Version classiqueVersion mobile

L’information dessinée en Afrique francophone

 | 
Alpha Barry

Deuxième partie. Information dessinée et transmission de savoirs

Du texte à l’information dessinée : pratiques socio-langagières et implications didactiques dans le journal 100 % Jeune

Martine Fandio Ndawouo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Du fait de l’urbanisation, plusieurs jeunes Africains d’aujourd’hui n’ont qu’une connaissance réduite des langues nationales dont ils connaissent mal les normes. Cette difficulté à maîtriser la langue maternelle est à l’origine d’une insécurité linguistique forte vis-à-vis des cultures et de ces langues qui leur échappent. Les Francophones africains sont ainsi victimes d’une « insécurité bi-linguistique » qui les rend mal à l’aise, tant face aux langues maternelles qu’aux langues officielles. Ce sentiment est atténué dans certains pays comme le Sénégal, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo ou le Mali qui disposent d’une langue véhiculaire : le wolof, le sango, le lingala, le bambara respectivement. En l’absence de véhiculaire national dans certains pays, ce sont les parlers hybrides qui jouent le rôle compensatoire. Ils permettent alors aux locuteurs de construire une identité nouvelle, spécifiquement urbaine. C’est justement le cas du camfr...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search