Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

Distribution des langues dans les pratiques linguistiques institutionnelles au Cameroun : le cas des enseignes administratives en milieux universitaires

Venant Eloundou Eloundou

Texte intégral

  • 1 Bitjaa Kody Zachée Denis rappelle fort opportunément ces méthodes en citant les propos du haut-comm (...)
  • 2 Loi n° 96/06 du 18 janvier 1996 portant révision de la Constitution du 2 juin 1972, p. 8.

1Il n’est pas superflu, lorsqu’on aborde les phénomènes de la dynamique des langues officielles au Cameroun d’indiquer succinctement les facteurs qui ont entraîné le choix de l’anglais et du français comme langues officielles. En effet, quand le Cameroun accède à l’indépendance en 1960, les facteurs socioculturels qui détermineront pendant plusieurs décennies les rapports de force et/ou de complémentarité, voire de coexistence linguistique sont déjà en place, émanant pour l’essentiel des réalités ethnolinguistiques et surtout des mutations relatives aux politiques linguistiques initiées successivement par les administrations allemande, britannique et française. Rappelons que pendant la période mandataire, l’on relevait deux principales dominances linguistiques dues aux administrations occupantes. Dans la partie orientale, le français est vulgarisé grâce aux nombreuses écoles créées et surtout aux méthodes jugées draconiennes appliquées par l’administration française1. Dans la partie occidentale, l’anglais gagne progressivement le marché linguistique. Dans le souci d’éviter les clivages socio-ethniques et la complexité/ diversité linguistique (le pays étant émietté sur le plan linguistique) dans les secteurs formels de l’État (administration, éducation, communication sociale, etc.) et mettre sur pied un État-Nation, l’élite politique de la première heure opta en 1961 – cela suite à la réunification des deux parties du pays – pour la pérennité des politiques linguistiques initiées par les administrations mandataires. Le français et l’anglais demeurent les langues officielles du pays. La Constitution du pays et les différentes modifications qui ont été faites redéfinissent et reprécisent le statut de ces deux langues importées. C’est le cas de la Loi n° 06 du 18 janvier 19962 qui réitère, en son article 1, alinéa 3, que « la République du Cameroun adopte l’anglais et le français comme langues officielles d’égale valeur. Elle garantit la promotion du bilinguisme sur toute l’étendue du territoire. Elle œuvre pour la protection et la promotion des langues nationales ». Dans cette optique statutaire, le français et l’anglais assureront la communication sociale, gouvernementale et éducative. Et pourtant, il se développe dans l’environnement linguistique du Cameroun, deux modalités de pratiques langagières/linguistiques : les discours institutionnalisés réalisés en langues officielles et les discours socialisés (publicité, interactions verbales en milieu familial, les marques de territoires, etc.) qui affichent une hétérogénéité linguistique remarquable.

2Le présent essai se focalise sur la communication au sein de quelques universités d’État du Cameroun à travers les enseignes administratives (dorénavant E.A.). En fait, si les Universités d’État sont des espaces où la politique linguistique (bilinguisme français/anglais, langues officielles d’égale valeur) doit se manifester, il convient néanmoins de se demander quel est le poids de la langue française dans l’affichage administratif dans ces micro-milieux. Le poids de la langue française dans ces institutions dépend-il de l’environnement linguistique (francophone vs anglophone) social qui y prédomine ? En d’autres termes, l’affichage administratif, dans ces institutions, présente-t-il des facteurs diglossiques, relativement à l’usage des langues officielles du Cameroun ? L’objectif de cette communication est donc d’interroger la place du français dans le microenvironnement universitaire. Après avoir présenté le cadre théorique (la diglossie) et méthodologique (approche quantitative) de l’étude, nous procéderons à l’analyse de la distribution des langues dans les E.A. pour enfin mettre en exergue les enjeux qui en découlent.

Préalables théoriques et méthodologiques

  • 3 Pischari, Jean, Essai de grammaire historique néo-grecque, Éditions Ernest Leroux, 1886, 308 p.
  • 4 Nous n’avons pas la prétention de nous lancer dans le débat concernant la différence et/ou l’équiva (...)

3Notre étude est alimentée par les acquis théoriques de la sociologie du langage, précisément la diglossie, concept sociolinguistique apparu pour la première fois sous la plume du linguiste grec Psichari3. Cette notion a vu son champ conceptuel s’étendre selon les théoriciens4. Dans notre analyse, nous tiendrons compte de l’appréhension classique. Selon Ferguson cité par Prudent, la diglossie désigne une

  • 5 Prudent, Lambert-Féli, « Diglossie et interlecte », Langage, n° 61, 1981, p. 22.

une situation linguistique relativement stable dans laquelle, en plus des dialectes premiers de la langue (qui peuvent comprendre un standard ou des standards régionaux), il existe une variété superposée très différente, rigoureusement codifiée […] qui est le support d’un recueil imposant et considérable de textes littéraires provenant d’une époque antérieure ou d’une communauté linguistique étrangère, qui est largement apprise par le biais de l’école, et qui est utilisée pour la plupart des textes écrits et des discours formels, mais qui n’est jamais utilisée – dans quelques segments de la société – pour une conversation ordinaire.5

  • 6 Plusieurs paramètres stimulent ce rapport conflictuel dans une société. Dans cette logique, Marcais (...)
  • 7 Fishman, Joshua, Sociolinguistique, Labor et Nathan, 1971, p. 88
  • 8 Pour Henri Boyer, il s’agit d’une approche « sociolinguistique qui considère que la coexistence de (...)
  • 9 Présentant l’opposition entre le bilinguisme et la diglossie, Marinette Matthey et Jean-François De (...)

4Dans une perspective macro-sociolinguistique, il s’agit d’un contexte social où deux, voire plusieurs langues ou variétés de langues sont utilisées. De leur utilisation, émergent des conflits fonctionnels6. On aura alors « une langue H (high, élevée) […] et une langue L (low, commune) »7. Cette diglossie peut être en relation avec le bilinguisme. Dans une logique sociétale, elle est liée aux différentes fonctions des langues en présence, tandis que le bilinguisme est inhérent aux usages linguistiques individuels. À partir de cette considération épistémologique, Fishman identifie deux situations diglossiques : diglossie et bilinguisme et diglossie sans bilinguisme. Dans le premier cas, il s’agit d’un contexte social où il existe soit des langues, soit des variétés linguistiques dont l’une est « high » et l’autre « low » et où les sujets parlants possèdent deux systèmes linguistiques en usage quotidien. En revanche, le deuxième cas renvoie à une situation où les individus ne sont pas bilingues, mais la communauté sociale possède des codes linguistiques qui sont en conflit fonctionnel8. Notre analyse correspond à la première situation : la diglossie et le bilinguisme officiel du Cameroun appliqués à des contextes précis où l’un des systèmes peut être privilégié au détriment de l’autre. Par ailleurs, dans notre étude, nous considérons le macro-contexte9 comme un cadre où le français et l’anglais occupent une position privilégiée, coexistent et assurent la communication administrative.

  • 10 À cause des contraintes éditoriales, nous n’avons pas pu présenter en annexe toutes les occurrences (...)

5Du point de vue méthodologique, l’étude prend appui sur un corpus constitué de 255 E.A. L’annexe présente dix occurrences pour chacune des universités ciblées10. Il s’agit d’un relevé d’énoncés d’affichage administratif dans les universités d’État du Cameroun réalisé entre juin et juillet 2011. En raison des objectifs de notre étude, nous avons adopté l’approche quantitative/comparative des données, afin de cerner le poids de la langue française dans ces micro-environnements linguistiques. Nous avons suivi la démarche statistique proposée par Marien et Beaud. Pour ces auteurs,

  • 11 Marien, Bruno et Beaud, Jean-Pierre, Guide pour l’utilisation de la statistique en recherche : le c (...)

la démarche statistique (ou quantitative) compte trois axes : la quantification, l’analyse et l’interprétation. Ces trois axes sont intimement liés entre eux. La quantification représente l’étape où on traduit une question scientifique […] en un problème scientifique […], l’analyse représente l’application de techniques essentiellement mathématiques qui mettent en évidence certaines particularités des valeurs mesurées. Enfin l’interprétation sert à tirer des conclusions scientifiques des résultats de l’analyse statistique.11

Les universités d’État et la question linguistique au Cameroun

6Au fil des modifications de la loi constitutionnelle, le législateur opta pour le bilinguisme officiel. Autant dire que le français et l’anglais garantissent non seulement la communication sociale (à côté des langues identitaires), mais aussi administrative. Tous les actes de l’État devraient être rédigés en français et/ou en anglais.

  • 12 La Réforme universitaire au Cameroun et ses textes complémentaires, Yaoundé, Éditions CEPER, 2006, (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 122.

7À cet égard, le décret présidentiel du 19 janvier 1993 portant sur la réforme universitaire au Cameroun, dans son article 3, alinéa 3 stipule que « les universités contribuent à la promotion des langues nationales et de la pratique du bilinguisme officiel »12. Ce qui est remarquable dans cette décision, c’est le mot « pratique » qui rend compte de la manifestation réelle du bilinguisme officiel prôné par l’État du Cameroun au sein des institutions universitaires. S’agissant des universités créées en 1993, la question linguistique est abordée soit explicitement, soit implicitement dans les décrets relatifs. Dans cette optique, les décrets n° 93/026 du 19 janvier 1993 précisent, dans leur article 2, que les Universités de Dschang, Douala, Ngaoundéré, Yaoundé I et de Yaoundé II ont pour mission de contribuer au développement de « la pratique du bilinguisme »13. L’article 132, alinéa 1 de chaque décret indique que ces universités sont ouvertes aux « étudiants maîtrisant la langue française et anglaise et remplissant les conditions académiques requises telles que définies par la réglementation en vigueur »14. Autant dire que dans ces universités, les deux langues officielles sont supposées être utilisées simultanément, sans exclusion. Les enseignements sont censés être dispensés en anglais et/ou en français et la communication institutionnelle serait réalisée en ces deux langues officielles.

  • 15 Ibid., p. 197.
  • 16 Ibid., p. 219.

8Paradoxalement à la règlementation officielle liée au développement et à la pratique du bilinguisme dans le triangle national, la question linguistique de l’Université de Buea, créée par décret présidentiel n° 93/027 du 19 janvier 1993 reste implicite. Dans son article 1, il est stipulé que « There shall be established a body corporate conceived in anglosaxon tradition by the name of THE UNVERSITY OF BUEA »15. On peut en déduire que, dans cette université, le bilinguisme n’est pas de fait. La langue française n’y serait pas officiellement pratiquée. Ce d’autant plus que l’article 78 de ce même décret précise les conditions d’admission à cette université. De fait, les élèves issus du système linguistique anglophone ayant obtenu le General Certificate of Education Advanced Level peuvent s’y inscrire. Toutefois, dans l’article 79, il est mentionné que « students whose first language of instruction is not English must pass a prescribed English language test »16. On s’aperçoit donc qu’au Cameroun, l’on retrouve deux systèmes linguistiques universitaires : le système bilingue (français/anglais) et le système unilingue (anglais). Il reste à observer, à travers un mode de communication institutionnelle, précisément les E.A., les différents jeux actualisés.

La textualisation de la diglossie17

  • 17 Nous empruntons ce terme à Robert Laffont (1984). Selon lui, la diglossie se manifeste à travers le (...)

9Nous pouvons analyser la distribution des langues dans les E.A. en termes de textualisation selon les environnements sociolinguistiques dans lesquels elles émergent.

Les universités de la zone anglophone

  • 18 N’ayant pas encore un site doté de plusieurs services administratifs, nous avons exclu l’Université (...)

10La région anglophone du Cameroun est dotée de deux universités d’État, à savoir l’Université de Buea créée en 1993, implantée au Sud-Ouest du pays et l’Université de Bamenda récemment créée (2011)18. Nous avons recueilli au total 85 énoncés présentant deux systèmes de combinaison linguistique : les énoncés monolingues et les énoncés bilingues ayant deux modes d’hybridité linguistique : les formes itératives et les formes non itératives. Le tableau suivant présente les statistiques de chaque forme :

Tableau 1 – Distribution linguistique des E.A. de l’Universités de Buea

11À l’Université de Buea, on constate que l’anglais est la langue dominante pour la rédaction des E.A. Quantitativement, nous notons deux énoncés micro-toponymiques rédigés uniquement en français contre 78 cas réalisés en anglais. À côté de ces structures unilingues, on a cinq énoncés itératifs. Les E.A. suivants illustrent ces trois distributions linguistiques :

[1] DÉPARTEMENT DE FRANÇAIS
[2] ALLIANCE FRANCO-CAMEROUNAISE DE BUEA
[3] UNIVERSITÉ DE BUEA
UNIVERSITY OF BUEA
[4] DEPARTMENT OF CHEMISTRY

  • 19 Kouega, Jean Paul., « Uses of English in Southern British Cameroons », English Word-Wide, n° 23, 20 (...)

12Contrairement à ce qu’on peut observer dans les universités de la région francophone, l’anglais est privilégié à l’Université de Buea pour ce qui est de la rédaction des E.A. Cette langue y est représentée à 91,76 %. Sous un angle macro-sociolinguistique, Kouega avait déjà relevé la situation privilégiée de l’anglais dans la partie occidentale du Cameroun, notamment au Sud-Ouest dont le chef-lieu est Buea. Analysant les pratiques linguistiques dans les foyers, entre les voisins, les lieux de service, l’école, les églises, les administrations étatiques et les médias, l’auteur estime que « English is used in the home when speaking with children, it is the major language of instruction in primary school […] English is the language of educated people, the elite of the country »19. Cette situation privilégiée de l’anglais dans la communication sociale apparaît aussi dans les E.A. relevées à l’Université de Buea.

Les universités de la zone francophone

  • 20 Nous n’avons pas tenu compte des données de l’Université de Maroua, car récemment créée, elle est e (...)

13Les E.A. identifiées dans les universités de la zone francophone20 du pays présentent des options linguistiques plus ou moins différentes de celles observées précédemment. C’est ce qu’illustre le tableau suivant :

Tableau 2 – Distribution linguistique des E.A. dans quelques universités en zone Francophone

14Nous remarquons que l’Université de Yaoundé I a vocation à demeurer un véritable micro-environnement linguistique bilingue. Sur 58 énoncés relevés, 18 sont des formes itératives, contre 2 de forme non itérative. Par ailleurs, 35 sont monolingues en français. Nous n’avons trouvé aucun énoncé monolingue en anglais comme c’est le cas à l’Université de Buea. Dans cet environnement francophone, on note la présence des codes linguistiques non officiels dans les E.A., notamment le latin, l’espagnol et l’allemand. C’est ce qu’illustrent les énoncés ci-dessous :

[5] UNIVERSITÉ DE YAOUNDÉ I

FACULTÉ DES ARTS, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES
DÉPARTEMENT DE LANGUES, LITTÉRATURES ET
CIVILISATIONS GERMANIQUES/THE UNIVERSITY OF YAOUNDÉ I DEUTSCHABTEILUNG

[6] DEPARTAMENTO DE ESTUDIOS IBERICOS IBERO-AMERICANOS E ITALIANOS

[7] UNIVERSITÉ DE YAOUNDÉ I
THE UNIVERSITY OF YAOUNDÉ I SAPIENTA-COLLATIVA – COGNITIO

15On constate une fréquence élevée des énoncés itératifs. Nous avons 60,5 % d’énoncés bilingues français/anglais contre 32,75 % de formes monolingues en français et 0 % de formes monolingues anglaises.

16Pour ce qui est de l’Université de Yaoundé II, nous avons quasiment les mêmes structurations linguistiques dans les E.A. : 29 occurrences de formes itératives (dominantes), 2 cas de formes non itératives et 25 énoncés monolingues français contre et 1 énoncé monolingue anglais. Quantitativement, c’est le français qui est davantage employé pour la rédaction des E.A. dans cette université. On note aussi la présence de la langue chinoise :

[8] RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN
PAIX-TRAVAIL-PATRIE
MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
UNIVERSITÉ DE YAOUNDÉ II
INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON
MINISTRY OF HIGHER EDUCATION
PEACE-WORK-FATHERLAND
UNIVERSITY OF YAOUNDE II
INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON
CONFUCIUS INSTITUTES AT THE UNIVERSITY OF
YAOUNDÉ II IN CAMEROON
[VERSION CHINOISE REPRENANT L’ÉNONCÉ SUIVANT :
CONFUCIUS INSTITUTES AT THE UNIVERSITY OF YAOUNDÉ II IN CAMEROON]

17Quant à l’Université de Dschang, nous avons relevé 10 cas d’énoncés bilingues français/anglais contre 4 occurrences monolingues françaises et 1 occurrence monolingue anglaise. Les E.A. relevées à l’Université de Douala sont en majorité monolingues. Sur 22 cas, 21 sont rédigés en français contre 1 qui est non itératif bilingue. Enfin, l’Université de Ngaoundéré apparaît comme le creuset de la francographie liée à la rédaction des E.A. Sur les 14 énoncés relevés, il existe 1 cas de forme bilingue contre 13 énoncés monolingues français. Ces chiffres montrent que le français est privilégié consciemment ou inconsciemment par les autorités administratives dans la rédaction des E.A. La description quantitative des E.A. au sein de quelques universités d’État étant faite, il reste à mettre en exergue les enjeux liés à ces options linguistiques.

Le poids des langues dans les E.A. : pour quels enjeux ?

18Globalement, il apparaît que les universités d’État du Cameroun constituent des micro-environnements où le bilinguisme officiel français/anglais s’observe, selon les exigences socio-institutionnelles. Quantitativement, il ressort que le français occupe une position dominante dans les institutions universitaires de la zone francophone et l’anglais dans celle de la partie anglophone. Le poids linguistique observé à travers les E.A. peut donc être consécutif à plusieurs facteurs.

  • 21 Nous n’avons pas d’informations précises pour déterminer cette source énonciative.
    Toutefois, nous (...)

19Si l’on s’en tient aux différentes structurations linguistiques analysées, on dira que ces dernières ont une fonction altéritaire dans la mesure où il semble y avoir une interaction verbale entre la source énonciative21 (décideurs institutionnels) et l’environnement social qui constituerait le pôle du récepteur. Nous postulerons que l’élaboration des E.A. serait influencée par la communauté socio-discursive qui paraît dominante dans ces institutions universitaires, occultant parfois les exigences de la communication sociale et les lois constitutionnelles portant sur la promotion du bilinguisme. Le choix privilégié de l’une ou de l’autre langue est au service de la construction des espaces interactifs, appréhendés comme

  • 22 Vion, Robert, La communication verbale. Analyse des interactions, Paris, Hachette, 1992, p. 112.

la relation interlocutive […] actualisée, donc construite, par la co-activité des sujets. [Il] se construit à tout moment dans et par les activités discursives, les choix lexicaux, les attitudes, les manières de s’impliquer ou d’interpeller. Tout choix lexical [et linguistique], par exemple, du fait de l’existence de connotations et de registres de langue, implique une mise en scène de l’énonciateur et une prise en compte de l’interlocuteur, donc une mise en place de relation.22

20Quoi qu’il en soit, le choix linguistique reflète la composante sociale institutionnelle qui prédomine dans les différentes universités d’État du Cameroun. Le principe d’altérité est au cœur des modes de structurations linguistiques. Et si les universités d’État du Cameroun doivent être le creuset ou le foyer de la pratique du bilinguisme officiel prôné par la loi fondamentale et les différents décrets de leur création, les observables que nous avons analysés révèlent que ce bilinguisme n’y est guère respecté. Les frontières sociolinguistiques initiées par les pays mandataires (France et Grande-Bretagne) subsistent, malgré la volonté du pouvoir politique à homogénéiser les pratiques linguistiques institutionnelles. Les universités de la zone francophone présentent des E.A. rédigées majoritairement en français, soit 57 %, tandis que dans la région anglophone, l’anglais est utilisé à 91,76 %.

  • 23 Cette revendication et ce marquage identitaire s’observent aussi à d’autres niveaux, notamment l’or (...)

21S’agissant de la pratique du bilinguisme, les E.A. des régions francophones représentent 34,11 % alors que dans la région anglophone, elle est de 5 %. En revanche, dans les structures monolingues, l’anglais représente 1,17 % contre 2,35 % de l’usage monolingue du français en zone anglophone. Cette distribution linguistique relève des choix des autorités administratives universitaires, précisément le service de la communication. Ces choix sont consécutifs, soit à la conscience et au respect du bilinguisme officiel, soit à l’inconscience ou au rejet de l’une des deux langues officielles du pays. De ce fait, on aboutit à la volonté de revendication de l’identité anglophone ou francophone de ces universités23. Si l’on est dans la partie francophone, tout laisse croire qu’il y a des intentions d’anglophobie ; de même, dans la zone anglophone, on pourra parler de la francophobie. Elles peuvent être volontaires ou involontaires. L’identité sociolinguistique ambiante semble donc influencer les pratiques linguistiques institutionnelles qui apparaissent sur les E.A. Outre la revendication et/ou le marquage de l’identité sociolinguistique en milieu universitaire, les pratiques linguistiques bilingues ou trilingues observées peuvent rendre compte de la fonction symbolique manifestée non seulement par des pratiques socio-langagières, mais aussi par la complexité linguistique dans la communication administrative.

22Dans certaines E.A., nous avons relevé des structures itératives révélatrices de la prise en compte du bilinguisme officiel et des structures non itératives. Les formes non itératives jouent le rôle symbolique du bilinguisme français/anglais dans les universités de la zone francophone et/ ou anglophone. Dans ces conditions, l’accent n’est pas mis sur l’efficacité communicationnelle qui aurait nécessité des formes itératives des énoncés pour pouvoir atteindre les deux communautés sociales, notamment les communautés anglophone et francophone. Le pôle énonciatif se contente de donner simplement une coloration bilingue aux E.A.

23Pour ce qui est de la présence des langues étrangères non officielles au Cameroun, nous avons noté l’usage du latin, de l’allemand, de l’espagnol et du chinois. S’agissant du latin, il semble jouer un rôle purement symbolique, connotant la tradition classique universitaire. C’est pourquoi il intervient dans la formulation de la devise de l’Université de Yaoundé I :

[9] UNIVERSITÉ DE YAOUNDÉ I
SAPIENTA COLLATIVA COGNITIO THE UNIVERSITY OF YAOUNDE I

24Par contre, l’espagnol, l’allemand et le chinois constituent un marquage linguistique lié à la coopération internationale Cameroun/Espagne, Cameroun/ Allemagne et Cameroun/ Chine, axée sur des échanges scientifiques (apprentissage des langues) et diplomatiques. L’apparition de ces langues à valeur symbolique montre à suffisance que le Cameroun, ex-pays mandataire français et britannique, à l’ère de la mondialisation est en train de subir des mutations linguistiques corrélées aux paramètres socio-politiques qui riment avec les enjeux de l’universalisme et de la coopération internationale. À cet égard, le paysage communicationnel camerounais devient de plus en plus complexe au niveau des pratiques linguistiques/langagières institutionnelles. Même si la Constitution du Cameroun accorde le statut de langues officielles à l’anglais et au français (qui assurent la communication administrative et sociale), il faut désormais faire valoir le statut symbolique des langues étrangères non officielles qui renforcent, reflètent et favorisent les migrations, les mobilités et l’intégration sociale dans une perspective diplomatique.

25À l’entame de cette étude, nous avons déterminé l’appareil théorique et méthodologique y afférent. Les données constituées dans les universités d’État du Cameroun nous ont permis de jeter un regard analytique sur un mode de communication institutionnel. Le résultat en est que le bilinguisme officiel n’est pas effectivement textualisé. Nous avons plutôt une prédominance des langues officielles selon l’écologie linguistique prééminente. Le français est prioritairement employé pour la rédaction des E.A. des universités de la zone francophone, tandis que l’anglais apparaît privilégié pour la rédaction des E.A. en contexte anglophone (Université de Buea). Il s’agit donc d’une diglossie administrative bilingue inhérente à la communication institutionnelle. Les deux langues officielles du Cameroun font voir les frontières linguistiques, sociales et, par ricochet, culturelles (mises en œuvre par les deux puissances mandataires) majoritaires dans les universités d’État du Cameroun. Le fonctionnement des E.A. mis en exergue suscite donc des interrogations liées à l’applicabilité des décisions législatives concernant la pratique du bilinguisme dont l’enjeu est le marquage de la double identité linguistique du Cameroun devant renforcer l’unité nationale.

Notes

1 Bitjaa Kody Zachée Denis rappelle fort opportunément ces méthodes en citant les propos du haut-commissaire, Jules Carde, adressés le 11 octobre 1921 aux chefs des circonscriptions administratives coloniales : « il faut donc de toute nécessité que vous suiviez avec le plus grand soin le plan de campagne que je vous ai tracé, que vous coordonniez vos efforts, tous les efforts et que le défrichement méthodique et bien concerté (des autres langues) se poursuive sans hâte comme sans arrêt », « Problématique de la cohabitation des langues », in Mendo Ze, Gervais (dir.), Le français, langue africaine. Enjeux et atouts pour la Francophonie, Paris, Publisud, 1999, p. 83-84.

2 Loi n° 96/06 du 18 janvier 1996 portant révision de la Constitution du 2 juin 1972, p. 8.

3 Pischari, Jean, Essai de grammaire historique néo-grecque, Éditions Ernest Leroux, 1886, 308 p.

4 Nous n’avons pas la prétention de nous lancer dans le débat concernant la différence et/ou l’équivalence conceptuelle des notions de diglossie et de bilinguisme. Nous avons adopté le modèle diglossique lié au bilinguisme institutionnel pour des exigences conceptuelles liées à notre étude.

5 Prudent, Lambert-Féli, « Diglossie et interlecte », Langage, n° 61, 1981, p. 22.

6 Plusieurs paramètres stimulent ce rapport conflictuel dans une société. Dans cette logique, Marcais fait valoir que « là où deux peuples parlant deux langues vivent côte à côte et se mêlent étroitement, si l’un conçoit, ordonne et distribue des salaires et que l’autre exécute, obéit et vit de ces salaires, il faut s’attendre à ce qu’à la longue les dirigés, les salariés, trouvent plus d’intérêt et soient plus portés à acquérir quelques usages de la langue des directeurs, des salariants, que ceux-ci à apprendre le parler de leurs subordonnés, de leurs employés », « La diglossie arabe », in L’enseignement public, Revue pédagogique, tome CIV, n° 12, 1930, p. 39.

7 Fishman, Joshua, Sociolinguistique, Labor et Nathan, 1971, p. 88

8 Pour Henri Boyer, il s’agit d’une approche « sociolinguistique qui considère que la coexistence de deux ou de plusieurs langues en un même lieu n’est jamais vraiment égalitaire et qu’il y a toujours « compétition », « Conflit d’usage, conflit d’images », in Boyer, Henri (dir.), Plurilinguisme : « contact » ou « conflit » de langues ?, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 9.

9 Présentant l’opposition entre le bilinguisme et la diglossie, Marinette Matthey et Jean-François De Pietro montrent que le modèle diglossique est lié à une approche macrosociolinguistique dans une dynamique conflictuelle alors que le modèle bilinguiste est d’obédience microsociolinguistique, « La société plurilingue : utopie souhaitable ou domination acceptée », in Boyer, Henri (dir.), op. cit., p. 136.

10 À cause des contraintes éditoriales, nous n’avons pas pu présenter en annexe toutes les occurrences des E.A. relevées dans les universités d’État du Cameroun.

11 Marien, Bruno et Beaud, Jean-Pierre, Guide pour l’utilisation de la statistique en recherche : le cas des petits échantillons, Réseau Sociolinguistique et Dynamique des langues, AUF, 2003, p. 3.

12 La Réforme universitaire au Cameroun et ses textes complémentaires, Yaoundé, Éditions CEPER, 2006, p. 23.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 122.

15 Ibid., p. 197.

16 Ibid., p. 219.

17 Nous empruntons ce terme à Robert Laffont (1984). Selon lui, la diglossie se manifeste à travers les textes littéraires. Par extension, nous pouvons la percevoir dans les discours médiatiques ou communicationnels, socialisés ou institutionnalisés comme les E.A. que nous étudions. Laffont, Robert, « Pour retrousser la diglossie », Lengas, n° 15, 1984, p. 5-36.

18 N’ayant pas encore un site doté de plusieurs services administratifs, nous avons exclu l’Université de Bamenda dans ce travail. Jusqu’à présent, elle n’a que deux établissements : la faculté de Médecine et de Sciences biomédicales (FMSB) et l’École normale supérieure de l’Enseignement technique (ENSET).

19 Kouega, Jean Paul., « Uses of English in Southern British Cameroons », English Word-Wide, n° 23, 2002, p. 111.

20 Nous n’avons pas tenu compte des données de l’Université de Maroua, car récemment créée, elle est en cours d’implantation et n’a que deux établissements : l’École normale supérieure (ENS) et l’Institut supérieur du Sahel (ISS).

21 Nous n’avons pas d’informations précises pour déterminer cette source énonciative.
Toutefois, nous pensons que les autorités administratives universitaires en sont responsables, notamment le service de l’information et de la communication.

22 Vion, Robert, La communication verbale. Analyse des interactions, Paris, Hachette, 1992, p. 112.

23 Cette revendication et ce marquage identitaire s’observent aussi à d’autres niveaux, notamment l’organisation des unités d’enseignement dans des universités à caractère bilingue. C’est le cas de l’Université de Yaoundé I et de Dschang où le français et l’anglais sont censés être utilisés en fonction du choix de l’enseignant. Dans ces contextes, l’on constate que le français occupe une place dominante.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 – Distribution linguistique des E.A. de l’Universités de Buea
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Tableau 2 – Distribution linguistique des E.A. dans quelques universités en zone Francophone
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35232/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35232/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35232/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteur

Université de Yaoundé I, Cameroun

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search