Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et sociologie

 | 
Philippe Baudorre
, 
Dominique Rabaté
, 
Dominique Viart

Intersections

« Bernard Noël : la langue contre la sensure »

Stéphane Bikialo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La censure bâillonne. Elle réduit au silence. Mais elle ne violente pas la langue. Seul l’abus de langage la violente en la dénaturant. Le pouvoir bourgeois fonde son libéralisme sur l’absence de censure, mais il a constamment recours à l’abus de langage […] – d’où une inflation verbale, qui ruine la communication à l’intérieur d’une collectivité, et par-là même la censure. Peut-être, pour exprimer ce second effet, faudrait-il créer le mot SENSURE, qui par rapport à l’autre indiquerait la privation de sens et non la privation de parole.1

Introduite dans L’Outrage aux mots (1975), cette notion de « sensure » n’a cessé d’être approfondie par Bernard Noël qui l’a appliquée à la littérature et plus généralement à la société ou à l’histoire des idées en particulier dans Le sens la Sensure (1985) et La Castration mentale (1997). Comme il l’écrit lui-même,

Pendant plusieurs années, j’ai essayé de faire entendre en toute occasion le mot SENSURE, sans doute parce qu’il me semble recouvrir un p...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540