Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

Dynamiques sociolinguistiques de l’écrit à Brazzaville

Omer Massoumou

Note de l’éditeur

Tous les clichés de cet article ont été réalisés par l’auteur en 2011.

Texte intégral

1Le marché linguistique brazzavillois est très dynamique en raison d’une diversité linguistique importante. Comptant environ un million cinq cent mille habitants, Brazzaville, capitale de la République du Congo, offre une image linguistique à la fois homogène et hétérogène. De façon potentielle, ce sont les 72 langues ethniques, les deux langues dites nationales le kituba et le lingala, le français et d’innombrables langues étrangères qui peuvent y être pratiquées.

2En pensant, pour ce colloque, à la sociologie linguistique de l’écrit et aux représentations qui y sont associées, nous voulions réfléchir sur les pratiques scripturales des Brazzavillois et apprécier l’image qu’ils ont de ces pratiques de l’écrit. La réflexion est donc de nature sociolinguistique. En retenant trois domaines de manifestation de l’écrit (les enseignes, la presse locale et la littérature nationale), nous pensons à une problématique autour de deux questions : quelles sont les langues de l’écrit à Brazzaville ? Quelle conscience linguistique les Brazzavillois développent-ils des différentes pratiques de l’écrit ? Pour répondre à ces interrogations, nous adoptons une démarche descriptive et analytique afin de mieux comprendre la distribution locale des langues. Par ailleurs, l’observation des données reste une stratégie d’approche de la réalité linguistique.

3L’analyse des écrits est réalisée à partir d’un corpus non exhaustif mais qui essaie de prendre en ligne de compte la dispersion géographique particulièrement pour ce qui concerne les enseignes. Une lecture des opinions des locuteurs avait été envisagée à partir d’une enquête. Mais l’exploitation des données issues de l’enquête s’est avérée non concluante en raison d’un nombre considérable d’erreurs et nous limitons notre propos essentiellement aux questions liées aux pratiques de l’écrit.

La dynamique linguistique des enseignes et publicités

4Dans les principales avenues de Brazzaville, les enseignes et les panneaux de publicité s’écrivent en français. L’observation de ces différents textes permet de déceler une dynamique sociolinguistique digne d’intérêt. Si le français apparaît visiblement comme la principale langue des écrits, nous remarquons l’émergence d’une pratique plurilinguistique. Dans une démarche double, nous allons porter notre attention d’une part aux écrits entièrement en langue française et d’autre part aux écrits associant le français et d’autres langues. En raison du nombre peu considérable des écrits n’impliquant pas le français, nous avons choisi de ne pas l’étudier.

Les écrits en langue française, une homogénéité sociolinguistique

5Notre observation des messages ne nous a pas permis de relever des disparités considérables dans l’usage du français au niveau des arrondissements. Dans notre enquête de 2004, nous relevons quelques tendances liées aux pratiques orales des langues à Brazzaville (cf. figure ci contre).

  • 1 Massoumou, Omer, « Les usages linguistiques à Brazzaville, la place du français », Le français en A (...)

6Nous notons en effet que « le français apparaît comme la langue de l’écrit pour 88,08 % de la population enquêtée (318/361). Le lingala se présente comme la deuxième langue écrite après le français. En effet, 1,32 % de la population impliquée dans l’enquête déclare écrire cette langue. Ce sont par la suite les langues étrangères qui sont écrites »1. Il existe en effet une pratique spécifique des langues à l’oral mais cette pratique ne semble pas déterminer la production des écrits. À partir de ces conclusions portant sur les usages individuels des langues à l’oral, nous avons eu des résultats où le français était retenu comme la langue la plus utilisée. Mais dans l’analyse des écrits à Brazzaville, nous découvrons plusieurs dynamiques linguistiques.

F. = Français, K. = Kituba, L. = Lingala, ALV. = Autres langues véhiculaires Dessin réalisé par l’auteur de l’article

7Ce qui caractérise les messages des enseignes et des publicités, c’est le style télégraphique qui correspond au besoin de communication rapide avec le passant qui peut être un piéton ou un individu circulant à bord d’un véhicule. Le texte est souvent écrit avec de la peinture bleue, verte ou rouge permettant une lisibilité à distance. Une certaine mise en valeur apparaît. Dans l’appréciation de l’écrit des enseignes et/ou des messages publicitaires, c’est l’activité commerciale qui est évoquée avec en sus des éléments d’appréciation de nature méliorative. Nous considérons les dynamiques sociolinguistiques des écrits en français à partir du rapport texte-contexte pour déterminer l’emprise non diatopique des productions écrites.

81. HOTEL PETIT LOGIS BAR RESTAURANT (Centre ville, Poto-Poto).

92. DÉPOT de CH. D’EAU, EAU NATURELLE DU MASSIFDUMAYOMBE (Ar. 1).

103. le « B » d’or. Gâta bantu (Ar. 1).

114. Alimentation Mitterand (Ar. 1).

125. Ets Sikama Boutique (Ar. 2).

136. Grand quelqu’un coiffure (Ar. 2).

147. Chez TRIPA la congolaise, Restaurant (Ar. 2).

158. Ets DM Vente pièces détachées Autos (Ar. 3).

169. Dépôt de ciment JC (Ar. 3).

1710. Le secret de la sapologie chez mère Pasta (Ar. 4).

1811. Salon de coiffure mixte chez Elysé (Ar. 4).

19Ces quelques messages, sortis de leur contexte, n’ont plus le poids du milieu social. Ils évoquent des espaces où se tient essentiellement une activité commerciale. Ainsi pour le premier message, le texte désigne un espace hôtelier où il est possible de boire et de manger. L’espace renvoie à un hôtel, à un bar et à un restaurant. Tel est le message que reçoit le lecteur. Le syntagme « Petit logis » correspond à la désignation même du lieu. Et cette désignation est marquée de façon méliorative par le fait qu’il renvoie à une chaîne hôtelière internationale. Le deuxième message indique un espace précis de vente de l’eau de source mayo. Cet espace se trouve dans le quartier Château d’eau de l’arrondissement 1 Makélékélé. L’assonance résultant de la répétition de la voyelle [o] donne un effet poétique de créativité au message. Et cet effet mélioratif construit une positivité du discours dans son ensemble. Le quatrième exemple renvoie à une boutique d’alimentation appartenant à une personne probablement surnommée Mitterand car cet anthroponyme n’appartient pas aux groupes linguistiques du Congo. Il y a ici une double évocation. Le niveau dénotatif qui permet de considérer Mitterand comme l’ancien président de la République française. La dynamique syntaxique télégraphique permet de comprendre le rapport d’appartenance non explicite entre les signifiants.

20La prise en compte du contexte de l’écrit permet de retenir une image sociolinguistique de l’écrit. L’évocation méliorative du discours et l’image réelle qui accompagne le texte déterminent la réception du message. Nous notons par exemple, pour les deux premiers messages analysés supra, la dynamique d’insertion dans le contexte social. Nous avons par exemple, sur fond blanc, le texte en bleu et en rouge pour le message relatif à l’eau mayo. Des éléments textuels complémentaires sur les prix contextualisent davantage le message. Ce sont des prix en franc CFA qui indiquent que nous sommes bien dans un contexte précis. Pour l’autre message, les écrits sont également en rouge et sur un fond blanc. Les données textuelles sur les numéros téléphoniques permettent de se situer dans le contexte congolais. Il apparaît ainsi une dynamique de fonctionnement de l’écrit qui porte avant tout sur deux niveaux sémantiques : la désignation de l’activité (commerciale) et la valorisation.

Arrondissement 1

Arrondissement 3 (centre ville)

Arrondissement 1

21Nous retrouvons ce double fonctionnement de l’écrit dans plusieurs messages. Dans les deux images suivantes, nous retrouvons la démarche d’identification et l’enjeu de la valorisation. Pour la boutique « Le secret de la sapologie chez mère Pasta », nous avons une présentation de l’espace de vente des vêtements. Les images du gilet de du pantalon situent l’espace dans un secteur donné. Et la valorisation est opérée et obtenue grâce à l’astuce spécifique (le secret) qu’on trouve en achetant dans cette boutique. Posséder le secret de l’habillement est en fait le fonds de commerce de « mère Pasta », un autre élément valorisant. Une mère est supposée ne pas vendre de la pacotille. Elle ne vend que des produits de très bonne qualité. Diminutif du mot pasteur, « pasta » active les sèmes positifs de la femme de Dieu.

22Avec le message « Salon de coiffure Mixte chez Elysé », nous avons la désignation de l’activité commerciale « salon de coiffure ». Il s’agit donc d’un endroit où l’on coiffe les femmes et les hommes. La valorisation discursive est obtenue par la lexie « salon » et par le nom du propriétaire : Elysé. Le message construit implicitement une corrélation entre l’espace présidentiel de l’Elysée (de la France) et le coiffeur. Ce nom n’entre pas dans le champ anthroponymique congolais. Le coiffeur Elysé se donne alors à apprécier comme un coiffeur important qui garantit de facto la satisfaction des exigences des clients.

23Dans la dynamique linguistique de ces différents messages, la construction d’un référent de valorisation ayant un rapport avec la France est nette. Dans l’espace sociologique brazzavillois, les écrits en français se définissent dans une double perspective. Le texte écrit construit un référent d’une importance considérable mais un référent « diminué » par la réalité. Le salon de coiffure qui est évoqué est loin d’être un véritable salon. De même, la boutique offrant « le secret » de la sapologie ne correspond pas au caractère expansif des tenues des « sapeurs » ou des dandys. À cette première perspective s’ajoute celle définissant les champs sémantiques. L’observation sociologique permet d’apprécier l’élan de définition de l’espace et la tendance à la valorisation, ce qui participe à une dynamique propre à la publicité.

24En dehors du français, les écrits à Brazzavillois manifestent aussi une présence linguistique de plusieurs langues. Nous allons apprécier la dynamique des langues que nous jugeons plus présentes.

Français et autres langues

25Notre analyse des écrits nous a permis de noter que les textes impliquant l’anglais sont assez nombreux. Un tel constat contredit les résultats de l’enquête de 2004 mais il s’agit des niveaux différents de production de l’écrit.

. Les messages associant le français et l’anglais

26La situation sociologique de l’anglais à Brazzaville est négligeable si nous tenons compte des résultats de l’enquête de 2004. Mais l’observation des enseignes tend à prouver le contraire. Il y a une réelle présence de l’anglais dans tous les arrondissements de Brazzaville. La situation linguistique brazzavilloise indique une dynamique intéressante de l’anglais au niveau de plusieurs messages. Les locuteurs procèdent par exploitation de l’image méliorative dont bénéficie la langue anglaise au Congo. Souvent à côté des mots en français, le scripteur place des mots en anglais, des mots aux fonctions esthétiques assez explicites. Il arrive aussi que l’écrit soit totalement rédigé en anglais. Les quelques textes suivants l’illustrent bien.

2712. God glory-Services Ets Eddie BHK

2813. Cyber café Many. com

2914. Home décor

3015. RESTO-POP PZ Dream

3116. Boss pressing

3217. MTN SHOW ce 16 septembre 2011 Venez vibrer au son de MTN ZIK Stars au PALAIS DES CONGRES à partir de 15h

33En considérant le premier message, les écrits sont en anglais et en français. Le style est de nature télégraphique et le niveau est diversement appréciable. Nous pouvons littéralement penser à « Dieu gloire Services ». Mais nous pouvons aussi penser à « Services Gloire à Dieu ». La valorisation discursive est construite autour de l’image de la langue anglaise et de la notion rassurante de Dieu. La modestie de l’espace commercial tend pourtant à traduire une difficulté à proposer des services à niveau divin. L’image montre bien une baraque à tôles rouillées et assez exiguë.

  • 2 Nous notons à ce niveau l’intérêt d’une enquête d’opinion pour préciser la place qu’occupe réelleme (...)

34Les écrits des messages 13, 14, 15 et 16 tendent à définir un espace linguistique où l’anglais serait très présent. Il existe donc une dynamique linguistique favorable à l’anglais mais une dynamique qui ne porte pas sur la communication orale2. Au centre ville ou dans les quartiers populaires, des écrits en anglais s’affichent sur les murs des boutiques.

35Les messages publicitaires recourent aussi à cette dynamique linguistique. L’anglais devient ainsi une langue sur laquelle il faut compter. Il représente une pratique linguistique non négligeable à ce niveau. C’est comme si la société brazzavilloise laissait entrer dans son espace une langue nouvelle avec sa part de mythe et de fonctions. Les messages définissent une cohésion et une cohérence linguistiques qui mettent en exergue le fonctionnement des niveaux linguistique et extralinguistique.

36La société de téléphonie mobile se permet ainsi de communiquer en recourant à cette langue. Les affiches sont placées à différents endroits de la ville. On peut lire « MTNSHOW ce 16 septembre 2011 Venez vibrer au son de MTN ZIK Stars au PALAIS DES CONGRES à partir de 15h ». Ici le « MTNShow » compris comme le spectacle de MTN.

. Les messages associant le français et d’autres langues

37Si l’anglais tend à occuper la deuxième place au niveau des écrits à Brazzaville, d’autres langues aussi émergent comme langues de grande communication comme le lingala et le kituba. Dans les quartiers sud de Brazzaville, nous avons noté aussi la présence du lari.

3818. Roga Roga chante Primus suka na bilengi. L’ambiance de chez nous.

3919. Le « B » d’or. Gata Bantu.

4020. Bar Kara ok

4121. Night Club Nitu na Nitu VIP

42Le lingala, le lari et le chinois apparaissent à travers ces messages de façon assez explicite. Les écrits dans ces langues expriment une dynamique de communication de proximité. Pourtant, cette dynamique semble ne pas être valable pour le chinois que les Congolais ne lisent pas majoritairement. Les écrits construisent donc une dynamique insidieuse d’insertion d’une langue dans la communauté linguistique brazzavilloise. C’est en fait la présence de plus en plus forte des compagnies chinoises avec leurs agents qui rend les textes en cette langue acceptables.

  • 3 Jaubert, Anna, « De la linguistique de l’écrit à la linguistique textuelle et à la stylistique. Com (...)

43Ces différents messages déterminent une textualisation du discours écrit brazzavillois et délimitent un territoire où la créativité procède d’un « processus de textualisation du discours »3 c’est-à-dire à partir du contexte les locuteurs activent un ensemble de moyen linguistique pour produire un discours spécifique. Dominique Matanga évoque la créativité de la manière suivante :

  • 4 Matanga, Dominique, « Que pense l’élite africaine de la langue française ? », in Massoumou, Omer (é (...)

Au cours de nos enquêtes nous avons découvert des artistes qui défendent farouchement et jalousement leur appartenance à la « grande famille francophone ». L’artiste Vannier Digol nous a dit : « Si vous ne voulez pas palabres, prenez, vous, votre français du cahier et laissez-nous notre français de la bouche. Tous les deux sont les enfants de la Case De Gaulle. »4

44Il émerge une stylisation qui correspond à une particularisation du langage verbal, une particularisation qui ne se réduit pas qu’aux écrits des enseignes, elle touche aussi la presse et surtout la littérature.

Le français dans la presse écrite et la littérature

45Il existe plusieurs journaux qui diffusent des informations diverses à Brazzaville. Les principaux journaux sont : Les Dépêches de Brazzaville, La Semaine africaine, La Nouvelle république, La Rue meurt, Talassa, Le Nouvel observateur, Le Patriote.

46La spécificité de ces journaux réside dans le fait que les écrits sont essentiellement en français. Il s’agit d’une spécificité parce que les locuteurs pouvaient utiliser d’autres langues du marché linguistique. C’est à peine quelques revues (La Rue meurt, Le Nouvel observateur) qui recourent à une stratégie associant plusieurs codes linguistiques. La convocation de la presse dans notre propos ne va pas jusqu’à faire une lecture des articles de presse. Nous notons simplement que les journaux, même quand ils ont des titres en langues locales n’ont pas de contenus en ces langues. La livraison est faite uniquement en français. L’écrit de la presse correspond à une dynamique sociolinguistique où il est question de rendre en français les réalités sociales même celles qui s’y prêtent le moins possibles. Il y a donc une créativité correspond à une stylisation de la réalité. Le contexte est celui d’une société où le français est la principale langue écrite par les usagers congolais.

47Dans la littérature, il n’existe pas de réelle dynamique de production en langue locale ou étrangère. Les quelques rares textes qui existent sont l’œuvre d’écrivains cherchant à répondre à la problématique de la production littéraire dans les langues africaines. Nous avons inventorié deux productions littéraires en langues locales, Cri bilingue de Guy Menga, Nimy Victor, et les poèmes de Sony Labou Tansi.

48Le premier est un recueil de poésie associant deux langues d’écriture : le français et ce que l’auteur désigne par kikongo lari. Il y a une dynamique de double écriture dans ce recueil. Les textes sont juxtaposés dans la dynamique d’une traduction systématique.

Mazu mole

Ngongi mazu mândi môle
Kâ m’kungândi
Ku wu gombokela wâu
Ndinga ni dedede

Cri bilingue

  • 5 Ngongi = cloches jumelées sans battants (note de l’auteur).

La voix du « ngongi »5
Se décline en deux tons
Cependant c’est avec harmonie
Que retentit sa chanson.

49Dans cette production littéraire, nous retrouvons une stylisation de l’écrit. L’inscription du kikongo ladi apporte une dynamique anthropologique au texte poétique. Et cela correspond à une stratégie discursive de l’auteur qu’explique

  • 6 Massoumou, Omer, La Poésie congolaise, Paris, L’Harmattan, (à paraître).

le poète se situe dans la dynamique non pas de la réfutation du français et de tout ce qu’il symbolise mais de la composition ou de la dualité. Ce poème d’ouverture ainsi que tout le recueil en font une illustration. La voix du ngongi pose en premier volet la dualité de l’univers poétique puis suivent le deuxième volet réunissant des poèmes du « tout en langue officielle » et le troisième et dernier volet du « tout en kikongo-lari ». Cette option coïncide avec la dynamique de la diversité linguistique et culturelle en vigueur au Congo et en Francophonie. La conception qui sous-tend la production poétique est justement celle d’une appropriation-possession des éléments linguistiques, littéraires et culturels. Il y a une mutualisation culturelle insidieuse au sens large du terme qui lie les différents acteurs au point où la parole poétique d’avenir est celle qui porte l’autre et qui porte sur l’autre sans, bien sûr, omettre soi-même. C’est l’idéologie du métissage culturel qui se profile dans cette écriture, une idéologie qui loin d’être une défaite doit être comprise comme une ouverture au monde, à l’universalisme du village planétaire.6

  • 7 Chabrolle-Cerretini, Anne-Marie, « Le contexte (du linguistique au littéraire) : une notion à géomé (...)

50Par sa pratique de l’écrit, Guy Menga définit une vision du monde, une vision à lire, comme le note Anne-Marie Chabrolle-Cerettini à partir de deux axes. « Le premier axe a pour finalité la description structurale des langues selon une méthode inductive. Le second concerne la recherche du caractère de la langue, soit celle de la manifestation de l’individualité de la langue. »7 L’écrit littéraire correspond donc à une stratégie de mise en valeur de la langue lari-koongo par le jeu de juxtaposition et de traduction. C’est en cela que nous pouvons parler d’une démarche inductive. Et par la même stratégie, le poète affiche l’individualité des langues pratiquées par une dynamique de manifestation de leur structure et de leur imaginaire. Il y a une pensée de la langue que ces écrits véhiculent. Ces écrits nous permettent par exemple d’apprécier l’éventuelle appartenance du poète au groupe ethnique. Il s’agit de la même dynamique qu’exploite l’écrivain Sony Labou Tansi quand il affirme :

  • 8 Malonga, Alpha-Noël, « La chanson congolaise et la langue française ou la re-folklorisation du mode (...)

Mbadi mukoongo ni kakoonguna/ Le Mukoongo gémissait
Mbo muvili ni kaviluka/ Le Vili se métamorphosa
Wedi muyoombe/ Le Yombé
Ni kayoombuka/ prit les jambes à son cou.8

51Les écrits littéraires ont un écho nuancé qui active des valeurs socioculturelles diverses.

52L’examen mené de l’écrit à Brazzaville nous a situé dans une double dynamique d’observation. Premièrement, la lecture des enseignes et des messages publicitaires a défini une pratique de mise en valeur où la valeur textuelle associe l’image de la réalité. Et dans cette pratique, l’écrit en français occupe une place préférentielle. La présence dynamique de l’anglais et des langues locales caractérise une autre réalité des écrits.

53Dans une seconde phase, les écrits à Brazzaville sont lus à travers les textes de la presse et de la littérature. Si celle-ci est loin d’être considérée comme écrit de Brazzaville en raison de son lieu de publication, elle peut être considérée comme graphies de Brazzaville en raison de l’expérience de vie passée dans cette localité par les écrivains. L’examen de l’écrit à Brazzaville permet d’envisager une articulation de l’approche sociolinguistique à la lecture sociopoétique des écrits littéraires. Une telle perspective montrera sans nul doute l’emprise de l’anthropologique dans les différents écrits.

Annexes

Annexes

Quelques textes des enseignes

– Kipe ya yo. Charge batterie Le Roi.

– Ets El Mouna, Alimentation

– Quincaillerie Bismila

– Ets Sikama Boutique

– Grand quelqu’un coiffure

– Salon de coiffure et cave BKH leader

– Ets DM Vente pièces détachées Autos

– Chez TRIPA la congolaise, Restaurant

– Le « B » d’or

– Snack Restaurant bar

– Alimentation Mitterand

– Ets Orly Neuhoff

– Dépot de ciment JC

– Mercerie one one. Vente articles de couture et divers

– Dépot Best-Man. Primus bière

– Librairie Book shop

– Ets TA Tope phone

– Boulangerie du peuple

– Ets SCF vente des pièces détachées Auto & vélo « Groupe électrogène »

– Ets Darsalam 2 Super Marché. Alimentation et parfumérie

– Mimondel AGRIVED Vente aliments de bétails

– MTN Alimentation Angola libre

– Pharmacie Dieu merci

– École Thomas d’Aquin. Complexe scolaire du centre sportif

– Le retrouvaille

– Night Club Nitu na Nitu VIP

– Pemala Coiffure

– Cyber café Many. com

– Dépot Best Man le meilleur

Notes

1 Massoumou, Omer, « Les usages linguistiques à Brazzaville, la place du français », Le français en Afrique, Institut de linguistique française, CNRS, UMR 6039, Nice n° 21, 2006, p. 254.

2 Nous notons à ce niveau l’intérêt d’une enquête d’opinion pour préciser la place qu’occupe réellement cette langue dans les pratiques et les représentations sociolinguistiques des Brazzavillois.

3 Jaubert, Anna, « De la linguistique de l’écrit à la linguistique textuelle et à la stylistique. Comment penser l’espace d’une association », J. Durand, B. Habert, B. Laks (éds), Congrès mondial de Linguistique française, Paris, Institut de Linguistique française, 2008, p. 1497.

4 Matanga, Dominique, « Que pense l’élite africaine de la langue française ? », in Massoumou, Omer (éd.), L’élite en Afrique subsaharienne et la langue française : pratiques et représentations, Paris, L’Harmattan, 2011.

5 Ngongi = cloches jumelées sans battants (note de l’auteur).

6 Massoumou, Omer, La Poésie congolaise, Paris, L’Harmattan, (à paraître).

7 Chabrolle-Cerretini, Anne-Marie, « Le contexte (du linguistique au littéraire) : une notion à géométrie variable », Pratiques n° 129/130 juin 2006, p. 92.

8 Malonga, Alpha-Noël, « La chanson congolaise et la langue française ou la re-folklorisation du moderne. L’exemple de Zoba Casimir dit Zao », in Kadima-Nzuji, Mukala & Malonga, Alpha-Noël (Textes réunis par), Itinéraires et convergences des musiques traditionnelles et modernes d’Afrique. Préface de Jean-Claude Gakosso, Brazzaville-Paris, Fespam-L’Harmattan, 2004, p. 253. Ce quatrain lari-kongo est inspiré de Sony Labou Tansi, « Ngaana Koongo kwe diatuka » (D’où vient le Koongo), in Miabéto Ladi, Ntoota kimbuzi Ngola-Koongo (Anthologie de la poésie koongo Angola-Zaïre-Congo), Bayreuth, African series, 1993.

Table des illustrations

Légende F. = Français, K. = Kituba, L. = Lingala, ALV. = Autres langues véhiculaires Dessin réalisé par l’auteur de l’article
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Arrondissement 1
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Arrondissement 3 (centre ville)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Arrondissement 1
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/35177/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteur

Université Marien Ngouabi, Brazzaville, Congo

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search