Version classiqueVersion mobile

Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Gilles Béhotéguy

Troisième partie. Filles, garçons et livres d’images : de la production à la réception

Shonens et shojos : baston et petites nanas ?

Christine Détrez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À qui se promène dans les rayonnages des librairies consacrés aux mangas, ou dans les catalogues de publication, ne peut échapper la catégorisation stricte qui organise les mangas selon leur lectorat prévu : les shojos, destinés aux filles, mettent en scène des histoires sentimentales, des triangles amoureux, souvent situés dans des collèges et des lycées. Les shonens, destinés aux garçons, sont quant à eux des récits d’aventure et d’action, où le héros, même s’il n’est pas toujours fort et courageux, doit mener à bien une quête. Enfin, les seinens se destinent davantage aux jeunes hommes, et les joseis aux jeunes femmes. Les lectures de mangas des filles et des garçons semblent donc parfaitement guidées et encadrées. Mais penser que les lectures suivent toujours les chemins qui leur sont imposés serait mésestimer les capacités de réception, d’appropriation, voire de détournement des lecteurs et lectrices. Comme le remarquait Éric Maigret au sujet de la lecture de comics par les jeu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search