Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

Le français dans le paysage linguistique de la République démocratique du Congo

Romain Kasoro Tumbwe

Texte intégral

1La République démocratique du Congo (RDC) étant un pays au centre de l’Afrique, le français ne saurait y être une langue autochtone. Implanté en RDC depuis plus d’un siècle, le français avait été « importé » ici par la colonisation belge (1885-1960). Cependant il a fini par y acquérir le statut de langue officielle et de langue seconde parmi une multiplicité de langues aux statuts divers, assurant l’intercompréhension entre de larges catégories de la population aux origines ou de régions diverses, par-dessus les quatre véhiculaires (kikongo, kiswahili, lingala et ciluba ou tshiluba) et les 221 vernaculaires.

Présence-implantation du français en RDC

2Les résultats de ce siècle de présence du français en RDC, c’est qu’il a fini par occuper une place prépondérante dans le paysage linguistique.

  • 1 Kasoro Tumbwe, Romain, « Langue, discours et pouvoir dans l’histoire de la République Démocratique (...)
  • 2 Bourdieu, Pierre, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1 (...)

3Langue officielle ayant gardé son prestige des origines de la colonisation, le français, langue des dominants, est devenu en RDC la langue de la promotion sociale, la langue du pouvoir, de la culture, de la politique1, la langue du discours autorisé pour avoir été longtemps la langue de l’administration, de la justice, de la presse écrite et, particulièrement à partir de l’ordonnance n° 174 du 17 octobre 1962 (généralisant l’utilisation du français comme langue d’enseignement à l’école primaire), la langue de l’enseignement, bref la langue officielle, « la langue légitime »2.

  • 3 Nsuka-zi-Kabwiku, « Langues nationales et éducation : langues nationales dans l’éducation formelle  (...)

4Du fait de cette prépondérance, le français a été adopté comme langue maternelle par certaines familles congolaises et est devenu langue seconde, supplantant les langues nationales minorées et dominées, limitées à la communication orale dans l’administration, la procédure judiciaire et l’armée ; à l’audio-visuel pour les émissions destinées aux masses ; à l’évangélisation et au culte. Dans l’enseignement, ces langues ne jouissent pas de plus de prestige : sous-estimées par l’opinion dans cette fonction, elles ne servent que dans les écoles primaires de l’État dépréciées d’ailleurs par les parents d’élèves lettrés et nantis3.

5Justement le lieu du français, son rempart et son diffuseur sont incontestablement l’école, l’enseignement.

6Le français n’opère pas seulement dans l’administration, la justice, la presse où il a supplanté et même éliminé les langues nationales, la politique ; il occupe même le terrain des activités économiques et commerciales, particulièrement dans l’informel où les classes populaires peu instruites se sont investies pour la survie (dénominations des boutiques et des produits, renseignements sur les étalages, publicité, numération…). Il en est de même dans le domaine de la musique où le code-switching et même le code-mixing ne sont plus du tout rares. Des chansons entières peuvent être exécutées en français, notamment les cantiques religieux.

7Dans le domaine de l’agriculture, les agents de vulgarisation travaillent en amont en français (publications en français) quitte à opérer en langues véhiculaires ou vernaculaires sur le terrain. Les usages techniques et technologiques sont répandus en français.

8Des recherches du Centre de linguistique théorique et appliquée (CELTA) menées dans les grandes villes de la RDC à la fin des années 1990 ont révélé que, dans les hôpitaux et lieux de culte, le français est pratiqué par ± 30 % de sujets contre 60 % pour les véhiculaires (kikongo, kiswahili, lingala, tshiluba). Il en est de même pour les prières individuelles ou en famille.

9Si, dans les écoles de langues, l’anglais supplante les autres langues, le français n’est point absent. Sans doute, les centres d’alphabétisation recourent-ils aux langues véhiculaires, mais le français y est enseigné comme matière.

  • 4 Voir Mbuyamba Kankolongo, Alphonse, Guide de littérature zaïroise de langue française (1974-1992), (...)

10L’implantation et la présence du français ont encore pour témoins les productions livresques et littéraires4. Effectivement, la littérature congolaise en français est de loin plus importante que celle en langues nationales. Celles-ci sont riches plutôt en littérature religieuse.

Représentations et attitudes

  • 5 Calvet, Louis-Jean et Moreau, Marie-Louise, Une ou de normes ? Insécurité linguistique et normes en (...)

11Par représentations, j’entends, à l’instar des sociolinguistes, « la façon dont les locuteurs pensent les usages, comment ils se situent par rapport aux autres locuteurs, aux autres usages et comment ils situent leur langue par rapport aux autres langues en présence »5. De manière plus précise, je voudrais ici faire part des représentations que se font les sujets parlants congolais de la langue française, de leurs attitudes par rapport à celle-ci.

  • 6 Voir Kasoro Tumbwe, Romain, « Normes scolaires et normes endogènes en République Démocratique du Co (...)

12Dans deux publications antérieures6, j’ai rapporté les résultats de deux enquêtes sociolinguistiques réalisées à Kinshasa, lesquelles ont révélé les attitudes et représentations des sujets parlants congolais en rapport avec le français.

13Le français est, pour une large majorité des sujets interrogés, une langue étrangère, « importée », un héritage de la colonisation belge, et ne peut jamais être considéré comme une langue congolaise. Ce qui n’empêche pas la plupart d’entre eux de le considérer comme faisant partie de leur patrimoine culturel national et d’y être attachés au point de rejeter l’idée de sa suppression ou de son remplacement.

14Ces positions ambivalentes sont à l’origine de deux tendances dominantes chez les sujets : une tendance qui rejette l’idée de l’existence d’un français du Congo, mais admet plutôt celle d’un français parlé au Congo, simplement influencé par les parlers locaux et comportant de ce fait des fautes ; la seconde tendance qui admet l’existence d’un français du Congo, implanté au Congo, tellement influencé par les substrats des langues locales qu’il en acquiert un caractère particulier.

15Évidemment, cette conscience appelle des prises de position par rapport au « français du Congo » ou au « français parlé au Congo », mais elle entraîne aussi un sentiment d’insécurité linguistique chez beaucoup de locuteurs, même si elle laisse indifférents nombre de sujets interrogés.

  • 7 Kasoro Tumbwe, Romain, « La position de l’anglais en RDC », op. cit., p. 2.

16Le sentiment d’insécurité linguistique ou d’indifférence est fondé sur la perception que ceux-ci ont du français : langue difficile nécessitant « un apprentissage long et difficile pour une maîtrise peu sûre »7. Caractère qui leur fait préférer l’anglais réputé plus facile, en plus qu’ils croient que l’anglais, plus répandu dans le monde, donc plus bénéfique, est plus lié au développement et moins lié à l’impérialisme.

17D’autres attitudes, qui méritent d’être signalées, sont celles des masses qui jugent les Congolais locuteurs du français. Ceux-ci appartiennent à la classe dominante, la classe des « intellectuels », ironiquement désignés « Ba-je-les-connais » (ceux qui savent), habitués à faire montre de leur savoir, de leur connaissance du français, mais dont l’action serait inefficace et d’un impact nul sur la société et le pays, et qui serait responsable de la débâcle de celui-ci. Du reste, cette connaissance du français ne sauve pas de la pauvreté : il n’y a qu’à regarder les fonctionnaires aux visages émaciés lesquels ne vivent point du tout à l’abri de la misère tout en maniant le « français ya molayi » (un long français) et en déconsidérant ceux qui ne savent parler que le « monoko ya mboka » (la langue du pays). Les riches diamantaires ou hommes d’affaires d’une certaine province (le Kasaï), possédant moins de français que d’argent, proclament avec arrogance : « mfwalanse ke mfwalanga to » (le français n’est pas l’argent).

18Que de fois le commun des citoyens n’arrête-t-il pas son interlocuteur parlant en français en lui intimant l’ordre : « Loba na monoko ya mboka ; loba na lingala… » (Parle la langue du pays, parle en lingala…). À ce niveau, il apparaît clairement que le français est perçu par les masses comme une langue étrangère et une langue dominante parce que parlé par la « classe » dominante, du reste clivée et inégalitaire.

Impact de la présence-implantation du français en RDC

19Comme toute langue, le français sert d’instrument de communication entre les membres d’une même communauté, la communauté française ou francophone. Mais en RDC où se juxtaposent, se croisent plusieurs centaines de parlers auxquels se superposent quatre langues véhiculaires, le français permet, par-dessus ces parlers, la communication entre beaucoup de Congolais de toutes les origines, de toutes les régions. À cet égard, il sert de trait d’union entre un nombre relativement important de citoyens, également de facteur d’unité sur le plan politique.

  • 8 Voir Le Français dans le monde, n° 4, novembre 2002, p. 17.

20D’autres effets de la présence du français au Congo consistent à permettre une plus large communication entre les Congolais et d’autres citoyens du monde, et de s’identifier ainsi par rapport à d’autres groupes ; cette fonction identitaire du français est, selon les enquêtes précitées, reconnue et bien acceptée par les sujets parlants congolais, non pas qu’ils pensent comme certains8 que le français soit une « langue africaine » ou « congolaise », mais qu’il peut être plutôt considéré comme une langue d’Afrique.

  • 9 Le Journal de l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie, n° 32, 2003, p. 6, col. 1.

21Mais surtout, en servant dans la scolarisation, dans l’instruction des Congolais, le français contribue sûrement au développement de la RDC du fait d’être ainsi « la langue d’accès à l’information et à la connaissance » comme dans les autres États « qui ont choisi cette langue comme partenaire de leur développement »9.

  • 10 Voir Kasoro Tumbwe, Romain, Révolution et créativité lexicale, Travaux et Documents, Talence, Centr (...)
  • 11 Voir Kasoro Tumbwe, Romain, « Démocratie et démocratisation : leur langue et leur expression au Zaï (...)

22Les effets de l’implantation du français sont aussi remarquables dans l’enrichissement du vocabulaire des langues congolaises qui lui ont emprunté nombre de vocables dans divers domaines et activités (emprunts par nécessité et emprunts de luxe). Témoins, l’intense créativité lexicale particulièrement pendant les moments de crise et de bouleversements sociaux et politiques10 ; les emprunts au français sont tellement fréquents dans nos langues que, dans nos villes, même chez des personnes peu instruites, les désignations autochtones de certaines réalités sont oubliées (par. ex. dans la numération et la langue politique), et que l’usage de celles-là appelle leur explication en français11. Dans ces conditions, le code-switching ou le code-mixing sont entrés dans la pratique discursive des sujets parlants. Ainsi dans la communication familiale ou familière, on passe sans rupture et inconsciemment d’un énoncé en français à un autre en langue congolaise, et vice-versa.

23Nombreuses sont les dénominations des lieux en français : noms d’avenues et de rues (avenue de la Libération, avenue de la Démocratie, avenue de la Victoire, rue du Livre, du Port…) ; dénominations des entités administratives (Quartier Riche, District du Plateau, District du Haut-Katanga, Province orientale…), des régions ou contrées (Plateau des Bateke) ; des oronymes (Monts de Cristal au Bas-Congo, Monts Bleus en Province orientale…), des institutions, etc.

24Remarquable est aussi la production littéraire en français, qui domine celle en langues congolaises : en 1993, Mbuyamba Kankolongo a pu recenser 63 écrivains. La pratique littéraire dans une langue étrangère ou seconde témoigne de la capacité de celle-ci à exprimer le moi profond des Congolais, mais aussi et surtout de son appropriation par beaucoup de sujets parlants congolais qui en ont fait un de leurs instruments et moyens d’expression.

25Ces faits témoignent d’un haut degré d’assimilation, d’intégration et d’appropriation de la langue française en même temps que de son implantation, de sa vitalité et de son enracinement.

26Toutefois, en dépit de ces facteurs favorables qui agissent jusque dans les aspects populaires des activités, comme les activités de survie, le petit commerce et les petits métiers, le français n’assure pas une communication pleinement efficace, car vu l’analphabétisme et le degré ou niveau de scolarisation peu satisfaisant des populations ainsi que leur maîtrise insuffisante du français par lequel elles devraient accéder à l’information, les masses paysannes et urbaines (plus de 80 % des Congolais) ne sauraient être atteintes sûrement et pleinement.

27Cette situation n’accélère pas l’avènement du développement tant recherché, particulièrement par le biais de l’information, de l’instruction et de l’éducation.

Apport du français et de la Francophonie au développement et au devenir des populations congolaises

  • 12 Le Journal de l’AIF, n° 32, 2003, op. cit. p. 6.
  • 13 Mémorandum des Ministres de la CONFEMEN, Libreville, 19 mars 2003, dans Le Journal de l’AIF, op. ci (...)

28Comme nous l’avons vu, le français, en étant le moyen de transmission du savoir et des connaissances, des techniques et des technologies, est la voie d’accès aux connaissances12 et un instrument de développement13.

29En favorisant le développement de l’esprit par la production livresque, intellectuelle et littéraire ; en servant de canal de transmission des informations et des mots d’ordre, le français contribue à l’épanouissement des populations ; en permettant la communication entre citoyens par-dessus les langues ethniques et véhiculaire, il est un facteur d’unité ou d’union. À travers le discours politique, où elle domine, la langue française aide à former, éduquer, instruire les populations sur le plan social et politique. Les emprunts au français constituent un enrichissement de nos langues en mots signifiant des concepts modernes en vue de leur développement ou modernisation et de leur promotion.

30En dehors de ces effets de l’implantation du français en RDC, il y a lieu de considérer l’apport de la Francophonie, organisation internationale commune aux pays qui ont le français en partage, c’est-à-dire culturellement unis par la langue française. La Francophonie ainsi définie joue un rôle important au sein de ces pays, en tant qu’organe d’action et d’encadrement.

  • 14 Le Marchand, Véronique, La Francophonie, Toulouse, Les Essentiels Milan, 1999, p. 32-35.
  • 15 Ibid., p. 36-39.
  • 16 Ibid., p. 40-45
  • 17 Matumele Maliya, Valentin, « La Francophonie et la promotion des langues africaines », Annales de l (...)

31Effectivement la Francophonie a œuvré en faveur des pays francophones du Sud dans le domaine politique en soutenant, depuis 1990, le processus de démocratisation et en sensibilisant les États et les citoyens aux droits de l’homme et à la nécessité de l’instauration d’un État de droit14. Sur le plan économique, depuis la conférence de Monaco en avril 1990, les ministres de l’Économie et des Finances des pays francophones se concertent davantage soit pour amener la communauté internationale financière à œuvrer davantage pour le développement des pays francophones du Sud, soit pour créer des programmes, des fonds, des organismes, des ONG de développement15. On peut encore citer la coopération qui existe dans les domaines universitaire (AUF) et des Technologies de l’information et de la communication (TIC), de la radio-télévision (TV 5 Monde), de la culture (festivals, centres de lecture et d’animation culturelle), de la promotion des langues16. En RDC, c’est dans ces derniers domaines que se remarquent les actions de la Francophonie. En effet, la création de l’Observatoire des langues et du Festival des langues d’Afrique (FESTILA) est le résultat de l’inspiration et du soutien de la Francophonie dans le cadre de la promotion des langues, conformément aux principes du partenariat des langues, et de la Diversité et Solidarité17. Depuis un certain nombre d’années existent dans certaines villes du Congo des Centres de lecture pour tous, des bibliothèques (par exemple la Bibliothèque de la ville de Kinshasa), le Centre de documentation de l’Enseignement supérieur, universitaire et de la Recherche de Kinshasa (CEDESURK), fruit du partenariat entre la RDC et la Communauté française de Belgique, sans parler de la coopération universitaire (bourses de recherche et de stage de l’AUF, formation doctorale en France et en Belgique, équipement en TIC au niveau universitaire, échange d’enseignants-chercheurs).

  • 18 Kasoro Tumbwe, Romain, « Pour la promotion des langues africaines dans le cadre de la démocratisati (...)
  • 19 Voir Kasoro Tumbwe, Romain, « Par le français et avec le français promouvoir les langues africaines (...)
  • 20 Voir Nsonsa Vinda, Jean, op. cit., p. 37.

32Toutefois, dans la situation de crise, de guerre et/ou d’après-guerre qui est la sienne aujourd’hui, la RDC peut attendre plus de la Francophonie. En effet, la langue étant l’instrument par excellence de transmission et de diffusion des connaissances, des savoirs et des idées (cf. supra) ; l’instrument par excellence de la transmission des mots d’ordre, de la mobilisation des masses en vue de la réalisation des projets de reconstruction et de développement18, il s’avère nécessaire et urgent de promouvoir les langues congolaises afin qu’elles puissent jouer ce rôle dans un Congo en cours de modernisation. Pour y arriver, il convient de mettre en œuvre un partenariat linguistique plus appuyé19. Sur le plan économique, le principe de la solidarité Nord-Sud devrait se manifester dans une coopération intense et un appui à la RDC dans ses efforts de reconstruction, par le Fonds francophone de développement20.

Facteurs et degré d’enracinement du français

33Comme je l’ai dit plus haut, l’enracinement du français est patent dans son appropriation par les populations congolaises ; dans son omniprésence dans les activités socio-professionnelles ; dans les familles où il est parlé, parfois, comme langue maternelle ; dans la production livresque et littéraire.

  • 21 Kasoro Tumbwe, Romain, « De la nécessité d’enseigner le français à l’Université : cas de la Républi (...)

34Toutefois, il ne faut point « pavoiser », car, quand on sonde le niveau de connaissance de la langue, la qualité de l’écrit en français chez les jeunes scolarisés de tous les niveaux, et la qualité de l’enseignement de la langue, on se rend compte de la dégradation de la situation. En cela d’ailleurs la RDC n’est point un cas à part. Si au niveau de l’enseignement supérieur et universitaire congolais, le constat a été fait également dans ce sens21, il en est ainsi en d’autres lieux : dans Le Français dans le Monde, n° 4, 2002, p. 17-18, Maïraman Garga montre que « la langue française va mal en Afrique ». Ce qui est une façon de poser trois problèmes à la fois : celui de l’enseignement du français, celui de son devenir, sans parler de celui de l’insécurité linguistique.

35C’est pourquoi la Francophonie se doit d’apporter son soutien à l’école et à l’enseignement dans les domaines de la recherche en didactique des langues (français langue seconde, langues véhiculaires) et de la production de manuels pédagogiques afin d’améliorer la connaissance du français. Elle pourrait encourager l’enseignement des langues nationales comme base de connaissance linguistique pour l’apprentissage et la maîtrise solide de la langue française que les Congolais considèrent comme partie de leur culture et comme langue permettant une large communication (cf. supra).

36Le français doit être présent dans les écoles d’alphabétisation dont les promoteurs doivent être incités à faire acquérir aux apprenants une bonne connaissance de cette langue pour son enracinement plus profond au sein des populations. Il devrait en être de même pour les écoles de langues où les apprenants de l’anglais sont plus nombreux que ceux du français. Dès lors que la pratique littéraire peut être considérée comme un facteur d’enracinement, il serait indiqué de traduire en langues nationales congolaises certaines œuvres de la littérature française, d’encourager l’écriture littéraire par des prix, l’activité éditoriale tournée vers les œuvres littéraires congolaises d’expression française, et, pourquoi pas, vers les œuvres en langues congolaises.

37Le français en République démocratique du Congo, tout en étant considéré comme une langue étrangère, s’y est implanté solidement et durablement, comme peuvent en témoigner les opinions et les pratiques des sujets parlants, au point de constituer un élément du paysage linguistique et du patrimoine culturel congolais. Ainsi peut-on affirmer qu’il est présent au Congo pour longtemps encore.

38Néanmoins, il convient d’ajouter que, pour consolider son implantation, sa présence et son enracinement, il faut veiller aussi, dans le cadre de la Francophonie, à son devenir, en entreprenant dès à présent diverses actions, notamment dans le domaine de l’enseignement des langues où il conviendrait de favoriser le partenariat linguistique, et dans divers autres domaines, dans le sens d’une plus grande solidarité.

Notes

1 Kasoro Tumbwe, Romain, « Langue, discours et pouvoir dans l’histoire de la République Démocratique du Congo, société diglossique », in Musanji Mwatha-Ngalasso (éd.), Linguistique et poétique : énonciation littéraire francophone, en hommage à Michel Hausser, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2008,p. 257-264.

2 Bourdieu, Pierre, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, p. 23.

3 Nsuka-zi-Kabwiku, « Langues nationales et éducation : langues nationales dans l’éducation formelle », Linguistique et Sciences humaines (Centre de Linguistique Théorique et Appliquée, CELTA, Kinshasa), vol. 27, n° spécial, 1987, p. 16.

4 Voir Mbuyamba Kankolongo, Alphonse, Guide de littérature zaïroise de langue française (1974-1992), Kinshasa, Éditions Universitaires Africaines, 1993.

5 Calvet, Louis-Jean et Moreau, Marie-Louise, Une ou de normes ? Insécurité linguistique et normes endogènes en Afrique francophone, Paris, CIRELFA – Agence de la Francophonie/Didier-Érudition, 1998, p. 17.

6 Voir Kasoro Tumbwe, Romain, « Normes scolaires et normes endogènes en République Démocratique du Congo », in Calvet, Louis-Jean et Moreau, Marie-Louise, op. cit., p. 61-81 ; et « Position de l’anglais en République Démocratique du Congo », DiversCité – Langues. Repères et Forums interdisciplinaires sur la Dynamique des langues », en ligne vol. IV, 1999,http://www.teluuqebec.ca/diverscite/accueil.php/O4/03/2003.

7 Kasoro Tumbwe, Romain, « La position de l’anglais en RDC », op. cit., p. 2.

8 Voir Le Français dans le monde, n° 4, novembre 2002, p. 17.

9 Le Journal de l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie, n° 32, 2003, p. 6, col. 1.

10 Voir Kasoro Tumbwe, Romain, Révolution et créativité lexicale, Travaux et Documents, Talence, Centre d’Études d’Afrique Noire (IEP), n° 14, 1987.

11 Voir Kasoro Tumbwe, Romain, « Démocratie et démocratisation : leur langue et leur expression au Zaïre », African Journal of Political Science/Revue africaine de science politique, new series, vol. 1, n° 2, décembre 1996, p. 223-224.

12 Le Journal de l’AIF, n° 32, 2003, op. cit. p. 6.

13 Mémorandum des Ministres de la CONFEMEN, Libreville, 19 mars 2003, dans Le Journal de l’AIF, op. cit., supplément, p. 4.

14 Le Marchand, Véronique, La Francophonie, Toulouse, Les Essentiels Milan, 1999, p. 32-35.

15 Ibid., p. 36-39.

16 Ibid., p. 40-45

17 Matumele Maliya, Valentin, « La Francophonie et la promotion des langues africaines », Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, n° IV, Presses Universitaires de Kinshasa, 2003, p. 41-47.

18 Kasoro Tumbwe, Romain, « Pour la promotion des langues africaines dans le cadre de la démocratisation et du colinguisme », in Chaudenson, Robert et Renard, Raymond (éd.), Langues et développement, Paris, Agence Intergouvernementale de la Francophonie, 1999, p. 143 ; et Nsonsa Vinda, Jean, « Pour une Francophonie plus active en République Démocratique du Congo », Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, n° IV, Presses Universitaires de Kinshasa, 2003, p. 31-40.

19 Voir Kasoro Tumbwe, Romain, « Par le français et avec le français promouvoir les langues africaines », Communication au Xe Congrès mondial de la Fédération inernationale des professeurs de français (FIPF), Paris, 17-21 juillet 2000.

20 Voir Nsonsa Vinda, Jean, op. cit., p. 37.

21 Kasoro Tumbwe, Romain, « De la nécessité d’enseigner le français à l’Université : cas de la République Démocratique du Congo », communication aux États généraux de l’Enseignement du français en Afrique subsaharienne de Libreville (Gabon), 17-20 mars 2003.

Auteur

Université de Kinshasa, République démocratique du Congo

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search