Version classiqueVersion mobile

Environnement francophone en milieu plurilingue

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Environnement linguistique

Pour une politique linguistique écologique en Afrique

Ozouf Sénamin Amedegnato

Texte intégral

1Depuis le contact colonial, le nombre de locuteurs du français n’a cessé d’augmenter sur le continent africain. C’est un fait. Mais ce constat apparemment simple est peut-être trompeur. En effet, le développement du fait francophone s’est fait dans des proportions fort éloignées des objectifs que s’étaient fixés les pouvoirs publics aux lendemains des indépendances politiques. Le congrès d’Addis-Abeba organisé sous l’instigation de l’UNESCO en 1961 et qui réunissait les ministres d’Éducation des pays nouvellement indépendants visait, dans l’enthousiasme collectif des lendemains des indépendances politiques, une « scolarisation universelle », c’est-à-dire 100 %, en vingt ans, dans les langues occidentales héritées de la période coloniale. Cinquante plus tard, cet objectif est loin d’être atteint et la moyenne stagne, depuis deux décennies, à 30 %. Face à de tels résultats, il conviendrait de réfléchir (sans complaisance et surtout sans tabou) à des pistes susceptibles d’améliorer la situation.

2Un colloque sur l’environnement francophone en milieu plurilingue est précisément une bonne occasion pour se (re)demander si l’environnement francophone en Afrique est naturel ou plutôt artificiel. Nous entendons par là, le fait de déterminer si la place du français en Afrique est écologique, c’est-à-dire adaptée à la réalité du terrain sociolinguistique africain. Bref, il s’agit de s’assurer que la focalisation du thème de la rencontre sur une seule langue dans un contexte caractérisé par le plurilinguisme n’exagère pas volontairement l’impact véritable du français dans l’espace considéré.

  • 1 Chaudenson, Robert et Rakotomalala, Dorothée, Situations linguistiques de la francophonie. État des (...)

3Pour évaluer le paysage sociolinguistique des pays d’Afrique étiquetés francophones, nous utiliserons l’opposition status vs corpus. De cette confrontation entre données statutaires et réalité de terrain découlera, sans doute, la nécessité d’avoir, dans lesdits pays, des politiques linguistiques plus en adéquation avec le contexte. Au terme de notre analyse, qui examinera également la place du français d’Afrique dans les dictionnaires de langue française (particulièrement Le Petit Robert), nous expliquerons en quoi il serait dans l’intérêt de tous que le français (considéré par certains comme langue africaine) soit finalement reclassé comme langue étrangère. Dans le cadre de ce texte, nous examinerons plus spécifiquement deux niches écolinguistiques, le Sénégal et le Togo, telles que décrites dans l’édition la plus récente de la grille d’évaluation des situations linguistiques proposée par Robert Chaudenson1. Nous estimons que ces deux pays sont représentatifs des deux situations les plus répandues dans l’environnement plurilingue d’Afrique de l’Ouest. Dans le premier cas, les pays disposent, en plus du français, d’une langue véhiculaire africaine importante, qui remplit les fonctions de la communication intergroupe, définissant ainsi deux diglossies enchâssées (français vs véhiculaire africain ; véhiculaire africain vs autres langues locales). Dans le second cas, le français cohabite avec plusieurs langues locales, définissant des diglossies juxtaposées. Les données de ces deux niches seront ensuite contrastées avec celles de la niche France, dont la situation (écologique celle-là) diffère considérablement des deux précédentes.

Inadéquation entre status et corpus

4Depuis trois décennies, de nombreux travaux tentent de quantifier la réalité du français en Afrique, afin d’envisager des politiques éducatives, linguistiques et culturelles adéquates. C’est notamment le cas de Situations linguistiques de la francophonie, ouvrage qui présente une grille des situations linguistiques des pays et régions francophones, à partir d’outils communs (mêmes critères, mêmes variables), permettant ainsi un état des lieux du paysage sociolinguistique dans chaque pays. Le principe directeur du projet

  • 2 Ibid., p. 9 et 10.

consiste à réunir en un volume une analyse et des représentations graphiques des situations linguistiques propres aux divers États de la Francophonie […]. Notre objectif, est de donner, pour chaque État étudié, un tableau et une représentation graphique simples et clairs de sa situation linguistique, mais aussi de fournir des tableaux comparatifs qui, en offrant une vue globale des situations, pourraient orienter des choix politiques de coopération, en particulier en matière de diffusion de la langue et de la culture françaises.2

5La typologie de Chaudenson repose sur l’opposition (désormais traditionnelle en aménagement linguistique) entre status et corpus ; et les remaniements successifs (entre 1988 et 2004) n’affecteront pas ces deux piliers principaux de la grille. Le status, qui se place en ordonnées dans la construction graphique, prend en compte cinq critères : S/1, le statut officiel des langues ; S/2, les usages institutionnels des langues (notamment pour les textes de lois, l’administration nationale et locale, la justice et la religion) ; S/3, l’utilisation des langues dans le système éducatif (aux trois cycles) ; S/4, l’utilisation des langues dans les moyens de communication de masse (presse écrite, radio, télévision, cinéma, édition) ; enfin, S/5, les possibilités économiques et avantages sociaux qu’offre l’usage des langues.

6Quant au corpus (placé en abscisses dans la construction graphique), il repose moins sur des données objectives que sur l’évaluation du chercheur. Il s’agit ici de déterminer si les langues sont l’objet C/1, d’une acquisition (comme langue première) ou C/2, d’un apprentissage (dans le cadre scolaire) ; d’évaluer C/3, si la population utilise les langues comme des véhiculaires ou comme des vernaculaires ; de juger C/4, la compétence linguistique des locuteurs des langues, ainsi que C/5, leur production langagière dans les langues.

  • 3 Ibid., p. 237.
  • 4 Ibid.

7Un système de points attribués à chaque critère d’évaluation du status et du corpus permet, après une opération arithmétique dûment explicitée, de situer chaque langue d’un pays dans le plan dessiné. C’est ainsi que pour le Sénégal, par exemple, le rapport status vs corpus pour le français est de 79 vs 50, alors que le même rapport pour le wolof est de 21 vs 60. Le français est certes la langue officielle du pays, mais comme le reconnaît Moussa Daff – qui a rédigé l’entrée « Sénégal » de la grille –, « le taux de personnes capables d’utiliser un français de niveau acceptable est très faible »3. Ce sont les langues dites nationales (diola, malinké, pulaar, soninké, wolof et tout autre idiome codifié) que les enfants acquièrent en grandissant ; et, ajoute Daff, « bien entendu, tous les locuteurs de vernaculaires ont dans ces langues des compétences complètes ce qui rend inopportunes des réponses dans le secteur de la compétence pour ces langues qui sont […] faiblement véhicularisées »4. De plus, même dans le cadre des usages institutionnalisés (qui relèvent du status où le français est normalement prévalant, du fait de son officialité), le wolof est la langue véhiculaire dominante, surtout en milieu rural, mais pas uniquement. Il est clair que dans un contexte comme celui du Sénégal, il serait plus avantageux d’augmenter le status du wolof (déjà largement répandu), si l’on veut être réellement écologique.

  • 5 Ibid., p. 275.

8La situation du Togo n’est guère différente. Le territoire étant une ex-colonie allemande, le contact avec le français y fut plus tardif (après la Première Guerre mondiale). Le rapport status vs corpus tel qu’évalué par Issa Takassi – rédacteur de l’entrée « Togo » de la grille –, est de 91 vs 17 pour le français. L’écart est bien plus saisissant ici et traduit une situation sociolinguistique pas du tout équilibrée. Seulement un tiers de la fiche est consacré au status, puisque le français, langue officielle, est largement dominant surtout dans l’éducation. Cela dit, les langues locales tiennent tout de même une certaine place surtout dans les usages institutionnalisés, notamment en matière de religion. Quant au corpus, l’essentiel des explications revient à reconnaître la réalité suivante : « Le HCF [Haut Conseil de la Francophonie] donnait en 2003 pour le Togo 20,1 % de francophones et 35,2 % de francophones partiels. Ces chiffres semblent reposer sur des chiffres de scolarisation, eux-mêmes discutables. Même avec un pourcentage de 33 % de scolarisés dans un primaire complet, il est hasardeux de penser que tous ont une compétence complète en français »5. Une fois de plus, il conviendrait au moins de s’interroger sur le caractère écologique d’une telle situation.

  • 6 Ibid., p. 13.

9Le cas de la France, en comparaison, est bien enviable. La place du français y est écologique ; presque à l’extrémité de la diagonale, ligne idéale indicatrice d’une situation relativement équilibrée. Si la diagonale est, ainsi que le soutient Chaudenson, « l’ensemble des points pour lesquels on a, pour une langue, un status et un corpus égal »6 force est alors de constater que pour l’Afrique, le corpus n’est pas à la hauteur du status. Comment dès lors, ne pas se demander si l’Afrique dite francophone est réellement francophone ? Selon Birgit Brock-Utne et Ingse Skattum, en effet,

  • 7 Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, « Introduction », Languages and Education in Africa : a compar (...)

The terms anglophone, francophone and lusophone (Portuguese-speaking) are commonly used for countries that have these languages as official languages, alone or together with an African language, though the European languages are rarely the mother tongue of the African inhabitants. The terms are inaccurate, as the percentage of ‘real’ speakers of these languages varies greatly from one African state to another: from 4-5 % in certain ‘francophone’ countries like Niger and Mali, to around 45 % in a country like Congo. The level of language competence is of course difficult to ascertain, but one may say that the same problem is found in ‘anglophone’ and ‘lusophone’ countries. In an ‘anglophone’ country like Tanzania, for instance, only about 5 % of the population are said to be fluent in English while 99 % are fluent in Kiswahili. However, as to our knowledge no alternative terms are available, we will use these adjectives to avoid having to mark our disapproval at every occurrence by adding ‘so-called’ or putting them in quotation marks.7

10De nombreux pays et régions où le français est langue officielle, mais pas maternelle, font l’expérience de cette inadéquation.

11Si l’on récapitule brièvement le propos qui précède, la grille d’analyse de Chaudenson aura permis de voir que la langue française jouit d’un status très élevé, alors que son corpus est quasi-nul ; et rien ne permet de prédire qu’il en soit autrement dans un avenir prochain ou même lointain. Il s’agit là d’un bilan accablant, qui invite à repenser (peut-être radicalement) la politique linguistique des pays d’Afrique, dits francophones. De deux choses l’une : ou l’on augmente le corpus du français, ou l’on augmente le status des langues africaines. Or, au quotidien, les citoyens préfèrent les langues africaines, y compris dans le cadre administratif où le français est supposé être utilisé. Par ailleurs, depuis les indépendances, les pouvoirs publics n’ont ménagé aucun effort pour démocratiser la langue de conquête. En vain, car les taux de scolarisation en français demeurent stagnants.

12Dans un contexte multilingue en particulier, où les citoyens ont à leur disposition plus d’un code linguistique, l’adoption de l’un ou l’autre sera nécessairement affectée par les représentations vis-à-vis de chacune des langues en présence. Il semblerait qu’il soit difficile d’augmenter le corpus d’une langue, car cela dépend également du bon vouloir de ses locuteurs. Il conviendrait, par conséquent, de privilégier l’autre alternative, qui apparaît comme plus écologique, c’est-à-dire plus adaptée aux pratiques déjà en place. Il est en effet plus facile d’augmenter le status d’une langue dont le corpus est déjà considérable. Car cela revient tout simplement à entériner une réalité de terrain, au moyen d’un appareillage législatif. Il n’est pas indifférent de rappeler ici une définition de la politique linguistique :

  • 8 Chaudenson, Robert, La Francophonie : représentations, réalités, perspectives, Aix-en-Provence, Lan (...)

Ensemble des choix nationaux en matière de langue et de culture.
Elle tient à la définition d’objectifs généraux (statut, emploi et fonction des langues ; implication en matière d’éducation, de formation, d’information et de communication, etc.). Indépendamment des processus décisionnels mis en œuvre, toute politique doit se fonder sur une analyse aussi précise que possible des situations et une approche prospective de leur évolution.8

  • 9 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « Démocratie et développement en Afrique », conférence prononcée le 18 av (...)

13Et si comme l’a rappelé à son tour Musanji Ngalasso-Mwatha, « il n’y a pas de développement sans démocratie, et pas de démocratie sans peuple, pas de peuple sans culture »9, il est clair que la langue est l’élément clé du développement, et que l’option la moins coûteuse, financièrement mais aussi psychologiquement, est celle qui privilégierait les langues déjà solidement ancrées dans le tissu social, dans lesquelles les locuteurs se sentent légitimes et pour lesquelles les normes de fonctionnement et les règles prescrites seraient endogènes. En Afrique, les langues africaines sont celles qui répondent à ces critères.

Norme et légitimité

  • 10 Amedegnato, Ozouf Sénamin, « Quelle légitimité pour le français d’Afrique ? », in Amedegnato, Ozouf (...)

14Nous écrivions dans un texte antérieur que s’il existe de fait un dialecte africain du français (largement décrit dans ses particularités phonologique, morphosyntaxique et lexicale), cette variété ne jouit cependant pas de la même légitimité que d’autres à l’intérieur de l’ensemble « langue française »10. Un des lieux privilégiés d’observation de cette réalité se trouve dans les dictionnaires, ouvrages à visée métalinguistique, dont le poids normatif n’est pas négligeable, qui, par conséquent, informent les représentations des locuteurs de la langue.

15Que le français d’Afrique soit un dialecte du français, c’est ce qui fit dire à Pierre Dumont en 1990 que le français [est une] langue africaine. Mais à peine a-t-il prononcé cette proclamation que son auteur affirme lui-même l’utiliser de façon provocatrice ; ce qui traduit un doute – pas nécessairement celui de l’auteur – quant à l’acceptabilité de cette variété.

16Il est coutume de considérer dans les cas où une langue est répandue géographiquement qu’il existe plusieurs normes de fonctionnement, c’est-à-dire un ensemble d’habitudes linguistiques partagées par une communauté donnée. Ces normes objectives sont implicites et peuvent parfois entrer en concurrence avec d’autres normes de fonctionnement. Toutefois, chaque norme endogène demeure pertinente dans son propre contexte et l’élaboration de dictionnaires vient consacrer, légitimer cette norme endogène. Or, les principaux dictionnaires de langue française (Larousse, Littré, Robert) répertorient essentiellement les normes de fonctionnement des dialectes européens de la langue. Cela pourrait s’expliquer par le parti-pris historique, tel qu’il se donne à lire, par exemple, dans la préface au Nouveau Petit Robert, où Josette Rey-Debove et Alain Rey soulignent justement que

  • 11 Rey-Debove, Josette et Rey, Alain, « Préface », Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique (...)

la double démarche qui, partant du bon usage actuel, revient aux origines par l’étymologie et l’histoire, et qui conduit d’exemples neutres aux créations des littératures de diverses époques et de divers lieux (les littératures belge, suisse, québécoise sont bien entendu représentées) manifeste assez, à l’intérieur de l’unité incontestable et nécessaire du français, ses multiples variations. Refusant l’autocensure d’une norme rigoureuse – il incombe au Dictionnaire de l’Académie française de remplir ce rôle – le Nouveau Petit Robert se devait de noter pour son lecteur les valeurs sociales d’emploi des mots et des sens. Valeurs inscrites dans le temps, d’abord.11

  • 12 Ibid. Gras dans l’original.

17Dans l’ensemble des variations en œuvre sur la scène sociolinguistique, les préfaciers accordent le primat à la variation diachronique. Les mots utilisés dans le passage (« étymologie », « histoire », « temps ») indiquent clairement cette orientation. Les différents corpus littéraires mentionnés dans la parenthèse et dont le rôle consiste à témoigner de la variation, reflètent une logique de proximité phylogénétique (puis géographique) : plus proches parents d’abord ; ensuite, les cousins d’Amérique. En d’autres mots, toujours selon les préfaciers, l’histoire de la langue est un facteur clé dans la légitimation des variétés, et les dates qui jalonnent cette chronologie (depuis le latin chrétien et classique) « manifestent l’importance accordée à la notion de patrimoine culturel, et au fait que les usages actuels se sont constitués par un cheminement historique, que reflète aussi l’organisation des articles »12. Si l’organisation de l’ouvrage repose « d’abord » effectivement sur l’histoire et le patrimoine, il est donc normal que l’Afrique n’y ait pas de place, car elle se situe en aval de cette histoire, pas en amont. Nécessité oblige, le continent sera mentionné au chapitre de la variation diatopique :

  • 13 Ibid. Gras dans l’original.

Témoins de la variété dans l’espace, les régionalismes de France et d’ailleurs sont mentionnés comme RÉGION, ou précisés par la mention de leur domaine géographique d’usage. Ce dernier est souvent indispensable lorsqu’il s’agit de refléter certains emplois du français hors de France, soit en tant que langue maternelle (Belgique, Suisse, Québec et Acadie), soit en tant que langue officielle non maternelle, situation d’ailleurs représentée en France même (Alsace, Corse, Catalogne, Pays Basque, et encore parfois Bretagne, Flandres françaises ou Lorraine germanophone) situation normale dans les Caraïbes ou l’océan Indien, en Afrique francophone et partiellement au Maghreb. Pour les mots et usages propres à ces pays et territoires, on précise la zone d’emploi (« Québec », « français d’Afrique », etc.).
Les termes institutionnels, pour leur part, sont distingués lorsqu’ils n’ont cours qu’en français de France, ou en français de Suisse ou de Belgique, ou du Canada francophone, par la mention Au Québec, En Suisse, etc.13

  • 14 Ibid., p. iv.

18Le traitement des régionalismes semble également privilégier une légitimité hiérarchisée en cercles concentriques : français de France, français langue maternelle (en Europe, puis au Canada), français langue officielle non maternelle (en France hexagonale, France continentale, Europe, France outre-Mer et enfin, Afrique), les régions citées en fin de liste étant les moins légitimes. Dans une telle perspective, des presque 60000 mots que contient le dictionnaire, les références aux mots du français d’Afrique seront nécessairement sous-représentées (surtout proportionnellement au nombre de locuteurs). Pourtant, il s’agit d’un dictionnaire informé par les plus récents travaux scientifiques sur le langage et son fonctionnement, la norme et la variation, et qui revendique richesse, précision et modernité de la description du lexique : « la modernité pénètre la langue dans toute son épaisseur : les mots, certes, mais aussi les significations, les contextes d’emploi, les locutions, et les allusions qui sont les témoins et les signaux de notre époque. »14 Or la variation géographique largement répandue fait partie des signes de notre actuelle contemporanéité.

19Autre indice du peu de légitimité du français pratiqué en Afrique : la procédure d’adoption des régionalismes acceptés dans le dictionnaire. Sur ce plan, tout semble indiquer qu’on a demandé leur avis à tous les locuteurs perçus comme légitimes, et seulement à eux.

  • 15 Ibid., p. xiv.

Le Nouveau Petit Robert, bien qu’il décrive fondamentalement une norme du français de France, inclut certains régionalismes de France et d’ailleurs pour souligner qu’il existe plusieurs « bons usages », définis non par un décret venu de Paris, mais par autant de réglages spontanés ou de décisions collectives qu’il existe de communautés vivant leur identité en français. C’est pourquoi les helvétismes ont été choisis par des Suisses, les belgicismes par des Belges, les québécismes par des Québécois, et ainsi pour chaque sélection de vocabulaire.15

  • 16 Ibid., p. xiii.

20Enfin, lorsque les préfaciers définissent « l’objectif du Nouveau Petit Robert [comme] la description d’un français général, d’un français commun à l’ensemble de la francophonie, coloré par des usages particuliers, et seulement lorsque ces usages présentent un intérêt pour tout le monde »16, il est clair que les variantes sous-représentées sont celles considérées comme sans intérêt pour « tout le monde », ou pour le dire comme les préfaciers eux-mêmes, pour « l’honnête homme » :

  • 17 Ibid., p. x-xi. Gras dans l’original.

Aucun dictionnaire de langue n’est complet au sens où il contiendrait tous les mots de la langue décrite. L’ensemble des mots utilisés en français relève d’un autre ordre de grandeur, qui d’ailleurs ne saurait être précisé. Dans le moment présent, le lexique est indéterminé, car à chaque instant des mots sont créés ou empruntés qui n’arrivent pas à la connaissance de l’« honnête homme » (taxinomies scientifiques, terminologies, etc.) et c’est tant mieux pour lui, car il n’en a pas besoin. Pour les professionnels, on le sait, il existe des dictionnaires spécialisés […]. La nature des mots traités est en relation avec le nombre de mots prévus pour une nomenclature. Aussi bien le lecteur qui cherche en vain un mot dans un dictionnaire en un volume doit-il se demander si ce vocable n’est pas trop rare ou trop spécialisé pour figurer dans un tel ouvrage, avant d’accuser le lexicographe de négligence ou de retard.17

21Il en découle que les usages qui sont trop spécialisés n’appartiennent pas (en tout cas dans l’imaginaire collectif) à la vraie langue, la langue courante. De plus, toutes les variétés du français ne sont pas égales. Il existe un Petit Robert québécois (nommément Dictionnaire québécois d’aujourd’hui), autonome, qui consacre, au moins théoriquement, la légitimité du dialecte franco-canadien, mais il est peu probable qu’un ouvrage de même envergure, sur le français d’Afrique, voie jamais le jour. Car une telle entreprise légitimerait une variété de la langue dont la légitimité est justement problématique. Un seul ouvrage se consacre aux dialectes franco-africains, et c’est l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire, publié en 1983 par l’équipe IFA (Inventaire du français d’Afrique), sous le patronage de l’AUPELF (Association des universités partiellement ou entièrement de langue française). Mais comme son nom l’indique, l’Inventaire devait être, non pas un dictionnaire, mais un ouvrage spécialisé, une simple collecte descriptive et synchronique des particularités lexicales du français tel qu’il est parlé et écrit, dans douze pays d’Afrique noire. Dans la tête de ses concepteurs, il ne devait avoir aucun pouvoir de légitimation. On le voit clairement dans l’avant-propos de Maurice Étienne Beutler, alors secrétaire général de l’AUPELF :

  • 18 Équipe IFA, Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire, AUPELF, 1983, p. (...)

Le présent volume, qui constitue l’édition intégrale de l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire, prétend proposer à un public averti les résultats d’une vaste recherche descriptive sur le français en Afrique, vu sous son aspect principalement lexical […]. Stimulés par les recherches entreprises par Laurent Duponchel à l’Institut de Linguistique Appliquée d’Abidjan, ceux-ci pensèrent dans un premier temps à une large programmation interafricaine des recherches et, sur le coup de l’enthousiasme suscité par les premiers résultats d’enquête rêvèrent à l’élaboration d’un véritable dictionnaire, Trésor de la langue française pour l’Afrique que, faut-il l’avouer, ni l’équipe elle-même ni l’AUPELF n’avaient les moyens d’entreprendre […]. On l’a dit, et il faut le redire, cet ouvrage n’est pas un dictionnaire. Il ne légitime pas un usage ou des usages, mais se contente de les faire connaître avec un maximum de rigueur scientifique.
Dans sa triple dimension linguistique, pédagogique et plus largement culturelle, l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire devrait favoriser une meilleure perception des normes locales du français en situation multilingue, aider la recherche appliquée et la méthodologie de l’enseignement du français et des langues africaines, contribuer enfin à une plus juste appréciation de la créativité langagière des communautés d’Afrique à travers le français, dans ses divers contextes socio-culturels d’utilisation.18

22Autrement dit, cet ouvrage est, en dépit du rêve initial, un relevé des curiosités linguistiques provenant d’Afrique, qu’il convient d’étudier (dans le prolongement d’une démarche toute ethnologique) et d’endiguer, afin de ne pas corrompre la ‘vraie’ langue. Lorsque le préfacier appelle à une meilleure « perception » de la norme endogène, sa finalité est avant tout didactique, et consiste à pouvoir, par contraste, orienter plus efficacement les locuteurs africains vers la norme prescriptive franco-française. La seule légitimité dont il se soucie véritablement dans son avant-propos est celle de son association, et non celle de la variété dialectale inventoriée :

  • 19 Ibid., p. xi.

Si l’actuelle étude connaît pareille destination, conforme aux intentions de ceux qui l’ont conçue, l’AUPELF se réjouira d’avoir contribué à une entreprise utile et fructueuse en réponse à la demande des chercheurs et, à travers eux, des institutions universitaires au service desquels elle exerce sa fonction et trouve sa légitimité.19

23Si l’Inventaire n’a aucune valeur normative, cela veut dire que la norme demeure exogène pour le français d’Afrique et toutes les variations, dont on vante par ailleurs la créativité, ne sont que des curiosités scientifiques. Par conséquent, le français d’Afrique reste toujours perçu comme du petit-nègre, c’est-à-dire, soit un français approximatif et fautif, soit un français pompeux et archaïsant, attribués aux noirs des colonies. Ceux qui sont défavorables à l’Inventaire craignent peut-être que celui-ci ne fige et ne fossilise une pratique langagière stigmatisante, qui mettrait immédiatement ses locuteurs à l’index. D’ailleurs, l’expression du projet initial stipulé dans l’avant-propos, notamment « l’élaboration d’un véritable dictionnaire, Trésor de la langue française pour l’Afrique » a entretenu une confusion persistante et généralisée. On s’en sert parfois comme d’un dictionnaire, mais de seconde zone, une sorte de pseudo-dictionnaire, qui ne fait que renforcer l’illégitimité de la variété décrite ; bref, un dictionnaire du mauvais usage.

Retour au français langue étrangère en Afrique

24L’examen des deux préfaces du Nouveau Petit Robert nous a permis de constater que ce dictionnaire est bien moderne, parce qu’il historicise sans cesse sa nomenclature, afin de l’adapter à l’époque :

  • 20 Ibid., p. ix.

Le Petit Robert, publié en 1967, suscita un vif intérêt chez les lecteurs qui, à côté du bon usage garanti par les grands auteurs, retrouvaient leur emploi quotidien du français dans ce qu’il avait de plus actuel et même de plus familier. Il n’est pas indifférent que ce dictionnaire soit sorti à la veille de 1968. Les lecteurs se sont reconnus dans le Petit Robert et ont reconnu leur époque ; le dictionnaire devenait pour lors un ouvrage vivant, le trésor lexical de chacun, en même temps qu’il décrivait avec un soin scientifique ce que tout francophone souhaitait savoir sur les mots […]. Enfin, la littérature était constamment présente dans les citations empruntées aux écrivains, du XVIIe siècle à la période contemporaine ; « Phèdre » y côtoyait « Zazie dans le métro », pour le plus grand plaisir de la génération montante.20

25Mais force est de constater aussi que les principes de cette modernité privilégient une vision historique et patrimoniale de la langue. Il ne s’agit pas de faire un procès aux lexicographes – ce serait un faux procès. Il s’agit de constater que cette orientation historico-patrimoniale (somme toute raisonnable) est de nature à minimiser (à défaut de pouvoir exclure complètement) les « contributions » africaines à la langue française. Si la qualification comme ayants droits s’inscrit dans la logique diachronique, alors les dialectes franco-africains seront toujours illégitimes. Or, cet aspect patrimonial existe pour les langues africaines.

26Contrairement à la niche France (où la place du français est écologique), les niches africaines présentent un déséquilibre flagrant, entre la réalité du terrain et les politiques linguistiques en vigueur. Car si le français a tout le poids de son statut officiel, les langues africaines s’imposent grâce à leur corpus important. À Dakar comme à Lomé (et cela est représentatif de ce qui se passe ailleurs dans l’Ouest africain), alors que le français est la langue de l’administration, de nombreux fonctionnaires verraient d’un mauvais œil les clients locaux qui privilégieraient le français, ils les considèreraient comme snobs ou aliénés. Ils préfèrent que les interactions se passent dans la langue véhiculaire africaine appropriée au contexte énonciatif : en wolof au Sénégal et en ewe au Togo. Cette réticence vis-à-vis de la langue de conquête prend de l’ampleur et se reflète dans les données du corpus français. Pascal Munyankesha a fait tout récemment un constat de même ordre pour le Rwanda. La législation linguistique du pays reconnaissait en 1996 une langue nationale (kinyarwanda, langue au départ de la cour royale), et trois langues officielles (kinyarwanda, français et anglais), avant de proclamer, en 2008, l’anglais comme seule langue officielle d’enseignement à tous les niveaux.

  • 21 Munyankesha, Pascal, « Quel avenir pour le français dans la nouvelle politique linguistique du Rwan (...)

Malgré son statut naguère privilégié, le français (tout comme l’anglais ou le kiswahili) trouve un terrain de pratique très limité au Rwanda. En effet, il ne concerne qu’une minorité de la population rwandaise (entre 15 % et 20 % […]). En outre, comme le souligne Gasana, « les Banyarwanda [sic] ne s’en servent qu’occasionnellement, lorsqu’ils ont affaire à un étranger en général, un francophone en particulier. Entre eux, ils ne recourent qu’au kinyarwanda, leur langue maternelle, leur langue du cœur. » […] D’où la minimisation, par les détracteurs de la langue française, de l’impact provoqué par la décision de remplacer le français par l’anglais dans l’enseignement, sous prétexte que ces deux langues sont de toute façon mal connues de la population, l’une autant que l’autre.21

  • 22 Il est à craindre que tous ces nouveaux vocables ne recouvrent d’un verni doré une forme de darwini (...)
  • 23 Zoberman, Pierre, « Francophonie : une entité, une histoire ou un discours ? », in Bonnet, Véroniqu (...)

27Certes, dans les rapports entre le français et les langues africaines, la perspective symbiotique a été souhaitée et tentée à plusieurs reprises. En témoignent le changement d’orientation de l’Organisation Internationale de la Francophonie vers la « Nouvelle francophonie », et ces quelques mots clé qui jalonnent désormais les travaux commandités par l’Organisation : « cohabitation », « dialogue », « partenariat »22. En témoignent également des projets d’écoles bilingues mis en place dans certains pays (Mali et Burkina Faso…). Mais bien souvent, pour les langues africaines, l’aventure scolaire ne se prolonge pas au-delà du cycle primaire. Il faut donc reconnaître qu’en dépit de tous les souhaits et de toutes les tentatives, le français est demeuré en compétition avec les langues africaines dans les niches africaines, et que l’inadéquation qui y existe, entre status et corpus des langues en présence est nuisible à la vaste majorité de la population, donc pas viable à long terme. L’opération de substitution qui a consisté à considérer le français comme une langue africaine (donc pouvant adéquatement véhiculer les cultures africaines) n’a pas donné de résultats probants. Le paradoxe de la démarche n’avait d’ailleurs pas échappé à Pierre Zoberman : « Si le français a, dit-il, sa matière que lui seul peut dire [argument qui fut jadis utilisé contre le latin alors dominant], les autres nations ne doivent-elles pas préférer leur propre langue au français, en s’appuyant sur le même raisonnement ? »23 Il mettait ainsi en évidence la dimension culturelle, et surtout identitaire qui accompagne nécessairement chaque langue du monde.

  • 24 Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, Languages and Education in Africa : a comparative and transdis (...)

28Ayo Bamgbose va plus loin encore que Zoberman. Dans sa préface à l’ouvrage collectif Languages and Education in Africa24, il qualifie d’aberration les politiques éducatives en vigueur dans les pays africains, notamment en ce qu’elles marginalisent, contre tout bon sens, les langues africaines, ce qui a pour répercussion, l’échec scolaire.

  • 25 Bamgbose, Ayo, « Foreword », Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, op. cit. p. 13.

Despite many studies that show that it makes good sens to begin a child’s education in his or her own language, the age-old tradition of teaching a child in a language other than the first language or teaching in a child’s first language only in the lower classes of primary school still persists in many African countries. This practice has led to poor scholastic attainment, often manifested in high repeat or failure rates, poor performance in examination, and adjustment to the world of work. Marginalization of African languages in an inevitable outcome since they are not used for meaningful education. A look of parts of the world shows that what goes on in Africa in terms of language of education is an aberration. Even Small countries in Europe use their languages as the language of instruction, even if the children have to learn another language such as English or French. This is not just a matter of national pride, it is a sound educational principle to proceed from the familiar to the new. This is precisely what linguists and educationists have been advocating for Africa.25

  • 26 Propos rapportés dans Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, op. cit., p. 15.

29Autrement dit, prôner la scolarisation en langues africaines en Afrique, ce n’est pas faire preuve de militantisme ou de nationalisme, encore moins d’esprit de nostalgie. C’est tout simplement profiter des acquis d’importantes recherches scientifiques – en quantité aussi bien qu’en qualité –, qui ont déjà établi, et depuis plus de vingt ans maintenant, que le recours aux langues maternelles garantit une scolarisation de qualité, un accès réel à l’éducation, l’accès à la démocratie, ainsi que la lutte contre la pauvreté. Bamgbose est loin d’être le seul à souhaiter un tel changement de perspective. En fait, il existe pléthore de travaux dans ce sens – souvent disponibles, il est vrai, en langue anglaise. Cette perspective est celle qui anime, par exemple, le gouvernement norvégien, dont le ministre du Développement, M. Erik Solheim, déclarait en 2006 : « Norway will work for enhanced awareness and knowledge concerning the importance of choice of language of instruction. »26 Par ailleurs, la création et le développement, en France hexagonale même, des écoles diwan (brittophones) et des écoles calandretas (occitanophones) participent de cette même prise de conscience de l’importance de l’élément maternel dans l’accès à l’éducation.

30Les différentes raisons évoquées par certains comme autant d’épouvantails contre ce principe pourtant élémentaire (notamment le coût élevé, la multiplicité des langues), ont elles-mêmes été identifiées depuis longtemps comme des pseudo-problèmes.

  • 27 Bamgbose, Ayo, « Foreword », Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, op. cit., p. 13.

The fears of a multiplicity of languages and the uneconomic cost of teaching in several languages, which are often invoked to counter the feasability of education in indigenous languages, have been shown to be pseudo problems, as strategies can be, and have been, devised for selection and development of languages as well as for production of teaching materials at relatively reasonable cost.27

  • 28 Ibid., p. 140-141.

31Le seul vrai obstacle à cette faisabilité n’est ni pratique ni économique ; c’est plutôt la réticence des « élites africaines », scolarisées dans les langues européennes, à valoriser les patrimoines linguistiques locaux. Ces « élites » sont défavorables aux langues africaines parce que, bien souvent, la langue française constitue pour elles un instrument de domination des populations. Ou pour le dire comme Munyankesha, pour le contexte rwandais : « La langue du colonisateur (ou plutôt de l’ex-colonisateur), monopole d’une petite élite scolarisée, supplante en importance celle du colonisé et génère tantôt un complexe de supériorité chez la minorité dominante qui la maîtrise, tantôt un complexe d’infériorité chez la majorité dominée qui l’ignore. »28 Ces difficultés ne sont elles-mêmes pas insurmontables, dès lors que l’on identifie les peurs, voire les intérêts privés qui alimentent la réticence.

32Enfin, le poids des représentations sociolinguistiques est tel que la variété africaine du français ne jouit d’aucune légitimité, ni en Afrique (en terme de vote de confiance) ni en France, où cette variété est au mieux un objet de curiosité, inutile à l’honnête homme. Cette stigmatisation constante est en partie responsable des complexes, de l’insécurité linguistique, du retard pédagogique des petits écoliers africains et du retard économique constatables sur le continent. Le coût psychologique à payer est trop élevé pour que les locuteurs africains continuent de s’acharner sur les langues coloniales, alors que dans le même temps, ils pratiquent des langues africaines dans lesquelles ils se savent entièrement légitimes, et pour lesquelles les normes ne seront pas formulées de l’extérieur.

33Mais alors, pourrait-on objecter, les locuteurs stigmatisés n’ont qu’à revendiquer la légitimité de leur dialecte, sans attendre qu’elle leur soit servie sur un plateau d’argent. C’est que la réalité du fonctionnement des représentations est plus complexe. Selon la psychologie sociale (outil puissant d’étude des relations entre groupes), il ne suffit pas de se proclamer membre d’un groupe pour automatiquement le devenir. Il faut également, il faut même surtout que les membres du groupe cible reconnaissent l’aspirant comme membre légitime dudit groupe. Le sentiment de légitimité s’accommode mal de la proclamation unilatérale. La reconnaissance des autres est également requise. On en est loin aujourd’hui, surtout dans les faits. Le français n’étant pas langue maternelle en Afrique, il y a peu de chance qu’une telle reconnaissance survienne dans un avenir même lointain. L’appartenance des pays d’Afrique au groupe « francophone » est donc largement discursive.

34Par conséquent, il serait préférable, au nom de l’écologie, de l’histoire et de la légitimité, que le français demeure ou redevienne une langue étrangère dans les pays d’Afrique où il est aujourd’hui langue officielle et langue première ou unique d’instruction. Il y aurait plusieurs avantages à opérer un tel recadrage. Faute de place pour les exposer en détail, ce qui suit ne sera qu’une brève esquisse qu’il conviendrait de développer ultérieurement. D’abord, la question de la légitimité d’un français d’Afrique ne se poserait plus, car la question des normes endogènes ne s’applique pas aux langues étrangères comme elle s’applique en cas d’appropriation (avérée ou supposée) d’une langue. Quant aux locuteurs hexagonaux, ils n’auraient plus l’impression que leur langue est maltraitée par les locuteurs africains (illégitimes). C’est d’ailleurs ce qu’envisageait Paul Robert lui-même, dans sa préface au Petit Robert :

  • 29 Robert, Paul, « Préface du Petit Robert (première édition, 1967) », Le Nouveau Petit Robert. Dictio (...)

Ce dictionnaire, minutieusement préparé et tenu à jour des plus récents travaux scientifiques – notamment dans le domaine de la linguistique (phonétique, étymologie, datations, etc.) –, est destiné à un très vaste public, mais d’abord aux maîtres et aux élèves de tous les degrés de l’enseignement, en France et dans les pays d’expression française. Je suis convaincu qu’il contribuera également à l’expansion de notre langue au-delà des frontières linguistiques, en aidant l’étranger à l’apprendre et à s’en servir correctement.29

  • 30 Ibid., p. 14.

35La question de la rentabilité n’est certainement pas des moindres. Si les langues étrangères sont apprises et non acquises (au sens où la sociolinguistique et la didactique françaises conçoivent ces notions), les Africains pourront apprendre le français en se servant des ressources pédagogiques déjà existantes pour le français langue étrangère. Les budgets dévolus à l’adaptation de manuels au contexte africain seraient utilisés à d’autres fins, notamment vers les travaux de description et de normalisation des langues africaines. L’exploitation des langues africaines n’est pas possible sans cette entreprise de standardisation, comme l’a très bien remarqué Bamgbose : « What should be the language of instruction ? One aspect of this is language choice from a competing number of languages ; the other is standardisation in terms of having a common dialect from a number of related language codes. »30 Déclarer le français langue étrangère dans les pays d’Afrique dite francophone encouragerait la communauté des chercheurs africains à redéployer leur temps et leur énergie vers des recherches visant à normaliser les langues africaines afin de les rendre aptes à prendre la relève du point de vue du status.

36Pour finir, la voie la plus efficace d’accès au développement national passe par une utilisation de l’outil linguistique le plus largement répandu, parce qu’il permet la participation du plus grand nombre à la vie citoyenne. De ce point de vue, un changement de politique linguistique est plus que simplement souhaitable ; c’est une nécessité. À l’instar de ce qui se fait dans les petits pays européens dont parlait Bamgbose, les Africains pourront toujours, en plus de leurs langues africaines aux status valorisés, apprendre les langues dominantes mondialement, dans leur variété légitime, pour les besoins de communication internationale et de négoce.

  • 31 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « Et si les Africains quittaient le sommet de Montreux ? », Le Temps, ven (...)

37Ngalasso-Mwatha intitulait récemment un de ses articles : « Et si les Africains quittaient le sommet de Montreux ? »31 dans lequel il attirait l’attention sur l’importance démographique et politique du continent africain pour l’organisation francophone. Ce scénario imaginé par l’auteur comme catastrophique, non seulement ne nous semble pas tel, mais au contraire, nous apparaît comme ce qu’il conviendrait effectivement de faire, aussi bien pour les pays d’Afrique que pour la France.

Notes

1 Chaudenson, Robert et Rakotomalala, Dorothée, Situations linguistiques de la francophonie. État des lieux, Paris, AUF, 2004.

2 Ibid., p. 9 et 10.

3 Ibid., p. 237.

4 Ibid.

5 Ibid., p. 275.

6 Ibid., p. 13.

7 Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, « Introduction », Languages and Education in Africa : a comparative and transdisciplinary analysis, Oxford, UK, Symposium Books, 2009, p. 47-48, note 2.

8 Chaudenson, Robert, La Francophonie : représentations, réalités, perspectives, Aix-en-Provence, Langue et Développement, 1991, p. 199.

9 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « Démocratie et développement en Afrique », conférence prononcée le 18 avril 1997, Espace Pitot, Montpellier.

10 Amedegnato, Ozouf Sénamin, « Quelle légitimité pour le français d’Afrique ? », in Amedegnato, Ozouf Sénamin, Gbanou, Sélom, Ngalasso-Mwatha, Musanji (dir.), Légitimité, légitimation, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, p. 69-89.

11 Rey-Debove, Josette et Rey, Alain, « Préface », Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2003, p. xiii. Gras dans l’original.

12 Ibid. Gras dans l’original.

13 Ibid. Gras dans l’original.

14 Ibid., p. iv.

15 Ibid., p. xiv.

16 Ibid., p. xiii.

17 Ibid., p. x-xi. Gras dans l’original.

18 Équipe IFA, Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire, AUPELF, 1983, p. ix et xi. C’est nous qui soulignons.

19 Ibid., p. xi.

20 Ibid., p. ix.

21 Munyankesha, Pascal, « Quel avenir pour le français dans la nouvelle politique linguistique du Rwanda ? », Les Cahiers du GRELCEF no 2, mai 2011, p. 141.

22 Il est à craindre que tous ces nouveaux vocables ne recouvrent d’un verni doré une forme de darwinisme linguistique. Normalement, un partenariat véritable suppose de dialoguer sur un même pied d’égalité.

23 Zoberman, Pierre, « Francophonie : une entité, une histoire ou un discours ? », in Bonnet, Véronique (dir.), Frontières de la francophonie ; francophonie sans frontières, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 25.

24 Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, Languages and Education in Africa : a comparative and transdisciplinary analysis, op. cit.

25 Bamgbose, Ayo, « Foreword », Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, op. cit. p. 13.

26 Propos rapportés dans Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, op. cit., p. 15.

27 Bamgbose, Ayo, « Foreword », Brock-Utne, Birgit & Skattum, Ingse, op. cit., p. 13.

28 Ibid., p. 140-141.

29 Robert, Paul, « Préface du Petit Robert (première édition, 1967) », Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2003, p. xiii. C’est nous qui soulignons.

30 Ibid., p. 14.

31 Ngalasso-Mwatha, Musanji, « Et si les Africains quittaient le sommet de Montreux ? », Le Temps, vendredi 22 octobre 2010.

Auteur

University of Calgary, Canada

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search