [l] qui précède tous les noms quels qu’en soient le genre et le nombre. Dans une situation d’échange informelle ne nécessitant pas l’usage exclusif du français, le locuteur, au lieu d’utiliser les articles définis (les, le, la) recourt à l’article de sa langue de base dans le cas où celui-ci est précédé par un mot en arabe, exemples : [ħad] « cette » lmanifestation, [b] « avec » lfromage, [ʕand] « chez » lgouvernement, [ħad] « ce » lpays.

17De même que la phrase française produite au Maroc ne semble pas privilégier l’emploi des prépositions de la même langue, le locuteur opte pour le choix de la préposition en arabe, exemples :

L’animateur de l’émission :
Un sandwitch fromage saucisse [b] « avec » lfromage

Omar :
… Seulement 28 % [djal] « de » les Marocains

Salim :
Tous les étudiants ont mangé au moins une fois [ʕand] « chez » b-ba Abdellah

Sarah :
Ça représente une bonne image [ʕla] « sur » le pays.

Un banquier à une cliente :
Votre compte a été alimenté [fi] « en » mars 2010. Et après, rien !

Un homme parlant au téléphone :
Il faut régler les problèmes [djal] « de » les ouvriers.

Aspects sociolinguistiques

18– Le code switching

19Les échanges langagiers relevés dans le reportage illustrent le phénomène du code switching avec ses deux types :

– Interphrastique : où les locuteurs donnent une phrase en français et une autre arabe, exemples :

Sarah : (P1) Je suis d’accord (P1) [walakin ana matandonʃ ħaad ʃʃi rajwqaʕ] « Mais je ne pense pas que cela se produira »

Jouhaina : (P1) [ʕandna waħad lxosoosijjaat djalna] « Nous avons des particularités propres à nous » (P2) Mais n’empêche qu’il ya beaucoup de disfonctionnements.

– Intraphrastique : à l’intérieur de la phrase française, le locuteur emploie un/des mot(s) de sa langue, exemple :

Salim : Sachant que la cité universitaire [ħta hijja] « elle aussi » juste à côté.

Un des jeunes : Pour moi, [ana] « moi » personnellement, un jeune qui aime son Maroc, n’entache pas son image de cette façon.

20– Le calque

21Ce procédé qui consiste à emprunter à une langue une formulation, une structure pour l’appliquer à une autre (la sienne) est un phénomène foisonnant dans le langage des locuteurs observés. Dans les échanges entre jeunes, nous avons relevé les exemples suivants :

[l-li wqaʕ fi misɺ radi] trépercuta b la même façon « Ce qui s’est passé en Égypte va se répercuter de la même façon »

22On voit bien que le verbe se répercuter du 1er groupe qui est conjugué à la forme future de l’arabe « radi trépercuta », intègre dans sa structure des morphèmes grammaticaux de cette langue à savoir la marque du sujet [t] antéposée au verbe et le morphème [a] marque finale de la 3e personne et du présent. De même qu’il est précédé de la particule [radi], morphème grammatical du futur en arabe dialectal marocain. Nous pouvons observer le même phénomène du calque avec cet autre exemple :

[baaʃ txɺuʒ tmanifesti] « Pour que tu sortes manifester… »

23On reconnaît ici également le radical du verbe manifester (manifest) que le jeune locuteur fait précéder du même morphème grammatical [t] de la deuxième personne, tout en transformant la voyelle [e] de la terminaison du verbe (er) en [i], et ce, à notre sens, comme pour l’aligner aux verbes trilitères arabes du type [jamʃi] (aller). Le verbe annoncer dans l’exemple : [baaʃ i anõsiiw] les résultats « Pour qu’ils annoncent les résultats », conjugué et calqué sur le même modèle confirme notre hypothèse.

Les normes qui régissent le français parlé au Maroc

  • 10 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « Présentation », Présence Francophone, n° 76, 2011, p. 33-34.

24Les normes qui régissent l’emploi du français écrit au Maroc sont les mêmes normes prescriptives qui le régissent en France. Mais le parler français marocain, en s’adaptant au contexte social dans lequel il évolue, respecte d’autres normes linguistiques et sociales qui se trouvent bannies du fait qu’elles ne représentent pas les formes de référence. Il s’agit de « normes endogènes », terme adopté en Afrique depuis une vingtaine d’années comme synonyme de « normes locales ». Par opposition « aux normes exogènes », venues d’une langue étrangère – ici le français –, celles-ci, comme le souligne Ngalasso-Mwatha10 « se caractérisent à la fois par leur tendance à l’autonomisation vis-à-vis du français standard et par la généralisation de leur emploi parmi les couches sociales au sein de la communauté nationale ou régionale ». Contrairement à ce que pensent les « puristes » de la langue française, ces variétés d’usages, loin de conduire à son déficit, constituent un apport supplémentaire qui participe à son enrichissement et à son évolution.

  • 11 Benzakour, Fouzia, « Le français en terre marocaine. Norme(s) et légitimation », dans Normes endogè (...)

25Les emplois du français intégrant des mots en arabe ou utilisant des traits phoniques ou morphosyntaxiques de la langue de base privilégient la compréhension du message au détriment de la forme. Voici ce que dit l’un des participants au reportage dont on a critiqué ce mélange des langues : « En tout cas, je pense que l’important dans toute communication est de faire passer un message. À partir du moment où il est compréhensible c’est ce qui est important. » Par ailleurs, d’une manière générale, dans une situation informelle, parler uniquement en français entre marocains connaissant tous la langue arabe est un comportement rarissime, non toléré, car conçu comme un fait de snobisme ou une sorte de déviation de la personnalité marocaine. Selon Fouzia Benzakour11,

[ce] français mésolectal est le fait d’une bonne partie de la population marocaine qui a une assez bonne maîtrise de la langue française […]. Il s’est adapté à l’environnement socio-culturel marocain, en prenant des libertés avec la norme exogène […]. Il se caractérise par des accents particuliers, une morphosyntaxe quelque peu différente de celle du standard et surtout un écart lexical important. Cette variété dénomme des univers référentiels culturels différents de son foyer d’origine. Elle est régulièrement enrichie de néologisme de tous ordres qui lui donnent une assise plus forte dans la société marocaine.

Le français au Maroc : statut, domaines et fonctions

26Les réponses que nous avons obtenues de nos informateurs montrent que les domaines d’usage du français, pour les femmes comme pour les hommes, sont par excellence ceux du travail et des études. Ils recouvrent les milieux médical, financier, industriel, commercial, sportif, informatique et technique et celui de l’enseignement. Les femmes, contrairement aux hommes, l’utilisent davantage en famille et dans les domaines des loisirs. Son usage, absent du secteur de la justice, est confirmé par la réponse de deux interviewés (cadres lui appartenant) qui déclarent l’utiliser en dehors de leur lieu de travail. L’exclusion du français de ce domaine ainsi que d’autres secteurs représentant l’État, comme le Parlement ou les administrations gérant les affaires religieuses, permet d’évaluer la distribution de ses fonctions dans un rapport de concurrence avec celle de l’arabe, langue officielle du pays.

  • 12 Miled, Mohamed, « Où en est la situation du français au Maroc ? », Présence francophone, n° 56, 200 (...)

27À ce titre, les linguistes qui s’intéressent à l’étude des fonctions des langues au Maghreb ont tendance à les présenter dans une répartition de rôles bien définis une fois pour toutes. Mohamed Miled12 explique que

cette situation sociolinguistique est en rapport avec une répartition des rôles dévolus à chaque langue ou à chaque variété. […] Du côté de la langue maternelle, le dialecte, qu’il soit arabe ou berbère, sert de véhicule de communication familiale et sociale correspondant à une fonction grégaire[…]. C’est avec ce dialecte que le Maghrébin exprime spontanément sa pensée et ses sentiments.

  • 13 Fassi Fehri, Abdelkader, « Les fonctions du français au Maroc », Le Matin du Sahara, 25 juillet 200 (...)

28Pour Abdelkader Fassi Fehri13, directeur de l’Institut d’Études et de Recherches au Maroc, cette séparation des rôles relève d’une

conception coloniale marquée par un désir de redistribution […] où la délimitation imposée des fonctions était bien entendu en faveur de la langue coloniale sans qu’il y ait convivialité ou complémentarité spontanée et consensuelle.

  • 14 Baylon, Christian, Sociolinguistique, Société, Langue et Discours, Paris, Nathan, 1996, p. 90.

29Certains partagent cet avis alors que d’autres le réfutent. Cependant, nous soulignons que la séparation des fonctions du français et de la langue maternelle (l’arabe/le berbère) ne nous semble pas aussi tranchée et définitive. Dans une situation de bilinguisme comme celle que nous examinons, le choix de la langue n’est pas un fait fortuit. Il répond à diverses motivations du locuteur, amené dans la même journée à remplir des rôles divers tel un acteur répondant à ce qui est attendu de lui. Selon Christian Baylon14, son répertoire verbal est le reflet de son répertoire de rôles. Le locuteur fait usage d’une langue au détriment d’une autre pour répondre à des objectifs précis qui peuvent être définis par lui-même ou imposés par la situation de ses différentes interactions sociales.

  • 15 Ngalasso-Mwatha Musanji définit la langue seconde comme un idiome « nécessairement et exclusivement (...)
  • 16 Lire l’article de Didier de Robillard, « Standardisation », in Marie-Louise Moreau (éd.), Socioling (...)

30L’examen des réponses traitées révèle que l’usage de la langue française ne répond pas aux mêmes besoins de communication des locuteurs. La majorité, soit 53,57 % des interviewés recourent au français par habitude. L’usage actif et spontané du français en dehors des situations formelles en fait nécessairement une langue seconde15 comme nous avons pu le constater à travers l’observation du parler des jeunes du reportage. 48,80 % disent l’utiliser pour avoir plus de liberté dans l’expression, en particulier dans des situations où ils traitent des sujets tabous ou gênants pour eux. La langue française a ici la fonction d’atténuateur de propos qui peuvent choquer. 25 % des locuteurs trouvent que les expressions et les mots français sont plus précis et expressifs que ceux de la langue maternelle, chose qui peut effectivement faire défaut dans la langue de base. 21,42 % l’utilisent pour coder leur message. De fait, le français, ici langue seconde, joue la fonction cryptique pour ceux qui le maîtrisent tout en reprenant son statut de langue étrangère pour tous ceux dont l’accès n’y est pas facilité. Dans une situation comme celle-ci, on peut constater à l’instar de Didier de Robillard que le français joue aussi une fonction séparatrice16, impliquant la différenciation des uns par rapport aux autres, exclus des mêmes usages mais évoluant sur le même espace linguistique.

  • 17 Calvet, Louis-Jean, « La guerre des langues et les chances d’un véritable plurilinguisme », in Pano (...)

31Le français assure une offre quand la langue de base est incapable de répondre aux besoins des locuteurs. Cette situation est causée par le phénomène de diglossie que connaît le locuteur marocain concernant les deux variétés de l’arabe : la variété haute (acrolecte), riche, plutôt écrite et non parlée et la variété basse (basilecte), qui est parlée par tous les Marocains, moins fournie en matière de lexique et non écrite. Les mots existent probablement en arabe classique, mais cette langue de l’État qui n’est parlée par personne de manière spontanée ne peut répondre à tous les besoins immédiats de ses locuteurs, de même que la langue orale ne peut assurer toutes les fonctions d’une langue. Cette situation, comme l’explique J.-L. Calvet17, en terme de demande/déficit, « suscite l’apparition d’une réponse venant combler le déficit : adaptation d’une langue au besoin social, remplacement d’une langue qui ne correspond pas au besoin social par une autre, ou encore apparition d’une nouvelle langue ». Cette situation oblige le locuteur marocain à aller chercher en français des mots qu’il ne trouve pas dans sa propre langue. Dans de telles situations, le français joue la fonction de communication comme le fait sa propre langue maternelle. L’opération demande/déficit se manifeste alors par des emprunts, des calques… Cependant, nous ne pouvons nous satisfaire de la justification des comportements langagiers des Marocains par le seul problème du déficit de leur(s) langue(s) maternelle(s). Ces formes d’usages, émanant d’une situation plus complexe que cela, dépendent aussi de plusieurs paramètres tels que la thématique de l’échange, la relation interpersonnelle des interactants, le lieu de l’interaction, etc.

32Le français connaît un regain d’intérêt dans les secteurs les plus productifs au Maroc comme celui des télécommunications, de la finance, des assurances, du tourisme… dont les gestionnaires sont issus des écoles françaises ou des Français récemment expatriés qui ont investi dans le pays. Maîtriser la langue française constitue l’une des conditions essentielles pour s’y intégrer, ce qui lui donne une place de choix notamment dans le domaine professionnel. C’est une plus value qui permet au Marocain d’acquérir la réussite sociale. Dans ce cas, on peut souligner la portée économique de l’action linguistique du français au Maroc. Gagner le marché de l’emploi dans ce pays, c’est y gagner une influence socio-économique. Assurer la présence du français au Maroc revient alors à y assurer une bonne gestion de l’économie de la France. Autrement dit, « Parler français, c’est acheter français ».

La place et l’ancrage du français dans la vie des Marocains

33La langue, objet social, est investie de valeurs et d’opinions non objectives qui, en référence à des normes communes, sont construites dans et par la société qui les partage. L’intérêt pour nous de poser la question « Que représente pour vous symboliquement la langue française ? » est de connaître la manière dont nos informateurs évaluent et jugent cette langue. Leurs attitudes identifiables à travers leurs discours épilinguistiques ou à mots « couverts » nous permettent de savoir comment ils se positionnent par rapport au français, si cette langue est bien enracinée dans leur vie et de quelle façon ils gèrent l’hétérogénéité du marché linguistique dans lequel ils évoluent.

La valeur symbolique accordée au français

34Les réponses recueillies montrent que sur l’ensemble des représentations relevées concernant le français, 38,08 % s’avèrent positives sans pour autant exprimer une fascination marquée pour cette langue. Les mots qui reviennent souvent pour désigner le français sont les mots culture, savoir, ouverture, richesse culturelle, réussite sociale. 8,33 %, soit 7 avis, tous émanant d’hommes traduisent un ressentiment vis-à-vis du français le qualifiant de parasite pour la société, butin gagné de la colonisation, moyen de savoir ce que les Français pensent de nous ou encore langue à valeurs néfastes et destructrices pour le Maroc. 25 % des sondés traduisent un avis neutre (sans aucune charge affective qu’elle soit positive ou négative). Dans ce groupe, le français est considéré comme deuxième langue pour les Marocains ou langue de travail. Si l’on constate un décalage entre ceux qui valorisent la langue française et ceux pour lesquels elle ne représente pas plus qu’une simple langue de communication, il est à noter aussi que 40,47 % de ces mêmes interviewés trouvent qu’elle envahit trop l’espace marocain. Ces réponses mitigées, n’aidant pas à dégager des tendances claires et concluantes, constituent, pour notre part, le reflet d’une situation linguistique le moins acceptée et comprise par les premiers concernés, les Marocains.

La place du français et le partage des langues au Maroc

35Cette enquête révèle un patrimoine linguistique assez riche chez presque la moitié de nos informateurs (39 personnes), soit 46,42 % qui déclarent avoir une pratique effective de plus de deux langues. Quelles sont donc les autres langues parlées au Maroc à part l’arabe et le français et quelle en est la répartition ?

36D’après les données recueillies, 21 personnes, soit 25 % de ces tri/ multilingues déclarent pratiquer l’anglais en deuxième position après le français. L’espagnol, en troisième position n’est parlé que par 6 locuteurs, soit 7,14 %. Le berbère se place en quatrième position avec 5 locuteurs, en majorité des hommes, ce qui ne représente que 5,95 % (sur une zone non berbérophone) de l’ensemble de nos 84 interviewés. L’italien et l’allemand sont parlés respectivement par 3 personnes, soit 3,57 %, les classant en cinquième position et l’indonésien se place en sixième position avec 1 seul locuteur, soit 1,19 %. Si les femmes prennent très légèrement le pas sur les hommes en ce qui concerne l’usage de l’anglais (11 contre 10), ces derniers les dépassent en quantité de langues parlées (avec l’italien et l’allemand). Cela nous amène à dire que dans le contexte marocain, le bilinguisme social constitue la situation dominante alors que le multilinguisme est un fait individuel lié à l’histoire personnelle de chaque marocain.

  • 18 Ibid., p. 13.

37D’après L.-J. Calvet18, si les hommes accordent une valeur particulière à une/des langue(s) au détriment d’autres, c’est qu’ils constatent que, sur le marché linguistique, toutes les langues n’ont pas la même valeur et que leur inégalité est au centre de leur organisation mondiale . Ceci n’est pas sans incidences sur leurs pratiques linguistiques et sur le choix des langues à faire apprendre à leurs enfants. Pour connaître la place que nos interviewés accordent aux langues en présence et de manière particulière au français, nous leur avons proposé de choisir par ordre d’importance les langues qu’ils souhaiteraient faire enseigner à leurs enfants. Après examen des résultats, nous constatons que la majorité d’entre eux, à savoir 35,71 % (20 hommes et 10 femmes) veulent conserver l’ordre actuel des choses, à savoir l’enseignement de l’arabe en premier, ensuite le français ou l’anglais et une autre langue étrangère en 3e lieu. Ceci laisse à penser que ces derniers ne rejettent pas la répartition des langues telle qu’elle est adoptée dans le système éducatif. 26,19 % (15 hommes et 7 femmes) souhaitent que leurs enfants apprennent le français en premier lieu avant l’arabe. Dans cette catégorie où le critère de l’âge n’est pas décisif, on trouve des étudiants, des médecins, des retraités et des commerçants. 32,14 % des informateurs le placent en deuxième position après l’anglais, considéré par eux comme « plus important » alors que trois informateurs voudraient le voir complètement banni de l’enseignement marocain.

38Nous ne pouvons prétendre qu’avec un questionnaire et l’examen de quelques productions langagières relevées pour notre enquête avoir réussi à dresser un panorama sociolinguistique de la situation réelle des usages et de la place du français sur l’espace marocain. Il faudrait pour cela une enquête grandeur nature qui viendrait un jour nous fournir des statistiques fiables et concluantes. Cependant, ce travail nous a permis de dégager une variété du français pratiquée sur l’espace marocain ayant des particularités lexicales, phonétiques, morphosyntaxiques… le caractérisant des autres variétés parlées en Hexagone, au Québec, au Sénégal… Les représentants de l’institution scolaire condamnent toute déviance des pratiques du français par rapport à la norme académique exogène. Toutefois, il serait temps de dépasser cette vision nourrie du mythe de la pureté de la langue et de légitimer le développement du français en dehors de son espace naturel. L’émergence d’un français endogène véhiculant une autre perception du monde parce qu’émanant d’un mélange de cultures enracinées dans le terroir marocain n’est autre que le reflet de son évolution dans le temps et de l’efficacité de son action hors de l’Hexagone.

Notes

1 Bianchini, Laure, L’usage du français au Maghreb sur le lien :
http://www.publifarum.farum.it/ezine_articles.php?art-id=77
Selon cet auteur, le Maghreb à lui seul « regroupe quelque 33,4 millions de francophones (64 % de Tunisiens, 57 % d’Algériens et 41,5 % de Marocains) » en comparaison avec l’ensemble de « l’Afrique 46,3 % et l’Europe avec 44 % ».

2 Lire l’enquête de Yousra Amrani, « L’agonie de la langue française au Maroc », La Gazette du Maroc, n° 354, 9 février 2004, sur www.lagazettedumaroc.com/articles.php?r=7etn=354

3 Fishman, Joshua Aaron, « Who speaks what language to whom and when ? », in La linguistique, n° 2, Paris, PUF, 1965, p. 67-87.

4 Au Maroc, la berbère se répartit en trois zones dialectales importantes situées dans les régions montagneuses : au nord, le Rif, avec la variété tarifite, au centre, au Moyen-Atlas et sur une partie du Haut-Atlas, la variété tamazighte, au sud/sud ouest, au Haut-Atlas, Anti-Atlas et Sous, la variété tachelhite.

5 Dans son discours à la Nation du 17 juin 2011, le Roi du Maroc Mohamed VI, dans le cadre des réformes constitutionnelles, annonce le projet d’officialisation de la langue berbère comme deuxième langue du pays. Son officialisation effective se concrétise par le vote majoritaire des Marocains à la nouvelle Constitution le 1er juillet 2011.

6 Voir la vidéo sur : http://www.youtube.com/watch?v=n88RXDmwjAs& feature=share

7 Hymes, Dell H., Vers la compétence de communication, Paris, Les Éditions Didier, Coll. « Langues et apprentissage des langues », 1991.

8 Il s’agit du français qui est de nos jours, en France, la langue officielle unique, langue d’usage et d’enseignement qu’on oppose aux différentes variétés dialectales pratiquées dans ce pays et dans le monde.

9 Mabrour, Abdelouahed, « L’alternance codique arabe/français : emplois et fonctions », Constellations francophones, n° 7, Actes des journées de la francophonie Gênes-Vérone 2004-2006, sur lien :
http://publifarum.farum.it:ezine_article.php?art_id=67

10 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « Présentation », Présence Francophone, n° 76, 2011, p. 33-34.

11 Benzakour, Fouzia, « Le français en terre marocaine. Norme(s) et légitimation », dans Normes endogènes et plurilinguisme, Aires francophones, aires créoles, Lyon, ENS Édition, 2008, p. 87.

12 Miled, Mohamed, « Où en est la situation du français au Maroc ? », Présence francophone, n° 56, 2001, p. 96.

13 Fassi Fehri, Abdelkader, « Les fonctions du français au Maroc », Le Matin du Sahara, 25 juillet 2005, p. 4.

14 Baylon, Christian, Sociolinguistique, Société, Langue et Discours, Paris, Nathan, 1996, p. 90.

15 Ngalasso-Mwatha Musanji définit la langue seconde comme un idiome « nécessairement et exclusivement par rapport à un individu au moins bilingue [qui] s’oppose aux autres langues dans une hiérarchie fondée sur un ordre à la fois chronologique (succession dans le processus d’acquisition) et logique (degré de maîtrise) ». Voir « Le concept de français langue seconde », in Le français langue seconde. Étude de linguistique appliquée n° 88, 1992, p. 33.

16 Lire l’article de Didier de Robillard, « Standardisation », in Marie-Louise Moreau (éd.), Sociolinguistique, Concepts de base, Hayen, Ed. Pierre Mardaga, 1997, p. 266-269.

17 Calvet, Louis-Jean, « La guerre des langues et les chances d’un véritable plurilinguisme », in Panoramiques, Langues : une guerre à mort, Paris, Corlet, 2000, p. 14.

18 Ibid., p. 13.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search