Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

Environnement médiatique, plurilinguisme et espace public, au prisme des révolutions

Mongi Madini et Andrée Chauvin-Vileno

Texte intégral

1La perspective adoptée dans cette contribution n’est pas celle de la langue et des relations entre les langues, isolées du contexte socio-historique, mais n’est pas non plus celle d’une analyse historique qui viserait l’intelligibilité des événements qui ont marqué le monde arabe et le monde dans son ensemble en 2011. Les relations des langues entre elles sont envisagées dans certains aspects de leur mise en discours, ce qui implique la prise en compte des contextes. Ces contextes sont l’espace public singulier du Maghreb, plus particulièrement de la Tunisie, et l’espace public mondialisé des médias appréhendé dans une période de bouleversements sociaux et politiques majeurs. Les mots et les faits interagissent, et les discours contribuent à la construction des événements. Pour preuve notamment, les slogans, et, parmi eux, celui qui est comme une signature mettant la langue française au cœur de la révolution arabe : « Dégage ».

  • 2 Habermas, J., L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la soci (...)
  • 3 « L’espace public est un terme polysémique qui désigne un espace à la fois métaphorique et matériel (...)
  • 4 Paquot, op. cit.
  • 5 Létourneau, A., « Remarques sur le journalisme et la presse au regard de la discussion dans l’espac (...)

2Nous nous référons sans le discuter ou l’analyser en détail au concept d’espace public issu d’Habermas2. Parler d’espace public n’est pas sans poser problème, d’abord en raison de la polysémie du syntagme3. Selon Paquot, distinguer l’emploi au singulier et au pluriel permet de discriminer deux acceptions principales : l’espace public comme « le lieu du débat politique, de la confrontation des opinions privées que la publicité s’efforce de rendre publiques »/ les espaces publics désignant quant à eux « les endroits accessibles au(x) public(s) […] des rues et des places, des parvis et des boulevards, des jardins et des parcs »4. Paquot, revenant aux origines du concept d’Habermas, met en exergue sa dynamique de critique politique et sociale. L’idéal de « discussion rationnelle des affaires publiques »5 trouve-t-il dans les évolutions socio-techniques (presse électronique, réseaux sociaux, communication mobile) une menace pour l’espace public contemporain ou un nouveau souffle ? Dans le cas des révolutions arabes, une très forte corrélation intervient entre les espaces où se donnent à voir publiquement les actes de protestation, les manifestations de rue, menées à l’initiative des populations et non plus orchestrées par les pouvoirs en place, et le relais de contestation et d’information assurée par les réseaux sociaux et par les médias qui participent à la construction des opinions et des positions.

  • 6 À la différence entre plurilinguisme (« coexistence de langues et pluralité de communautés linguist (...)

3 Plutôt que d’un environnement arabophone du français en Tunisie, ou d’un environnement francophone présent en Tunisie, c’est en termes de plurilinguisme, voire de plurilectalisme pour reprendre le terme de Laroussi6, qu’il convient d’appréhender le contact-conflit des langues, en se gardant de toute simplification binaire, en tenant compte de la singularité historique et linguistique du Maghreb et de la Tunisie.

  • 7 La sémiotique de l’altération ou sémiotique différentielle de J. Peytard articule une approche bakh (...)

4Nous nous inscrivons dans un mouvement qui va des problématiques de la sociolinguistique à des problématiques qu’on peut caractériser de socio-sémiotiques, en prenant en compte à la fois la circulation (inter) discusive et (inter) sémiotique envisagée comme dynamique d’altération dans le sillage de Jean Peytard7. Dans les lieux matériels, virtuels, symboliques, dans la mémoire collective, dans les pratiques manifestées dans et impulsées par le relais médiatique, le sens circule et se transforme.

5Le slogan « Dégage » scandé, inscrit, montré et comme anthologisé par d’innombrables commentaires et publications, est emblématique de la révolution tunisienne et de ce qu’on a appelé le printemps arabe. Il l’est aussi de l’espace public contemporain, et des passages de la rue aux écrans comme de l’écrit à l’oral et réciproquement. Les espaces « communiquent » (dans deux sens du terme) et les manifestations sémiotiques se combinent et s’échangent comme les langues se côtoient et s’interpénètrent.

L’environnement plurilingue au Maghreb

De la colonisation à la mondialisation

  • 8 Laroussi, op. cit., p. 21-22.
  • 9 Spaëth, V., « Le français au contact des langues : présentation », Langue française, 2010/3 n° 167, (...)
  • 10 Laroussi, op. cit., p. 21.

6Laroussi rappelle que « le Maghreb est plurilingue depuis la haute antiquité », et que c’est « un lieu de rencontres de civilisations multiples »8. Il y a donc plusieurs ères du plurilinguisme répondant à des configurations géo-politiques différentes, à des impératifs institutionnels et à des représentations collectives spécifiques. Évoquant les problématiques du contact des langues, V. Spaëth souligne que « la sociolinguistique […] a mis en évidence la question de la valeur sociale des langues, engagée jusque dans leurs usages quotidiens (diglossie vs bilinguisme, conflit linguistique) »9. Ce que Laroussi écrivait en 1997 est toujours vrai en 2011 : « Le Maghreb offre l’aspect d’un chantier porteur de tensions où l’on voit s’affronter les politiques linguistiques homogénéisantes et des pratiques langagières plurilingues qui s’interpénètrent. »10

  • 11 Alors que l’Algérie était considérée comme une partie intégrante du territoire français, la Tunisie (...)

7Les conséquences linguistiques de la période de la colonisation sont bien connues, mais le français langue véhiculaire n’a pas le même statut ni la même circulation dans les trois pays du Maghreb ; cela n’est pas sans rapport avec les modalités de la présence coloniale, qui différenciait l’Algérie d’un côté, de la Tunisie et du Maroc11 de l’autre, protectorats jouissant d’une certaine autonomie institutionnelle avec coexistence des deux administrations (et des deux langues).

  • 12 Dans la préface de l’ouvrage de Laroussi (op. cit.).
  • 13 Nous entendons par là le choix du français pour la signalétique, urbaine notamment.
  • 14 Comme le signale Quitout en citant L.-J. Calvet. M. Quitout, Paysage linguistique et enseignement d (...)

8Après l’indépendance, comme le souligne Grandguillaume12, la scolarisation s’est généralisée et a amené un développement de la francophonie et de la « francographie »13, avant la période dominée par l’arabisation, dont l’échec est complexe à analyser mais est en relation avec le fait que vouloir rendre une langue fortement dominante ne correspond pas ou plus à la société d’aujourd’hui. Si la phase d’arabisation caractérise les années 70-80, et de manière plus ou moins marquée selon les pays, les barrières temporelles strictes sont peu appropriées, les réalités sont plus diffuses, et l’usage des langues se recouvre partiellement, affecté d’une certaine mobilité. On ne peut pas envisager les relations des langues indépendamment des identités qu’elles sont susceptibles de porter, de l’historicité qui s’y rattache et des évolutions sociales. Autant ou mieux que de contact des langues, il conviendrait de parler de conflit des langues14.

  • 15 Laroussi, op. cit., p. 30. Il ne faut pas oublier l’amaghize (langue berbère), comme Quitout le mon (...)
  • 16 In Miled, M., « Le français langue seconde en Tunisie : une évolution sociolinguistique et didactiq (...)
  • 17 Laroussi, op. cit., p. 30.
  • 18 Ibid., p. 31.

9Il ne faut évidemment pas voir les relations de l’arabe et du français comme un face à face ou un côte à côte singulier, mais il importe d’avoir présent à l’esprit d’une part « les rapports linguistiques arabo-arabes (variétés minorées/variétés institutionnelles) »15, d’autre part « l’émergence plus ou moins prononcée de l’anglais », langue véhiculaire internationale « dans certains usages de la vie professionnelle »16. Les familles veulent que leurs enfants apprennent l’anglais à l’école sans cesser pour autant de parler français. Laroussi préconise une « appropriation identitaire » de ce dernier : « Les Maghrébins ne doivent avoir le sentiment de subir les conséquences d’un bilinguisme hérité de la situation coloniale. Au contraire ils devraient maghrébiser le français. »17 Quant à définir l’identité maghrébine « uniquement à partir du couple arabité-islamité, cela reviendrait à ignorer l’histoire du Maghreb »18.

10Miled qui étudie le statut du français langue seconde en Tunisie dans une perspective socio-linguistique et didactique, met en relation usage des langues et sphères d’activités :

  • 19 Miled, op. cit., p., 81.

Dans sa variété dialectale […] [l’arabe] est l’outil quasi exclusif de la communication familiale et sociale immédiate alors que l’arabe standard est la langue officielle de l’administration et des échanges institutionnels avec le citoyen ; il est le véhicule de toutes les disciplines scolaires, dans l’enseignement de base, et des sciences humaines, dans tous les cursus scolaires et universitaires. De ce point de vue, le recours à la langue française répond à un souci explicite ou latent de complémentarité fonctionnelle : le discours officiel prône le renforcement des langues étrangères, en particulier le français puis l’anglais, comme moyens d’ouverture sur le monde des sciences et de la technologie ; il a institué une diversité linguistique dans les cursus du secondaire et affiche de moins en moins une politique d’arabisation, certes progressivement nécessaire, mais autrefois utilisée à des fins idéologiques réductrices. C’est ainsi que le français a évolué vers une langue d’enseignement des sciences, notamment dans les cycles secondaire et supérieur.19

  • 20 « La demande sociale et les emplois disponibles sollicitent directement ou implicitement des compét (...)
  • 21 Naji, Jamal Eddine (Fondateur de la Chaire Unesco/Orbicom « Communication publique & communautaire  (...)

11Outre le rôle du français et de l’anglais dans le domaine scientifique et dans certaines activités professionnelles20, et les gages de modernité que donnent ces langues, les échanges uniquement en arabe limiteraient la circulation et le développement du point de vue économique, commercial, et du point de vue des relations internationales en général. Pour répondre à ces besoins, les pays arabes ont une pratique de l’anglais et/ou du français, du coup il n’y a plus de frontières strictement délimitables, elles n’ont pas résisté « aux images satellitaires et à la marche irréversible du cyberespace »21 : les médias suivent et encouragent à la fois ces mouvements.

Plurilinguisme et mutations de la communication

12Une (r) évolution à grande échelle, à la fois rapide et au long cours est en effet celle de la communication, marquée, sur le plan politique, par l’ambivalence (moyens de contrôle/moyens d’expression et d’action en faveur des libertés). Les médias de masse et les nouvelles technologies de la communication participent dans les régimes autoritaires de l’endoctrinement et de la surveillance permanente, et suscitent la peur : on ne parle pas en présence d’un téléphone portable, même éteint, on n’utilise pas Internet pour discuter politique et encore moins pour critiquer le pouvoir. Pourtant ces nouvelles technologies ont contribué à faire tomber la tyrannie à la fois par la capacité d’information, de rassemblement, via Internet et via les chaînes satellitaires. Tout le monde a accès à la télévision et cela modifie les frontières linguistiques, géographiques et politiques :

  • 22 Naji, op. cit.

Ces médias, héritant de technologies conquises par d’autres peuples que ceux de la région (le satellitaire, l’Internet, le numérique) permettent de multiples faisceaux et croisements, d’échanges de réalités et de discours depuis de nombreux points de cette carte dite « arabe » vers d’innombrables points de réception, de l’Océan au Golfe. La cosmogonie arabe perd en mythique ce qu’elle gagne, avec les médias et leurs nouvelles propriétés et capacités technologiques, en expressions variées, instantanées (en direct), institutionnelles (chaînes satellitaires), mais aussi individuelles (internautes et blogueurs). Ce qui, on s’en doute, change fondamentalement la donne des rapports entre gouvernants et gouvernés, posant de véritables défis et enjeux aux politiques publiques, en matière de communication, à la gouvernance même, en général. Gouvernance dans laquelle la communication et la médiasphère occupent désormais une place déterminante, voire nodale. […] De nos jours, l’expression médiatique arabe a conquis de grands espaces et d’innombrables fréquences de communication entre les pays, entre leurs élites, entre leurs citoyens. Une expression qui va « Dans tous les sens et leurs opposés », qui porte « L’opinion et son contraire » (titres de certaines émissions phares de la chaîne Al Jazzera, perçue ailleurs, au Nord, bien naïvement, comme « La chaîne » du monde arabe)… Une évolution qui est désormais au cœur des bouleversements, plus ou moins profonds, qui agitent la scène politique dans ces pays22.

  • 23 Fondée au Qatar en 1996, par Cheikh Hamad ben Khalifa, « première chaîne arabe d’information en con (...)

13Les chaînes satellitaires ont, de fait, une diffusion plurilingue transfrontalière. On connaît l’essor de la chaîne qatarie Al Jazeera devenu un grand média international23. Au nord de la Méditerranée, plusieurs chaînes visent un public arabe (au sens de résidant dans le monde arabe et/ou arabophone) : France 24, RAI Uno, BBC. Ces chaînes ont des programmes aussi bien en arabe qu’en français, en anglais ou en italien. Miled dressait en 2007 un bilan contrasté entre presse écrite traditionnelle d’une part et médias audio-visuels et électroniques d’autre part :

  • 24 Miled, op. cit., p. 82.

La presse locale en Tunisie est marquée par un bilinguisme inégal, au profit de la langue arabe. […] encore plus accentué[e] dans les pratiques de lecture où le nombre de lecteurs réguliers de journaux et revues francophones va se réduisant ou se spécialisant […]. Les chaînes de télévision paraboliques, qui prolifèrent en Tunisie, constituent un atout potentiel qui est mis à profit, certes uniquement par certains locuteurs de milieux socioculturels plutôt occidentalisés, et qui n’est pas toujours exploité à bon escient pour favoriser une imprégnation linguistique et culturelle. Il en est de même pour la diffusion croissante de l’Internet qui offre des opportunités d’exposition à la langue française, outil fréquemment utilisé dans le courrier électronique et la navigation.24

  • 25 La chaîne est reçue au Maghreb mais également en Europe. Outre le site de la chaîne (www.nessma.tv) (...)
  • 26 Elle a été sous les feux de l’actualité en octobre 2011, quand à la suite de la diffusion du film f (...)
  • 27 « Maha Chtourou vous invite chaque semaine dans sa cuisine à Dar Nessma pour un agréable moment de (...)

14Pour donner un exemple de plurilinguisme médiatique, Nessma TV la télé du Grand Maghreb25, qui est une chaîne privée satellitaire à capitaux tunisiens et italiens (créée en 2007) parmi les plus regardées en Tunisie, propose des programmes de divertissement parmi lesquels le talk show Ness Nessma, des feuilletons et des émissions d’information26. Le plurilectalisme se manifeste aussi bien par rapport aux aires de diffusion, aux noms des programmes, aux interactions au cours des émissions, avec une volonté politique et culturelle claire d’ouverture, et l’affichage moderniste d’une identité multiple et assumée. Nessma fait le pari non seulement de faire coexister mais de co-utiliser deux langues (et davantage) comme le montre, par exemple, la présentation d’une émission introduite en 2010, Couzinetna Hakka sur la page d’accueil d’un site où le français a la part belle27. Sur cette page d’accueil où figurent en arabe les titres des émissions, présentés avec une stylisation déclinant le logo de la chaîne, tandis que leur titre en français et leur genre surmontent ce cadre stylisé, on constate des variations graphiques qui participent de l’hybridation. En voici un exemple :

15L’émission de débat Imin Issar a une double graphie : elle est écrite en français en transposant la prononciation dialectale, alors qu’en arabe, elle est écrite en arabe littéraire (yamin yasar). Dans la présentation qui complète cette image sur le site, le titre est traduit en français : « […] Imin Issar (droite gauche) est un duel télévisé ardent en présence d’un public où tous les coups sont permis sauf les coups de poing […]. »

  • 28 Par exemple un humoriste propose de traduire pour deux invités de la diaspora maghrébine qui font c (...)

16La pratique plurilectale n’est pas différenciée selon les émissions mais généralisée. Les animateurs et les invités des talk-shows parlent parfaitement arabe et français. Si l’invité est italien, on essaie de parler italien. Parmi les animateurs, une Marocaine et un Algérien, notamment, pratiquent un mélange de dialectes. Le discours passe « tel quel », sans aide à la compréhension. Les rares fois où un traducteur intervient, ce sont des séquences comiques pour lesquelles le public est supposé être complice28.

  • 29 Francophone tend à être assimilé à « français », « occidental » et arabophone à « arabe », « musulm (...)

17Selon les médias et au sein d’un même média, comme on vient de le voir, on trouve aussi bien un développement du français que de l’arabe, puisqu’on parle une langue aussi pour affirmer une identité. On assiste dans la sphère publique à un va-et-vient des identités via les langues : on va de l’identité arabe vers l’identité « francophone »29 et inversement, chaque fois qu’il semble que l’identité s’effiloche ou que la communication ne passe plus bien. En effet,

  • 30 Naji (op. cit.) ajoute : « Le devenir des médias et de leurs devoirs ne dépend plus de l’État de no (...)

les médias arabes et leurs professionnels, comme le citoyen arabe, vivent la « mediasphère globale » à partir d’une cosmogonie bien particulière. Exceptée, dans une certaine mesure, la poignée de pays du golfe arabo-persique qui sont bien rivés politiquement et culturellement au monde anglo-saxon, le grand reste des pays de cette région vit une « cosmogonie médiatique » tournée vers la Méditerranée, perméables que sont ces pays, fondamentalement, aux standards et pratiques médiatiques de mise sur la rive Nord de la « Mare Nostrum ».30

18À la fois en marge et en contact avec les organes « classiques », les réseaux sociaux, aussi par bien par les pages qu’y occupent les médias, par la généralisation des commentaires, par l’acheminement et la transmission instantanée des informations venues directement des usagers et citoyens, ces réseaux introduisent une métamorphose qui se répercute sur le rapport à l’usage des langues. L’environnement plurilingue est donc une constante aux prises avec les mutations, au premier chef les mutations politiques.

La révolution tunisienne

  • 31 Piot, O., La révolution tunisienne. Dix jours qui ébranlèrent le monde arabe, Éditions Les petits m (...)

19Les dirigeants arabes qui ont accédé au pouvoir au lendemain des Indépendances avaient une légitimité dans le parcours de libération de leur pays (Boumedienne, Bourguiba…). Les dirigeants de la deuxième génération ont su reprendre les mots étendards « liberté », « démocratie », et incriminer « les agitateurs », « la main étrangère » en vue de persuader les populations, tout en pratiquant un verrouillage de tous les systèmes ; ils ont cherché leur légitimité populaire dans les manifestations de masse avec encadrement policier. Lorsque fin décembre 2010 et les deux premières semaines de janvier 2011 le mouvement des Tunisiens est allé crescendo, « de la révolte sociale » à un « vaste mouvement politique »31, c’est avec la peur au ventre mais la volonté d’aboutir, d’en finir avec une situation de plus en plus insupportable, économiquement, socialement, idéologiquement, que les citoyens se sont mobilisés. La population était décidée à défendre ses propres intérêts, à montrer sa prise de conscience longtemps bafouée. Les signes qui rendent compte de cette concentration sur les problèmes propres à la Tunisie ont été l’absence de manifestations d’hostilité à l’étranger : pas de slogans anti-américains ou anti-israéliens, pas de drapeaux brûlés.

  • 32 Et plusieurs autres gestes de désespoir (immolations).

20Le geste du jeune vendeur ambulant Mohamed Bouazizi, qui, interdit d’activité par la police, tente de s’immoler par le feu devant le gouvernorat de Sidi Bouzid le 17 décembre 2010 – il décédera à l’hôpital le 4 janvier –, déclenche sur place, dans la région et bientôt dans d’autres villes, des manifestations spontanées32 que les médias officiels ignorent, que la police réprime durement (arrestations, tirs à balles réelles), mais que les réseaux sociaux révèlent et diffusent avant que les chaînes comme France 24 ou Al Jazeera ne s’en fassent à leur tour l’écho. Les émeutes, mais aussi les protestations de corps constitués de la société civile (comme les avocats, les professeurs) gagnent le pays, et prennent une dimension essentiellement politique.

  • 33 D’après K. Chammari (in Bettaïeb, op. cit., p. 49), la mise en scène et le discours voulaient imite (...)

21Lorsque Ben Ali s’adresse à la population le 13 janvier à la télévision33, ce n’est plus d’une manière autoritaire, mais avec une sorte de mea culpa disant en substance « je vous ai compris, on m’a induit en erreur, on va rétablir l’égalité et la justice ». Il parle en arabe dialectal, et non plus comme à l’accoutumée en arabe littéraire. Une sorte de faiblesse dans sa voix le trahit, et le peuple réalise que le maître des lieux se fragilise. Le lendemain, 14 janvier, le peuple de Tunis déferle et manifeste toute la journée en affrontant les forces de l’ordre. « Dégage » va prendre une force illocutionnaire grandissante, scandé à l’unisson et autorisant l’expression d’un sentiment profond. Le dictateur prend la fuite dans la soirée. La mise en place du processus démocratique par les gouvernements de transition a abouti à l’élection des représentants à l’assemblée constituante, en octobre 2011. Les manifestations de masse et la parole libérée ont réinvesti l’espace public verrouillé.

22Depuis la révolution de janvier 2011, les ouvrages, les numéros spéciaux, les émissions, se succèdent, en arabe et en français, sur la révolution et sur la Tunisie et les Tunisiens. Toute cette littérature d’histoire immédiate fait boule de neige pour ce qui est de la formation de l’opinion publique et de la construction des savoirs par les médias.

Le slogan, un emblème en circulation

Mémoire et parole vives, d’un espace à l’autre

23C’est surtout dans les villes que l’environnement est plurilingue. Dans l’espace urbain, les langues se mêlent, qu’il s’agisse de leur réalisation scripturale avec le balisage signalétique notamment, ou de leur réalisation orale avec la communication courante et ses alternances codiques par exemple. À Tunis, un Arabe du Moyen-Orient serait plus perdu qu’un Français. Les plaques de rue de façon systématique, les plaques professionnelles et autres panonceaux souvent, sont écrits en arabe et en français. Le repérage spatial est aussi linguistique et culturel sans négliger les traces de l’histoire, la mémoire des lieux et la connaissance plus ou moins partagée qui est à l’origine de la charge sémantique.

24Analysant l’évolution des noms de rue de Tunis, N. Ben Cheikh34 y lit (y lie) l’histoire du siècle précédent jusqu’à celle de la révolution toute récente :

  • 35 C’est la date de naissance de Bourguiba.

Le dépassement assumé du comportement anticolonial [intervient] par l’instauration d’une logique post-coloniale, toute de souplesse et de reconnaissance de l’Autre, dans le cadre d’un échange libre entre partenaires égaux. La place de la Victoire, donne sur l’Avenue de France, sur laquelle ouvre la Rue du Général De Gaulle (de son vivant), mène tout droit à la Place de l’Indépendance sur laquelle donne et l’Ambassade de France et La Grande Cathédrale qui donne accès à l’Avenue Bourguiba. Celle-ci croise une première artère, dont la partie droite est l’Avenue de Carthage, et celle de gauche est l’Avenue de Paris. Si la première continue jusqu’à Bab Aleyoua et le Cimetière Jallez, la Seconde va s’arrêter, sous son appellation d’Avenue de Paris, au niveau de la Place de La République […] La grande place désormais dédiée au 14 janvier 2011, avait été baptisée, jusqu’aux débuts des années 70, Place d’Afrique et sera rebaptisée, après la prise en otage de Bourguiba par ses courtisans, Place du 3 août, faisant redondance à l’Avenue Bourguiba35 et de ce fait avait encouragé, plus tard, Ben Ali à la consacrer à la date de son coup d’État [7 novembre] ; la référence à l’Afrique est liée à celle faite au Maghreb puisque la Place se situe au point commun de perspective des deux plus grandes Avenues de la Capitale à l’époque : L’Avenue Bourguiba et l’Avenue Mohamed V. […] l’Avenue parallèle à celle qui porte le nom de Bourguiba porte celui de Farhat Hached et que le Boulevard périphérique dédié aux martyrs du 9 avril, commence à Bab Sadoun, passe non loin de Bab Bnet et surplombe, vers sa fin, Sijoumi. Trois lieux marqués par les différentes générations de martyrs de la lutte nationale : Bab Saadoun où ont été pendus les condamnés à mort de la Révolte de Jallaz en 1911, Bab Bnet pour ceux tombés le 9 avril 1938 et Sijoumi où l’on a fusillé les condamnés à mort de la révolution des années cinquante. (18 janvier 1952)

  • 36 http://sidibouzid2.tumblr.com
  • 37 Ben Farhat, S., in Bettaïeb, op. cit., p. 139.
  • 38 Trois slogans dominants sont cités en arabe et en français (on peut supposer que c’est la traductio (...)

25C’est dans les rues de Tunis que surgit le slogan le plus célèbre de la Révolution, « Dégage », qui se propagera bien au-delà. Les manifestations massives et répétées atteignent un point culminant le 14 janvier, et parmi les nombreux slogans, celui-ci émerge. Le « Livre-témoignages » qui porte ce titre recense un certain nombre de ces slogans, et en fait figurer une vingtaine en arabe et en français sur une double page, blanc sur fond rouge, aux couleurs de la Tunisie, en signalant qu’une collecte pour en garder la mémoire est organisée sur une plate-forme de micro-blogging36. Les photos qui montrent les manifestants du 14 janvier (et d’autres manifestations antérieures ou ultérieures – hostiles à la présence d’anciens ministres de Ben Ali dans le gouvernement de transition par exemple), font bien apparaître que les « slogans brandis sur pancartes, affiches et supports fabriqués à la diable sont le fait d’individus et non de partis »37. Ils témoignent de l’intense créativité du peuple. Ces slogans sont écrits en arabe (classique ou dialectal) en français et en anglais parfois en plusieurs langues sur leurs supports de fortune ou à même les murs38.

26Dans une séquence filmée en direct par un manifestant avec son téléphone portable, on voit que « Dégage » est scandé par toute la foule et accompagné par un mouvement de la main. La formule est devenue le héros linguistique de la Révolution, omniprésente et emblématique au point d’être reprise dans sa dynamique d’exemple et comme un hommage dans les autres mouvements du « printemps arabe », y compris dans le contexte non francophone en Égypte. Les enregistrements, la diffusion de l’image puis l’installation et l’essaimage du slogan (de la Tunisie « Ben Ali dégage », « RDC dégage », à l’Égypte, « Dégage Moubarak », et à l’Algérie « Dégage Boutef »), ont été le fait des médias audio-visuels et des réseaux sociaux, et pose la question non seulement de la formation de l’opinion, mais de l’engagement des populations au fur et à mesure de l’avancée des événements et de leur retentissement. Les médias montrent et reprennent ce qui est dans l’espace public physique, le projettent dans l’espace public international, et cette circulation mène à une appropriation qui génère l’action. Le slogan en français notamment participe à l’image d’une révolution arabe unitaire.

Poétique du politique et couleurs des langues

  • 39 Reboul, O., Le slogan, Bruxelles, Éditions Complexe, 1975, p. 42.
  • 40 Ibid. p. 10. D’après Reboul (ibid., p. 14) : « Le mot, qui en anglais était venu de la politique à (...)

27Le slogan a une double dimension qui assure son efficacité : d’une part sa portée argumentative et d’autre part ses propriétés formelles qui témoignent de la fonction poétique et l’inscrivent aisément dans la mémoire. Pour Reboul, c’est une « formule concise et frappante, facilement répétable, polémique et le plus souvent anonyme », qui se veut sans réplique et comporte un « élément d’autojustification, passionnelle ou rationnelle », dont le « pouvoir d’incitation […] excède toujours […] [le] sens explicite »39. Le terme s’applique aussi bien à la publicité qu’à la politique en impliquant l’action de masse telle que la propagande peut chercher à la susciter : « faire marcher les gens »40. Dans le cas de la révolution tunisienne, les slogans que nous évoquons naissent et se propagent à la faveur d’un mouvement collectif et de manière spontanée à l’origine, et non fabriquée par des instances en vue d’un effet déterminé. Ils produisent un effet d’auto-entraînement et confinent au mot d’ordre.

  • 41 Navarro, op. cit., p. 271.

28S’il est possible de caractériser linguistiquement et rhétoriquement le slogan, Reboul insiste surtout sur son impact. Le slogan se définit donc essentiellement pragmatiquement, et en rapport étroit avec son contexte. Pour Navarro « apparemment, il est une phrase ou un groupe de phrases, mais la phrase peut se réduire à un seul mot », ce qui est le cas de « Dégage » ; il mentionne que le slogan notamment publicitaire prend sens « avec le texte ou l’image qui […] [l’] accompagne »41. Les slogans politiques nés de l’action prennent sens par rapport à ce contexte d’action qui les associe à une entité collective ; celle-ci se reconnaît en eux et se donne à connaître par eux.

29D’où vient la force illocutoire particulière du slogan « Dégage » ? Pourquoi le choix spontané du français alors que plusieurs expressions en arabe pourraient être utilisées ? Voici ces expressions sous une forme phonétique approximative, en traduction littérale, avec une gradation allant de la plus neutre à la plus rude :

orroj « sors »
emchi al/ab « va jouer » = « fiche le camp »
at la barra « va dehors »
emchi zammer « va klaxonner/souffler dans un instrument de musique » emchi*** « va*** [terme grossier] »

30La langue étrangère ménage la possibilité d’une transgression : on dit des mots d’amour ou des mots vulgaires plus facilement que dans sa propre langue. Le français, quoique maîtrisé, quoique faisant partie de l’éventail plurilectal usuel en Tunisie, garde son statut de langue étrangère, ce qui a permis paradoxalement de libérer la parole et de participer à cette libération politique. L’emploi du français désinhibe, permet de dire quelque chose de fort en laissant une marge d’engagement car on peut revenir en arrière, ou aller en avant, c’est-à-dire qu’on peut dire en arabe quelque chose de plus ou moins fort.

  • 42 Navarro (op. cit.) reprend l’idée que l’impératif présent localise moins un procès dans le temps qu (...)
  • 43 Si à certains moments le français domine chez les manifestants, l’arabe est appelé à reprendre le d (...)
  • 44 Cette inscription murale reprise sur le site du « Mouvement démocratique arabe » (http://www.aloufo (...)

31Comment s’équilibrent la brutalité et la poéticité dans cet impératif de deux syllabes ? La poéticité est minimale s’agissant d’un seul mot, mais elle tient aux effets rythmiques de sa profération répétée comme un mouvement irrésistible. La brièveté de l’impératif42, combinée au tutoiement, marque la netteté d’une injonction sans ménagement (avec le sens de « sors de là, cette place n’est pas la tienne, nous avons les moyens de te faire partir de là »). Le verbe instaure performativement le changement surtout par le fait qu’il s’adresse directement au tyran dont, peu auparavant, on n’osait pas prononcer le nom en public : « Ben Ali dégage ! » L’impératif devenu slogan par l’adresse et la répétition, dit en français, a plus d’impact dans le contexte arabe43. Il est accompagné et relayé par d’autres formules en arabe, en anglais44.

  • 45 Ils fonctionnent également en écho-reprise-transformation comme sur la pancarte qui conjugue le ver (...)
  • 46 On doit ce concept à Jean Peytard dans son article de 1975 : « Lecture(s) d’une “aire scripturale”  (...)
  • 47 http://fiches.lexpress.fr/livre/degage-les-29-jours-de-la-revolution-tunisienne 285551

32Les variations, dans la mesure où on peut mettre en équivalence pragmatique tous les énoncés (slogans et mots d’ordre)45, sont donc linguistiques, lexico-syntaxiques mais elles sont aussi graphiques. Les « aires scripturales »46, c’est-à-dire les espaces où s’inscrit l’écrit qui les organise et s’y adapte, sont en relation avec le support et avec les modalités physiques de l’écriture (écrire sur un mur avec une bombe, noter une inscription sur une feuille ou une pancarte ou une banderole tenue fermement et montrée, faire des jeux de couleur à des fins de contraste ou de marquage symbolique). Les actions sociales accomplies par le discours sont très différentes selon ces données, ainsi le statut de citation-commémoration de « Dégage » en titre de publication, est d’un tout autre ordre que l’action revendicative risquée de brandir une pancarte à bout de bras, dont la photo fait la couverture de cette publication47 :

33Un marquage connotatif tend à s’attacher au français en relation avec les mouvements progressistes, alors que la langue arabe conçue comme intrinsèquement liée à l’identité musulmane, servirait l’orientation conservatrice d’un islam politique. Pour récuser le simplisme de cette opposition, dire des mots français avec la prononciation arabe par exemple, les franciser phoniquement, est une façon de signifier qu’on est arabe de culture française.

34La fonction poétique appuyée sur le rapport aux langues est bien au service de l’argumentation politique, directe ou oblique. Nous donnons deux exemples de slogans qu’on a pu entendre dans la période électorale de l’automne 2011 :

Tounes laya « La Tunisie est à moi »
Tounes lyk « La Tunisie est à toi »
Tounes laykia « La Tunisie est laïque »

35Le mot laikia vient combiner les sons des deux mots précédents et apparaît de ce point de vue dans une suite harmonieuse. La progression des pronoms personnels pourrait faire attendre lena « à nous ». Le mot laikia introduit donc un effet de surprise mais une continuité phonique, tandis qu’entre le terme attendu (absent) et le terme présent, une équivalence sémantique s’esquisse, qui pourrait être glosée ainsi : pour être vraiment nôtre, la Tunisie doit être (rester) laïque. Or le mot laïc, laïque n’existe pas en arabe, c’est donc un emprunt linguistique au français avec intégration morphologique. Mais l’emprunt à la langue française peut apparaître aussi comme un emprunt à la tradition française de la laïcité. Le terme n’est emprunté en effet ni à l’anglais ni à l’italien par exemple.

36Du côté des partis religieux, la poéticité est mobilisée également avec une autre stratégie. Par exemple :

Lah ilaha illa allah
Nessma adou allah
(il n’y a pas/de dieu/que/Allah
Nesma est ennemi de Dieu, traduction littérale)

37L’énoncé qui se clôt sur le nom sacré, impose formellement, par le son et le rythme, l’évidence de l’assertion fervente : en effet il s’agit de la profession de foi du musulman qui concerne tous les croyants. Son emploi comme slogan associé à la stigmatisation de la chaîne TV, en déplaçant la foi sur un autre espace, correspond à la démarche des partis qui se réclament de l’islam politique. Laïcité et islamisme sont marqués sur la scène politique tunisienne par l’ambiguïté, dans une visée polémique des deux camps : la laïcité (ce mot qui n’existe pas en arabe) est assimilée à l’athéisme par les anti-laïques. L’islamisme, lui, vise à se confondre avec l’islam dont il se réclame.

  • 48 Adam, J.-M. et Lugrin, G., « Effacement énonciatif et diffraction co-textuelle de la prise en charg (...)

38Si la poéticité dans ces slogans joue sur le sonore, l’espace public est peuplé d’« icono-textes »48, porteurs de messages et marqueurs d’identité qui transitent du cadre d’une manifestation ou d’un affichage officiel aux manchettes des journaux, aux écrans divers et aux pages de réseaux sociaux. La mixité linguistique de l’affiche-logo de l’organisme garant démocratique des élections d’octobre 2011 (ISIE) est particulièrement intéressante car elle joue aussi bien sur l’organisation de l’aire scripturale que sur le graphisme, sur l’alliance des langues que sur le jeu des couleurs.

39Le plurilinguisme est mis en œuvre autant que figuré, en relation avec l’emblème majeur du pays, le drapeau, dont la couleur rouge va identifier un sigle inclus dans le nom du pays, en permettant une double lecture. Le rectangle dont la forme géométrique d’ensemble peut évoquer un drapeau est partagé en deux verticalement, définissant à droite sur un tiers de la surface environ, une zone iconique (le drapeau), et à gauche (deux tiers de la surface) une zone verbale. Celle-ci, à son tour peut être divisée en deux, horizontalement cette fois, avec en haut un énoncé en arabe (lettres noires), en bas un énoncé en français (lettres grisées) dont le contenu sémantique est le même (c’est le nom de l’organisme). La séparation entre la zone de l’arabe et la zone du français est aussi une ligne de contact : c’est, en capitales et en français, le nom du pays TUNISIE que signifie aussi iconiquement le drapeau. Les quatre dernières lettres du nom du pays, dans une police différente et plus grande, sont en rouge (comme le drapeau), et constituent l’acronyme de l’organisme (Instance Supérieure Indépendante pour les Élections). Le N (en noir) de TuNisie s’évase pour croiser le I rouge et marquer la solidarité de l’ensemble. Le site de l’ISIE49 est un site en langue arabe pour l’essentiel.

40Pour conclure brièvement, le plurilinguisme en Tunisie doit être appréhendé non comme une relation duelle arabe-français, mais dans la mobilité d’une circulation qui intègre d’autres langues (l’anglais) et les variétés de l’arabe et du berbère.

41On peut parler plutôt que d’une co-existence, d’une co-utilisation de l’arabe et du français, que révèlent et qu’activent les espaces publics et les pratiques qui s’y développent. Selon la disponibilité de la langue aux locuteurs et aux scripteurs, et les éléments contextuels (circonstances, supports, modes sémiotiques), c’est l’une ou l’autre qui sera utilisée, ou encore les deux alternativement ou simultanément. L’hybridation peut intervenir à tous les niveaux, du mot où se marquent les traces des deux langues jusqu’au discours en situation, qu’il s’agisse du cours d’interactions télévisuelles ou des icono-textes de la révolution, avec leur potentiel de créativité, comme ont pu et peuvent les saisir les capteurs d’images.

42La relation à la langue manifeste une identité politique, sur le plan médiatique ou interpersonnel, en termes d’appartenance ou d’aspiration et participe au processus d’élaboration et d’affirmation des opinions.

Notes

2 Habermas, J., L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1962 (révisé en 1988).
Habermas montre que l’émergence de l’espace public intervient au XVIIIe siècle avec la publicité (= fait de rendre public) donnée à la critique et au débat, en relation avec des lieux et des pratiques (fréquentation des théâtres, cafés, salons, mais aussi les journaux et leur diffusion). Il s’agit de lieux où se forme l’opinion publique sans qu’il y ait une instance institutionnelle qui délimite et contraigne ce processus.
« La bourgeoisie oppose à l’absolutisme du pouvoir étatico-monarchique, la publicité. Celle-ci extériorise une opinion publique qui contrebalance la voix unique de l’État, délimite un intérêt général et donne à la raison une place de choix dans le débat collectif », écrit Th. Paquot dans L’espace public, Paris, La Découverte, Coll. « Repères », 2009.

3 « L’espace public est un terme polysémique qui désigne un espace à la fois métaphorique et matériel. Comme espace métaphorique, l’espace public est synonyme de sphère publique ou du débat public. Comme espace matériel, les espaces publics correspondent tantôt à des espaces de rencontre et d’interaction sociales, tantôt à des espaces géographiques ouverts au public tantôt à une catégorie d’action », d’après l’encyclopédie en ligne Hypergéo (http://www.hypergeo.eu/spip.php?article482).

4 Paquot, op. cit.

5 Létourneau, A., « Remarques sur le journalisme et la presse au regard de la discussion dans l’espace public », in P.-J. Brunet, L’éthique dans la société de l’information, Québec et Paris, Presses de l’Université Laval et L’Harmattan, 2001, p. 49.

6 À la différence entre plurilinguisme (« coexistence de langues et pluralité de communautés linguistiques dans un espace ») et multilinguisme (« maniement multiple de langues par un même individu »), Laroussi ajoute le troisième terme de plurilectalisme qui a l’avantage de neutraliser l’opposition langue/dialecte, patois/parler. Son article s’intitule « Plurilinguisme et identités au Maghreb : en quels termes les dire ? », in F. Laroussi (éd.), Plurilinguisme et identités au Maghreb, Publications de l’Université de Rouen, 1997.

7 La sémiotique de l’altération ou sémiotique différentielle de J. Peytard articule une approche bakhtinienne du discours, et une théorisation du sens comme essentiellement mobile, instable et pluriel. Cette dynamique du discours se caractérise par l’altération (autrement dit/autrement fait à travers les opérations de reformulation et de transcodage) et par la relation à l’altérité (tiers-parlant, évaluation). La démarche d’analyse qui s’attache à des objets discursifs variés prend en compte les modes de manifestation sémiotique (oral/scriptural/iconique). Voir notamment J. Peytard, Syntagmes 4, de l’évaluation et de l’altération des discours, Alufc, Besançon, 1992.

8 Laroussi, op. cit., p. 21-22.

9 Spaëth, V., « Le français au contact des langues : présentation », Langue française, 2010/3 n° 167, p. 4.

10 Laroussi, op. cit., p. 21.

11 Alors que l’Algérie était considérée comme une partie intégrante du territoire français, la Tunisie et le Maroc étaient sous protectorat respectivement de 1881 et 1912 jusqu’à leur indépendance en 1956.

12 Dans la préface de l’ouvrage de Laroussi (op. cit.).

13 Nous entendons par là le choix du français pour la signalétique, urbaine notamment.

14 Comme le signale Quitout en citant L.-J. Calvet. M. Quitout, Paysage linguistique et enseignement des langues au Maghreb des origines à nos jours (L’amazighe, l’arabe et le français au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Lybie), Paris, L’Harmattan, 2007.

15 Laroussi, op. cit., p. 30. Il ne faut pas oublier l’amaghize (langue berbère), comme Quitout le montre bien (op. cit.).

16 In Miled, M., « Le français langue seconde en Tunisie : une évolution sociolinguistique et didactique spécifique », Le Français aujourd’hui, 2007/1 n° 156, p. 79-86, p. 80. Dans sa présentation du numéro de Langue Française n° 167 auquel M. Miled a contribué, V. Spaëth écrit qu’il montre bien le « statut très mobile du français au Maghreb, corrélé à la réalité sociolinguistique de ses usages » (op. cit., p. 11).

17 Laroussi, op. cit., p. 30.

18 Ibid., p. 31.

19 Miled, op. cit., p., 81.

20 « La demande sociale et les emplois disponibles sollicitent directement ou implicitement des compétences bilingues, voire trilingues (l’anglais étant la deuxième langue étrangère) [notamment] la multiplication des centres d’appel francophones […] les offres d’embauche des entreprises ou des sociétés étrangères » (Miled, ibid.).

21 Naji, Jamal Eddine (Fondateur de la Chaire Unesco/Orbicom « Communication publique & communautaire » Rabat, Maroc) article en ligne des 21-22 décembre 2011 http://www.libe.ma/Media-et-democratie-Deficits-potentialites-et-boule versements-de-la-mediasphere-arabe-cas-du-Maroc-I_a23759.html et http://www. libe. ma/
Media-et-democratie-Deficits-potentialites-et-bouleversements-de-la-media sphere-arabe-cas-du-Maroc-II_a23817.html

22 Naji, op. cit.

23 Fondée au Qatar en 1996, par Cheikh Hamad ben Khalifa, « première chaîne arabe d’information en continu, localisée sur le territoire du Qatar, avec un pluralisme éditorial rendant difficile de la classer politiquement », elle est considérée par Claire-Gabrielle Talon comme à l’origine d’un « nouveau modèle médiatique ». http://www. lesclesdumoyenorient. com/Claire-Gabrielle-Talon-Al-Jazeera. html. Al Jezeera English existe depuis 2005 (cf, symétriquement BBC Arabic).
C-G. Talon, spécialiste des médias du monde arabe, a consacré en 2011 un ouvrage à Al Jazeera : Al Jazeera. Liberté d’expression et pétromonarchie, Paris, PUF, Coll. « Proche Orient ».
Dans un entretien donné en mars 2011, elle déclarait : « Al Jazeera s’est distinguée par une couverture enthousiaste et participative des révolutions tunisienne et égyptienne. Contrairement à ses principales concurrentes qui ont, pour la BBC Arabic, cherché à rester le plus neutre possible et, pour Al Arabiya, relayé les craintes saoudiennes de voir le régime d’Hosni Moubarak tomber, Al Jazeera a dès le début pris le parti d’accompagner les manifestants, de soutenir leurs revendications et même de prendre part à leur révolte […] [par] le choix d’une couverture en continu des événements avec la diffusion systématique et abondante des images filmées par les manifestants eux-mêmes, et celui de relayer les informations de manière quasi-instantanée même lorsqu’elles étaient encore sujettes à caution. […] En Tunisie, en Égypte et en Libye, des projections d’Al Jazeera sur des murs et des toiles improvisées ont permis aux émeutiers de suivre les événements, les réactions et les discours du régime en direct sur la chaîne. Outre le fait de s’être aussi imposée comme une tribune pour les opposants aux régimes de Ben Ali, de Moubarak et de Kadhafi, Al Jazeera s’est d’autre part lancée dans une campagne promotionnelle à base de spots quasi-publicitaires en faveur de révolutions démocratiques […] s’il demeure délicat d’évaluer précisément le rôle joué par Al Jazeera dans ces révolutions, il est cependant aujourd’hui possible d’affirmer qu’elle a largement participé à une diffusion de la révolte dans le monde arabe, en permettant notamment de toucher des milieux populaires ayant moins accès aux réseaux sociaux. » http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/International/Monde-arabe-Al-Jazeera-et-la-revolution/Default-3-2436.xhtml.

24 Miled, op. cit., p. 82.

25 La chaîne est reçue au Maghreb mais également en Europe. Outre le site de la chaîne (www.nessma.tv) voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Nessma ; http://souk-elmedia.com/2011/04/08 ; http://tbradio.net/medias.

26 Elle a été sous les feux de l’actualité en octobre 2011, quand à la suite de la diffusion du film franco-iranien Persépolis (adapté de la bande dessinée de Marjane Satrapi), doublé en arabe dialectal, une plainte pour blasphème a été déposée et plusieurs manifestations salafistes organisées, dont une qui a attaqué le domicile du PDG de la chaîne taxée d’occidentalisme diabolique. Ces incidents sont intervenus dans la période précédant les élections à l’assemblée constituante, sur fond d’affrontements et de polémiques notamment entre les courants laïcs et le parti Ennhada.

27 « Maha Chtourou vous invite chaque semaine dans sa cuisine à Dar Nessma pour un agréable moment de plaisir culinaire […] nous faire découvrir des recettes spécifiques et traditionnelles de différentes villes du Maghreb. […] Parlant plusieurs langues (français, anglais, italien et turque [sic]) et ayant une formation polyvalente, Maha est une comédienne qui a fait des apparitions dans plusieurs spots publicitaires et a joué dans plusieurs feuilletons et courts-métrages tunisiens. »

28 Par exemple un humoriste propose de traduire pour deux invités de la diaspora maghrébine qui font carrière en France : Smaïn et Jamel.

29 Francophone tend à être assimilé à « français », « occidental » et arabophone à « arabe », « musulman ».

30 Naji (op. cit.) ajoute : « Le devenir des médias et de leurs devoirs ne dépend plus de l’État de nos jours, il dépend de la société qui, désormais, partout dans le monde, dans les démocraties avérées, comme dans les démocraties en marche ou en gestation, remet en question la place et le rôle des médias en son sein, à l’aune du credo démocratique promoteur de participation, d’appropriation citoyenne. »

31 Piot, O., La révolution tunisienne. Dix jours qui ébranlèrent le monde arabe, Éditions Les petits matins, 2011, p. 73.
Voir également, parmi les très nombreuses publications, Meddeb, A., Printemps de Tunis. La métamorphose de l’histoire, Paris, Albin Michel, 2011, et l’ouvrage collectif suivant : Bettaïeb, V. (éd.), Dégage. La révolution tunisienne. Livre-témoignages (17 décembre 2010-14 janvier 2011), Ed. du Patrimoine Tunis-Ed. du Layeur, Paris, 2011.

32 Et plusieurs autres gestes de désespoir (immolations).

33 D’après K. Chammari (in Bettaïeb, op. cit., p. 49), la mise en scène et le discours voulaient imiter l’intervention de Bourguiba au lendemain des émeutes du pain de fin 1983 début 1984. Bourguiba avait convaincu en disant qu’il retirait les mesures contestées et qu’il avait été trompé.

34 « Les noms de rues de Tunis : un parcours hautement signifiant. » http://www.naceur.com/?p=2017, publié le 3 août 2011.

35 C’est la date de naissance de Bourguiba.

36 http://sidibouzid2.tumblr.com

37 Ben Farhat, S., in Bettaïeb, op. cit., p. 139.

38 Trois slogans dominants sont cités en arabe et en français (on peut supposer que c’est la traduction en français de slogans écrits en arabe sur les pancartes qui sont données à voir sur les photos) : « Le travail est un droit inaliénable, bande de voleurs », « Non au despotisme, ô gouvernement de corrompus », « Vivre de pain et d’eau plutôt que de supporter encore Ben Ali ». L’auteur remarque que ces slogans sont à haute teneur politique même si le chômage et la situation économique de la population sont à l’origine du mouvement de protestation devenu révolution. Un dernier slogan d’allure plus énigmatique est cité : « Pour que le 14 janvier ne soit pas 2 X 7 » : il fait référence à la date de prise de pouvoir de Ben Ali, le 7 novembre 1987 (Ben Farhat, S., in Bettaïeb, op. cit., p. 139).

39 Reboul, O., Le slogan, Bruxelles, Éditions Complexe, 1975, p. 42.

40 Ibid. p. 10. D’après Reboul (ibid., p. 14) : « Le mot, qui en anglais était venu de la politique à la publicité, est passé en français de la publicité à la politique. Mais à une politique placée sous le signe de la propagande de masse ». Ce passage est cité par D.F. Navarro, « La rhétorique du slogan : cliché, idéologie et communication », in Bulletin Hispanique, tome 107, n° 1, 2005, p. 265-282.

41 Navarro, op. cit., p. 271.

42 Navarro (op. cit.) reprend l’idée que l’impératif présent localise moins un procès dans le temps qu’il ne signifie une « prise de position du locuteur face à son acte de parole ».

43 Si à certains moments le français domine chez les manifestants, l’arabe est appelé à reprendre le dessus, notamment pour anticiper le reproche des partis extrémistes de ne pas maîtriser l’arabe.

44 Cette inscription murale reprise sur le site du « Mouvement démocratique arabe » (http://www.aloufok.net/spip.php?article3214) utilise les deux langues mais sans qu’il y ait traduction exacte. L’inscription en arabe signifie « Vive la Tunisie libre », et Freedom « Liberté ».

45 Ils fonctionnent également en écho-reprise-transformation comme sur la pancarte qui conjugue le verbe dégager, devenu familier, et lui oppose rester, souligné (photo de la 4e de couverture de Bettaïeb, op. cit.) : « Je reste, Tu dégages, Il dégage, Nous restons, Vous dégagez, Ils dégagent. »

46 On doit ce concept à Jean Peytard dans son article de 1975 : « Lecture(s) d’une “aire scripturale” : la page de journal », Langue française, n° 28, p. 39-59.

47 http://fiches.lexpress.fr/livre/degage-les-29-jours-de-la-revolution-tunisienne 285551

48 Adam, J.-M. et Lugrin, G., « Effacement énonciatif et diffraction co-textuelle de la prise en charge des énoncés dans les hyperstructures journalistiques », in Semen n° 22 Alufc, Besançon, 2066, p. 131-148. Le concept d’hyperstructure, développé notamment dans cet article, reprend en l’intégrant celui d’aire scripturale. Nous donnons à icono-texte, hors du cadre de la presse écrite, une extension plus large.

49 http://www.isie.tn/

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search