Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

La dénomination des établissements d’enseignement secondaire de la ville de Yaoundé : une présence active de la culture française

Barnabé Mbala Ze

Texte intégral

1L’institution scolaire en Afrique noire francophone en général et au Cameroun en particulier apparaît comme le lieu mythique et symbolique de la consolidation de la culture française. Le contexte général de cette aire géographique est dominé par un plurilinguisme généralisé qui a favorisé l’adoption du français comme langue officielle et langue de scolarisation. C’est sans doute avec responsabilité que l’institution scolaire assume cet héritage. D’où la présence de nombreux signes d’une acculturation vécue non comme un joug colonial, mais comme un legs ou mieux un patrimoine qu’on conserve jalousement, dans le sens bien compris de la dynamique de l’interculturalité. Cette assertion trouve son fondement dans la dénomination des établissements secondaires de la ville de Yaoundé où les Victor Hugo, Jean Jaurès, Montesquieu, Baudelaire et autres François-Xavier Vogt, Frantz Fanon, Meyong Meyeme, Ebanda, La Retraite, le Sillon… côtoient allègrement les lycées publics désignés par les noms de leurs localités d’implantation. Quelle signification particulière peut prendre l’onomastique en contexte plurilingue ? Comment l’onomastique arrive-t-elle à concilier les deux exigences de l’enseignement du français au Cameroun, à savoir l’enracinement culturel et l’ouverture au monde dans la perspective féconde de la civilisation de l’universel si chère à Senghor ? Subsidiairement, le public scolaire est-il conscient des enjeux de la nomination exclusivement en français ou bi-plurilingue ? Cette étude va s’appuyer sur une analyse descriptive des données collectées sur le terrain afin de vérifier l’hypothèse selon laquelle le phénomène langagier et culturel de la nomination ou de l’appellation d’un établissement ne relève pas de la gratuité, mais emporte l’idée d’une motivation toponymique, idéologique et culturelle.

La structure des noms des établissements d’enseignement secondaire

2Le Cameroun est généralement cité comme un pays tout particulier, au regard de sa diversité culturelle et de cette situation de plurilinguisme généralisé qui le classe comme la « première tour de Babel d’Afrique ». L’environnement plurilingue est marqué par la coprésence de tous les éléments culturels et linguistiques de l’histoire d’un pays qui a connu la triple colonisation allemande, britannique, française et qui par-dessus le marché compte près de trois cents langues. Ces diverses influences et interférences sont bien visibles et lisibles au niveau des noms des établissements d’enseignement secondaire du pays et notamment ceux de la ville de Yaoundé, la capitale dont le choix relève de notre convenance personnelle. L’approche que nous adoptons est une approche structurale qui vise à déconstruire la carte scolaire de Yaoundé pour en montrer la subtilité et trouver des éléments de l’ensemble qui s’inscrivent dans la logique de ce colloque.

Problèmes de terminologie

3Au Cameroun comme dans la plupart des pays francophones d’Afrique noire, on utilise les termes de lycée, collège, institut et institution dans une acception qui ne cadre pas toujours avec le français de l’Hexagone. Les textes officiels et la pratique veulent que le concept de lycée ne réfère qu’aux établissements publics et ne développe aucune opposition d’avec le collège au sens français du terme (établissement de premier cycle). Les lycées d’enseignement général regroupent généralement les élèves de la 6e à la terminale. On peut comprendre aisément que le désir des pouvoirs publics d’accroître l’offre de formation les aient amenés à privilégier le regroupement des premier et second cycles sous l’appellation de lycée. Mais on trouve encore dans les petites agglomérations des collèges au sens strict du terme, sous la dénomination de collège d’enseignement secondaire, en abrégé CES.

  • 1 Guillou, M., « Progrès ou déclin de la Francophonie. Les enjeux de la langue seconde », in Une Fran (...)

4Il convient de préciser que l’État n’a pas le monopole du concept de collège. La majorité des établissements privés d’enseignement secondaire général ou professionnel porte le nom de collège. Ici, on a affaire à des cycles complets, c’est-à-dire de la 6e à la terminale pour l’enseignement général et de la 1re année à la terminale pour l’enseignement technique. D’autres promoteurs des établissements privés préfèrent les termes d’institut, d’institution et dans une proportion très réduite celui de complexe scolaire. Ces emplois sont effectivement conformes aux traditions françaises et ne subissent pas la même variation diatopique que lycée et collège. On peut déjà entrevoir un des aspects fondamentaux de l’appropriation du français en francophonie multilatérale pour emprunter un syntagme cher à Michel Guillou dans Une Francophonie différentielle1. C’est tout à fait concevable qu’une langue soit dynamique tout en respectant un minimum de règles qui fondent la norme dite standard, bien que celle-ci cache parfois des compromis sous-jacents. Le plus important c’est que la langue soit véhiculaire et atteste d’une copropriété des locuteurs aux cultures diverses, dans le prolongement de ce que Dominique Schnapper de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) affirmait :

  • 2 Ibid., p. 162.

La langue est le lieu et l’instrument de la mémoire collective et de la continuité historique, qu’il s’agisse de l’ethnie ou de la nation.
Même si l’individu se prétend fondamentalement autonome, s’il semble avoir perdu le sens de l’appartenance totale à une communauté concrète, il n’ignore pas pour autant le besoin de s’identifier à un collectif, de participer à une culture, que, par-delà la finitude du destin de chaque individu, les générations puissent se transmettre l’une à l’autre.2

5D’une manière générale, les concepts référant à l’institution scolaire (lycée, collège, institut, institution, complexe scolaire) ne gênent pas l’intercompréhension francophone. A contrario, ils participent de la vitalité linguistique du français dans ses fonctions et usages officiels.

Quelques noms des établissements d’enseignement secondaire

6La ville de Yaoundé compte près d’une centaine d’établissements d’enseignement général et technique aux noms aussi évocateurs les uns que les autres. On est en présence d’une cohabitation pacifique entre les collèges Shakespeare, Frantz Fanon, Jean Tabi, etc. Dans la liste générale, les lycées se démarquent des collèges et instituts en ce sens qu’ils sont rattachés à des lieux précis que sont les différents quartiers de la capitale ainsi qu’on peut le voir dans le tableau ci-après :

7En observant cette liste, on se rend compte que la désignation de l’établissement public est calquée sur la structure : nom générique (lycée) + toponyme ou nom générique (lycée) + adjectif (technique ou bilingue) + toponyme. Ce phénomène ne relève pas du hasard, car c’est de la carte scolaire dont il est question, c’est-à-dire d’une offre d’éducation et de formation en conformité avec la pression démographique de la capitale. Seul un établissement public, le lycée Général Leclerc, le plus ancien de Yaoundé, présente une structure appellative différente : nom générique (lycée) + anthroponyme (Leclerc). Ce dernier s’inscrit fort pertinemment dans les enjeux de cette étude sur la présence francophone en milieu multilingue.

8À l’opposé des établissements publics, les collèges et instituts privés offrent une gamme diversifiée de dénominations. La question de la localisation dans un quartier précis est reléguée au second plan, ainsi que permet de le constater le tableau synoptique suivant :

9La structure des noms des collèges et instituts privés semble de toute évidence plus complexe que celle des lycées publics. On peut relever à titre illustratif :

  1. nom générique (collège/institut) + anthroponyme camerounais (Jean Tabi, Matamfen, Bella Hassan, Mbe) liés à l’histoire personnelle des promoteurs ;
  2. nom générique (collège/institut) + anthroponyme anglo-saxon ou allemand (Shakespeare, Fleming, Sigmund Freud) ;
  3. nom générique (collège/institut) + anthroponyme religieusement connoté (Benoît XVI, Vogt, Mgr Jean Zoa, Jésus Marie) ;
  4. nom générique (collège/institut) + hagionyme (Olive, Madeleine, sainte Thérèse) ;
  5. nom générique (collège/institut) + adjectif religieusement connoté (adventiste) ;
  6. nom générique (collège/institut) + nom commun français en apposition (la rosière, les sapins) ou nom commun français complément déterminatif (de l’excellence) ;
  7. nom spécifique belge (athénée) + nom commun savant (la sapience)
  8. nom générique (collège/institut) + anthroponyme français célèbre (La Fontaine, Montesquieu, Larousse, Victor Hugo, Jean Jaurès, Charles Baudelaire).

10À ce 8e cas de figure attestant de la culture française, s’ajoute l’unique exemple enregistré au niveau des lycées : nom générique (lycée) + anthroponyme français célèbre (Général Leclerc). C’est un phénomène tout à fait pertinent qu’il convient cependant d’interroger en tant que message encodé. Que signifient tant de noms d’écrivains de renommée et d’hommes politiques remarquables ?

Des noms français : présence conviviale et rémanence culturelle

11La diversité culturelle que l’on observe dans l’appellation des établisse ments secondaires à Yaoundé n’est pas un phénomène linguistique fortui Nommer, désigner ne saurait être des faits hasardeux. Il s’agit en réalité de choix conscient aux multiples aspects psychologiques, historiques et mythiques. Le nom c’est le verbe dynamique et incarné. On peut comprendre toute l’importance que les études onomastiques suscitent depuis la 2e moitié du XXe siècle. L’onomastique s’est scindée en autant de branches qu’il y a de préoccupations liées aux noms de personnes (anthroponymie avec ses sous-composantes la patronymie et la matronymie), de lieux (toponymie), de rivières (hydronymie), de montagnes (oronymie), de rues (odonymie), de saints (hagionymie), de dieux (théonymie), de langues (glossonymie ou glottonymie), etc.

  • 3 Vogt, F.-X., in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

12S’agissant de manière spécifique des établissements d’enseignement secondaire de Yaoundé, ils arborent des noms de célébrités donnés à dessein, en hommage pour les services rendus au Cameroun. C’est le cas de Mgr François-Xavier Vogt3, administrateur apostolique puis 1er vicaire apostolique de Yaoundé en 1931, né le 3 décembre 1870 à Malenheim en Alsace sous domination allemande et mort à Yaoundé le 4 mars 1943. Il fonda le collège qui porte son nom, et cet établissement, de manière constante, se classe en tête du palmarès de l’Office du baccalauréat du Cameroun. Il y a là comme un devoir de mémoire, car l’immense œuvre de cet homme d’Église se reflète dans la qualité de la formation des premières élites intellectuelles et politiques camerounaises.

  • 4 Jaurès, J., in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

13L’hommage à l’homme d’Église ne cache pas celui rendu aux hommes politiques d’envergure, à l’instar de Jean Jaurès4 (de son nom officiel de Paul Auguste Marie Joseph Jean Léon Jaurès), né à Castres le 3 septembre 1859 et mort assassiné à Paris le 31 juillet 1914. Jaurès est connu comme brillant normalien, major de sa promotion devant une autre célébrité : Henri Bergson. En politique, il s’est illustré par un engagement franc en faveur des pauvres, s’est opposé à la colonisation et a œuvré à l’émergence de l’enseignement privé. En outre, il a créé le grand quotidien L’Humanité qu’il dirigea jusqu’à sa mort. Au regard de ce profil, il apparaît tout à fait naturel que son nom emblématique soit adopté par un promoteur d’établissement privé.

  • 5 Général Leclerc, in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

14Le premier établissement public de Yaoundé, le lycée Général Leclerc, porte le nom d’un officier général célèbre, Philippe Marie de Hauteclocque dit Leclerc5, maréchal de France, né le 22 novembre 1902 à Belloy-Saint Léonard et mort le 28 novembre 1947 à Colomb-Béchar en Algérie. Le général Leclerc est l’officier général le plus connu au Cameroun après le général de Gaulle. Les livres d’histoire du Cameroun lui réservent une place de choix. On sait que Leclerc quitte l’Angleterre, où il a rejoint le général de Gaulle, pour le Cameroun le 6 août 1940 et vingt jours plus tard, il arrive à Douala en pirogue. Il subjugue les autorités fidèles au gouvernement de Vichy et parvient à rallier le Cameroun, le Congo et le Tchad à la cause de la France libre sous le haut commandement de Félix Éboué, premier gouverneur noir de l’Afrique équatoriale française. Leclerc incarne la bravoure et l’audace d’un militaire de carrière issu d’un milieu aisé. C’est le libérateur de Strasbourg et de Paris. Pour la petite histoire, il s’était auto-proclamé colonel et de Gaulle n’a fait que confirmer ce grade plus tard.

  • 6 De La Fontaine, J., in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

15Si l’institution scolaire peut témoigner de sa reconnaissance aux hommes d’Église, aux hommes politiques et aux grands hommes des forces de l’ordre, il y a tout de même lieu de relever que sa prédilection a toujours été pour les penseurs et les écrivains. C’est tout à fait un mariage d’amour et de raison. Un des traits fondamentaux de ce qu’on appelle communément la culture réside dans la parfaite connaissance des grands auteurs et des philosophes de renom qui ont su prôner, par leurs œuvres, l’avènement d’une aristocratie intellectuelle, garante de la démocratie et du progrès. Parmi ces constellations qui brillent sur le ciel de Yaoundé, il y a Jean de La Fontaine6, l’un des écrivains français popularisé à souhait dans le monde francophone. Il est né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry et mort à Paris le 13 avril 1695. Moraliste et fabuliste, poète, dramaturge et romancier, Jean de La Fontaine a laissé à la postérité des vers d’une beauté plastique qui sont devenus à la limite des proverbes et des arguments d’autorité. De l’école maternelle à l’université, en passant par les collèges et lycées, les petites phrases de La Fontaine continuent de baliser les chemins de la sagesse. Qui peut prétendre avoir oublié Le corbeau et le renard, « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute » ; Le loup et l’agneau, « Si ce n’est toi, c’est donc ton frère », « La raison du plus fort est toujours la meilleure » ; Le petit poisson et le pécheur, « Un tien vaut mieux que deux tu l’auras » ? Le fabuliste exceptionnel a fini par être admis à l’Académie française au terme d’une élection tumultueuse. En tout cas, cette reconnaissance de la France lui était due !

  • 7 Larousse, P., in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

16Une autre figure de proue atteste de la culture française des promoteurs d’établissements, c’est celle de Larousse. En effet Pierre Larousse7, le plus connu des lexicographes français, naquit le 23 octobre 1817 à Toucy dans l’Yonne et mourut le 3 janvier 1875 à Paris. Le Petit Larousse, Le Petit Larousse illustré, Le Nouveau Larousse illustré sont autant de publications qui font le bonheur des jeunes apprenants presque sous tous les cieux du vaste espace francophone. Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1866-1877) demeure une référence d’un travail de fourmi mené de main de maître par un chercheur talentueux et sagace. Larousse c’est aussi une anecdote qui pourrait, si elle était détachée de la doxa du XIXe, irriter plus d’un partisan de SOS Racisme. On lui attribue une définition du « Nègre » qui a dû réjouir plus d’un raciste :

  • 8 Larousse, P., article consulté sur Wikipedia, p. 4.

C’est en vain que quelques philanthropes ont essayé de prouver que l’espèce nègre est aussi intelligente que l’espèce blanche. Un fait incontestable et qui domine tous les autres, c’est qu’ils ont le cerveau plus rétréci, plus léger et moins volumineux que celui de l’espèce blanche. Mais cette supériorité intellectuelle qui selon nous ne peut être révoquée en doute, donne-telle aux Blancs le droit de réduire en esclavage la race inférieure ? Non, mille fois non. Si les nègres se rapprochent de certaines espèces animales par leurs formes anatomiques, par leurs instincts grossiers, ils en diffèrent et se rapprochent des hommes blancs sous d’autres rapports dont nous devons tenir grand compte. Ils sont doués de la parole, et par la parole nous pouvons nouer avec eux des relations intellectuelles et morales, nous pouvons essayer de les élever jusqu’à nous, certains d’y réussir dans une certaine limite.8

17En somme, Larousse reste une figure dominante et attrayante de par son immense œuvre au service de la lexicographie et de l’édition. Ses bourdes ne sauraient choquer outre mesure.

18Dans la foulée des grands écrivains célébrés à Yaoundé, on ne saurait oublier Montesquieu. Un des plus anciens collèges privés de la capitale porte fièrement le nom prestigieux de ce Bordelais. De son nom d’état civil Charles-Louis de Secondat, Montesquieu naît le 18 janvier 1689 à La Brède et il meurt le 10 février 1755 à Paris. Son œuvre romanesque est bien connue et diffusée, car les anciens programmes ont eu en bonne place et pendant des décennies les Lettres persanes. Montesquieu est bien connu aussi comme philosophe progressiste qui a fait avancer le débat sur la séparation des pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif, base de toute démocratie républicaine. Montesquieu s’est montré très critique vis-à-vis des esclavagistes. Dans une diatribe restée inoubliable, il tourne en dérision les arguments avancés pour légitimer l’esclavage :

  • 9 Montesquieu, article consulté sur Wikipedia le 13 septembre 2011, p. 6-7.

Si j’avais à soutenir le droit que nous avons de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais : les peuples de l’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique pour s’en servir à défricher tant de terres. Le sucre serait trop cher, si l’on faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves. Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu’il est presque impossible de les plaindre. On ne peut pas se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout bonne, dans un corps tout noir.9

19Enfin, pour beaucoup de connaisseurs, Montesquieu incarne l’essor de la franc-maçonnerie française qui a réussi à accélérer le développement prodigieux de la région de Bordeaux et la mise à mort de la traite négrière. L’esprit des Lumières en tout cas a favorisé la remise en cause de moult pratiques et idées reçues.

20Voltaire s’inscrit dans la lignée des humanistes qui ont inlassablement œuvré à l’avènement d’une humanité nouvelle. François Marie Arouet dit Voltaire est né le 21 novembre 1674 à Paris où il est mort le 30 mai 1778. C’est le porte-étendard des Lumières et le plus grand défenseur de la liberté religieuse. De nombreuses générations d’élèves et d’étudiants au Cameroun connaissent par cœur de longs passages des Lettres philosophiques ou de Candide. Séduit par le philosophe anglais John Locke lors de son exil londonien, Voltaire va prôner le libéralisme et mener un combat sans merci contre le fanatisme et l’intolérance religieux. L’auteur du Dictionnaire philosophique (1764) est aussi remarquable par ses prises de position sur le Beau, lesquelles annonçaient le triomphe du romantisme au siècle suivant :

  • 10 Voltaire, article consulté sur Wikipedia le 13 septembre 2011, p. 14.

Demandez à un crapaud ce que c’est que la beauté, le grand beau, le to kalon. Il vous répondra que c’est sa crapaude avec deux gros yeux ronds sortant de sa petite tête, une gueule large et plate, un ventre jaune, un dos brun. Interrogez un nègre de Guinée ; le beau est pour lui une peau noire, huileuse, des yeux enfoncés, un nez épaté.
Interrogez le diable ; il vous dira que le beau est une paire de cornes, quatre griffes, et une queue. Consultez enfin les philosophes, ils vous répondront par du galimatias ; il leur faut quelque chose de conforme à l’archétype du beau en essence, au to kalon.10

21Cette réflexion esthétique assure aisément le passage au XIXe siècle par l’immortalisation de la figure emblématique du touche-à-tout-de génie de la littérature française : Victor Hugo. Il naît à Besançon le 26 février 1802 et meurt à Paris le 22 mai 1885, au terme d’une vie bien remplie et marquée par des prodiges inénarrables. Tout chez Hugo participe d’un génie exceptionnel, tout chez Hugo se raconte au superlatif. Poète, dramaturge, romancier, essayiste, dessinateur, photographe, homme politique d’envergure, Hugo est tout la légende du XIXe siècle. Le Dernier jour d’un condamné qu’il écrivit pour prendre position contre la peine de mort est resté une dizaine d’années au programme de la classe de 1re au Cameroun. Qui est près d’oublier Les Châtiments, œuvre satirique d’une tonalité émouvante et terrifiante ?

22Hugo avait aussi des convictions religieuses. Bien qu’élevé par un père franc-maçon et une mère athée, Hugo s’est forgé l’idée d’un Dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et toujours débordant d’amour. Cependant, Hugo qui n’a jamais été baptisé se refusait à toute allégeance à une quelconque religion. Homme d’ouverture, il s’est intéressé à d’autres religions telles que l’islam et les religions occidentales. Son attitude vis-à-vis des grandes questions coloniales est restée ambiguë.

23Sur la question européenne, Hugo apparaît comme un précurseur de l’Union actuelle. Au congrès de la paix en 1849, il déclare comme par prémonition :

  • 11 Hugo, V., article en ligne, in Wikisource « Discours au congrès », p. 3.

Un jour viendra où vous France, vous Russie vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne, absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l’Alsace, toutes nos provinces, se sont fondues dans la France. Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d’un grand sénat souverain qui sera à l’Europe ce que le parlement est à l’Angleterre, ce que la diète est à l’Allemagne, ce que l’assemblée législative est à la France.11

24D’une manière générale, la culture française reste très présente dans tous les actes de la vie au Cameroun. C’est le fruit d’une histoire coloniale dont les faiblesses sont transformées en ressources pour un monde non plus du passé mais en devenir. La dénomination des établissements secondaires, objets de cette étude, reflètent à merveille une cohabitation et une diversité culturelle qui peuvent oublier d’autres enjeux cachés derrière telle ou telle dénomination.

Dénomination des établissements : enjeux implicites

25La première dimension cachée du nom d’un établissement, qu’il soit commercial scolaire ou universitaire, c’est son mythe sui-référentiel, c’est-à-dire centré sur lui-même. L’histoire inhérente à chaque affichée peut être sans doute inconnue du grand public. Seul le promoteur d’un établissement semble détenir la clé de lecture du nom choisi. Voltaire, Montesquieu, Jean Jaurès, Victor Hugo, voilà autant de signifiants onomastiques qui forcément ne renvoient pas aux mêmes signifiés. Là où certains voient en eux la valeur du travail, de l’effort, de l’audace et du génie, d’autres peuvent supputer sur la dimension ésotérique ayant caractérisé les personnages historiques immortalisés par la dénomination des établissements. Le choix du nom réfère alors à l’implicite, à la sous-entente et à la présupposition. Savoir apprécier la pertinence de tel ou tel nom d’une célébrité présuppose une compétence tout à fait avérée qui habilite le destinataire à comprendre le message que lui adresse le destinateur.

26Cette allusion à Roman Jakobson débouche à coup sûr sur une dimension non moins négligeable du nom d’un établissement. Bien que l’éducation ne soit pas un produit marchand au Cameroun, il ne faut pas se leurrer, le choix des noms des collèges et des instituts privés participe d’un souci évident d’accroche commerciale. Le nom d’un grand écrivain, d’une figure historique est en quelque sorte une enseigne commerciale publicitaire. L’annonceur reste tout à fait en retrait et dissimule le message implicite sous le nom d’un personnage historique dont on vend la célébrité. Des devises complètent la vocation persuasive de l’effet d’annonce : ora et labora (prie et travaille) ; aere perennius (dur comme l’airain) ; discipline, assiduité et succès, etc. L’établissement portant le nom d’un grand homme sort ainsi du champ de la culture pour intégrer celui de l’annonce forte aux fins de persuasion de la clientèle de parents et d’élèves. C’est à juste titre que Marc Bonhomme pense que le discours publicitaire sérieux peut être d’une certaine cohérence et d’une crédibilité plus ou moins établie :

  • 12 Bonhomme, M., « Du genre au type publicitaire : entre macro-actes et méta-actes de langage », Champ (...)

La croyance dans le contenu propositionnel exprimé, la production d’un énoncé représentant une certaine réalité et répondant à une certaine sincérité, elles comportent de nombreuses zones floues : connotations multiples, oscillations entre jugements de fait et jugements de valeur, entre qualités réelles et qualités imaginaires des produits… En fait, les assertions publicitaires sont avant tout des constructions discursives visant à naturaliser et à crédibiliser une dénotation invariablement positive, partielle et partiale des produits présentés.12

  • 13 Nicole, E., « L’onomastique littéraire », Poétique n° 54, Paris, Le Seuil, 1983, p. 234.
  • 14 Molino, J., « Le nom propre dans la langue », Langages n° 66, Paris, Larousse, 1983, p. 13.

27Au-delà de la dimension mythique et publicitaire, le nom d’un établissement pourrait également renvoyer au débat sur les fonctions onomastiques classiques : identifier, classer et signifier. Nous sommes ici à un niveau sémiotique tout à fait particulier qui permet d’affirmer que le nom sert d’abord à identifier un être ou une chose. C’est d’ailleurs cette unique fonction que certains linguistes de la lignée de Stuart Mill et de Roman Jakobson ont retenue, déniant ainsi au nom propre toute connotation, pour ne voir en lui, ainsi que le rappelle Eugène Nicole13, qu’une étiquette « dont toute la signification s’épuise dans sa réalité phonique », selon l’heureuse formule de Jean Molino14. Cette thèse du nom propre, conçu comme un asémantème, est intellectuellement séduisante mais pratiquement indéfendable au regard de l’essor de l’anthroponymie aujourd’hui. Le nom reste toujours un signe à décoder sous le prisme de diverses sciences dont il se trouve à la confluence : sociologie, histoire, psychanalyse, linguistique, sémiologie, etc.

28En somme, la culture française reste très visible à travers les noms des établissements d’enseignement secondaire du Cameroun en général et de la ville de Yaoundé en particulier. Ce constat qui résulte d’une collecte des données sur le terrain et d’un travail d’interprétation desdites données pertinentes n’est que la conséquence logique de l’héritage de la rencontre des cultures lors de la colonisation. On peut, sans risque de se tromper et sans aveuglement francophile, affirmer qu’il existe un patrimoine culturel commun francophone. Ce dernier est assumé et co-géré par l’ensemble des pays ayant le français en partage. La présence de la culture française dans un environnement plurilingue n’étouffe nullement l’émergence d’autres cultures et la pérennisation des cultures endogènes. La dénomination des collèges et instituts de Yaoundé l’attestent à suffisance. L’on a pu constater une coexistence pacifique entre les noms camerounais, britanniques, anglais, belges et français. On rentre là de plain-pied dans la dynamique d’une mondialisation des peuples, des nations et des cultures dont l’école en tant qu’institution doit hâter l’avènement. La construction de la citoyenneté francophone et mondiale repose en partie sur cette diversité culturelle assumée par tous comme un puissant levier du vivre ensemble et du co-développement. Pourquoi ne pas envisager dans cette perspective des échanges entre les établissements pérennisant la culture française et leurs homologues de l’espace francophone, dans la perspective de ce que Jean Tabi Manga envisage lorsqu’il écrit :

  • 15 Tabi Manga, J., « Proposition pour un aménagement du plurilinguisme en Afrique francophone », in Le (...)

L’espace francophone est structuré à l’image de la complexité contrastée du monde. Voici une communauté qui compte 47 États. La plus grande partie de ces États figurent parmi les plus pauvres de la planète, tandis qu’une minorité appartient au monde développé. Le défi majeur, pour cette communauté, est d’organiser, autour de la langue française, un projet de coopération visant le développement des pays du Sud par le partenariat.15

Notes

1 Guillou, M., « Progrès ou déclin de la Francophonie. Les enjeux de la langue seconde », in Une Francophonie différentielle, Sélim Abou & Katia Haddad (dir.), Paris, L’Harmattan, 1994, p. 12.

2 Ibid., p. 162.

3 Vogt, F.-X., in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

4 Jaurès, J., in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

5 Général Leclerc, in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

6 De La Fontaine, J., in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

7 Larousse, P., in Wikipedia, article consulté le 13 septembre 2011.

8 Larousse, P., article consulté sur Wikipedia, p. 4.

9 Montesquieu, article consulté sur Wikipedia le 13 septembre 2011, p. 6-7.

10 Voltaire, article consulté sur Wikipedia le 13 septembre 2011, p. 14.

11 Hugo, V., article en ligne, in Wikisource « Discours au congrès », p. 3.

12 Bonhomme, M., « Du genre au type publicitaire : entre macro-actes et méta-actes de langage », Champs du signe, n° consacré à l’analyse du discours, Toulouse, Éditions universitaires du Sud, p. 194.

13 Nicole, E., « L’onomastique littéraire », Poétique n° 54, Paris, Le Seuil, 1983, p. 234.

14 Molino, J., « Le nom propre dans la langue », Langages n° 66, Paris, Larousse, 1983, p. 13.

15 Tabi Manga, J., « Proposition pour un aménagement du plurilinguisme en Afrique francophone », in Le Français langue africaine […], Paris, Publisud, 1999, p. 31.

Auteur

ENS de Yaoundé – Université de Yaoundé I, Cameroun

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search