Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

De l’usage des médias dans la promotion de la langue française

Kouméalo Anaté

Texte intégral

  • 1 Lenoble-Bart, Annie, « Le français dans les associations de journalistes d’Afrique », in Sylvie Gui (...)
  • 2 Pour plus d’information sur ce sujet, lire Awokou Kokou, De l’utilisation des médias et des technol (...)

1Le français constitue la langue officielle dans 25 pays africains sur 531. Si, historiquement, l’enseignement et la diffusion du français sont restés l’apanage des lieux traditionnels de formation (écoles, universités, centres d’alphabétisation, etc.), très tôt les médias, surtout les médias audiovisuels, ont été sollicités pour appuyer ces actions de formation2, de vulgarisation de la culture française et d’apprentissage de la langue. Cette mission fut inscrite dès le départ dans la création et le fonctionnement des médias dits de la francophonie tels que RFI, RFO, CFI, TV5-Monde. Les médias locaux des pays francophones, d’Afrique notamment, sont à divers niveaux engagés dans cette entreprise : promouvoir et diffuser l’usage de la langue française.

2Certes, le rôle des médias comme médiateurs linguistiques et culturels est indéniable mais, comment ces médias influencent-ils l’appropriation du français dans les pratiques communicationnelles ? Quelles appréciations et perceptions le public, en position de plurilinguisme, a de la place qu’occupe cette langue dans la vie quotidienne ? Pour répondre à ces interrogations, nous avons privilégié une approche qualitative en procédant d’abord à l’analyse de quelques émissions ainsi que des entretiens réalisés en septembre 2011 avec les animateurs de ces émissions. Les résultats des entretiens ont donné l’occasion de traiter de la question de l’efficacité de l’usage actuel des médias pour la diffusion et l’apprentissage du français. Nous avons également réalisé des entretiens avec 35 étudiants et enseignants car ce public, selon nous, est le plus enclin à consommer les émissions des médias locaux et surtout internationaux. Il nous a donc semblé intéressant de recueillir leurs points de vue sur les émissions et d’analyser les rapports qu’ils entretiennent avec la langue française. Enfin, nous nous interrogeons sur l’avenir du français dans un milieu plurilingue comme le Togo en montrant la nécessité de repenser le rôle et les usages des médias locaux par rapport à la promotion des langues en Afrique.

Des médias-professeurs : une offensive politique pour le rayonnement du français

3Les médias sont devenus les canaux privilégiés dont usent les autorités publiques françaises pour promouvoir le français dans le monde. Depuis la création de Radio France Internationale (RFI) en 1975, une radio publique, la présence médiatique extérieure de la France s’est considérablement renforcée avec la création de trois autres médias audiovisuels : TV5-Monde en 1984, Canal France International (CFI) en 1989, France 24 en 2006. Ils constituent des partenaires privilégiés du ministère des Affaires étrangères, servant de support à la politique de l’État français, pour la promotion de la langue française. À l’heure actuelle, TV5-Monde est, d’après les sites officiels français,

  • 3 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/francophonie-langue-francaise_1040/langue-fran (...)

la seule chaîne francophone mondiale avec 207 millions de foyers raccordés, 55 millions de téléspectateurs chaque semaine et 5 millions de visites d’internautes par mois ; c’est un formidable instrument de diffusion des cultures francophones et de promotion de la langue française.3

4Ces médias fonctionnent eux-mêmes comme de véritables chevilles ouvrières de la francophonie, sous l’égide du ministère des Affaires étrangères, usant de tous les supports possibles pour élargir leur couverture : l’audiovisuel, l’internet, la téléphonie. Les journalistes et les animateurs ne se contentent pas de diffuser des informations en langue française dans plusieurs coins du monde, ils sont en passe de devenir de super-profs, produisant des outils didactiques, des fiches pour des enseignants et proposant des cours en ligne, par les ondes et la téléphonie, etc. C’est le cas de TV5-Monde clairement investie d’une mission particulière pour l’enseignement et l’apprentissage du français dans l’espace francophone et dans le reste du monde :

  • 4 Idem.

Son dispositif pédagogique exclusif « Apprendre et enseigner avec TV5MONDE » propose aux enseignants de français langue étrangère une gamme d’outils en phase avec les niveaux d’apprentissage qui permet l’utilisation d’émissions de la chaîne et de contenus en ligne. C’est ce qui vaut à TV5MONDE d’être utilisée dans nombre d’Alliances françaises, de nos Instituts, de réseaux nationaux ainsi que dans des universités et dans les Maisons des Savoirs de la Francophonie. Parmi les nouveautés et les projets imminents, un cours inédit en ligne « grands débutants » baptisé « Première classe », un dispositif d’entraînement au TCF en partenariat avec le CIEP, un kit pédagogique conjoint MAEE/TV5Monde/RFI à l’usage des formations d’enseignants et l’exploitation pédagogique d’un florilège d’artistes invités de l’émission musicale « Acoustic ».4

5Parfois, l’intervention des spécialistes de TV5-Monde ou ceux du Centre d’Approches des Langues Vivantes et des Médias de Vichy (CAVILAM) est organisée pour expliquer aux professeurs de français comment intégrer ou utiliser les médias en classe pour l’apprentissage de la langue.

6À l’instar de TV5-Monde, tous les médias de la francophonie proposent de nombreuses émissions consacrées à une meilleure connaissance de la langue française. Mais l’on constate aussi que les productions de RFI et de TV5-monde, véritables laboratoires, fonctionnent également comme des modèles inspirant les productions locales, notamment au Togo, quand ces superproductions ne sont pas simplement rediffusées sur les chaînes nationales.

Productions locales et influence des médias de la francophonie

7Le spectre des émissions œuvrant à la diffusion de la langue et de la culture françaises est grand. Nous ne proposons donc pas un inventaire exhaustif mais, nous nous limitons à quelques émissions phares à titre illustratif. En effet, au-delà des émissions d’information et de culture générale, réalisées et diffusées en français, d’autres émissions sont exclusivement centrées sur l’apprentissage et la connaissance de cette langue. Ce sont ces dernières émissions qui nous intéressent donc ici. C’est le cas notamment, sur TV5-Monde, de « Merci Professeur » avec le linguiste Bernard Cerquiglini qui nous fait voyager dans l’histoire pour remonter jusqu’à la racine des mots, à l’étymologie ; « Monsieur Dictionnaire » animée par Philippe Geluck et Jacques Mercier. Sur RFI, on peut citer « Les mots de l’actualité », une chronique animée autour d’un mot, d’une expression ou d’une manière de dire ; « Le journal en français facile », « La danse des mots », etc. Ces émissions sont naturellement réalisées en direction des populations résidant hors de l’hexagone, et elles s’insèrent dans la politique extérieure de la France.

8Au Togo, les grilles de programmes des médias que nous avons étudiés montrent que 90 % des productions sont en français. Pourtant, en plus de cette prédominance de la langue française, la plupart des médias audiovisuels présentent les mêmes catégories d’émissions que les médias de la francophonie, c’est-à-dire des émissions visant à promouvoir et à renforcer la connaissance de la langue française. Par exemple, Radio Lomé propose entre autres émissions, « Un mot, une phrase » ; la Télévision Togolaise (TVT) présente « Les concurrents », « Le duel des lettres », « Les incollables » ; La Chaîne du Futur (LCF) offre une « Rubrique lexique », etc.

9Ces émissions togolaises de promotion de la langue française reprennent généralement les concepts des émissions des médias publics français, quand elles ne fonctionnent pas comme de simples répliques. C’est le cas par exemple de l’émission « Les incollables », diffusée par la TVT, qui repasse intégralement des séquences de « Merci professeur » de TV5-Monde.

10En réalité, si nous prenons le cas du Togo, nous pouvons dire qu’il existe une offre importante et variée d’émissions supposées conduire l’usager à renforcer sa connaissance du français. Toutefois, on se demande si le contexte ainsi que les conditions de diffusion permettent d’atteindre cet objectif et quel est l’impact réel sur les populations bénéficiaires ?

Des émissions pour avertis

11Les productions locales sont à l’image des productions des grands médias de la francophonie : ce sont des émissions pour des personnes déjà converties à l’usage du français, des personnes qui bénéficient de l’instruction scolaire. En effet, l’étude a permis de constater, au regard des cibles et des objectifs visés, que la majorité des émissions s’adressent d’abord à ceux qui comprennent et parlent déjà le français d’une part, d’autre part à ceux qui ont accès à ces médias. Seule TV5-Monde commence à offrir un programme de langue pour débutants, via internet. Là encore se pose le problème d’accessibilité à internet (en Afrique notamment) réservé à une catégorie de la population, en général c’est un public urbain et instruit. Or, en Afrique, ceux qui ont le plus besoin d’apprendre le français ou de renforcer leur niveau de langue n’ont pas toujours accès aux grands médias. Cela pose la question de l’efficacité et de l’impact réel des médias pour la promotion du français. Peut-on, dans ce cas, parler véritablement de la promotion de la langue française, ou de renforcement des capacités dans la maîtrise de cette langue ?

  • 5 Il s’agit des émissions : « Le duel des lettres », « Les concurrents », « Les incollables », « Flux (...)

12Nous nous sommes intéressée à sept émissions5 sur les médias togolais. Nous avons alors constaté que pour la quasi-totalité de ces émissions, la cible principale reste les élèves et les étudiants, l’objectif étant de les aider à améliorer leur niveau de français. À ce propos, l’animateur de l’émission « Les incollables » explique :

  • 6 Enquête, septembre 2011.

Nous faisons l’émission pour aider ceux qui ont la chance de parler ou d’écrire le français de bien le faire ; pour aider les élèves et les étudiants à améliorer leur français.6

13Or, les étudiants et les élèves constituent une catégorie sociale qui apprend déjà le français dans un cadre formel.

14Le contenu de ces émissions vient renforcer leur positionnement comme outil de vulgarisation et d’amélioration plutôt qu’outil d’incitation ou d’apprentissage pour les non-locuteurs du français encore très nombreux dans beaucoup de pays francophones. L’émission « Duel des Lettres », par exemple, teste la connaissance orthographique des mots des candidats, les invite à trouver des synonymes, à former les mots les plus longs, à proposer des réponses aux énigmes et charades, etc.

15Finalement nous nous interrogeons sur la pertinence de la politique linguistique de l’État français, politique exportée dans les pays francophones d’Afrique qui généralement n’en font pas une priorité. Dans la mesure où les programmes des médias (locaux et internationaux concernés) sont focalisés sur une population qui bénéficie déjà d’un cadre formel d’apprentissage au détriment de la grande masse d’analphabètes oubliés, nous en déduisons que la politique linguistique ici n’est pas d’augmenter le nombre des locuteurs de la langue française mais plutôt de renforcer une certaine qualité.

Un impact limité

16Nous n’avons trouvé aucune étude ou évaluation de l’impact de l’usage des médias pour la promotion de la langue française. Nous avons posé la question aux journalistes et animateurs togolais, mais eux-mêmes n’ont pas su répondre. Ils reconnaissent qu’il n’y a pas de sondage permettant de répondre à cette question. Toutefois, ils soutiennent qu’il y a un impact positif sur l’auditeur ou le téléspectateur. Pour cela, les journalistes se fient aux différents retours (feed-back) qu’ils reçoivent sous forme d’encouragements, d’attitudes des parents qui conseillent ces émissions à leurs enfants, de sollicitations pour réaliser certaines émissions dans telle ou telle école, ou en termes d’audience. Or, le nombre d’auditeurs ne suffit pas non plus pour mesurer les apports réels de ces émissions sur le niveau de connaissance et de maîtrise de la langue.

17Nous avons alors interrogé quelques usagers afin de recueillir leur avis. Le discours ici est plus nuancé. Du point de vue de l’enrichissement, certains affirment que ces émissions leur font découvrir effectivement de nouveaux mots, renforcent la connaissance orthographique, ou apportent un plaisir de redécouvrir le sens des mots qu’ils connaissaient déjà. On peut donc considérer que ces émissions apportent un ajout supplémentaire aux acquis de chacun. Comme affirme un étudiant interviewé :

  • 7 Idem.

Certaines émissions enrichissent ma connaissance des mots et l’approfondissent, les autres m’ajoutent des synonymes et des mots qui ne sont pas très usuels dans ma culture.7

18Pour d’autres, il n’y a pas de véritable impact sur leur niveau de maîtrise de la langue. D’une part, parce que ces émissions constituent pour eux de simples moments de distraction, d’autre part, parce que leur niveau de maîtrise du français est suffisamment élevé, comparé au contenu de la plupart de ces émissions. Toutefois, cela dépend du type d’émission. À ce propos, l’émission « Merci professeur » est citée régulièrement comme l’exception qui apporte réellement une plus-value à des personnes très instruites, du fait de l’approche historique et étymologique des mots.

19Ainsi, l’estimation de l’impact de ces émissions sur les interviewés est évaluée par rapport au niveau d’instruction de chacun : ceux qui ont un bon niveau en français considèrent que l’impact de ces émissions sur eux est faible ou nul, contrairement aux autres qui affirment qu’il y a un impact positif au sens où ces émissions les aident à enrichir leur connaissance de la langue française. Bref, l’impact des émissions de promotion de la langue reste faible d’autant plus qu’elle touche un public restreint qui ne s’intègre pas toujours dans une stratégie dynamique d’apprentissage, mais aussi cette faiblesse est liée au fait que la promotion de la langue française ne repose sur aucune politique interne du développement des langues dans la plupart des pays francophones d’Afrique.

Des paradoxes linguistiques en milieu plurilingue

20Les populations, en Afrique francophone, non seulement se sont appropriées la langue française depuis fort longtemps, mais contribuent à faire évoluer le statut du français. Les rapports que les étudiants et enseignants togolais interviewés entretiennent avec cette langue donnent une idée de la place du français dans les usages aujourd’hui et des mutations en cours dans la perception de cette langue.

La place du français dans un environnement multilinguistique

  • 8 Idem.

21Le français, au Togo, est devenu la principale langue dont usent beaucoup de personnes. En effet, l’enquête a révélé que la majorité des personnes interrogées utilise plus le français que les langues locales pour communiquer au quotidien, avec leur entourage. La raison souvent évoquée dans les différents discours est que le français est une langue de communication qui transcende les frontières linguistiques ethniques, comme en témoignent ces propos de plusieurs enseignants et étudiants de l’Université de Lomé8 :

Mon entourage est plus accessible en français ; en dehors du cadre restreint de ma communauté, il m’est difficile de parler ma langue maternelle. Le français me sert de langue de communication, de travail et de restitution / J’utilise plus le français pour des raisons professionnelles et par habitude. Cela me permet aussi d’exprimer avec clarté et précision ma pensée. De plus, cela m’assure une certaine neutralité en termes d’ethnie / Le français, on est né dedans. Personnellement c’était comme ma langue maternelle, avec mon papa qui était enseignant. Aujourd’hui on utilise très peu la langue maternelle, même en famille, avec mes frères on parle le français. Au quotidien, le français occupe 80 % de place dans mon usage linguistique. Même dans la cellule familiale, mon environnement immédiat, l’habitude est de communiquer spontanément en français.

22Au regard de cette réalité sociale togolaise, il est évident que le français, au-delà de son statut de langue officielle ou de travail, peut répondre à d’autres attentes sur le plan communicationnel et comme moteur de construction du lien social dans un pays qui compte plus de 40 groupes ethniques.

Langue française comme facteur d’intégration interethnique ?

23Il revient souvent dans les discours que le français est une langue de communication, en plus d’être un outil de travail. En observant les pratiques au Togo, nous pouvons nous rendre compte que le français est passé, dans les faits, du statut de langue officielle au statut de langue de communication. Parler de langue de communication sous-entend aussi un outil de rapprochement de peuples, d’intercompréhension, un facteur unificateur… À ce propos, un enseignant, sociologue, de notre corpus explique ce qui suit :

  • 9 Idem.

Face au problème d’intercommunication ethnique, j’ai une autre perception de l’usage du français ; au Togo, il nous faut un facteur unificateur, de rapprochement dans un contexte socioculturel hétérogène. L’un de ces facteurs c’est l’acceptation d’une langue qui génère un fond culturel commun. Le français pourrait jouer ce rôle. Cette langue est devenue un facteur de cohésion sociale. Elle est aujourd’hui la langue principale de l’État et fait partie de notre organisation sociale. Il faut donc développer une autre perception de cette langue au lieu de continuer à la voir comme étrangère.9

24Cependant, pour que le français joue un rôle d’intégrateur et d’intercompréhension ethniques, les pratiques des usagers ont besoin d’être soutenues par des politiques éducatives claires et dynamiques. Ce qui n’est pas le cas au Togo, à l’heure actuelle. Aussi, malgré l’usage de plus en plus généralisé du français, cette langue reste, dans l’imaginaire, une langue étrangère pour beaucoup. Parfois on observe même des résistances à l’usage systématique du français chez certains peuples du Togo (tels que les peuples Ewé et Guin). Cela prouve donc qu’il existe de grandes disparités dans l’appropriation et la perception du français par les différents peuples du Togo. Ce fait pousse un enquêté à recommander

  • 10 Grand marché de Lomé.
  • 11 Enquête, septembre 2011.

… une politique, des mesures d’intervention et des pratiques institutionnalisées pour favoriser l’acceptation de l’usage du français comme langue de communication. Le français est encore perçu par une partie de la population comme une langue étrangère ; ce qui contribue au maintien de clivages sociaux. Au Togo, s’exprimer en français dans certains milieux vous stigmatise. Par exemple si à Assigamé10 vous parlez le français, vous êtes stigmatisé comme étranger ou un Nordiste. Il devient alors un marqueur de différenciation sociale.11

  • 12 Historiquement cela peut s’expliquer par le fait que les langues de ces peuples ont très tôt fait l (...)

25En réalité, les résistances dont il est question ici ne sont pas toujours synonymes de non-maîtrise du français. Elles peuvent effectivement être signe d’un complexe lié à l’analphabétisme qui favorise une sorte de repli linguistique (s’agissant par exemple des personnes non scolarisées en français). Mais on remarque que ces résistances émanent parfois aussi des populations d’un haut niveau d’instruction parlant parfaitement le français et qui préfèrent cependant utiliser leurs langues maternelles, même dans les milieux professionnels (or ces langues malheureusement ne sont pas toujours parlées par les autres peuples du Togo). Ce qui rend difficile l’intercompréhension et renforce le phénomène de stigmatisation de l’Autre qui serait moins authentique (en termes d’identité) ou qui est confondu aux étrangers du fait de communiquer en français. L’une des causes de cette attitude de rejet par rapport à la langue française est à rechercher ailleurs, peut-être dans l’histoire coloniale12.

26Somme toute, dans un État plurilingue comme le Togo où ne s’impose véritablement aucune langue nationale et où on relève l’absence chronique d’une politique claire en matière de promotion des langues locales, le français est en passe de devenir la langue de communication et d’intégration interethnique. Néanmoins il reste beaucoup à faire pour que toutes les couches sociales aient une maîtrise minimale du français courant.

L’avenir du français en Afrique

27L’ancrage du français dans les sociétés multilingues, comme celle du Togo, est confronté à un double paradoxe. D’abord, on note un grand écart entre le nombre croissant de locuteurs et le faible niveau de maîtrise de cette langue, une évolution favorisée par une sorte d’hybridation linguistique entre le français et l’usage des langues locales. Ensuite, la politique linguistique de la France semble être prise en étau entre le besoin constant de contrôler le bon usage du français et le désir de favoriser son expansion. Enfin, l’absence de politiques linguistiques susceptibles de favoriser le développement équilibré des différentes langues dans les États africains constitue également un handicap majeur.

Un paradoxe linguistique : le français entre contrôle et besoin d’expansionnisme

28Aujourd’hui, il est presqu’impossible de trouver au Togo une seule personne n’ayant aucune notion en français. Même dans le parler des non-scolarisés, on relève une intrusion du français dans les langues locales (et inversement pour ceux qui parlent le français) par le phénomène des emprunts.

29La scolarisation en français, en hausse constante, génère un nombre sans cesse accru de locuteurs francophones. Pourtant, on se plaint de la baisse généralisée de niveau des apprenants dans cette langue. Cette situation interpelle sur l’adéquation des stratégies déployées par les médias jusque-là par rapport à leurs actions de promotion de la langue.

30Comme nous le soulignions plus haut, les émissions de promotion du français visent essentiellement à améliorer la connaissance de la langue et son usage. Le rôle des médias participe de ce fait à une culture élitiste : enseigner le bon français. Même si ceux-ci parlent de français facile (cf. « Le journal en français facile » sur RFI), ils proposent en fait à leurs usagers un français correct qui se soucie simplement de faciliter la compréhension des mots techniques. Il s’agit pour eux de ne pas être complices d’un parler fautif, ce qui suppose de ne pas encourager les emprunts entre le français et les langues locales, mais d’augmenter le niveau de compétence et de performance des locuteurs.

31Concernant les usagers, trois postures s’affrontent. La première milite pour la sauvegarde d’un français « pur ». La seconde encourage le développement d’un français « couleur locale » et fait en sorte qu’il soit parlé par le plus grand nombre.

  • 13 Enquête, septembre 2011.

Il faut qu’on parle bien cette langue, c’est ainsi qu’on donnera le goût aux autres de la parler : cela suppose un apprentissage à la base. Aujourd’hui il y a un créole togolais : on commence une phrase en français et on finit dans une autre langue et vice versa… Ou bien on parle le français et on le fait correctement ou on choisit de parler créole. La langue étant un instrument de communication, lorsqu’on voudra utiliser la langue pour signifier quelque chose, si on ne choisit pas le mot juste, l’interlocuteur ne comprendra pas.13

32Les défenseurs de la langue « pure » proposent alors de former davantage les enseignants à mieux enseigner la langue française, de vulgariser les manuels de la langue française, revoir les méthodes d’enseignement au niveau scolaire, encourager les meilleurs apprenants en français par l’octroi de bourses… Certains vont jusqu’à suggérer le retour du « signal » pour contraindre les jeunes scolaires à bien parler le français.

33Pour les tenants de l’autre posture,

  • 14 Idem.

l’avenir de nos États c’est le français, non pas tel qu’on veut nous l’imposer mais adapté à nos contextes, avec tout le dynamisme de création linguistique…14

34Or, la plupart des écarts sont affublés d’étiquette souvent péjorative d’africanismes, français d’Afrique, togolismes, etc. Le rôle des médias de la francophonie est justement de défendre l’axe central du français encore rigide (l’académie) en veillant à la qualité du français parlé dans le monde. Et si le besoin de la centralité et l’excès de codification constituaient le principal handicap à l’expansion du français ? Vouloir imposer aux pays francophones, de manière systématique, comment parler leur français ne militerait-il pas contre la politique d’expansion elle-même ?

35Les deux premières postures rappellent étrangement la querelle des anciens sous d’autres cieux, sous une autre forme et à une autre époque. En effet, on se rappelle qu’au XVIIe siècle, lorsqu’il a été question de codification de la langue française, deux positions se sont affrontées : la première incarnée par Malherbe défendait la pureté de la langue tandis que la seconde défendue par Vaugelas soutenait l’idée d’une langue française ouverte aux emprunts.

36L’enquête fait ressortir une troisième posture qui apparaît comme une alternative par rapport aux deux dernières. Elle prône l’ouverture et une interdépendance linguistique car :

  • 15 Idem.

Les gens ne doivent pas être cantonnés dans leurs langues. Le français donne une ouverture, il faut se débarrasser des querelles politiques des langues nationales. Le français peut être une base pour l’enseignement des langues nationales.15

37Cette idée est ici complétée par un autre interviewé :

  • 16 Idem.

Pour promouvoir le français, commençons par promouvoir nos langues locales. Il serait intéressant de traduire certaines émissions de vulgarisation en langues locales et traduire des émissions de ces langues, en français.16

38L’idée importante à souligner dans ces propos est qu’en matière d’apprentissage toutes les langues peuvent servir de levier à l’apprentissage des unes et des autres.

39En fait, pour les promoteurs de la langue française, le défi à relever consiste à savoir comment élargir l’environnement francophone en touchant la plus grande partie de la population non encore conquise par le français. Comment permettre l’expression des appétits linguistiques nouveaux tout en répondant aux préoccupations académiques (relever le bas niveau en français) ? Mais qui supportera le coût d’un tel projet ? Les médias eux-mêmes, les États africains ou la France ?

Repenser la politique linguistique et le rôle des médias

40Certains animateurs d’émissions de promotion de la langue et de la culture françaises semblent conscients de l’évolution du français qui tend vers une plus grande territorialité dans l’espace francophone. C’est pourquoi, ils souhaiteraient avoir plus de moyens pour y répondre. Ils dénoncent dès lors toutes les lacunes du système. Plusieurs animateurs proposent qu’on multiplie et qu’on sponsorise les émissions de promotion de la langue française sur les médias locaux. M. Folly Basi Essofa, animateur de l’émission « Les Concurrents », explique justement que la politique de vulgarisation de la langue française au Togo est bancale. Par ailleurs,

  • 17 Idem.

il faudrait que la francophonie cesse de faire le folklore. Séminaire par ici, séminaire par là. Mais sur le terrain, il n’y a pas du concret. On ne sent pas la francophonie puisqu’il n’y a pas d’initiative sur les médias togolais par rapport au sponsoring des émissions de promotion de la culture et de la langue françaises. Sur TVT, les émissions allant dans ce sens restent les parents pauvres de la francophonie…17

41Ainsi, l’outil médiatique a un coût. Or, ni la France, ni les États africains ne soutiennent les émissions locales de promotion du français. Il ne reste que la bonne volonté des journalistes locaux. Ce qui ne permet pas toujours d’avoir des productions de qualité, ni d’assurer une large diffusion.

42Toutefois, étant donné que la principale langue de communication utilisée par les médias en Afrique francophone est bien le français, est-il encore besoin de créer des émissions spécifiques pour promouvoir la langue française, de créer même des médias (RFI, CFI, TV5-Monde) chargés de relayer la politique expansionniste du français ? Cela ne cache-t-il pas un problème ou une crise du français ? Les médias ne devraient-ils pas rester dans leur rôle d’informer et de distraire (rôle qui est déjà éducateur et qui contribue à la connaissance de la langue) et laisser d’autres structures se charger de la formation des apprenants ?

43Il importe de souligner le fait que l’impact de la presse est circonscrit dans le temps. Les émissions naissent et meurent aussi. Le rôle des médias ne peut qu’être ponctuel pour appuyer des actions inscrites dans la durée et dans une politique globale de promotion des langues en Afrique. Aussi, estimons-nous que le travail des médias est vain s’il ne s’appuie pas sur une politique réelle d’enseignement et du développement des langues dans les pays francophones multilingues. Il est donc indispensable de repenser d’une part, la politique linguistique de la France en Afrique, et d’autre part, de doter les pays africains d’une politique linguistique qui respecte la diversité du paysage linguistique des États africains. Car, promouvoir le développement des langues africaines au même titre que celui de la langue française en Afrique, c’est encourager le dialogue des langues comme voie d’une fécondation linguistique mutuelle, bénéfique à l’usager plurilingue et au processus d’apprentissage.

44L’usage du français par les médias d’Afrique francophone contribue en soi à renforcer le statut du français comme langue de communication. De plus, utiliser des masses médias est, à priori, judicieux pour toucher simultanément un maximum de personnes. Mais cela s’avère insuffisant dans le contexte actuel. Promouvoir le français par les médias peut avoir un avenir en termes d’efficacité si le champ d’action est élargi. Il convient alors de ne pas se limiter aux grands médias publics et internationaux comme c’est le cas actuellement, mais d’associer d’avantage les médias de proximité et de les utiliser pour des cours d’alphabétisation. Cette entreprise de renforcement n’est aussi valable que si la formation de base est soutenue et bien menée dans les cadres éducatifs formels.

45Contrairement à la France qui, apparemment, a une politique linguistique claire et offensive, la plupart des pays francophones d’Afrique subsaharienne n’en ont pas. Officiellement, on pourrait croire que ces pays subissent une certaine forme d’impérialisme linguistique entretenue par la France. Dans les faits, on se rend compte que leurs gouvernements n’ont aucune politique linguistique sérieuse, même pas pour les langues nationales. Par ailleurs, la logique d’appropriation d’une langue obéit à d’autres critères inhérents aux rapports que le locuteur tisse avec la langue (à travers non seulement les usages, mais aussi la symbolique ou les représentations). À l’heure où les Africains se pensent de plus en plus avec des modèles endogènes, l’avenir du français en Afrique francophone semble nécessairement lié à la valorisation et au développement d’une véritable politique de promotion des langues nationales.

Notes

1 Lenoble-Bart, Annie, « Le français dans les associations de journalistes d’Afrique », in Sylvie Guillaume (dir.), Les associations dans la francophonie, Pessac, MSHA, 2006, p. 207.

2 Pour plus d’information sur ce sujet, lire Awokou Kokou, De l’utilisation des médias et des technologies de l’information et de la communication dans l’éducation de 1960 à 2006 : le cas du Togo, thèse de doctorat, Université de Rouen, 2007.

3 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/francophonie-langue-francaise_1040/langue-francaise_3094/promouvoir-francais_18768/apprendre-enseigner-avec-tv5monde

4 Idem.

5 Il s’agit des émissions : « Le duel des lettres », « Les concurrents », « Les incollables », « Flux et reflux », « Fréquence jeunes », « Le coin du 7e Art », « Rubrique lexique ».

6 Enquête, septembre 2011.

7 Idem.

8 Idem.

9 Idem.

10 Grand marché de Lomé.

11 Enquête, septembre 2011.

12 Historiquement cela peut s’expliquer par le fait que les langues de ces peuples ont très tôt fait l’objet de promotion et de valorisation, sous l’administration coloniale allemande notamment, à travers le système d’alphabétisation, de scolarisation et les productions de textes.

13 Enquête, septembre 2011.

14 Idem.

15 Idem.

16 Idem.

17 Idem.

Auteur

Université de Lomé, Togo

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search